Le business model Freemium est-il applicable et viable hors de l économie numérique?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le business model Freemium est-il applicable et viable hors de l économie numérique?"

Transcription

1 Antoine SEVILLA Mémoire version abrégée Le business model Freemium est-il applicable et viable hors de l économie numérique? Mémoire encadré par Mme Delphine Manceau

2 Table des matières : INTRODUCTION : L économie du Gratuit Le Gratuit Le Gratuit et le consommateur Le Gratuit et le numérique Les nouvelles perspectives liées au Gratuit Les différentes formes de Gratuit Le Freemium Le taux de conversion Les avantages et les inconvénients du Freemium Premières conclusions de l étude ETUDE DE CAS Méthodologie de l étude de cas Objectifs Choix et sources d information Méthode d analyse Nine Inch Nails Présentation du groupe Résultats Enseignements Magnatune Présentation de l entreprise Résultats Enseignements Canal plus Présentation Résultats Enseignements TED Présentation Résultats Enseignements Flat world knowledge Page 2

3 Présentation Résultats Enseignement SYNTHESE DE L ETUDE DE CAS Confrontation des cas étudiés Dans quels cas utiliser un business model Freemium? La contrainte du coût marginal Industrie de la culture Industrie de la connaissance La viabilité économique Les raisons d un possible échec Quels critères doit-on respecter? CONCLUSION Page 3

4 INTRODUCTION : L arrivée d Internet et du format HTML dans notre société, au début des années 1990, a bouleversé nos modes de vie et nos façons de consommer. Internet est devenu en quinze ans à peine la première source d informations pour les consommateurs qui souhaitent acheter une voiture ou une télévision par exemple. Internet a également bouleversé la vie des entreprises. L utilisation grandissante des Personal Computers et des réseaux locaux, pour les relier entre eux au sein des entreprises, a fait disparaitre certaines professions et en a créé d autres. Mais Internet a aussi changé la façon dont les entreprises commercent. Le web a été un formidable vecteur de la popularisation du Freemium. Ce business model, qui existait sans avoir de nom avant l arrivée d Internet, s est vraiment répandu au sein des entreprises numériques durant la première décennie du 21 ème siècle. Aujourd hui, des entreprises dont la capitalisation boursière excède plusieurs millions de dollar, comme LinkedIn évaluée à près de 208 millions de dollars lors de son IPO, ou Skype qui a été racheté 8,5 milliards de dollars par Microsoft, utilisent ce business model. Le Freemium semble être une réussite pour les entreprises appartenant au monde de l économie numérique. Mais ce business model est-il transposable pour des entreprises qui ne s inscrivent pas dans l économie numérique? En effet, les entreprises utilisant Internet commercent dans un monde numérique dématérialisé qui n est pas régi par les mêmes lois que celles du monde physique. Par exemple, les coûts supportés par les entreprises dans ces deux mondes ne sont pas les mêmes. Il semble donc légitime de s interroger sur la viabilité et la possibilité d utiliser ce business model pour des entreprises hors de l économie numérique. Pour répondre à cette question, nous allons, dans un premier temps, définir les concepts utilisés par le Freemium. Dans une seconde partie, à travers une étude de cas, nous étudierons différentes entreprises utilisant le Freemium hors de l économie numérique pour déchiffrer les clés de leur succès. Enfin, nous synthétiserons ces critères et nous identifierons les secteurs hors du numérique qui se prêtent le mieux à l utilisation du Freemium. Page 4

5 1.1. L économie du Gratuit Le Gratuit Quelle est la signification du mot "Gratuit"? Il se définit par : Produit ou service reçu sans payer". Dans la suite de cette étude, nous entendrons par "Gratuit" ce qui n a aucun coût financier pour le consommateur. La signification d un business model basé sur le Gratuit est donc un service ou produit gratuit pour le consommateur mais qui est financé par une tierce partie ou par le consommateur lui-même à travers un autre achat. Le Gratuit est un mot à plusieurs facettes. Comme l écrit Chris Anderson (2010), "[Le gratuit] engendre la méfiance, et pourtant il a le pouvoir d attirer l attention comme nul autre". Julien Tarby (2010) quant à lui développe également l idée que le Gratuit inspire souvent la méfiance chez le consommateur car il l interprète comme un geste calculé qui attend un retour sur investissement. Cependant, au vue du succès et du rapide développement des entreprises utilisant le Gratuit dans leur business model, il est légitime de penser que le consommateur a outrepassé cette méfiance et que le Gratuit fait aujourd hui partie de notre quotidien Le Gratuit et le consommateur L expérience du "penny gap", réalisée par Shampan er et Ariely (2006), démontre que le Gratuit influence grandement les décisions des consommateurs. Sur un stand, il est proposé deux types de chocolats aux passants: un chocolat raffiné, des truffes, et un chocolat basique. L expérience s est déroulée selon trois conditions différentes : Condition1 Condition 2 Condition 3 Prix des truffes 26cts 27 cts 25 cts Prix des autres chocolats 1 cts 2 cts 0 cts La condition 1 servant de référence, on augmente les prix de 1 cts dans la condition 2. On les baisse de 1 cts dans la condition 3, les chocolats basiques devenant gratuits. Résultats Condition1 Condition 2 Condition 3 Truffes 40% 40% 10% Autres chocolats 40% 45% 90% Aucun chocolat 20% 15% 0% On constate que les résultats sont similaires dans les conditions 1 et 2. En revanche, le changement est saisissant entre les conditions 1 et 3. On observe clairement ici l effet du produit gratuit sur le comportement du consommateur. Selon Tarby (2010), cela est la preuve que la fonction élasticité du prix n est pas constante et varie brusquement lorsque le prix du produit devient nul, la demande augmentant brutalement quand le prix atteint zéro. Ceci explique pourquoi des entreprises basées sur le Gratuit comptabilisent plus d inscrits que celles facturant leurs services. Page 5

6 Un autre effet lié au Gratuit est le manque d engagement du consommateur. Selon Anderson (2008), le fait de payer fonctionne comme une garantie entre l acheteur et le vendeur. Lorsqu il achète un produit, le consommateur fait un "acte de consommation". Dans le Gratuit, il s implique pas ou peu. La gratuité encourage même la surconsommation. Ce comportement peut être problématique dans certains secteurs. Chris Anderson (2008), dans son livre Free, donne l exemple des magazines. Leurs financements proviennent presque exclusivement des annonceurs. Cependant, les magazines restent payants car telle est la volonté des publicitaires. Leur objectif est d impliquer le consommateur dans leur journal pour que les annonces soient les plus efficaces possible. Un des aspects importants pour la suite est donc de construire un lien avec le consommateur, d autant plus fort que l on distribue un service ou un produit gratuit. S assurer de l implication de ses consommateurs est le meilleur moyen de s assurer de leur loyauté et, éventuellement, de les convertir en utilisateurs payants Le Gratuit et le numérique L essor du Gratuit s est fait concomitamment avec le développement du haut débit dans les années On assiste depuis les années 1970 à des gains considérables en termes de puissance de calcul, de coûts d espace de stockage et de transport. Selon Bomsel (2007), ces gains de productivité associés à l échange d informations impliquent que les coûts des biens numériques doivent tendre vers zéro. En effet, en appliquant le modèle de fixation des prix selon la théorie de Walras (1874), le prix d équilibre offre-demande, à une demande donnée, est égal au coût de production marginal. Or ce coût tend vers zéro dans le cas d un bien numérique. Par conséquent, le prix d équilibre doit lui aussi tendre vers zéro. Les coûts associés au transport sont principalement alloués à l amortissement des investissements du réseau. Le fait que le coût de distribution et de reproduction d un bien numérique soit quasi nul en fait le terrain parfait pour le développement de business models basés sur le Gratuit. Selon Anderson (2008), l économie classique est soumise aux lois du monde physique et les prix des produits qui nous entourent tendent naturellement à devenir plus chers. Dans l économique numérique, le coût de duplication d un bit est quasi nul. Ainsi, le prix des biens numériques tend, au contraire, à diminuer avec le temps. Cela va dans le sens du développement du Gratuit sur Internet Les nouvelles perspectives liées au Gratuit Comme le précise Chris Anderson (2008), "Free is not new, but it is changing. Il est vrai que le concept du Gratuit n est pas neuf. De nombreux exemples, comme la radio, datent de presque cent ans déjà. Mais aujourd hui, il est prouvé que le Gratuit peut être rentable. L arrivée du numérique, et des nouvelles potentialités qu il offre, a fait changer la dynamique du Gratuit. Il est maintenant utilisé comme un outil stratégique et marketing par les entreprises pour s imposer dans des marchés existants ou en développement et est, selon Anderson (2008), la façon la plus disruptive de pénétrer un marché. Le Gratuit, Page 6

7 lorsqu il est introduit dans un secteur, pousse les acteurs établis à l action et change les attentes et les modes de consommation des consommateurs. Néanmoins, certains acteurs critiquent le Gratuit car il a en effet un côté destructeur. En effet, dans les secteurs où il est appliqué, on assiste généralement à une contraction en termes de valeur du marché. Cependant, cette valeur n a pas été détruite. Elle est rendue aux consommateurs et redirigée vers un autre pan de l économie Les différentes formes de Gratuit 1 Selon Anderson (2008), le Gratuit doit respecter quatre conditions : 1) La gratuité du produit ou du service ne doit pas être limitée en volume. 2) La gratuité ne doit pas être limitée dans le temps. 3) La gratuité ne doit pas être soumise à un achat préalable. Voici donc les quatre formes existantes du Gratuit : 1) Les Subventions croisées directes : Le produit est subventionné par le producteur dans le but d inciter le consommateur à acheter un autre produit. Un exemple est la carte de crédit offerte par les banques pour attirer des clients et vendre d autres produits financiers. 2) Le Marché tripartite: Une tierce partie (l annonceur) paie pour participer à un marché résultant d un échange gratuit entre deux autres parties (le producteur et le consommateur). C est le modèle Gratuit le plus répandu aujourd hui. Internet s est développé avec ce modèle. C est ce modèle que l on appelle "Gratuit" en comparaison au modèle premium ou au modèle Freemium. 3) Les Marchés non monétaires : La gratuité prend trois formes sur les marchés non monétaires. La première est l économie du don. Ici, le producteur donne son produit sans contrepartie. La deuxième forme est l échange de travail. Dans ce cas, le consommateur échange son travail contre des services. La dernière forme est le piratage. Le produit devient gratuit grâce à ses utilisateurs qui en permettent la gratuité. 4) Le Freemium : Ce business model propose un service gratuit au plus grand nombre. Le financement provient d'une minorité qui paye pour avoir accès au service premium. Ce business model va être étudié plus en détails dans la suite. Figure 4 : Cas des subventions croisées Figure 5 : Cas du marché tripartite Figure 6 : Cas des marchés non monétaires Figure 7 : Cas du freemium 1 Selon les définitions de Chris Anderson dans Free et celle de l entreprise Richard K Miller & Associates dans l étude Consumer Marketing 2010 Page 7

8 1.4. Le Freemium Le mot de Freemium est pour la première fois apparu sur le blog de Fred Wilson (2006). Le mot provient de la contraction de "Gratuit" (en anglais : free) et "offre haut de gamme payante" (en anglais : premium). Le business model repose sur la large distribution d une offre gratuite pour toucher une large base de consommateurs puis sur la génération d un revenu en vendant un produit premium à certains utilisateurs. Le Freemium est basé sur un concept simple de micro-économie : la baisse du prix d un bien complémentaire va causer une hausse de la demande du bien associé. Avec le Freemium, on augmente l offre d un produit en baissant son prix jusqu'à le rendre gratuit. De ce fait, on maximise la demande du bien associé que va être le service premium. Skype a été le premier exemple utilisé par Fred Wilson pour illustrer ce nouveau business model. Seulement 7% des utilisateurs actifs du logiciel sont des utilisateurs payants. Au troisième trimestre 2008, Skype a néanmoins réussi à dégager 45 millions de dollars de profit. Ce fut la première preuve que le Freemium pouvait être rentable. Maintenant, nombreuses sont les entreprises à utiliser ou à songer à utiliser ce business model. Parmi les exemples les plus célèbres, on peut citer : LinkedIn, qui est un réseau social professionnel, Google analytics, qui permet d étudier le trafic sur son site, Flickr, site de partage de photos et vidéos, Spotify, plateforme de diffusion de musique en streaming, Evernote, qui distribue un logiciel facilitant la capture d informations Le taux de conversion Le taux de conversion représente le ratio entre le nombre d utilisateurs payant pour le service premium divisé par le nombre d utilisateurs totaux. Comme le Freemium est basé sur l idée qu un petit nombre d utilisateurs financent le service pour tous les utilisateurs, le taux de conversion est en lien direct avec les marges de l entreprise. La majeure partie des revenus du Freemium se font par le biais des utilisateurs payants et non de la publicité sur la page web affichée. En 2010, celle-ci ne générait que 4% des revenus pour Evernote, servant majoritairement à promouvoir des produits partenaires, alors que les utilisateurs payants représentaient 90% des revenus. Les revenus crées par les utilisateurs payants sont ceux qui ont le plus de potentiel de croissance. Pour Evernote, ces derniers croissent de 15% tous les mois alors que le nombre d utilisateurs du service ne croit que de 10%. Le taux de conversion est donc souvent considéré comme un bon indicateur de la rentabilité de l entreprise utilisant un business model Freemium. Le taux de conversion dépend largement des entreprises et des secteurs. Globalement, on estime le taux de conversion moyen aux alentours de 5%. Pour Evernote, le taux de conversion pour l exercice 2010 est de 2%. Lors de l entrée en bourse de Skype, ce taux de conversion s élevait à 8%. Le site club Penguin a un des taux les plus élevés, environ 25%. Page 8

9 Les avantages et les inconvénients du Freemium Le Freemium est souvent comparé au business model du Gratuit sur Internet. Comme précisé précédemment, les revenus du buisness model Freemium proviennent essentiellement du service premium et peu de la publicité. Certaines entreprises utilisent la publicité uniquement pour dégrader le service gratuit et mettre en valeur le côté premium de leur offre. On peut donc clairement opposer le Gratuit, appelé ad supported, et le Freemium. En réalité, les deux sont utiles dans des conditions spécifiques. Il existe trois conditions pour pouvoir mettre en place un business model Freemium selon Gondry (2011): 1) Le produit doit toucher un grand nombre d utilisateurs, de l ordre du million, pour avoir une base d utilisateurs gratuits la plus large possible et toucher un maximum d utilisateurs payants. Si le produit cible un marché de niche, il vaut mieux privilégier un business model payant, ou premium. 2) Il est nécessaire d avoir des utilisateurs loyaux. Plus un consommateur gratuit réutilise le service, plus il est enclin à devenir un consommateur payant. Si le service n attire que des consommateurs qui n utilisent qu une fois le service, il vaut mieux se tourner vers un business model Gratuit financé par la publicité 3) Le seuil de rentabilité est souvent long à atteindre pour les entreprises utilisant le Freemium. Cela est le résultat de deux effets combinés. Tout d abord, le taux de conversion croit avec les effets de réseaux. Il croit donc lentement au début quand peu de personnes utilisent le service ce qui retarde les premières rentrées de liquidités pour l entreprise. De plus, le service doit continuer à recruter des nouveaux utilisateurs gratuits pour les convertir, ce qui a un coût. Ces deux effets contribuent à retarder le moment où l entreprise peut atteindre le seuil de rentabilité. Cette période est souvent fatale pour de nombreuses start-ups utilisant le Freemium. Phil Libin, CEO d Evernote, ajoute également trois autres conditions complémentaires: 1) L entreprise doit avoir un taux élevé de rétention à long terme sur ses produits. 2) Les produits proposés par l entreprise doivent voir leur valeur croître dans le temps. Par valeur, on entend la "Customer Value", c'est-à-dire qu il y a accroissement de l utilité de l utilisateur lorsqu il consomme le produit, et non la valeur monétaire du produit. 3) Il faut que la structure des coûts repose grandement sur des coûts variables et peu sur des coûts fixes. Néanmoins, le Freemium fait toujours débat. Certains sites, comme Spotify, ont choisi de dégrader leur offre gratuite pour se recentrer sur la partie payante. Certains autres entrepreneurs critiquent également le fait de rendre un service gratuit. Selon eux, la majorité des utilisateurs qui utilisent le service premium ont directement utilisé ce service. Par corrélation, la plupart des personnes qui utilisent le service gratuit n utiliseront que le service gratuit. Bien que le Freemium soit un business model très répandu sur Internet, il a encore ses détracteurs et ne fait pas entièrement l unanimité. Page 9

10 1.5. Premières conclusions de l étude Le Freemium repose sur la possibilité pour l entreprise de distribuer le service ou le produit gratuit à un faible coût. Dans le cas des pure players de l Internet, la question se pose peu car il leur est aujourd hui possible de dupliquer un service quasi gratuitement. Le coût de stockage et de transport est aujourd hui très faible, de l ordre de 0.5 centimes d euros pour stocker un film au format DivX par exemple (700 Mo). Dans le cas d une entreprise qui est hors de l économie numérique, la question du coût marginal de reproduction du service est problématique. Le coût marginal de reproduction du service gratuit est le coût supplémentaire induit par la dernière unité produite, autrement dit la dernière personne qui utilise le service gratuit. Pour s assurer de la viabilité de l entreprise, ce coût doit être proche de zéro et de surcroît décroissant (non strictement). Un coût marginal trop élevé obligerait l entreprise à augmenter fortement les prix de ses services payants pour couvrir ce coût. Un prix du service premium trop élevé aboutirait à un taux de conversion trop faible. L entreprise n aurait donc pas assez de ressources pour couvrir le coût du service gratuit. Le business model ne serait donc pas viable. Un coût marginal de reproduction du service gratuit non décroissant gênera l entreprise dans son développement. Si le coût augmente à partir d un certain nombre d utilisateurs, l entreprise aura intérêt à limiter l accès à son service gratuit pour maximiser son profit. Il existera donc un nombre optimal d utilisateurs du service du point de vue du profit de l entreprise. Cela limitera par conséquent la taille de l entreprise. Pour permettre à l entreprise, hors de l économie numérique, d utiliser un business model Freemium sous contrainte de coût marginal négligeable décroissant de reproduction du service gratuit, il faut que la partie gratuite du Freemium soit un service, et non un bien, et que ce dernier soit dématérialisé. Si l entreprise distribue gratuitement un bien, elle sera confrontée au problème de coût marginal élevé car fabriquer un bien a un coût qui tend à croître. Si le service n est pas dématérialisé, il doit être proposé par des personnes physiques qu il faut payer. Cela est donc contradictoire avec un coût marginal gratuit faible. Aujourd hui, toutes les entreprises sont liées à Internet. Le fait d avoir un site Internet est quasiment incontournable. Ce site n est pas obligatoirement une plateforme commerciale, il peut être développé pour améliorer la visibilité de l entreprise. En outre, nombre de campagnes marketing se déroulent actuellement uniquement sur Internet. Le service gratuit sera donc majoritairement distribué par le biais d Internet pour les entreprises utilisant le Freemium car il en est aujourd hui le meilleur canal de distribution. Ainsi, dans cette étude, les entreprises qui distribuent leurs services gratuits mais pas leur service premium via Internet seront considérées comme hors de l économie numérique. Elles seront donc étudiées dans la suite de ce mémoire. Page 10

11 ETUDE DE CAS 2.1. Méthodologie de l étude de cas Objectifs Dans cette partie, nous allons, au moyen d une étude de cas, tenter d identifier les critères qui rendent possible l utilisation du Freemium hors de l économie numérique. Cette étude aura deux objectifs principaux. Le premier est de déterminer si le Freemium est utilisable dans tous les secteurs de l économie ou si certains se prêtent plus à l utilisation de ce business model. Le deuxième objectif est d identifier les principaux critères qui permettent la bonne rentabilité de l entreprise ainsi que les facteurs clés de succès Choix et sources d information Pour cette étude, nous avons sélectionné quatre entreprises et une association utilisant le Freemium : 1) Nine Inch Nails : Groupe de musique 4) TED : Association organisant des conférences 2) Magnatune : Entreprise de diffusion de 5) Flat World Knowledge : Entreprise de musique distribution de manuels scolaires 3) Canal plus : Chaine de télévision cryptée Ces cas ont volontairement été sélectionnés dans des secteurs d activités différents pour avoir la vision la plus large globale sur l utilisation du Freemium hors de l économie numérique et répondre ainsi à notre premier objectif. Ces entreprises ont également des structures et des statuts différents. Cette diversité nous permettra de mettre en lumière les critères qui assurent à l entreprise d être rentable. Les informations collectées le seront majoritairement par le biais d Internet via le site officiel de l entreprise, d articles dans des magazines spécialisés, d interviews ou les blogs des créateurs. Le livre de Chris Anderson, Free, fournit également quelques données sur certaines de ces entreprises. Enfin pour Canal plus, les données proviennent du document officiel de l AMF établi dans le cadre de son entrée en bourse initialement prévue en Méthode d analyse Chaque cas a été analysé de la même façon, en trois parties distinctes. La première partie est consacrée à une présentation générale de l entreprise. On s attache ici à la situer dans son marché. On détaillera également ses spécificités, son histoire ainsi que son business model. La seconde partie sera consacrée à une étude plus précise du business model ainsi qu aux conséquences qu il peut avoir sur la rentabilité de l entreprise. On s attachera à donner des chiffres précis pour quantifier les revenus et les charges et ainsi évaluer l impact des critères qui rendent l entreprise différente dans son marché. La dernière partie est une synthèse de l étude. On y relèvera les caractéristiques de l entreprise qui lui permettent de s assurer de sa viabilité ainsi que les spécificités du secteur dans lequel elle évolue. Page 11

12 2.2. Nine Inch Nails Présentation du groupe Nine Inch Nails est un groupe de rock industriel américain créé en Le groupe se reconnait par son genre musical caractéristique qui utilise des instruments électroniques et pour ses shows sur scène. Depuis 2008, le groupe a décidé de s autoproduire et distribue ses albums sous licence libre Creative Commons. Le 2 mars 2008, NIN sort l album Ghosts I-IV qui fut considéré comme une vraie innovation dans l industrie de la musique. En effet, cet album a été distribué avec un business model Freemium. Le groupe a proposé 9 des 36 titres gratuits au téléchargement et sans verrous numériques (DRM). Cela constitue la partie "service gratuit" du business model. En parallèle, le groupe a proposé plusieurs versions payantes de l album. Tout d abord, la version complète avec les 36 pistes à $5 au téléchargement. Le CD, quant à lui, coutait $10. Pour les fans, le groupe a proposé deux versions de Ghosts I-IV. La première, la Deluxe édition, comprenait 2CDs et un Blu-ray et coutait $75. La seconde, l Ultra-Deluxe Limited Edition, comportait en plus un vinyle et n a été produit qu à 2500 exemplaires dans le monde Résultats Les résultats furent très positifs. L album à $5 s est hissé meilleur album MP3 en 2008 sur amazon.com. La version Ultra Deluxe à $300 a été en rupture un jour à peine après sa sortie. En une semaine, la vente de disques avait atteint les unités et avait rapporté au groupe 1,6 millions de dollars. D autres revenus ont été aussi générés par la vente de places de concerts et de produits dérivés tels que les vêtements ou les affiches Enseignements Plusieurs initiatives de ce genre ont été reprises dans l industrie de la musique. Ainsi, le groupe Radiohead a distribué l album In Rainbows en laissant le choix du prix aux consommateurs. Néanmoins, pour ses albums suivants, le groupe est retourné vers un mode de distribution classique. En revanche, NIN est l un des seuls groupes à avoir réédité l expérience avec un autre album, The Slip. Prétendre que n importe quel album peut être un succès sous prétexte qu il est innovant d un point de vue commercial serait une gageure. Le groupe s est en effet appuyé sur sa renommée et sur une fan base déjà bien établie et sensible à ce genre de démarche. Le produit en lui-même a été également très travaillé. Les facteurs clés qui se dégagent de ce succès sont : un produit de qualité, une offre variée de produits premium pour correspondre aux différents types de clients et la popularité du groupe. Page 12

13 2.3. Magnatune Présentation de l entreprise Magnatune est un label fondé en avril 2003 qui produit les artistes sous licence Creative Commons. Le site diffuse gratuitement de la musique en streaming. L écoute des vingt premières minutes de chaque album est sans publicité. Passé ce délai, une courte publicité est diffusée toutes les 30 secondes. Concernant les activités commerciales de l entreprise en dehors du web, il s agit de la distribution de musiques sous licences à des fins d utilisations commerciales, dans un film ou une publicité par exemple. Ce service est vendu entre autres sous la forme d un forfait où l on peut utiliser 10 titres par mois pour un abonnement mensuel de $89. Selon le créateur de l entreprise, c est la source de revenus qui est la plus profitable et qui connait la croissance la plus rapide Résultats Chaque jour, personnes écoutent des musiques sur Magnatune et 99,95% d entre elles les écoutent gratuitement. Le groupe aurait vendu sa musique à plus d un millier de publicitaires et de producteurs de films indiens. D après les informations présentes sur le blog du fondateur, Magnatune a réalisé un chiffre d affaires d environ $ en Enseignements Comme le précise son fondateur, Magnatune ne se positionne pas comme un acteur de l industrie de la musique mais dans le customer happiness business. Lorsque les internautes paient, ils veulent que l entreprise s occupe de tout. La logique des entreprises utilisant le Freemium doit être différente des entreprises traditionnelles. Elles doivent tisser une relation de confiance privilégiée avec leurs clients pour les inciter à payer pour le service premium. Comme le précise Boillier (2009), il s agit d un "customer goodwill". Si l entreprise ne crée pas cette relation privilégiée, le client trouvera que le prix du service premium n est pas justifié et n utilisera que le service gratuit. Comme le précise le fondateur de Magnatune, Si vous instaurez un climat de confiance, vous serez récompensés. Le second point, selon Boillier (2009), est que Magnatune a pu s imposer car elle a réussi à créer une niche sur son marché. "La plupart des licences de musique grand public sont soit des offres coûteuses et très contraignantes juridiquement avec les maisons de disques soit de la musique insipide tirée de stocks de CD libres de droits. L'innovation de Magnatune est d'offrir de la musique de haute qualité dans de nombreux genres sous des conditions de licences sans surprises. Grâce à l utilisation des licences Creative Commons, l entreprise a inventé une nouvelle façon de vendre des musiques sous licence. Page 13

14 2.4. Canal plus Présentation Canal Plus France est la seule chaîne TNT à utiliser un business model Freemium, les autres chaines utilisant celui des subventions croisées. La chaîne diffuse une partie de ses programmes en clair dans la limite de 6h par jour. Ces plages en clair constituent un produit d'appel pour les non-abonnés. L accès à tous les autres programmes est réservé aux abonnés Résultats Sur l exercice 2010, le chiffre d affaires lié à la commercialisation d abonnements est de millions d euros et celui lié à la publicité est de 180 millions d euros. Le marché français de la télévision compte 11,6 millions de foyers n ayant uniquement que la télévision gratuite et 15,4 millions de foyers avec la télévision payante. Canal Plus dispose d un ratio de conversion de 22% sur l'ensemble des foyers français et de 40% des foyers français disposant d'une offre de télévision payante Enseignements Dans cet exemple, on peut constater que, bien que la publicité soit une source de revenus pour la chaîne, la majeure partie du financement provient des abonnés payants. Les revenus générés par les abonnements représentent 90% du chiffre d affaires alors que la publicité ne représente que 5%. Ce constat doit être surtout pris en compte par les entreprises naissantes car la publicité peut représenter chez elles une partie non négligeable de leur chiffre d affaires et occulter les revenus générés par les abonnés. Le Freemium procure un avantage concurrentiel à la chaîne qui dispose d une source de financement supplémentaire par rapport aux chaînes gratuites. Cela lui permet de lourds investissements dans le contenu éditorial. La chaîne apporte une grande attention au contenu crypté. On peut constater qu il est nécessaire pour une entreprise de disposer d un produit premium de qualité. Cette qualité doit être d autant plus grande que la norme dans le marché télévisuel reste le Gratuit. Figure 1 : Coût des programmes Canal Plus cible, du fait de ses prix, une clientèle aisée. D ailleurs, le groupe revendique l orientation de sa politique tarifaire vers la catégorie CSP+. La chaîne arrive à capter une audience de 28% dans cette catégorie alors que les chaînes gratuites n atteignent que 18%. Elle se positionne sur un segment plutôt haut de gamme, ce qui est unique sur le marché de la télévision. L entreprise, tout comme le cas de Magnatune, a réussi à créer une niche sur son marché. Page 14

15 2.5. TED Présentation TED est une association américaine organisant des conférences dont le but est de propager les idées les plus prometteuses pour améliorer le monde. Les invités lors de ces conférences sont souvent des personnes de renom, tels que Bill Clinton en 2007 ou Bill Gates en En 2006, le site ted.com a été lancé et a rendu possible le visionnage des conférences gratuitement sur Internet. Pour assister physiquement à la conférence, il faut y être invité et s acquitter d un abonnement annuel de $ Résultats Malgré l augmentation continue et importante des prix, qui ont été multipliés par 2,6 depuis 1999, la fréquentation des conférences n a cessé d augmenter d année en année, passant de 600 personnes en 1999 à plus de 1500 aujourd hui. Selon un article écrit dans le blog spécialisé Mashable, les vidéos gratuites ont été vues plus de 500 millions de fois sur le site après seulement cinq ans d existence Enseignements Le critère principal du succès de TED reste la mise en valeur du produit payant. Lors de cet événement, puisque l entrée se fait sur invitation, les invités sont prestigieux et il est possible d être assis à côté de l un d eux. Selon Sylvain Zimmer, le Vice-Président de TEDxParis, "Passer une semaine déconnectée qui est semblable à une expérience dans une bulle en compagnie de gens intéressants, c est cela la plus-value d assister à la conférence de TED. Le fait de voir les conférences en réel n est pas mieux car les vidéos sont souvent éditées pour couper les hésitations, les blancs et les blagues des intervenants. La seule chose, c est qu on les voit avant tout le monde". Le service payant est donc, par certains aspects, moins bon que le service gratuit. Néanmoins, le fait que cette communauté soit prestigieuse constitue un puissant motivateur qui pousse les participants à payer un tarif conséquent pour en faire partie. Les conférences TED sont également considérées comme des événements de networking pour les participants. Le fait que les conférences soient disponibles gratuitement a permis d élargir la base sur laquelle TED peut recruter des abonnés payants. Le Gratuit a permis d accroître la notoriété de TED. Grâce à cela, l association a pu être plus sélective dans le choix de ses invités. Cela a augmenté la valeur du service payant qui réside dans l intérêt des personnes présentes et rencontrées. Page 15

16 2.6. Flat world knowledge Présentation Flat World Knowledge est une entreprise d édition de manuels scolaires en Open Source. Les livres, publiés sous licence Creative Commons, sont mis gratuitement à disposition des professeurs. Ils ont ensuite la possibilité de supprimer certains chapitres, de les réordonner et d en écrire de nouveaux pour leurs élèves. Le manuel est consultable en ligne gratuitement par les élèves sur le site à travers une visionneuse. L entreprise commercialise plusieurs versions du livre. On peut acheter, par exemple, la version imprimée en noir et blanc ($29.95) ou la version PDF ($19.95) qui en permet la consultation hors ligne. L entreprise rémunère les auteurs avec des royalties. Elle leur reverse environ 20% du prix de vente de chaque ouvrage vendu Résultats Après à peine quatre ans d existence, le groupe distribue notamment ses manuels dans des pays comme la Chine, l Inde ou le Royaume Uni. 90% des achats des étudiants et des bibliothèques scolaires sont composés des livres imprimés en noir et blanc et de la version PDF. Le taux de conversion de l entreprise est de 56% selon l un des fondateurs. Du fait du faible prix des manuels, le marché d occasion associé est très faible et selon Chris Anderson, un auteur gagne plus d argent avec Flat World Knowledge qu avec un éditeur classique au bout de six ans Enseignement Le principal critère de succès de Flat World Knowledge réside dans le fait de proposer un business model disruptif dans un secteur dominé par des acteurs traditionnels. Ce business model accorde une liberté nouvelle aux utilisateurs des livres. Pour les professeurs, ils ont la possibilité d adapter le manuel scolaire à leur pédagogie et aux programmes qu ils souhaitent traiter en classe. C est une cible très importante car ce sont eux les prescripteurs auprès des élèves. Les élèves, quant à eux, peuvent choisir le nombre de chapitres ainsi que le type de support sur lequel ils vont consulter le livre. Cela peut-être un format "print it yourself" ou un format en couleurs comme un livre traditionnel par exemple. Ils peuvent aussi décider de ne pas vouloir un format papier et d utiliser le service gratuit. L entreprise augmente la "customer value" du livre par rapport à un livre traditionnel car le consommateur dispose de la liberté de choisir le format et le contenu. Les prix sont également plus faibles car les livres sont imprimés sur demande ce qui réduit significativement les frais de stockage. Cela permet aux étudiants de payer moins cher le livre mais aussi aux écrivains de gagner plus d argent sur le long terme. Pour tous les acteurs de l écosystème du manuel scolaire, Flat World Knowledge crée de la valeur. Page 16

17 SYNTHESE DE L ETUDE DE CAS 3.1. Confrontation des cas étudiés Les résultats de l étude de cas du paragraphe sont synthétisés dans le tableau suivant : Cas étudiés Métier Service gratuit Service payant Critères de succès Un choix varié de produits Différents produits Version payants allant de l album de téléchargeable Un produit très travaillé Nine Inch Groupe de 36 pistes à un de l album Utilisation de la fan base Nails Musique coffret édition comprenant 9 établie du groupe pour spécial limité à 2500 pistes commercialiser les produits exemplaires payants Magnatune Canal Plus TED Flat World Knowledge Diffusion de musique et production Chaîne de télévision Organisation de conférences Editeur de manuels scolaires Ecoute gratuite en ligne des artistes Une partie des programmes est accessible à tous les téléspectateurs dans des plages horaires spécifiques Rediffusion gratuite des conférences sur Internet Visionnage gratuit du livre sur le site de l entreprise Licences payantes pour l utilisation de musique à des fins commerciales Abonnement pour avoir accès à tous les programmes Places payantes pour assister aux conférences Différents formats du livre (pdf, imprimé en noir et blanc ou couleur). Vente possible de quelques chapitres ou de tout l ouvrage Volonté de faire adhérer les clients au service payant, customer hapiness business Positionnement unique sur son marché, la musique commerciale moins chère Le centre de profit le plus important est la vente de musique sous licence Les abonnés sont la principale source de revenus de la chaîne Contenu éditorial très soigné La chaîne a un positionnement haut de gamme unique sur son marché La majeure partie des revenus est générée par les abonnements Le service payant est mis en valeur par rapport au service gratuit Grâce au gratuit, TED élargit sa base d utilisateurs payants potentiels Un positionnement différent des acteurs traditionnels Créer de nouvelles libertés pour les utilisateurs du livre (édition et achat de certains chapitres) Une structure de coût différente Page 17

18 3.2. Dans quels cas utiliser un business model Freemium? La contrainte du coût marginal Comme précisé dans la première partie, le coût marginal de reproduction du service gratuit doit être décroissant et proche de zéro. Cela élimine donc le secteur primaire, l agriculture, et le secteur secondaire, l industrie. Par conséquent, le Freemium ne peut être utilisé que dans le secteur tertiaire. De plus, pour la même raison de faible coût marginal de reproduction du service gratuit, ce service doit être dématérialisé. Cette contrainte limite donc l utilisation du Freemium hors de l économie numérique à deux industries que nous allons définir par la suite : l industrie de la culture et l industrie de la connaissance Industrie de la culture Cette industrie regroupe tout ce qui a trait à la culture ou au divertissement en général. Cette industrie rend possible un coût marginal de service gratuit proche de zéro. L artiste peut offrir l accès total ou partiel de son œuvre gratuitement sans que le coût pour lui ne soit plus élevé. Dans notre étude, Nine Inch Nails et Magnatune diffusent de la musique enregistrée et numérisée. Cette diffusion, via Internet, a un coût marginal très faible comme décrit dans la première partie. La chaîne Canal Plus diffuse, quant à elle, des émissions enregistrées. La diffusion à travers les ondes hertziennes a un coût marginal de reproduction de service fortement décroissant qui devient proche de zéro dès lors qu un nombre assez élevé de téléspectateurs regardent l émission. Il est à noter que dans le cas de l industrie de la culture, pour que la condition de service dématérialisé soit respectée, il faut recourir à un enregistrement de l interprétation. Dans le cas des œuvres visuelles (photographie, sculpture, etc.), le problème ne se pose pas. En revanche, pour la musique par exemple, l auteur ne peut pas proposer un service gratuit sans utiliser un enregistrement. En effet, chaque représentation est limitée en termes de nombre de spectateurs. Chaque nouvelle représentation induit donc un nouveau coût. Cela va à l encontre de la contrainte de coût marginal décroissant Industrie de la connaissance L industrie de la connaissance offre les mêmes configurations en termes de coût marginal de service gratuit que l industrie de la Culture. Cette industrie regroupe plusieurs types d activités ayant trait à une expertise quelconque et à la transmission de ce savoir, que ce soit sur le marché B to C ou B to B. Dans notre étude, TED et The Flat World Knowledge proposent leur service gratuit via leur site Internet. Comme précédemment pour Nine Inch Nails et Magnatune, cela leur permet également de bénéficier d un coût marginal de reproduction de service gratuit très faible. Page 18

19 Les entreprises distribuant un service gratuit basé sur leur expertise n ont pas été étudiées dans l étude de cas. Généralement, elles distribuent gratuitement des articles de vulgarisation. Le service payant, quant à lui, cible un besoin spécifique du client. On peut citer pour exemple le cabinet de conseil McKinsey. L entreprise propose gratuitement des articles écrits par ses consultants sur les différents thèmes d expertise de l entreprise. Si un client souhaite une étude plus particulière, il fera appel à la société à travers une mission de conseil qui lui sera facturée. Ce business model est également utilisé par les entreprises spécialisées dans le conseil juridique. Elles proposent gratuitement des modèles de lettres de mise en demeure par exemple. Les prestations plus personnalisées sont, quant à elles, facturées La viabilité économique Les raisons d un possible échec Adopter le Freemium n est pas gage d un succès certain. Pour réussir en utilisant ce business model, il faut que le marché visé et l offre commercialisée respectent certaines règles. Ces mêmes contraintes s appliquent également aux entreprises commerçant dans l écosystème d Internet. Ces règles sont celles énoncées par Phil Libin : l entreprise doit bénéficier d un taux de rétention à long terme élevé sur ses produits, les produits proposés doivent voir leur valeur croître dans le temps et la structure de coûts doit favoriser les coûts variables au détriment des coûts fixes. Si une de ces règles est omise, la rentabilité de l entreprise peut être menacée. Il existe également un risque d échec lorsqu une entreprise change de business model pour utiliser le Freemium. Cette transition se fait généralement du Gratuit vers le Freemium. Certaines entreprises utilisant le Gratuit rencontrent parfois des problèmes de financement et se convertissent au Freemium en espérant trouver de nouvelles sources de revenus. Néanmoins, pour être utilisé avec succès, le Freemium doit être réfléchi avec le produit commercialisé. Le fondement du Freemium est d offrir un service gratuit avec une vraie valeur et pas seulement un produit premium dégradé. Lorsqu une entreprise change d un business model Gratuit vers le Freemium, le taux de conversion est généralement faible. La raison est simple : l entreprise facture un service auquel les utilisateurs avaient accès gratuitement et propose un service gratuit basé sur le service payant en supprimant quelques fonctionnalités. L expérience montre, avec les start-ups sur Internet, qu une fois que le service est gratuit il devient difficile de le facturer au consommateur. Des entreprises, comme Chargify, une société de facturation sur Internet, ont pu le vérifier. Les exemples d échec d entreprises utilisant le Freemium hors de l économie numérique sont rares car l utilisation en est encore marginale. Néanmoins, il est à penser que cette contrainte de réfléchir au Freemium en même temps que la conception de l offre s appliquera également à ces entreprises. Page 19

20 Quels critères doit-on respecter? Les critères, mis en lumière par notre étude de cas, pour s assurer de la viabilité économique de l entreprise utilisant le Freemium sont au nombre de deux. Le premier critère est la mise en valeur du service premium et de la plus-value qu il apporte au consommateur. Dans tous les cas étudiés, les entreprises ont vraiment apporté un soin à la conception du produit premium, facilitant ainsi la transformation du consommateur gratuit en un consommateur payant. Il est important dans un business model Freemium de fournir un service payant qui apporte un gain d utilité significatif au consommateur. En effet, les abonnés constituent la plus grosse source de revenus réels et potentiels dans un business model Freemium. La conception du produit premium doit donc être une des priorités pour l entreprise. Un bon contre-exemple à ce critère est l entreprise Deezer appartenant à l écosystème d Internet. Cette dernière diffuse de la musique en streaming sur Internet. Créée en 2007, l entreprise a commencé à ne distribuer qu un service gratuit. La conversion au Freemium n est apparue qu en Le taux de conversion était faible, moins de 1%, car le service payant n apportait que peu d avantages selon les consommateurs par rapport au service gratuit (l écoute de la musique sans publicités). Il a fallu attendre le début de l année 2011 et la dégradation du service gratuit (écoute limitée en temps mensuel et par titres) ainsi que la commercialisation du service premium dans les abonnements mobiles et Internet distribués par Orange pour que l entreprise recrute à nouveau des utilisateurs payants. Le second critère est de susciter un sentiment d adhésion pour son offre chez ses consommateurs. Dans tous les cas étudiés dans ce mémoire, les entreprises font de la satisfaction de leurs consommateurs une priorité. Cela s applique à la partie payante du business model mais également au service gratuit. L entreprise doit chercher à établir une relation particulière avec ses clients. Pour ce faire, l entreprise se doit d offrir un service gratuit avec une réelle valeur. Cela contribuera à créer un lien fort entre l entreprise et ses utilisateurs et même entre les utilisateurs entre eux. Pour maintenir cette relation, l entreprise doit également beaucoup communiquer avec sa communauté d utilisateurs. Cela contribue à accroitre la transparence des activités de l entreprise et renforcer le lien qui l unit à ses clients. Les entreprises qui sont les plus florissantes en ce moment, comme Evernote, communiquent de façon soutenue avec leurs utilisateurs sur leurs activités et les statistiques d utilisation de leurs services. Ces deux critères s appliquent aussi aux entreprises liées à l écosystème d Internet. Néanmoins, ils deviennent vraiment primordiaux lors de l utilisation du Freemium hors de l économie numérique. A noter également que ces critères représentent des conditions nécessaires mais non suffisantes à la rentabilité économique d entreprises utilisant le Freemium hors de l économique. Page 20

Le business model Freemium est-il applicable et viable hors de l économie numérique?

Le business model Freemium est-il applicable et viable hors de l économie numérique? Antoine SEVILLA Mémoire 2011-2012 Le business model Freemium est-il applicable et viable hors de l économie numérique? Mémoire encadré par Mme Delphine Manceau PREFACE : Le business model Freemium est-il

Plus en détail

Marc BESNARD Sept. 2012

Marc BESNARD Sept. 2012 Marc BESNARD Sept. 2012 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Le marché de la VOD... 2 1.1. De la consommation illégale à la consommation légale... 2 1.2. Eviter le phénomène de VOD à prix bradé... 2

Plus en détail

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne?

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne? SYNTHÈSE Le marché des contenus et des services payants en ligne, historiquement fort en France sur la téléphonie fixe autour de Télétel puis d Audiotel s est développé autour de nouveaux canaux de diffusion

Plus en détail

Etude du modèle économique de sites ou services de streaming et de téléchargement direct de contenus illicites

Etude du modèle économique de sites ou services de streaming et de téléchargement direct de contenus illicites Etude du modèle économique de sites ou services de streaming et de téléchargement direct de contenus illicites Note de synthèse avril 2012 A l'attention de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres

Plus en détail

Les plateformes de services en ligne Un atout pour la filière musicale à l ère du numérique

Les plateformes de services en ligne Un atout pour la filière musicale à l ère du numérique Les plateformes de services en ligne Un atout pour la filière musicale à l ère du numérique Juin 2011 Dans le cadre de l audition organisée le 1er juin 2011 par la mission confiée par le Ministre de la

Plus en détail

Baromètre de l innovation Janvier 2015

Baromètre de l innovation Janvier 2015 Baromètre de l innovation Janvier 2015 Les pratiques culturelles des français et leurs usage s numériques Un baromètre BVA Syntec numérique Sondage réalisé par pour le Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle LIVRE BLANC Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle Quels sont les avantages d adopter uneapproche intégrée à la gestion de service. INTRODUCTION Lorsque vous pensez CRM,

Plus en détail

Générer du trafic payant. Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay

Générer du trafic payant. Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay Générer du trafic payant Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay 13 et 14 mai 2011 Trouvez des nouveaux clients Adaptez-vous aux évolutions du E-Commerce Allez chercher les clients où ils se trouvent

Plus en détail

Pourquoi ce guide? Ce guide vous éclaircira sur ses différents points et vous permettra de comprendre l intérêt d organiser des jeux-concours.

Pourquoi ce guide? Ce guide vous éclaircira sur ses différents points et vous permettra de comprendre l intérêt d organiser des jeux-concours. Pourquoi ce guide? L équipe de Jouer Gagnant Concept (et jorganiseunjeuconcours.com) a décidé de mettre en place un guide afin de vous aider à en savoir plus sur les jeux-concours. Pour cela, nous avons

Plus en détail

Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009

Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009 Le cycle de vie d un produit culturel Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009 Objectifs Mesurer l impact d Internet Observer le cycle de vie des produits culturels Mieux comprendre les rôles

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S7 : politique de prix Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Qu est-ce qu un prix? Introduction somme d argent coûts non monétaires Introduction

Plus en détail

! LA SPHERE CREATIVE FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS. Les créateurs. L éditeur graphique

! LA SPHERE CREATIVE FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS. Les créateurs. L éditeur graphique 1 FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS! LA SPHERE CREATIVE Les créateurs Ils sont en amont et à la source de toute l activité musicale. On regroupe sous ce terme générique l auteur (qui écrit

Plus en détail

Introduction Pourquoi être présent sur Internet Comment démarrer son site Internet? Comment choisir son prestataire pour créer son site Internet?

Introduction Pourquoi être présent sur Internet Comment démarrer son site Internet? Comment choisir son prestataire pour créer son site Internet? 1 Sommaire Introduction... 3 Pourquoi communiquer?... 3 Communication et Internet... 3 Les objectifs de ce Livre Blanc... 3 Pourquoi être présent sur Internet?... 4 Contexte, marché... 4 Internet, 1 er

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

Hadopi. Carnets de consommation #2. Note de présentation

Hadopi. Carnets de consommation #2. Note de présentation Hadopi Carnets de consommation #2 Note de présentation Carnets de consommation #2 Note de présentation L Hadopi a conduit une étude quantitative similaire à celle conduite en 2013, employant la méthode

Plus en détail

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Conseil de Développement COMMISSION 1 Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Par lettre en date du 10 février 2005, le Bureau de Saint-Etienne Métropole, par l intermédiaire

Plus en détail

conception de site web production vidéo stratégie internet catalogue de services

conception de site web production vidéo stratégie internet catalogue de services conception de site web stratégie internet production vidéo catalogue de services NEXION.BIZ Imprimé sur du papier recyclé NOTRE EXPERTISE Chez Nexion, nous possédons une solide expertise dans le domaine

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

«La télévision tue le cinéma.»

«La télévision tue le cinéma.» «La télévision tue le cinéma.» Le téléspectateur a oublié depuis longtemps que regarder un film à la télévision, ce n est que regarder une mauvaise copie de l original. Jean-Luc Godard Les relations entre

Plus en détail

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET Le groupe, véritable machine à idées des médias, tire parti de l analyse comportementale pour optimiser son marketing

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France

Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France Présenté par : Damien Guiavarch Sommaire 1. Introduction... 3 2. Présentation de la VàD... 4 2.1 Technologie de la VàD... 4 2.2 La VàD dans le monde...

Plus en détail

Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces

Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces 26 novembre 2014 Séminaire régional de formation sur l audiovisuel dans la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient yann.bonnet@cnnumerique.fr

Plus en détail

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche 3 Principes d AdWords Les deux premiers chapitres de ce livre, plutôt généraux, ont présenté l univers d Internet et de la publicité en ligne. Vous devriez maintenant être convaincu de l intérêt d une

Plus en détail

Économie et réseaux sociaux

Économie et réseaux sociaux Économie et réseaux sociaux Forum financier belge Louvain-la-Neuve 23/10/2012 Économie et réseaux sociaux Olivier de Wasseige @defimedia.be Plus de 7 internautes sur 10 sont membres d au moins un réseau

Plus en détail

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Executive summary DGMIC Janvier 2010 Florence Le Borgne Tiffany Sauquet f.leborgne@idate.fr t.sauquet@idate.fr Tel.:

Plus en détail

CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER

CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER DOSSIER DE PRESSE - JUIN 2015 2 INTRODUCTION Plus de 10 ans après avoir subit une crise sans précédent, l industrie musicale est toujours en train de chercher des manières

Plus en détail

Chap 20 : Les stratégies de communication

Chap 20 : Les stratégies de communication Chap 20 : Les stratégies de communication I. Les bases de la communication A. Les objectifs de la communication B. Les conditions de validité des objectifs Pour être valides, les objectifs de communication

Plus en détail

Phase 1 : Préambule (le groupe se crée et se pose les bonnes questions)

Phase 1 : Préambule (le groupe se crée et se pose les bonnes questions) «ORGANISATION DU MONDE DE LA MUSIQUE» (itinéraire d un groupe de musiques actuelles depuis sa création jusqu à l accession à un premier niveau de notoriété). Phase 1 : Préambule (le groupe se crée et se

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

La continuité forcée

La continuité forcée La continuité forcée Dans cette session nous parlerons du concept du DVD gratuit et de la continuité forcée. Le modèle PAV, pour nous, a une très grande ampleur. Il va nous rapporter 1 million d euros

Plus en détail

L internet et les revenus des musiciens et des compositeurs

L internet et les revenus des musiciens et des compositeurs L internet et les revenus des musiciens et des compositeurs Depuis l arrivée d internet et de la culture du gratuit, les chiffres d affaires de l industrie musicale sont en chute libre. Mais qu en est-il

Plus en détail

Trafic partie 1. 80% de votre temps doit être dédié à attirer du trafic, ou en tout cas à créer des systèmes permettant d attirer ce trafic.

Trafic partie 1. 80% de votre temps doit être dédié à attirer du trafic, ou en tout cas à créer des systèmes permettant d attirer ce trafic. Trafic partie 1 Introduction Dans cette session nous parlerons essentiellement de trafic, de comment attirer des visiteurs sur votre page de capture et sur votre page de vente. L une des erreurs faites

Plus en détail

Google AdWords ou référencement naturel Comment choisir?

Google AdWords ou référencement naturel Comment choisir? 2011 2011 Google AdWords ou référencement naturel Comment choisir? Stephan Becker, M.M.H Fondateur et Président GPI - Groupe Publicité Interactive (514) 461-0821 sbecker@adwordsmontreal.com Qu est-ce que

Plus en détail

Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision

Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision 28 juillet 2015 2 STRUCTURE DE L ÉTUDE Les nouveaux visages de la télévision de rattrapage.

Plus en détail

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon Amazon 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon 23 mai 2005 Meetup meeting 1 1) Activités d Amazon : missions Missions

Plus en détail

Le Web2.0. Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet.

Le Web2.0. Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet. Le Web2.0 Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet. Le Web 2.0 Le Web 2.0 concerne toutes les nouvelles plateformes qui arrivent et sont arrivées ces

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.cavissima.com

DOSSIER DE PRESSE. www.cavissima.com DOSSIER DE PRESSE www.cavissima.com 2015 CONTACT PRESSE Département marketing marketing@cavissima.com SOMMAIRE A L ORIGINE CAVISSIMA, LA CAVE EN LIGNE POUR TOUS! LES CINQ METIERS DE CAVISSIMA NAISSANCE

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales DOSSIER DE PRESSE Du réseau social au local, c est capital! Contact Presse Julien Boissier contact@clubcapitales.com 06 09 69 51 98 Octobre 2013 www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales QUI?

Plus en détail

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE LE 1 JUILLET 2005 Paris, le 9 septembre 2005 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes

Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes 1/213 3/213 6/213 9/213 12/213 3/214 5/214 Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes Le marché pour les smartphones et les tablettes En 213, on a dénombré plus de 24,1 millions

Plus en détail

Remerciements... Avant-propos... du marketing comportemental. Internet, un monde vivant fait de partage, de profusion et de fragmentation.

Remerciements... Avant-propos... du marketing comportemental. Internet, un monde vivant fait de partage, de profusion et de fragmentation. objectif de ce livre est de vous donner une vision globale des L principaux enjeux et des différents aspects du marketing comportemental. Les deux auteurs ont suivi des parcours différents. L un est parti

Plus en détail

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Créer de la valeur dans le secteur d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Analytics» L

Plus en détail

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais I) Diagnostic Stratégique a) Diagnostic Interne Diagnostique interne : Les Points forts : Politique innovatrice : 1 er a osé les couleurs, le concept des parrures coordonées, Création du modèle Tanga en

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Guide de l Antiquaire sur Internet

Guide de l Antiquaire sur Internet Guide de l Antiquaire sur Internet A mettre entre les mains de tous les Antiquaires! Comprenez les secrets d internet Découvrez les solutions pour y être présent Augmentez vos ventes rapidement http://www.guide-antiquaires.com

Plus en détail

Pratiques de la VOD en France

Pratiques de la VOD en France Pratiques de la VOD en France Décembre 2006 Cette étude a été réalisée par : Novatris Sophie Dupouy, Isabelle Maurice 5-7 rue de Sahel 75012 Paris Tél. : 01.44.87.60.30 Fax : 01.44.87.60.31 www.novatris.com

Plus en détail

LA PLATE-FORME 1D-PACA.com

LA PLATE-FORME 1D-PACA.com PHONOPACA (groupement des acteurs de l industrie musicale en région Provence-Alpes-Côte d Azur) fédère à l heure actuelle quarante structures en région représentant les activités de label, producteur phonographique,

Plus en détail

L écosystème de la filière musicale

L écosystème de la filière musicale L écosystème de la filière musicale ŒUVRE AUTEUR COMPOSITEUR GRAPHIQUE ARTISTE INTERPRETE MANAGER MUSICIENS DISQUE PHONOGRAPHIQUE PHONOGRAPHIQUE DISTRIBUTEUR SCENE DE SPECTACLES TOURNEUR ORGANIS. LOCAL

Plus en détail

Comprendre le marché des éditeurs de logiciels

Comprendre le marché des éditeurs de logiciels Comprendre le marché des éditeurs de logiciels Lorraine Il existe des logiciels ou des applications pour presque tous les besoins d une entreprise : progiciels, applications pour terminaux mobiles, petit

Plus en détail

Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point

Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point Coupons, cadeaux, objets publicitaires On reçoit tous des produits gratuits Quand c est gratuit, ça fait toujours plaisir! De

Plus en détail

Des publicités source de CROISSANCE pour votre marque

Des publicités source de CROISSANCE pour votre marque Des publicités source de CROISSANCE pour votre marque 02 Révélez toute la puissance de votre publicité grâce à Link La publicité est souvent l un des plus gros budgets d une marque. Si la marque investit

Plus en détail

JANNEAU Julien. Conférence : Les clés de succès sur Internet

JANNEAU Julien. Conférence : Les clés de succès sur Internet HYMBERT Medhi JANNEAU Julien Master 2 SCPN Conférence : Les clés de succès sur Internet Introduction : Depuis sa démocratisation durant les années 2000, la toile Internet a complètement «explosée» devant

Plus en détail

La publicité sur Internet, un gage de réussite

La publicité sur Internet, un gage de réussite 1 La publicité sur Internet, un gage de réussite mondiales, qui, plus encore qu à travers leur langue, ont le pouvoir de faire ou défaire une marque en un clin d oeil. Peu onéreuse, rapide, réactive, polyvalente,

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Presse Actualité Musicale JANVIER 2014

Presse Actualité Musicale JANVIER 2014 & Presse Actualité Musicale JANVIER 2014 Avec une croissance de 8,2%, le marché des ventes physiques de musique confirme son embellie. Le panorama du portefeuille MLP page 2 Les chiffres clés page 5 Les

Plus en détail

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Culture Sector 10 Contrats pour la musique écrit par JEAN VINCENT en collaboration avec GERARD LOUISE Maquette et design : Christine Hengen

Plus en détail

- 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL. Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges.

- 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL. Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges. - 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o o o o Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges. Notions de dérivée. Principes, Exemples, Synthèse,

Plus en détail

Créer un site internet?

Créer un site internet? WebexpR Communication digitale des PME 249 rue Irène Joliot Curie 60610 La Croix Saint Ouen contact@webexpr.fr Créer un site internet? Qui? Quoi? Pour qui? Pourquoi? Quand? Comment? Combien? Rédaction

Plus en détail

DESCRIPTION DES PRODUITS ET MÉTRIQUES

DESCRIPTION DES PRODUITS ET MÉTRIQUES DESCRIPTION DES PRODUITS ET MÉTRIQUES DPM Adobe - Adobe Analytics (2015v1) Les Produits et Services décrits dans cette DPM sont soit des Services On-demand soit des Services Gérés (comme décrits ci-dessous)

Plus en détail

La publicité multimédia (internet)

La publicité multimédia (internet) 7 La publicité multimédia (internet) Comment utiliser les leviers offerts par la publicité sur internet pour améliorer votre visibilité? oi Les encarts publicitaires L affiliation Les liens sponsorisés

Plus en détail

AdWords Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia

AdWords Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia Nous créons vos annonces Nos experts, créent vos annonces et choisissent des mots clés qui sont des mots ou des expressions en rapport

Plus en détail

Comment Internet peut révolutionner le marché de la beauté et du bien-être?

Comment Internet peut révolutionner le marché de la beauté et du bien-être? Comment Internet peut révolutionner le marché de la beauté et du bien-être? Marie Sermadiras Co-Fondatrice de ZenSoon 1. Le Web a révolutionné le secteur des services traditionnels 2. Que veulent les

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son)

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Animation : Nathalie BOCHER-LENOIR, Sejer/Editis Avec la participation

Plus en détail

les étapes cruciales pour une intégration réussie ;

les étapes cruciales pour une intégration réussie ; Quand vous pensez «CRM», pensez- vous d'abord (et souvent seulement) à une solution Par exemple, certaines entreprises utilisent la CRM pour la gestion des ventes et/ou pour mener des campagnes marketing

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 28 mai 2014 Evolution des prix des services mobiles en France Résultats pour l année 2013 ISSN : 2258-3106 Sommaire SYNTHESE... 3 I. ELEMENTS DE METHODE... 5 I.1 MODELISATION DES COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION...5

Plus en détail

Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques

Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques Les questions sont résumées en bleu ; les réponses figurent en noir. NB en dernier lieu je réponds

Plus en détail

I. Site rentable ou non?

I. Site rentable ou non? Les aspects fiinanciiers d un siite IInternet I. Site rentable ou non? A. Raisonnement en terme de budget B. Raisonnement en terme de rentabilité II. Les différents coûts A. Coûts visibles B. Cachés III.

Plus en détail

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 LES DERNIERES TENDANCES MEDIAS ET NUMERIQUES Département Télécoms Cinéma et Comportements Médias Sommaire Contexte et Objectifs...3 Contenu du dossier...4

Plus en détail

Livret des libertés numériques Produit dérivé du «Catalibre» 12 avril 2011

Livret des libertés numériques Produit dérivé du «Catalibre» 12 avril 2011 Livret des libertés numériques Produit dérivé du «Catalibre» 12 avril 2011 La vente forcée des ordinateurs et des logiciels M algré de nombreuses qualités, le logiciel libre reste largement bannide la

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

NOS SERVICES NOTRE METHODOLOGIE

NOS SERVICES NOTRE METHODOLOGIE 1 1 NOS SERVICES Nous vous proposons nos services pour renforcer et optimiser votre trafic sur internet et augmenter votre chiffre d affaires Search Engine Marketing * REFERENCEMENT NATUREL (SEO) * REFERENCEMENT

Plus en détail

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT I. Définition Ensemble des dispositifs ou opérations de marketing et de supports ayant pour but d optimiser la qualité de la relation clients de fidéliser et de

Plus en détail

Recueil des meilleures pratiques de transparence dans les médias sociaux Document à l attention des entreprises

Recueil des meilleures pratiques de transparence dans les médias sociaux Document à l attention des entreprises 333 W. North Ave Suite 500 Chicago, IL 60610 Recueil des meilleures pratiques de transparence dans les médias Document à l attention des entreprises Introduction Ce document présente une série provisoire

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86 1 Formations & Conseils Web Marketing Myriam GHARBI Formations & Conseils Web Marketing Vous êtes Auto-entrepreneur, Créateur d'entreprise, Salarié au sein d'une TPE, PME ou dans une Collectivité? Vous

Plus en détail

Pour une industrie du disque tournée vers l avenir

Pour une industrie du disque tournée vers l avenir Pour une industrie du disque tournée vers l avenir Réflexions sur le Crédit d'impôt remboursable pour la production d'enregistrements sonores Mémoire de Québecor Média inc. en son nom et au nom de Groupe

Plus en détail

Longue traîne et diversité : les résultats du projet PANIC. 8 février 2013

Longue traîne et diversité : les résultats du projet PANIC. 8 février 2013 Longue traîne et diversité : les résultats du projet PANIC 8 février 2013 Star system et concentration industrielle Star system? Biens d expérience Economie de l attention prescriptions/recommandations

Plus en détail

Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor

Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor Plan 1. La phase du démarrage de l activité 2. La phase d industrialisation 3. La Phase d indépendance financière 4. La Phase de diversification 5.

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

Pratiques sur Internet et dépenses culturelles Rapport. Juin 2014

Pratiques sur Internet et dépenses culturelles Rapport. Juin 2014 Pratiques sur Internet et dépenses culturelles Rapport Juin 2014 Table des matières Contexte et méthodologie 3 Composition du panier culturel moyen 10 Panier global 11 Détail de la consommation payante

Plus en détail

Générer du trafic sur son site gratuitement

Générer du trafic sur son site gratuitement Générer du trafic sur son site gratuitement Un composant essentiel de «La Liste en Or", pour générer des visites qualifiées vers votre site. Avoir un blog, une squeeze page, un auto répondeur en place

Plus en détail

La scène TICKE. Production Diffusion Programmation. Régie Services. Billetterie. Matériel. Matériel. Agents et entrepreneurs de spectacles : page 37

La scène TICKE. Production Diffusion Programmation. Régie Services. Billetterie. Matériel. Matériel. Agents et entrepreneurs de spectacles : page 37 En chiffres Infographie réalisée à partir des contenus publiés dans L Officiel de la musique 2015, le guide-annuaire de référence des musiques actuelles SPECTACLE SPECTACLE Agents et entrepreneurs de spectacles

Plus en détail