Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 <Rapport d Activités 2002>

2

3 Rapport d Activités 2002

4 page >>> 2

5 Rapport d Activités 2002 <TABLE DES MATIÈRES> page >>> 3 <Summary / Résumé> page >>> 6 <Préfaces> page >>> 8 I. <Situation et fonctionnement> page >>> 12 II. <Activités réalisées en 2002> page >>> Les programmes de recherche pluriannuels en cours Programme <SECOM> Programme <NANO> Programme <EAU> Programme <BIOSAN> Programme <VIVRE> Les mesures d accompagnement Autres activités en Elaboration de nouveaux programmes de recherche pluriannuels > Extension du programme BIOSAN en cours: Processus de vieillissement (PROVIE) > Traitements de surfaces: TRASU > Sécurité alimentaire: SECAL Collaborations nationales et internationales III. <Programme d activités futures> page >>> 84 IV. <Annexes> page >>> 88 Annexe 1: Composition du conseil d administration, du conseil scientifique et du secrétariat Annexe 2: Rapport du réviseur d entreprise <Fonds National de la Recherche> 20, Montée de la Pétrusse > L-2912 Luxembourg > Tél: (00352) > Fax: (00352)

6 page >>> 4

7 <Fonds National de la Recherche> page >>> 5 20, Montée de la Pétrusse > L-2912 Luxembourg > Tél: (00352) > Fax: (00352)

8 page >>> 6 < Summary> / < Résumé <Summary> The National Research Fund was set up by the Law of May 31 st, 1999 in order to stimulate research activities in Luxembourg with the aim > to create new competence and knowledge > to strengthen existing competence and knowledge and > to develop national and international synergies in order to increase the attractiveness of Luxembourg as a scientific and economic site of excellence. The following five national multi-annual programs have been set up since its creation and are currently under implementation: > Security and efficiency of new practices in e-commerce (SE-COM) > New materials and nanotechnology (NANO) > Sustainable management of water resources (EAU) > Health and biotechnology (BIOSAN) > Living tomorrow in Luxembourg (VIVRE) The Fund is preparing new programs in the following domains to be launched in the course of 2003: > Surface treatment (TRASU) > Food safety (SECAL) and > Medical aspects of ageing (PROVIE). The Fund announces periodic calls for research projects. The selected projects benefit from a financial contribution granted by the Fund. Calls are addressed to public institutions, Luxembourg administrations or public establishments authorized to undertake R&D activities or technology transfer in their respective fields of activity. In addition to the support of research as such, the National Research Fund subsidizes accompanying measures like the organisation of scientific conferences, grants for mobility and other activities aiming to strengthen the general frame of scientific research in Luxembourg. Thus, the Fund launches regular calls for proposals concerning the promotion > of scientific awareness, > of international scientific cooperation and > of national coordination in research. In 2002, the National Research Fund became a member of the European Science Foundation, and of ERCIM (European Research Consortium for Informatics and Mathematics), following its adhesion to EUROHORCS (European Union Research Organisations Heads of Research Councils) in To receive further information please visit the Fund s website or send an to

9 > <Résumé> page >>> 7 Le Fonds National de la Recherche a été créé par la loi du 31 mai 1999 dans l intention de donner une impulsion supplémentaire aux activités de recherche au Luxembourg. Cette nouvelle impulsion devrait permettre: > de favoriser la création de nouvelles compétences, > de renforcer les compétences en place > et de développer des synergies nationales et internationales, afin de rendre le site du Luxembourg encore plus attrayant en matière scientifique et économique. Les cinq programmes mobilisateurs suivants ont démarré: > Sécurité et efficacité des nouvelles pratiques du commerce électronique pour tous les acteurs socio-économiques (SE-COM) > Matériaux innovateurs et nanotechnologie (NANO) > Gestion durable des ressources hydriques (EAU) > Biotechnologie et santé (BIOSAN) > Vivre demain au Luxembourg (VIVRE) De nouveaux programmes dans les domaines concernant > le traitement des surfaces (TRASU) > la sécurité alimentaire (SECAL) et > le processus de vieillissement (PROVIE) sont en cours d élaboration et débuteront en Périodiquement le Fonds procède à un appel à propositions de projets. Les projets retenus lors de ces appels bénéficieront du concours financier du Fonds National de la Recherche. Ces appels s adressent aux organismes, services et établissements publics luxembourgeois autorisés à entreprendre, dans les domaines qui les concernent, des activités de recherche ainsi que de développement et de transfert technologiques. En complément au financement de la recherche proprement dite, le Fonds subventionne des mesures d accompagnement comme l organisation de conférences scientifiques, des bourses de mobilité et d autres activités pour renforcer le cadre général de la recherche scientifique au Luxembourg. Ainsi le Fonds lance régulièrement des appels à propositions d activités pour la promotion > de la culture scientifique, > de la coopération scientifique internationale > et de la coordination nationale en matière de recherche. En 2002 le Fonds est devenu membre de la Fondation Européenne des Sciences, d ERCIM (European Research Consortium for Informatics and Mathematics) suite à son adhésion à EUROHORCS (European Union Research Organisations Heads of Research Councils) en Pour recevoir plus d informations veuillez consulter le site internet ou envoyer un à

10 page >>> 8 <Préface> < Préface> du Président du conseil d administration L année 2002 a été caractérisée pour le Fonds par le démarrage du nouveau programme «VIVRE demain au Luxembourg» ainsi que par le démarrage et la continuation des projets qui avaient été retenus dans le cadre des quatre premiers programmes pluriannuels du Fonds, à savoir les programmes Sécurité et efficacité des nouvelles pratiques du commerce électronique pour tous les acteurs socio-économiques (SECOM), Matériaux innovateurs et nanotechnologies (NANO), Gestion durable des ressources hydriques (EAU), et Santé et biotechnologie (BIOSAN). Le démarrage de toutes ces activités a pu se faire malgré certaines difficultés existant depuis un certain temps au sein des organismes de recherche au Luxembourg. Ces problèmes concernent plus particulièrement les infrastructures - dont notamment l espace insuffisant pour élargir les activités de recherche et la difficulté de trouver le personnel qualifié nécessaire, parfois très spécialisé. Les plans actuels du Gouvernement qui prévoient la construction de nouveaux bâtiments à court, moyen et long terme sont très ambitieux et promettent de résoudre les problèmes des infrastructures. L urgence de leur réalisation est reconnue par tous les responsables politiques, ainsi le premier bâtiment sera mis à disposition du CRP - Henri Tudor dès Nous espérons dès lors que la construction des autres bâtiments ne se fera pas attendre non plus, afin de ne pas retarder les activités en recherche. Le problème du recrutement est plus ardu à résoudre: En effet, en plus de la pénurie de main d oeuvre dans certains domaines de pointe qui cause également un problème de recrutement dans d autres pays, l Europe accuse un retard important concernant le nombre de postes occupés dans la recherche: la Commission Européenne indique dans sa communication «Vers un espace européen de la recherche» qu en 2000 les chercheurs ne représentaient que 2,5 de la force de travail des entreprises en Europe, contre 6,7 aux Etats-Unis et 6 au Japon. Le problème risque de s accentuer dans le futur. En effet, depuis 1990, de nombreux rapports et analyses constatent en Europe une «forte désaffectation» des jeunes à l égard des études scientifiques. Le Fonds tente d y réagir en appuyant depuis ses débuts l engagement de jeunes chercheurs et thésards pour aider à réaliser les projets de recherche financés par le Fonds. De plus, dans le cadre de ses mesures d accompagnement, le Fonds supporte en particulier les jeunes chercheurs en leur finançant leur participation active à des conférences scientifiques et la publication de leurs travaux de recherche. En juin 2002, dans son avis concernant l Université de Luxembourg, le Fonds a aussi accueilli très favorablement le projet de création de l Université de Luxembourg pour ses apports dans le domaine de la recherche dans le secteur public. A moyen et à long terme, l Université de Luxembourg attirera davantage de chercheurs au Luxembourg.

11 page >>> 9 En supportant le Science Club et le Galileo Mobil du natur musée, le Fonds National de la Recherche espère pouvoir éveiller l intérêt des jeunes pour les sciences et attirer plus de jeunes vers des carrières scientifiques. De même, le financement de la quatrième édition du Science Festival est assurée par le Fonds. Le Science Festival, organisé en 2003 par le natur musée, sera réalisé grâce à la collaboration de nombreux bénévoles et institutions et permettra aux jeunes visiteurs et au grand public en général d expérimenter durant une semaine les sciences et la recherche sur divers sites répartis dans la ville de Luxembourg (www.science-festival.lu). La décennie actuelle avec l horizon 2010 est cruciale: le Luxembourg, comme l ensemble des autres pays occidentaux, devra recruter un nombre élevé de cadres (enseignants, enseignantschercheurs, chercheurs, ingénieurs) et techniciens tant dans le domaine public que privé. La construction de l espace européen et la mondialisation de la recherche aboutiront, à terme, à des situations de forte concurrence entre les communautés nationales, mais aussi à des transferts de diplômés des zones de formation vers les bassins d emplois les plus attractifs. La «Science» est au coeur de cette bataille de l intelligence. Le Fonds National de la Recherche au Luxembourg aide à rendre la place du Luxembourg plus attractive en proposant en 2003 le démarrage de programmes de recherche pluriannuels supplémentaires dans les domaines des traitements de surface, de la sécurité alimentaire et des maladies liées aux processus de vieillissement. Par conséquent, le Fonds contribue à augmenter nettement le nombre de chercheurs au Luxembourg. La qualité de leurs travaux est illustrée par les premiers rapports intermédiaires d activités évalués favorablement par les experts. Une présentation au grand public des premiers résultats de recherche réalisés dans le cadre de projets du Fonds se fera le 7 juillet Leurs Altesses Royales le Grand-Duc et la Grande-Duchesse honoreront de leur présence cet événement très important pour le Fonds. Le succès de toutes les activités du Fonds dépend entièrement de l engagement et de la poursuite de l excellente collaboration des décideurs politiques et économiques, des responsables et des chercheurs des organismes de recherche et des responsables du Fonds. Je les remercie du support formidable qu ils ont déjà apporté au Fonds National de la Recherche et j espère pouvoir compter aussi à l avenir sur leur aide afin que la recherche au Luxembourg continue de progresser dans l intérêt socio-économique de tous les citoyens de notre pays. Romain Henrion Président

12 page >>> 10 <Préface> < Préface> du Président du conseil scientifique La recherche a par nature une vocation internationale et se maintient à un haut niveau de qualité grâce à la coopération entre chercheurs à l'échelle mondiale. Ainsi, dès sa création, le Fonds a eu des échanges avec des experts internationaux au sujet des procédures à utiliser pour le choix de ses programmes et leur mise en œuvre. Le Fonds a notamment eu recours à des experts indépendants internationaux pour aviser les programmes, pour l aider dans la sélection des propositions à financer et pour réaliser l évaluation continue des projets en cours. En 2003, des experts, nommés en concertation avec le Ministère de Recherche, seront invités à participer dans des comités de pilotage qui seront mis en place pour chaque programme afin d évaluer la qualité des travaux effectués et afin de mieux orienter et suivre la réalisation des programmes et des mesures d accompagnement y relatives. Lors de ses appels à propositions, le Fonds a depuis le début encouragé la participation d organismes de recherche étrangers dans les projets de recherche. Pour permettre une acquisition de compétences compétitives à un niveau international, la participation d un organisme international est même obligatoire pour les projets du nouveau programme que le Fonds vient d élaborer dans le domaine des traitements de surfaces de matériaux. Par ailleurs, dans le cadre des mesures d accompagnement, le Fonds cofinance la participation active à des conférences scientifiques internationales ainsi que l organisation de conférences scientifiques au Luxembourg. De nombreux organismes et chercheurs luxembourgeois ont déjà profité de ces mesures pour nouer de nouveaux contacts internationaux ou pour renforcer leur coopération internationale. De plus, le Fonds a introduit en 2002 une mesure visant à promouvoir la mobilité des chercheurs. La mesure est destinée à soutenir des séjours de chercheurs luxembourgeois dans un organisme de recherche à l étranger, respectivement des séjours de chercheurs venant de l étranger pour réaliser un projet de recherche commun dans un organisme luxembourgeois. La durée des séjours peut varier dans les deux cas entre deux semaines et une année dans le but de promouvoir des coopérations entre organismes. Toutes ces demandes sont discutées par le conseil scientifique du Fonds avant qu une contribution financière ne soit attribuée par le conseil d administration. Concernant la coopération internationale, il importe enfin de mentionner l adhésion du Fonds à la Fondation Européenne des Sciences, à Eurohorcs (European Head of Research Councils) et plus récemment à ERCIM (European Research Consortium for Informatics and Mathematics). Ces adhésions permettent aux chercheurs luxembourgeois de participer activement à des comités scientifiques de haut niveau et de mieux informer la communauté scientifique du pays des opportunités de collaboration qui se présentent dans ces différents cadres institutionnels. Dans ce but, depuis 2002, la participation luxembourgeoise aux comités COST, dont les représentants ont été nommés par le Ministère de la Recherche suite à un appel à candidatures par le Fonds, est également financée par le Fonds.

13 page >>> 11 Les propositions de projets soumises par des organismes luxembourgeois lors des premiers appels du sixième programme-cadre européen nous encouragent à poursuivre dans cette voie. Pour valoriser le travail des chercheurs qui participent à ces appels de la Commission, le Fonds dispose d une mesure permettant de rembourser, sous certaines conditions, une partie des frais de préparations, souvent importants. Pour le futur, les premiers contacts en vue de collaborations bi- ou multilatérales ont été noués. Dans le domaine des matériaux, le Fonds a l intention de coopérer avec la US National Science Foundation en vue de futurs projets communs entre chercheurs luxembourgeois et américains. Dans ce même domaine des matériaux, les préparatifs viennent d être pris pour participer à un réseau (ERA-Net) regroupant les fonds et fondations de certains petits pays européens en vue d échanges d informations sur les programmes en cours et l ouverture éventuelle des programmes nationaux. A côté de la coopération internationale, la coopération avec le secteur privé et industriel est particulièrement importante pour les activités du Fonds. En effet, grâce aux propositions intéressantes soumises par la FEDIL et Luxinnovation, un nouveau programme de recherche dans le domaine des traitements de surface a pu être élaboré. Nous comptons sur une participation importante du secteur privé lors de la réalisation des projets de recherche notamment dans ce programme, mais également dans tous les autres programmes en cours et en élaboration. C est à travers le transfert du savoir du secteur de la recherche publique vers le secteur privé et vers des nouvelles entreprises que nous pourrons mesurer le succès de nos activités et l impact pour la société et le pays. Comme le Fonds est encore jeune, ce défi se trouve devant nous et je vous invite à l entamer avec nous, à lire ce rapport d activités et à consulter notre site internet (www.fnr.lu) dans l esprit d y découvrir le potentiel pour développer de futures coopérations. Je vous invite à suivre régulièrement nos activités et à y participer activement. Prof. Jean-Frank Wagner Président du conseil scientifique

14 < I. Situation et fonctionnem <I. Situation et fonctionnement> page >>> 12 En application des dispositions de l article 2 de la loi du 31 mai 1999 portant création d un fonds national de la recherche dans le secteur public, le Fonds National de la Recherche a pour mission: > de recevoir, de gérer et d employer des allocations et dons provenant de sources publiques ou privées en vue de la promotion sur le plan national de la recherche et du développement technologique dans le secteur public, appelés par la suite «R&D», ainsi que > d entretenir un processus de réflexion continu en vue de l orientation de la politique nationale de R&D, en fonction des données économiques et de l évolution scientifique et technologique ainsi que sur base d études approfondies. A cet effet, il est appelé à: > élaborer des propositions relatives aux objectifs de la politique nationale en matière de R&D > proposer les actions prioritaires en vue d atteindre ces objectifs > élaborer, sur base des priorités retenues, des programmes pluriannuels d activités et contribuer par ce biais à l établissement d un programme pluriannuel de la R&D au plan national > assurer par l attribution des moyens financiers mis à sa disposition la réalisation de ces programmes d activités pluriannuels et veiller au suivi de leur mise en œuvre > assurer l évaluation systématique et continue des résultats obtenus, afin de permettre tout réajustement des priorités s avérant nécessaire > promouvoir en général la coordination efficace des actions de R&D nationales ainsi que la participation luxembourgeoise aux programmes de coopération internationale de R&D > présenter, de sa propre initiative, au ministre ayant dans ses attributions la recherche scientifique et la recherche appliquée, toute proposition, suggestion et information relative à la mise en œuvre de la politique nationale de R&D. Peuvent bénéficier de l intervention du Fonds: > les centres de recherche publics créés sur base de la loi du 9 mars 1987 ayant pour objet: 1. l organisation de la recherche et du développement technologique dans le secteur public; 2. le transfert de technologie et la coopération scientifique et technique entre les entreprises et le secteur public,

15 ent> page >>> 13 > les établissements publics d enseignement supérieur établis sur base de la loi du 11 août 1996 portant réforme de l enseignement supérieur, > le Centre d Etudes de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques créé par la loi du 10 novembre 1989, > ainsi que les organismes, services et établissements publics autorisés à entreprendre, dans les domaines qui les concernent, des activités de recherche ainsi que de développement et de transfert technologiques visant à promouvoir le progrès scientifique ou l innovation technologique. Dans le cadre de sa mission, le Fonds peut organiser des activités visant la promotion de la culture scientifique, attribuer des bourses à des chercheurs et scientifiques et allouer des subsides à des particuliers ainsi qu à des associations poursuivant des activités à caractère scientifique. L intervention du Fonds peut également porter sur la participation des bénéficiaires précités aux programmes organisés par la Communauté européenne ou par des organisations internationales. Le Fonds National de la Recherche, établissement public jouissant de l autonomie scientifique, financière et administrative, est géré par un Conseil d Administration, assisté d un Conseil Scientifique et d un secrétariat (voir annexe 1).

16 page >>> 14 < II. Activités réalisées en 2 <II. Activités réalisées en 2002> 1. Les programmes de recherche pluriannuels en cours Les quatre premiers programmes de recherche pluriannuels ont démarré en 2001: SECOM Sécurité du commerce électronique NANO Matériaux innovateurs et nanotechnologies EAU Gestion durable des ressources hydriques BIOSAN Biotechnologie et santé Pour ces programmes lancés en 2001, sortant de l appel du 1er février 2001, 32 propositions de projets avaient été soumises dont 24 ont été retenues. (voir description détaillée des projets pages 16-53) Un cinquième programme pluriannuel dont l objectif est d analyser différents aspects de la société luxembourgeoise afin d aider à mieux orienter les choix politiques pour l avenir a été lancé en 2002: VIVRE «Vivre demain au Luxembourg» Pour le nouveau programme VIVRE: «Vivre demain au Luxembourg», un appel à propositions de projets a été fixé au 15 juillet propositions de projets ont été soumises dont 16 ont été retenues et démarreront en L évaluation des projets a été confiée à des experts indépendants afin de sélectionner des projets de qualité. Le conseil scientifique a désigné un rapporteur, qui pour chaque proposition de projet, a sélectionné plusieurs experts. Ceux-ci ont donné leurs avis sur base des critères suivants: > Qualité scientifique (créativité, innovation, méthodes scientifiques, connaissances nouvelles, cohérence, stimulation d un travail interdisciplinaire, niveau de compétence reconnu au niveau international) > Intérêt socio-économique > Rapport entre les dépenses de réalisation prévues et les résultats escomptés > Concordance avec les objectifs et priorités des programmes d activités en cours > Caractère réaliste par rapport au contexte luxembourgeois > Caractère mobilisateur sur le plan national > Répartition des moyens budgétaires (équilibre entre l acquisition de compétences, l aspect recherche proprement dit, la diffusion et la valorisation des résultats de recherches)

17 002> page >>> 15 SECOM Les experts, dont les noms resteront confidentiels, ont dû détailler l avis donné pour chaque critère et en particulier s exprimer sur la qualité scientifique, les contributions financières et les regroupements possibles entre les propositions de projets à retenir. Après discussion des résultats d évaluation des projets un par un, le conseil scientifique et le conseil d administration ont retenu 16 projets pour un financement ou co-financement par le Fonds, tout en demandant encore des modifications pour certains projets avant de donner un accord définitif. Les conventions pour ces projets seront signées en Programme <SECOM> Sécurité et efficacité des nouvelles pratiques du commerce électronique pour tous les acteurs socio-économiques Le programme SECOM a pour finalité la compétitivité de l économie luxembourgeoise. Il vise à soutenir le développement d une demande éclairée et d une offre performante appropriée à la nouvelle économie. Ce développement requiert de maîtriser le contexte du commerce et de la coopération électroniques, dans une approche globale de qualité qui doit intégrer solidairement la résolution de deux problématiques nécessitant des efforts conjoints en R&D: > les problèmes de sécurité, visant la confidentialité, la disponibilité et l intégrité des systèmes d échanges électroniques, > les problèmes de coopération, visant la spécification et la conception des règles juridiques, organisationnelles et logicielles liées à la mise en place de plateformes virtuelles regroupant plusieurs acteurs économiques coopérant par des moyens électroniques. En vue d améliorer la maîtrise des nouveaux contextes de coopération électronique, le programme SECOM développera une recherche intégrée sur la sécurité des échanges électroniques et sur l efficacité des nouveaux modèles organisationnels et logiciels de coopération électronique. L application de ces résultats de recherche sera particulièrement confrontée aux réalités des secteurs des services et des PME qui constituent un fort potentiel de production de biens et de services au Luxembourg, sans écarter, toutefois, les autres secteurs dont l impact sur la société de l information est démontré.

18 LISTE DES PROJETS SECOM RETENUS Code Projet Titre Personne Organisme Date Durées prévues Budget prévu Dont phase de contact coordonnateur de démarrage phase 1+2 I (engagée) FNR/01/01/01 Sécurité juridique A. Prüm CRP-GL du commerce électronique FNR/01/01/05 Plateforme F. Feltz CRP-GL d Organisation Virtuelle (SICOV) FNR/01/01/06 Cryptology & Security J.-C. Asselborn Centre Initiative (CSI) Universitaire page >>> 16 SECOM FNR/01/01/07 EFFICIENT framework E. Dubois CRP-HT FNR/01/01/09 Accès PME: B. Cornette CRP-HT Commerce Electronique sécurisé Total: Montant disponible SECOM, selon Convention avec l Etat: EUR DESCRIPTION DES PROJETS SECOM EN COURS Projet >> SECOM FNR/01/01/01 Sécurité juridique du commerce électronique, en particulier des signatures et des paiements électronique. Contractant: Personne de contact: Partenaire(s): Centre de Recherche Public Gabriel Lippmann André Prüm, Laboratoire de Droit Economique Collaboration avec le CRP-Henri Tudor dans le cadre du projet FNR/01/01/09 (ACCES-PME) Durée du projet (prévue): 15 octobre octobre 2005 Budget total prévu: EUR (hormis le coût d intervention des partenaires extérieurs supportés directement par ceux-ci) dont contributions FNR: EUR Prolongation prévue: -- Le projet a débuté en novembre 2002 par > la réunion du noyau dur de l équipe des chercheurs, composé de trois juristes dont deux témoignent déjà d une belle expérience dans le domaine des nouvelles technologies de l information et de la communication. Deux autres juristes et un informaticien doivent rejoindre cette équipe au début de l année > la mise en place d un accord de collaboration avec le CRID des Facultés Universitaires Notre Dame de la Paix de Namur. > l organisation de la direction et du suivi quotidien de l équipe. La direction est assumée par le professeur André Prüm, directeur du Laboratoire de Droit Economique et s appuie sur le soutien des professeurs Yves Poullet et Etienne Montero du CRID. Le suivi quotidien est prise en charge par Mme Valérie Raynaud, avocate et juriste expérimentée.

19 page >>> 17 SECOM Depuis son démarrage, l équipe s est concentrée sur l étude de l ensemble des règles et des normes juridiques régissant les activités du commerce électronique au Luxembourg. Ce travail a commencé par un inventaire des textes en cause qui est aujourd hui achevé et doit donner lieu au cours de l année 2003 à la publication d un Recueil de Législation par le Service Central de Législation. L étude détaillée de la loi du 14 août 2000 et du projet de modification de cette loi, déposé le 24 janvier 2003 à la chambre des députés, a été entamée selon une grille d analyse mettant en lumière pour chaque article l origine, la finalité, le sens et la portée du texte ainsi que ses filiations avec les droits étrangers et internationaux. L ambition du groupe est de mener à terme cette étude au début du second semestre Ont également commencé de façon plus ciblée, les recherches sur la manière dont on pourrait reconnaître en droit luxembourgeois les actes authentiques électroniques, sur une transposition de la récente directive sur les services financiers à distance (Cf. Working paper déjà publié sur le site Internet du LDE) et sur les possibilités de développer les modes alternatifs de règlements des litiges qui naissent à l occasion des transactions du commerce électronique. L ensemble de ces travaux doit être présenté sur le site Internet du Laboratoire de Droit Economique (www.crpgl.lu/lde) dont le contenu est en train d être redéfini. Projet >> SECOM FNR/01/01/05 Création d un Système basé sur les nouvelles technologies de l Information et de la Communication facilitant les affaires électroniques d Organisation Virtuelle (SICOV). Contractant : Centre de Recherche Public Gabriel Lippmann Personne de contact : Fernand Feltz, Directeur scientifique, Cellule de Recherche, d Etude et de Développement en Informatique (CREDI) Partenaire(s) : CEPS/INSTEAD Durée du projet : 1 er novembre octobre 2004 Budget total prévu : EUR dont contributions FNR : 100 % Prolongation prévue : 24 mois; budget max.: EUR Le projet de recherche vise la facilitation du travail coopératif de plusieurs acteurs économiques par la spécification, la conception, le développement et les essais au laboratoire d une

20 plateforme électronique. Cette plateforme devrait permettre à des entreprises et des administrations publiques de fonctionner en réseau et de représenter une organisation virtuelle vers le monde externe. La base de la plateforme sera un espace d informations commun à tous les acteurs. Les outils du type CSCW (Computer Supported Cooperative Work) utilisés jusqu à présent pour l assistance à la coopération interne dans les entreprises seront analysés en vue d enrichir la plateforme de l organisation virtuelle. Afin de localiser un secteur luxembourgeois ayant un potentiel de développement pour le mode de fonctionnement en organisation virtuelle, le CEPS devra accompagner le projet par des enquêtes sur le terrain. Les résultats des enquêtes devront fournir des informations sur les besoins des entreprises et ainsi influencer la conception de la plateforme. page >>> 18 SECOM <Equipe du projet SICOV> Les connaissances de la Chambre de Commerce au niveau de leurs ressortissants seront utilisées pour orienter l enquête et la conception de la plateforme. Les études théoriques menées durant la première phase du projet ont permis de mieux comprendre et cibler les concepts de l organisation virtuelle: une spécification globale de la plateforme est en cours d élaboration. Les études menées au laboratoire visent l analyse, la conception et l intégration d outils collaboratifs devant fonctionner sur la plateforme. Les conclusions de ces études détermineront l architecture technique de la plateforme. Divers contacts avec des organisations privées et publiques ont permis de plus finement comprendre les besoins d une organisation virtuelle. Ces organisations assisteront lors des tests pratiques à mener sur le terrain.

RAPPORT D ACTIVITÉS 2001

RAPPORT D ACTIVITÉS 2001 RAPPORT D ACTIVITÉS 2001 RAPPORT D ACTIVITÉS 2001 PAGES SUMMARY / RÉSUMÉ.................................. 5 PRÉFACES............................................. 7 I. SITUATION ET FONCTIONNEMENT......................

Plus en détail

ANNEXE 1. 1 La mission du FNR

ANNEXE 1. 1 La mission du FNR Extraits du Contrat de Performance 2011-2013 ANNEXE 1 1 La mission du FNR Dans le cadre des missions décrites dans la loi modifiée du 31 mai 1999 portant création d'un fonds national de la recherche dans

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 COZ/VDF/E06/458 Muriel Quinet Muriel.quinet@health.fgov.be 02/524.85.78 Valérie De Nef Valerie.denef@health.fgov.be 02/524.85.79 APPEL A COLLABORATION

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Faisons de la recherche notre force

Faisons de la recherche notre force Faisons de la recherche notre force Référence luxembourgeoise en matière de recherche et d innovation, le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) travaille dans les domaines des matériaux,

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD?

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Novembre / Décembre 2008 Par Caroline Gérard Chaque sujet de recherche inscrit dans un appel

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Dans le cadre de la promotion de la recherche scientifique, l innovation et le développement

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle Transfert technologique et Propriété Intellectuelle -Maroc - Alger, 29 Janvier 2013 INTRODUCTION Écosystème de l innovation Stratégie Objectifs - Moyens Gouvernance Transfert de technologie Propriété Intellectuelle

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE La recherche européenne en action LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE (7 e PC) Placer la recherche européenne au premier plan Définir un nouveau standard pour la recherche européenne Le septième programme-cadre

Plus en détail

Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion

Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

EUROMED JUSTICE II. AGENDA 30 juin 2008. 09h30 10h00 Message d'ouverture, Marcus CORNARO, Directeur, EuropeAid Direction A

EUROMED JUSTICE II. AGENDA 30 juin 2008. 09h30 10h00 Message d'ouverture, Marcus CORNARO, Directeur, EuropeAid Direction A Projet financé par l Union européenne EUROMED JUSTICE II CONFÉRENCE D'OUVERTURE Centre Albert Borschette Salle de réunion AB 3B 36, rue Froissart 1049 Bruxelles Le 30 juin 2008, de 09h00 à 17h00 AGENDA

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015 Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie Automne 2015 2 La nécessité de créer des emplois La révolution tunisienne a entre autres

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F)

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Emploi type : Ingénieur en développement et déploiement d applications BAP : E Niveau : Ingénieur d études N concours : EPRIE02 Affectation

Plus en détail

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Le Ministère des Affaires Étrangères (MAE), en partenariat avec les Régions de France et

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES

CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES L Université de Reims Champagne-Ardenne, Soucieuse d accompagner l internationalisation grandissante de l enseignement

Plus en détail

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP)

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) SUBVENTION D ÉQUIPE POUR DES TRAVAUX DE RECHERCHE COOPÉRATIFS MULTICENTRIQUES (subvention d équipe) GUIDE SUR LE PROGRAMME Document révisé en

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION

INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION Les Rencontres PACEIM INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION Marseille, 14 avril 2014 Abdelkrim Zemmita Chef du Service Coordination des Programmes de Financement de l Innovation DTAIRD - MICIEN Stratégie

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail