Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12"

Transcription

1 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12

2 Sommaire 1. Définition Classification des vaccins Vaccins bactériens Les anatoxines bactériennes Vaccins viraux préparation des vaccins Obtention du principe actif Vaccins atténués Vaccins inactivés Anatoxines bactériennes Obtention du vaccin prêt à l emploi Vaccins en suspension Vaccins lyophilisés Conditions particulières à respecter Stérilité des matières premières Matériel et locaux Contrôle des vaccins Stérilité Innocuité Pouvoir immunisant Conservation et étiquetage Conservation Etiquetage Page 2 sur 12

3 1. Définition Les vaccins pour usage humain sont des préparations contenant des substances antigéniques ayant la propriété de créer chez l homme une immunité active et spécifiquement contre l agent infectant ou la toxine ou l antigène élaboré par celui-ci cette activité doit être démontrée chez l homme. Les vaccins peuvent être constitués par : Les agents pathogènes eux-mêmes, inactivés (tués)! Des organismes vivants soumis, s il y a lieu, à des traitements appropriés afin d atténuer leur virulence sans altérer leur pouvoir antigénique (dans ce cas, on ne fait pas de rappel régulier, ex : vaccin de la poliomyélite). Des fractions antigéniques ou des substances élaborées par les mêmes agents rendues inoffensives, mais conservant leur propriété antigénique. 2. Classification des vaccins : 2.1. Vaccins bactériens : Obtenus à partir de cultures de souches appropriées cultivées sur des milieux liquides ou solides et contiennent des bactéries inactivées, des bactéries vivantes ou leurs composants antigéniques. Ces vaccins peuvent être soit sous forme de suspensions d opacité variable dans des liquides incolores ou sensiblement incolores, soit sous forme cryodesséchée (à reconstituer au moment de l emploi). La culture bactérienne entière, les microorganismes ou les fractions de ceux-ci peuvent être utilisés dans la préparation des vaccins Les anatoxines bactériennes : Elles sont préparées à partir des toxines par réduction de la toxicité à un niveau non décelable ou par neutralisation complète de cette toxicité au moyen de méthodes physiques ou chimiques mais sans altérer leur pouvoir immunisant! La méthode est choisie de façon à transformer de manière irréversible la toxine en anatoxine. Page 3 sur 12

4 Les anatoxines peuvent être liquides (suspensions) ou cryodesséchées. Elles peuvent être purifiées et adsorbées, c.à.d. des suspensions de particules blanches ou grises, dispersées dans des liquides incolores ou jaunes pale Vaccins viraux : Ils sont préparés d après la méthode du lot de semence à partir de virus cultivés soit sur des animaux ou sur des embryons aviaires 1, soit sur cultures cellulaires ou sur tissus vivants appropriés. Ils sont constitués par des suspensions de virus vivants ou inactivés ou par des fractions de virus. Ces vaccins peuvent être d opacité variable selon le type de préparation, et peuvent être colorés s il y a un indicateur de ph, tel que le rouge de phénol utilisé dans des milieux de cultures. (Figure p 27) 3. Préparation des vaccins : La substance active doit avoir des microorganismes dans sa totalité (bactéries ou virus) pour l atténuer ou l inactiver (figure p 28). Terminologie : Système de lot de semence : Dans un système de lot de semence, les lots successifs d un produit sont dérivés du même lot de semence primaire. Un lot de semence de travail est préparé à partir du lot de semence primaire en vue de la production de routine. Lot de semence primaire : La culture d un microorganisme est répartie, à partir d un vrac unique, en récipients traités ensemble en une seule opération et de manière à assurer l uniformité et la stabilité et à prévenir la contamination. Embryon aviaire 1 : œuf dans lequel un embryon commence à se développer Page 4 sur 12

5 Conservation : Sous forme liquide à T < ou = -70 C Sous forme cryodesséchée à T reconnue pour assurer sa stabilité (les bactéries ou virus restent vivants mais ne peuvent plus muter). Lot de semence de travail : C est la culture d un microorganisme dérivé du lot de semence primaire et qui est destinée à être utilisée dans la production. Les lots de semence de travail sont répartis et conservés de la même manière que celle décrite pour les lots de semence primaire. On doit toujours garantir l uniformité et la stabilité! Système de banques de cellules : Les lots successifs d un produit sont fabriqués par culture dans des cellules dérivées de la même banque de cellules primaires. Un certain nombre de récipients de la banque de cellules primaires est utilisé pour préparer une banque de cellules de travail. Culture de cellules primaires : Il s agit de la culture de cellules obtenues par trypsination 2 d un organe ou tissu approprié. Les cellules sont essentiellement identiques à celles du tissu animal d origine et sont à un stade de production < à 5 passages in vitro. Lignées cellulaires : Il s agit de la culture de cellules ayant une capacité élevée de multiplication in vitro. Dans les lignées de cellules diploïdes, les cellules ont essentiellement les mêmes caractéristiques que les cellules du tissu animal d origine. Dans les lignées cellulaires continues, les cellules peuvent se multiplier en culture de façon illimitée. Trypsination 2 : addition de la trypsine (enzyme protéolytique) aux cellules cultivées in vitro pour les décoller du support de culture et les séparer les unes des autres (étape très importante car les cellules adhérentes prolifèrent jusqu à former un tapis unicellulaire confluent où leur multiplication s arrête!) Page 5 sur 12

6 Récolte unique : Le produit dérive, en une ou plusieurs occasions, d une seule culture cellulaire de production inoculée avec le même lot de semence de travail ou avec une suspension dérivée de ce lot, mise en incubation et récoltée en une seule opération de production. Mélange de récoltes monovalent : C est un mélange de récoltes contenant une seule souche ou type de microorganisme ou d antigène, cette souche est dérivée d œufs, de récipients de cultures cellulaires traités en même temps. Vrac final : C est le produit qui a subi toutes les étapes de fabrication à l exclusion du conditionnement final. Il est constitué par un ou plusieurs mélanges de récoltes monovalents, provenant de cultures d une ou de plusieurs espèces ou types de microorganismes, après éventuellement clarification, dilution ou addition d adjuvants ou d autres substances auxiliaires ou autres opérations. Il est traité de façon à assurer son homogénéité et il est utilisé pour le remplissage de récipients d un ou de plusieurs lots finals. Lot final : C est l ensemble de récipients définitifs fermés ou d autres unités posologiques (comme les gouttes), dont on peut s attendre qu il soit homogène notamment vis-à-vis du risque de contamination pendant le remplissage ou la préparation du produit fini. Atténuation : On a recours à un germe sauvage modifié de façon à aboutir à une mutation irréversible du stade virulent au stade atténué. Cette modification peut être obtenue en ayant recours à : **des agents physiques (chaleur : 56 C à 70 C à une durée bien déterminée) ou rayonnements UV selon la nature du microorganisme pour juste l inactiver. NB : les rayonnements UV servent pour maintenir un état de stérilité. Page 6 sur 12

7 **des passages multiples (cas des virus) sur un hôte non préférentiel (animal, œuf embryonné) ou, quand ceci est possible, sur culture cellulaire. NB : possibilité de sélection des mutants se développant à T différente de celle requise par le germe sauvage = mutants dits «froids» ou «chauds» qui ne provoquent pas de lésions dans l organisme à T physiologique (à 37 C où ils perdent toute leur virulence). Les mutants froids : Ce sont les plus utilisés. Il est possible de recourir à un germe différent du germe sauvage contre lequel il y a lieu de se protéger, à condition que le microorganisme choisi possède des caractères antigéniques communs avec le germe sauvage de façon à obtenir une immunité croisée Obtention du principe actif : Vaccins atténués : C est une suspension virale ou bactérienne dont les éléments gardent leur faculté de se multiplier dans l organisme receveur, mais ayant perdu définitivement la capacité de faire apparaître la maladie dont était responsable le germe original Vaccins inactivés : C est une suspension virale ou bactérienne ayant perdu définitivement toute faculté de se multiplier dans l organisme, donc tout pouvoir pathogène et épidémiogène, mais garde intactes ses facultés immunogènes. Culture : Cas des bactéries : milieu de culture adapté à chaque souche, utilisation de bioréacteurs (contrôle de la T, de l apport en O 2 et de l agitation). Cas des virus : nécessité d un support vivant pour leur développement (animal, œuf embryonné, lignées cellulaires non cancéreuses). Inactivation : par procédure physique et chimique : Procédure physique : chaleur, ultrasons, rayons UV. Page 7 sur 12

8 Procédure chimique : formol, phénol, éther, chloroforme, β-propionolactone. NB : il est possible de combiner l action des 2 agents pour compléter l inactivation Anatoxines bactériennes : Elles sont préparées à partir de toxines par réduction de leur toxicité à un niveau très bas ou par neutralisation complète de celles-ci par méthodes physiques ou chimiques sans détruire leur pouvoir immunisant. Les anatoxines sont présentées sous forme de suspensions Obtention du vaccin prêt à l emploi : Vaccins en suspension : L agent vaccinal est mis en suspension dans un soluté isotonique de NaCl en présence de substances auxiliaires et additifs qui vont jouer différents rôles : Agents de conservation : (phénol, crésol) - utilisés dans le cas de vaccins stériles et inactivés ou des vaccins délivrés sous forme multi doses. Anti oxydants : (vitamine C, α-tocophérol) - puisque les vaccins ont une nature protéique, ils peuvent être alors le siège d oxydation en présence de traces d ions métalliques. Tensio-actifs : non ioniques (polysorbates) - ils ont un pouvoir dispersant pour éviter l agglomération particulaire. Ils sont bien tolérés. Adjuvants : (phosphate d aluminium hydraté, hydroxyde de calcium, phosphate de calcium) permettent de prolonger la durée de libération de l agent vaccinal et d augmenter le pouvoir immunogène de celui-ci. C est un support d adsorption à l agent vaccinal (c.à.d. quand on injecte le vaccin par voie intradermique, l adjuvant va constituer une sorte de dépôt depuis lequel le vaccin se diffuse petit à petit). NB : certains adjuvants ont la capacité d activer directement les cellules de l immunité production d anticorps. On distingue alors 2 types d adjuvants : les simples véhicules et les immunostimulants. Le mécanisme d action des adjuvants se résume en 3 étapes : *formation d un dépôt au niveau du site d injection. Page 8 sur 12

9 *stimulation des cellules immunoréactives par l activation du complément. *activation des macrophages et assimilation de l antigène absorbé par les cellules immunitaires. Régulateurs du ph : ce sont des acides ou des bases pour ajuster le ph tel que 6 < ph < 8 pour la stabilité et l activité du vaccin. Ces régulateurs stabilisent le vaccin et l agent adjuvant car il peut y avoir une dégradation physique ou chimique ou même une hydrolyse des molécules biologiques. On évite les tampons! On doit tout d abord ajuster le ph d activité, puis le ph de stabilité de la substance active et enfin le ph physiologique car les tampons de l organisme vont tout réguler après l administration du vaccin. NB : la force ionique peut modifier la stabilité des vaccins : à une faible valeur de la force ionique, on assiste à l augmentation de solubilité des biomolécules. Les vaccins vivants atténués peuvent être lysés avec des valeurs de force ionique non valables on ajoute le NaCl pour avoir une force ionique adaptée à la stabilité du vaccin Vaccins lyophilisés : La lyophilisation est un moyen de stabilisation du vaccin (pour les vaccins vivants). Le produit à lyophiliser est une suspension de microorganismes (bactéries ou virus) + un substrat de lyophilisation (sucres, sels de polymères, produits biologiques complexes qui sont des agents stabilisants pour éviter le choc osmotique au niveau du microorganisme) Conditions particulières à respecter : Stérilité des matières premières : Concernant l œuf embryonné de poule, l élevage est sélectionné en excellente santé sanitaire. Les produits d origine biologique subissent une filtration stérilisante sur filtres cartouches ou sur filtres écrans 3 (porosité = 0.22μm), précédée d une pré-filtration sur une membrane de 0.45μm. Filtre écran 3 = filtre membrane Page 9 sur 12

10 Matériel et locaux : Matériel : stérilisation par autoclavage ou par chaleur sèche. Locaux : travail dans des conditions d asepsie : salles blanches (ZAC de classe A) et hottes à flux d air laminaire (traitement spécial de l air). Personnel (main d œuvre) : hautement qualifié, formé dans le domaine de fabrication des vaccins et très consciencieux. Méthodes : doivent être validées à l avance (méthode des 5M 4 ). 4. Contrôle des vaccins : 4.1. Stérilité : Pour les vaccins tués et anatoxines : ils doivent être stériles (essais de la pharmacopée pour les germes aérobies et anaérobies). Pour les vaccins vivants : on s assure de l absence de germes étrangers, et s il y en a, ils doivent être inoffensifs et en nombre limité Innocuité 5 : *Toxicité spécifique par des tests sur des cobayes : à doses élevées de vaccin absence des signes de la maladie contre laquelle le vaccin est appelé à lutter. *Toxicité anormale : injection d une dose humaine par voie intra péritonéale à des souris ou des cobayes absence de symptômes dans les 7 jours qui suivent l injection. On ne fait jamais d essais sur l homme. Méthode des «5M 4» : matières premières, main d œuvre, matériel, méthode, milieu Innocuité 5 : caractère de ce qui n est pas toxique Page 10 sur 12

11 4.3. Pouvoir immunisant : Pour les vaccins vivants : vérifier le nombre de germes par numération de culture après dilution. Pour les vaccins tués : *numération directe soit par culture avant de tuer les germes, soit comme une numération globulaire. *numération empirique : par pesée après ultracentrifugation ou par opacimétrie 6 en comparant à une suspension étalon (=témoin). Pour les anatoxines : par la méthode de Ramon (méthode de floculation initiale basée sur la précipitation du complexe anticorps spécifique - anatoxine). 5. Conservation et étiquetage : 5.1. Conservation : A l abri de la lumière à 2 C < T < 8 C (dans le réfrigérateur) sauf indication contraire de la monographie. Les vaccins liquides et adsorbés ne doivent pas être congelés. Pour les substances lyophilisées, l administration du vaccin ne doit pas dépasser les 5 heures après reconstitution Etiquetage : L étiquette de chaque récipient de vaccin et de chaque emballage indique : Nom de la préparation N du lot final ou autre référence Dose humaine recommandée et voie d administration Conditions de conservation Date de péremption Opacimétrie 6 : mesure de l opacité d une substance Page 11 sur 12

12 De plus, Nom et quantité de tout agent microbien ou toute autre substance ajoutés au vaccin (car ce sont des excipients à effet notoire) Mention des substances susceptibles de provoquer des réactions secondaires ou des contre-indications par l utilisation du vaccin. Pour les vaccins cryodesséchés, on ajoute : Nom / composition et quantité du liquide à ajouter Mention «à utiliser immédiatement après reconstitution» Nom et adresse du fabricant NB : nouveautés dans le domaine des vaccins : des formes nouvelles telles que les nanoparticules, les liposomes, le spray (par voie nasale : vaccin antigrippal mais non commercialisé en Tunisie). Page 12 sur 12

Tableau comparatif des IgIV

Tableau comparatif des IgIV I. Information sur la formulation Tableau comparatif des IgIV Formulation Lyophilisée Liquide Liquide Liquide Concentration Dispositif d administration fourni? Contenu en IgA 5 % ou 10 % après 9-11 % 9,0-11,0

Plus en détail

Guide technique. vaccins et autres médicaments immunologiques humains. Pharmacopée Européenne

Guide technique. vaccins et autres médicaments immunologiques humains. Pharmacopée Européenne Guide technique pour l élaboration des monographies de vaccins et autres médicaments immunologiques humains Pharmacopée Européenne Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé Edition

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

UE6 cours 6 Production du médicament

UE6 cours 6 Production du médicament UE6 cours 6 Production du médicament 6.4 Production du MédicamentM Production industrielle et changement d éd échelle Assurance qualité Bonnes Pratiques Etude de procédés s et matériels adaptés à la production

Plus en détail

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B 10.4.3 : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B Composition Un vaccin inactivé combiné contre l hépatite A et l hépatite B est distribué au Canada : Twinrix (GlaxoSmithKline). Les antigènes utilisés

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 4 : Les médicaments homéopathiques. Page 1 sur 11

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 4 : Les médicaments homéopathiques. Page 1 sur 11 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 4 : Les médicaments homéopathiques Page 1 sur 11 Sommaire 1. Qu est ce que l homéopathie?... 3 2. Les médicaments homéopathiques... 4 3. Fabrication des

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE.

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. I) Définition du médicament. «On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995. Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001.

NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995. Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001. NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995 Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001. Amendée en 2010, 2013, 2014 CODEX STAN 290-1995 2 1. CHAMP D

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA

ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA LES ANNEXES AU REGLEMENT RELATIF AUX PROCEDURES D HOMOLOGATION DES PRODUITS

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX

E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX 1. Objet E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX Cette procédure décrit la méthode de recherche et de dénombrement de Legionella pneumophila dans les eaux. 2. Domaine

Plus en détail

Produits galéniques et méthodes de contrôle.

Produits galéniques et méthodes de contrôle. Pour toutes questions: Jb Taouk jeanbernardtaouk@orange.fr 06.74.20.99.54 Produits galéniques et méthodes de contrôle. Pour les 20 QCM: 20 QCM Parmi les propositions suivantes, choisissez les réponses

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité Sciences et Technologies Bioindustrielles L enseignement de Sciences et technologies bioindustrielles sera assuré par un professeur de Biochimie- Génie Biologique. Il est recommandé que ce professeur intervienne

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques. XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015

Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques. XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015 Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015 ROTAVIRUS 450.000-700.000 décès/an surtout très jeunes enfants Type Rotarix (GSK) RV1 monovalent

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

Comment. choisir. sa lessive. tout en. respectant. l environnement?

Comment. choisir. sa lessive. tout en. respectant. l environnement? Comment choisir sa lessive tout en respectant l environnement? Liste des composants que nous avons trouvés dans les lessives Phosphates, citrate de sodium, phosphonates, zéolites Enzymes Activateur Azurants

Plus en détail

Guide technique. pour l élaboration et l utilisation des monographies relatives aux. produits dérivés du plasma humain. Pharmacopée Européenne

Guide technique. pour l élaboration et l utilisation des monographies relatives aux. produits dérivés du plasma humain. Pharmacopée Européenne Guide technique pour l élaboration et l utilisation des monographies relatives aux produits dérivés du plasma humain Pharmacopée Européenne Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies 114-1 - - 1 -Les Utilisation des processus biologiques pour produire des biens et des services. Les biotechologies tirent leur efficacité des techniques clés engendrées par les progrès conjoints de la

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux Leem Direction des Affaires scientifiques pharmaceutiques et médicales 11 décembre 2008 Le plan d études du Leem Les segments

Plus en détail

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET SESSION 2010 France métropolitaine Option : élevage canin et félin BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES ÉPREUVE E DU DEUXIÈME GROUPE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice

Plus en détail

LA STERILISATION PLAN 1. DEFINITIONS PLAN. Dr. I. LIMAYEM BLOUZA Pr.Ag. Ph. Galénique 2013-2014

LA STERILISATION PLAN 1. DEFINITIONS PLAN. Dr. I. LIMAYEM BLOUZA Pr.Ag. Ph. Galénique 2013-2014 PLAN LA STERILISATION 1. Définitions 2. Nécessité de stériliser 3. Différentes méthodes de stérilisation Dr. I. LIMAYEM BLOUZA Pr.Ag. Ph. Galénique 2013-2014 3.1.2. Stérilisation par la chaleur sèche 3.2.

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

LES ANTISEPTIQUES ET LES DESINFECTANTS

LES ANTISEPTIQUES ET LES DESINFECTANTS LES ANTISEPTIQUES ET LES DESINFECTANTS OBJECTIFS SPECIFIQUES DEFINIR UN ANTISEPTIQUE, UN DESINFECTANT EN SE REFERANT AU COURS ; IDENTIFIER LES PRINCIPAUX ANTISEPTIQUES UTILISES DANS LES TECH- NIQUES DE

Plus en détail

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques.

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques. OLYMPIADES DE LA CHIMIE 005 EPREUVE PRATIQUE DES ELIMINATOIRES REGIONALES POITOU-CHARENTES le février 005 Traitement de déchets minéraux "D'après la préparation aux olympiades de l'académie de Nancy-Metz

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE Mise en application 15/12/2008 Administration compétente Service responsable Destinataires

Plus en détail

www.shieldscientific.com

www.shieldscientific.com Industries ultra propres Protection du produit, des processus et du personnel SHIELD Scientific BV Galvanistraat 1 6716 AE EDE The Netherlands Phone: + 31 (0) 318 754 141 Fax: + 31 (0)318 503 742 E-mail:

Plus en détail

Chapitre 2. Les mutations, source de variabilité génétique

Chapitre 2. Les mutations, source de variabilité génétique Chapitre 2 Les mutations, source de variabilité génétique Les allèles sont dus à des modifications delaséquencedesgènes:lesmutations. Quelle est l origine de ces mutations? I. Les mutations sont des modifications

Plus en détail

De quelle maladie souffre chaque patient?

De quelle maladie souffre chaque patient? De quelle maladie souffre chaque patient? FT1 : identifier des pathologies à partir d antibiogrammes VERSION ELEVES ( Tâche réalisée à partir d informations trouvées sur le site www.e-bug.eu) Contexte

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues Introduction Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées 1. La vaccination donne la grippe!? 2. La grippe, c est juste un gros rhume! 3. La vaccination contre la grippe est contreindiquée chez

Plus en détail

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers 1 Buts Etre capable de reconnaître les dangers indiqués sur une étiquette de produits dangereux. Connaître les pictogrammes du

Plus en détail

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE 4 semaines - Acteurs du système immunitaire Photo lymphocytes au contact cellule cancéreuse http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2005/images/ltc.jpg

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

Fiche C.6 - Stratégie et modalités d organisation de la vaccination contre une grippe à virus pandémique

Fiche C.6 - Stratégie et modalités d organisation de la vaccination contre une grippe à virus pandémique Fiche C.6 - Stratégie et modalités d organisation de la vaccination contre une grippe à virus La stratégie vaccinale et les modalités d organisation de sa déclinaison territoriale sont en cours de précision

Plus en détail

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé De la goutte au poudre de la suspension aux granules Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé Transformez vos suspensions et pâtes sortie d air Ce sont les techniques de séchage

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel L eau de Javel Le produit idéal pour les piscines privées Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel REMARQUE PRÉLIMINAIRE NOUS ATTIRONS L ATTENTION DE L UTILISATEUR SUR LE FAIT QUE CE DOSSIER CONCERNE

Plus en détail

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes,

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, Ecurie du 1/02/12 1: AE A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, des cellules animales, végétales ou leurs constituants à des fins industrielles (agro

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Comment fabriquer une colle à partir du lait?

Comment fabriquer une colle à partir du lait? BTS Mil agroressources septembre 2010 TP N 1 CHIMIE Comment fabriquer une colle à partir du lait? Pour faire coaguler le lait, il y a 3 principales méthodes : - par action enzymatique (ex : de la pressure

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Les essentiels Zolux. " l équilibre Tests et analyses"

Les essentiels Zolux.  l équilibre Tests et analyses Les essentiels Zolux " l équilibre Tests et analyses" SOMMAIRE Introduction L aquarium, un processus biologique d autorégulation naturelle: Un aquarium est un milieu vivant, équilibré, stable et quasiment

Plus en détail

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments.

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments. Origine et devenir des nutriments (corrigé du prof) 5 ème Acquis : - 6 ème : végétaux et animaux servent à produire des aliments constitués de lipides, glucides et protéines. Mise en évidence de l amidon

Plus en détail

CLASSEMENT DES MEDICAMENTS

CLASSEMENT DES MEDICAMENTS CLASSEMENT DES MEDICAMENTS Médicaments = P.A. + excipient Classement en fonction : de leur P.A. Le P.A. est-il d origine naturelle ou scientifique? Il existe des P.A. qui peuvent induire des réactions.

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE Les médicaments de Micro-Immunothérapie Labo Life sont notifiés en tant que médicaments homéopathiques auprès de différentes instances

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Equip WNV - émulsion injectable pour chevaux 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque dose de 1 ml contient:

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES - LES TECHNIQUES DE FRACTIONNEMENT TISSULAIRE ET CELLULAIRE - LA CYTOMETRIE EN FLUX - LES CULTURES CELLULAIRES Professeur Jean CAMBAR Laboratoire de Biologie

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION:

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: 7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: Le RD 3484/2000 établit les normes d hygiène relatives à l élaboration, la distribution et la commercialisation des produits alimentaires finis, «pour le nettoyage des installations,

Plus en détail

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments Les bactéries Apparues il y a 3,5 milliards d années, les bactéries sont les organismes vivants les plus diversifiés et les plus répandus sur Terre. Appartenant au monde des microbes, elles mesurent en

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

ANNEXE à la décision n 2015-03-076 du 11 mars 2015 relative aux bonnes pratiques de fabrication des médicaments vétérinaires TABLE DES MATIERES

ANNEXE à la décision n 2015-03-076 du 11 mars 2015 relative aux bonnes pratiques de fabrication des médicaments vétérinaires TABLE DES MATIERES ANNEXE à la décision n 2015-03-076 du 11 mars 2015 relative aux bonnes pratiques de fabrication des médicaments vétérinaires TABLE DES MATIERES Partie A PREAMBULE... 4 GLOSSAIRE... 7 CHAPITRE 1 : SYSTEME

Plus en détail

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles «Programmes de vaccination gratuite en 4 e année du primaire» Contre l hépatite B pour les garçons et les filles (incluant une protection contre l hépatite A ) Contre le virus du papillome humain (VPH)

Plus en détail

Assurance de qualité dans l officine

Assurance de qualité dans l officine Assurance de qualité dans l officine Nous aborderons ici les points essentiels de l assurance de la qualité qui concernent la fabrication d une préparation magistrale depuis la réception des matières premières

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Décret n o 2010-736 du 30 juin 2010 relatif aux micro-organismes et toxines NOR : SASP1005190D Le Premier ministre, Sur

Plus en détail

physiologie Ludovic FAESSEL (K+S France), Jean-François MOROT-GAUDRY (INRA)

physiologie Ludovic FAESSEL (K+S France), Jean-François MOROT-GAUDRY (INRA) Avec la participation i de l Les stimulateurs de la nutrition et autres produits émergeants, à la lumière de la physiologie Ludovic FAESSEL (K+S France), Jean-François MOROT-GAUDRY (INRA) Plan Introduction

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail