Vues d'estuaire SOCIAL. Economie. Habitat. environnement. mobilité. [année 2012]

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vues d'estuaire SOCIAL. Economie. Habitat. environnement. mobilité. [année 2012]"

Transcription

1 Vues d'estuaire SOCIAL Economie Habitat environnement mobilité [Un marché immobilier diversifié et attractif] [Carene, Cap Atlantique, Loire et Sillon, Pont-Château Saint-Gildas, Pornic, Sud Estuaire] [année 2012]

2

3 habitat >> 3 Une diversité de parcs immobiliers confortée par l évolution récente du marché immobilier du Pôle Ouest p. 5 Les fiches d identité des intercommunalités du Pôle Ouest p. 15 Carene, Cap Atlantique, Loire et Sillon, Pont-Château/St-Gildas des Bois, Pornic et Sud Estuaire Les atouts et les enjeux du territoire en matière d habitat p. 23 SOMMAIRE Pôle Ouest Dénomination adoptée dans le cadre de ce Vues d Estuaire et correspondant au périmètre des intercommunalités suivantes : Carene, Cap Atlantique, CC Loire et Sillon, CC Pornic, CC Pays de Pont-Château Saint-Gildas-des-Bois, CC Sud Estuaire. CAP ATLANTIQUE CC DU PAYS DE PONT-CHÂTEAU SAINT-GILDAS-DES-BOIS CARENE CC LOIRE ET SILLON CC SUD ESTUAIRE CC DE PORNIC

4 >> 4 habitat Introduction La question du logement est centrale pour les ménages, puisque aujourd hui il constitue pour eux le premier poste des dépenses. En 2010, un ménage sur deux consacre plus de 18,5 % de ses revenus à son habitation principale (Insee Première n mars 2012). Selon qu il soit propriétaire, propriétaire accédant ou locataire d un logement privé ou social, cette proportion varie de façon importante. Si cette part est liée aux revenus des ménages et à leur évolution, le contexte de crise économique et bancaire joue également un rôle (nature des aides, taux d intérêt ). Depuis 2008, début de la crise financière internationale, les impacts sur le marché du logement sont conséquents et complexes. Le contexte local participe aussi aux conditions d accès au logement. Les collectivités disposent de leviers d action en matière d aménagement du territoire au travers de documents d urbanisme fixant les objectifs stratégiques (Schéma de Cohérence Territoriale décliné en Schémas de Secteurs) et de documents de planification (les Plans Locaux d Urbanisme) qui établissent des règles en matière d usages du sol. Au cours de la dernière décennie au sein du Pôle Ouest, l habitat a constitué l un des plus gros consommateurs d espace : ha, soit deux tiers du total des surfaces artificialisées entre 1999 et 2009 (Vues d Estuaire environnement 2012).

5 Pole Ouest

6 >> 6 habitat Le Pôle Ouest regroupe 31 % des logements de Loire-Atlantique, dont 24 % des résidences principales et 89 % des résidences secondaires ou occasionnelles. Source : Insee RP 2009 Une diversité de parcs immobiliers confortée par l évolution récente du marché immobilier du Pôle Ouest Situation géographique et structure du parc de logements Bien que l estuaire de la Loire sépare les deux rives nord et sud du fleuve, les problématiques en matière de logement s expriment de manière semblable. Ainsi, les communes littorales connaissent une forte attractivité démographique stimulant l économie résidentielle. Les résidences secondaires y sont majoritaires quelle que soit la taille de la commune (La Baule, Pénestin, La Bernerieen-Retz, Préfailles, Camoël ). Le reste du territoire est constitué des secteurs ruraux et/ou périurbains situés en rétro littoral, où dominent les résidences principales occupées par des résidents à l année (Saint-Malo-de-Guersac, Sainte-Reine-de-Bretagne, Drefféac, Frossay ). Au sein des six intercommunalités, entre les communes situées sur la façade littorale et celles situées en secteur rétro littoral, le parc de logements révèle de grandes différences en matière de nature des résidences (principales ou secondaires) et de leur typologie (individuelle ou collective). Sur Cap Atlantique, ces contrastes se révèlent par exemple entre Le Croisic et Saint-Lyphard ; sur la CC de Pornic, entre la commune de Pornic et Chauvé ; sur la CC de Sud Estuaire entre Saint-Brevin-les-Pins et Saint-Viaud. Sur la Carene, cette distinction est également visible (entre Pornichet et Donges par exemple) mais la présence de Saint-Nazaire, deuxième plus grande ville du département après Nantes, impacte aussi le marché résidentiel local. En effet, ce pôle urbain majeur structure à lui seul un large territoire sur une grande partie du Pôle Ouest. Enfin, les CC de Loire et Sillon et du Pays de Pont-Château/ St-Gildas-des-Bois, territoires périurbains et ruraux, affichent un parc de logements plus homogène. Ce parc est occupé par de nombreux actifs et situé sur la partie nord du Pôle Ouest, il est structuré autour de centralités (Savenay, Pont-Château, Missillac, Saint-Gildas-des-Bois). Si les trois quarts des résidences principales sont des maisons individuelles, leur poids est variable selon les intercommunalités et selon les communes [carte]. 9 résidences sur 10 sur les EPCI de Pont-Château/Saint- Gildas-des-Bois, de Pornic et de Loire et Sillon, et seulement 6 résidences sur 10 sur la Carene. Par commune, les résidences principales représentent plus de 98 % du parc de logements à Sainte-Anne-sur-Brivet, Prinquiau ou Quilly, contre 46 % des logements à Saint-Nazaire, 60 % à La Baule, 62 % à Pornichet ou 66 % à Paimbœuf. O N S E Guérande logements La Baule résidences principales résidences secondaires Part des résidences Part des résidences principales principales et secondaires et secondaires en en 2009 Saint-Nazaire Pontchâteau Saint-Brévin-les-Pins Pornic Savenay Km Sources : Insee - Recensement 2009 BD Carto - IGN Paris Licence n 7656 Cartographie : ADDRN - Septembre 2012

7 Cette répartition du parc de logements est corrélée avec celle des statuts d occupation des logements. Le poids des propriétaires occupants est en effet plus fort là où la part des maisons individuelles l est aussi. A l inverse, la part des locataires (privés ou sociaux) est plus forte lorsqu un parc collectif existe [graphique]. Au moins un ménage sur deux est propriétaire de son logement dans chaque commune des intercommunalités du Pôle Ouest, alors que la répartition pour les locataires varie beaucoup d un EPCI à l autre : une vingtaine de communes comptent plus de 20 % de locataires du parc privé ; cinq communes comptent plus de 10 % de locataires dans le parc social (au sens Insee RP 2009). Il s agit de Montoir-de-Bretagne, Paimbœuf, Saint-Nazaire, Trignac et Savenay. Cette situation s explique par plusieurs facteurs, comme la politique volontariste de certaines communes à produire un logement abordable, la prégnance à être propriétaires dans les secteurs ruraux qui reste encore forte aujourd hui ; le contexte immobilier et foncier actuel pouvant parfois rendre plus complexe une production de logements mixtes Corrélation et accessibles entre Proprétaires à tous et Maisons les ménages individuelles % des propriétaires Corrélation entre proprétaires et maisons individuelles CC Pontchâteau/St-Gildas Loire et Sillon Cap Atlantique CC Pornic Pôle Ouest Sud Estuaire Loire-Atlantique Carene % des maisons individuelles Source : Insee RP 2009 Dynamique et nature des constructions récentes : des évolutions différenciées selon les intercommunalités Depuis le début des années 2000, la dynamique démographique est soutenue dans le département. Cela se retrouve sur les intercommunalités du Pôle Ouest, en particulier celles situées au sud de la Loire et à l est [graphique]. Profitant de ce contexte démographique et porté par des conditions favorables du marché immobilier, le nombre de logements construits et les mutations dans le parc ancien ont été très importants au sein du Pôle Ouest. Sept communes concentrent près de la moitié de la production de logements neufs au cours de la dernière décennie. Il s agit de Saint-Nazaire (entre 22 et 25 % de la production du Pôle Ouest), des principales centralités du littoral (Saint-Brevin-les-Pins, Guérande, Pornichet, La Baule, Pornic), ainsi que Pont-Château pour le secteur périurbain (entre 5 et 3 % dans chacun des cas). Depuis 2008, le taux de construction est plus faible en raison de la crise économique, bien que le Pôle Ouest affiche un niveau supérieur à la moyenne départementale (9,7 contre 8,4 ). Evolution de la population 1999/2009 (%/an) Evolution de la population 1999/2009 (%/an) Carene +0,50 % Cap Atlantique +1,14 % Pôle ouest +1,30 % CC Pontchâteau/ St-Gildas +2,10 % CC Sud Estuaire +2,26 % CC Loire et Sillon +2,27 % CC de Pornic +2,54 % 0 +1,0 % +2,0 % +3,0 % Source : Insee RP 1999 et 2009 habitat >> 7 25 des 56 communes du Pôle Ouest dénombrent plus de habitants, seules 4 d entre elles ont plus de habitants. Source : Insee RP 2009 Evolution démographique 1999/2009 (en %/an): Pôle Ouest : +1,30 Loire-Atlantique : +1,11 Source : Insee RP 2009 source : Insee RP 2009

8 >> 8 habitat Cette production de logements neufs s est développée selon les territoires sous des formes différentes et au cours de périodes successives [cartes]. Il s agit d abord des espaces périurbains, qui comme partout en France, sont plus propices à l accueil des maisons individuelles. En effet, ils disposent de davantage de foncier constructible, et ce à moindre coût. La production a aussi été portée par un contexte bancaire favorable jusqu en 2008 (taux d intérêt bas, allongement de la durée d emprunt, le Prêt à Taux Zéro (PTZ) particulièrement attractif pour les primo accédants). Au cours de la dernière période, le taux de construction a baissé sur une grande partie des communes du Pôle Ouest, conséquence des premières difficultés économiques et des contraintes bancaires plus restrictives. Le nord du Pôle Ouest (Assérac, Saint-Molf, Crossac, Sévérac ), le secteur de Savenay (Malville, Prinquiau ) et le Pays de Retz (Saint-Père-en-Retz, Chauvé, La Plaine-surmer, Arthon-en-Retz ) illustrent ce phénomène, avec une part élevée de maisons individuelles dans la production neuve [carte]. O N S E Piriac-sur-Mer Le Croisic La Turballe Part de la construction Part de la individuelle construction individuelle neuve entre neuve entre et et 2011 Pénestin Mesquer Batz-sur-Mer Guérande Le Pouliguen Camoël Assérac Saint-Molf La Baule Férel Pornic Donges Chauvé Guenrouët Drefféac Herbignac Quilly Pontchâteau Sainte-Reine-de-Bretagne Sainte-Anne-sur-Brivet La Chapelle-des-Marais Crossac Campbon Saint-Lyphard Saint-Joachim Besné Prinquiau Saint-André-des-Eaux Pornichet Part de la construction individuelle neuve des logements commencés moins de 23 % % % % % % Nb de maisons individuelles neuves commencées entre 2000 et ,5 Km Saint-Nazaire Montoir-de-Bretagne Trignac Corsept Saint-Brévin-les-Pins La Plaine-sur-Mer Préfailles Missillac Saint-Malo-de-Guersac Saint-Michel-Chef-Chef Sévérac Saint-Gildas-des-Bois Saint-Père-en-Retz Savenay La Chapelle-Launay Paimboeuf Saint-Viaud La Bernerie-en-Retz Les Moutiers-en-Retz Lavau-sur-Loire Bouée Frossay Arthon-en-Retz Malville Sources : SITADEL2 - DREAL des PDL BD Carto - IGN Paris Licence n 7656 Cartographie : ADDRN - Juillet 2012 Taux de Taux construction de pour pour habitants O N S E Pontchâteau Pontchâteau Pontchâteau Guérande Savenay Guérande Savenay Guérande Savenay La Baule Saint-Nazaire La Baule Saint-Nazaire La Baule Saint-Nazaire Saint-Brévinles-Pins Saint-Brévinles-Pins Saint-Brévinles-Pins Taux de construction Pornic moins de Pornic Pornic , Km plus de 30 Sources : SITADEL2 - DREAL des PDL BD Carto - IGN Paris Licence n 7656 Cartographie : ADDRN - Juillet 2012

9 habitat >> 9 Ensuite et à l inverse, sur les territoires littoraux et urbains, la production de logements neufs en collectifs est forte, notamment depuis Cette dynamique s appuie sur des orientations favorables en matière de maîtrise du foncier et de densification, et sur des dispositifs d investissements fiscaux (de Robien, Borloo et Scellier). Le dispositif Scellier devenant moins intéressant à partir du 1 er janvier 2012, les ventes se sont accélérées à la fin de l année Depuis, et en attendant sa fin programmée en décembre 2012, la production baisse, tout comme les réservations de logements. En outre, les abandons de programmes deviennent plus courants et les délais d écoulement s allongent, ce qui favorise l augmentation des stocks. Ces dispositifs fiscaux ne sont néanmoins pas sans impact sur la nature des appartements produits. Près d un logement collectif sur deux ne comporte qu une ou deux pièces, avec une accentuation de cette tendance ces deux dernières années [graphique]. En définitive, les conditions économiques, le contexte géographique local et le souhait d une grande partie des ménages d être propriétaires d une maison individuelle ont créé ou accompagné ces évolutions récentes et conforté le parc de logements dans sa nature et sa répartition. Marché littoral attractif et impacts sur les espaces rétro littoraux du Pôle Ouest Selon les estimations du Programme des Nations Unies pour l Environnement, 60 % de la population mondiale vit à moins de 60 km du littoral, taux qui devrait atteindre 75 % en Si l attractivité du littoral n est plus à démontrer, son accessibilité n est pas chose aisée pour tous les ménages, le principal frein étant celui du coût du logement. Ce coût progresse à mesure que l on se rapproche du trait de côte, à l image de ce qui est constaté sur les acquisitions de maisons anciennes [carte] (les prix de vente moyens en 2011 y sont supérieurs à ). En outre, la progression des prix au cours de ces dernières années est importante. Depuis 2004, le prix moyen d une maison ancienne a progressé de +41 % en moyenne sur le Pôle Ouest, voire jusqu à + 48 % sur Cap Atlantique et +46 % sur la Carene [graphique]. Certaines communes enregistrent des augmentations très conséquentes qui témoignent d une attractivité nouvelle et soutenue : Sainte-Anne-sur-Brivet +88 %, Férel +85 %, Préfailles +79 %... Prix des Prix maisons des maisons vendues en 2011 * * Logements disponibles en 2011 Pontchâteau 100 % 90 % 80 % 70 % 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 0 % Typologie des logements disponibles en 2011 moyenne 10 ans 2011 moyenne 10 ans 2011 moyenne 10 ans 2011 moyenne 10 ans 2011 Unité Urbaine Nantes Carene St-Nazaire Ville Presqu île Guérandaise 1 et 2 pièces 3 pièces 4 pièces et plus Source : DREAL PdL - ECLN Guérande N O E S Km La Baule Prix de mutation HT des maisons en 2011 moins de de à de à plus de non significatif * moyenne pondérée 2010/2011 Saint-Nazaire * Saint-Brévin-les-Pins Pornic * * Savenay Sources : Notaires PERVAL BD Carto - IGN Paris Licence n 7656 Cartographie : ADDRN - Juillet 2012 *

10 >> 10 habitat Pénestin Camoël Assérac Les prix de vente de maisons anciennes en 2011, comme pour l année 2012, sont marqués par un retour au niveau observé en moyenne en 2006, alors qu une très nette baisse avait été enregistrée en 2008 et surtout en Si les évolutions constatées sur les six intercommunalités offrent des tendances comparables, en revanche les valeurs littorales des maisons anciennes se situent toujours très largement au dessus des autres. Ce constat est identique pour les logements collectifs neufs vendus. La progression des prix au m 2 est observée sur tous les territoires, mais plus particulièrement sur le littoral de la presqu Île Guérandaise ( : +124 %) et sur celui du Pays de Retz (+101 %) [graphique]. Le niveau de loyers du parc privé constitue un autre indicateur relatif à la cherté des marchés immobiliers littoraux par rapport aux espaces rétro littoraux. C est ce qui est indiqué par l observation des niveaux des loyers par les agences immobilières de la région nazairienne et de la presqu Île Guérandaise [carte]. Férel Herbignac La Chapelle-des-Marais Loyer en Loyer /m² en /m en 2 en 2011 Prix au m² tous biens confondus moins de 8,5 /m² entre 8,5 et 9,2 /m² entre 9,3 et 10 /m² entre 10,1 et 12 /m² plus de 12 /m² En outre, le constat d une offre traditionnellement moins importante de logements locatifs (privé ou sociaux) dans le parc de logements des communes plus rurales, peut être un frein au parcours résidentiel des jeunes ménages souhaitant s installer sur ces territoires. Souvent, l accession à la propriété y reste encore le statut d occupation le plus fréquent. L ensemble de ces facteurs contribue à la répartition sociodémographique des populations au sein des six intercommunalités Evolution des prix moyens d'une maison ancienne Evolution des prix moyens d une maison ancienne +48 % +41 % +34 % +46 % +27 % +37 % +36 % Cap Atlantique Carene CC de Pornic CC Pontchâteau - St Gildas CC Loire et Sillon CC Sud Estuaire Pôle Ouest Evolution des prix des collectifs par Source m² : Notaire - Perval Piriac-sur-Mer Mesquer La Turballe Le Croisic Batz-sur-Mer Km Guérande Le Pouliguen Saint-Molf La Baule Saint-Lyphard Saint-André-des-Eaux Pornichet NS Saint-Joachim Saint-Nazaire Saint-Malo-de-Guersac Trignac Montoir-de-Bretagne Besné Donges N O E Sources : Enquête Loyers Addrn Cartographie : ADDRN - Novembre 2011 S Evolution des prix des collectifs par m Unité urbaine de Nantes Ville de Saint-Nazaire Littoral presqu'île Guérandaise Carene Littoral Pays de Retz Source : DREAL PdL - ECLN source : DREAL PdL ECLN

11 Des évolutions démographiques induites L attractivité littorale n est pas le seul critère de choix en matière d implantation résidentielle des ménages. La proximité des emplois, le rapprochement familial, la nature du logement sont d autres motifs tout aussi importants qui justifient l installation dans un lieu plutôt que dans un autre. Ensuite, à l échelle du quartier, d autres facteurs interviennent comme l environnement, les services et les commerces de proximité, les transports en commun... Enfin, dans le choix du produit, le rapport coût d investissement/budget disponible fera la différence finale. L ensemble de ces éléments participe de la répartition actuelle de la population sur le territoire. L accroissement démographique de ces dernières années a été important en particulier dans les parties sud et nord/est du Pôle Ouest. Il s illustre par l installation d une majorité de familles dans les communes rurales (plus d un ménage sur deux à Corsept, Besné, Quilly, La Chapelle- Launay, Lavau-sur-Loire, Prinquiau ou Saint-Molf), venues contrebalancer une population locale vieillissante. En revanche, à proximité du littoral, il s agit davantage de petits ménages, souvent plus âgés, originaires du territoire ou des nouveaux arrivants. Seul le territoire de Loire et Sillon est marqué par une attractivité plus importante pour les actifs par rapport aux autres EPCI, du fait de sa proximité et de sa bonne desserte avec les agglomérations nantaise et nazairienne. habitat >> 11 Parmi les 15/64 ans, part des personnes déclarées retraitées : 9,2 % en Loire-Atlantique, 12,6 % dans le Pôle Ouest, plus de 20 % à la Bernerie en Retz, au Croisic, aux Moutiers en Retz, à Préfailles, à Piriac-sur-Mer et à Pénestin. Source : INSEE RP 2009 % des retraités en % 35 % 30 % 25 % Poids des seniors par EPCI CC Pornic Cap Atlantique Pôle Ouest Sud Estuaire Carene CC Pont-Château St-Gildas Loire-Atlantique Loire et Sillon 20 % 15 % 0 % 0,5 % 1,0 % 1,5 % 2,0 % 2,5 % 3,0 % évolution 99/09 en % de la part des +75 ans Source : Insee RP 1999 et 2009 Part des Part ménages des ménages avec avec enfants en en 2009 N O E S Sévérac Saint-Gildas-des-Bois Pénestin Camoël Férel Guenrouët Missillac Drefféac Quilly Assérac Sainte-Reine-de-Bretagne Herbignac Sainte-Anne-sur-Brivet La Chapelle-des-Marais Pontchâteau Campbon Mesquer Crossac Saint-Molf Piriac-sur-Mer Saint-Lyphard Saint-Joachim Besné La Turballe Saint-Malo-de-Guersac Prinquiau Savenay La Chapelle-Launay Guérande Malville Saint-André-des-Eaux Donges Trignac Lavau-sur-Loire Le Croisic Montoir-de-Bretagne Batz-sur-Mer La Baule Bouée Le Pouliguen Saint-Nazaire Paimboeuf Pornichet Corsept Saint-Viaud Saint-Brévin-les-Pins Frossay Saint-Père-en-Retz Saint-Michel-Chef-Chef Part des ménages avec enfants entre 20 et 25% entre 25 et 35% entre 35 et 45% entre 45 et 55% entre 55 et 62% Préfailles La Plaine-sur-Mer Chauvé Arthon-en-Retz Pornic La Bernerie-en-Retz Les Moutiers-en-Retz Km Sources : Insee Recensement 2009 BD Carto - IGN Paris Licence n 7656 Cartographie : ADDRN - Juillet 2012

12 >> 12 habitat En Loire-Atlantique en 2010 : +75 % des bénéficiaires d un PTZ sont âgés de moins de 35 ans 58 % des ménages sont composés d une ou de deux personnes près de 60 % sont des ouvriers et des employés Source : SGFGAS, exploitation ANIL Les acquéreurs de maisons anciennes présentent des profils différents selon les territoires. En 2011 par exemple, la moyenne d âge des acquéreurs d une maison individuelle ancienne est de 53/54 ans à la Bernerie-en-Retz, au Croisic, au Pouliguen, à La Turballe et à Pénestin. Les intercommunalités littorales de Pornic et de Cap Atlantique attirent proportionnellement plus de ménages résidants hors du département [tableau]. Ces acquéreurs sont aussi plus âgés (plus de 52 ans en moyenne contre 47,5 ans pour le Pôle Ouest en 2011). C est également sur ces territoires que l âge des acquéreurs a le plus progressé : +2,8 ans entre 2004 et 2011, suivi par la Carene (+2,6 ans). La progression s est surtout réalisée entre 2009 et La corrélation est réelle entre l âge moyen de l acquéreur et le prix de vente [graphique]. Les ménages les plus jeunes, souvent des primo accédants, ont donc un accès plus restreint aux secteurs littoraux et/ou urbains. Part des acquéreurs originaires du même territoire (pour une maison individuelle en 2011) EPCI Part Carene 71 % CC Loire et Sillon 67 % Pôle Ouest 64 % CC Pont-Château/St-Gildas-des-Bois 62 % CC Sud Estuaire 54 % Cap Atlantique 50 % CC de Pornic 47 % Age moyen des acquéreurs et prix Source moyens : Notaires, des Perval 2011 transactions en 2011 (MI) Age moyen des acquéreurs et prix moyens des transactions en 2011 (maisons individuelles) Cap Atlantique Pôle Ouest Carene CC Pornic Loire et Sillon Sud Estuaire CC Pont-Château/St-Gildas ans Source : Notaires, Perval 2011 Le Prêt à Taux Zéro (PTZ) était encore délivré sous conditions de ressources en Les PTZ délivrés cette année là ont surtout servi à financer l acquisition de maisons neuves, excepté sur la Carene, et en particulier à Saint-Nazaire, où le logement ancien et le logement collectif constituent des éléments clés en matière d accession sociale. Les montants des opérations financées illustrent les différences de marchés entre les secteurs [tableau]. Mécanisme souvent soutenu par des aides des collectivités pour favoriser l accession à la propriété des ménages modestes, les bénéficiaires de PTZ sont souvent jeunes. Plus de 80 % ont ainsi moins de 35 ans sur les EPCI de Sud Estuaire ou de Loire et Sillon. A l inverse, ils sont plus âgés sur les EPCI de Pornic, Cap Atlantique et la Carene où plus du tiers a plus de 35 ans. A l exception de Cap Atlantique, il s agit en majorité de petits ménages d une ou deux personnes. Enfin, les bénéficiaires sont le plus souvent des ouvriers et des employés sur Cap Atlantique et la Carene, tandis que sur les autres intercommunalités, les ouvriers sont plus représentés (plus de 40 % des bénéficiaires). Prêts à Taux Zéro octroyés pour un logement individuel en 2010 Montant moyen de % PTZ/Montant % apport l'opération opération personnel Carene % 9 % Cap Atlantique % 15 % CC Loire et Sillon % 8 % CC Pays de Pont-Château/ St-Gildas-des-Bois % 7 % CC de Pornic % 10 % CC Sud Estuaire % 9 % Loire-Atlantique % 10 % Source : SGFGAS, exploitation ANIL

13 habitat >> 13 En fonction de ses revenus et de la composition de sa famille, chaque ménage peut bénéficier d une aide au logement versée par la Caisse d Allocation Familiale. En 2011, bénéficiaires étaient recensés sur le Pôle Ouest. Plus de la moitié d entre eux réside sur la Carene (dont 39 % à Saint-Nazaire) et 17 % à Cap Atlantique. Généralement, cette allocation constitue une aide pour les locataires. Mais les accédants à la propriété peuvent également y prétendre [graphique]. Si 13 % des bénéficiaires du Pôle Ouest sont ainsi concernés, ce taux atteint 28 % sur la CC du Pays de Pont-Château/St-Gildas-des-Bois et 24 % sur la CC de Loire et Sillon, ce qui s explique par : la faiblesse du parc locatif (social ou privé), la présence de logements encore relativement abordables dans ces secteurs 1. Statut d occupation des bénéficiaires d une allocation logement en 2011 Autre location que HLM Deux principales origines des revenus des ménages en 2010 CC Pays Pont-Château St Gildas Statut d'occupation des bénéficiaires d'une allocation logement en 2011 Autres 42 % 12 % 33 % 13 % Accession Location logements conventionnés APL Source : CAF Loire-Atlantique 2011 Deux principales origine des revenus des ménages en 2010 Loire-Atlantique Carene Cap Atlantique CC Loire &Sillon CC Pornic source : CAF Loire Atlantique 2011 CC Sud Estuaire 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % % issus des retraites % issus des salaires Source : Insee DGI La répartition et le type de des revenus des ménages illustrent les conditions d offre du marché du logement sur les six intercommunalités. A quelques exceptions près, les ménages résidant sur le littoral disposent d un niveau de vie en adéquation avec les prix élevés qui s y pratiquent. Il s agit le plus souvent de revenus issus des retraites ou pensions. Sur le secteur de Savenay où le niveau de vie est certes relativement élevé, la part des revenus provenant de l activité (les salaires) est également plus forte. De nombreux actifs (cadres, professions intermédiaires) travaillant notamment dans l agglomération nantaise ont choisi de s y installer, participant ainsi à l augmentation du niveau de revenu (+6,4 % à Campbon et +6,2 % à Malville entre 2008 et 2009). O N S E Piriac-sur-Mer Le Croisic Source : Insee revenus Mesquer La Turballe Batz-sur-Mer Pénestin Camoël Férel Guérande Le Pouliguen Assérac Saint-Molf Km La Baule Sainte-Reine-de-Bretagne Herbignac Sainte-Anne-sur-Brivet La Chapelle-des-Marais Pontchâteau Saint-Lyphard Saint-André-des-Eaux Pornichet RUC annuel médian moins de entre et entre et entre et entre et entre et Revenu par Revenu unité de par consommation unité de consommation annuel annuel médian en en 2010 Saint-Joachim Saint-Nazaire Préfailles Missillac Crossac Saint-Malo-de-Guersac Trignac Montoir-de-Bretagne Saint-Brévin-les-Pins Corsept Saint-Michel-Chef-Chef La Plaine-sur-Mer Pornic Saint-Gildas-des-Bois Besné Donges Sévérac Drefféac Saint-Père-en-Retz Guenrouët Campbon Prinquiau La Chapelle-Launay Paimboeuf Chauvé La Bernerie-en-Retz Saint-Viaud Les Moutiers-en-Retz Quilly Lavau-sur-Loire Savenay Frossay Arthon-en-Retz Bouée Malville Sources : Données fiscales Insee DGI BD Carto - IGN Paris Licence n 7656 Cartographie : ADDRN - Septembre Lettre de l ONPES n 3 mai 2012.

14 >> 14 habitat Les Programmes Locaux de l Habitat (PLH) au sein des six intercommunalités : Carene : 2 ème PLH 2011/2016 ; Cap Atlantique : 1 er PLH 2007/2013 en révision ; CC Loire et Sillon : 2 ème PLH en cours de réalisation ; CC Sud Estuaire : 1 er PLH en cours d élaboration (diagnostic réalisé). Pour les autres EPCI, les réflexions sont en cours. Des outils et des actions mis en place par les collectivités Face à ces évolutions du marché et de la demande, les intercommunalités disposent d outils et de leviers d action divers, tels que le Programme Local de l Habitat (PLH). Le PLH est établi à la suite d un diagnostic. Il met en place une politique de l habitat, ses objectifs et son programme d actions, afin de répondre aux besoins en logements et hébergements des habitants (art. L302-1 du Code de la Construction et de l Habitat). Au sein du Pôle Ouest, la Carene, Cap Atlantique et la CC Loire et Sillon se sont d ores et déjà engagées dans cette démarche, pour les autres EPCI, des réflexions sont aujourd hui en cours. Pour autant, d autres dispositifs plus spécifiques ont déjà été utilisés par les intercommunalités et témoignent d une volonté d action sur l ensemble du parc de logements. Le dispositif le plus couramment utilisé fait porter son action sur les opérations d amélioration de l habitat (OPAH ou ORAH) dans un cadre partenarial avec l Etat ou la région. Tous les EPCI du Pôle Ouest ont utilisé cette mesure au cours de la dernière décennie. En 2012, seule la CC de Loire et Sillon a encore une OPAH active sur son territoire. Néanmoins, la mise en œuvre de ces politiques locales de l habitat ne suffit pas toujours à garantir le maintien ou l accès au logement de certains ménages. En effet en 2012, le marché du logement fonctionne à un rythme ralenti. Les encours de crédits immobiliers ont baissé de 33 % au 1 er semestre 2012 (-41 % pour le logement ancien et -21 % pour le logement neuf), malgré des taux d emprunt particulièrement bas (en moyenne 3,44 % hors assurance en octobre 2012). Même si l indicateur de solvabilité des ménages n a jamais été aussi bas depuis 10 ans 2, les primo accédants et les ménages aux revenus modestes sont les premiers concernés et ne sont plus en mesure d acheter facilement. Les acteurs du marché du logement sont également dans l attente de nouvelles dispositions législatives, actuellement en cours d élaboration. Elles questionnent à la fois le nouveau dispositif d investissement fiscal se substituant au dispositif Scellier, l évolution du PTZ+, le financement du logement locatif social (plafond du livret A, fiscalité des terrains à bâtir, foncier cessible de l Etat...). De nouvelles règles d encadrement des loyers du parc privé ont également récemment vu le jour. Au regard de ces évolutions structurelles et conjoncturelles, les fiches suivantes ont pour objectif de présenter les problématiques du logement et les enjeux principaux émergeant sur chaque intercommunalité, et à l échelle des six intercommunalités. Avant Après Maison rénovée à Besné avec le soutien des aides à l amélioration de l habitat proposées par la Carene, l ANAH et le Département. 2 Observatoire Crédit Logement / CSA sept 2012 Carene

15 Fiches d identité

16 >> 16 habitat [Indicateurs clés] La population (INSEE) Nombre d habitants en 2009 : Evolution démographique 1999/2009 : +0,50 %/an Poids en 2009 des habitants de Saint-Nazaire dans la Carene en 2009 : 57 % Taille moyenne des ménages en 2009 : 2,18 RUC médian en 2010 : Le parc de logements en 2009 (INSEE) Nombre total de logements : Résidences principales : Propriétaires occupants : 60 % Logements individuels : 61 % des RP Parc construit avant 1975 : 54 % (en 2008) L activité du marché immobilier Taux de construction 2008/2012 : 11,2 pour habitants (DREAL) Surface moyenne des terrains des maisons neuves : 715 m 2 en 2011 (DREAL) Prix de vente des maisons anciennes : en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements anciens : /m 2 en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements neufs : /m 2 en 2011 (DREAL) Communauté d Agglomération de la REgion Nazairienne et de l Estuaire Comptant près de résidences, le parc de logements de la Carene poursuit sa croissance afin de répondre aux besoins liés à l accroissement démographique de ces dernières années. Au sein du Pôle Ouest, la Carene offre la plus forte proportion de résidences principales (plus de 80 %), après les EPCI du Pays de Pont-Château/Saint-Gildas-des-Bois et de Loire et Sillon. L agglomération se caractérise aussi par la diversité de son parc de logements tant dans sa forme (40 % sont des appartements), que dans ses statuts d occupation entre propriétaires et locataires. Avec un taux de construction récent parmi les plus élevés du Pôle Ouest, cette dynamique a été soutenue par une forte production de logements collectifs, à Saint-Nazaire et Pornichet. Sur les autres communes, une majorité de logements individuels réponde, pour une part, au développement de pôles secondaires proches des lieux d emploi, et pour une autre part, à un phénomène plus classique de périurbanisation parce que financièrement ils sont plus abordables que sur le secteur littoral. Pour autant, sur l ensemble de la Carene, de nombreux services ont été créés pour répondre aux besoins de ces ménages (petite enfance, école, culture ). Le territoire est soumis à une augmentation nette de la part des ménages âgés, ce qui nécessite de renforcer les réponses en terme d adaptation des logements, de développement de services à domicile et de prise en charge complète liée à l avancée dans l âge. Ces questions ont été prises en compte dans le schéma de gérontologie et dans le PLH de l agglomération. Christiane Cabalé - Montoir-de-Bretagne Silène [ Quelques enjeux identifiés ] Accès des plus modestes au logement face à la hausse des coûts fonciers et immobiliers, en particulier sur les secteurs littoraux. Maîtrise de la consommation foncière et prise en compte du renouvellement urbain. Offre diversifiée de logements, y compris en cœur d agglomération (tant par sa nature que par sa forme). Enjeux énergétiques et de maintien de l attractivité d une partie du parc, notamment issu de la reconstruction.

17 habitat >> 17 Communauté d Agglomération de la Presqu Ile de Guérande Atlantique L accroissement démographique enregistré au cours des dernières décennies impacte directement les besoins en logements tant dans leur nature qu en termes quantitatifs. Avec près de logements recensés en 2009, Cap Atlantique offre le parc de logements le plus important du Pôle Ouest. La moitié concerne des résidences secondaires. Sur la dernière décennie, cette part s est stabilisée. Les résidences principales sont principalement des maisons individuelles et le poids des propriétaires est très élevé. Ce constat est conforté par la production récente plutôt orientée vers du logement individuel consommateur de foncier. L arrivée de populations extérieures au territoire a d autres incidences. L attractivité littorale s exerce surtout auprès des seniors et qui font l acquisition d une résidence secondaire pour la transformer en résidence principale à l heure de la retraite ; et auprès des cadres et des CSP+ 3 compte tenu des coûts élevés de l immobilier et du foncier. Ces nouveaux ménages tendent à accentuer les coûts d acquisition et les ménages locaux éprouvent parfois des difficultés à se loger. Un certain nombre d entre eux font le choix de s installer dans les communes rétro littorales, où de nombreuses constructions ont ainsi vu le jour (Herbignac, Saint-Molf ). Le faible taux de logements locatifs accessibles fragilise les parcours résidentiels des jeunes ménages. Enfin 45 % des logements datent d avant 1975 (l un des plus faibles taux du Pôle Ouest). Une partie d entre eux est concernée par les questions de consommation énergétique, mais également par celles de leur adaptabilité face au vieillissement de leurs occupants. Baie du Pouliguen et de La Baule [ Quelques enjeux identifiés ] Diversification de l offre de logements : en locatif social, en intermédiaire PLS, par la location/accession, pour le logement des saisonniers et celui des jeunes actifs. Gestion raisonnée de l espace par la maîtrise foncière et en favorisant l urbanisation dans des secteurs cibles (SCoT). Amélioration de l habitat : la rénovation thermique est au cœur des préoccupations. Habitat et vieillissement : maintien à domicile, habitat regroupé pour personnes âgées. [Indicateurs clés] La population (INSEE) Nombre d habitants en 2009 : Evolution démographique 1999/2009 : +1,14 %/an Poids en 2009 des habitants de La Baule : 22,6 % et Guérande : 21,5% Taille moyenne des ménages en 2009 : 2,18 RUC médian en 2010 : Le parc de logements en 2009 (INSEE) Nombre total de logements : Résidences principales : Propriétaires occupants : 72 % Logements individuels : 78 % des RP Parc construit avant 1975 : 45 % (en 2008) L activité du marché immobilier Taux de construction 2008/2012 : 9,8 pour habitants/an (DREAL) Surface moyenne des terrains des maisons neuves : 970 m 2 en 2011 (DREAL) Prix de vente des maisons anciennes : en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements anciens : /m 2 en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements neufs : /m 2 en 2011 (DREAL) 3 CSP : catégories socio-professionnelles

18 >> 18 habitat [Indicateurs clés] La population (INSEE) Nombre d habitants en 2009 : Evolution démographique 1999/2009 : +2,27 %/an Poids en 2009 des habitants de Savenay : 32 % ; de Campbon : 16 % ; de Malville : 14 % Taille moyenne des ménages en 2009 : 2,61 RUC médian en 2010 : Le parc de logements en 2009 (INSEE) Nombre total de logements : Résidences principales : Propriétaires occupants : 78 % Logements individuels : 92 % des RP Parc construit avant 1975 : 43 % (en 2008) L activité du marché immobilier Taux de construction 2008/2012 : 9 pour habitants/an (DREAL) Surface moyenne des terrains des maisons neuves : 840 m 2 en 2011 (DREAL) Prix de vente des maisons anciennes : en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements anciens : N.S. (Notaires) Prix de vente des appartements neufs : N.S. (DREAL) Communauté de Communes de Loire et Sillon L intercommunalité se situe à un carrefour routier et ferroviaire structurant, et bénéficie de la proximité des agglomérations nantaise et nazairienne ainsi que de plusieurs pôles d emploi. En conséquence, depuis , le territoire a connu une forte augmentation de sa population, impactant son parc de logements, notamment par l accroissement du nombre des résidences principales (plus de neuf logements sur dix sont une résidence principale). Le marché immobilier étant plus accessible que celui de l agglomération nantaise et des communes littorales, il permet aux nouvelles populations, souvent des actifs aux revenus moyens voire élevés, de s installer sur le territoire. Le fort potentiel en maisons individuelles et le foncier encore accessible des communes de Loire et Sillon contribuent à attirer des ménages constitués en grande partie de familles avec enfants. Cette dynamique s est accompagnée par une politique de l habitat visant à mettre sur le marché une offre régulière de logements (82 % des logements livrés entre 2008 et 2011 sont des maisons individuelles). Elle a également mis en place un dispositif d aide à la rénovation de l habitat ancien dont les résultats ont contribué au maintien à domicile des personnes âgées, à l amélioration énergétique des logements et à la production d une offre locative à loyer modéré. L offre de logements à loyer modéré reste néanmoins insuffisante au regard de l offre globale, alors que la collectivité mène une politique de soutien à cette offre et à l augmentation du nombre de logements locatifs mis sur le marché. En effet, ces logements constituent une réponse aux besoins liés au phénomène de décohabitation des ménages locaux tentés de s installer sur des communes situées au nord du territoire (Quilly, Campbon), plus accessibles financièrement que celles situées au bord de la Loire. Centre-bourg de Campbon [ Quelques enjeux identifiés ] Diversification de l offre et maintien ou accueil des jeunes ménages sur la partie sud du territoire où la pression immobilière et foncière s accentue. Développer l offre locative, l accession sociale Poursuite de l amélioration du parc privé : la question énergétique ; le parc ancien dans la campagne et le vieillissement de leurs occupants Elaboration d un second PLH. Gestion raisonnée de l espace très convoité pour de nombreux domaines d activité, et en ce sens, anticipation de l impact des grands équipements structurants. Réflexion engagée sur la taille des parcelles pour le logement individuel, notion de densités

19 Communauté de Communes du Pays de Pont-Château/Saint-Gildas-des-Bois Située sur un axe routier stratégique offrant un accès à plusieurs bassins d emploi (Nantes/Rennes/Vannes), l intercommunalité a vu sa population s accroître au cours des années Cette attractivité démographique et économique participe à l évolution du territoire. Une dynamique de rajeunissement est constatée avec l arrivée de populations nouvelles, en particulier de jeunes ménages actifs, venus s installer sur le territoire et susceptibles d y fonder une famille. Souvent issus des classes moyennes, ces nouveaux habitants disposent de revenus modérés. Le Pays de Pont-Château/Saint-Gildas-des-Bois propose les conditions matérielles les plus favorables en matière d habitat à l échelle du Pôle Ouest pour de nombreux jeunes ménages. Ce contexte favorise l accès à leur projet immobilier phare, qui reste aujourd hui encore celui de la maison individuelle. Ces évolutions se traduisent par l augmentation de la part et du nombre de résidences principales, sous forme de logements neufs individuels ou par l acquisition de biens anciens à des prix modérés. Aujourd hui, les coûts d accession dans l ancien progressent. Un début de tension sur le parc existant pourrait apparaître (baisse de la part des résidences secondaires et des logements vacants) et les questions relatives à une consommation foncière trop élevée se font désormais pressantes, interrogeant le mode d urbanisation du territoire. Enfin, l offre en logements sociaux reste modeste, tout comme la demande. Pourtant ces logements peuvent constituer une étape essentielle en matière de parcours résidentiel des jeunes ménages, dont le solde migratoire sur le territoire est déficitaire depuis Pont-Château, réaménagement du centre-ville Christophe Dréno [ Quelques enjeux identifiés ] Offre de solutions en matière de logements en nombre suffisant et en logements abordables, en veillant notamment aux besoins pour les jeunes, les ménages modestes et les personnes âgées. Diversification de l offre en logements, tout en préservant l équilibre du marché (accession sociale et logement locatif). Amélioration du parc existant comme alternative au logement neuf pour les jeunes ménages et comme alternative à la maison de retraite pour les personnes âgées pour favoriser le maintien à domicile. Gestion raisonnée de l espace, par la maîtrise de l offre de la production de logements neufs consommateurs de foncier, en jouant sur la taille des parcelles et sur des notions de densité. [Indicateurs clés] habitat >> 19 La population (INSEE) Nombre d habitants en 2009 : Evolution démographique 1999/2009 : +2,10 %/an Poids en 2009 des habitants de Pont-Château : 31 % ; de Saint-Gildasdes-Bois : 11 % ; de Missillac : 15 % Taille moyenne des ménages en 2009 : 2,44 RUC médian en 2010 : Le parc de logements en 2009 (INSEE) Nombre total de logements : Résidences principales : Propriétaires occupants : 79 % Logements individuels : 92 % des RP Parc construit avant 1975 : 48 % (en 2008) L activité du marché immobilier Taux de construction 2008/2012 : 9,7 pour habitants/an (DREAL) Surface moyenne des terrains des maisons neuves : m 2 en 2011 (DREAL) Prix de vente des maisons anciennes : en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements anciens : 1 600/1 700 /m 2 en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements neufs : NR /m 2 (DREAL)

20 >> 20 habitat [Indicateurs clés] La population (INSEE) Nombre d habitants en 2009 : Evolution démographique 1999/2009 : +2,54 %/an Poids en 2009 des habitants de Pornic : 42 % Taille moyenne des ménages en 2009 : 2,25 RUC médian en 2010 : Le parc de logements en 2009 (INSEE) Nombre total de logements : Résidences principales : Propriétaires occupants : 74 % Logements individuels : 92 % des RP Parc construit avant 1975 : 44 % (en 2008) L activité du marché immobilier Taux de construction 2008/2012 : 9,9 pour habitants/an (DREAL) Surface moyenne des terrains des maisons neuves : 900 m 2 en 2011 (DREAL) Prix de vente des maisons anciennes : en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements anciens : /m 2 en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements neufs : /m 2 en 2011 (DREAL) Communauté de Communes de Pornic Les communes de l intercommunalité bénéficient d une forte dynamique de développement, en lien avec l attractivité du littoral et la proximité de l agglomération nantaise. Ainsi depuis 1999, le territoire enregistre la plus forte croissance démographique du Pôle Ouest. L arrivée importante de populations extérieures a modifié le profil des habitants et a impacté le marché du logement. Néanmoins, le profil des actifs reste très diversifié (ouvriers, artisans, cadres ). La demande en logements demeure donc variée. Le caractère littoral du territoire se mesure à travers son parc de logements, constitué pour moitié de résidences secondaires. Cependant, au cours de la dernière décennie leur part a diminué au profit des résidences principales pour absorber cet apport démographique (à Saint-Michel- Chef-Chef, La Plaine-sur-mer ou Pornic). Les coûts de l immobilier et du foncier sont élevés à proximité de la mer. Certains logements sont devenus inaccessibles pour une partie des ménages, notamment les jeunes ménages qui reportent leur choix sur les communes rétro-littorales (comme Arthon-en-Retz ou Chauvé). Pour les accédants, le marché de la maison individuelle neuve est dynamique, soutenu nettement par le dispositif du PTZ, même si les réflexions actuelles en matière de consommation foncière raisonnée vont progressivement changer la donne. Le parc locatif privé, qui représente un quart des résidences principales, permet aux habitants d entamer leur parcours résidentiel, alors que le parc de logements abordables demeure faible. Les objectifs inscrits dans les documents d urbanisme devraient contribuer à améliorer cette offre nécessaire pour répondre aux phénomènes de décohabitation ou l accès au logement des ménages les plus modestes. Pornic [ Quelques enjeux identifiés ] Diversification de l offre, en particulier sur l offre locative abordable, pour offrir des possibilités de logements pour tous les ménages et assurer les parcours résidentiels au sein du parc. Mise en œuvre du PLH afin d en assurer ses actions, son suivi et son bilan. Gestion raisonnée de l espace pour maîtriser la consommation foncière face au modèle de la maison individuelle afin de préserver des terres agricoles pour maintenir une production locale.

21 habitat >> 21 Communauté de Communes Sud Estuaire Dès les années 1990, en lien avec la gratuité du pont de Saint-Nazaire, l intercommunalité enregistre une première phase de développement qui s est progressivement intensifiée, avec pour conséquence une forte hausse de sa population et de son parc de logements. Aujourd hui, des contrastes sociodémographiques s observent sur le territoire, marqué par une relative jeunesse de ses habitants et un vieillissement déjà engagé et aussi, par la présence d actifs aux profils diversifiés. Ces évolutions ont affecté le parc de logements, désormais constitué de 71 % de résidences principales. Elles sont issues, d une part, de mutations de résidences secondaires, dont le nombre et la part ont diminué, en lien avec l arrivée de seniors ou de retraités réinvestissant leur demeure, et d autre part, de constructions neuves. Toutes les communes ont accueilli des opérations de lotissements permettant à des ménages composés d actifs de s installer sur le territoire. La cherté du marché immobilier sur le secteur littoral et la relative faiblesse de l offre locative à loyer modéré constituent cependant un obstacle au parcours résidentiel des jeunes (forte évasion des 15/29 ans), des ménages modestes et à l accueil des saisonniers pour la période estivale. Enfin, plus de la moitié du parc de logements a été construite avant 1975, proportion élevée au sein du Pôle Ouest. Plusieurs opérations d amélioration de l habitat, essentielles à la lutte contre l insalubrité et à la mise aux normes des logements, ont déjà été réalisées. Elles ont permis leur maintien à niveau au sein du marché immobilier local et leur accessibilité aux personnes vieillissantes. Saint-Brevin-l Océan [ Quelques enjeux identifiés ] Gestion raisonnée de l espace : maîtriser l habitat et son modèle résidentiel très consommateur de foncier, face à un environnement diversifié à préserver. Amélioration de la qualité des logements, mises aux normes pour permettre leur adaptation au vieillissement de la population et une meilleure intégration des économies d énergie. Diversification de l offre, notamment par une politique d habitat à loyer modéré sur l ensemble du territoire pour permettre un parcours résidentiel à tous les ménages [Indicateurs clés] La population (INSEE) Nombre d habitants en 2009 : Evolution démographique 1999/2009 : +2,26 %/an Poids en 2009 des habitants de Saint- Brevin-les-Pins : 45 % Taille moyenne des ménages en 2009 : 2,34 RUC médian en 2010 : Le parc de logements en 2009 (INSEE) Nombre total de logements : Résidences principales : Propriétaires occupants : 69 % Logements individuels : 83 % des RP Parc construit avant 1975 : 50 % (en 2008) L activité du marché immobilier Taux de construction 2008/2012 : 9,4 pour habitants/an (DREAL) Surface moyenne des terrains des maisons neuves : 855 m 2 en 2011 (DREAL) Prix de vente des maisons anciennes : en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements anciens : /m 2 en 2011 (Notaires) Prix de vente des appartements neufs : /m 2 en 2011 (DREAL)

La Chapelle-des-Marais Mars 2013. DONNéES PHARES. addrn. Chiffres-clés des communes

La Chapelle-des-Marais Mars 2013. DONNéES PHARES. addrn. Chiffres-clés des communes DONNéES PHARES Chiffres-clés des communes Mars 2013 addrn >> 2 données phares O N S E Sommaire Cap Atlantique Brière CARENE CC du Pays de Pont-Château Saint-Gildas-des-Bois CC Loire et Sillon POPULATION

Plus en détail

E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E

E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E C H A P I T R E S E C O N D L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E E T L E Q U I L I B R E H a b i t a t, s e r v i c e s, é q u i p e m e n t s e t a r c h i t e c t u r e d u t e r r

Plus en détail

addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne

addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne Sommaire Introduction 5 1.1 Une baisse de la demande d

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Vues d'estuaire. [Un marché immobilier impacté par la crise économique] SOCIAL. Economie. Habitat. environnement. mobilité

Vues d'estuaire. [Un marché immobilier impacté par la crise économique] SOCIAL. Economie. Habitat. environnement. mobilité Vues d'estuaire SOCIAL Economie Habitat environnement mobilité [Un marché immobilier impacté par la crise économique] [Carene, Cap Atlantique, Loire et Sillon, Pont-Château Saint-Gildas, Pornic, Sud Estuaire]

Plus en détail

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement 1 VOLET HABITAT - LOGEMENT Synthèse du volet Habitat - logement 2 VOLET HABITAT - LOGEMENT I / Contexte général... 3 A. Les caractéristiques du parc de logement en France... 3 B. Les caractéristiques du

Plus en détail

Programme Local de l Habitat Diagnostic SOMMAIRE. Préambule... 5 1 Présentation du territoire... 7 2 Des éléments de contexte à prendre en compte...

Programme Local de l Habitat Diagnostic SOMMAIRE. Préambule... 5 1 Présentation du territoire... 7 2 Des éléments de contexte à prendre en compte... SOMMAIRE Préambule... 5 1 Présentation du territoire... 7 2 Des éléments de contexte à prendre en compte... 8 2.1 Le Schéma de Cohérence Territoriale... 8 2.2 Une politique départementale en pleine évolution...

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole?

Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole? Portes ouvertes AGURAM pour ses partenaires techniques 18 février 2014 Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole? Marie-Charlotte DEVIN et Emmanuelle BIANCHINI Agence d Urbanisme

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

Construction neuve : 710 logements par an

Construction neuve : 710 logements par an Le point mort de 1999 à 2007 : récapitulatif de l affectation des logements neufs Construction neuve : 710 logements par an Renouvellement 121 logements par an (17% de la construction neuve) Evolution

Plus en détail

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement Conférence intercommunale du logement 03/02/2015 Rives de l Orne Hémicycle Programme Local de l Habitat 2010-2015 «Note de suivi et d actualisation - 2013» PARTIE I : Bilan annuel des objectif de production

Plus en détail

La solvabilité des ménages de Caen la mer

La solvabilité des ménages de Caen la mer AUCAME Caen Normandie SERVAT O hab No ita t v em IRE OB b re 2 0 1 5 La solvabilité des ménages de Caen la mer face au marché immobilier local Novembre 2015 Sommaire Le logement : premier poste de dépenses

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Adequation - Caron Marketing - SNAL / UMF - Novembre 2010 1 Objectifs de l étude et

Plus en détail

Le baromètre de l immobilier par les Notaires de l Ouest

Le baromètre de l immobilier par les Notaires de l Ouest >> PRIX Le baromètre de l immobilier par les Notaires de l Ouest Bretagne Sept 2 015 La reprise sur les volumes des ventes dans l ancien se confirme : +16% pour les appartements et +17% pour les maisons.

Plus en détail

Conseil de développement du 17/10/2011

Conseil de développement du 17/10/2011 Conseil de développement du 17/10/2011 Vous présenter : Le Portrait de l aire urbaine d Orléans Actualisation du portrait réalisé en 2002 Analyse du territoire à travers 5 thèmes (déplacement, démographie,

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise

Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise Avril 2006 Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise Le pays Cœur de Flandre compte plus de 115 000 habitants en 1999 (125 000 en incluant

Plus en détail

RÈGLEMENT (CE) n 510/2006 DU CONSEIL relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d'origine

RÈGLEMENT (CE) n 510/2006 DU CONSEIL relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d'origine DOCUMENT UNIQUE RÈGLEMENT (CE) n 510/2006 DU CONSEIL relatif à la protection des indications géographiques et des appellations d'origine N CE: IGP AOP SEL DE GUERANDE / FLEUR DE SEL DE GUERANDE 1. DENOMINATION

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie de Lanta - Caraman Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

L accession sociale à la propriété en Gironde. Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action. Réunion du 25 juin 2009

L accession sociale à la propriété en Gironde. Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action. Réunion du 25 juin 2009 L accession sociale à la propriété en Gironde Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action Réunion du 25 juin 2009 Synthèse Synthèse de l étude Codra l étude2008 CODRA / DDE 2008

Plus en détail

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 OBSERVATOIRE DE L ACCESSION SOCIALE Sommaire La production de lotissements en 2014 p.2 Les lots vendus en 2014

Plus en détail

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse Le parc locatif privé en Loire-Atlantique en 2007 Logements - Occupants - Loyers Synthèse Sommaire Comparaisons nationales page 4 Les caractéristiques du parc locatif privé en Loire-Atlantique page 6 Les

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION

ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION Construction neuve consommation d espace Analyse sur la période 1996 2003 Situation du Pays de Châteaubriant par rapport au département

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Consommation d espace en Haute-Loire

Consommation d espace en Haute-Loire Direction Départementale des Territoires (DDT) HAUTE-LOIRE PRÉFET DE LA HAUTE-LOIRE Rapport Juin 2013 Consommation d espace en Haute-Loire Mission connaissance des Territoires INDICATEURS CARTOGRAPHIQUES

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché Nombre de résidences secondaires par commune en 2006 5 000 à 30 241 (73) 1 000 à 5 000 (325) 100 à 1 000 (3588) 30 à 0à 100 (9811) 30 (22816) Évaluation de l impact économique des résidences secondaires

Plus en détail

Communauté d'agglomération de Reims

Communauté d'agglomération de Reims Communauté d'agglomération de Reims Une déprise démographique LA DÉMOGRAPHIE Population Population Population Population variation variation variation en 1982 en 1990 en 1999 en 2007 1982/1990 1990/1999

Plus en détail

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Février 2013 Dossier de presse Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Sommaire : Communiqué de presse Favoriser l accession à

Plus en détail

«Ma première pierre» DE PRESENTATION DOSSIER 8 JANVIER 2013

«Ma première pierre» DE PRESENTATION DOSSIER 8 JANVIER 2013 DOSSIER DE PRESENTATION 8 JANVIER 2013 «Ma première pierre» Reconduction et actualisation en 2013 du dispositif d aide aux primo-accédants modestes, acquéreurs d un logement neuf ou ancien avec travaux,

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Diagnostic. Le territoire lillois

Diagnostic. Le territoire lillois Diagnostic Le territoire lillois Evolutions démographiques et profil des ménages Le territoire le plus dense (6 600 hab/km 2 ), 22% des habitants et 27% des ménages de LMCU 20% et 25% pour Lille seule

Plus en détail

Les communes de des quartiers aux profils

Les communes de des quartiers aux profils Les communes de des quartiers aux profils Les quartiers qui composent les cinq communes de l Ouest présentent des caractéristiques très contrastées : des zones denses d habitat social quasiment saturées,

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président Bretagne Juillet 2015 peinent toujours. Le recours à un notaire est incontournable dans une vente immobilière. Il conseille, rédige, authentifie et conserve les actes de vente. C est pourquoi, les notaires

Plus en détail

2 - L ADIL : un outil au service du public et des acteurs locaux de l habitat p. 9

2 - L ADIL : un outil au service du public et des acteurs locaux de l habitat p. 9 PREAMBULE SOMMAIRE 1 LE RESEAU ANIL/ADIL ET SES OUTILS DE FONCTIONNEMENT p. 5 1-1 La présence du réseau p. 5 1-2 Les principaux outils du conseil p. 6 2 - L ADIL : un outil au service du public et des

Plus en détail

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015 Pays de Retz Stratégie de développement économique Emploi & Formation octobre 2015 Cahier3 Édito Le syndicat mixte du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) a décidé de conduire une étude de stratégie

Plus en détail

Agence CITTE CLAES - AEThIC Environnement 2014 LES PARAMETRES SUPRA COMMUNAUX 106 LES EQUIPEMENTS DE LA COMMUNE 110 ANALYSE SOCIO-DEMOGRAPHIQUE 123

Agence CITTE CLAES - AEThIC Environnement 2014 LES PARAMETRES SUPRA COMMUNAUX 106 LES EQUIPEMENTS DE LA COMMUNE 110 ANALYSE SOCIO-DEMOGRAPHIQUE 123 2 EME PARTIE : DIAGNOSTIC DU TERRITOIRE 105 LES PARAMETRES SUPRA COMMUNAUX 106 1. LA DIRECTIVE TERRITORIALE D AMENAGEMENT DE L ESTUAIRE DE LA LOIRE 106 2. LE SCOT DE LA METROPOLE NANTESSAINTNAZAIRE 107

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural 2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural f Petits collectifs à Francheville cellaire minimal de 500 m² et une hauteur maximale de 12 m. La commune veut également concentrer le développement dans

Plus en détail

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT Les lois du Grenelle de l environnement réaffirment l exigence de lutter contre la régression des surfaces agricoles et naturelles. À cette fin, elles renforcent le rôle des documents d urbanisme, notamment

Plus en détail

Le marché locatif privé en Mayenne 2011

Le marché locatif privé en Mayenne 2011 Le marché locatif privé en Mayenne 2011 Adil 53 01-07-2012 SOMMAIRE 1 - Introduction P 4 2 - Zoom sur le Département P 5 3 - Le fichier locatif en Mayenne P 6 4 - Le marché locatif sur Laval Agglomération

Plus en détail

Porter à connaissance foncier du Psader

Porter à connaissance foncier du Psader Porter à connaissance foncier du Psader Réunion de restitution mercredi Service Départemental de la Savoie 40 rue du Terraillet 73190 St Baldoph 04 79 28 74 27 direction@safer73.com Département Etudes

Plus en détail

SYNTHESE DES ECHANGES

SYNTHESE DES ECHANGES SYNTHESE DES ECHANGES > Une conférence pour accompagner la révision du Scot Le Syndicat Mixte des Rives du Rhône dispose d un Scot approuvé en 2012 sur un territoire de 80 communes, à cheval sur 5 départements.

Plus en détail

3. Morphologie urbaine et consommation d espace

3. Morphologie urbaine et consommation d espace 3. Morphologie urbaine et consommation d espace Historique du développement de la commune La commune de Pouliguen, avec les limites administratives que nous connaissons aujourd hui, est véritablement née

Plus en détail

Session extraordinaire logement : 26 juin 2012

Session extraordinaire logement : 26 juin 2012 Session extraordinaire logement : 26 juin 2012 1 Les Côtes d Armor : un territoire attractif Avec plus de 587 000 habitants en 2009 soit +45 000 habitants depuis 1999. Une croissance démographique de +0,8%

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT Communauté de Communes du Pays de Lesneven - Côte des Légendes PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT Première partie DIAGNOSTIC 09-CLG-n 207 Agence de DEveloppement et d'urbanisme du Pays de Brest 24 rue Coat ar

Plus en détail

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances Direction Départementale de l'equipement Ain Service Politique Ville Habitat Mars 2009 Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain Evolutions et tendances Mars 2009 www.ain.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 215 Le 4 trimestre 215 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE SAINT-AMARIN PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE SAINT-AMARIN PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE SAINT-AMARIN PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT Syndicat mixte du Pays Thur Doller Schéma régional climat air énergie 4 décembre 2013 1 CALENDRIER 2003 : lancement d un

Plus en détail

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie...

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... Les pros de l'aménagement "Construction de logements : regards croisés d'acteurs" Mardi 28 avril 2015 SOMMAIRE Constat et enjeux

Plus en détail

Le tourisme : un enjeu commun aux territoires du Pôle Ouest de la Loire-Atlantique. Pornichet

Le tourisme : un enjeu commun aux territoires du Pôle Ouest de la Loire-Atlantique. Pornichet Le tourisme : un enjeu commun aux territoires du Pôle Ouest de la Loire-Atlantique Pornichet Vendredi 29 novembre 2013 Présentation des résultats de l étude Insee / Addrn sur le tourisme Pornichet Vendredi

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien #1 2 1 Globalement, la ville connaît une relative stagnation de sa population, qui s explique en grande partie par un solde migratoire négatif. Toutefois, les moyennes statistiques démographiques n'ont

Plus en détail

Diagnostic territorial pour l emploi et la formation Zone d emploi de Saint-Nazaire - année 2009

Diagnostic territorial pour l emploi et la formation Zone d emploi de Saint-Nazaire - année 2009 Diagnostic territorial pour l emploi et la formation Zone d emploi de Saint-Nazaire - année 2009 En 2008, une bonne résistance de la plupart des pôles d emplois urbains du territoire Localisation des emplois

Plus en détail

Chiffres clés du logement dans les Bouches-du-Rhône

Chiffres clés du logement dans les Bouches-du-Rhône Chiffres clés du logement dans les Bouches-du-Rhône ADIL 13 ADIL 13 - Juin 2014 Table des matières DÉMOGRAPHIE, PARC DE LOGEMENTS ET RESSOURCES DES HABITANTS DES BOUCHES-DU-RHÔNE 3 Évolutions démographiques

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Règlement précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières

Plus en détail

Economie, emploi, services à la population

Economie, emploi, services à la population Elaboration de la charte fondatrice du PNR du Doubs Horloger Economie, emploi, services à la population Partage du diagnostic 9 juillet 2015 LE CADRE DE TRAVAIL Objectifs : Partager / compléter et spatialiser

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER Smaf PROGRAMME FONCIER 13 2009-20 -2013 QUINQUENN UENNAL SOMMAIRE 1. L Etablissement 2. Documents de planification 3. Outils fonciers 4. Bilan du programme 2004-2008 5. Programmation

Plus en détail

O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e

O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e OLOMA O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e Activité de la Promotion immobilière et de l individuel aménagé depuis le 1 er janvier 2011 Club immobilier ADDRN Bertrand Mours, président

Plus en détail

OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ

OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ Table des matières Préambule... 3 L Opération Programmée d Amélioration de l Habitat et de Renouvellement Urbain du centre

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT. Observatoire de suivi Année 2012. - Février 2014 -

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT. Observatoire de suivi Année 2012. - Février 2014 - PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT Observatoire de suivi Année 2012 - Février 2014 - 2 OBSERVATOIRE DE SUIVI du programme local de l habitat ÉDITO observatoire du PLH permet de suivre annuellement la mise en

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin HABITAT Obore er su RAPPORT D ETUDE 12/08 en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin Loyers de mise en location dans le parc privé de la région Mulhousienne en 2008 Ce document constitue

Plus en détail

Bois d Arcy la dynamique démographique. Une croissance démographique qui se poursuit. Les ménages INSEE 1999-2008

Bois d Arcy la dynamique démographique. Une croissance démographique qui se poursuit. Les ménages INSEE 1999-2008 Bois d Arcy la dynamique démographique Une croissance démographique qui se poursuit Entre 1999 et 2008, la population de Bois d Arcy a augmenté de 1 550 habitants avec un rythme moyen de 1,35 % par an.

Plus en détail

Les logements neufs privés vus par leurs occupants

Les logements neufs privés vus par leurs occupants sur l agglomération nantaise Mode de vie Habitat Les logements neufs privés vus par leurs occupants Résultats d enquête Juin 2013 AURAN Sommaire Pour qui construit-on dans l agglomération nantaise? page

Plus en détail

Les lycées et lycéens ligériens

Les lycées et lycéens ligériens Près de 143 000 élèves scolarisés à dans les lycées ligériens Les lycées généraux sont de grands établissements qui scolarisent la moitié des élèves ligériens. Les lycées professionnels sont plus petits

Plus en détail

Observatoire du développement durable

Observatoire du développement durable Observatoire du développement durable Volet économique décembre 2009 2 AGENDA 21 VOLET SOCIAL éditorial Le Grand Lyon a voulu se doter d un observatoire du développement durable articulé autour d un volet

Plus en détail

L analyse des revenus des ménages

L analyse des revenus des ménages À, la précarité se cantonne à l est de la ville Nicole GICQUAUD (Insee) Avec près de 44 000 emplois salariés en 2008, la ville de et sa première couronne disposent d un important bassin d emplois. Au-delà

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

DE L HABITAT DIAGNOSTIC DU MORBIHAN. 20, bd de Sébastopol 75.004 PARIS. 2 bis avenue Gambetta 41.000 BLOIS GUY TAIEB CONSEIL

DE L HABITAT DIAGNOSTIC DU MORBIHAN. 20, bd de Sébastopol 75.004 PARIS. 2 bis avenue Gambetta 41.000 BLOIS GUY TAIEB CONSEIL PRÉFECTURE ET CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN PLAN DÉPARTEMENTAL DE L HABITAT DIAGNOSTIC GUY TAIEB CONSEIL D é v e l o p p e m e n t lo c a l e t h a b i t a t 20, bd de Sébastopol 75.004 PARIS 2 bis avenue

Plus en détail

Cerema, jeudi 26 mars 2015

Cerema, jeudi 26 mars 2015 Stratégie et mobilisation des outils de politiques foncières pour la production de logement Cerema, jeudi 26 mars 2015 Des outils pour peser sur les charges foncières Direction Habitat et Dynamique Urbaine

Plus en détail

SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010

SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010 SCOT sur le périmètre de la Conférence du Pays du Saint-Quentinois SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010 Présentation des grandes lignes du diagnostic et de l él état initial de l environnementl Le contenu du SCOT

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

A compléter par Douarnenez Communauté : Dossier n. A compléter par l ADIL 29 : Nom : Prénom : Commune du projet : Date d ouverture du dossier :

A compléter par Douarnenez Communauté : Dossier n. A compléter par l ADIL 29 : Nom : Prénom : Commune du projet : Date d ouverture du dossier : «CLÉ PRIMO ACCESSION» PRET A TAUX ZERO DE DOUARNENEZ COMMUNAUTE EN FAVEUR DE L ACCESSION A LA PROPRIETE, DANS L ANCIEN, DES JEUNES MENAGES A compléter par Douarnenez Communauté : Dossier n A compléter

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France. Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet

Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France. Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet 1 L île-de-france, une des métropoles les plus jeunes d Europe Jeunesse

Plus en détail

CETE de l Ouest - juillet 2005 185

CETE de l Ouest - juillet 2005 185 CETE de l Ouest - juillet 2005 185 Domiciliation des voyageurs utilisant la gare du Croisic PENESTIN ASSERAC HERBIGNAC PONTCHATEAU SAINTE-ANNE-SUR-BRIVET BLAIN MESQUER CAMPBON BOUVRON SAINT-MOLF PIRIAC-SUR-MER

Plus en détail

Note d'enjeux sur la consommation d'espace. Commune de Saint-Priest-Bramefant. Mai 2012. Contribution à l'élaboration du Plan Local d'urbanisme 1/16

Note d'enjeux sur la consommation d'espace. Commune de Saint-Priest-Bramefant. Mai 2012. Contribution à l'élaboration du Plan Local d'urbanisme 1/16 Note d'enjeux sur la consommation d'espace Commune de Saint-Priest-Bramefant Contribution à l'élaboration du Plan Local d'urbanisme Mai 2012 1/16 2/16 Table des matières Introduction... 4 1 - Une commune

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018

Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018 Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018 version du Conseil communautaire du 16 décembre 2013 Communauté d agglomération de Nîmes Métropole 3 Rue du Colisée, 30900 Nîmes Tél.: 04 66 02 55

Plus en détail

DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2015

DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2015 PROCES-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2015 N/Réf : 15.F. Ouverture de la séance à 18 h 00. Secrétaire de séance : M. Claude FONTAINE. Présents : 24. Pouvoirs : 2. Excusée sans pouvoir

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX Au sein de la construction neuve, la création de issus d'un changement de destination de locaux a progressé régulièrement entre 199 et 25

Plus en détail

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet Acheter pour louer et investissement locatif L achat d un bien immobilier est considéré comme un placement puisqu il est rentable au fil du temps. Il est possible d obtenir différents types de prêts pour

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail