Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin le Mildiou :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :"

Transcription

1 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

2 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

3 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

4 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

5 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

6 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

7 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

8 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

9 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

10 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

11 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

12 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

13 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

14 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

15 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

16 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

17 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

18 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

19 - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque de + de 30% des pieds Endommage surtout : collet et capitule, mais peut endommager bouton, feuilles et tiges Attention à la présence de sclérotinia sur légumineuses et crucifères dans les rotations Eviter les peuplements denses et les faibles écartements (< 40 cm) A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013 Caractéristiques : 1 UTH, 60 ha de grandes cultures, dont 11 ha en agroforesterie : - 19 ha de luzerne + dactyle - 10 ha de blé meunier - 12 ha d orge de printemps - 15 ha de tournesol - 2 ha de jachère Types de sol : - Entre 5 et 35 % d argile - 30 ha de terres sableuses séchantes - 30 ha corrects - Présence de silex Historique : 1989 : installation en grandes cultures 1995 : conversion des terres en bio, en décembre 1997 : terres certifiées bio 1999 : création du magasin à la ferme : La Féverole 2008 : installation des 2 maraîchers du GAEC de la Noue Marion, sur 4 ha attenant à la ferme 2003 : présidence d AXEREAL BIO Ravageurs : - Limaces : o Surtout durant la phase semis levée en conditions froides et humides o Sectionnent l hypocotyle mort de la plantule - Taupins, mammifères, pucerons, oiseaux (corvidés et pigeons) Récolte : - Généralement en septembre - stade optimal : graine entre 10 et 11 % de MS le dos du capitule vire du jaune au brun, les feuilles de la bassse et du milieu de la tige sont sèches alors que quelques feuilles en haut sont encore vertes, les fleurons tombent d eux-mêmes et la tige est passée du vert au beige clair - + tôt = risques d impuretés - + tard = pertes importantes de graines (oiseaux, égrenage) Pour éviter les graines cassées, éviter un battage trop agressif lors de la récolte les capitules doivent ressortir entier ou en 2-3 morceaux de la moissonneuse batteuse Attention : en cas de présence des 2 types de tournesols, battre les tournesols oléiques en 1 er, avant les classiques les margariniers recherchent des teneurs en acides linoléiques > 60 % (soit 28 à 30 % max en oléique) Stockage : - Selon les normes de commercialisation, les graines de tournesol ne doivent pas contenir plus de 2% d impuretés - Stabiliser l humidité entre 7 et 8 % (la norme commerciale (9%) ne permet pas une conservation sur une longue durée) Sources bibliographiques utilisées pour la réalisation de cette fiche : - bio, guide de culture, CETIOM -, Centre & Ouest 2013, FOP-CETIOM-ONIDOL-SOFIPROTEOL Particularité : Transformation de graines de colza et de tournesol à la ferme vente d huiles Rotations : Les rotations se construisent au fil de l eau, en fonction du précédent et du salissement des parcelles. Quelques principes se retrouvent néanmoins d une année sur l autre : - Le blé meunier est en général positionné derrière la luzerne ou la féverole - La féverole ne revient pas avant 4 années sur une même parcelle - La rotation dure environ 10 ans - Pour diversifier la rotation, 8 cultures sont produites sur Bretoncelles : luzerne + dactyle, blé, orges d hiver et de printemps, triticale, féverole d hiver, avoine de printemps et tournesol - Luzerne parfois semée sous couvert de céréales Ordre d idée des rendements réalisés : Culture Luzerne + dactyle (foin) Blé meunier Triticale Orge d hiver Féverole Orge de printemps Débouchés : AXEREAL et vente directe Gestion du désherbage mécanique : Semis en écartement 17 cm herse étrille Semis en écartement 25 cm (céréales et féverole) binage semé en écartement 50 cm binage Rendement 6 à 13 TMS 30 à 40 qtx 30 à 35 qtx 25 à 30 qtx 15 à 30 qtx Objectif : 35 qtx 17 qtx en moyenne

20 Les atouts du tournesol en AB : - Peu exigeant en azote - S adapte à de nombreux types et profondeurs de sols à condition de s enraciner dans un sol bien structuré - Culture de printemps - Culture binable - Relativement tolérant au stress hydrique - Rendements réguliers - Rendements moyens : o Sols profonds : 20 à 30 qtx/ha o Sols superficiels : 15 à 25 qtx/ha A Bretoncelles, le 3 juin 2013 Où placer le tournesol dans la rotation? Ne pas implanter de tournesol : - Après des cultures ou couverts favorables aux limaces (surtout en l absence de labour) ou au mildiou (nyger) - S il y a déjà eu 2 années consécutives de culture de printemps sur la parcelle, pour ne pas spécialiser la flore adventice - Juste après une prairie ou jachère (risque de taupins) - dans les parcelles où la présence de lampourde à gros fruits (peu abondant en Normandie) et/ou ambroisie est risquée peuvent héberger le mildiou Exemple de cultures pouvant être implantées avant et après tournesol : Blé, maïs, triticale, orge, avoine, pois 2 types de tournesols : linoléique : = classique margarine oléique : huile tourteaux diester Triticale, méteil, orge, maïs, blé, féveroles, luzernes Choisir les variétés à implanter en fonction : - Du contexte pédo-climatique - De la précocité privilégier les variétés très précoces et précoces dans l Orne - De son comportement vis à vis des maladies o Préférer les variétés peu sensibles (PS) aux sclérotinia sur capitule et du collet o Préférer les variétés très peu sensibles (TPS) à résistantes (R) au phomopsis (pression très faible dans l Orne) o Préférer les variétés résistantes (R) au mildiou (pression faible dans l Orne) - De la richesse en huile (viser une teneur en acide oléique > 85%) - De la productivité - De la disponibilité en semences bio vérifier sur le site Exemple de variétés classiques disponibles en AB : Alisson, MAS 83R, Olibird et Optimal Exemple de variétés oléiques disponibles en AB : ES ETHIC Semis : - Densité recherchée : 5,5 à 6 pieds/m² (ne pas excéder 6 pieds/m² baisse de la teneur en huile) - Compter environ 20% de perte à la levée - Ecartement optimal : 50 à 60 cm - Nombre de grains/ha conseillé : à (200 /ha maxi de charge de semence) - Profondeur de semis : o 2 à 3 cm si lit de semence frais o 4 à 5 cm si lit de semence sec - Minimum 3 cm de profondeur en cas de passage d outils en post-semis / pré-levée - Vitesse de semis : 5 km/h max - Période de semis : o pas avant le 1 er avril : il faut que le sol soit au minimum 8 C à 5 cm de profondeur, afin de favoriser une levée rapide (limite les dégâts d oiseaux, limaces, adventices ) o pas après le 20 avril en cas de variété précoce, au risque de ne pas pouvoir récolter avant le 30 septembre (NB : pour les variétés oléiques, la teneur en acide oléique est réduite sous l effet des températures basses après floraison) Gestion du salissement : Intervalle entre 2 cultures de tournesol : minimum 3 ans (5 ans si présomption de sclérotinia) Fertilisation : de quoi le tournesol a-t-il besoin? Eléments Besoins Remarques N 4,5 kg N / q Le tournesol possède une forte capacité à extraire l azote du sol en profondeur. Dans un sol contenant entre 2 % et 5 % de matière organique, un apport de 50 U d N organique est sécurisant pour un objectif de rendement moyen de 27 q/ha, Si N excédentaire risque de maladie, verse et diminution de la teneur en huile Molybdène 13 g/ha pour 25 q/ha Risque de carence surtout dans les sols au ph < 6,5 Stymptômes : généralement légers, ils disparaissent rapidement Feuilles en forme de cuillère en cas de carence apports de g/ha (Plantalg-Molybdene par exemple) Bore 200 à 400 g/ha Les carences s expriment entre les stades 10 feuilles et bouton floral (grillure sur les feuilles de la ½ supérieur de la plante), surtout dans les argilo-calcaires superficiels et les sols sableux, et en cas de rotations courtes P et K 0,8 et 0,6 kg / q Besoins souvent couverts par des apports de fumiers, composts Préparation du sol : Le tournesol doit pouvoir s enraciner en profondeur (0 à 30 cm) décompactage au besoin Lit de semence fin et sans encombrement pailleux (pas de semis direct) pour favoriser une levée rapide Un buttage lors des derniers passages de bineuse donne de bons résultats sur les parcelles non caillouteuses (passer à 8 10 km/h avec des socs en cœur) Principales maladies : - le Phomopsis : risques faibles dans l Orne - La maladie se conserve dans les restes de tiges contaminées, sous forme de mycélium Broyer et enfouir les cannes après récolte

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Essai d implantation de colza

Essai d implantation de colza Essai d implantation de colza Selon divers technique de semis Et en association CUMA des Deux Fonds BASE 72 (Bretagne Agriculture Sol et Environnement Sarthe) Cette fois-ci, nous avons fait un essai visant

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Adapter les techniques d implantation à chaque situation

Adapter les techniques d implantation à chaque situation Adapter les techniques d implantation à chaque situation Jérôme LABREUCHE Damien BRUN Pôle Agro-équipement Les techniques d implantation ont souvent un impact limité sur le rendement Les techniques d implantation

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE Maïs FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE - 2013 La plante Le maïs est cultivé pour : - le grain, qui est intéressant notamment pour son apport énergétique dans la ration biologique des animaux mono

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f)

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f) LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME Folle avoine La lutte chimique est la méthode qui donne le plus de résultat. Les faux semis ont peu d intérêt avant culture d automne. Le labour

Plus en détail

Ce document retranscrit les expériences des agriculteurs bio de Champagne-Ardenne en matière de stockage

Ce document retranscrit les expériences des agriculteurs bio de Champagne-Ardenne en matière de stockage 13 décembre 2012 chez Vincent Lalouelle Ce document retranscrit les expériences des agriculteurs bio de Champagne-Ardenne en matière de stockage à la ferme répertoriées lors de la ½ journée d échanges

Plus en détail

Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques. Année 2015

Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques. Année 2015 Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques Année 2015 Liens entre état du sol et développement de certains ravageurs et champignons pathogènes Les sols en Pays-Basque Battance des limons/argiles

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

légumineuses, seigle, épeautre, pomme de terre, légumes de plein champ. orge, triticale, prairie temporaire, luzerne, oignons.

légumineuses, seigle, épeautre, pomme de terre, légumes de plein champ. orge, triticale, prairie temporaire, luzerne, oignons. Maïs Culture 4.5.11 Généralité Le maïs : est gourmand en éléments fertilisants; met bien en valeur l azote organique; est un fourrage de qualité. Type de sol, climat Sol Favorables Profond; bien structuré;

Plus en détail

Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher.

Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher. {{Et voici les notes de Guillaume Bodovillé}} Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher. Sylvain et Jérôme exploitent 270 ha en propre et 50 ha à façon. Sur

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Dossier technique colza campagne 2014-2015

Dossier technique colza campagne 2014-2015 Dossier technique colza campagne 2014-2015 Variétés HOLL et prix:... Page 2 Variétés conventionnelles et prix:... Page 3 Densité de semis:... Page 4 Conditions commerciales:... Page 4 Situation du marché

Plus en détail

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Midi-Pyrénées POIS PROTEAGINEUX

Midi-Pyrénées POIS PROTEAGINEUX Bulletin technique Grandes Cultures Bio Midi-Pyrénées Janvier 2014 POIS PROTEAGINEUX Intérêt des protéagineux C est une culture adaptée aux rotations en sec et qui laisse un bon reliquat azoté pour la

Plus en détail

Référentiel pour la Conduite Technique de la fève (Vicia faba) Si Bennasseur Alaoui. 1. Importance économique et exigences écologiques de la fève

Référentiel pour la Conduite Technique de la fève (Vicia faba) Si Bennasseur Alaoui. 1. Importance économique et exigences écologiques de la fève Référentiel pour la Conduite Technique de la fève (Vicia faba) Si Bennasseur Alaoui 1. Importance économique et exigences écologiques de la fève Les fèves et féveroles sont produites au Maroc pour la consommation

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

DANS LE SOYA BIOLOGIQUE

DANS LE SOYA BIOLOGIQUE Synthèse LUTTE À LA PETITE HERBE À POUX DANS LE SOYA BIOLOGIQUE Maryse L. Leblanc, agr. Ph.D. Chercheure-malherbologiste Daniel Cloutier, Jean Duval, Anne Weill, Pierre-Antoine Gilbert et Germain Moreau

Plus en détail

Bilan de 10 années d expérimentation en Lorraine

Bilan de 10 années d expérimentation en Lorraine GUIDE PRATIQUE POUR LES AGRICULTEURS JUIN 2012 Couverture du sol en interculture : Choisir un couvert adapté à ses besoins Bilan de 10 années d expérimentation en Lorraine Pourquoi implanter un couvert?

Plus en détail

Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants

Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants Gilles Sauzet CETIOM La recherche de systèmes de production doublement performants, d un point de vue économique et environnemental, doit

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

La compaction des sols : Les causes et les solutions

La compaction des sols : Les causes et les solutions -1- La compaction des sols : Les causes et les solutions No : 05-C01 Novembre 05 Par: Georges Erick Tsague, CCA GGAEO, Alfred, ON Remerciements: Sylvie Denis, Agr etsague@cropadvisers.com, etsague@yahoo.fr

Plus en détail

TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS

TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS -Etat des connaissances -Approche comparée d indicateurs par rapport au labour Gilles ESPAGNOL Arvalis-Institut du Végétal Station de Montardon 64 1-Les techniques

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE CHOISIR ET REUSSIR SON COUVERT VEGETAL PENDANT L INTERCULTURE EN AB Cameline (S.Minette, CRA PC) Moutarde, phacélie, avoine, trèfles mais aussi, sarrasin, navette, lentille, moha Tous ces couverts végétaux

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 LA FERME DU ROZAY Pierre ROZE et Sébastien HIVERT Essé Redon Vaches allaitantes 2012 2011 L HISTORIQUE 2003 2005 2010 2011 2012 Installation de Pierre qui reprend la ferme de ses parents en créant une

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP www.staehler.ch Pourquoi est-ce que les rumex sont des plantes à problèmes? Les rumex forment jusqu à 80'000 graines

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

En Bref cette semaine

En Bref cette semaine N 5 30 avril 2015, page 1 En Bref cette semaine Choux Mouche du chou : Les pontes s intensifient sur le nord de la Bretagne Artichaut Pucerons verts : Baisse des populations Pucerons noirs : quelques rares

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées

Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées Le programme d actions «nitrates» La directive dite «nitrates» adoptée en 1991 vise à réduire

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir le passage au Qu'est-ce que le? C'est travailler le sol sans retournement (sans labour) sur tout ou partie des parcelles de l'exploitation, avec pour objectif à priori l'abandon définitif de la charrue.

Plus en détail

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées?

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? La carie commune du blé Biologie du parasite et cycle de la maladie Étude bibliographique Et Observations D. CARON

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Attention aux altises et aux charançons du bourgeon terminal!

Attention aux altises et aux charançons du bourgeon terminal! 24 Insectes du colza Attention aux altises et aux charançons du bourgeon terminal! Installez vos cuvettes jaunes et utilisez les bulletins de santé du végétal (BSV), pour identifi er et quantifi er les

Plus en détail

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet La gestion de l enherbement en maraîchage biologique Une réalisation du Projet Union européenne - Fonds Européen de Développement Régional Europese Unie - Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Gestion

Plus en détail

ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ

ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ ITAB ANNUELLES GERMINATIONS D ÉTÉ AMARANTES AMARANTHUS RETROFLEXUS AMARANTHUS HYBRIDUS Famille des Amarantacées RÉPARTITION, FRÉQUENCE ET DENSITÉ EN FRANCE Originaires d Amérique

Plus en détail

Ultima 800 - Le semoir universel

Ultima 800 - Le semoir universel Ultima 800 Ultima 800 - Le semoir universel super performant Le semoir à dents universel des Pros Principe de travail du semoir ULTIMA Le sol est tassé avant le passage de la dent. Le soc écarte les pailles,

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn COMPTE RENDU Journée semis direct dans le Béarn 26/07/12 1. L exploitation de Christophe Cassoulong Lieux: Lalonquette Elevage: 60 mères blondes d Aquitaine Cultures: 67ha : 2/3 Prairie 1/3 Cultures Maïs

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

programme d Actions Nitrates

programme d Actions Nitrates Les mesures du programme d Actions Nitrates dans les zones vulnérables de la région Bourgogne la bonne dose au bon endroit au bon moment la bonne dose au bon endroit au bon moment 2 La préservation de

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Co-rédacteur Partenaires financiers Parution Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon L agriculture biologique est un mode de

Plus en détail

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques 32 300 ESTIPOUY Grandes cultures, volailles, agroforesterie Située dans le Sud-Ouest du Gers près de Mirande, au cœur du Haut Armagnac, la ferme de Simon Graf, s étend sur 65 ha. Les poules pondeuses,

Plus en détail

Directive Nitrates. DDT de l Isl

Directive Nitrates. DDT de l Isl Directive Nitrates 5ème programme d actions d National et RégionalR DDT de l Isl Isère Rappel Directive nitrates et programme d actions d nitrates Afin de lutter contre la pollution des eaux par les nitrates,

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Guide Technique 2015 Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Pour s affranchir du risque de sécheresse estivale OBJECTIF Cette pratique sécurise les stocks fourragers en diversifiant les

Plus en détail

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004 Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies Présentation

Plus en détail

Depuis la réforme de 1992, le tournesol a été

Depuis la réforme de 1992, le tournesol a été Edition : CETIOM Centre de Grignon - BP 4 78850 Thiverval-Grignon Tél. : 01 30 79 95 00 Tél. diffusion des éditions : 01 30 79 95 40 http//www.cetiom.fr Rédacteurs en chef : C. Gigandon, A. Merrien Secrétaire

Plus en détail

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE Info.pl@ine N 453 20 février 203 5 pages CEREALES BLE Priorité au désherbage STRATEGIE AGRONOMIQUE Les conditions météo idéales sont une forte hygrométrie, des températures dces et un sol suffisamment

Plus en détail

Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES. Bilan des expérimentations Région Lorraine

Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES. Bilan des expérimentations Région Lorraine Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES Bilan des expérimentations Région Lorraine 1. Blé d hiver : criblage variétal Trois plateformes ont été mises en place en Lorraine

Plus en détail

Guide pratique de la culture de Miscanthus

Guide pratique de la culture de Miscanthus Traduction de Planting and growing Miscanthus: Best practice guidelines (2001) édité par DEFRA, Angleterre Qu est ce que le miscanthus? Le miscanthus est une graminée rhizomateuse pérenne originaire d

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Acquérir des références sur des systèmes de cultures pour réduire l usage des produits phytosanitaires

Acquérir des références sur des systèmes de cultures pour réduire l usage des produits phytosanitaires Acquérir des références sur des systèmes de cultures pour réduire l usage des produits phytosanitaires Octobre 2013 Les agriculteurs engagés dans le plan Ecophyto ont ouvert leurs portes du 15 au 22 mai

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

De Rochefort. La famille

De Rochefort. La famille La famille EARL de la Ferme céréalière diversifiée en légumes de plein champ. Situation de la ferme dans son environnement le site principal à Coinces fabrication de la farine Tours Eure-et-Loir Eure-et-Loir

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr AGRI-STRUCTURES Fabrication et commercialisation de matériel agricole FABRICATION FRANÇAISE SEMOIR SEMFLEX EVO SEMOIR SEMFLEX EVO Pour technique simplifiée ou traditionnelle Aptitudes à travailler en conditions

Plus en détail

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME livret 3 Ce document a été élaboré par Rongead Le sésame au Burkina Faso : état des lieux 2013 Ce livret fait partie

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Essai Variétés de blé tendre En agriculture biologique Campagne 2008-2009

Essai Variétés de blé tendre En agriculture biologique Campagne 2008-2009 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES Essai Variétés de blé tendre En agriculture biologique Campagne 2008-2009 Loïc PRIEUR

Plus en détail

«Performance et production de protéines à la ferme»

«Performance et production de protéines à la ferme» Témoignage d une approche AEI en production laitière : «Performance et production de protéines à la ferme» Philippe Cadoret Gaec De Trémelin 8 UTH associé à Camors (56) Membre des réseaux Triskalia Agrosol

Plus en détail

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture.

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture. Sommaire De quoi parle t-on? Intérêts et points de vigilance Du concept à la technique Regards croisés De quoi parle-t-on? Le Semis-Direct sous Couverture Végétale (SDCV) consiste à associer arrêt du travail

Plus en détail

Présentation thématique des actions techniques des Sections

Présentation thématique des actions techniques des Sections Présentation thématique des actions techniques des Sections Protection des cultures contre les maladies et les ravageurs 1. Connaître l épidémiologie des ravageurs et des maladies 2. Outils d aide à la

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

Séneçon du Cap. Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée. Description. Origine : Afrique du Sud

Séneçon du Cap. Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée. Description. Origine : Afrique du Sud Origine : Afrique du Sud Séneçon du Cap Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée Description Plante herbacée vivace, à racines superficielles, forme une touffe arrondie

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail