Enfants sans contact avec la seule détentrice de l autorité parentale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enfants sans contact avec la seule détentrice de l autorité parentale"

Transcription

1 Enfants sans contact avec la seule détentrice de l autorité parentale I. Situation Les jumeaux Elsa et Moritz (noms modifiés), nés en avril 2011, sont placés cinq mois après leur naissance dans une famille d accueil. La raison du placement: la maladie psychique de la mère et donc l incapacité éducative qui en découle. La mère semble accepter le placement pour rompre rapidement tout contact avec les services compétents et les enfants, son domicile n est d ailleurs pas connu jusqu en août Moritz est lourdement handicapé. A.B. du groupe de protection de l enfance Berne ne peut ni confirmer ni exclure qu il souffre du syndrome du bébé secoué. L AI peine à accepter une infirmité congénitale et prend dans l immédiat en charge les frais des moyens auxiliaires et des thérapies nécessaires. La paternité a été constatée, le père a dès lors honoré son droit de visite régulièrement et fiablement et développe une bonne relation avec ses enfants. Il leur rend visite une fois par semaine pour finalement accueillir chez lui de temps à autre sa fille qui se développe normalement. La grand-mère maternelle est également très impliquée, elle rend régulièrement visite aux enfants et entretient une bonne relation avec eux. Simultanément, elle se montre régulièrement possessive avec sa petitefille, aimerait s en occuper sur le long terme ou l emmener plusieurs mois dans son pays d origine, la Thaïlande. A mon avis, il n est actuellement pas dans l intérêt de la fillette d accepter les exigences de la grand-mère. La résidence du grand-père maternel n est pas connue. De par le passé, il a été condamné pénalement pour abus sexuel sur sa fille (la mère des jumeaux) et a purgé une assez longue peine en prison. Pour les jumeaux, une curatelle a été instaurée au sens de l art. 308 CC, le droit de garde a été retiré à la mère. Par ailleurs, l autorité parentale de la mère a été ensuite limitée sur la base du motif suivant: Partant du principe que l absence de la mère des enfants perdurera et qu elle ne sera pas à même de respecter ses engagements, l autorité parentale est à restreindre selon l art. 308 al. 3 CC, et des pouvoirs spécifiques à conférer à la curatrice compétente. La curatrice se voit assigner le pouvoir de représentation unique dans 1

2 les domaines du droit de visite, de la formation scolaire, des soins de santé (mesures médicales et thérapeutiques) et de l hébergement de E et M. Décision: Le service social X. approuve la restriction de l autorité parentale conform. à l art. 308 al. 3 CC et confère le pouvoir de représentation unique à la curatrice dans le cadre de la curatelle afin d agir dans le respect du bien de E. et M., nés xx. avril Depuis septembre 2011 et jusqu à ce jour, la mère n a jamais pris contact avec ses enfants. En août 2012, elle m adresse un pour m informer qu elle est à nouveau enceinte. Par sa requête, elle demande plutôt de l aide pour elle-même, elle est néanmoins ouverte à recevoir des informations sur l état de santé des enfants. Elle vit entre-temps en région zurichoise mais est sans domicile fixe, càd. qu elle déménage d amies en collègues etc. Début septembre, elle a mis au monde un 3ème enfant sans pour autant donner de nouvelles depuis. Selon mes informations, elle réside toujours dans la région de Zurich. De par la mère, les enfants ont la nationalité suédoise et de par le père, la thaïlandaise. Plus je m intéresse à la situation, plus la question de la nouvelle réglementation de l autorité parentale s impose à moi. D une part, parce que des décisions importantes doivent sans cesse être prises pour l enfant lourdement handicapé (consentement pour opérations). D autre part, parce que cela reflèterait la réalité actuelle: le père est le parent fiable qui entretient des contacts réguliers et une relation avec ses enfants malgré les circonstances difficiles. La mère est absente depuis longtemps et n a aucun contact avec ses enfants. Rien ne laisse présager que la situation puisse évoluer. A l avenir, il y aura lieu de clarifier le lieu de résidence de la fille si son frère devait être transféré dans une institution de pédagogie curative, càd. que le père devrait envisager la possibilité d accueillir sa fille chez lui sur le long terme. A mon sens, la curatelle selon art. 308 CC devrait absolument être maintenue pour surveiller le placement, faire valoir les droits de l enfant à l AI, etc. Le père n a que des notions d allemand rudimentaires et requiert donc de l assistance. 2

3 II. Question Pensez-vous qu une nouvelle règlementation de l autorité parentale soit judicieuse (si oui, comment) ou pensez-vous que la solution actuelle (la restriction) soit suffisante et judicieuse, auquel cas je me fais des soucis inutiles. Merci beaucoup de votre aide. III. Considérants 1. Compétence et droit applicable a) Les deux enfants sous curatelle sont de nationalité étrangère (suédoise et thaïlandaise). Il s agit donc d une situation à caractère international (Y. SCHWANDER, Das Haager Kindesschutzübereinkommen von 1996, RDT 2009, 1 ss., 6 f.; CHK-J. PRAGER, LDIP 85 N 26). b) En matière de protection des enfants conform. à l art. 85 LDIP, la compétence des autorités judiciaires ou administratives suisses, la loi applicable ainsi que la reconnaissance et l exécution des décisions ou mesures étrangères sont régies par la Convention de La Haye du 19 octobre 1996 (CLaH 96) entrée en vigueur en Suisse au 1er juillet c) En vertu de la CLaH 96, la loi applicable est celle du lieu de résidence habituel de l enfant, càd. la loi suisse puisque les enfants ont leur résidence habituelle en Suisse depuis leur naissance (avril 2011). Conform. à l art. 20 al. 2 LDIP, les dispositions du code civil suisse sur la résidence et le séjour ne s appliquent pas à un contexte à caractère international. Par conséquent, la résidence de l enfant ne découle pas de celui de la détentrice de l autorité parentale ou de l autorité compétente, mais de sa résidence habituelle (Schwander, RDT 2009, 13). La compétence locale pour ordonner des mesures de protection des enfants supplémentaire n incombe donc pas à la commune où est domiciliée la mère, mais à la commune dans laquelle les enfants ont leur résidence habituelle. d) En vertu des bases légales précitées, l ordonnance de mesures de protection des enfants supplémentaires se base sur le catalogue de l art. 307 ss. CC. Conférer des pouvoirs supplémentaires au curateur requiert une discussion (art. 308 al. 2 CC), si nécessaire afin de limiter encore davantage l autorité parentale de la mère (art. 308 al. 3 CC), et de retirer l autorité parentale à la mère (art. 311/312 CC) avec deux alternatives, à savoir soit de 3

4 nommer un tuteur/tutrice pour les enfants (nouvel art. 327a ss. CC) ou de transférer l autorité parentale au père (art. 298 al. 2 CC). La nouvelle loi sur la protection de l enfant offre la possibilité de transférer l autorité parentale de la mère au père sur demande commune des parents. 2. Informations sur les conditions de vie, les ressources et les risques a) La situation de la mère et du père n est pas assez connue pour pouvoir évaluer si des mesures de protection de l enfant supplémentaires doivent être prises et le cas échéant lesquelles. La situation de la mère doit être étudiée avec soin. Quelles raisons ont motivé la rupture des contacts? Quelles sont ses conditions de vie concrètes? De quoi vit cette mère (aide sociale? activité lucrative? AI?) Quelle est sa contribution à la prise en charge des frais d entretien des deux premiers enfants? Qui travaille avec la mère (évent. prestation de soutien personnelles/professionnelles), quelles sont les perspectives quant à sa compétence maternelle? Qui s occupe de son 3ème enfant et quelles sont ses conditions de vie et de santé? Existe-t-il des mesures de protection pour le 3ème enfant à son nouveau domicile? Les autorités en question n ont-elles jamais reçu un avis de danger? b) Quant au père, Il est également nécessaire de recueillir des informations pour déterminer s il est capable d assumer l autorité parentale sur la base de ses capacités et des opportunités resp. de quelle aide a-t-il besoin pour pouvoir honorer ses responsabilités parentales. c) Sur la base de la situation en question, la grand-mère maternelle ne peut pas être considérée comme responsable éducative prioritaire (tutrice, mère nourricière), car en général les parents priment. Par ailleurs, les circonstances qui n ont pas permis jadis d offrir la protection nécessaire (agressions du père) à sa propre fille (mère des deux jumeaux) doivent être analysées afin de s assurer qu elle soit capable de satisfaire au besoin de protection de ses petits-enfants. Au regard des faits exposés, il semble néanmoins important de l impliquer au processus de recherche d une solution adéquate. Dans son rôle actuel, elle devrait en effet représenter une des ressources intrafamiliales. 3. Mesures actuelles 4

5 La formulation de l autorité sociale (au lieu d une autorité tutélaire ou de protection de l enfant) est certes maladroite puisqu elle approuve une limitation de l autorité parentale conform. à l art. 308 al. 3 CC (au lieu de l ordonner) et assigne à la curatrice le pouvoir de représentation unique dans les domaines du droit de visite, de la formation scolaire, des soins de santé (mesures médicales et thérapeutiques) et de l hébergement (au lieu de la mandater) afin d agir dans le cadre de la curatelle en faveur du bien des enfants E. et M., nés le xx. avril Il pourrait en résulter une absence de représentation dans d autres domaines juridiques si la mère est inatteignable. Une extension supplémentaire des pouvoirs du curateur au sens d un pouvoir de représentation général annihilerait toutefois les possibilités de la curatelle conform. à l art. 308 al. 2 CC, puisque cette dernière ne peut satisfaire qu au transfert de pouvoirs spécifiques, mais non pas à une représentation générale de l enfant. Les pouvoirs exhaustifs du curateur combinés à un retrait du droit de garde selon art. 310 CC équivaudraient sur le principe au retrait de l autorité parentale, sans que les conditions qualifiantes n aient été vérifiées et présentées à titre justificatif et sans que l autorité compétente selon le droit encore récemment en vigueur (autorité de surveillance tutélaire, désormais APEA) n ait ordonné les mesures sur la base de l art. 311 CC. Par conséquent et comme vous le suggérez, seul le retrait de l autorité parentale serait à envisager s il n est pas possible d impliquer davantage la mère dans la représentation des enfants. 4. Conclusion La mère et le père doivent être entendus à la résidence habituelle des enfants par l APEA en sa qualité d autorité locale compétente. Leur situation respective doit être soigneusement étudiée. Avec la participation des deux parents, ainsi que d éventuelles personnes encadrant la mère (thérapeute? travailleur social de l aide sociale? conseillère AI? etc.), des options de prise en charge répondant aux besoins concrets des deux enfants doivent être identifiées. La situation du 3ème enfant doit d office être prise en compte dans les enquêtes effectuées. Si l implication de la mère dans la représentation et la prise en charge des jumeaux ne peut être envisagée à moyen ou long terme, alors le retrait de l autorité parentale doit être jugé comme une décision proportionnelle et efficace au regard des circonstances décrites. Il convient par ailleurs d évaluer 5

6 avec soin si le père pourrait devenir détenteur de l autorité parentale sur la base de ses propres possibilités. Cette solution devrait sans aucun doute être visée (avec ou sans l aide d un curateur éducatif). Pour autant que les deux parents l approuvent, l autorité parentale peut être transférée de la mère au père conformément à l art. 298 révisé al. 3 CC dès le , sans que cela n implique un retrait de l autorité parentale selon l art. 311 ou 312 CC. 28 décembre 2012/Kurt Affolter, lic. iur., avocat et notaire, Ligerz 6

Droit de la protection de l adulte

Droit de la protection de l adulte 26 CHAPITRE 3 Droit de la protection de l adulte A l issue de longs travaux préparatoires, le droit de la protection de l adulte (art. 360 à 456 CC 21 ) a été adopté par les Chambres fédérales le 19 décembre

Plus en détail

Toujours d actualités: tâches du curateur en cas de décès du pupille

Toujours d actualités: tâches du curateur en cas de décès du pupille Toujours d actualités: tâches du curateur en cas de décès du pupille Situation de départ Monsieur Z. est décédé. La représentante de l autorité tutélaire se réfère à l art. 444 CC qui s applique bien qu

Plus en détail

Révocation de procurations et héritiers avides non coopératifs dans le cadre d une gestion de mandat

Révocation de procurations et héritiers avides non coopératifs dans le cadre d une gestion de mandat Révocation de procurations et héritiers avides non coopératifs dans le cadre d une gestion de mandat Considérants Curatelle de vieillesse combinée pour la gestion du patrimoine et de soins prodigués. Le

Plus en détail

Ça peut arriver à tout le monde

Ça peut arriver à tout le monde Page 1 sur 6 Ça peut arriver à tout le monde La perspective de perdre la capacité de décider soi-même n est réjouissante pour personne. Pourtant, nul n'est à l'abri d'un accident grave ou d une maladie

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

1 of 5 17.04.13 23:37

1 of 5 17.04.13 23:37 N dossier: CCC.2009.147 Autorité: CCC Date 27.01.2010 décision: Publié le: 12.05.2010 Revue juridique: Art. 172ss CC Art. 10 LDIP Art. 62 LDIP Art. 65 LDIP Articles de loi: Titre: Compétence du juge des

Plus en détail

bases juridiques concrètes.

bases juridiques concrètes. Délimitation des compétences des tribunaux et autorités de protection de l enfant et de l adulte du canton de Zurich dans le domaine des mesures de sûreté successorales I. Situation de départ Suite à un

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Introduction Le présent document a vocation dans le cadre de l expérimentation à mieux identifier la place et le rôle de chacun au regard des prérogatives

Plus en détail

Le domicile d aide sociale (résumé de la législation et de la jurisprudence)

Le domicile d aide sociale (résumé de la législation et de la jurisprudence) Direction de la santé et des affaires sociales Direktion für Gesundheit und Soziales Service de l action sociale Kantonales Sozialamt CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Route des Cliniques 17 Case postale

Plus en détail

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque ASSOCIER LES ENFANTS AUX PROCEDURES LES CONCERNANT Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque NOTE DE SYNTHESE I. LA CONVENTION DE NEW YORK En droit estonien on considère,

Plus en détail

DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS

DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS NATIONS UNIES MICT Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux 26 juin 2012 Original : FRANÇAIS Anglais DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS

Plus en détail

L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE

L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE TIJANI CHAABANE Expert Comptable INTRODUCTION Le développement de l économie dépend en grande partie d un processus de destruction des activités inutiles ou moins utiles et

Plus en détail

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs 1 Toute personne est légalement reconnue «capable» de tous les actes de la vie civile à 18 ans. Quoique majeures,

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

Votre permis de conduire et votre état de santé

Votre permis de conduire et votre état de santé Votre permis de conduire et votre état de santé La sécurité sur nos routes constitue un élément essentiel de la protection des membres de nos collectivités. C est pourquoi nous imposons l obligation d

Plus en détail

Titre vingt-troisième: De la société simple

Titre vingt-troisième: De la société simple Titre vingt-troisième: De la société simple A. Définition B. Rapports des associés entre eux I. Apports II. Bénéfices et pertes 1. Partage des bénéfices 2. Répartition des bénéfices et des pertes III.

Plus en détail

Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption

Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Sous-directionde l enfance et de la famille Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption Colloque de la Mission de l adoption internationale

Plus en détail

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Daniel Maillé, avocat Secrétariat et affaires juridiques Société de transport de Montréal 19 septembre 2008 1 1 Quelles sont

Plus en détail

Mémento sur les déclarations concernant le nom en application du droit suisse no 153.3

Mémento sur les déclarations concernant le nom en application du droit suisse no 153.3 Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit privé Office fédéral de l'état civil OFEC Etat: Juillet 2014 Mémento sur les déclarations concernant

Plus en détail

DROIT DE LA PROTECTION DE L ADULTE INFORMATIONS RELATIVES AU MANDAT POUR CAUSE D INAPTITUDE

DROIT DE LA PROTECTION DE L ADULTE INFORMATIONS RELATIVES AU MANDAT POUR CAUSE D INAPTITUDE DROIT DE LA PROTECTION DE L ADULTE INFORMATIONS RELATIVES AU MANDAT POUR CAUSE D INAPTITUDE RESPONSABLE: DOMAINE SPÉCIALISÉ PERSONNES ÂGÉES ETAT: AUTOMNE 2012 CURAVIVA Suisse Zieglerstrasse 53 3000 Berne

Plus en détail

Code civil (Partage de la prévoyance professionnelle en cas de divorce)

Code civil (Partage de la prévoyance professionnelle en cas de divorce) Avant-projet décembre 2009 (version pour la procédure de consultation) Code civil (Partage de la prévoyance professionnelle en cas de divorce) Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les)

Plus en détail

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès Médecine du travail et de prévention février 2006 1 Les trois voies d accès : Les conditions requises pour exercer la médecine du travail sont énumérées à l article

Plus en détail

La protection juridique du jeune majeur

La protection juridique du jeune majeur La protection juridique du jeune majeur Alexandra GREVIN Avocat à la Cour PARIS Journées D étude CRAIF, 7 Et 8 Mars 2014 Choix difficile, lourd. Mon objectif, aujourd hui : Vous informer, vous donner des

Plus en détail

Communication et preuves d une incapacité de travail

Communication et preuves d une incapacité de travail Lettres & contrats pour votre personnel Règlement de travail Communication et preuves d une incapacité de travail Le travailleur est légalement tenu d avertir immédiatement son employeur en cas d incapacité

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

LA LOI DE LA RUE no.9 IMMIGRATION

LA LOI DE LA RUE no.9 IMMIGRATION LA LOI DE LA RUE no.9 9-1 IMMIGRATION Statut Les individus présents au Canada ont souvent un «statut» d immigration. À titre d exemple, l individu peut être un citoyen canadien, un résident permanent,

Plus en détail

Personnes actuellement protégées. Dorénavant

Personnes actuellement protégées. Dorénavant Personnes actuellement protégées Les personnes majeures pour cause de: maladie mentale, faiblesse d esprit, ivrognerie, inconduite, prodigalité, mauvaise gestion, faiblesse sénile, infirmité, inexpérience

Plus en détail

GUIDE SUR LES DISPENSES

GUIDE SUR LES DISPENSES GUIDE SUR LES DISPENSES de l obligation de formation continue Ce guide vise à informer les membres de l Ordre des règles entourant les dispenses de l obligation de formation continue. Il contient les lignes

Plus en détail

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question L actuelle révision de la loi fédérale sur l assurance

Plus en détail

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Table des matières 1. Préambule....................... 3 2. Autorisation d accès................. 3 3. Accès technique

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE Vous souhaitez solliciter l ouverture d une mesure de protection judiciaire, avant de faire cette démarche,

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION TUTELLE

NOTICE D INFORMATION TUTELLE TRIBUNAL D INSTANCE DE TOURS 35/39 rue Edouard Vaillant CS 54335 37043 TOURS CEDEX 1 02.47.60.27.58 NOTICE D INFORMATION TUTELLE Vous venez d être nommé(e) tuteur d une personne placée sous tutelle. Vous

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 269102 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 8ème et 3ème sous-sections réunies M. Martin, président M. Thomas Andrieu, rapporteur M. Olléon, commissaire du gouvernement SCP ROGER,

Plus en détail

LA LEGISLATION CIVILE RUSSE ET LES GARANTIES DES DROITS PATRIMONIAUX DES MINEURS

LA LEGISLATION CIVILE RUSSE ET LES GARANTIES DES DROITS PATRIMONIAUX DES MINEURS Rostovzeva Natalia LA LEGISLATION CIVILE RUSSE ET LES GARANTIES DES DROITS PATRIMONIAUX DES MINEURS Le mineur est un sujet autonome des droits patrimoniaux et extrapatrimoniaux. Si on parle de la protection

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale En vigueur depuis le 1 er janvier 2006, le Régime québécois d assurance parentale prévoit le versement de prestations à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs

Plus en détail

Mesures relatives à la santé au travail

Mesures relatives à la santé au travail Mesures relatives à la santé au travail 1- Pénibilité a) Fiche pénibilité (article L 4161-1 du Code du travail) La fiche individuelle de prévention des risques professionnels est remplacée par une déclaration

Plus en détail

AVIS COUR DU BANC DE LA REINE

AVIS COUR DU BANC DE LA REINE AVIS COUR DU BANC DE LA REINE OBJET : DEMANDE D ADMINISTRATION DANS LES CAS OÙ, AU MOMENT DE SON DÉCÈS, LE DÉFUNT AVAIT UN CONJOINT OU AU MOINS UN CONJOINT DE FAIT I. Directives générales Si, au moment

Plus en détail

Statut des intermédiaires de crédit

Statut des intermédiaires de crédit Statut des intermédiaires de crédit 1. Qui doit s inscrire en qualité d intermédiaire de crédit à la FSMA? 2. Quelles sont les catégories d intermédiaires de crédit? 3. Quand faut-il introduire sa demande

Plus en détail

Retrait du droit de garde et nouveaux règlements des conditions de placement

Retrait du droit de garde et nouveaux règlements des conditions de placement Retrait du droit de garde et nouveaux règlements des conditions de placement Considérants Question Enfant L: de père no 1, seul détenteur de l autorité parentale, domicile légal à H., avec séjour actuel

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg 96. Loi du novembre 988 sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du mai 988 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE

Plus en détail

Les successions et la fiscalité

Les successions et la fiscalité Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Les successions et la fiscalité Cette publication vous est fournie uniquement à titre d information. Les renseignements qu elle contient ne constituent

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION RÈGLEMENT INTÉRIEUR Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) PRÉAMBULE Dans le cadre du présent règlement : - l association sera dénommée «SIMT», - le membre

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

Gabon. Code de la nationalité

Gabon. Code de la nationalité Code de la nationalité Loi n 37-1998 Art.1.- La présente loi, prise en application des dispositions de l article 47 de la Constitution, porte sur le Code de la nationalité aise. Art.2.- La nationalité

Plus en détail

Foire aux questions sur la tutelle pour adulte

Foire aux questions sur la tutelle pour adulte Bureau du tuteur et curateur public Foire aux questions sur la tutelle pour adulte Tutelle pour adulte Guide pratique 1 Bureau du tuteur et curateur public du Yukon Sources d information Whitehorse (Yukon)

Plus en détail

LE TELETRAVAIL. Pour bénéficier du télétravail, les salariés concernés doivent répondre à cette définition.

LE TELETRAVAIL. Pour bénéficier du télétravail, les salariés concernés doivent répondre à cette définition. LE TELETRAVAIL Textes de référence : ANI du 19 juillet 2005 / Article L. 1222-9 du code du travail / Article L. 1222-10 du code du travail / Article L. 1222-11 du code du travail QU EST-CE QUE LE TELETRAVAIL?

Plus en détail

- 1 - CONDITIONS 3505. (1) Les conditions ci-après sont fixées relativement à un donataire pour l application de l alinéa 110.

- 1 - CONDITIONS 3505. (1) Les conditions ci-après sont fixées relativement à un donataire pour l application de l alinéa 110. - 1 - LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) L article 110.1 de la Loi de l impôt sur le revenu est modifié par adjonction, après le paragraphe (8), de ce qui suit : (9) Pour l application de l alinéa (8)e)

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE

LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE Le GE doit avant tout être considéré comme un employeur comme les autres pour lequel les règles du droit commun et conventionnelles s appliquent pleinement. Toutefois,

Plus en détail

Les conditions d adhésion pour les membres individuels de l association des courses d obstacles Benelux (OCRA Benelux)

Les conditions d adhésion pour les membres individuels de l association des courses d obstacles Benelux (OCRA Benelux) Les conditions d adhésion pour les membres individuels de l association des courses d obstacles Benelux (OCRA Benelux) Les conditions sont valables, pour chaque personne voulant devenir membre de l association

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/9/23 ORIGINAL : RUSSE DATE : 20 DÉCEMBRE 2013 Comité consultatif sur l application des droits Neuvième session Genève, 3 5 mars 2014 APPLICATION DES DROITS RELATIFS AUX ŒUVRES AUDIOVISUELLES

Plus en détail

Annexe au projet de mise en relation MADAGASCAR

Annexe au projet de mise en relation MADAGASCAR Annexe au projet de mise en relation MADAGASCAR I- PROJET DES ADOPTANTS A remplir par le(s) candidat(s) puis validé par l AFA 1) Notice de renseignements jointe à l agrément en vue d adoption Délivrée

Plus en détail

Les Centres sociaux et les procédures de marché public. Droit et fiscalité des organismes sans but lucratif

Les Centres sociaux et les procédures de marché public. Droit et fiscalité des organismes sans but lucratif Les Centres sociaux et les procédures de marché public Brigitte CLAVAGNIER Avocat Droit et fiscalité des organismes sans but lucratif Subvention ou commande publique: les critères de distinction La notion

Plus en détail

PROPOSITIONS DU NOTARIAT. Pour l examen au Sénat du projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques

PROPOSITIONS DU NOTARIAT. Pour l examen au Sénat du projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques PROPOSITIONS DU NOTARIAT Pour l examen au Sénat du projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques 03/03/2015 PROPOSITIONS RELATIVES A L ARTICLE 12 1 ARTICLE 12 À l alinéa

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES!

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! ÉDITO La loi Consommation, dite loi Hamon, adoptée en mars 2014, a été mise en place pour protéger le consommateur

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/015 DÉLIBÉRATION N 09/013 DU 3 MARS 2009 RELATIVE À LA CONSULTATION DU RÉPERTOIRE DES EMPLOYEURS VIA LE SITE PORTAIL

Plus en détail

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion 1. Les faits Il est éventuellement envisagé d installer un magasin d occasion pour appareils électroniques dans

Plus en détail

NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL

NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL Tribunal de Commerce de Paris NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL Du fait de sa vocation, consacrée par les dispositions légales, le tribunal de commerce de Paris ne traite que des

Plus en détail

Les modifications sont indiquées de la manière suivante : «modifications». I LES TEXTES APPLICABLES

Les modifications sont indiquées de la manière suivante : «modifications». I LES TEXTES APPLICABLES CIRCULAIRE : n 2013-10 Pôle prévention Téléphone : 04 67 04 38 83 Courriel : prevention@cdg34.fr LES OBLIGATIONS DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS TERRITORIAUX EN MATIÈRE DE CONSULTATION DU MÉDECIN

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Droit de la famille 061065 2006 QCCS 7556 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CLAUDE BOUCHARD, j.c.s.

Droit de la famille 061065 2006 QCCS 7556 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CLAUDE BOUCHARD, j.c.s. Droit de la famille 061065 2006 QCCS 7556 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC No : 200-04-014509-051 DATE : 25 octobre 2006 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CLAUDE BOUCHARD,

Plus en détail

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe TROISIEME CONCOURS EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE DU MERCREDI 17 OCTOBRE 2012 de 9 H 00 à 11 H 00 IMPORTANT

Plus en détail

Le droit de rétractation. dans les contrats hors établissement. et hors du lieu habituel d exercice de la profession

Le droit de rétractation. dans les contrats hors établissement. et hors du lieu habituel d exercice de la profession Le droit de rétractation dans les contrats hors établissement et hors du lieu habituel d exercice de la profession Livres VI et XIV du Code de droit économique Entreprises (livre VI CDE) - art. VI.67 et

Plus en détail

Modification de la Constitution

Modification de la Constitution Votation cantonale du 25 novembre 2012 Codex2010 Volet «Protection de l adulte et de l enfant» Modification de la Constitution Brochure-vot-121125.indd 1 04.10.2012 09:46:47 En bref Votation cantonale

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES SUR LE TEMPS PARTIEL

QUESTIONS/REPONSES SUR LE TEMPS PARTIEL QUESTIONS/REPONSES SUR LE TEMPS PARTIEL 1- Comment faire une demande d exercice à temps partiel, ou une demande de reprise à temps complet? Les demandes de temps partiel doivent obligatoirement être formulées

Plus en détail

Mesures en cas de décès Aide-mémoire pour les communes

Mesures en cas de décès Aide-mémoire pour les communes Préfectures du canton de Berne www.be.ch/prefectures Mesures en cas de décès Aide-mémoire pour les communes 1. Mise sous scellés (art. 552 CCS, art. 58 et 59 LiCCS, art. 8 à 18 de l ordonnance sur l établissement

Plus en détail

Un médecin-contrôleur à votre porte

Un médecin-contrôleur à votre porte Un médecin-contrôleur à votre porte Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le contrôle des absences pour maladie Un médecin-contrôleur à votre porte Vous travaillez pour l administration

Plus en détail

ROF 2005_086. Loi. sur l aide et les soins à domicile (LASD) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète: du 8 septembre 2005

ROF 2005_086. Loi. sur l aide et les soins à domicile (LASD) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète: du 8 septembre 2005 Loi du 8 septembre 2005 Entrée en vigueur :... sur l aide et les soins à domicile (LASD) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu l article 68 de la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai 2004;

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/06/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 1 juin 2011 N de pourvoi: 10-20554 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Brouchot, SCP Piwnica et Molinié,

Plus en détail

Fondation comptes d épargne vieillesse secteur de l isolation. Règlement de prévoyance. Valable à partir du 1.1.2009

Fondation comptes d épargne vieillesse secteur de l isolation. Règlement de prévoyance. Valable à partir du 1.1.2009 123456 Fondation comptes d épargne vieillesse secteur de l isolation Règlement de prévoyance Valable à partir du 1.1.2009 TABLE DES MATIÈRES Fondation comptes d épargne vieillesse secteur de l isolation...

Plus en détail

Vérification des antécédents criminels

Vérification des antécédents criminels Secteur : RESSOURCES HUMAINES Politique : RH-407 Entrée en vigueur : le 13 janvier 2010 Date de révision : le 12 janvier 2010 Référence(s) juridique(s) : - Loi sur les casiers judiciaires - Freedom of

Plus en détail

Pour bénéficier du service, vous devez satisfaire aux conditions suivantes :

Pour bénéficier du service, vous devez satisfaire aux conditions suivantes : Qu est-ce que le SAH? Le SAH est un service juridique disponible à l aide juridique qui permet aux parents de demander la modification d un jugement déjà obtenu, lorsque celui-ci porte sur la garde d enfant,

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes)

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Les tarifs en EHPAD (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Le prix journalier en EHPAD est composé du tarif Hébergement, du tarif Dépendance et du forfait Soins. Le tarif Hébergement

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Les nouveaux mandats

Les nouveaux mandats Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

RÉGIME DE TRAITEMENT DIFFÉRÉ POUR CONGÉ AUTORISÉ

RÉGIME DE TRAITEMENT DIFFÉRÉ POUR CONGÉ AUTORISÉ DIRECTIVE ADMINISTRATIVE 455 RÉGIME DE TRAITEMENT DIFFÉRÉ POUR CONGÉ AUTORISÉ PRÉAMBULE Le Conseil scolaire Centre-Est reconnaît que parfois son personnel peut vouloir, pour diverses raisons, accéder à

Plus en détail

De meilleures garanties pour les pensions alimentaires

De meilleures garanties pour les pensions alimentaires vous guider De meilleures garanties pour les pensions alimentaires n Familles monoparentales www.msa.fr Qu est-ce que l ASF? Tout comprendre sur l Allocation de soutien familial (ASF) et les Garanties

Plus en détail

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Guide pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Je m appelle Christel Prado. Je suis présidente de l Unapei. L Unapei est une association nationale qui défend, les droits des personnes handicapées

Plus en détail

Séparation Divorce. La justice pratique

Séparation Divorce. La justice pratique Séparation Divorce La justice pratique www.ge.ch/justice Sommaire Vous êtes marié-e et vous voulez mettre fin à votre vie conjugale? Il existe plusieurs moyens de le faire : recourir à une suspension de

Plus en détail

CLAIRE DANIS DE ALMEIDA Avocat au Barreau de Paris

CLAIRE DANIS DE ALMEIDA Avocat au Barreau de Paris MEMORANDUM RUPTURE CONVENTIONNELLE Salariés non protégés MAJ 04/02/2010 Ce mémorandum donne une information synthétique et peut ne pas traiter des cas particuliers. Il est indispensable de se fonder sur

Plus en détail

Numéro du rôle : 2669. Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2669. Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2669 Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation des articles 23 à 29 de la loi du 4 septembre 2002 modifiant la loi du 8 août 1997 sur les faillites, le

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale En vigueur depuis le 1 er janvier 2006, le Régime québécois d assurance parentale prévoit le versement de prestations à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs

Plus en détail

Les Scouts du district de l Outaouais

Les Scouts du district de l Outaouais Les Scouts du district de l Outaouais PROGRAMME DE NOMINATION ET D ENCADREMENT DES CHEFS DE GROUPE Introduction À travers ce programme, nous visons à mieux définir le rôle du chef de groupe pour le district

Plus en détail

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO)

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Strasbourg, le 22 juin 2015 DH-BIO/INF (2015) 7 COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Document de travail relatif à la protection des droits de l Homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux

Plus en détail

Mandat de protection future

Mandat de protection future N 13592*02 LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE NE PEUT PRENDRE EFFET QUE LORSQU IL EST ETABLI QUE LE MANDANT NE PEUT PLUS POURVOIR SEUL A SES INTERETS Mandat de protection future (Articles 477 à 488 et 492

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES

POLITIQUES ET PROCÉDURES POLITIQUES ET PROCÉDURES Objet : Politique relative aux opérations sur les titres de la Société par les initiés et au traitement de l information importante et inconnue du public Émise par : Le conseil

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 30 avril 2016 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 30 avril 2016 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 30 avril 2016 Adopté ACTION DE GROUPE ET ORGANISATION JUDICIAIRE - (N 3204) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 17 BIS, insérer l'article

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail