Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin le Mildiou :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :"

Transcription

1 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

2 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

3 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

4 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

5 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

6 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

7 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

8 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

9 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

10 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

11 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

12 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

13 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

14 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

15 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

16 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

17 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

18 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

19 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

20 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures Colza Culture 4.6.11 Généralités Plante oléagineuse (40 à 42% d huile dans la graine). Famille des crucifères. Culture adaptée aux zones plutôt fraîches (jusqu à 800 m d altitude environ). Bonne couverture

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Références disponibles pour la région Poitou-Charentes Réalisé à partir : - des essais conduits en Poitou-Charentes 2000-2008 - résultats de simulation

Plus en détail

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN Témoignage de Jean-Paul SAMSON 1 Jean Paul SAMSON Lorry-Mardigny (57) 1.3 UTH Types de sol principaux : 75% argilo-calcaire 20% argilo-limoneux SAU 137 ha orge hiver

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Fiche 3 RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Dose = (besoins - fournitures ) / CAU Campagne culturale (année) : Date d'ouverture du bilan : 2ème quinzaine de janvier IDENTIFICATION DE LA PARCELLE - NATURE

Plus en détail

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol LES ENGRAIS VERTS Un outil pour le bon fonctionnement du sol Un engrais vert est un couvert végétal constitué d une ou plusieurs espèces, de croissance généralement rapide, cultivé pour être incorporé

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

La luzerne au Pays Basque

La luzerne au Pays Basque Page1 1èreédition Novembre2014 1.Typologie 2.Avantages 3.Semis 4.Désherbage 5.Amendement 6.Ravageurs 7.Maladies 8.Récolteet valeur 9.Expériences locales 1.Deuxtypesdeluzerne Le type Méditerranéen Le type

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Conduite du colza en Bretagne

Conduite du colza en Bretagne Conduite du colza en Bretagne Saint Gouéno, 16 juin 2011 Réalisé par JL.Giteau, A.Guillermou, L.Quéré, JP.Turlin (CA Bretagne), J.Raimbault (Cetiom) Place du colza dans nos systèmes de production Surfaces

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

essai variétal colza bio 2012 Courtedoux 2011-2012

essai variétal colza bio 2012 Courtedoux 2011-2012 Conseils et expertises/production végétale Essai variétal colza bio Courtedoux 211-212 Rapport d essai Responsable de l essai : Michel Petitat Fondation Rurale Interjurassienne 2852 COURTEMEON 32 42 74

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 Produire des légumineuses à graines pour l alimentation porcine AB : atouts et contraintes S. Lubac (IBB), F. Pressenda (Céréopa)

Plus en détail

VIVACES PLURIANNUELLES GRAB HN GRAB HN GRAB HN GRAB HN

VIVACES PLURIANNUELLES GRAB HN GRAB HN GRAB HN GRAB HN VIVACES PLURIANNUELLES LF VIVACES ET PLURIANNUELLES CHARDON DES CHAMPS CIRSIUM ARVENSE AUTRE NOM : CIRSE DES CHAMPS Famille des Astéracées RÉPARTITION, FRÉQUENCE ET DENSITÉ EN FRANCE don des champs Adventice

Plus en détail

Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis-

Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis- Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis- La démarche Lorraine 1) Le colza en AB est une culture peu cultivée en Lorraine. PROBIOLOR

Plus en détail

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Programme RotAB Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Rotations en grandes cultures biologiques sans élevage 8 fermes-types, 11 rotations Repères

Plus en détail

Quelques éléments sur la culture «naturelle» du colza

Quelques éléments sur la culture «naturelle» du colza Nature et Progrès Document Biodoc n 12 Association d agriculture (nouvelle édition janvier 2007) écologique de l Orne (AGRECO) Joseph Pousset Groupement régional d agriculture réservés) (tous droits de

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

Renseignements sur l'exploitation

Renseignements sur l'exploitation enseignements sur l'exploitation aison sociale : n pacage : Adresse : n SIET : Commune : S.A.U. : Surface en cultures : Surface en prairies : NOM - Prénom du responsable : téléphone : fax : portable :

Plus en détail

Le diagnostic agronomique pour expliquer les rendements du colza

Le diagnostic agronomique pour expliquer les rendements du colza Le diagnostic agronomique pour expliquer les rendements du colza Présentation des dispositifs récents d acquisition de références Méthodes utilisées pour le traitement des données Jean LIEVEN, chargé d

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain;

uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain; MAI Grandes Cultures Céréales d hiver Blé dur, blé tendre uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain; upoursuite des traitements phytosanitaires: se référer au calendrier

Plus en détail

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte Entre cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte www.semencesdefrance.com gamme 4 problématiques 4 solutions 4 ENTRE CULTURES DE PRODUCTION, I-SOL APPORTE À LA TERRE DES ÉLÉMENTS NUTRITIFS

Plus en détail

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17 Colza d hiver «associé» : technique et intérêts Vincent Trotin CA17 Le colza associé : une technique innovante pour réduire engrais et phytos Principe : semis simultané du colza d hiver + couvert gélif

Plus en détail

Bilan des essais variétés 2012 céréales à paille et préconisations

Bilan des essais variétés 2012 céréales à paille et préconisations SEPTEMBRE 2012 Bilan des essais variétés 2012 céréales à paille et préconisations La climatologie de 2012 s'est caractérisée par un automne doux puis par un froid hivernal intense, accompagné d un déficit

Plus en détail

Agriculture intégrée Valoriser l agronomie pour des systèmes plus autonomes

Agriculture intégrée Valoriser l agronomie pour des systèmes plus autonomes Agriculture intégrée Valoriser l agronomie pour des systèmes plus autonomes Guide pratique 2013 Guide pratique 2013 Avant-propos Ce guide est construit pour répondre d une façon nouvelle aux enjeux d

Plus en détail

Tournesol. Moyenne. Les 4 Saisons

Tournesol. Moyenne. Les 4 Saisons La sécheresse de l été 2012 n a pas eu raison de la culture de tournesol. Les résultats économiques sont toujours en progression, malgré un rendement moyen décevant. 26 exploitations 163 hectares 6,3 ha/expl.

Plus en détail

Cultures intermédiaires

Cultures intermédiaires Pourquoi implanter un couvert? Couverts, intercultures, dérobées, engrais verts, CIPAN Tous ces termes sont proches et se distinguent par la finalité de la couverture végétale mise en place sur la parcelle.

Plus en détail

Mieux gérer l interculture pour un bénéfice agronomique et environnemental Légumineuses, comment les utiliser comme cultures intermédiaires?

Mieux gérer l interculture pour un bénéfice agronomique et environnemental Légumineuses, comment les utiliser comme cultures intermédiaires? Mieux gérer l interculture pour un bénéfice agronomique et environnemental Légumineuses, comment les utiliser comme cultures intermédiaires? Synthèse des travaux menés par la Chambre Régionale d Agriculture

Plus en détail

Produire du Colza à bas niveaux d intrants

Produire du Colza à bas niveaux d intrants Produire du à bas niveaux d intrants août 2009 Pourquoi réduire les intrants? Le colza est une culture exigeante en intrants. En effet, ses besoins azotés élevés et la grande diversité de ses ravageurs

Plus en détail

BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS

BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS Mars 2015 Campagne 2013-2014 150018 AF PRÉALABLE Les barèmes suivants permettent d'évaluer les préjudices subis par l'exploitant agricole

Plus en détail

Bilan de fin de campagne 2013

Bilan de fin de campagne 2013 Haute-Loire Bulletin N 38 Le 4 Septembre 2013 Bilan de fin de campagne 2013 Agrément phyto pharmaceuthique multi- site porté par l APCA n IF 01762 Une campagne 2012-2013 marquée par le froid et la pluie

Plus en détail

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL MIDI-PYRENEES Grandes Cultures - n 13 25 mars 2010 CEREALES A PAILLE PROTEAGINEUX COLZA Pietin verse : risque parfois élevé pour les semis d'octobre dans les limons et les

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

La réussite d une culture de tomate dépend dans une certaine mesure de la qualité des plants issus de la pépinière.

La réussite d une culture de tomate dépend dans une certaine mesure de la qualité des plants issus de la pépinière. Fiche technique: Culture de la tomate La tomate (Lycopersicon esculentum Mill.) de la famille des Solanacées, est l une des plus importantes cultures maraîchères produites au Bénin tant sur le plan des

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

LES AUTRES FERTILISANTS

LES AUTRES FERTILISANTS FICHE PEDAGOGIQUE N 4 LES AUTRES FERTILISANTS L'utilisation de fertilisants complémentaires est souvent recommandée pour répondre aux besoins ponctuels de la plante. Ils complètent l'effet fertilisant

Plus en détail

SeMoIR UnIveRSeL ULTIMA

SeMoIR UnIveRSeL ULTIMA Semoir universel ULTIMA Semoir universel ULTIMA Localisation précise Rendements assurés Réglage hydraulique de la profondeur de semis Eparpillement des pailles et nivellement Roue de tassement et de jauge

Plus en détail

Fiche réalisée dans le cadre du programme Praiterre

Fiche réalisée dans le cadre du programme Praiterre LA LUZERNE Fiche réalisée dans le cadre du programme Praiterre La luzerne est la culture qui fournit la plus forte production de protéine par unité de surface et ceci par fixation de l azote de l air,

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES

Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES -1- Rappel dispositif BSV Dispositif cadré par la circulaire du 4 mars 2009 et complété par notes

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

LE TOURNESOL A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2. 1. Utilisation... 2. 2. Évolution des surfaces, productions et rendements...

LE TOURNESOL A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2. 1. Utilisation... 2. 2. Évolution des surfaces, productions et rendements... LE TOURNESOL A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2 1. Utilisation... 2 2. Évolution des surfaces, productions et rendements... 2 3. Répartition sur le territoire... 4 B - BOTANIQUE ET ÉCOPHYSIOLOGIE...

Plus en détail

Lettre Fourrages n 4. Cette note a l'ambition de vous faire redécouvrir sa production et son utilisation. Christophe HARDY CA28

Lettre Fourrages n 4. Cette note a l'ambition de vous faire redécouvrir sa production et son utilisation. Christophe HARDY CA28 Lettre Fourrages n 4 ÉDITO PROFESSIONNEL La betterave fourragère revient dans nos campagnes. Ce n'est pas un hasard. Grâce aux améliorations techniques et mécaniques, ses atouts sont à la portée de nos

Plus en détail

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES...

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... CHAPITRE 1. PRODUCTION, UTILISATION, CLASSIFICATION ET BUDGETS DE CULTURE...1 Djiby Sall Guy Durivage Marcel Frenette LA PRODUCTION ET L UTILISATION...3

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Grain. réussite. N 1 Avril 2014

Grain. réussite. N 1 Avril 2014 Grain de réussite N 1 Avril 2014 Ce bulletin est né de la volonté des acteurs de la filière Grandes cultures biologiques en Pays de la Loire (Chambres d agriculture, coopératives, enseignement, instituts

Plus en détail

Adapter les techniques d implantation à chaque situation

Adapter les techniques d implantation à chaque situation Adapter les techniques d implantation à chaque situation Jérôme LABREUCHE Damien BRUN Pôle Agro-équipement Les techniques d implantation ont souvent un impact limité sur le rendement Les techniques d implantation

Plus en détail

Doré. Bernard. Fermoscopie réalisée par la Chambre d'agriculture du. Situation de la ferme dans son environnement

Doré. Bernard. Fermoscopie réalisée par la Chambre d'agriculture du. Situation de la ferme dans son environnement Situation de la ferme dans son environnement parcelle d'oignons rouleaux Bernard Doré Polyculture élevage à dominante légumes de plein champ. Tours Eure-et-Loir Eure-et-Loir [28] (28) Auvergne Auvergne

Plus en détail

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Q. LIMBOURG, V. CESAR, L. JAMAR Contexte Pomme de terre & cultures fruitières

Plus en détail

LA GAMME TOURNESOL 2015

LA GAMME TOURNESOL 2015 GUIDE TOURNESOL 2015 LA GAMME TOURNESOL 2015 IDENTIFIANTS RAGT SEMENCES : une aide au choix variétal BONUS HUILE Variété de la gamme Tournesol Efficient : classification de la teneur en huile par rapport

Plus en détail

Fiche technique : Culture de canne fourragère

Fiche technique : Culture de canne fourragère Fiche technique : Culture de canne fourragère Sujet : Cette fiche technique vous donne les éléments clés permettant de mettre en place une surface de canne fourragère. Les différentes cannes fourragères

Plus en détail

Pommes de terre Culture 4.4.11. Généralités. Climat, sol. Itinéraire technique de la pomme de terre

Pommes de terre Culture 4.4.11. Généralités. Climat, sol. Itinéraire technique de la pomme de terre Pommes de terre Culture 4.4.11 Généralités Les pommes de terre : sont traditionnellement une culture importante en agriculture biologique; constituent un précédent cultural de grande valeur; ont des besoins

Plus en détail

Traject ires. Références Techniques Grandes Cultures. Travail sans labour. Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques?

Traject ires. Références Techniques Grandes Cultures. Travail sans labour. Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques? Traject ires Références Techniques Grandes Cultures Travail sans labour Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques? Juin 29 Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Trajectoires

Plus en détail

Quelle que soit la taille de la ferme, l utilisation d engrais verts en maraîchage biologique est indispensable pour plusieurs raisons :

Quelle que soit la taille de la ferme, l utilisation d engrais verts en maraîchage biologique est indispensable pour plusieurs raisons : MODULE 5 CHAPITRE 9 Engrais verts SOMMAIRE 1. Choix de l espèce 2 2. Doses de semis 5 3. Mélanges intéressants en fonction de la période de semis 5 3.1 Engrais vert avant la culture principale 5 3.2 Engrais

Plus en détail

Surfaces d intérêt écologique (SIE) : Prise en compte des derniers compléments du ministère PAC 2015

Surfaces d intérêt écologique (SIE) : Prise en compte des derniers compléments du ministère PAC 2015 Surfaces d intérêt écologique (SIE) : Prise en compte des derniers compléments du ministère PAC 2015 Le point au 07/10/2014 Présence de surfaces d intérêt écologique Obligationque les SIE représentent

Plus en détail

Grandes Cultures - LORRAINE. Céréales Remplissage amorcé pour toutes les céréales. Faible présence de pucerons des épis.

Grandes Cultures - LORRAINE. Céréales Remplissage amorcé pour toutes les céréales. Faible présence de pucerons des épis. Bulletin de Santé du Grandes Cultures - LORRAINE Végétal Céréales Remplissage amorcé pour toutes les céréales. Faible présence de pucerons des épis. Pois de printemps Stade Fin Floraison. Tordeuses et

Plus en détail

Fertilisation localisée sur colza

Fertilisation localisée sur colza Fertilisation localisée sur colza Point sur l action en cours Avec le concours de C. Vogrincic, L. Champolivier, P. Cristante, O. Mangenot, P. Fauvin 1 Exigence du colza en P205 - Le colza est une culture

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Tournesol. Les faits marquants de la campagne Franck Duroueix CETIOM AGEN

Tournesol. Les faits marquants de la campagne Franck Duroueix CETIOM AGEN Tournesol Les faits marquants de la campagne 13 Franck Duroueix CETIOM AGEN 1 TOURNESOL : Faits marquants 13 Surfaces Un contexte dont a bénéficié le tournesol France : 770 000 ha (+13%) Surfaces oléiques

Plus en détail

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 Partenaires Département de l économie Service de l agriculture Direction générale de l environnement Géologie, sols et déchets

Plus en détail

(Application de la Loi du 29 Décembre 1892)

(Application de la Loi du 29 Décembre 1892) Annexe 1 PROJET VOIRIE DEPARTEMENTALE Département des Deux-Sèvres Protocole d indemnisation relatif à l exécution des travaux topographiques, sondages de reconnaissance géotechniques et présondages des

Plus en détail

Techniques innovantes d implantation

Techniques innovantes d implantation www.cetiom.fr 21 Techniques innovantes d implantation DISPOSITIF L implantation du colza et de son couvert, sur le même rang, a été réalisée le même jour en semis direct. Le semoir utilisé est un SD3 HUARD.

Plus en détail

CULTIVER LE PANAIS DE PLEIN CHAMP EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE

CULTIVER LE PANAIS DE PLEIN CHAMP EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Repères technico-économiques Le panais représente un petit marché mais constitue un légume souvent présent dans les étals des maraîchers et des magasins spécialisés bio. Les Français consomment encore

Plus en détail

Rotation et Assolement

Rotation et Assolement Cas type grandes cultures biologiques TERRES E GROIES SUPERFICIEES AEC UZERNE Orge de printemps Rotation et Assolement MAIN d oeuvre uth Pois de printemps Tournesol Triticale SAU ha SO Terres de groies

Plus en détail

Focus TD. Ameublissement précis, fertilisation localisée et semis ciblé

Focus TD. Ameublissement précis, fertilisation localisée et semis ciblé Focus TD Ameublissement précis, fertilisation localisée et semis ciblé Michael HORSCH : «Les thèmes comme la sécurisation des rendements et la réduction des charges deviennent de plus en plus importants.

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013 Les cordons pierreux 2 Les bandes enherbées 3 Conservation

Plus en détail

Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais

Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais Raisonner l itinéraire betterave Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais 203/204 2 La campagne 203 3 Un printemps exceptionnellement froid Un été "mi-figue mi-raisin" Les températures glaciales accompagnées

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation des prairies GNIS Ref. : DO757 GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation de sa prairie est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement

Plus en détail

Performances technico-économiques en Agriculture Biologique en Ile-de- France

Performances technico-économiques en Agriculture Biologique en Ile-de- France Performances technico-économiques en Agriculture Biologique en Ile-de- France 1 1. Données générales sur la bio en Ile-de-France (p. 3-4) 2. Les grandes cultures bio en Ile-de-France (p. 5) 3. Le maraîchage

Plus en détail

CULTIVER LA POMME DE TERRE DE PLEIN CHAMP EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE

CULTIVER LA POMME DE TERRE DE PLEIN CHAMP EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Repères technico-économiques En règle générale, on remarque que l agriculture biologique est principalement développée dans les départements les plus diversifiés, associant souvent productions animales

Plus en détail

Tournesol : Synthèse variétale 2015

Tournesol : Synthèse variétale 2015 Tournesol : Synthèse variétale 2015 Série précoce Centre-Ouest 17 novembre 2015 Les résultats présentés dans cette synthèse sont le fruit d un partenariat avec l ensemble des structures, techniciens de

Plus en détail