Fonds National de la Recherche Luxembourg» RAPPORT D ACTIVITES 2004

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fonds National de la Recherche Luxembourg» RAPPORT D ACTIVITES 2004"

Transcription

1 Fonds National de la Recherche Luxembourg» RAPPORT D ACTIVITES 2004

2

3 Fonds National de la Recherche Luxembourg» RAPPORT RAPPORT D ACTIVITES

4 Fonds National de la Recherche

5 RAPPORT D ACTIVITES 2004 TABLE DES MATIERES Summary / Résumé Préfaces par Romain Henrion, Président du Conseil d Administration par Jean-Frank Wagner, Président du Conseil Scientifique I. Missions et fonctionnement II. Les programmes de recherche pluriannuels en cours» Programme SECOM» Programme NANO» Programme EAU» Programme BIOSAN» Programme PROVIE» Programme VIVRE» Programme TRASU» Programme SECAL III. Les mesures d accompagnement IV. Collaborations internationales en 2004» ESF» ERCIM» COST» ERA-NET» AUTRES V. Autres activités en 2004 VI. Activités prévues en 2005 et au-delà VII. Bilan financier 2004 FONDS NATIONAL DE LA RECHERCHE 6, rue Antoine de Saint-Exupéry (3 e étage) B.P L-1017 Luxembourg Kirchberg Tél Fax Table des matières 5

6 SUMMARY The National Research Fund was set up by the Law of May 31, 1999 in order to stimulate research activities in Luxembourg with the aim» to create new competence and knowledge,» to strengthen existing competence and knowledge and» to develop national and international synergies in order to increase the attractiveness of Luxembourg as a scientific and economic site of excellence. Projects and Highlights: Multiannual national R&D priority programmes: The following multiannual research programmes have been launched since 2000: Duration Programme Title Budget Security and efficiency of new practices in e-commerce for all socio-economic actors (SE-COM) New materials and nanotechnology (NANO) Sustainable management of water resources (EAU) Health and Biotechnology (BIOSAN) Living tomorrow in Luxembourg (VIVRE) Medical aspects of ageing (PROVIE), Extension of BIOSAN Surface treatment (TRASU) Food safety (SECAL) How to participate in these programmes? In the framework of these programmes, the Fund announces periodic calls for research projects. The selected projects benefit from a financial contribution granted by the Fund. Further information concerning the calls for research projects can be found on the internet site of the Fund To whom are the calls addressed? Calls are addressed to public institutions, Luxembourg administrations and public establishments authorized to undertake R&D activities or technology transfer in their respective fields of activity. 6 Summary

7 Accompanying measures: In addition to the support of research as such, the Fund subsidizes accompanying measures aiming to strengthen the general frame of scientific research in Luxembourg. Thus, the Fund launches regular calls for proposals concerning the promotion of» scientific awareness,» international scientific cooperation, and» national coordination in research. The accompanying measures are divided into eight categories: MA1: Various measures for promoting scientific awareness, national R&D coordination and international scientific cooperation MA2: Active participation of novice researchers in a scientific conference MA3: Organisation of a scientific conference in Luxembourg MA4: a) Publication of a doctoral thesis or b) scientific publication MA5: Preparation of a European Union research project MA6: Mobility of researchers MA7: Promotion of Patents SF: Science Festival How to participate in these programmes? For the accompanying measures MA1/MA3/MA6 the submission dates are on the 1st of April and the 1st of October of each year. For the remaining measures, the Fund should be contacted directly. All the relevant information concerning the accompanying measures can be found in detail on the internet site To whom are the calls addressed? These measures are addressed to a larger public:» public institutions or services authorised to undertake R&D activities,» private associations,» individuals who pursue activities of a scientific nature, including students. European Partnerships: The National Research Fund is a member of:» the European Science Foundation (ESF),» EUROHORCS, European Union Research Organisations Heads of Research Councils,» ERCIM, European Research Consortium for Informatics and Mathematics,» ICSU, International Council for Science. Since 2003, the Fund has been participating in three European Research Area Networks (ERA-Net), concerning research in ageing, materials research and research in neurology. In the year 2005, the Fund may participate in other ERANETs. To receive further information, please visit the Fund s website or send an to The annual report is available in a summarized printed English version upon request at or may be downloaded from Summary 7

8 RESUME Le Fonds National de la Recherche a été créé par la loi du 31 mai 1999 dans le but de donner une impulsion supplémentaire aux activités de recherche au Luxembourg et notamment afin de:» favoriser la création de nouvelles compétences,» renforcer les compétences en place et» développer des synergies nationales et internationales, afin de rendre le site du Luxembourg encore plus attrayant en matière scientifique et économique. Moyens mis en œuvre: Programmes pluriannuels: Depuis 2000, le Fonds a travaillé sur les programmes suivants: Durée Dénomination Budget Sécurité et efficacité des nouvelles pratiques du commerce électronique pour tous les acteurs socio-économiques (SECOM) Matériaux innovateurs et nanotechnologie (NANO) Gestion durable des ressources hydriques (EAU) Biotechnologie et Santé (BIOSAN) Vivre demain au Luxembourg (VIVRE) Processus de vieillissement (PROVIE), extension du programme BIOSAN Traitements des surfaces (TRASU) Sécurité alimentaire (SECAL) Comment participer à ces programmes? Dans le cadre de ces programmes, le Fonds procède à un ou plusieurs appels à propositions de projets. Les projets retenus bénéficient alors du concours financier en partie ou totalement du Fonds National de la Recherche. Les renseignements relatifs à ces appels sont accessibles via le site A qui s adressent-t ils? Ces appels s adressent aux organismes, services et établissements publics luxembourgeois autorisés à entreprendre, dans les domaines qui les concernent, des activités de recherche ainsi que de développement et de transfert technologiques. 8 Résumé

9 Mesures d accompagnement: En complément au financement de la recherche proprement dite à travers les programmes pluriannuels, le Fonds subventionne des mesures d accompagnement pour renforcer le cadre général de la recherche scientifique au Luxembourg. Ainsi le Fonds lance régulièrement des appels à propositions d activités pour la promotion» de la culture scientifique,» de la coopération scientifique internationale et» de la coordination nationale en matière de recherche. Ces mesures d accompagnements sont classées comme suit: MA1: Diverses mesures de promotion de la culture scientifique, de la coopération scientifique internationale ou de la coordination nationale en matière de recherche MA2: Participation active de chercheurs débutants à des conférences scientifiques MA3: Organisation de conférences scientifiques au Luxembourg MA4: Publication d ouvrages scientifiques/de thèses de doctorat MA5: Préparation de projets de recherche européens MA6: Mobilité des chercheurs MA7: Promotion de brevets SF: Festival des Sciences Comment participer à ces mesures? Pour les mesures MA1/MA3/MA6, le Fonds procède deux fois par an à des appels avec des délais de soumission le 1 er avril et 1 er octobre de chaque année. Pour les autres, il convient de s adresser directement au Fonds. Tous les appels pour ces mesures sont consultables sur le site A qui s adressent t elles? Certaines mesures peuvent concerner un public plus large:» les organismes ou services publics autorisés à entreprendre des activités de R&D,» les associations, et» les particuliers poursuivant des activités au service de la recherche, notamment des étudiants. Le Fonds en Europe: Le Fonds National de la Recherche est membre de:» la Fondation Européenne des Sciences (ESF),» EUROHORCS, European Union Research Organisations Heads of Research Councils,» ERCIM, European Research Consortium for Informatics and Mathematics, et» ICSU, International Council for Science. Depuis 2003, le Fonds participe à trois réseaux européens ERANET (European Research Area Networks), concernant la recherche sur le vieillissement, les sciences des matériaux et la neurologie. La participation à d autres ERANET sera explorée pour Le site internet est à votre disposition pour plus d informations. Vous pouvez aussi nous envoyer un mail à l adresse suivante: Résumé 9

10 PREFACE» Romain Henrion Romain Henrion Président du Conseil d Administration Après cinq ans d existence, le Fonds National de la Recherche a invité, en décembre 2004, un comité d experts de renommée internationale pour l aider à s orienter au niveau du choix de ses futures priorités. Les experts ont confirmé que pour un pays de la taille du Luxembourg il est primordial de poursuivre une recherche stratégique dans un nombre de domaines limité, domaines définis en collaboration avec tous les acteurs concernés, suivant la méthode que le Fonds applique depuis sa création en Les experts ont ajouté que le Fonds devrait également tirer des conclusions pour de futurs programmes de son analyse des forces et faiblesses réalisée pour ses programmes en cours. Étant donné que les premiers programmes pluriannuels du Fonds viendront à échéance en 2007, nous venons de lancer un appel à propositions afin de déterminer des thématiques prometteuses pour les nouveaux programmes pluriannuels de recherche qui seront mis en place à partir de Les propositions qui nous parviendront dans le cadre de cet appel seront discutées avec tous les partenaires potentiels au Luxembourg afin de ne cibler que les axes de recherche prioritaires que nous proposerons au Gouvernement pour orienter la politique R&D du pays. Nous avons également l intention d entamer, encore en 2005, une étude foresight afin de découvrir et d analyser de nouvelles opportunités pour la recherche au Luxembourg, et ceci en collaboration avec les différents acteurs du monde économique, politique et de la société en général. En parallèle, le Ministère de la Recherche envisage de réaliser avec l OCDE une évaluation de la recherche au Luxembourg. Les résultats de ces deux études constitueront certainement un outil essentiel pour la définition des futures priorités de recherche pour le pays. Au niveau des programmes pluriannuels en cours, après une première phase de mise en place des compétences au niveau national, le besoin de collaborations scientifiques renforcées avec l étranger se fait ressentir. Dans le contexte du développement de l espace européen de la recherche, les coopérations au niveau des projets de recherche devront donc être amplifiées. Afin d encourager cet élan, le Fonds est en train d élaborer un nouveau programme INTER visant à une meilleure promotion de la coopération scientifique internationale, moyennant la participation à des activités de recherche bi- ou multilatérales existantes ou futures. Ce programme sera prochainement soumis au Conseil de Gouvernement pour accord. 10 Préface

11 Afin d assurer la suite des activités déjà engagées, les acteurs de la recherche au Luxembourg devront continuer à recevoir le soutien nécessaire. Au niveau des bâtiments et infrastructures, les perspectives sont prometteuses. La Cité des Sciences, de la Recherche et de l Innovation sera construite à partir de 2005 sur les friches d Esch-Belval et constituera une occasion extraordinaire pour réunir différents acteurs d orientations complémentaires. L esprit d entrepreneur devra se développer autour de ces pôles de recherche afin de permettre le transfert du savoir vers des micro-entreprises créées par des chercheurs, en collaboration avec le secteur privé. Dans ce domaine, nous suivrons l exemple d autres pays qui ont su combiner de manière efficace des politiques de recherche avec d autres instruments afin d accroître leur compétitivité. Nous avons ainsi pris note, avec beaucoup d intérêt, de la signature d un accord de coopération entre la Société Nationale des Crédits à l Investissement et les trois centres de recherche publics afin de soutenir des start-ups avec le capital à risque nécessaire pour la première phase de leur existence. De tels instruments, visant les acteurs de la recherche publique, ont fait défaut jusqu à présent. Le Fonds est également conscient qu il ne suffit pas d intéresser un public adulte à la recherche, mais que, pour mieux préparer l avenir, il faut surtout éveiller l intérêt des jeunes pour la recherche. Les activités telles que développées par exemple par le Science Club, ainsi que le Science Festival qui sera organisé pour la cinquième fois en octobre 2005 vont dans ce sens. Le développement de l Université du Luxembourg offre, de son côté, un nouveau potentiel de développement de la recherche au niveau national. Nous avons déjà pu nous échanger à plusieurs reprises avec les responsables de l Université et nous sommes conscients de l importance d une étroite collaboration entre l Université et les organismes de recherche qui pourra se manifester par exemple au sein des projets du Fonds. Le Fonds National de la Recherche continuera à s investir afin de rendre le Luxembourg encore plus attrayant du point de vue scientifique et économique. Romain Henrion Président Préface 11

12 » PREFACE Jean-Frank Wagner Jean-Frank Wagner Président du Conseil Scientifique Pour le Fonds National de la Recherche, l année 2004 a été une année de premiers bilans. Les premiers projets de recherche se sont terminés avec succès, et les premières évaluations des programmes en cours SECOM, NANO, EAU, BIOSAN et VIVRE ont eu lieu lors de réunions de comités de pilotage, composés d experts étrangers indépendants. Les premiers mandats des membres du conseil scientifique et du conseil d administration du Fonds National de la Recherche sont venus à leur terme et les deux conseils ont été renouvelés à partir de Je voudrais d ailleurs remercier les membres de ces deux premiers conseils, au nom des responsables du Fonds, pour le travail accompli et pour leur investissement personnel dans la recherche au Luxembourg. Les premiers bilans des travaux du Fonds National de la Recherche nous permettent d affirmer que nous avons atteint notre objectif principal, à savoir de donner une impulsion supplémentaire à la recherche au Luxembourg. En effet, les projets de recherche commencent à donner des premiers résultats très prometteurs, tels que des premières retombées socio-économiques ou encore des publications scientifiques dans des revues de renommée internationale. Au total, durant les cinq premières années de son existence, le Fonds a initié 52 projets de recherche avec un financement de plus de 40 millions d euros. Tous ces projets contribuent à rendre le Luxembourg plus attrayant du point de vue de la recherche, et à attirer des chercheurs, internationaux mais surtout aussi luxembourgeois, qui n auraient pas envisagé la possibilité de s établir ou de retourner au Luxembourg il y a cinq ans. Nous devrons continuer à investir dans les compétences et à promouvoir les carrières professionnelles de ces chercheurs au Luxembourg, aussi bien dans le secteur public qu en échange avec le secteur privé. Ceci afin d offrir des postes plus stables et un environnement de recherche plus intéressant aux chercheurs de tous niveaux, jeunes et avancés. Dans ce contexte, nous nous réjouissons de constater que le Gouvernement luxembourgeois attribue une très grande importance à la recherche et au développement de l Université du Luxembourg, et qu il prévoit de porter à terme l investissement public relatif à la R&D à 1% du PIB, conformément aux objectifs établis par le Sommet européen de Barcelone. 12 Préface

13 Il reste cependant beaucoup à faire si, en tant que pays, nous voulons nous positionner à long terme sur la scène internationale de la recherche. Ainsi, les pays asiatiques connaissent un essor sans pareil et investissent de plus en plus dans la recherche, surtout dans la recherche technologique et biomédicale. Si nous désirons augmenter notre visibilité à l avenir, nous devons nous préparer à affronter la mondialisation et les changements inévitables qui y sont liés et qui se font déjà ressentir dans le monde de la recherche. Il faudra, avant tout, ne pas avoir peur de ces changements. En effet, au Luxembourg, nous sommes dans la position assez confortable d avoir un marché du travail assez sain et un endettement relativement faible. Il faut être conscient de cet avantage pour pouvoir le maintenir. Les progrès technologiques et scientifiques sont les seuls à pouvoir assurer notre bien-être à long terme. Pour autant, nous ne devrons pas limiter la recherche à des domaines où l utilité économique paraît immédiate. Nous avons surtout besoin d une culture de la recherche qui fasse partie de la culture générale de chaque membre de notre société. Par cette culture, nous arriverons à créer une ambiance favorable à la recherche, et à attirer des chercheurs au Luxembourg pour qu ils y construisent les futures entreprises et les futures générations du pays. Dans le présent rapport, vous trouverez des exemples précis de projets de recherche et de résultats en termes de publications scientifiques ou autres. Je vous souhaite une bonne lecture, tout en espérant que les activités du Fonds National de la Recherche contribuent à créer au Luxembourg la culture de la recherche mentionnée. Jean-Frank Wagner Président du Conseil Scientifique Préface 13

14 I. Missions et fonctionnement 14 Missions et fonctionnement

15 MISSIONS En application des dispositions de l'article 2 de la loi du 31 mai 1999 portant création d'un fonds national de la recherche dans le secteur public, le Fonds a pour mission:» De recevoir, de gérer et d'employer des allocations et dons provenant de sources publiques ou privées en vue de la promotion sur le plan national de la recherche et du développement technologique dans le secteur public, appelés par la suite «R&D», ainsi que» D'entretenir un processus de réflexion continu en vue de l'orientation de la politique nationale en R&D, suivant les données économiques et l'évolution scientifique et technologique ainsi que sur la base d'études approfondies. Rôle du Fonds» Elaborer des propositions relatives aux objectifs de la politique nationale en matière de R&D,» Proposer les actions prioritaires en vue d'atteindre ces objectifs,» Elaborer, en vue des priorités retenues, des programmes pluriannuels d'activités et contribuer par ce biais à l'établissement d'un programme pluriannuel de la R&D au plan national,» Assurer par l'attribution des moyens financiers mis à sa disposition la réalisation de ces programmes d'activités pluriannuels et veiller au suivi de leur mise en œuvre,» Assurer l'évaluation systématique et continue des résultats obtenus, afin de permettre tout réajustement des priorités s'avérant nécessaire,» Promouvoir en général une coordination efficiente des actions nationales en R&D ainsi que la participation luxembourgeoise aux programmes de coopération internationale en R&D,» Présenter, de sa propre initiative, au ministre ayant dans ses attributions la recherche scientifique et la recherche appliquée, toute proposition, suggestion et information relative à la mise en oeuvre de la politique nationale de R&D. Les bénéficiaires» Les centres de recherche publics créés sur base de la loi du 9 mars 1987 ayant pour objet: 1. l organisation de la recherche et du développement technologique dans le secteur public, 2. le transfert de technologie et la coopération scientifique et technique entre les entreprises et le secteur public;» l université du Luxembourg;» le Centre d Etudes de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-économiques créé par la loi du 10 novembre 1989; ainsi que» les organismes, services et établissements publics autorisés à entreprendre, dans les domaines qui les concernent, des activités de recherche ainsi que de développement et de transfert technologiques visant à promouvoir le progrès scientifique ou l innovation technologique. Les moyens mis en place Dans le cadre de sa mission, le Fonds peut:» organiser des activités visant la promotion de la culture scientifique,» attribuer des bourses à des chercheurs et scientifiques,» allouer des subsides à des particuliers ainsi qu à des associations poursuivant des activités à caractère scientifique, et» faire participer ces bénéficiaires précités aux programmes organisés par la Communauté européenne ou par des organisations internationales. Missions et fonctionnement 15

16 FONCTIONNEMENT Le Fonds National de la Recherche, établissement public jouissant de l autonomie scientifique, financière et administrative, est géré par un Conseil d'administration, assisté d'un Conseil Scientifique et d un secrétariat. Le Conseil d Administration» Le Conseil d Administration est constitué de:» un membre proposé par chacun des ministres concernés ayant dans leurs attributions la recherche scientifique et la recherche appliquée, l enseignement supérieur, la recherche-développement industrielle et le transfert de technologies respectivement le budget,» deux membres proposés par le Conseil de Gouvernement après consultation des autres ministres organisant de la R&D,» six membres proposés par le Gouvernement parmi des personnalités du secteur privé reconnues pour leur compétence en matière de R&D. Président Vice-Président Président Vice-Président Composition du Conseil d Administration Membres du Conseil d Administration de 2000 à 2004» Romain HENRION, Arcelor S.A.» Roland JAEGER, SES Global» Raymond BAUSCH, Ministère de la Culture, de l'enseignement supérieur et de la Recherche» Germain DONDELINGER, Ministère de la Culture, de l'enseignement supérieur et de la Recherche» Theo FAMULOK, GoodYear S.A. e.r.» Jean-Marie HAENSEL, Inspection Générale des Finances» Danielle HANSEN-KOENIG, Ministère de la Santé» Romain KEISER, Galvalange s.à.r.l.» Henri METZ, Section Médicale de l'institut Grand-Ducal» François MEYER, Gencell, France» Pierre-Marie VALENNE, Banque Privée Edmond de Rothschild Europe» Marco WALENTINY, Ministère de l'economie Membres du Conseil d Administration de 2005 à 2009» Romain HENRION, ARCELOR S.A.» Pierre-Marie VALENNE, Banque Privée Edmond de Rothschild Europe» Raymond BAUSCH, Ministère de la Culture, de l'enseignement Supérieur et de la Recherche» Jean BERGH, Goodyear S.A. Technical Center Luxembourg» Germain DONDELINGER, Ministère de la Culture, de l'enseignement Supérieur et de la Recherche» Yves ELSEN, Hitec Luxembourg S.A.» Jean-Marie HAENSEL, Inspection Générale des Finances» Danielle HANSEN-KOENIG, Ministère de la Santé» Romain KEISER, Galvalange s.à.r.l.» Henri METZ, Section Médicale de l'institut Grand-Ducal» François MEYER, Gencell SAS, France» Marco WALENTINY, Ministère de l'economie 16 Missions et fonctionnement

17 Le Conseil Scientifique Il assiste le Conseil d Administration en tant qu organe consultatif en matière scientifique. Le conseil scientifique comprend:» un représentant par centre de recherche public (CRP Henri Tudor, CRP Gabriel Lippmann, CRP Santé),» un représentant du Centre d Etudes de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques (CEPS/INSTEAD),» deux représentants de l Université du Luxembourg créée par la loi du 12 août 2003,» des personnalités, luxembourgeoises ou étrangères, extérieures aux établissements visés ci-dessus, choisies en raison de leur compétence. Leur nombre dépasse d une unité le nombre des établissements précités. Composition du Conseil Scientifique Président Membres du Conseil Scientifique de 2000 à 2004» Jean-Frank WAGNER, Université de Trèves, Allemagne» Jean DE LA HAMETTE, Centre de Recherche Public Henri Tudor» Gusty FEYDER, DuPont Teijin Films Luxembourg S.A.» Marc GENGLER, Ecole Supérieure d'ingénieurs de Luminy/Marseille, France» Joseph LAHR, Université du Luxembourg» Fernand MULLER, Dometic s.à.r.l.» Délia NILLES, Université de Lausanne, Ecole des HEC, Suisse» Fernand REINIG, Centre de Recherche Public Gabriel Lippmann» Gaston SCHABER, Centre d'etudes de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques» François SCHNEIDER, Centre de Recherche Public Santé» Susy SCHOLL, Institut Curie, Paris, France» Norbert VON KUNITZKI, Université du Luxembourg» Pierre WILTZIUS, Beckmann Institute, University of Illinois, USA Président Membres du Conseil Scientifique de 2005 à 2009» Jean-Frank WAGNER, Université de Trèves, Allemagne» Jean DE LA HAMETTE, Centre de Recherche Public Henri Tudor» Adelheid EHMKE, Université du Luxembourg» Gusty FEYDER, DuPont Teijin Films Luxembourg S.A.» Marc GENGLER, Ecole Supérieure d'ingénieurs de Luminy/Marseille, France» Jean-Paul LEHNERS, Université du Luxembourg» Fernand MULLER, Dometic s.à.r.l.» Délia NILLES, Université de Lausanne, Ecole des HEC, Suisse» Fernand REINIG, Centre de Recherche Public Gabriel Lippmann» Gaston SCHABER, Centre d'etudes de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques» Fernand WAGNER, Centre de Recherche Public Santé» Pierre WILTZIUS, Beckman Institute, University of Illinois, USA Le Secrétariat Le secrétariat du Fonds comprend:» Raymond BAUSCH, secrétaire général, Carlo DUPREL, superviseur de programmes, Frank GLOD, superviseur de programmes, Christiane KAELL, superviseur de programmes, Ulrike KOHL, superviseur de programmes, Sylvie HEINISCH, assistante administrative, Jill MOUSEL, assistante du secrétaire général, Susana Pinto, assistante administrative, Garance Muraille, stagiaire du 1 er mars au 31 mai 2004» Bob Mousel, du 12 juillet jusqu au 31 août 2004 (occupation pendant les vacances scolaires) Missions et fonctionnement 17

18 PROCEDURES GENERALES DE SELECTION DE PROJETS DE RECHERCHE Les procédures de sélection des projets de recherche sont basées sur la loi du 31 mai 1999 portant création du Fonds National de la Recherche et le Règlement grand-ducal du 27 juillet Le Fonds élabore des programmes pluriannuels d'activités et lance des appels à propositions de projets de recherche dans le cadre de ces programmes. Le Conseil Scientifique désigne un expert, dit rapporteur, qui a comme tâche de coordonner l évaluation de projets soumis et de présenter les résultats de l évaluation auprès du Conseil d Administration et du Conseil Scientifique du Fonds. Le rapporteur nomme au moins 3 experts indépendant par projet de recherche. Le Conseil d Administration et le Conseil Scientifique ont le droit de nommer des experts supplémentaires si nécessaire. Critères retenus pour l'évaluation des projets L évaluation des propositions de projets, par les experts, se fait selon les critères suivants:» qualité scientifique (créativité et innovation, cohérence, travail interdisciplinaire, niveau de compétence reconnu au niveau international),» intérêt socio-économique,» rapport entre les dépenses de réalisation prévues et les résultats escomptés,» concordance avec les objectifs et priorités des programmes d'activités en cours,» caractère réaliste par rapport au contexte luxembourgeois,» caractère mobilisateur sur le plan national,» répartition des moyens budgétaires équilibrée: entre l'acquisition de compétences, l'aspect recherche, diffusion et la valorisation des résultats de recherches. Suivant les résultats d évaluation, le rapporteur soumet au Conseil Scientifique une liste des propositions à retenir pour une contribution financière. La décision finale est prise par le Conseil d Administration sur avis du Conseil Scientifique. Ainsi, une proposition de projet peut être:» acceptée,» rejetée, ou» retournée pour modification. Les proposants sont informés des résultats de l évaluation de leur projet et une justification écrite est donnée pour chaque projet rejeté. Lorsqu un projet a été accepté, une convention entre le Fonds et les contractants est négociée et signée. Concernant les projets acceptés sous réserve de modifications, le rapporteur, en consultation avec des experts éventuels, évalue les versions re-soumises et présente ses commentaires au Conseil Scientifique et au Conseil d Administration pour avis et décision finale. 18 Missions et fonctionnement

19 Modalités actuelles de mise en œuvre des projets Conseil d Administration 4. Soumission des projets pour décision Conseil Scientifique 3. Soumission des projets pour avis 3. Avis indépendants 4. Avis indépendants Rapporteur et Experts Secrétariat du Fonds 5. Signature de contrats pour projets acceptés 1. Appel à propositions de projet dans le cadre d un programme pluriannuel 2. Proposition de projets dans le cadre du programme pluriannuel Organismes de recherche publics Procédures générales de sélection de programmes pluriannuels En premier lieu, le Fonds a défini ses programmes d activités pluriannuels basés sur des propositions des acteurs nationaux en matière R&D: Lors de l élaboration de ses premiers programmes pluriannuels en 2000 et 2002, le Fonds a lancé deux appels à propositions de programmes où les acteurs du domaine de la recherche du secteur public et privé ainsi que des proposants individuels ou institutionnels ont pu soumettre leurs suggestions. La sélection des propositions a été réalisée par une évaluation basée sur les critères suivants:» qualité scientifique (créativité et innovation, cohérence, travail interdisciplinaire, niveau de compétence reconnu au niveau international),» intérêt socio-économique,» caractère réaliste par rapport au contexte luxembourgeois,» caractère mobilisateur sur le plan national,» répartition des moyens budgétaires. Le Conseil d Administration du Fonds National de la Recherche a décidé des propositions à retenir sur avis du Conseil Scientifique. Un group d experts a alors été formé pour définir le contenu spécifique des programmes. Après l intégration des modifications suggérées par le Conseil Scientifique et des experts internationaux, un texte final et une proposition de budget ont pu être soumis pour adoption au Gouvernement par le Conseil d Administration. Missions et fonctionnement 19

20 II. Les programmes de recherche pluriannuels en cours 20 Les programmes de recherche pluriannuels en cours

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

ANNEXE 1. 1 La mission du FNR

ANNEXE 1. 1 La mission du FNR Extraits du Contrat de Performance 2011-2013 ANNEXE 1 1 La mission du FNR Dans le cadre des missions décrites dans la loi modifiée du 31 mai 1999 portant création d'un fonds national de la recherche dans

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS White Paper «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS 11 juin 2012 Sommaire L ILNAS et le service de la confiance numérique NormaFi-IT : projet de recherche sur le thème de

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce 7 mars 203 Mehdi KETTANI Vice-président de la Commission R&D, e-entreprise et relation avec l Université Commission

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Faisons de la recherche notre force

Faisons de la recherche notre force Faisons de la recherche notre force Référence luxembourgeoise en matière de recherche et d innovation, le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) travaille dans les domaines des matériaux,

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Le Trophée du CSR pour la Recherche et l Innovation 2013

Le Trophée du CSR pour la Recherche et l Innovation 2013 Le Trophée du CSR pour la Recherche et l Innovation 1 Le Trophée du CSR pour la Recherche et l Innovation 2013 «C est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale.

Plus en détail

PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE

PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE Ecosystème de Développement Economique et Social www.jaida.ma Platforme Interactive Mobile SOMMAIRE OPPORTUNITE DU PROJET CADRE GÉNÉRAL ET OBJECTIFS

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Appel à manifestations d intérêt

Appel à manifestations d intérêt Appel à manifestations d intérêt pour des projets d organisation à l international de manifestations de promotion de l écosystème de start-up français. Programme d investissements d avenir Action French

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée

La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée 09.09.2009 INFORMATION A LA PRESSE La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée DFG et FNR signent un accord visant à simplifier les procédures

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

25,2 millions d'euros.

25,2 millions d'euros. PREFECTURE DE LA REGION AUVERGNE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Pour la sélection d'un opérateur financier chargé de la gestion d'un fonds de participation européen régionalisé financé principalement

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES Université Moulay Ismail Faculté des Sciences et Techniques Errachdia REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES CEDOC-ST DENOMINATION DU CEDOC Article 1: Le Centre d Etudes

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys Mise en place des projets collaboratifs public-privé dans les TIC à l entreprise Cynapsys 22 Septembre, Pôle Elghazala, Ariana Imed AMMAR Manager AGENDA Présentation de CYNAPSYS Vision et Stratégie de

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Dans le cadre de la promotion de la recherche scientifique, l innovation et le développement

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES

CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES CHARTE RELATIVE AUX DIPLÔMES EN PARTENARIAT INTERNATIONAL ET AUX FORMATIONS DÉLOCALISÉES L Université de Reims Champagne-Ardenne, Soucieuse d accompagner l internationalisation grandissante de l enseignement

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

établi par le Bureau Permanent * * * REVIEW OF ACTIVITIES OF THE CONFERENCE IN REGARD TO MEDIATION drawn up by the Permanent Bureau

établi par le Bureau Permanent * * * REVIEW OF ACTIVITIES OF THE CONFERENCE IN REGARD TO MEDIATION drawn up by the Permanent Bureau AFFAIRES GÉNÉRALES ET POLITIQUE GENERAL AFFAIRS AND POLICY Doc. prél. No 11 Prel. Doc. No 11 février / February 2010 SUIVI DES ACTIVITÉS DE LA CONFÉRENCE EN MATIÈRE DE MÉDIATION établi par le Bureau Permanent

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER

CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER Charte du Réseau d Histologie Expérimentale de Montpellier 1 CHARTE du Réseau d Histologie Expérimentale de Montpellier (R.H.E.M.) Article 1 -

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO)

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Les outils pédagogiques de l IUIL en matière de création d entreprise

Les outils pédagogiques de l IUIL en matière de création d entreprise FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Les outils pédagogiques de l IUIL en matière de création d entreprise www.business-start.lu www.businessplan.lu Business Learning Le projet Initié

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

ENTREPRISES, REJOIGNEZ L INTELLIGENCE PROFESSIONNELLE. Ecole reconnue par l Etat

ENTREPRISES, REJOIGNEZ L INTELLIGENCE PROFESSIONNELLE. Ecole reconnue par l Etat Ecole Supérieure de Commerce et de Marketing ENTREPRISES, REJOIGNEZ L INTELLIGENCE PROFESSIONNELLE Ecole reconnue par l Etat Choisissez l ISTEC L ISTEC en chiffres 930 étudiants 50 ans d expérience 3 000

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale

sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale Ordonnance du 3 novembre 2015 Entrée en vigueur : immédiate sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Sur la proposition

Plus en détail

CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009

CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009 CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009 MISE A JOUR LE 27 JUIN 2012 CHARTE DES BOURSES DE LA FONDATION PALLADIO Le programme de bourses de la Fondation Palladio, sous l égide de la Fondation de France, vise

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015

Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015 Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015 Le Cluster Solaire/MCIC, un outil pour appuyer le développement industriel vert STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE Plan Solaire Marocain Plan Eolien

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

2014-2015 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE FONDS DE PÉDAGOGIE UNIVERSITAIRE VICE-RECTORAT À L'ENSEIGNEMENT ET À LA RECHERCHE

2014-2015 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE FONDS DE PÉDAGOGIE UNIVERSITAIRE VICE-RECTORAT À L'ENSEIGNEMENT ET À LA RECHERCHE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE FONDS DE PÉDAGOGIE UNIVERSITAIRE 2014-2015 VICE-RECTORAT À L'ENSEIGNEMENT ET À LA RECHERCHE *Dans ce document, le genre masculin est utilisé à titre épicène.

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité»

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Objectifs : Le Conseil Régional de Lorraine, la DRAC de Lorraine et

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010 Compte Rendu de l Atelier Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques 1. Contexte Le 9 décembre 2010 Beyrouth - Liban Les besoins en investissement pour

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS. fonds national de la recherche

RAPPORT D ACTIVITÉS. fonds national de la recherche RAPPORT D ACTIVITÉS 2003 fonds national de la recherche RAPPORT D ACTIVITÉS 2003 RAPPORT D ACTIVITÉS 2003 6 10 15 21 99 121 133 141 149 TABLE DES MATIERES Summary/ Résumé Préfaces page 10 par Romain

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base. Finance - Comptabilité Gestion Fiscalité Conseil 19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.net Cadres supérieurs

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

RÉUSSIR vos Séminaires de Direction & vos Conventions d entreprise

RÉUSSIR vos Séminaires de Direction & vos Conventions d entreprise RÉUSSIR vos Séminaires de Direction & vos Conventions d entreprise Equinox vous aide à mobiliser les énergies qui feront de l évènement un jalon clé dans la vie de votre entreprise. Nous assurons une maîtrise

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail