De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre"

Transcription

1 De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre de devises étrangères contre monnaie nationale dépréciation les X sont favorisées et les importations sont freinées Si le taux d intérêt augmente par rapport à celui d un autre pays il devient plus rentable de placer dans la monnaie de ce pays et donc appréciation de la monnaie de ce pays. Si un pays connaît une inflation plus forte que dans les autres, la monnaie de ce pays est moins demandée et donc il y a dépréciation.

2 Théorie des parités de pouvoir d achat (ppa) Mode de calcul de taux de changes théoriques Equivalence entre le pouvoir d achat d une unité monétaire d un pays et le pouvoir d achat de n unités monétaires d un autre pays. Si le pouvoir d achat de 100euros dans la zone euro équivaut au pouvoir d achat de 90dollars aux USA 1euro=0.9dollar en ppa Cette méthode est utilisée car les taux de change de marché sont trop marqués par les mouvements spéculatifs.

3 La balance des paiements Document qui recense l ensemble des opérations effectuées pendant une année par les agents résidents avec les non résidents. Ce document est élaboré selon le principe de la comptabilité en partie double. Une opération (1 importation) donne lieu à deux écritures une en réelle (dans la ligne importation) et l autre dans le compte financier. Le document est donc naturellement équilibré aux erreurs et ommissions près.

4 Les différents soldes X de biens M de biens solde de la balance commerciale Revenus revenus du travail reçus de l étranger ou versés à des non résidents et les revnus du capital (intérêts et dividendes reçus ou versés au RdM) Transferts courants versements à des organismes internationaux, ou envois d argent privés

5 Dans le compte de capital remises de dettes et achat et vente de brevets Somme du solde du compte de capital et solde du compte des transactions courantes = capacité de financement de la Nation (si >0 le RdM a augmenté ses dettes vis à vis de de la Franxce plus que la France ne l a fait face au RdM) Compte financier: - Investissements directs (IDE) Achats ou la création d entreprises dans le but déxercer une influance durable sur la gestion de l entreprise (achat d au moins 10% des droits de vote ou du capital social d une entreprise) - Investissement de portefeuille achat de titres dans un but de placement (souvent spéculatif)

6 Autres investissements = opérations de crédit Avoirs de réserve = variation des réserves en devises. Par une importation de bien est notée dans la ligne importation de bien et aussi dans la ligne avoirs de réserve avec le signe opposé

7 1) Le libre échange, une source de croissance Le libre échange est l échange de biens et de services à l international sans que ces biens et service soient taxés ou sans qu il y ait de barrières aux échanges a) Le libre échange permet des gains de productivités en approfondissant la division internationale du travail Adam Smith prône le libre échange car quand un pays a un avantage absolu (c est à dire qu il produit moins cher que les autres pays) il a intérêt à se spécialiser dans cette production, à l exporter et à importer les autres produits.

8 Si un pays n a pas d avantage absolu, il n a pas intérêt à s ouvrir au commerce international. - La théorie des avantages comparatifs David Ricardo ( ) Dans le tableau pris en exemple par Ricardo, le Portugal a un avantage absolu dans le vin et dans le drap et donc l Angleterre n a pas intérêt à faire du commerce international si on suit la théorie des avantages absolus de Smith. Ricardo développe une autre théorie.

9 Hypothèse: Le travail est immobile au niveau international et mobile au niveau national. Hypothèse: Coût du produit = quantité de travail nécessaire pour produire le pdt En Angleterre avec 1 unité de vin on peut obtenir 1,2m de drap Au portugal avec 1 unité de vin on peut obtenir 0,88m de drap Le Portugal a intérêt à se spécialiser dans le vin et à l échange avec l Angleterre contre du drap car il va obtenir plus de drap que si il le produit lui même. Son coût relatif vin/drap est moins cher dans le vin.

10 L Angleterre a un coût relatif plus faible dans le drap et donc elle a intérêt à se spécialiser dans le drap. Un pays gagne à se spécialiser dans la production pour laquelle ses avantages comparatifs sont les plus grands et donc ses coûts les plus faibles. Le pays gagne alors en productivité car il se spécialise dans un seul domaine

11 - La théorie des dotations factorielles Hecksher Ohlin Samuelson Hypothèse: les facteurs de production (travail et capital) sont immobiles au niveau international (par exemple cela veut dire qu il néxiste pas d IDE) Les pays ont intérêt à se spécialiser dans les production utilisant les facteurs de production qu ils possèdent en abondance et à importer les productions pour lesquelles ils sont faiblement dotés en facteurs de production.

12 Cela amène à une égalisation des rémunérations des facteurs de production au niveau mondial Un pays se spécialise dans une production qui utilise bcp le facteur wk la demande d emplois va augmenter dans ce pays alors que l offre de travail reste contante et parallèlement on importe des produits qui sont fortement dotés en facteur capital le prix relatif du travail augmente et le prix relatif du capital diminue + inverse dans le pays partenaire égalisation des rémunérations

13 Les théories traditionnelles du commerce international (Ricardo, HOS) n expliquent pas le commerce intra-branche (commerce de produits similaires)

14 b) Le libre échange permet les économies d échelle et la production à moindre coût Le libre échange permet une extension des marchés (les marchés s agrandissent) et donc cela permet de réaliser des économies d échelle c est-à-dire que le coût moyen diminue au fur et à mesure que la production augmente. En effet les coûts fixes (capital mais également dépenses de RD) peuvent être étalés sur plus d unités produites et donc en moyenne une unité coûte de moins en moins cher à produire.

15 Le libre échange permet de stimuler la concurrence et donc de stimuler l innovation car les entreprises doivent perpétuellement lutter pour conserver ou gagner des parts de marché sur le territoire national et à l international. Cela permet également une baisse des coûts (car innovation de procédés) et une plus grande satisfaction des consommateurs (car plus de produits nouveaux à leur disposition).

16 c) Le libre échange permet un plus large choix pour le consommateur Les produits sont différenciés c est-à-dire que certaines de leurs caractéristiques sont légèrement modifiées. Par exemple verticalement il y a des produits haut de gamme, moyen de gamme et bas de gamme. Ou horizontalement en modifiant l image du produit par la publicité ou les services qui lui sont attachés

17 Les consommateurs ont un goût pour la différence et donc le libre échange leur permet de trouver les produits en exacte correspondance avec leurs désirs ils sont plus satisfaits car les produits ne sont pas homogènes. Le libre échange en stimulant la concurrence et en permettant les économies d échelle amène à une baisse des prix et donc une meilleure satisfaction du consommateur.

18 Une spécialisation au départ donne alors un avantage cumulatif qui rend impossible l arrivée d un nouveau concurrents car les firmes en place sont plus compétitives. Les nouvelles et les anciennes théories du commerce international ne s opposent pas mais expliquent des choses différentes. Dans les anciennes, la spécialisation explique les échanges de produits différents. Dans les nouvelles, ce sont les échanges qui expliquent la spécialisation. En effet, les échanges et l extension des marchés provoquent une spécialisation.

19 2) l intérêt du protectionnisme a) Les outils du protectionnisme Le protectionnisme est un ensemble de pratiques qui cherchent à protéger une économie nationale des effets de la concurrence internationale. Le but est d établir des obstacles à la libre circulation des marchandises. Il y a des barrières tarifaires et les barrières non tarifaires.

20 Barrières tarifaires : elles modifient l arbitrage entre produits nationaux et produits étrangers en modifiant les prix relatifs: - Les droits de douane taxes prélevées sur les importations augmentation du prix des produits importés - Les subventions soit à la production, soit aux exportations qui permettent de baisser le prix des produits nationaux

21 Barrières non tarifaires: mesures qui limitent les échanges sans modifier le prix des biens et des services - Quotas d importations: l Etat limite les quantités d un bien importable. - Normes environnementales, sanitaires, de sécurité très strictes et la complexité des démarches administratives - Contrats d exécution locale: réglementation selon laquelle une certaine partie d un produit doit être exécutée à l intérieur d un pays Le pays peut également manipuler son taux de change pour favoriser ses exportations et rendre plus chère les importations

22 b) Les justification du protectionnisme -Les pièges du libre échange: toutes les spécialisations ne se valent pas Les spécialisations dans les matières premières ne sont pas forcément efficaces. Le marché est rapidement saturé et donc les termes de l échange se dégradent. Les termes de l échange sont égaux au rapport entre l indice des prix des exportations sur l indice des prix des importations. Ils servent à comparer l évolution du prix des exportations par rapport à celui des importations.

23 Le prix de certaines matières premières (par exemple produits tropicaux) baisse sans entraîner une forte augmentation de la demande (car l élasticité prix est faible) le prix des X va diminuer alors que le prix des M augmete ou reste constant les termes de l échange se dégradent cela ne permet de financer les importations de capital qui permettrait au pays de changer de spécialisation Le problème se pose d autant plus que le pays est monoproducteur et donc très soumis aux variations de prix.

24 Le transfert de technologie en provenance de l étranger peut ne pas être profitabe car il demande au préalable une accumulation de capital humain. C est un choix politique qui n est pas fait par tous les pays du fait de leur instabilité politique ou du manque de ressources ou des choix politiques. Faible d éducation Forte dotation en main d oeuvre pas qualifiée spécialisation dans les secteurs intensifs en md o pas qualifiée aug de la md o pas qualifiée pas d incitation à la formation et brain drain faible niv d education

25 De plus certains pays ont dû faire appel au financements extérieurs pour financer leurs projets de développement (acheter du capital fixe) et ont connu une crise de la dette dans les années 1980/1990 suivie d interventions du FMI et de la Banque Mondiale pour assainir les finances (Politiques d ajustement structurel PAS). Les effets bénéfiques du LE ne sont pas automatiques et donc il peut y avoir des raisons au protectionnisme.

26 - Le protectionnisme éducateur Idée de List ( ) il faut laisser le temps aux insdustries naissantes d apprendre et de se développer pour accéder au niveau de compétitivité des pays les plus avancés Cette stratégie a été appliquée dans les politiques commerciales stratégiques ensemble de mesures prises par les Etats pour développer des activités jugées nécessaires de façon à réduire la dépendance vis à vis de l extérieur. Ces activités vont être protégées de la concurrence internationale le temps qu elles atteignent une production suffisante pour étaler les coûts et faire des EE et qu elles réalisent des économies d apprentissage.

27 L Etat agit par plusieurs moyens: subventions, commandes, protection du marché Par exemple Airbus a été aidé par l Union Européenne pour pouvoir concurrencer Boeing sur les marchés internationaux. Les semi-conducteurs ont été un secteur aidé aux USA et au Japon dans les années 60. Les risques: - Maintenir la protection et laisser des secteurs inefficaces qui seraient condamnés à disparaître mais qui représentent quand même des emplois pour une région choix politique - Risque de repli généralisé et de guerre commerciale

28 Conclusion 2): La stratégie de substitution d exportations et de remontée des filières Stratégies utilisées par Hong Kong, Corée du sud, Taïwan, Singapour, Chine La remontée de filières est une stratégie consistant à partir de la production d un produit donné à développer sur le territoire national l activité de production des unités de production intervenant en amont de la production de ce produit le but est d avoir la filière complète. Le but est d exporter des biens ou des services avec un contenu technologiques de plus en plus fort. La stratégie de substitution des exportations consiste à promouvoir les X de pdts manufacturés en remplacement d X de pdts primaires ou substitution de pdts à fort contenu techno aux X à fort contenu en main d œuvre.

29 Les Dragons asiatiques ou la Chine ont profité au départ de leur avantage comparatif la main d œuvre relativement formée et à faible coût. Ils ont développé les industries textile puis ont remonté les filières à l abri des barrières douanières. Les entreprises qui ont investi dans ces pays ont été incitées à faire des transferts de technologie. Ceux-ci ont permis à ces pays d imiter puis d innover eux-mêmes. L insertion de ces pays dans le CI a été souvent cité en exemple des bienfaits du LE (institutions internationales).

30 Il ne faut pas oublier les conditions particulières de ces pays: - Taux d épargne intérieure relativement élevé qui permet au départ de financer la croissance sans faire appel à des capitaux étrangers - Niveau d éducation relativement important de la population - Les importations ont été limitées au départ et la libéralisation s est fait progressivement - Etat (installé depuis longtemps) a mené une politique active en subventionnant certains secteurs et en servant de support à l activité

31 3) Les institutions internationales l ouverture à tout prix a) Les insertions réussies dans le CI face aux principes du consensus de Washington Le GATT (General agreement on tariffs and trade) a été mis en place en C était des cycles de négociations portant sur les règles du CI et la baisse des obstacles aux échanges. Le dernier cycle de négociation du GATT a donné naissance à l Organisation Mondiale du Commerce en C est une organisation permanente dont le conseil se réunit tous les 2 ans et un organe de règlement des différends (ORD).

32 Les avancées obtenues par le GATT: - Code de bonne conduite en matière de CI: pas de subvention, pas de dumping (prix artificiellement bas) - Base: multilatéralisme avec clause de la nation la plus favorisée un avantage commercial accordé a un partenaire doit être étendu à tous les autres partenaires (exception pour les zones de LE, unions douanières ) Baisse des droits de douane importante depuis 1947 (40% 5%) et environ 40% des marchandises circulent sans droit de douane. Fin des contingentements (quotas)

33 Actuellement les cycles de négociations portent sur des secteurs de plus en plus sensibles (agriculture, services) et peinent à avancer car ce sont des secteurs stratégiques pour les Etats. Le Fonds monétaire international est un organisme créé en 1945 et qui a l origine devait veiller à l application des règles de Bretton Woods. Depuis la fin de BW, le FMI s applique à fournir des aides aux pays qui en ont besoin et à prévenir les crises financières. La Banque Mondiale finance les grands projets dans les pays en développement.

34 Le consensus de Washington Nom donné aux politiques d inspiration libérales (plans d ajustement structurels) préconisés par le FMI et la BM dans les années face aux difficultés de paiement de certains pays (Mexique ) Ces politiques étaient basées sur l austérité (baisse des dépenses publiques), privatisations et libéralisation (du commerce extérieur notamment) Baisser la demande intérieure pour restaurer l équilibre des échanges extérieurs

35 Ces politiques ont été critiquées car elles ont amenées à un désengagement de l Etat qui a provoqué une explosion des inégalités sans véritable développement.

36 b) L après consensus de Washington Les politiques de seconde génération ont essayé de favoriser des mesures en faveur du capital humain mais également des mesures faites pour avoir un cadre institutionnel efficace (rendre l environnement plus prévisible pour favoriser l insvestissement). Ont été mises en place des politiques spécifiques pour réduire la pauvreté. Les mesueres restent quand même libérales.

37 II les stratégies internationales des entreprises 1) Un changement des firmes transnationales Une multinationale ou firme transnationale est une entreprise nationale possédant des filiales de production dans plusieurs pays. Si une société possède 50% du capital d une autre entreprise, celle ci est alors une filiale de la première contrôle majoritaire Mais une entreprise peut avoir une part suffisante pour avoir le contrôle ou pas

38 a) Une production de plus en plus mondialisée Période stratégie objectif Nature de la filiale Type d intégration début 1920 s Approvisionne ment Se fournir en matière première Plantation, extraction Verticale en amont Jusqu aux années 1960 Stratégie de marché Production sur le lieu d exportation Usines produisant des produits similaires, filiales relais Verticale en aval Après années 60 Rationalisation du processus de production Profiter des avantages comparatifs de chaque pays Filiales ateliers Division internationale du processus de production

39 Les entreprises ont des produits vendus dans plusieurs pays mais qui sont surtout fabriqués dans plusieurs pays :le processus est divisé, réparti entre les pays en fonction de leurs avantages comparatifs- l entreprise garde la maîtrise de l ensemble du processus division international du processus de production permise par la baisse des coûts de transport (utilisation du conteneur notamment) et par les NTIC

40

41

42 Les firmes échangent énormément avec clients et fournisseurs mais également avec les filiales des produits en cours de fabrication environ 30% des échanges internationaux de la France cela sort de la logique de marché et cela peut gonfler ou sous estimer la valeur des exportations et des importations l intérêt des firmes est que le libre échange joue à plein et qu aucune règle n entrave les échanges. Les firmes multinationales ont profité du libre échange pour se développer et veulent développer le libre échange pour se développer..

43 Compétitivité : capacité d une entreprise ou d un pays à conserver ou à gagner des parts de marché Deux types de compétitivité: prix (capacité à proposer des prix plus bas que les concurrents) et hors prix (capacité à distinguer à différencier ses produits des concurrents)

44 Compétitivité prix Prix des facteurs de production: - Prix du capital - Coût unitaire du travail (salaires, charges sociales, productivité du travail) Fiscalité Droits de douane Prix des consommations intermédiaires Taux de marge Cours de la monnaie Compétitivité hors prix Différenciation des produits c est à dire modification d une ou plusieurs caractéristiques du produit pour le distinguer de celui des concurrents (pub, marque, délais de livraison, SAV...) Soit horizontale (variétés proches d un produit homogène) Soit verticale (gamme de produits différentes en fonction du pouvoir d achat du consommateur) Dépend de l innovation et de la capcité d adaption à la demande

45 Comment une entreprise choisitelle une localisation? En fonction des coûts de production marières premières pas chères, des facteurs de production pas chers, des fournisseurs pas chers... En fonction de la taille des marchés être plus pro

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE 3 ème PARTIE : LES MOTEURS DE LA CROISSANCE MOTS CLES CHAPITRE 11 LES ECHANGES EXTERIEURS - Balance commerciale, des capitaux, des

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

C. L organisation institutionnelle du commerce international. Taux de change et régime de change. déséquilibres au sein de la balance des paiements

C. L organisation institutionnelle du commerce international. Taux de change et régime de change. déséquilibres au sein de la balance des paiements CHAPITRE 12 Commerce international, croissance et développement Ouverture La part des exportations dans le PIB de chaque groupe de pays tend à s accroître depuis 1990 : leurs exportations augmentent donc

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

CHAPITRE 12 : QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION?

CHAPITRE 12 : QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION? CHAPITRE 12 : QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION? Sujets de bac Dissertations - Comment peut-on expliquer les échanges internationaux de marchandises?

Plus en détail

101 COMMENT EXPLIQUER LA MONDIALISATION DES ECHANGES?

101 COMMENT EXPLIQUER LA MONDIALISATION DES ECHANGES? CHAP 10 QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION? Introduction : 1. La mondialisation peut être définie comme l extension du capitalisme et de l

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

Chapitre 2 L économie et l échange

Chapitre 2 L économie et l échange Chapitre 2 L économie et l échange Pourquoi vivre en société? Plan du chapitre Spécialisation : quels sont les causes de la «division du travail»? Apprentissage : l intérêt dynamique de la spécialisation

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Séquence 2. Mondialisation, finance internationale et intégration européenne. 2. Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Séquence 2. Mondialisation, finance internationale et intégration européenne. 2. Comment s opère le financement de l économie mondiale? Séquence 2 Mondialisation, finance internationale et intégration européenne Sommaire Introduction 1. Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation de la production? 2.

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Les pouvoirs fédéraux de l Union européenne L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Une pièce maîtresse du «carré libéral» de l Union européenne 28 février 2005 Picasso, Matisse

Plus en détail

Système Monétaire International Et Système Financier International

Système Monétaire International Et Système Financier International Système Monétaire International Et Système Financier International I. Le S.M.I Objet du SMI : c est l établissement de règles relatives aux échanges de biens de services de capitaux entre pays qui utilisent

Plus en détail

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1 Les fonctions d un système monétaire international Les crises et la réforme du SMI fondé à Bretton Woods. La nature du système né dans les années 1970 Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC ATELIER DE REFLEXION SUR LE PROGRAMME ECONOMIQUE REGIONAL DE LA CEMAC (2010-2025) Douala 7-9 Août 2013 CRISE EUROPEENNE QUEL IMPACT SUR LE

Plus en détail

Sciences économiques et sociales enseignement spécifique. Terminale ES. Corrigés des exercices. Quelles sont les sources de la croissance économique?

Sciences économiques et sociales enseignement spécifique. Terminale ES. Corrigés des exercices. Quelles sont les sources de la croissance économique? Sciences économiques et sociales enseignement spécifique Terminale ES Ouvrage collectif sous la direction de Philippe Deubel Corrigés des exercices ECONOMIE Quelles sont les sources de la croissance économique?

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

LIBRE-ÉCHANGE, MONDIALISATION ET DÉLOCALISATION

LIBRE-ÉCHANGE, MONDIALISATION ET DÉLOCALISATION LIBRE-ÉCHANGE, MONDIALISATION ET DÉLOCALISATION Cette fiche présente les fondements du libre échange modèle dominant depuis plusieurs siècles. Elle s intéresse ensuite au phénomène de délocalisation pour

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL

ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL République du Sénégal Ministère de l Economie et des Finances 1 ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL Nature des interactions entre le commerce international et les IDE (complémentarité

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

La mondialisation est-elle encore porteuse de croissance?

La mondialisation est-elle encore porteuse de croissance? Conférence de macroéconomie de M. F. Bittner, 25 mars 2009 Florian Cahagne La mondialisation est-elle encore porteuse de croissance? La mondialisation, que l on peut définir comme l émergence de marchés

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI B.- Le marché des changes Remy K. Katshingu 1 Plan de cette section 1. Définitions Taux de change Le marché des changes (définition + caractéristiques) 2. Détermination

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR

CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR REPUBLIQUE TUNISIENNE PREMIER MINISTERE ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION الجمهورية التونسية الوزارة الا ولى المدرسة الوطنية للا دارة CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR Supports destinés à la préparation

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Objectifs du cours Connaissances

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Taxer la finance. Toby Sanger

Taxer la finance. Toby Sanger Taxer la finance Toby Sanger La crise financière et économique a entraîné une réévaluation du rôle, de la régle - mentation et de l imposition du secteur financier dans le monde, qui aurait dû être faite

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Heurts et malheurs du système monétaire international

Heurts et malheurs du système monétaire international Heurts et malheurs du système monétaire international Introduction : du système monétaire international à la finance internationale I) Le système monétaire international issu de Bretton Woods (1944) 1

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Exposé 1: Les aspects théoriques des relations monétaires internationales

Exposé 1: Les aspects théoriques des relations monétaires internationales Guide à l attention de l enseignant Jour 5: Les relations monétaires internationales H. Michelsen Université d'hohenheim Cette journée d étude a pour but de raviver les connaissances de base sur les relations

Plus en détail

Les nouvelles théories du commerce international. I) Echanges internationaux et rendements croissants

Les nouvelles théories du commerce international. I) Echanges internationaux et rendements croissants Milan VUJISIC. Professeur agrégé d Economie et Gestion 1 Les nouvelles théories du commerce international Dans les années 80, l approche jusqu alors dominante est supplantée par «une nouvelle théorie du

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Sciences Economiques et Sociales Thème n III Partie I

Sciences Economiques et Sociales Thème n III Partie I Sciences Economiques et Sociales Thème n III Partie I MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE et INTEGRATION EUROPEENNE 1 Sensibilisation p. 4 1. Quels sont les fondements du commerce international et de

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

TESTS D AUTO-ÉVALUATION

TESTS D AUTO-ÉVALUATION TESTS D AUTO-ÉVALUATION 120 questions pour s entraîner Questions à Choix Multiples : signaler d une croix la bonne réponse. Une seule réponse est juste pour chaque question. La QCM est organisé est trois

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

PROGRAMME D ECONOMIE ET DROIT DANS LES SECTIONS DE TECHNCIEN SUPERIEUR RELEVANT DU SECTEUR TERTIAIRE DEFINITION DES EPREUVES

PROGRAMME D ECONOMIE ET DROIT DANS LES SECTIONS DE TECHNCIEN SUPERIEUR RELEVANT DU SECTEUR TERTIAIRE DEFINITION DES EPREUVES Direction générale pour l enseignement supérieur et l insertion professionnelle PROGRAMME D ECONOMIE ET DROIT DANS LES SECTIONS DE TECHNCIEN SUPERIEUR RELEVANT DU SECTEUR TERTIAIRE DEFINITION DES EPREUVES

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

- TERMINALE ES : COURS D ECONOMIE

- TERMINALE ES : COURS D ECONOMIE - TERMINALE ES : COURS D ECONOMIE Chapitre 1 : le commerce LA MONDIALISATION ECONOMIQUE, FINANCIERE, SOCIO-CULTURELLE. Introduction : nombreux rappels : pages 1 à 8 I. L U.E.M (union économique et monétaire)

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail