Le pouvoir La violence De passage chez nous

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le pouvoir La violence De passage chez nous"

Transcription

1 F emmes d ici Hiver 2009 Volume 43, numéro 2 Le pouvoir à portée de main La violence ça nous regarde De passage chez nous Des stagiaires africaines

2 Sommaire Hiver 2009 Ce qu on ne sait pas d elles 6 Des stagiaires d Afrique de l Ouest à l Afeas 7 Hélène Cornellier Gagnantes du prix Activités femmes d ici 10 Denise Thibeault Le pouvoir à portée de main 12 Nathalie Chapados Le rôle des ordres professionnels en santé 15 Lucie Dugré Ma santé osseuse. j y vois 16 D re Monique Camerlin Défi Santé 5/30 17 Stéphanie Therrien Bougez plus, 19 risquez moins D re Johanne Blais Tests de dépistage du cancer du sein 21 D r Dominique Synnott Chroniques Humeur 2 Lise Tremblay Éditorial 3 Mariette Gilbert Ça bouge 4 Hélène Cornellier Vie de femme 9 Madeleine Landry Comités provinciaux à l œuvre 18 Denise Thibeault Lucie Turgeon De quoi j me mêle Lise Girard Nouvelles En couverture Tous les moyens sont bons, pour apprécier et profiter de la saison froide... Même une petite sieste au grand air! Humeur Avoslignes! P a r L i s e T r e m b l a y Je l avoue, j ai toujours eu des préjugés au sujet de la danse en ligne. Je me rappelais une certaine soirée à la cabane à sucre ou j avais voulu me joindre à un groupe de danseuses qui s exécutaient déjà et qui m avaient fait comprendre, pas très gentiment d ailleurs, que ce n était pas ma place. Après les avoir regardées danser, avec leur air grognon et stressé, ne pensant qu à compter leurs pas, ne pouvant rire et avoir du plaisir, je me suis dit «Non, merci, pas pour moi. Après tout, c est pour l Âge d or». J aime danser à toutes les occasions possibles mais avec les danses en ligne, impossible de le faire puisque je ne pouvais absolument pas suivre les autres. Je me sentais frustrée. Alors, pourquoi ne pas apprendre? J essayais de me convaincre en me disant que c était un très bon prétexte pour faire de l exercice, pour me détendre, et tout cela sans faire trop d efforts. Même si je me sentais un peu «quétaine», je me suis inscrite à un cours. Quelle ne fut pas ma surprise de rencontrer des gens vraiment sympatiques, dynamiques, souriants, sociables qui aiment la danse, la musique et le plaisir. L ambiance est amicale et agréable. Pas un souci ne résiste aux premières notes de musique. Au début, tout semble simple mais l apprentissage des techniques et des chorégraphies est assez exigeant. On doit apprendre à suivre le rythme, voir à la coordination des mouvements et se rappeler la chronologie de telle ou telle figure. Quand vous avez appris tout cela, c est le temps de répéter et de danser. Attention! Celles qui, comme moi, pensent que c est simple et parfois même insignifiant seront confondues Cette activité physique demande beaucoup de souplesse, une bonne capacité cardiaque, des genoux et des mollets en forme. Après le deuxième cours, tous mes préjugés étaient disparus. J ai découvert un réel plaisir à retrouver mon groupe de danseuses, à danser, à me tromper et à en rire. Les rythmes de valse, de charleston, de continental, de cha-cha, de swing s enchaînent durant deux heures. Je repars chez moi satisfaite, contente de ce que j ai réussi à faire malgré de légers inconvénients physiques, de bonne humeur pour toute la journée. J ai appris à connaître autre chose : la simplicité et l authenticité des personnes, l amour de la musique et de la danse, l exercice physique avec le sourire et le plaisir. Si j étais restée accrochée à mes idées préconçues, j aurais manqué une belle occasion de me faire du bien. Une seule chose avec laquelle j ai encore de la difficulté, ce sont les paroles de certaines chansons qui sonnent faux à mes oreilles féministes, mais c est si peu de chose pour le plaisir que j en retire. Alors, à vos lignes pour un beau printemps à venir! 2 Femmes d ici Hiver 2009

3 Éditorial Attention... P a r M a r i e t t e G i l b e r t Après les nombreuses campagnes électorales en peu d années, l envie est grande de jeter la serviette, de se désintéresser de la vie politique. Toutefois, un doute persiste dans mon esprit sur le degré de confiance que je peux accorder à ces partis pourtant élus démocratiquement. Pourquoi cette graine de méfiance? Parce qu une fois les élections passées, de nombreux pouvoirs s activent : lobby des multinationales, influence de puissants bonzes de la finance qui s arrogent le titre de conseillers, pressions de divers pays dans le cadre d ententes sur la mondialisation... Toutes ces forces risquent de détourner les gouvernements élus des engagements pris en campagne électorale. La seule façon d empêcher un trop grand déséquilibre dans la balance démocratique, c est d avoir les yeux ouverts et d être prêtes à réagir rapidement. La liste des domaines à surveiller est longue. Je n en citerai que quelques-uns qui auront des conséquences particulières pour les femmes. Que se passera-t-il avec l assurance-emploi pour laquelle de nombreux groupes, syndicats et des partis politiques demandent une réforme depuis des années? Verrons-nous enfin le versement intégral des sommes dues pour le supplément des pensions de la sécurité de la vieillesse? Quel avenir réserve-t-on à Condition féminine Canada et au Programme promotion de la femme déjà lourdement amputés pendant le dernier mandat des conservateurs? Y aura-t-il des actions préventives pour contrer la violence et la pauvreté? La protection de notre système de santé public deviendra-telle une priorité pour nos gouvernements? Au Québec, 10 % des travailleuses n ont pas encore accès à l équité salariale parce que leurs employeurs appartiennent à des secteurs réglementés par le gouvernement fédéral qui n a pas de loi dans ce domaine. Quant aux mesures pour reconnaître le travail invisible, rien ne laisse entrevoir une évolution à court terme dans ce dossier. Il y a fort à parier que de nouveaux projets de loi privés ramèneront sur la table la criminalisation de l avortement. Deux jours après les élections fédérales, le groupe Campagne Québec-Vie était déjà en action auprès des députés pro-vie de tous les partis. Rappelons que les projets de loi privés présentés par des députés permettent aux gouvernements d aller dans des directions non annoncées dans leurs programmes électoraux. Au fil des ans, l Afeas a pu constater l intérêt marqué de ses membres pour les questions environnementales qui ont toutes, d une manière ou d une autre, des conséquences pour les femmes. Nos gouvernements sauront-ils protéger et utiliser judicieusement nos ressources naturelles telles que l eau, les sources d énergie et en partager intelligemment les profits? On critique souvent notre filet de sécurité sociale. Les pratiquants du néo-libéralisme affirment que nos programmes sociaux siphonnent les finances publiques mais ne se voient pas eux-mêmes comme les «téteux» de nos impôts pour faire subventionner les multinationales. Au nom de la relance économique, verrons-nous l écart entre les riches et les pauvres se creuser encore plus? Les moins nantis ferontils les frais du sauvetage d une économie en difficulté à cause de mauvaises décisions prises par les bien nantis? Dans un contexte de récession économique mondiale, nous ne pouvons relâcher notre attention. Les lobbys du monde des affaires seront particulièrement actifs. Ils pourraient faire oublier à nos gouvernements que la santé de notre économie va de pair avec la santé de la société et ne dépend pas seulement des profits des entreprises privées. Pratiquons-nous à lire entre les lignes, soyons à l affût pour découvrir ce qui ne fait pas la une des médias mais affectera directement nos vies et nos portefeuilles. Je vous invite à redemander la formation développée par l Afeas sur la mondialisation. Pour celles qui l ont eu, ce sera une occasion d avoir un regard plus critique sur les répercussions des événements de l automne 2008, tant au Canada qu aux États- Unis. Pour les autres, elle permettra de comprendre les enjeux en cause. Attention soyons à l affût! Nos gouvernements prendront des décisions très importantes au cours des prochains mois. Ces décisions affecteront la vie des femmes, ici et ailleurs. Hiver 2009 Femmes d ici 3

4 Ça bouge P a r H é l è n e C o r n e l l i e r L Opération Tendre la main 2008 La campagne électorale provinciale se déroulant en même temps que la 12 e édition de l Opération Tendre la main, le lancement annuel provincial à l Assemblée nationale du Québec n a pu avoir lieu. Cependant, le conseil d administration provincial a profité de sa réunion à Québec pour se joindre à l Afeas régionale Québec-Chaudière-Appalaches lors de son activité du 28 novembre à la bibliothèque Gabrielle-Roy. Cette activité fut suivie d un atelier avec la nouvelle formation «La violence, ça nous regarde!». Les participantes ont pu ainsi mieux comprendre la démarche choisie par l Afeas dans le cadre de son projet pilote sur la violence et pourront en faire la promotion auprès de leurs Afeas locales lors du déploiement à l automne À noter, que le projet «Violence», dont nous avons parlé à quelques reprises dans la revue depuis un an, a permis la mise en place de six activités pilotes visant les jeunes et les aînées. Ces activités se sont déroulées avec succès, entre le 23 novembre et le 7 décembre, à Baie-du- Febvre et St-Grégoire, Ancienne-Lorette et St-Georges, St-Jean (La Cathédrale) et St- Bruno-de-Montarville. Ces activités mises en place par les Afeas pilotes pourront servir de modèles dans les prochaines années. De gauche à droite : Patrick Bergeron de EMD SERONO, partenaire de l Afeas, Lysette Lepage, conseillère Ville de Québec, Christiane Gagnon, députée de Québec (Bloc Québécois), présidente d honneur du lancement, Thérèse Légaré, présidente Afeas régionale Québec-Chaudière-Appalaches et Mariette Gilbert, présidente provinciale de l Afeas Rappelons que depuis la tuerie de Polytechnique en 1989, 874 femmes et enfants ont été tués par un proche ou un inconnu, soit 185 enfants et 689 femmes. En 2008, ce sont 22 femmes et 3 enfants qui sont morts à la suite d actes de violence. Pour aider les aidantes Les aidantes et les aidants sont de plus en plus nombreux à prendre soin d un proche de la famille, une amie, un ami, une voisine, un voisin... Deux nouveaux sites Internet ont été créés pour eux: ou : Inscrivez-vous à des ateliers téléphoniques, trouvez des ressources sur des sujets spécifiques à la réalité des aidantes et aidants du Québec. Un service organisé par le Centre de santé et de services sociaux Cavendish, à Montréal, et ses partenaires. : un site Internet bilingue organisé par VON Canada (Infirmières de l Ordre de Victoria) pour les aidantes et aidants du Canada. Un site qui donne accès à des conseils et ressources. Vous pouvez poser des questions à des professionnels. 9 e campagne annuelle du travail invisible Préparez-vous! Le 7 avril 2009, l Afeas soulignera la 9 e Journée du travail invisible. Et vous, dans votre milieu, que comptez-vous faire pour que ce dossier prioritaire à l Afeas reste visible et d actualité? Pensez-y dès maintenant et discutez-en à votre Afeas locale. Sortez de votre local avec des affiches, banderoles et autres éléments qui représentent ce travail, toujours invisible, des femmes. Faites-vous voir et entendre pour les mères et les aidantes! 4 Femmes d ici Hiver 2009

5 Du québécois dans mon Merci à notre partenaire cabas Nous sommes maintenant à mi-chemin du projet «Du québécois dans mon cabas!». Vous avez sans doute déjà fait votre liste d épicerie et identifié les produits québécois que vous achetiez. Avec les membres de votre Afeas locale, peut-être avez-vous déjà suivi la formation sur les enjeux de l achat local? Depuis, avez-vous porté attention aux produits alimentaires que vous achetez chaque semaine? Votre quantité de produits québécois, locaux et régionaux, a-t-elle augmentée? Ces produits sont-ils accessibles près de chez vous? L épicerie et le dépanneur où vous faites vos achats connaissent-ils votre demande de produits québécois? Quand vous ferez à nouveau votre liste d épicerie en mars ou avril dans votre Afeas locale, y aura-t-il des changements dans votre cabas? La réputation du Québec pour la qualité et la variété de ses fromages n est plus à faire. Plus de 400 fromages de lait de vache sont en vente. Chaque année au Québec, plus d un milliard d œufs sortent de poules élevées par 103 producteurs. M erci En 2006, le lait produit au Québec a desservi les différents marchés dans les proportions suivantes : 50% pour les fromages, 23 % pour le lait de consommation et la crème fraîche, 6 % pour le beurre et la poudre de lait et 19 % pour les autres marchés. à nos PARTENAIRES COLLABORATEURS Près de 3 milliards de litres de lait du Québec prennent la voie du marché chaque année, soit 38 % de la production laitière du Canada. Hiver 2009 Femmes d ici 5

6 Je mène une vie vraiment trépidante. Quand je ne «fais»pas d Afeas, mon temps est partagé entre le chalet et la forêt, la maison et mon salon de coiffure. Je fais beaucoup d horticulture, et un peu de couture. Je pêche les poissons que je mange et chasse la bernache et l oie blanche. J essaie sans succès depuis toujours de dormir vite. J espère mourir vieille et bien fatiguée d avoir abusé de la vie. Denise Thibeault, 1 re vice-présidente Je pense avoir déjà dit qu un de mes loisirs préférés est la lecture. Mais ce que vous ne savez sans doute pas, c est que je suis une mordue des romans de science-fiction et des bandes dessinées, et ce, depuis mon enfance. J aime aussi beaucoup les livres pour enfants : 30 ans dans les bibliothèques scolaires, ça laisse des traces! Par ailleurs, plus jeune je rêvais d être astronaute; après tout je suis de la génération des premiers voyages habités dans l espace. Ce rêve s est bien rétréci au fil des ans. Cependant, j ai eu le plaisir d expérimenter le pilotage d un petit avion en juin 2007 : quelle sensation! Je vous le recommande. La prochaine expérience le parachutisme peut-être? Ah, voler comme un oiseau. Mariette Gilbert, présidente Je suis une fille dynamique et pleine d entrain mais où vais-je recharger mes batteries? Dans le fin fond des bois en Estrie et dans les Hautes-Laurentides! J adore la chasse au chevreuil et mon arme de prédilection est l arbalète. Ne me cherchez pas entre fin septembre et mi octobre.je disparais dans la nature! Là où je vais, l internet et le cellulaire n existent pas. Quitter notre monde survolté pour quelques semaines c est un grand privilège et, au retour, je suis dangereusement en forme et énergisée pour l Afeas et toutes mes tâches! Nicole Huberdeau, 2 ième vice-présidente À l'adolescence, je n'étais pas la fille la plus en demande auprès des garçons. J'ai dû téléphoner à plusieurs d'entre eux pour me trouver un «accompagnateur» à mon bal de finissante. J'aurais souhaité un genre de catalogue avec photos pour me guider. Aujourd'hui, il y a Internet... Quand je reçois, j'aime dresser une très belle table. Céline Duval, conseillère Je suis d'une nature enjouée, alors je m'amuse avec des petits riens. J'en avais parlé à quelques participantes lors du congrès provincial et ça les a fait bien rire. Lorsque j'étends mon linge sur la corde à linge, je m'applique à mettre les épingles à linge de la couleur qui se rapproche le plus du vêtement que j'étends. Bien sûr, je prends soin de mettre les vêtements de la même catégorie ensemble, en mettant à l'extrémité ceux qui prennent plus de temps à sécher. Lorsque mes serviettes et débarbouillettes sont sèches, je les dispose dans l'armoire de façon à alterner les couleurs et en insérant une débarbouillette pâle entre deux autres foncées, et bien sûr, dans le même sens, les étiquettes placées par en-dedans. Certaines femmes disent que je suis perfectionniste mais moi je continue à dire que je m'amuse. Madeleine Bourget, conseillère Je vais peut-être en surprendre plus d'une, en vous avouant que je suis une mordue des bandes dessinées! Ça met du soleil dans mes journées. Tous les matins en lisant mon journal, après l'éditorial, c'est ma page préférée. J'ai aussi une autre passion, très différente. Je suis une mordue de politique nationale et internationale. Tout ce qui se passe dans le monde m'intéresse au plus haut point. Comme les frontières n'existent pratiquement plus, le monde est dans notre cour. La mondialisation ce n'est pas seulement les échanges entre pays, c'est la connaissance de tout ce qui est politique. Moi qui aime tant rire, j'aime aussi être à la fine pointe de l'actualité. Huguette Gauthier, conseillère 6 Femmes d ici Hiver 2009

7 D Afrique de l Ouest à l Afeas: une délégation de femmes leaders en milieu agricole! Mariette Gilbert, présidente de l Afeas, (à l extrême droite), Hélène Jolette et Marie-Paule Faniel, accompagnatrices d UPA DI (à gauche) et 12 leaders agricoles de l Afrique de l Ouest. P a r H é l è n e C o r n e l l i e r Le 29 septembre 2008, la présidente de l Afeas, Mariette Gilbert, rencontrait, au siège social à Montréal, une délégation de femmes d Afrique de l Ouest dans le cadre d un stage, «Viens marcher sur ma terre». Ce stage, organisé par UPA Développement international (UPA DI), a été réalisé avec l appui financier de l Agence canadienne de développement international (ACDI) et d AgriCord (regroupement d agri-agences). «Il s agit du premier stage uniquement réservé à un groupe de femmes du milieu agricole africain.», de dire Hélène Jolette de l UPA DI. Ces femmes leaders, toutes impliquées dans les organisations paysannes partenaires d UPA DI, séjournaient au Québec, du 8 septembre au 4 octobre. Elles ont souhaité rencontrer l Afeas pour échanger sur son histoire, d hier à aujourd hui, ses acquis au fil de ses 42 années d existence et les défis qui sont toujours à relever. Elles ont montré un intérêt particulier pour le dossier des femmes collaboratrices dans l entreprise familiale, développé par l Afeas, et les gains qui en ont découlé. À la suite d informations livrées par Mariette Gilbert, elles ont échangé sur le rôle des femmes au sein des sociétés et des organisations, sur le droit de parole des femmes, au Québec et en Afrique, sur la vie familiale ici et là-bas. Plusieurs d entre elles vivent dans des familles ayant des co-épouses, nécessité, selon certaines, pour pouvoir cultiver la terre et faire les récoltes afin de faire vivre la famille. Elles ont aussi soulevé des questions sur l accès au crédit pour les femmes qui est très difficile dans leurs pays. Des réalités différentes mais des enjeux communs tels la violence, le travail non rémunéré, l éducation des filles, l égalité entre les femmes et les hommes, etc. Une rencontre animée, un dîner partagé, des rires face aux situations semblables ou très différentes. Cet échange a permis de constater que, malgré les modes de vie si divergents, des points communs sont présents même si les solutions sont différentes. Proches tout en étant loin les unes des autres! La complicité qui s est établie autour de la table a permis d aborder le sujet délicat de l excision des filles, en toute liberté pour certaines et plus timidement pour d autres. Cette situation est plus complexe qu elle n y paraît quand on veut changer les choses. Ce qui fait cheminer les communautés, outre les nouvelles lois dans certains pays, c est la très grande mortalité chez les petites filles qui la subissent. Par ailleurs, il faut aussi regarder la situation des exciseuses dont cette tâche est le seul revenu dont elles disposent. Il faut donc leur trouver un autre travail qui les empêchera de tomber dans la pauvreté, une fois cette pratique enrayée. «Ce fut une rencontre très enrichissante pour comprendre divers aspects de leur situation, si différente de la nôtre, que vivent ces femmes et sur lesquelles nous, blanches occidentales, portons souvent un jugement sans nuance», conclue Mariette Gilbert. «Pour aider efficacement, il faut écouter, apprendre et comprendre». Cette rencontre avec l Afeas faisait partie d un des trois volets du stage offert par UPA DI à ces 14 femmes africaines, élues ou employées d organisations paysannes du Bénin, Burkina Faso, Mali, Niger et Sénégal: formation sur l agriculture québécoise et syndicalisme agricole; rencontres avec des acteurs du milieu agricole et des organisations féminines; séjour à la ferme d une semaine dans 14 fermes hôtes de Mauricie. 7 Hiver 2009 Femmes d ici

8 Les SERVICES PLUS à l Afeas Le Groupe Forget- Audioprothésistes Présentez votre carte de membre Afeas dans l une des 50 cliniques des audioprothésistes du Groupe Forget pour bénéficier du programme MAESTRO Dépistage auditif sans frais. UN GESTE CONCRET EN FAVEUR DE L AFEAS Demandez votre carte VISA Desjardins Classique de l Afeas et appuyez les programmes et les services que votre association vous offre. En effet, pour chaque transaction que vous effectuerez avec votre carte, Services de cartes Desjardins en versera un pourcentage à l Afeas, à titre gracieux. Informations : Pour obtenir un formulaire de demande, communiquez avec le secrétariat de votre Afeas régionale ou avec Services de cartes Desjardins au Offre spéciale 25 % de rabais sur toutes nos peintures de première qualité offert en exclusivité aux membres de l Afeas. Lors de vos achats, vous n avez qu à indiquer le numéro : Programme corporatif visionsanté MC Exclusif aux membres de Partout au Québec % DE RABAIS SUR ACHAT À PRIX RÉGULIER DE LUNETTES DE PRESCRIPTION ET/OU DE LUNETTES SOLEIL Bienvenue aux membres de l Afeas! Réduction de 10%sur les frais d hébergement à l Hôtel Rimouski. Valide en tout temps, contactez-nous! Femmes d ici Hiver 2009

9 Vie de femme P a r M a d e l e i n e L a n d r y * Une femme Afeas au Bénin Depuis une dizaine d années, je fais de la coopération internationale avec mon conjoint. C est une façon très agréable de visiter divers pays. Cette opportunité nous permet d être avec les gens et de connaître les coutumes d un peuple. Lorsque nous avons appris, mon conjoint et moi, que nous avions un projet au Bénin, j ai tout de suite pensé au projet de l Afeas avec le Bénin. Notre projet durait 4 semaines pour le Réseau international des femmes (RIF). Il s agit d un groupe de femmes qui font de la radio communautaire dans différents villages en utilisant la langue des gens de ce pays. Le groupe était composé de 28 femmes. Mon projet fut de leur donner une formation en technique d animation. Mon conjoint les a formées à la prise de son et au montage audio. Avant de partir pour le Bénin, j ai fait campagne pour recueillir des sous pour les gohotos (femmes récupératrices de déchets domestiques solides). J avais été sensibilisée par la revue Femmes d ici. Rendus à Cotonou, nous avons rencontré le responsable d Oxfam, Laurent Gauthier, ainsi que Jacqueline, son adjointe, responsable des femmes gohotos. Les femmes en formation voulaient mettre en pratique la technique d interview. Nous avons donc préparé l interview pour rencontrer quelques-unes des gohotos afin de s informer davantage du projet de gestion de déchets solides ménagers. L interview s est déroulée en «fon», leur dialecte, avec une interprète. Ces femmes ont en moyenne 5 à 6 enfants. Leurs maris sont démissionnaires du gagne-pain de la famille et de l éducation des enfants. Elles disent qu ils sont les géniteurs. Déroulement d une journée de leur travail Ces femmes se lèvent vers 5h du matin, préparent les repas de la journée et les enfants pour l école, même si très peu y vont. Vers 7 h, elles commencent à se promener avec leurs grands plateaux sur la tête. Certaines marchent jusqu à 10 km par jour, souvent avec un bébé sur le dos et quelques enfants avec elles. Vers 13 h, elles se rencontrent au grand marché Dantokpa pour manger et faire le nettoyage des contenants recueillis pour les vendre par la suite aux marchands. Elles sont 450 dispersées dans Cotonou, divisées en 11 groupes. Elles faisaient ce métier avant de faire partie du projet. Leurs mères, leurs tantes, leurs grandes sœurs et même les femmes de leurs fils le font. C est vraiment un travail féminin. Se regrouper leur a permis d améliorer leur condition de vie : suivre des cours d alphabétisation, se sensibiliser à la vie sexuelle, mieux gagner leur vie, ce qui leur permet d envoyer leurs enfants à l école, mieux les vêtir, acheter des médicaments et de mieux se nourrir. Quelque temps après l interview, nous sommes allés sur leur lieu de travail, un grand marché de plus de étals. En arrivant, une des femmes sonna une choche pour rassembler les femmes. Une dizaine de minutes après, une cinquantaine de femmes et quelques enfants, toutes souriantes nous entouraient. J en ai profité pour leur dire que l Afeas fait une cueillette de fonds pour venir en aide à d autres femmes dans le Aux deux extrémités : Madeleine Landry et son conjoint. Groupe réuni pour célébrer la 9 e Journée de la femme au Bénin. monde en signe de solidarité féminine. C est à ce moment-là que nous leur avons annoncé la somme d argent que nous avions recueillie pour elles. Une d elles se mit à dire des slogans dans leur dialecte et les autres répétaient en signe de remerciements pour nous dire que nous serions récompensées par Dieu. Ce sont des femmes très croyantes, autant musulmanes que chrétiennes. C est impressionnant de voir tous ces contenants récupérés (des tonnes et des tonnes), nettoyés, mis en poche pour la vente. Au loin, nous avons pu voir le nouvel entrepôt en construction qui devait ouvrir ses portes au début de mai. De l argent qu elles recueillent, les femmes doivent déposer une légère somme pour cette construction comme signe d appartenance. C est un travail énorme qu elles accomplissent. Quelle belle rencontre avec ce groupe de femmes courageuses et tenaces. Ce pays est reconu comme un des pays très pauvre de l Afrique mais il est riche en accueil, en courtoisie et en chaleur humaine. Que serait l Afrique sans les femmes? * M me Landry est conseillère volontaire au SACO et fait partie de l Afeas locale de Val-David, région Montréal-Laurentides- Outaouais Hiver 2009 Femmes d ici 9

10 Gagnantes du prix Activités L activité a rassemblé plus de six cents personnes et avait pour but d honorer des femmes qui se sont démarquées dans la région dans plusieurs domaines : affaires, politique, éducation, famille. Toute la population a été conviée à un cocktail au cours duquel les personnes présentes ont pu admirer des toiles de nombreux artistes peintres régionaux. Un souper, une conférence et une parade de mode ont suivi le cocktail. L implication des Afeas Denis Rousseau de Merck Frosst, Paula Provencher, responsable de l activité et présidente de la région, Diane Béland, Sylvie Beaulieu, Rita René, Gisèle Martel, France Morel et Mariette Gilbert, présidente provinciale. Photo prise lors de la remise du trophée à l'afeas régionale au congrès d'août Afeas régionale Centre-du-Québec et son activité Gala Excellence au Féminin locales de la région dans la démarche de sélection de ces femmes méritoires, le choix judicieux des présidentes d honneur, la participation de personnalités reconnues et de partenaires influents, l utilisation de tous les moyens de communications pour publiciser cette activité ont donné à l Afeas une très grande visibilité dans toute la région. Bravo pour cette belle réussite! 10 Femmes d ici Hiver 2009

11 femmes d ici Nous ne pouvons que nous incliner devant la grande qualité du travail effectué par les deux régions gagnantes de l édition P a r D e n i s e T h i b e a u l t Afeas régionale Québec-Chaudière-Appalaches et son activité Opération Tendre la main L activité Opération tendre la main s est déroulée dans le complexe Jacques Cartier aux portes de la bibliothèque Gabrielle Roy. L événement s est déroulé sous la présidence d honneur de madame Christine Saint-Pierre, ministre de la culture, des communications et de la condition féminine. L arbre de paix monté pour l occasion est demeuré en place plusieurs jours durant lesquels les gardiens de sécurité de l endroit ont accepté de distribuer des feuillets explicatifs de l opération, augmentant ainsi la sensibilisation souhaitée et la visibilité de l activité. La présence des gens du milieu, de plusieurs députés et autres personnalités démontre la notoriété de cette campagne annuelle de sensibilisation de l Afeas pour contrer la violence. L abondante publicité qui a entouré l événement contribue à sensibiliser la population à l importance du travail de l Afeas. Félicitations! Debout : Denis Rousseau de Merck Frosst remet le trophée à Madame Thérèse Cantin responsable de l'activité gagnante.suivent: Lucille Gamache, Thérèse G. Légaré, présidente régionale, Céline Bérubé, Raymonde Longchamps, Line Houle, Jocelyne Rancourt, Ange-Aimée Roy, Gaétane Laberge, Mariette Gilbert, présidente provinciale, Nicole Turcotte, Lorraine Couture. Assises: Nicole H. Gouin, Marjolaine Leblanc, Pauline Laflamme, Suzanne Cayer, Huguette Bourget. Photos prise au congrès d'août 2008 lors de la remise du trophée à l'afeas régionale. Afeas locale l Ancienne-Lorette de la région Québec-Chaudière-Appalaches et son activité Journée de la femme 2008 L ouverture de l Activité femmes d ici s est faite par une réception civique offerte par le maire de l endroit. La présidente d honneur, madame Josée Verner, députée et ministre fédérale de la condition féminine et du patrimoine, M. Éric Caire, député provincial, madame Jocelyne Cazin, conférencière invitée, madame Thérèse Légaré, présidente régionale de l Afeas et les représentantes de divers organismes sociaux et culturels du milieu participaient à cette réception. Venait ensuite une conférence de madame Cazin sur l intégration des femmes dans les milieux de travail et sur la place des femmes dans les postes de décisions. Les nombreuses participantes ont pu échanger sur ces sujets autour d un buffet qui terminait cette soirée bien remplie. La multitude de partenaires impliquée, une publicité efficace et l excellente couverture médiatique n ont pu qu ajouter à la crédibilité de l Afeas locale. Sincères félicitations! Photo prise au congrès Afeas d'août Denise Thibeault, vice-présidente provinciale, Huguette Bourget, Nicole H. Gouin, co-présidente de l Afeas Ancienne Lorette, Gaétane Laberge, Thérèse G. Légaré, présidente région, Line Houle, Julie Robitaille, présidente d honneur. Hiver 2009 Femmes d ici 11

12 Activités femmes d ici Le pouvoirà portée de main Les clés du pouvoir sont à portée de main. Au Québec, Pauline Marois est cheffe du parti Québécois, il y a autant de femmes que d hommes au conseil des ministres et Monique Leroux, du Mouvement Desjardins, est la première femme au monde à être élue à la tête d une grande institution financière. Il y a de quoi être fières! Mais pour continuer sur cette lancée, il faut que chacune mette l épaule à la roue, en commençant par arrêter d avoir peur P a r N a t h a l i e C h a p a d o s De quoi avons-nous peur? Quand on parle de pouvoir, ou pire de politique, on a peur un peu de tout. Peur de prendre les devants, peur de s impliquer, peur surtout de ne pas être «assez»: pas assez connaissante, pas assez compétente, pas assez brillante pour se lancer. Le «plafond de verre», si difficile à franchir pour les femmes, c est aussi dans la tête qu on l a. Résultat? Le pourcentage des femmes élues à l Assemblée Nationale et dans les conseils municipaux tourne autour de 25 %. Ce sont encore les hommes qui tiennent les guides de la politique, qui organisent notre vie en société (et pas toujours à notre goût!). Qui leur laisse les guides? Les femmes. Comme le disait Françoise David du parti Québec Solidaire, dans une entrevue à Radio- Canada : «Il faudrait en arriver à 50 % de femmes au gouvernement et quand ce sera fait, on ne sera pas toutes d'accord et ce sera très bien comme ça!» 1. En effet, selon la professeure Chantal Maillé de l Université Concordia : «L'expérience [des femmes au pouvoir] nous montre qu'il n'y a pas qu'une façon de faire propre aux femmes, mais qu'il existe plein de modèles différents» 2. Par où commencer? Si nous voulons prendre davantage notre place, le premier pas à faire est de réfléchir à ce que le pouvoir veut dire pour nous. Peu importe où l on choisit de s impliquer, l outil principal sera toujours nous-mêmes. Bien des femmes, avant d aller offrir leurs services et de s impliquer dans un groupe local ou de se lancer en politique active se posent la question «est-ce que j ai toutes les qualités requises?». Il leur semble que s impliquer est une montagne. «Je ne suis pas assez brillante pour aller là», se disentelles. Et pourtant! Dans son quotidien, chacune d entre nous démontre une foule de talents et de compétences qui sont transférables dans la vie publique. Vous êtes peut-être portée à trouver des idées ou des solutions pour résoudre des problèmes, à nouer des relations, à communiquer. Vous aimez peut-être rassembler votre monde autour de vous, échanger des idées, réaliser des petits ou grands projets? Peut-être êtes-vous attentive aux 12 Femmes d ici Hiver 2009

13 autres, à l écoute, et capable d ajouter votre grain de sel? Voilà autant de précieuses qualités à mettre en valeur. En général, les femmes ont tendance à être trop exigeantes. Elles s imaginent que pour s impliquer, il faut posséder toutes les qualités possibles et inimaginables. Bien souvent, les hommes qui sont au pouvoir ne les possèdent pas plus qu elles, et la plupart ne s en font pas avec ça. Comme en témoigne Annie Thériault, mairesse de Notre-Dame-du-Sacré-Cœur d Issoudun, qui, à 30 ans, est la plus jeune mairesse au Québec : «Moi, ce que je dirais aux femmes, c est qu il ne faut pas hésiter quand l idée nous vient. Il faut apprendre à foncer. Nous, les femmes, on n a pas cette tendance-là, contrairement aux hommes, en général». Rendre service S impliquer dans le fond, c est quoi? C est apprendre tout en rendant service. C est être attentive aux besoins de sa communauté et de sa société. Même chose pour la politique. Les femmes ont tendance à dire : «J haïs ça la politique. Ça ne m intéresse pas!». Pourtant, bien des femmes en font sans le savoir. Avez-vous déjà signé une pétition? Avez-vous discuté avec d autres de la question des «accommodements raisonnables»? Avez-vous participé à la Journée du travail invisible ou à l Opération Tendre la main organisée par l Afeas? Tout ça, c est de la politique. La politique fait partie de notre quotidien. Le prix du lait et de l essence, les écoles de nos enfants, la façon dont nous sommes soignés dans les hôpitaux ou comment les personnes âgées sont traitées dans notre société. Tout est politique. La politique, c est agir pour ses idées et ses valeurs. C est contribuer à faire avancer la société. Pour y parvenir, une foule de moyens sont à portée de main : s engager auprès d un groupe (comme vous le faites à l Afeas), envoyer une lettre à son député ou sa députée, signer une pétition, s impliquer à l école jusqu à adhérer à un parti politique et participer à des élections. Une chose est sûre : la politique ne peut pas se passer des femmes. Nous représentons quand même la moitié de la population. Si nous voulons que nos filles et petites-filles puissent prendre un jour leur place dans les lieux de pouvoir, il faudra sans doute commencer par leur donner l exemple. Élections municipales 2009 Les prochaines élections municipales auront lieu en novembre Voilà une bonne occasion de s initier à la politique. Pour vous familiariser, vous pouvez assister aux séances de votre conseil municipal. Le rôle du conseil est de répondre aux besoins de ses citoyennes et citoyens. Renseignez-vous à votre hôtel de ville sur les dates et les heures de réunion du conseil de votre municipalité. En général, le conseil se réunit une fois par mois mais il peut le faire plus souvent. Si vous le désirez, vous pouvez vous engager comme bénévole dans les divers services ou comités de votre municipalité. Vous en apprendrez ainsi davantage sur les rouages de votre municipalité pour mieux y intervenir. Parmi les services municipaux où vous pouvez agir comme bénévole, on compte la culture, les loisirs, la bibliothèque ou le sport. Vous pouvez aussi choisir d être membre de différents comités consultatifs. En vue des élections, vous pouvez aussi appuyer bénévolement une candidate aux Télé-politique Suivez les débats de l'assemblée nationale, les travaux de commissions parlementaires, les conférences de presse et certains événements spéciaux au canal 49. élections municipales, comme militante ou comme membre d un comité de bénévoles. Vous pourriez également être représentante de la candidate au bureau de vote, releveuse de listes, agente ou représentante officielle d une candidate ou d un parti. Vous pouvez aussi faire partie du personnel électoral. Durant les élections municipales, celui-ci est rémunéré et recruté en grande partie dans la population locale. Vous pouvez pourvoir aux postes suivants: scrutatrice, secrétaire du bureau de vote, préposée à l'information et au maintien de l'ordre, membre, secrétaire ou agente réviseure d'une commission de révision de la liste électorale. Les personnes qui acceptent de remplir ces postes temporaires ont droit à une rémunération. Elles jouent un rôle dans la gestion des opérations électorales et doivent s abstenir de toute activité partisane pendant qu elles exercent leurs fonctions. Si l'un de ces postes vous intéresse, renseignez-vous auprès de la présidente ou du président d élection de votre municipalité. Vous pouvez finalement poser votre candidature à un poste de conseillère municipale ou de mairesse. Pour ce faire, vous devez remplir un formulaire de déclaration de candidature au bureau du président ou de la présidente d élection de votre municipalité. Pour en savoir plus, visitez le site du ministère des Affaires municipales au Le ministère publie une série de guides, dont celui intitulé «Mairesse ou maire, conseillère ou conseiller, pourquoi pas vous?» disponible au gouv.qc.ca/electionsmunicipales/ressource s/ress_docu.asp À vos marques! Prêtes? Partez! Il faut des femmes partout. Les femmes doivent prendre leur place dans les organismes, les conseils municipaux, les partis politiques car plus elles seront visibles, plus elles pourront influencer le cours des événements. C est ainsi que les choses s amélioreront pour nous-mêmes, comme pour les générations qui nous suivent. 1 Radio-Canda, Émission de Christiane Charrette, 20 novembre Radio-Canda, «Une poignée de femmes dans un univers masculin», site visité le 15 mai Hiver 2009 Femmes d ici 13

14 M erci à nos PARTENAIRES PRÉSENTATEURS Découvrir toujours plus. Vivre toujours mieux. 14 Femmes d ici Hiver 2009

15 Le RÔLE des ORDRES PROFESSIONNELS dans le DOMAINE de la SANTÉ Dans le contexte de la pénurie de médecins au Québec, la population se demande quel est le rôle véritable des ordres professionnels et qui protègent-ils? Est-ce une confrérie réservée à quelques personnes élues? Pourquoi, par exemple, l ordre professionnel des médecins (appelé le Collège des médecins du Québec) n admet-il pas plus de médecins dans ses rangs, ce qui permettrait de contrer la pénurie de médecins et que chaque personne ait accès à un médecin de famille. Pour bien comprendre le rôle des ordres professionnels, il convient de rappeler qu au Québec, ces derniers sont règlementés par un cadre législatif. En effet, en 1973, l Assemblée nationale du Québec adoptait le Code des professions (L.R.Q. C-46). Avec l adoption du Code, le système professionnel s est vu assigner la protection du public comme objectif principal (Article 23 du Code des professions). Il convient de distinguer le rôle des ordres professionnels et des associations professionnelles. Les associations professionnelles, apparentées à des syndicats, ont pour rôle de défendre les intérêts socioéconomiques et le bien-être de leurs membres. Les ordres professionnels ont, quant à eux, la responsabilité de protéger le public. Le Québec compte 45 ordres professionnels dont plusieurs sont reliés au domaine de la santé. Notons, l ordre des médecins (Collège Par Lucie Dugré, infirmière, M.Ed des médecins du Québec), l ordre des infirmières et infirmiers du Québec et l ordre des pharmaciens du Québec, qui doivent s assurer chacun dans leur domaine que les professionnels dispensent des services de qualité. La mission principale des ordres professionnels est d assurer la protection du public. Pour ce faire, ils doivent veiller à la compétence et l intégrité de leurs membres, surveiller l exercice de la profession, réglementer l exercice en adoptant des règlements conformément au Code des professions et des lois professionnelles. De plus, les ordres professionnels nomment un syndic responsable de recevoir les plaintes du public et de les porter, s il y a lieu, devant un comité de discipline. Finalement, chaque ordre professionnel est tenu de produire un rapport annuel de ses activités. Ce rapport est déposé à l Assemblée nationale par le ministre responsable de l application de lois professionnelles. Le ministre de la Justice assume cette responsabilité. Il existe un autre palier du système professionnel qui s assure que chaque ordre professionnel fait son travail de protection auprès du public. Il s agit de l Office des professions du Québec, organisme gouvernemental de surveillance des ordres professionnels. L Office des professions a également comme responsabilité de donner au gouvernement son avis sur tout diplôme qui donne ouverture à un permis ou à un certificat de spécialiste délivré par un ordre, et ce, après avoir consulté les établissements d enseignement, l ordre concerné, les structures collégiales ou universitaires selon le diplôme, ainsi que le ministre de l Éducation, du Loisir et des Sports (Article 12, alinéa 7 du Code des professions). Pour les professionnels qui ont suivi leur formation dans un autre pays, il doit y avoir reconnaissance d équivalence de diplôme qui atteste le niveau de connaissances et de formation clinique ainsi que les aptitudes équivalentes à ceux du titulaire d un diplôme ou d une formation donnant ouverture au permis de l ordre professionnel concerné au Québec. Des stages sont souvent requis afin de s assurer que le professionnel réponde aux standards de la pratique au Québec. Pour les médecins, cette formation (résidence) relève des facultés de médecine québécoises. Il faut se rappeler que le nombre d étudiantes et d étudiants en médecine et leur répartition dans les 4 universités du Québec (Laval, McGill, Sherbrooke et Montréal) sont fixés annuellement par décret gouvernemental conformément à l article 503 de la Loi sur les services de santé et de services sociaux (L.R.Q. chapitre S-42). Finalement, toute candidate et tout candidat doit réussir les mêmes examens que les professionnels du Québec pour se voir délivrer un permis. Ce système peut sembler lourd mais il vise à s assurer que les professionnels qui pratiquent au Québec le font selon des standards de qualité reconnus. L ordre professionnel s assure donc que, par le respect de ses standards et des mécanismes de surveillance qu il met en place, la protection du public est assurée. Hiver 2009 Femmes d ici 15

16 Ma santé osseuse Par Monique Camerlain MD FRCPC, Geneviève Myhal PhD j y vois! L ostéoporose est une maladie traitable qui touche 1,4 million de Canadiennes et Canadiens de plus de 50 ans. C est une perte de résistance de l os qui prédispose aux fractures. Les fractures de fragilisation (fractures liées à l ostéoporose) surviennent en l absence d un choc important c est-à-dire lors d une chute de moins d un mètre de hauteur, après avoir raté une à trois marches d escalier ou lors d une chute en position debout ou assise. Les sites de prédilection sont le poignet, la colonne vertébrale et la hanche. Après une fracture de hanche, 50 % des femmes perdront leur autonomie, 19 % devront être traitées en soins prolongés, 20 % des femmes et 40 % des hommes mourront au cours de l année qui suit. On peut mesurer la densité minérale (quantité) osseuse par la densitométrie. Cet examen devrait être fait chez toutes les femmes et tous les hommes de plus de 65 ans et, selon les facteurs de risque, chez toutes les femmes ménopausées et tous les hommes de plus de 50 ans. Les principaux facteurs de risque sont: densité minérale osseuse basse, âge, fracture de fragilisation antérieure, histoire familiale de fracture de fragilisation, petite taille, race blanche, diète faible en calcium, déficience en Vitamine D, sédentarité, ménopause, tabagisme, abus de café et d alcool, certains médicaments (ex : cortisone, anti-épileptiques). Il existe des traitements efficaces pour l ostéoporose. On peut maintenant restaurer la masse osseuse et prévenir les fractures. Pourtant, l étude ROCQ (Reconnaître l Ostéoporose et ses Conséquences au Québec), menée chez près de femmes au Québec dont 82 % avaient subi une fracture ostéoporotique, a démontré que 6 à 8 mois après la fracture, 82 % des femmes n avaient pas encore reçu de traitement pour l ostéoporose. Ceci constitue un écart thérapeutique (différence entre ce qui est et ce qui devrait être) très important. Un atelier interactif visant à corriger ce problème d écart fut présenté au Congrès provincial de l Afeas tenu à Trois-Rivières en août Il comportait un jeu de rôle, une présentation scientifique et une évaluation par questionnaire. Les objectifs pour les participantes étaient de définir l ostéoporose et l écart thérapeutique dans son traitement, expliquer le rôle de l âgisme et de la mauvaise communication sur cet écart, établir ses propres facteurs de risque pour y pallier et être proactive dans le maintien de sa santé osseuse. Un questionnaire avant-après a permis de démontrer des changements significatifs au niveau des connaissances pour maintenir la santé osseuse (66 % des répondantes ayant ces connaissances avant l atelier, comparativement à 93 % après), pour savoir où trouver des réponses aux interrogations sur l ostéoporose (50 % le savaient avant l atelier, ce total passant à 93 % par après) et pour comprendre le rôle de la mauvaise communication dans l écart thérapeutique (le taux passa de 9% avant l atelier à 85 % par après). Suite à cet atelier, la différence avantaprès dans la volonté de communiquer sur la santé osseuse avec le médecin était très importante (alors que 63 % indiquaient en avoir déjà discuté avec leur médecin au préalable, 95 % indiquèrent leur intention de le faire après l atelier) : Une participante a ajouté comme commentaire ce qui nous semble résumer les résultats de notre intervention : «Mon médecin m avait suggéré un examen de dépistage de l ostéoporose et je ne l ai pas fait. Je vais retourner lui demander de le faire maintenant». Un cas n a pas de valeur statistique en science mais, en médecine, chaque individu est important. Notre intervention auprès de l Afeas, selon les analyses, a eu un impact de sensibilisation très important. 96 % des participantes ont indiqué leur satisfaction de l atelier qu elles recommanderaient à leurs pairs. 16 Femmes d ici Hiver 2009

17 Le Défi Santé 5/30 est de retour! Pour une cinquième année consécutive, le Défi Santé 5/30 et son porte-parole Francis Reddy vous donnent rendez-vous pour prendre votre santé en main en adoptant de saines habitudes de vie, à votre façon et à votre rythme. Du 1 er mars au 11 avril 2009, soyez des nôtres et engagez-vous à manger au moins 5 portions de fruits et légumes et à bouger au moins 30 minutes, et ce, au moins 5 jours par semaine. Du nouveau cette année : le Défi offre la possibilité d aller au-delà du «5» et du «30» avec les objectifs PLUS, liés à l alimentation (adoptez les grains entiers), à l activité physique (renforcez vos muscles) et à la gestion du stress (relaxez pour garder l équilibre). Pour participer, rendez-vous dès janvier 2009 au DefiSante530. ca et inscrivez-vous avant le 1 er mars En tant que participante, vous bénéficierez de plusieurs formes de soutien pour vous aider à acquérir de nouveaux réflexes santé : une trousse d accompagnement, un site Internet rempli de trucs et d outils pratiques et des courriels d encouragement. De plus, vous aurez la chance de gagner des prix d une valeur totale de $. En plus de favoriser votre bien-être et de vous permettre de faire le plein d énergie, le Défi est une approche gagnante pour contribuer à prévenir plusieurs problèmes de santé liés à notre style de vie (maladies cardiovasculaires, certains cancers, diabète, obésité, etc.). Autre point d intérêt, le Défi peut se vivre en solo, mais aussi en groupe pour s entraider et se motiver. On peut le relever entre collègues de travail, entre amis et, bien sûr, en famille! Avec son conjoint ou sa conjointe, ses enfants, ses petits enfants le Défi Santé 5/30 est une belle occasion de vivre la santé au quotidien avec ses proches et dans le plaisir! Alors on vous attend! L inscription débute dès janvier La belle saison blanche revient le Défi Santé 5/30 aussi! J adore l hiver, et pour bien des raisons. Entre autres, c est un moment de choix pour s activer et bénéficier des bienfaits de l activité physique. Le froid? Ce n est pas un problème! Bien habillé, on peut aller s amuser dehors et en profiter. De plus, avec l hiver revient la période d inscription au Défi Santé 5/30. Cette campagne est un excellent moyen d augmenter notre niveau d énergie et de raviver notre motivation pour bouger. Et si vous avez participé au Défi l année dernière, c est une invitation à poursuivre les bonnes habitudes déjà entamées. Marche, ski de fond, raquette, patin toutes les activités que l on aime sont bonnes pour nous garder en santé! Pour faire le plein de vitamines, quel plaisir d ajouter des fruits et des légumes dans nos assiettes! Pensez-y à chaque repas et, pour faire changement, n hésitez pas à les apprêter différemment et à en découvrir de nouveaux. Moi, je me réinscris au Défi cette année et vous? Martine Martine Albert, Athlète RBC et porte-parole du Défi Santé 5/30 Volet Afeas Inscrivez-vous au DefiSante530.ca avant le 1 er mars 2009

18 Comités provinciaux à l œuvre Promotion-recrutement C est au contact des autres que nous évoluons Une multitude d associations de femmes existent! Elles touchent toutes des créneaux différents et viennent en aide aux femmes qui vivent des difficultés de toutes sortes. À l Afeas, les femmes de toutes origines, de tous âges et sans problématique particulière y trouvent leur place et ont avantage à adhérer à notre groupe. Nous évoluons au contact des autres, et plus il y a de différences entre nos membres, plus notre cheminement est important. Ce sont ces différences qui nous font réaliser la multitude de problèmes vécus par les femmes et l importance de s unir pour travailler à l amélioration de leurs conditions de vie. À mon avis, la première chose que nous recevons en adhérant à l Afeas c est de se conscientiser sur sa propre vie. Certaines y trouvent du réconfort en réalisant qu elles ont une valeur égale à toutes les femmes. Elles puisent auprès des autres le courage de réagir devant l injustice. D autres peuvent s y épanouir en utilisant des aptitudes qu elles ignoraient posséder. Elles peuvent s impliquer et grandir en apportant de l aide aux autres. Toutes, sans exception, profitent de ce moyen efficace pour se forger ou affiner une opinion et la faire connaître afin qu elle soit acheminée jusqu aux instances décisionnelles concernées. Nous avons tant à offrir. Cependant, une des raisons qui doit nous inciter à ouvrir nos portes à une nouvelle membre, c est ce qu elle peut nous apporter. Donner l Afeas en cadeau, c est aussi en recevoir un! Denise Thibeault responsable du comité provincial promotion-recrutement Financement Pourquoi acheter un billet de tirage provincial? Régulièrement nous achetons des billets de loterie ou des objets promotionnels pour toutes sortes de causes de différentes associations. Nous trouvons cela tout à fait normal et nous nous disons que nous faisons notre petite part. Pourquoi ne pas soutenir notre propre cause à nous les femmes? Pourquoi ne pas soutenir l Afeas? L Afeas est une cause tout à fait louable. L Afeas travaille pour l avancement de la condition féminine, pour que les femmes obtiennent le droit à l égalité, le droit à la liberté. Alors donnons-nous la main et soutenonsnous mutuellement. Soutenons notre association, notre «cause». Un billet Afeas est un billet de loterie À suivre Lucie Turgeon responsable du comité provincial de financement M erci à nos PARTENAIRES ASSOCIÉS Ministère de la culture, des Communications et de la Condition féminine Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Ministère du Développement économique, de l innovation et de l exportation 18 Femmes d ici Hiver 2009 des idées au service de la vie

19 Bougez plus, risquez moins! En collaboration avec la Société canadienne du cancer, la D re Johanne Blais nous explique pourquoi et comment. La D re Johanne Blais, médecin de famille à l Hôpital Saint-François d Assise de Québec, est l auteure de deux livres sur la santé des femmes : Être femme à 50 ans et Être femme à 60 ans. Quel est le lien entre l activité physique et le risque de cancer? Les recherches démontrent que 30 à 35% des cancers pourraient être évités par une saine alimentation, l activité physique régulière et le maintien d un poids santé. Il est aussi prouvé que le manque d activité physique augmente le risque de développer des cancers du sein et colorectaux. L inactivité favorise aussi le surpoids et Quelques trucs pour une vie plus active Pensez «plaisir» et choisissez des activités qui vous allument Prévoyez plusieurs moments «actifs» de dix à 15 minutes tout au long de la journée Fixez-vous des objectifs à votre mesure et félicitez-vous de les atteindre Commencez lentement, puis augmentez graduellement la durée et l intensité Activez-vous en compagnie d une amie, d un conjoint ou en famille Inscrivez-vous au défi 5/30 (www.defisante530.com) l obésité, d autres facteurs de risque. On suppose donc que l activité physique diminue le risque pour plusieurs cancers. Phénomène inquiétant : la moitié de la population de 12 ans et plus n est pas assez active. Une tendance encore plus marquée chez les femmes et les aînés. Sait-on de quelle façon l activité physique réduit le risque de cancer? D abord, l activité physique régulière renforce le système immunitaire et celui-ci joue un rôle important dans la prévention du cancer. Il empêche les cellules anormales, dont nous sommes tous porteurs, de se multiplier et de provoquer la maladie. En plus, l activité physique favorise le transit intestinal, donc l évacuation des déchets, ce qui réduit le risque de cancer colorectal. Finalement, elle permet de maintenir un poids santé, ce qui diminue aussi le risque de cancer. Pourquoi? On ne sait pas exactement, mais les chercheurs croient que l obésité pourrait occasionner des changements au niveau des hormones (œstrogène, insuline, etc.) et que cela pourrait expliquer le lien avec un risque accru de cancer du sein, du côlon et de l utérus. Quel genre d activité physique doit-on faire pour prévenir le cancer? Pour qu il y ait vraiment des bienfaits, il faut être actif entre 30 et 60 minutes par jour, la plupart des jours de la semaine. On parle de 30 minutes d activité d intensité élevée, comme le jogging, ou de 60 minutes d activité d intensité modérée, comme marcher d un bon pas. Aux femmes qui veulent se remettre en forme, je conseille de commencer lentement, sans penser à l intensité. L essentiel, c est d être constant, d intégrer l activité physique à sa vie, de la mettre à l horaire. Le problème des femmes, c est qu elles ne se trouvent pas assez importantes pour se mettre ellesmêmes dans leur horaire! Comment atteindre l objectif de 30 à 60 minutes? C est plus simple qu on l imagine! Je recommande la marche aux femmes sédentaires. C est facile à faire par petits bouts et ça ne coûte rien. Faites vos courses à pied ou stationnez l auto plus loin et marchez pour le reste du trajet! Lors de vos pauses au bureau, sortez faire le tour du bloc! Promenez le chien! Bouger plus, ça peut aussi vouloir dire jouer dehors avec les enfants, jouer aux quilles, ramasser les feuilles, jardiner. En additionnant tous ces petits moments d activité, on arrive rapidement à 60 minutes. J aimerais aussi mentionner trois choses importantes. Un, il faut se faire plaisir en bougeant. Deux, il n est jamais trop tard pour commencer. Trois, il vaut mieux y aller petit à petit, ne pas mettre la barre trop haut au début et, une fois l activité physique devenue une habitude quotidienne, augmenter graduellement l intensité et la durée pour atteindre l objectif! Hiver 2009 Femmes d ici 19

20 De quoi j me mêle P a r L i s e G i r a r d Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale Le 8 octobre 2008, Mariette Gilbert assistait au colloque «Améliorer le revenu des personnes et des familles : le choix d'un meilleur avenir». Régime québécois d'assurance parentale Le 13 novembre 2008, Mariette Gilbert participait à une consultation commandée par le Conseil de gestion de l'assurance parentale. Gala Prix Femmes d'affaires du Québec 2008 Le 15 octobre 2008, Lucie R.-Proulx, directrice du marketing, et Huguette Gauthier, conseillère provinciale, assistaient à ce 8 e Gala annuel, à Montréal. «Du dire au faire: l'égalité entre les femmes et les hommes» Le 10 septembre 2008, la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Monique Gagnon-Tremblay, organisait une réception dans le cadre de la rencontre de l Organisation internationale de la Francophonie à Québec. La présidente de l Afeas, Mariette Gilbert, faisait partie des invitées et invités. Pierrette Duperron nous a quittées! Le destin vient de nous ravir une compagne, une amie, une femme exceptionnelle, Pierrette Duperron. En novembre, Pierrette nous a quittées suite à une longue maladie. Très impliquée à l Afeas régionale Richelieu- Yamaska pendant plusieurs années, elle en fut présidente avant d accepter, en , un poste de conseillère au sein du conseil exécutif provincial. Propriétaire, avec son conjoint, d une grande ferme de culture à St-Nazaired Acton, son travail au sein de l entreprise ne l a jamais empêchée de participer activement à la vie de sa communauté. Elle fut, entre autres, préfet de la Municipalité régionale du comté d Acton. Nous venons de perdre une femme d action exceptionnelle que nous avons côtoyée, appréciée et aimée! Sa douce mémoire comblera le vide qu elle laisse dans nos vies. Au revoir Pierrette, et merci! M erci à nos PARTENAIRES MÉDIAS 20 Femmes d ici Hiver 2009

Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant

Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant son 90 e anniversaire Bonsoir, D entrée de jeu, je tiens à vous remercier de votre présence ce soir pour fêter ce 90 e anniversaire

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

Juin 2013. De gauche à droite: Liliane Leboeuf_Laurette Gagnon_Claude Drouin_Pauline Crevier _Marcel Audet et Michel Goulet.

Juin 2013. De gauche à droite: Liliane Leboeuf_Laurette Gagnon_Claude Drouin_Pauline Crevier _Marcel Audet et Michel Goulet. Infos de chez-nous! Juin 2013 Sommaire 1-Gala Reconnaissance -Années de fidélité 2-Des gens de chez-nous -Page centrale: Photos 3-Fête des bénévoles -Anniversaires du mois -Promotion 4-Recrutement -Formation

Plus en détail

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Le sous-financement chronique de notre éducation est une stratégie pour forcer l intégration avec les

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

MON carnet accès santé

MON carnet accès santé MON carnet accès santé Direction + Diane Milliard Rédaction + Sylvie Dubois Supervision + Suzanne Pinard Révision linguistique + Chantal Gosselin Conception graphique + Agence Médiapresse inc. Ce projet

Plus en détail

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation.

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. UNE FILLE ENGAGÉE Facteurs de succès pour l étudiante en formation non traditionnelle Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. Cet outil t est remis en début de

Plus en détail

Stage à Québec. I. Vie pratique. 1) Logement

Stage à Québec. I. Vie pratique. 1) Logement Stage à Québec I. Vie pratique 1) Logement Durant mon stage de dix semaines dans la ville de Québec, j ai pu être logé à la résidence universitaire de l université de Laval. Je possédais une petite chambre

Plus en détail

Présentation du Programme Excellence CSJV Boursier

Présentation du Programme Excellence CSJV Boursier Présentation du Programme Excellence CSJV Boursier Collège St-Jean-Vianney 12630, boul. Gouin Est Montréal H1C 1B9 Tél. 514-648-3821 www.st-jean-vianney.qc.ca Mise en contexte Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Séjour réussi pour Place aux jeunes

Séjour réussi pour Place aux jeunes ÇA JASE ENCORE! BULLETIN DU CARREFOUR JEUNESSE-EMPLOI DE BEAUCE-SUD NUMERO 26, VOLUME III, MARS 2009 DANS CETTE EDITION Séjour réussi pour Place aux jeunes Table jeunesse Beauce-Sartigan Jeunes stagiaires

Plus en détail

Juin 2012. Bravo et merci encore pour l excellent travail du comité reconnaissance et l importante présence du personnel.

Juin 2012. Bravo et merci encore pour l excellent travail du comité reconnaissance et l importante présence du personnel. Infos de chez-nous! Juin 2012 Sommaire 1-Soirée reconnaissance 2-Recrutement -Fête des Bénévoles -Page centrale: photos 3-Années de Fidélité -Milieu de formation -S. Cécile Fortier, 4-Soins infirmiers

Plus en détail

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FEMALE: Allô, Monsieur Ledoux? Madame Chavignol à l appareil, la maman de Maxime. Je voudrais

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT ÉCORÉNOV INSTALLATION SEPTIQUE

CRÉDIT D IMPÔT ÉCORÉNOV INSTALLATION SEPTIQUE Issoudun, Ensemble avec Fierté Bureau Municipal 268 rue Principale Tél. : 418-728-2006 Volume 7, Numéro 2 Janvier 2014 CRÉDIT D IMPÔT ÉCORÉNOV INSTALLATION SEPTIQUE Revenu Québec a mis en place un crédit

Plus en détail

Volume 1 Numéro 2 Février 2009

Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Sommaire Lancement du concours Je prends ma place...1 Lancement du concours Je prends ma place Entrevue avec Annie Patenaude, lauréate 2008...2 En collaboration avec le Secrétariat

Plus en détail

Amis ou ennemis? Compréhension de lecture Andrée Otte

Amis ou ennemis? Compréhension de lecture Andrée Otte Compréhension de lecture Andrée Otte Amis ou ennemis? Chrystine Brouillet, Ed. La Courte Echelle, Montréal Si Jean-François Turmel croit m impressionner avec son walkman, il se trompe! Quand je pense à

Plus en détail

(Telle que présentée dans un mémoire de consultation, adressé le 17 novembre 2005 au ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine)

(Telle que présentée dans un mémoire de consultation, adressé le 17 novembre 2005 au ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine) Position de la Fédération des cégeps sur la révision des règles administratives concernant la classification et la rémunération du personnel salarié des services de garde (Telle que présentée dans un mémoire

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS?

LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS? LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS? Questions Vrai Faux J ai suivi un cours ou lu un livre traitant de mon secteur d activité au 1 cours des trois dernières années. 0 1 Mon secteur d activité a

Plus en détail

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale concernant la Loi sur l équité salariale par la Confédération des syndicats nationaux Montréal, le 16 septembre 2002 Présentation

Plus en détail

Stratégies de recherche d emploi ou de stage

Stratégies de recherche d emploi ou de stage Stratégies de recherche d emploi ou de stage Service-conseil en gestion de carrière Service des stages et du placement 2015-2016 Pour prendre un rendez-vous: service.placement@polymtl.ca 1 Service conseil

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Le marteau et l enclume

Le marteau et l enclume Sophie Ricoul Le marteau et l enclume Chroniques d une accidentée de la route 2 2 Les aires d accueils pour les gens du voyage ou Le marteau et l enclume Gérer des aires d accueils pour les gens du voyage

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

Contre la pauvreté j agis un peu. Pourquoi? Comment?

Contre la pauvreté j agis un peu. Pourquoi? Comment? Contre la pauvreté j agis un peu beaucoup à la folie Pourquoi? Comment? Objectif de l animation Echanger sur nos engagements dans la lutte contre la pauvreté : contre la pauvreté, pour la justice sociale

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008)

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) 1. INTRODUCTION En octobre 2006, le gouvernement du Québec lançait son Plan d action gouvernemental

Plus en détail

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien TÉMOIGNAGE FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012 Espoir dans la cité Les groupes d entraide et de soutien C est avec enthousiasme et fébrilité que je viens témoigner de ma pratique et de ma passion pour

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Unité 3 es oches et leurs reproche r s p r leu, senu je s Le page 37

Unité 3 es oches et leurs reproche r s p r leu, senu je s Le page 37 es Les jeunes, leurs proches et leurs reproches page 37 1 Je sais communiquer! Écoutez le dialogue suivant, entre Christophe, un copain de Lucas et son père. Cochez les bonnes cases dans le tableau suivant.

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Élections 2015. Élection via OMNIVOX. Assemblée d information Mercredi midi 8 avril 2015 local A-1760. Cahier des candidatures

Élections 2015. Élection via OMNIVOX. Assemblée d information Mercredi midi 8 avril 2015 local A-1760. Cahier des candidatures Élections 2015 Cahier des candidatures Assemblée d information Mercredi midi 8 avril 2015 local A-1760 Élection via OMNIVOX De 9 h le 15 avril à 15 h le 16 avril 2015 Personnes candidates aux élections

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

Mot du maire. Mot du comité MADA

Mot du maire. Mot du comité MADA Mot du maire En se dotant d un plan d action MADA (Municipalité Amie des Aînés), Sainte-Monique confirme sa volonté de vouloir prendre soin de ses citoyens et de leur qualité de vie. Nous espérons que

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Rapport de fin de séjour 1 semestre universitaire (automne 2011) à Gatineau à l Université du Québec en Outaouais

Rapport de fin de séjour 1 semestre universitaire (automne 2011) à Gatineau à l Université du Québec en Outaouais Etudiante en L3 psychologie à l UPMF de Grenoble Rapport de fin de séjour 1 semestre universitaire (automne 2011) à Gatineau à l Université du Québec en Outaouais Introduction : Je suis étudiante en L3

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS. 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere.

2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS. 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere. 2011-2012 RAPPORT D ACTIVITÉS 6020 rue Jean-Talon Est, bur. 400, Montréal (Québec) H1S 3B1 514 341-7272 1 877 341-7272 www.moelleepiniere.com Ce rapport a été rendu possible grâce au travail des personnes

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

Un petit retour sur l année qui se termine

Un petit retour sur l année qui se termine Parution de juillet 2011 Un petit retour sur l année qui se termine Bien sûr, résumer le travail d une année en une page est en soi impossible, alors nous nous attarderons aux grandes lignes que nous a

Plus en détail

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des proches d une personne qui est atteinte de SP ou qui a reçu un diagnostic de SCI et des aidants non rémunérés d une personne qui est

Plus en détail

Canada. RPSP Bulletin d information. Réfugiés parrainés par le secteur privé. Réinstallation des réfugiés au

Canada. RPSP Bulletin d information. Réfugiés parrainés par le secteur privé. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés parrainés par le secteur privé Canada Réinstallation des réfugiés au RPSP Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

*Luttes pour les droits des femmes au Québec

*Luttes pour les droits des femmes au Québec *Luttes 1791 Droit de vote pour les femmes propriétaires Adopté en 1791, l Acte constitutionnel est une loi britannique qui crée le Haut- Canada et le Bas-Canada. Cette loi donne aux propriétaires terriens

Plus en détail

Table des matières. Message du maire p. 3. Message des conseillers responsables pour les familles et pour les personnes aînées p.

Table des matières. Message du maire p. 3. Message des conseillers responsables pour les familles et pour les personnes aînées p. Politique pour les famillles et pour les personnes aînées de Sainte-Anne-de-la-Pocatière www.ste-anne-de-la-pocatiere.com Table des matières Message du maire p. 3 Message des conseillers responsables pour

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

MANUEL DE FORMATION POUR LES CAMPAGNES ÉLECTORALES

MANUEL DE FORMATION POUR LES CAMPAGNES ÉLECTORALES Agence Américaine pour le Développement International Mali PROJET FEMME ET GOUVERNEMENT («WING») MANUEL DE FORMATION POUR LES CAMPAGNES ÉLECTORALES Préparé par : Stephenie Foster Development & Training

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation?

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? : Le Guide du compagnon sur la formation d un apprenti Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? Soyez d abord fier. Vous êtes sur le point d accomplir un travail exceptionnel

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs expérimentés de 55 ans et plus Novembre 2011 Introduction

Plus en détail

Sur la photo : M mes Sonia Mongrain, agente à l affectation, Béatrice Héon Fréchette, directrice générale et Ginette Tremblay, commis comptable.

Sur la photo : M mes Sonia Mongrain, agente à l affectation, Béatrice Héon Fréchette, directrice générale et Ginette Tremblay, commis comptable. Portrait d une coopérative membre de la CDR L Interville, coop de solidarité en soins et services - 12 ans d existence - Ce fût un honneur pour moi de rencontrer M me Béatrice Héon Fréchette, directrice

Plus en détail

Présentation de notre offre de services. www.fondationmf.ca

Présentation de notre offre de services. www.fondationmf.ca Présentation de notre offre de services Une Fondation bien active en 2013-2014! - Formation - Outils pédagogiques - Activités de financement à revenus partagés - Programme d aide financière www.fondationmf.ca

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Joignez vous à une équipe professionnelle et engagée qui est au service de ses membres!

Joignez vous à une équipe professionnelle et engagée qui est au service de ses membres! Message de l équipe Chers franchisés, Chers clients, Technika jet d encre est fière de l intérêt que vous portez à son entreprise et vous remercie à l avance de votre participation et de votre contribution

Plus en détail

ENGAGEMENTS ÉVÉNEMENTS MARQUANTS

ENGAGEMENTS ÉVÉNEMENTS MARQUANTS Lors des Jeux olympiques de à Los Angeles, Sylvie Bernier a remporté la première médaille d or du Canada en plongeon au tremplin de 3m. À ce jour, elle est toujours la seule championne olympique cette

Plus en détail

Spécialiste de réinstallation au Canada

Spécialiste de réinstallation au Canada Spécialiste de réinstallation au Canada Toujours offrir un service exceptionnel aux clients. Voilà notre mission. Et qui disait que rédiger un énoncé de mission serait compliqué? dadarelo.ca Toujours offrir

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES Direction des services d hébergement Description de fonction PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ JOUR

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 100 personnes salariées ou plus La Loi sur

Plus en détail

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Mémoire présenté à la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Par l Association canadienne de l enseignement coopératif, comité Québec (ACDEC-Québec) En

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

L engagée. Frison-Roche. Marie-Anne. Propos reccueillis par Aurélien Valeri et Charles Bonnaire Photographies par Léa Bouquet

L engagée. Frison-Roche. Marie-Anne. Propos reccueillis par Aurélien Valeri et Charles Bonnaire Photographies par Léa Bouquet Marie-Anne Frison-Roche L engagée. Mercredi 29 octobre, avant une session extraordinaire des Grandes Questions du Droit, Marie-Anne Frison-Roche a accordé un entretien de près d un quart d heure au Parvenu,

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

Présenté par: Nicole Godin Enseignante en soins infirmiers Cégep de Drummondville

Présenté par: Nicole Godin Enseignante en soins infirmiers Cégep de Drummondville Présenté par: Nicole Godin Enseignante en soins infirmiers Cégep de Drummondville Projet soins infirmiers Réussir individuellement et collectivement: une approche par projet Briser l isolement Les stagiaires

Plus en détail

B U L L E T I N D I N F O R M A T I O N

B U L L E T I N D I N F O R M A T I O N L Actif VOLUME 8, NUMÉRO 3 B U L L E T I N D I N F O R M A T I O N AOÛT 2014 Dans ce numéro : Nouvelles nutrition 1 Retour sur l assemblée générale annuelle 2014 Bénévoles recherchés 4 Jeu cognitif du

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

Guide du responsable d'une assemblée de cuisine

Guide du responsable d'une assemblée de cuisine 1 2 Novembre 2013 Version du document: 4.0 3 Merci de vous impliquer et d incarner le changement Vous faites maintenant partie du plus grand mouvement politique au Québec. Vous êtes de ceux et celles qui

Plus en détail

Expérience à l internationale

Expérience à l internationale Expérience à l internationale Semestre Erasmus Période effectuée de Février à Juin 2011 EET-UPC (Escola d Enginyeria de Terrassa Universitat Politecnica de Catalunya) Année : 2010/2011 Mélissa MELGIRE

Plus en détail

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC)

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) pour l obtention d un diplôme d études collégiales (DEC) en Techniques d éducation spécialisée 351.A0 QU'EST-CE QU'UNE DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

Le cellulaire, une bonne affaire

Le cellulaire, une bonne affaire Parcours de formation axée sur l emploi Formation préparatoire au travail (FPT) Mathématique Situation d apprentissage et d évaluation Le cellulaire, une bonne affaire Guide de l élève Commission scolaire

Plus en détail

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde «Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde Nous sommes tous en quête de bonheur et de plénitude et souvent profondément insatisfaits de notre

Plus en détail

ASSOCIATION DES TECHNICIENS EN ÉVALUATION FONCIÈRE DU QUÉBEC RAPPORT ANNUEL 2006-2007

ASSOCIATION DES TECHNICIENS EN ÉVALUATION FONCIÈRE DU QUÉBEC RAPPORT ANNUEL 2006-2007 ASSOCIATION DES TECHNICIENS EN ÉVALUATION FONCIÈRE DU QUÉBEC RAPPORT ANNUEL 2006-2007 Au service des techniciens en évaluation depuis 1983 CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de l'atefq

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

ADOS. Produit par le réseau québécois de l ACSM

ADOS. Produit par le réseau québécois de l ACSM ADOS Produit par le réseau québécois de l ACSM Bas-du-Fleuve Chaudière-Appalaches Côte-Nord Haut-Richelieu Lac-Saint-Jean Montréal Québec Rive-Sud de Montréal Saguenay Sorel/Saint-Joseph/Tracy L important

Plus en détail

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises L Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) a obtenu des fonds de l Agence de la santé publique du Canada afin de promouvoir

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

RAPPORT GÉNÉRAL ANNUEL 2012-2013

RAPPORT GÉNÉRAL ANNUEL 2012-2013 RAPPORT GÉNÉRAL ANNUEL 2012-2013 L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES ORTHOPHONISTES ET AUDIOLOGISTES Des professionnels reconnus pour des services de qualité. 1 TABLE DES MATIÈRES Présentation du conseil d administration...

Plus en détail

Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme

Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme Le Yukon est au troisième rang parmi les provinces et territoires pour ce qui est du taux de fumeurs, derrière le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest.

Plus en détail