De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre"

Transcription

1 De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre de devises étrangères contre monnaie nationale dépréciation les X sont favorisées et les importations sont freinées Si le taux d intérêt augmente par rapport à celui d un autre pays il devient plus rentable de placer dans la monnaie de ce pays et donc appréciation de la monnaie de ce pays. Si un pays connaît une inflation plus forte que dans les autres, la monnaie de ce pays est moins demandée et donc il y a dépréciation.

2 Théorie des parités de pouvoir d achat (ppa) Mode de calcul de taux de changes théoriques Equivalence entre le pouvoir d achat d une unité monétaire d un pays et le pouvoir d achat de n unités monétaires d un autre pays. Si le pouvoir d achat de 100euros dans la zone euro équivaut au pouvoir d achat de 90dollars aux USA 1euro=0.9dollar en ppa Cette méthode est utilisée car les taux de change de marché sont trop marqués par les mouvements spéculatifs.

3 La balance des paiements Document qui recense l ensemble des opérations effectuées pendant une année par les agents résidents avec les non résidents. Ce document est élaboré selon le principe de la comptabilité en partie double. Une opération (1 importation) donne lieu à deux écritures une en réelle (dans la ligne importation) et l autre dans le compte financier. Le document est donc naturellement équilibré aux erreurs et ommissions près.

4 Les différents soldes X de biens M de biens solde de la balance commerciale Revenus revenus du travail reçus de l étranger ou versés à des non résidents et les revnus du capital (intérêts et dividendes reçus ou versés au RdM) Transferts courants versements à des organismes internationaux, ou envois d argent privés

5 Dans le compte de capital remises de dettes et achat et vente de brevets Somme du solde du compte de capital et solde du compte des transactions courantes = capacité de financement de la Nation (si >0 le RdM a augmenté ses dettes vis à vis de de la Franxce plus que la France ne l a fait face au RdM) Compte financier: - Investissements directs (IDE) Achats ou la création d entreprises dans le but déxercer une influance durable sur la gestion de l entreprise (achat d au moins 10% des droits de vote ou du capital social d une entreprise) - Investissement de portefeuille achat de titres dans un but de placement (souvent spéculatif)

6 Autres investissements = opérations de crédit Avoirs de réserve = variation des réserves en devises. Par une importation de bien est notée dans la ligne importation de bien et aussi dans la ligne avoirs de réserve avec le signe opposé

7 1) Le libre échange, une source de croissance Le libre échange est l échange de biens et de services à l international sans que ces biens et service soient taxés ou sans qu il y ait de barrières aux échanges a) Le libre échange permet des gains de productivités en approfondissant la division internationale du travail Adam Smith prône le libre échange car quand un pays a un avantage absolu (c est à dire qu il produit moins cher que les autres pays) il a intérêt à se spécialiser dans cette production, à l exporter et à importer les autres produits.

8 Si un pays n a pas d avantage absolu, il n a pas intérêt à s ouvrir au commerce international. - La théorie des avantages comparatifs David Ricardo ( ) Dans le tableau pris en exemple par Ricardo, le Portugal a un avantage absolu dans le vin et dans le drap et donc l Angleterre n a pas intérêt à faire du commerce international si on suit la théorie des avantages absolus de Smith. Ricardo développe une autre théorie.

9 Hypothèse: Le travail est immobile au niveau international et mobile au niveau national. Hypothèse: Coût du produit = quantité de travail nécessaire pour produire le pdt En Angleterre avec 1 unité de vin on peut obtenir 1,2m de drap Au portugal avec 1 unité de vin on peut obtenir 0,88m de drap Le Portugal a intérêt à se spécialiser dans le vin et à l échange avec l Angleterre contre du drap car il va obtenir plus de drap que si il le produit lui même. Son coût relatif vin/drap est moins cher dans le vin.

10 L Angleterre a un coût relatif plus faible dans le drap et donc elle a intérêt à se spécialiser dans le drap. Un pays gagne à se spécialiser dans la production pour laquelle ses avantages comparatifs sont les plus grands et donc ses coûts les plus faibles. Le pays gagne alors en productivité car il se spécialise dans un seul domaine

11 - La théorie des dotations factorielles Hecksher Ohlin Samuelson Hypothèse: les facteurs de production (travail et capital) sont immobiles au niveau international (par exemple cela veut dire qu il néxiste pas d IDE) Les pays ont intérêt à se spécialiser dans les production utilisant les facteurs de production qu ils possèdent en abondance et à importer les productions pour lesquelles ils sont faiblement dotés en facteurs de production.

12 Cela amène à une égalisation des rémunérations des facteurs de production au niveau mondial Un pays se spécialise dans une production qui utilise bcp le facteur wk la demande d emplois va augmenter dans ce pays alors que l offre de travail reste contante et parallèlement on importe des produits qui sont fortement dotés en facteur capital le prix relatif du travail augmente et le prix relatif du capital diminue + inverse dans le pays partenaire égalisation des rémunérations

13 Les théories traditionnelles du commerce international (Ricardo, HOS) n expliquent pas le commerce intra-branche (commerce de produits similaires)

14 b) Le libre échange permet les économies d échelle et la production à moindre coût Le libre échange permet une extension des marchés (les marchés s agrandissent) et donc cela permet de réaliser des économies d échelle c est-à-dire que le coût moyen diminue au fur et à mesure que la production augmente. En effet les coûts fixes (capital mais également dépenses de RD) peuvent être étalés sur plus d unités produites et donc en moyenne une unité coûte de moins en moins cher à produire.

15 Le libre échange permet de stimuler la concurrence et donc de stimuler l innovation car les entreprises doivent perpétuellement lutter pour conserver ou gagner des parts de marché sur le territoire national et à l international. Cela permet également une baisse des coûts (car innovation de procédés) et une plus grande satisfaction des consommateurs (car plus de produits nouveaux à leur disposition).

16 c) Le libre échange permet un plus large choix pour le consommateur Les produits sont différenciés c est-à-dire que certaines de leurs caractéristiques sont légèrement modifiées. Par exemple verticalement il y a des produits haut de gamme, moyen de gamme et bas de gamme. Ou horizontalement en modifiant l image du produit par la publicité ou les services qui lui sont attachés

17 Les consommateurs ont un goût pour la différence et donc le libre échange leur permet de trouver les produits en exacte correspondance avec leurs désirs ils sont plus satisfaits car les produits ne sont pas homogènes. Le libre échange en stimulant la concurrence et en permettant les économies d échelle amène à une baisse des prix et donc une meilleure satisfaction du consommateur.

18 Une spécialisation au départ donne alors un avantage cumulatif qui rend impossible l arrivée d un nouveau concurrents car les firmes en place sont plus compétitives. Les nouvelles et les anciennes théories du commerce international ne s opposent pas mais expliquent des choses différentes. Dans les anciennes, la spécialisation explique les échanges de produits différents. Dans les nouvelles, ce sont les échanges qui expliquent la spécialisation. En effet, les échanges et l extension des marchés provoquent une spécialisation.

19 2) l intérêt du protectionnisme a) Les outils du protectionnisme Le protectionnisme est un ensemble de pratiques qui cherchent à protéger une économie nationale des effets de la concurrence internationale. Le but est d établir des obstacles à la libre circulation des marchandises. Il y a des barrières tarifaires et les barrières non tarifaires.

20 Barrières tarifaires : elles modifient l arbitrage entre produits nationaux et produits étrangers en modifiant les prix relatifs: - Les droits de douane taxes prélevées sur les importations augmentation du prix des produits importés - Les subventions soit à la production, soit aux exportations qui permettent de baisser le prix des produits nationaux

21 Barrières non tarifaires: mesures qui limitent les échanges sans modifier le prix des biens et des services - Quotas d importations: l Etat limite les quantités d un bien importable. - Normes environnementales, sanitaires, de sécurité très strictes et la complexité des démarches administratives - Contrats d exécution locale: réglementation selon laquelle une certaine partie d un produit doit être exécutée à l intérieur d un pays Le pays peut également manipuler son taux de change pour favoriser ses exportations et rendre plus chère les importations

22 b) Les justification du protectionnisme -Les pièges du libre échange: toutes les spécialisations ne se valent pas Les spécialisations dans les matières premières ne sont pas forcément efficaces. Le marché est rapidement saturé et donc les termes de l échange se dégradent. Les termes de l échange sont égaux au rapport entre l indice des prix des exportations sur l indice des prix des importations. Ils servent à comparer l évolution du prix des exportations par rapport à celui des importations.

23 Le prix de certaines matières premières (par exemple produits tropicaux) baisse sans entraîner une forte augmentation de la demande (car l élasticité prix est faible) le prix des X va diminuer alors que le prix des M augmete ou reste constant les termes de l échange se dégradent cela ne permet de financer les importations de capital qui permettrait au pays de changer de spécialisation Le problème se pose d autant plus que le pays est monoproducteur et donc très soumis aux variations de prix.

24 Le transfert de technologie en provenance de l étranger peut ne pas être profitabe car il demande au préalable une accumulation de capital humain. C est un choix politique qui n est pas fait par tous les pays du fait de leur instabilité politique ou du manque de ressources ou des choix politiques. Faible d éducation Forte dotation en main d oeuvre pas qualifiée spécialisation dans les secteurs intensifs en md o pas qualifiée aug de la md o pas qualifiée pas d incitation à la formation et brain drain faible niv d education

25 De plus certains pays ont dû faire appel au financements extérieurs pour financer leurs projets de développement (acheter du capital fixe) et ont connu une crise de la dette dans les années 1980/1990 suivie d interventions du FMI et de la Banque Mondiale pour assainir les finances (Politiques d ajustement structurel PAS). Les effets bénéfiques du LE ne sont pas automatiques et donc il peut y avoir des raisons au protectionnisme.

26 - Le protectionnisme éducateur Idée de List ( ) il faut laisser le temps aux insdustries naissantes d apprendre et de se développer pour accéder au niveau de compétitivité des pays les plus avancés Cette stratégie a été appliquée dans les politiques commerciales stratégiques ensemble de mesures prises par les Etats pour développer des activités jugées nécessaires de façon à réduire la dépendance vis à vis de l extérieur. Ces activités vont être protégées de la concurrence internationale le temps qu elles atteignent une production suffisante pour étaler les coûts et faire des EE et qu elles réalisent des économies d apprentissage.

27 L Etat agit par plusieurs moyens: subventions, commandes, protection du marché Par exemple Airbus a été aidé par l Union Européenne pour pouvoir concurrencer Boeing sur les marchés internationaux. Les semi-conducteurs ont été un secteur aidé aux USA et au Japon dans les années 60. Les risques: - Maintenir la protection et laisser des secteurs inefficaces qui seraient condamnés à disparaître mais qui représentent quand même des emplois pour une région choix politique - Risque de repli généralisé et de guerre commerciale

28 Conclusion 2): La stratégie de substitution d exportations et de remontée des filières Stratégies utilisées par Hong Kong, Corée du sud, Taïwan, Singapour, Chine La remontée de filières est une stratégie consistant à partir de la production d un produit donné à développer sur le territoire national l activité de production des unités de production intervenant en amont de la production de ce produit le but est d avoir la filière complète. Le but est d exporter des biens ou des services avec un contenu technologiques de plus en plus fort. La stratégie de substitution des exportations consiste à promouvoir les X de pdts manufacturés en remplacement d X de pdts primaires ou substitution de pdts à fort contenu techno aux X à fort contenu en main d œuvre.

29 Les Dragons asiatiques ou la Chine ont profité au départ de leur avantage comparatif la main d œuvre relativement formée et à faible coût. Ils ont développé les industries textile puis ont remonté les filières à l abri des barrières douanières. Les entreprises qui ont investi dans ces pays ont été incitées à faire des transferts de technologie. Ceux-ci ont permis à ces pays d imiter puis d innover eux-mêmes. L insertion de ces pays dans le CI a été souvent cité en exemple des bienfaits du LE (institutions internationales).

30 Il ne faut pas oublier les conditions particulières de ces pays: - Taux d épargne intérieure relativement élevé qui permet au départ de financer la croissance sans faire appel à des capitaux étrangers - Niveau d éducation relativement important de la population - Les importations ont été limitées au départ et la libéralisation s est fait progressivement - Etat (installé depuis longtemps) a mené une politique active en subventionnant certains secteurs et en servant de support à l activité

31 3) Les institutions internationales l ouverture à tout prix a) Les insertions réussies dans le CI face aux principes du consensus de Washington Le GATT (General agreement on tariffs and trade) a été mis en place en C était des cycles de négociations portant sur les règles du CI et la baisse des obstacles aux échanges. Le dernier cycle de négociation du GATT a donné naissance à l Organisation Mondiale du Commerce en C est une organisation permanente dont le conseil se réunit tous les 2 ans et un organe de règlement des différends (ORD).

32 Les avancées obtenues par le GATT: - Code de bonne conduite en matière de CI: pas de subvention, pas de dumping (prix artificiellement bas) - Base: multilatéralisme avec clause de la nation la plus favorisée un avantage commercial accordé a un partenaire doit être étendu à tous les autres partenaires (exception pour les zones de LE, unions douanières ) Baisse des droits de douane importante depuis 1947 (40% 5%) et environ 40% des marchandises circulent sans droit de douane. Fin des contingentements (quotas)

33 Actuellement les cycles de négociations portent sur des secteurs de plus en plus sensibles (agriculture, services) et peinent à avancer car ce sont des secteurs stratégiques pour les Etats. Le Fonds monétaire international est un organisme créé en 1945 et qui a l origine devait veiller à l application des règles de Bretton Woods. Depuis la fin de BW, le FMI s applique à fournir des aides aux pays qui en ont besoin et à prévenir les crises financières. La Banque Mondiale finance les grands projets dans les pays en développement.

34 Le consensus de Washington Nom donné aux politiques d inspiration libérales (plans d ajustement structurels) préconisés par le FMI et la BM dans les années face aux difficultés de paiement de certains pays (Mexique ) Ces politiques étaient basées sur l austérité (baisse des dépenses publiques), privatisations et libéralisation (du commerce extérieur notamment) Baisser la demande intérieure pour restaurer l équilibre des échanges extérieurs

35 Ces politiques ont été critiquées car elles ont amenées à un désengagement de l Etat qui a provoqué une explosion des inégalités sans véritable développement.

36 b) L après consensus de Washington Les politiques de seconde génération ont essayé de favoriser des mesures en faveur du capital humain mais également des mesures faites pour avoir un cadre institutionnel efficace (rendre l environnement plus prévisible pour favoriser l insvestissement). Ont été mises en place des politiques spécifiques pour réduire la pauvreté. Les mesueres restent quand même libérales.

37 II les stratégies internationales des entreprises 1) Un changement des firmes transnationales Une multinationale ou firme transnationale est une entreprise nationale possédant des filiales de production dans plusieurs pays. Si une société possède 50% du capital d une autre entreprise, celle ci est alors une filiale de la première contrôle majoritaire Mais une entreprise peut avoir une part suffisante pour avoir le contrôle ou pas

38 a) Une production de plus en plus mondialisée Période stratégie objectif Nature de la filiale Type d intégration début 1920 s Approvisionne ment Se fournir en matière première Plantation, extraction Verticale en amont Jusqu aux années 1960 Stratégie de marché Production sur le lieu d exportation Usines produisant des produits similaires, filiales relais Verticale en aval Après années 60 Rationalisation du processus de production Profiter des avantages comparatifs de chaque pays Filiales ateliers Division internationale du processus de production

39 Les entreprises ont des produits vendus dans plusieurs pays mais qui sont surtout fabriqués dans plusieurs pays :le processus est divisé, réparti entre les pays en fonction de leurs avantages comparatifs- l entreprise garde la maîtrise de l ensemble du processus division international du processus de production permise par la baisse des coûts de transport (utilisation du conteneur notamment) et par les NTIC

40

41

42 Les firmes échangent énormément avec clients et fournisseurs mais également avec les filiales des produits en cours de fabrication environ 30% des échanges internationaux de la France cela sort de la logique de marché et cela peut gonfler ou sous estimer la valeur des exportations et des importations l intérêt des firmes est que le libre échange joue à plein et qu aucune règle n entrave les échanges. Les firmes multinationales ont profité du libre échange pour se développer et veulent développer le libre échange pour se développer..

43 Compétitivité : capacité d une entreprise ou d un pays à conserver ou à gagner des parts de marché Deux types de compétitivité: prix (capacité à proposer des prix plus bas que les concurrents) et hors prix (capacité à distinguer à différencier ses produits des concurrents)

44 Compétitivité prix Prix des facteurs de production: - Prix du capital - Coût unitaire du travail (salaires, charges sociales, productivité du travail) Fiscalité Droits de douane Prix des consommations intermédiaires Taux de marge Cours de la monnaie Compétitivité hors prix Différenciation des produits c est à dire modification d une ou plusieurs caractéristiques du produit pour le distinguer de celui des concurrents (pub, marque, délais de livraison, SAV...) Soit horizontale (variétés proches d un produit homogène) Soit verticale (gamme de produits différentes en fonction du pouvoir d achat du consommateur) Dépend de l innovation et de la capcité d adaption à la demande

45 Comment une entreprise choisitelle une localisation? En fonction des coûts de production marières premières pas chères, des facteurs de production pas chers, des fournisseurs pas chers... En fonction de la taille des marchés être plus pro

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT I) L'internationalisation des échanges A) Mesurer les échanges La balance des paiements Le taux d'ouverture La part de marché Le taux de pénétration

Plus en détail

UPEC AEI - Licence 3 Administration publique Socio-Economie des mutations contemporaines (8) D. Glaymann - 2010-2011 1

UPEC AEI - Licence 3 Administration publique Socio-Economie des mutations contemporaines (8) D. Glaymann - 2010-2011 1 8. Les grande étapes du dilemme protectionnisme/ libre-échange Le contenu et la comptabilisation des échanges internationaux Les argumentaires favorables au protectionnisme et au libre-échange L évolution

Plus en détail

Les fondements des échanges internationaux

Les fondements des échanges internationaux Les fondements des échanges internationaux Fiche 1 Objectif Comprendre les fondements théoriques des échanges internationaux Prérequis Croissance économique, importations, exportations, facteurs de production

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES 1 LES NOTIONS Echange marchand = échange de biens et de services qui s effectue sur un marché et qui donne lieu au paiement d un prix fixé

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS

Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS 1/10 Un guide indispensable. Il n existe pas à ma connaissance de guide simple ou de dictionnaire «scolaire» en économie pour les étudiants de Lycée, de BTS et d

Plus en détail

Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production?

Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 décembre 2014 à 14:59 Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production? 1 Une analyse du commerce mondial A La montée

Plus en détail

Les fondements du commerce

Les fondements du commerce Les fondements du commerce international Le libre-échange, chacun s'en réclame mais personne ne le pratique. Dans tous les pays du monde, on veut exporter sans pour autant subir la pénétration des produits

Plus en détail

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite)

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 4Conclusion des modèles de Smith, Ricardo et HOS : échange international et spécialisation des économies nationales sont générateurs de

Plus en détail

Économie Générale Commerce International

Économie Générale Commerce International Économie Générale Commerce International La théorie du commerce international s intéresse à la modélisation des échanges de B&S (biens et services) entre États. Elle se penche aussi sur les questions d

Plus en détail

1. Théorie classique de l échange international

1. Théorie classique de l échange international DEUXIEME PARTIE : 1. Théorie classique de l échange international LES FONDEMENTS THEORIQUES DE l INTEGRATION ECONOMIQUE La théorie (néo)-classique de l échange international trouve ses fondements dans

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $ 004 005 - Economie Internationale Echanges commerciaux = 1% opérations de change Création monnaie qd accord crédit Devise clef = monnaie nationale reconnue comme monnaie internationale Contrainte pour

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première

Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation de la production? Notions de Terminale : avantage comparatif,

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

QUESTION DE SYNTHESE

QUESTION DE SYNTHESE QUESTION DE SYNTHESE Il est demandé au candidat : 1. de conduire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être utilisés dans la synthèse. 2. de répondre à la question de synthèse : - par

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

D. Glaymann INTEFP, Université Paris Est 2015 1. La propriété du capital. La logique économique. Les origines. L évolution historique

D. Glaymann INTEFP, Université Paris Est 2015 1. La propriété du capital. La logique économique. Les origines. L évolution historique A) Nature et organisation des entreprises et sociétés B) Les «parties prenantes» C) La concentration des entreprises D) L internationalisation des entreprises Deux différences majeures La propriété du

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Exercices de TD : Commerce international

Exercices de TD : Commerce international Exercices de TD : Commerce international 1 Balance des paiements Exercice 1.1 : Soit : BC : la balance courante, S p : l épargne privée, I : l investissement, G : les dépenses publiques et T : les impôts.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Le commerce international

Le commerce international Management international Le commerce international Exposé Réalisé Par : Encadré Par : 1 Plan Introduction I. Définition de commerce international II. Les théories du commerce international III. Les effets

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Le protectionnisme : raisons et risques?

Le protectionnisme : raisons et risques? Thème 5 : Le protectionnisme : raisons et risques? L échange «Le libre échange tout le monde s en réclame, mais personne ne le pratique» Les effets de l ouverture des économies sur l extérieur Les opportunités

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 11 1 Macroéconomie : fin

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

VI INTERNATIONALISATION DES ECHANGES ET MONDIALISATION

VI INTERNATIONALISATION DES ECHANGES ET MONDIALISATION VI INTERNATIONALISATION DES ECHANGES ET MONDIALISATION TC 13 : Commerce international, croissance et développement 1 La mondialisation 11 Aspects de la mondialisation DOC 1 Q1 Résumez, classifiez et illustrez

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Dessous d une balance commerciale. Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012

Dessous d une balance commerciale. Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012 Dessous d une balance commerciale Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012 Objectifs 1. Revenir sur les concepts 2. Données pour la Belgique 3. Lecture descriptive et critique Concept (1) Balance commerciale

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève 1 - Des échanges indispensables Document 1 : Pourquoi échangeons-nous? Pourquoi des échanges internationaux? Drôle de question Effectivement

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Balance des paiements (rappel)

Balance des paiements (rappel) et simpli ée la des et Balance des paiements (rappel) Td n 1 Tovonony Raza ndrabe EconomiX 01 octobre 2012 et simpli ée la des et Plan 1 et simpli ée la 2 des 3 et Les autres soldes et simpli ée la des

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

COMMERCE ET INVESTISSEMENT

COMMERCE ET INVESTISSEMENT Web Japan http://web-japan.org/ COMMERCE ET INVESTISSEMENT Un changement vers un commerce à modèle horizontal Des voitures prêtes à l exportation (Crédit photo : Toyota Motor Corporation) Introduction

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Le modèle ricardien: les avantages comparatifs

Le modèle ricardien: les avantages comparatifs Le modèle ricardien: les avantages comparatifs - modèle très simple - résultats non triviaux sur la spécialisation internationale - message: explique pourquoi les pays très différents ont intérêt à commercer

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Redécouvrir Ricardo au sujet du commerce international : un paradoxe? Gilbert Faccarello Journées de l économie Lyon, 14-16 novembre 2013

Redécouvrir Ricardo au sujet du commerce international : un paradoxe? Gilbert Faccarello Journées de l économie Lyon, 14-16 novembre 2013 Redécouvrir Ricardo au sujet du commerce international : un paradoxe? Gilbert Faccarello Journées de l économie Lyon, 14-16 novembre 2013 1 Table 2 1. L héritage théorique à l époque de Ricardo 2. Qu apporte

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc.

Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc. Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc. Avril 1997 Figure 1. La privatisation des entreprises publiques (E.P.) Démarche générale

Plus en détail

QCM d autoévaluation

QCM d autoévaluation QCM d autoévaluation Concernant les techniques d analyse stratégique Philippe Massol Vous devez pouvoir répondre à toutes les questions de ce QCM pour pouvoir considérer que vous êtes à l aise avec les

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

de commerce international

de commerce international Séance n 2. Le modèle néo-classique Plan de commerce international Modèle HOS Ouverture et inégalités de revenu : théorème de Stolper-Samuelson Variation des dotations factorielles : théorème de Rybczynski

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE TERMINALE G SOMMAIRE 1 Budget horaire 2 Calendrier annuel

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Les pouvoirs fédéraux de l Union européenne L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Une pièce maîtresse du «carré libéral» de l Union européenne 28 février 2005 Picasso, Matisse

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail