Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12"

Transcription

1 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12

2 Sommaire 1. Définition Classification des vaccins Vaccins bactériens Les anatoxines bactériennes Vaccins viraux préparation des vaccins Obtention du principe actif Vaccins atténués Vaccins inactivés Anatoxines bactériennes Obtention du vaccin prêt à l emploi Vaccins en suspension Vaccins lyophilisés Conditions particulières à respecter Stérilité des matières premières Matériel et locaux Contrôle des vaccins Stérilité Innocuité Pouvoir immunisant Conservation et étiquetage Conservation Etiquetage Page 2 sur 12

3 1. Définition Les vaccins pour usage humain sont des préparations contenant des substances antigéniques ayant la propriété de créer chez l homme une immunité active et spécifiquement contre l agent infectant ou la toxine ou l antigène élaboré par celui-ci cette activité doit être démontrée chez l homme. Les vaccins peuvent être constitués par : Les agents pathogènes eux-mêmes, inactivés (tués)! Des organismes vivants soumis, s il y a lieu, à des traitements appropriés afin d atténuer leur virulence sans altérer leur pouvoir antigénique (dans ce cas, on ne fait pas de rappel régulier, ex : vaccin de la poliomyélite). Des fractions antigéniques ou des substances élaborées par les mêmes agents rendues inoffensives, mais conservant leur propriété antigénique. 2. Classification des vaccins : 2.1. Vaccins bactériens : Obtenus à partir de cultures de souches appropriées cultivées sur des milieux liquides ou solides et contiennent des bactéries inactivées, des bactéries vivantes ou leurs composants antigéniques. Ces vaccins peuvent être soit sous forme de suspensions d opacité variable dans des liquides incolores ou sensiblement incolores, soit sous forme cryodesséchée (à reconstituer au moment de l emploi). La culture bactérienne entière, les microorganismes ou les fractions de ceux-ci peuvent être utilisés dans la préparation des vaccins Les anatoxines bactériennes : Elles sont préparées à partir des toxines par réduction de la toxicité à un niveau non décelable ou par neutralisation complète de cette toxicité au moyen de méthodes physiques ou chimiques mais sans altérer leur pouvoir immunisant! La méthode est choisie de façon à transformer de manière irréversible la toxine en anatoxine. Page 3 sur 12

4 Les anatoxines peuvent être liquides (suspensions) ou cryodesséchées. Elles peuvent être purifiées et adsorbées, c.à.d. des suspensions de particules blanches ou grises, dispersées dans des liquides incolores ou jaunes pale Vaccins viraux : Ils sont préparés d après la méthode du lot de semence à partir de virus cultivés soit sur des animaux ou sur des embryons aviaires 1, soit sur cultures cellulaires ou sur tissus vivants appropriés. Ils sont constitués par des suspensions de virus vivants ou inactivés ou par des fractions de virus. Ces vaccins peuvent être d opacité variable selon le type de préparation, et peuvent être colorés s il y a un indicateur de ph, tel que le rouge de phénol utilisé dans des milieux de cultures. (Figure p 27) 3. Préparation des vaccins : La substance active doit avoir des microorganismes dans sa totalité (bactéries ou virus) pour l atténuer ou l inactiver (figure p 28). Terminologie : Système de lot de semence : Dans un système de lot de semence, les lots successifs d un produit sont dérivés du même lot de semence primaire. Un lot de semence de travail est préparé à partir du lot de semence primaire en vue de la production de routine. Lot de semence primaire : La culture d un microorganisme est répartie, à partir d un vrac unique, en récipients traités ensemble en une seule opération et de manière à assurer l uniformité et la stabilité et à prévenir la contamination. Embryon aviaire 1 : œuf dans lequel un embryon commence à se développer Page 4 sur 12

5 Conservation : Sous forme liquide à T < ou = -70 C Sous forme cryodesséchée à T reconnue pour assurer sa stabilité (les bactéries ou virus restent vivants mais ne peuvent plus muter). Lot de semence de travail : C est la culture d un microorganisme dérivé du lot de semence primaire et qui est destinée à être utilisée dans la production. Les lots de semence de travail sont répartis et conservés de la même manière que celle décrite pour les lots de semence primaire. On doit toujours garantir l uniformité et la stabilité! Système de banques de cellules : Les lots successifs d un produit sont fabriqués par culture dans des cellules dérivées de la même banque de cellules primaires. Un certain nombre de récipients de la banque de cellules primaires est utilisé pour préparer une banque de cellules de travail. Culture de cellules primaires : Il s agit de la culture de cellules obtenues par trypsination 2 d un organe ou tissu approprié. Les cellules sont essentiellement identiques à celles du tissu animal d origine et sont à un stade de production < à 5 passages in vitro. Lignées cellulaires : Il s agit de la culture de cellules ayant une capacité élevée de multiplication in vitro. Dans les lignées de cellules diploïdes, les cellules ont essentiellement les mêmes caractéristiques que les cellules du tissu animal d origine. Dans les lignées cellulaires continues, les cellules peuvent se multiplier en culture de façon illimitée. Trypsination 2 : addition de la trypsine (enzyme protéolytique) aux cellules cultivées in vitro pour les décoller du support de culture et les séparer les unes des autres (étape très importante car les cellules adhérentes prolifèrent jusqu à former un tapis unicellulaire confluent où leur multiplication s arrête!) Page 5 sur 12

6 Récolte unique : Le produit dérive, en une ou plusieurs occasions, d une seule culture cellulaire de production inoculée avec le même lot de semence de travail ou avec une suspension dérivée de ce lot, mise en incubation et récoltée en une seule opération de production. Mélange de récoltes monovalent : C est un mélange de récoltes contenant une seule souche ou type de microorganisme ou d antigène, cette souche est dérivée d œufs, de récipients de cultures cellulaires traités en même temps. Vrac final : C est le produit qui a subi toutes les étapes de fabrication à l exclusion du conditionnement final. Il est constitué par un ou plusieurs mélanges de récoltes monovalents, provenant de cultures d une ou de plusieurs espèces ou types de microorganismes, après éventuellement clarification, dilution ou addition d adjuvants ou d autres substances auxiliaires ou autres opérations. Il est traité de façon à assurer son homogénéité et il est utilisé pour le remplissage de récipients d un ou de plusieurs lots finals. Lot final : C est l ensemble de récipients définitifs fermés ou d autres unités posologiques (comme les gouttes), dont on peut s attendre qu il soit homogène notamment vis-à-vis du risque de contamination pendant le remplissage ou la préparation du produit fini. Atténuation : On a recours à un germe sauvage modifié de façon à aboutir à une mutation irréversible du stade virulent au stade atténué. Cette modification peut être obtenue en ayant recours à : **des agents physiques (chaleur : 56 C à 70 C à une durée bien déterminée) ou rayonnements UV selon la nature du microorganisme pour juste l inactiver. NB : les rayonnements UV servent pour maintenir un état de stérilité. Page 6 sur 12

7 **des passages multiples (cas des virus) sur un hôte non préférentiel (animal, œuf embryonné) ou, quand ceci est possible, sur culture cellulaire. NB : possibilité de sélection des mutants se développant à T différente de celle requise par le germe sauvage = mutants dits «froids» ou «chauds» qui ne provoquent pas de lésions dans l organisme à T physiologique (à 37 C où ils perdent toute leur virulence). Les mutants froids : Ce sont les plus utilisés. Il est possible de recourir à un germe différent du germe sauvage contre lequel il y a lieu de se protéger, à condition que le microorganisme choisi possède des caractères antigéniques communs avec le germe sauvage de façon à obtenir une immunité croisée Obtention du principe actif : Vaccins atténués : C est une suspension virale ou bactérienne dont les éléments gardent leur faculté de se multiplier dans l organisme receveur, mais ayant perdu définitivement la capacité de faire apparaître la maladie dont était responsable le germe original Vaccins inactivés : C est une suspension virale ou bactérienne ayant perdu définitivement toute faculté de se multiplier dans l organisme, donc tout pouvoir pathogène et épidémiogène, mais garde intactes ses facultés immunogènes. Culture : Cas des bactéries : milieu de culture adapté à chaque souche, utilisation de bioréacteurs (contrôle de la T, de l apport en O 2 et de l agitation). Cas des virus : nécessité d un support vivant pour leur développement (animal, œuf embryonné, lignées cellulaires non cancéreuses). Inactivation : par procédure physique et chimique : Procédure physique : chaleur, ultrasons, rayons UV. Page 7 sur 12

8 Procédure chimique : formol, phénol, éther, chloroforme, β-propionolactone. NB : il est possible de combiner l action des 2 agents pour compléter l inactivation Anatoxines bactériennes : Elles sont préparées à partir de toxines par réduction de leur toxicité à un niveau très bas ou par neutralisation complète de celles-ci par méthodes physiques ou chimiques sans détruire leur pouvoir immunisant. Les anatoxines sont présentées sous forme de suspensions Obtention du vaccin prêt à l emploi : Vaccins en suspension : L agent vaccinal est mis en suspension dans un soluté isotonique de NaCl en présence de substances auxiliaires et additifs qui vont jouer différents rôles : Agents de conservation : (phénol, crésol) - utilisés dans le cas de vaccins stériles et inactivés ou des vaccins délivrés sous forme multi doses. Anti oxydants : (vitamine C, α-tocophérol) - puisque les vaccins ont une nature protéique, ils peuvent être alors le siège d oxydation en présence de traces d ions métalliques. Tensio-actifs : non ioniques (polysorbates) - ils ont un pouvoir dispersant pour éviter l agglomération particulaire. Ils sont bien tolérés. Adjuvants : (phosphate d aluminium hydraté, hydroxyde de calcium, phosphate de calcium) permettent de prolonger la durée de libération de l agent vaccinal et d augmenter le pouvoir immunogène de celui-ci. C est un support d adsorption à l agent vaccinal (c.à.d. quand on injecte le vaccin par voie intradermique, l adjuvant va constituer une sorte de dépôt depuis lequel le vaccin se diffuse petit à petit). NB : certains adjuvants ont la capacité d activer directement les cellules de l immunité production d anticorps. On distingue alors 2 types d adjuvants : les simples véhicules et les immunostimulants. Le mécanisme d action des adjuvants se résume en 3 étapes : *formation d un dépôt au niveau du site d injection. Page 8 sur 12

9 *stimulation des cellules immunoréactives par l activation du complément. *activation des macrophages et assimilation de l antigène absorbé par les cellules immunitaires. Régulateurs du ph : ce sont des acides ou des bases pour ajuster le ph tel que 6 < ph < 8 pour la stabilité et l activité du vaccin. Ces régulateurs stabilisent le vaccin et l agent adjuvant car il peut y avoir une dégradation physique ou chimique ou même une hydrolyse des molécules biologiques. On évite les tampons! On doit tout d abord ajuster le ph d activité, puis le ph de stabilité de la substance active et enfin le ph physiologique car les tampons de l organisme vont tout réguler après l administration du vaccin. NB : la force ionique peut modifier la stabilité des vaccins : à une faible valeur de la force ionique, on assiste à l augmentation de solubilité des biomolécules. Les vaccins vivants atténués peuvent être lysés avec des valeurs de force ionique non valables on ajoute le NaCl pour avoir une force ionique adaptée à la stabilité du vaccin Vaccins lyophilisés : La lyophilisation est un moyen de stabilisation du vaccin (pour les vaccins vivants). Le produit à lyophiliser est une suspension de microorganismes (bactéries ou virus) + un substrat de lyophilisation (sucres, sels de polymères, produits biologiques complexes qui sont des agents stabilisants pour éviter le choc osmotique au niveau du microorganisme) Conditions particulières à respecter : Stérilité des matières premières : Concernant l œuf embryonné de poule, l élevage est sélectionné en excellente santé sanitaire. Les produits d origine biologique subissent une filtration stérilisante sur filtres cartouches ou sur filtres écrans 3 (porosité = 0.22μm), précédée d une pré-filtration sur une membrane de 0.45μm. Filtre écran 3 = filtre membrane Page 9 sur 12

10 Matériel et locaux : Matériel : stérilisation par autoclavage ou par chaleur sèche. Locaux : travail dans des conditions d asepsie : salles blanches (ZAC de classe A) et hottes à flux d air laminaire (traitement spécial de l air). Personnel (main d œuvre) : hautement qualifié, formé dans le domaine de fabrication des vaccins et très consciencieux. Méthodes : doivent être validées à l avance (méthode des 5M 4 ). 4. Contrôle des vaccins : 4.1. Stérilité : Pour les vaccins tués et anatoxines : ils doivent être stériles (essais de la pharmacopée pour les germes aérobies et anaérobies). Pour les vaccins vivants : on s assure de l absence de germes étrangers, et s il y en a, ils doivent être inoffensifs et en nombre limité Innocuité 5 : *Toxicité spécifique par des tests sur des cobayes : à doses élevées de vaccin absence des signes de la maladie contre laquelle le vaccin est appelé à lutter. *Toxicité anormale : injection d une dose humaine par voie intra péritonéale à des souris ou des cobayes absence de symptômes dans les 7 jours qui suivent l injection. On ne fait jamais d essais sur l homme. Méthode des «5M 4» : matières premières, main d œuvre, matériel, méthode, milieu Innocuité 5 : caractère de ce qui n est pas toxique Page 10 sur 12

11 4.3. Pouvoir immunisant : Pour les vaccins vivants : vérifier le nombre de germes par numération de culture après dilution. Pour les vaccins tués : *numération directe soit par culture avant de tuer les germes, soit comme une numération globulaire. *numération empirique : par pesée après ultracentrifugation ou par opacimétrie 6 en comparant à une suspension étalon (=témoin). Pour les anatoxines : par la méthode de Ramon (méthode de floculation initiale basée sur la précipitation du complexe anticorps spécifique - anatoxine). 5. Conservation et étiquetage : 5.1. Conservation : A l abri de la lumière à 2 C < T < 8 C (dans le réfrigérateur) sauf indication contraire de la monographie. Les vaccins liquides et adsorbés ne doivent pas être congelés. Pour les substances lyophilisées, l administration du vaccin ne doit pas dépasser les 5 heures après reconstitution Etiquetage : L étiquette de chaque récipient de vaccin et de chaque emballage indique : Nom de la préparation N du lot final ou autre référence Dose humaine recommandée et voie d administration Conditions de conservation Date de péremption Opacimétrie 6 : mesure de l opacité d une substance Page 11 sur 12

12 De plus, Nom et quantité de tout agent microbien ou toute autre substance ajoutés au vaccin (car ce sont des excipients à effet notoire) Mention des substances susceptibles de provoquer des réactions secondaires ou des contre-indications par l utilisation du vaccin. Pour les vaccins cryodesséchés, on ajoute : Nom / composition et quantité du liquide à ajouter Mention «à utiliser immédiatement après reconstitution» Nom et adresse du fabricant NB : nouveautés dans le domaine des vaccins : des formes nouvelles telles que les nanoparticules, les liposomes, le spray (par voie nasale : vaccin antigrippal mais non commercialisé en Tunisie). Page 12 sur 12

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes De très nombreux microorganismes existent dans notre environnement. Certains sont inoffensifs, d'autres sont pathogènes, ils peuvent entraîner

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Semaine : n 13 (du 30/11/15 au 04/12/15) Date : 03/12/2015 Heure : de 9h à 10h Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 29 Correcteur

Plus en détail

Les préparations ophtalmiques

Les préparations ophtalmiques Les préparations ophtalmiques Pharmacie galénique Objectifs Définir les. Connaître les critères de qualité de ces préparations. Distinguer entre les différentes formes de ces préparations, leurs spécificités

Plus en détail

PRINCIPES DE PRODUCTION DES VACCINS VÉTÉRINAIRES

PRINCIPES DE PRODUCTION DES VACCINS VÉTÉRINAIRES CHAPITRE 1.1.8. PRINCIPES DE PRODUCTION DES VACCINS VÉTÉRINAIRES RÉSUMÉ La mise sur le marché de vaccins vétérinaires purs, efficaces et ayant une bonne innocuité est essentielle pour maintenir un bon

Plus en détail

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise 10.6.3 : vaccin contre l encéphalite japonaise Composition Un vaccin inactivé contre l encéphalite japonaise est distribué au Canada : Ixiaro (Novartis). Il s agit d un vaccin préparé à partir du virus

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

Liquides externes. Liquides externes. Liquides externes Collyres Injectables. Collyres Injectables

Liquides externes. Liquides externes. Liquides externes Collyres Injectables. Collyres Injectables Préparations des médicaments Cours de 2ème en petites Année quantités de Master en Pharmacie, Préparation collyres, injectables des médicaments en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies Page 1 Référentiel de compétences 2 2 Passerelles avec les autres CQP 6 3 Indications sur le référentiel de formation 7 4 - Mise en relation des

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Nobilis OR inac, émulsion injectable pour poulets. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Pour une dose de

Plus en détail

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques MAS DE PHARMACIE HOSPITALIERE PREPARATION DES MEDICAMENTS PARENTERAUX A L HOPITAL Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques F. Sadeghipour : 10 avril 2014 1 2 Constat Les pharmacies

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

Science qui étudie les propriétés des médicaments.

Science qui étudie les propriétés des médicaments. Bloc 3 Pharmacologie Science qui étudie les propriétés des médicaments. Pharmacothérapie: Partie de la médecine qui a pour objet le traitement des maladies avec les médicaments. Se base sur la pharmacodynamie:

Plus en détail

TUTORAT UE MAPS 2014-2015 Médicaments et autres produits de santé COLLE Semaine du 27/04/2015

TUTORAT UE MAPS 2014-2015 Médicaments et autres produits de santé COLLE Semaine du 27/04/2015 TUTORAT UE MAPS 2014-2015 Médicaments et autres produits de santé COLLE Semaine du 27/04/2015 Colle préparée par la team UE6 + MAPS QCM n 1 : Concernant les caractéristiques de la voie orale : Choisir

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE, suspension injectable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Par dose (0,5 ml) Substances actives: Salmonella

Plus en détail

Tableau comparatif des IgIV

Tableau comparatif des IgIV I. Information sur la formulation Tableau comparatif des IgIV Formulation Lyophilisée Liquide Liquide Liquide Concentration Dispositif d administration fourni? Contenu en IgA 5 % ou 10 % après 9-11 % 9,0-11,0

Plus en détail

La parvovirose canine

La parvovirose canine Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez

Plus en détail

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Dominique Blanc Division autonome de médecine préventive hospitalière Centre Hospitalier Universitaire Vaudois CHUV/DAMPH/Cours/DB/Ctrl_bac_productions_pharm.ppt

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION ADMINISTRATION Autorités administratives indépendantes et établissements sous tutelle Décision du 25 février 2014 relative aux bonnes pratiques de fabrication et modifiant la décision du 4 décembre 2013

Plus en détail

MENTIONS LEGALES COMMUNES COMPLETES. LACTEOL 340 mg, gélule LACTEOL 340 mg, poudre pour suspension buvable en sachet-dose

MENTIONS LEGALES COMMUNES COMPLETES. LACTEOL 340 mg, gélule LACTEOL 340 mg, poudre pour suspension buvable en sachet-dose LACTEOL 340 mg, gélule LACTEOL 340 mg, poudre pour suspension buvable en sachet-dose DENOMINATION LACTEOL 340 mg, gélule LACTEOL 340 mg, poudre pour suspension buvable en sachet-dose FORME PHARMACEUTIQUE

Plus en détail

1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236

1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236 Verdict Chapitre 8 1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236 1. Quelle est la différence entre une biotechnologie et une technologie? Une biotechnologie est une technique appliquée à des êtres vivants

Plus en détail

Utilisation des cultures cellulaires pour évaluer la cytotoxicité et l activité antitumorale de molécules ou d extraits

Utilisation des cultures cellulaires pour évaluer la cytotoxicité et l activité antitumorale de molécules ou d extraits Utilisation des cultures cellulaires pour évaluer la cytotoxicité et l activité antitumorale de molécules ou d extraits 08 Juillet 2011 Ingrid Fruitier-Arnaudin ifruitie@univ-lr.fr Par des tests de biologie

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Introduction. Biologie cellulaire: cycle cellulaire, synthèse protéique Biologie moléculaire: expression des gènes, régulation

Introduction. Biologie cellulaire: cycle cellulaire, synthèse protéique Biologie moléculaire: expression des gènes, régulation LA CULTURE CELLULAIRE Introduction Technique indispensable Progrès énormes depuis 50 ans Recherche Biologie cellulaire: cycle cellulaire, synthèse protéique Biologie moléculaire: expression des gènes,

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

Choix des produits désinfectants en milieu de soins

Choix des produits désinfectants en milieu de soins Choix des produits désinfectants en milieu de soins Réunion des réseaux ARLIN Midi-Pyrénées Toulouse, 8 décembre 2015 Xavier Verdeil Equipe Opréationnelle en Hygiène CHU Toulouse Purpan 1 Les produits

Plus en détail

La cellule. Partie de la cellule ADN. Membrane nucléaire. Noyau. Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire. Définition de la cellule :

La cellule. Partie de la cellule ADN. Membrane nucléaire. Noyau. Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire. Définition de la cellule : La cellule Définition de la cellule : Partie de la cellule Rôle ADN Membrane nucléaire Noyau Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire 54 Les différents niveaux d organisation du corps humain

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

ANTITHROMBINE III HUMAINE (CONCENTRÉ D ) Antithrombinum III humanum densatum

ANTITHROMBINE III HUMAINE (CONCENTRÉ D ) Antithrombinum III humanum densatum NOTERELATIVEÀLAMONOGRAPHIE Cettemonographieaétécorrigéepourréintroduire et décrire in extenso la méthode de titrage de l héparine qui, jusqu au Supplément 8.3 de la Ph. Eur., figurait dans le chapitre

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8318

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8318 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8318 Standards de qualité particuliers pour les cellules humaines pour lesquelles aucun autre standard de qualité particulier n existe et qui sont destinées

Plus en détail

Note de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail

Note de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le Note de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Relative au «Virus Influenza pandémique A (H1N1) 2009 : évaluation du risque sanitaire

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

La validation de barème des produits appertisés

La validation de barème des produits appertisés La validation de barème des produits appertisés Animée par Fabien AUPY Expert PCAM ( du CTCPA Centre Technique de la Conservation des Produits agricoles) UTICA, le 12 novembre 2013 Programme financé par

Plus en détail

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé TS-Thème 6 : immunologie N. Pidancier 2010-2011 Correction des exercices d'immunologie 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé ''la souris

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE ProteqFlu suspension injectable pour chevaux 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Une dose de 1 ml contient

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981

NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981 CODEX STAN 41-1981 Page 1 de 5 1. CHAMP D'APPLICATION NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981 La présente norme s'applique aux petits pois surgelés de l'espèce Pisum sativum L. tels

Plus en détail

Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques

Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques Les laboratoires de biotechnologie au service des produits cosmétiques Calculatrice interdite. Vous êtes en stage en industrie cosmétique, pour découvrir quelques aspects du métier de technicien de laboratoire.

Plus en détail

La désinfection mémoire du temps qui passe. Hervé NEY, SSSH Section Romande, le 10/03/2009 à Martigny

La désinfection mémoire du temps qui passe. Hervé NEY, SSSH Section Romande, le 10/03/2009 à Martigny La désinfection mémoire du temps qui passe Hervé NEY, SSSH Section Romande, le 10/03/2009 à Martigny 1 Points abordés 1. Retour dans le passé 2. Quelques définitions 3. Les agents antimicrobiens sf AB

Plus en détail

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11. Annex 30, page 1 Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.04 Titre - C40B Chimie combinatoire, bibliothèques, p.ex. chimiothèques

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2. LES VITAMINES Unité 2 - volet 4 ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.4) Différencier les vitamines lipo-solubles et les vitamines hydro-solubres et expliquer comment leur solubrité affecte leur absorption,

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule Les évolutions des biotechnologies dans les domaines de l environnement, de la santé, de

Plus en détail

Contrôles des traitements thermiques du lait

Contrôles des traitements thermiques du lait T BTK AT de biotechnologies Contrôles des traitements thermiques du lait L objectif de la séance est de réaliser une pasteurisation du lait avec différents protocoles de chauffage. Au cours du chauffage

Plus en détail

B i o l o gist e OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER. 4 Peser les quantités d excréments. 1 Animal et matériel. 5 Cahier d observation

B i o l o gist e OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER. 4 Peser les quantités d excréments. 1 Animal et matériel. 5 Cahier d observation Expérimenter OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER B i o l o gist e Tu peux faire des observations sur ton animal en relation avec ce que tu apprends en classe. Pour connaître le devenir des aliments consommés

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR DUKORAL, suspension et granules effervescents pour suspension buvable. Vaccin contre le choléra (inactivé, buvable) Veuillez lire attentivement l intégralité de cette

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives La chloration de l eau potable Solutions alternatives Inconvenients de la chloration Goût et odeur Addition d une substance chimique Formation des sous-produits Pas efficace contre les protozoaires Applications

Plus en détail

RENOVATION TOITURES DOSSIER TECHNIQUE

RENOVATION TOITURES DOSSIER TECHNIQUE TECHNICLEAN TOITURES TECHNICIDE + TECHNICIDE + CONCENTRÉ TECH-COLOR NANO TECHNIROC AQUA DUO TECHNIROC AQUA 2 TABLE DES MATIERES 1 RE ÉTAPE NETTOYAGE (DÉMOUSSAGE) DE LA TOITURE A. Nettoyage mécanique B.

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2004 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

Décret n 2008-1007 en date du 18 août 2008 portant réglementation de la gestion des déchets biomédicaux

Décret n 2008-1007 en date du 18 août 2008 portant réglementation de la gestion des déchets biomédicaux 18-8-2008 - Décret n 2008-1007 portant réglementation de la gestion des déchets biomédicaux 1 Ministère de la Santé et de la Prévention Décret n 2008-1007 en date du 18 août 2008 portant réglementation

Plus en détail

Mesure de l activité enzymatique

Mesure de l activité enzymatique Mesure de l activité enzymatique - dans cette section, nous traiterons des aspects plus pratiques de la mesure de l activité d une enzyme A. Principes de base - l activité enzymatique est influencée à

Plus en détail

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS 1 CAC/GL 4-1989 DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS CAC/GL 4-1989 1. OBJET Fournir des orientations pour une utilisation appropriée et

Plus en détail

Magnus copyright Produits Chimiques Magnus Ltée/ MagChem Inc. LES FLUIDES ANTIGEL. Magnus copyright Produits chimiques Magnus Ltée

Magnus copyright Produits Chimiques Magnus Ltée/ MagChem Inc. LES FLUIDES ANTIGEL. Magnus copyright Produits chimiques Magnus Ltée LES FLUIDES ANTIGEL Fluides antigel Objectifs : Protéger contre le gel et les bris de la tuyauterie Protéger l efficacité thermique des systèmes Protéger contre la corrosion Permettre un environnement

Plus en détail

Enfants: La dose recommendée de phosphates pour des nourrissons et des jeunes enfants, est comprise entre 1,0 1,5 mmol/kg/jour.

Enfants: La dose recommendée de phosphates pour des nourrissons et des jeunes enfants, est comprise entre 1,0 1,5 mmol/kg/jour. 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Glycophos, concentré pour solution pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 1 ml de Glycophos contient : Glycérophosphate de sodium 5.H 2O 306,1 mg (ce qui

Plus en détail

Flacons Stériles PharmaTainer

Flacons Stériles PharmaTainer Flacons Stériles PharmaTainer La gamme de flacons stériles PharmaTainer a été développée pour répondre aux nouvelles exigences de l Industrie Pharmaceutique et des sociétés de Biotechnologie en terme de

Plus en détail

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux Les solvants UE 11:Pharmacotechnie et pharmacie galénique Semaine : n 10 (du 09/11/15 au 13/11/15) Date : 13/11/2015 Heure : de 8h00 à 9h00 Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 75 Correcteur : n 74 PLAN DU

Plus en détail

Les protéines fibreuses:

Les protéines fibreuses: D- Hiérarchie dans la conformation des protéines Les protéines fibreuses: Le collagène: Le derme de la peau est formé d'un dense treillis de fibres de collagène La kératine : Les ongles, la couche cornée

Plus en détail

Immunologie et Vaccinations en Médecine Vétérinaire & Proposition de la Naturopathie en Santé Animale

Immunologie et Vaccinations en Médecine Vétérinaire & Proposition de la Naturopathie en Santé Animale Immunologie et Vaccinations en Médecine Vétérinaire & Proposition de la Naturopathie en Santé Animale Le texte proposé ci-dessous fait partie intégrante de la formation reçue par les futurs docteurs en

Plus en détail

RGD du 22 juin 1977 (Mém. n 40 du 20 juillet 1977, p.1269)

RGD du 22 juin 1977 (Mém. n 40 du 20 juillet 1977, p.1269) Règlement grand-ducal du 22 juin 1977 concernant les produits d'oeufs. - base juridique: L du 25 septembre 1953 (Mém. A - 62 du 10 octobre 1953, p. 1259) - reprend: 1968R1619 du 01 janvier 1500 1996R95

Plus en détail

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait Exploitation d informations scientifiques et présentation d un travail de synthèse Durée : 1,5 h (préparation 1 h et soutenance orale 30 minutes) 1 Etude de la fabrication du Saint-Nectaire Les différentes

Plus en détail

Eau du réseau. Différents d usages de l eau : Consommation Bains, douches Rinçage d équipement médical Lavage des mains du personnel

Eau du réseau. Différents d usages de l eau : Consommation Bains, douches Rinçage d équipement médical Lavage des mains du personnel Le 16 novembre 2007 (Société PALL SYSTEM ) Le réseau d eau, source d infections nosocomiales Eau du réseau Facteurs de dégradation de la qualité microbiologique Germes pathogènes détachés et entraînés

Plus en détail

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B 10.4.3 : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B Composition Un vaccin inactivé combiné contre l hépatite A et l hépatite B est distribué au Canada : Twinrix (GlaxoSmithKline). Les antigènes utilisés

Plus en détail

Qu entend-on par biodégradable? 3. De quelle façon la dégradabilité est-elle légalement réglementée? 3

Qu entend-on par biodégradable? 3. De quelle façon la dégradabilité est-elle légalement réglementée? 3 SKW Schweizerischer Kosmetikund Waschmittelverband Association suisse des cosmétiques et des détergents The Swiss Cosmetic and Detergent Association Les produits de lessive sont-ils dégradables? Qu entend-on

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

(adoptée par le Comité des Ministres le 19 janvier 2011, lors de la 1103e réunion des Délégués des Ministres)

(adoptée par le Comité des Ministres le 19 janvier 2011, lors de la 1103e réunion des Délégués des Ministres) Résolution CM/ResAP(2011)1 sur les exigences relatives à l assurance de qualité et d innocuité des médicaments préparés en pharmacie pour les besoins particuliers du patient (adoptée par le Comité des

Plus en détail

IONISATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES

IONISATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES Françoise LENOIR PLP Biotechnologie ACADÉMIE DE LYON 2008 1/4 IONISATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES RAPPEL : La conservation des aliments vise à préserver leur comestibilité et leurs propriétés gustatives

Plus en détail

DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX

DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX L élimination des déchets comprend: DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX En amont: la collecte, le stockage provisoire et le transport En aval: leur valorisation, leur stockage et leur traitement Selon art.7

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè Synthè sès èn chimiè organiquè Une synthèse chimique est un enchaînement de réactions chimiques mis en œuvre pour l obtention d un ou plusieurs produits finaux. Ce processus en chimie va permettre de créer

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Rudolf Kreuz Journée d information oenologique 16 janvier 2015 Lausanne Procédé

Plus en détail

Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux centres d insémination pour chevaux

Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux centres d insémination pour chevaux Département fédéral de l économie DFE Office vétérinaire fédéral OVF Soutien à l application de la législation (SAL) Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

ETUDES. Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice

ETUDES. Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice ETUDES Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice Leïla MEKHTICHE et Jean-Luc MARTIN (CTSCCV) RESUME De nombreuses questions posées au CTSCCV

Plus en détail

Notice technique Le collage des vins

Notice technique Le collage des vins Notice technique Le collage des vins 1 POURQUOI COLLER? Le collage est l opération qui consiste à incorporer un adjuvant au vin (ou au moût). Elle permet de : 1.1 AMÉLIORER LA LIMPIDITÉ La limpidité, c

Plus en détail

Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère.

Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère. 2. Les Aliments Lire p.71 2 définitions: Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère. Nutriments (aliments simples): Substances nutritives contenues dans les

Plus en détail

Solutions tampons de ph (2 ème partie)

Solutions tampons de ph (2 ème partie) Résumé (1 ère partie) Solution tampon de ph = Solution aqueuse constituée d un mélange d un acide faible + sa base conjuguée (ou l inverse) ܝܙ ܛ ܕܚܗ ܕܚܗ ܗܔ ۹ ܘ ۶ ܘ l ajout de petites quantités d acide

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016

10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016 Section 10.5.2 Inf intranasal 10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016 Composition Un vaccin quadrivalent vivant atténué contre la grippe est distribué au Canada : Flumist

Plus en détail

Comparaison avec une spécialité de référence Même composition qualitative et quantitative en principe(s) actif(s) Même forme pharmaceutique

Comparaison avec une spécialité de référence Même composition qualitative et quantitative en principe(s) actif(s) Même forme pharmaceutique Cas des Génériques : Leur Spécificité Philippe Maincent Faculté de Pharmacie, Nancy 1 Définition: Article L5121-1 1 du Code de la Santé Publique Comparaison avec une spécialité de référence Même composition

Plus en détail

ARTICLE 7 : Les laits sont classés, en fonction du nombre de germes totaux, en trois (3) catégories :

ARTICLE 7 : Les laits sont classés, en fonction du nombre de germes totaux, en trois (3) catégories : Arrêté interministériel du 29 Safar 1414 correspondant au 18 août 1993 relatif aux spécifications et à la présentation de certains laits de consommation. ARTICLE 1 : Le présent arrêté a pour objet de définir

Plus en détail

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON LA FILTRATION PAR OSMOSE INVERSE La filtration par osmose inverse est généralement considérée comme la plus efficace des systèmes de filtration disponible. A

Plus en détail

Procédures d assemblage et d installation

Procédures d assemblage et d installation Procédures d assemblage et d installation pour les boîtiers filtres grade pharmaceutique Pall 1. Introduction Il convient de suivre les indications ci-après pour l installation des boîtiers filtres grade

Plus en détail

CHIMIE-RESUME DE LA DEUXIEME PARTIE DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES

CHIMIE-RESUME DE LA DEUXIEME PARTIE DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES CHAPITRE 4 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Rappels [H 3 O + ] = 10 -ph ou ph = - log [H 3 O + ] (Le ph d une solution dépend

Plus en détail

PHAGOCYTOSE PAR MICROSCOPIE

PHAGOCYTOSE PAR MICROSCOPIE PHAGOCYTOSE PAR MICROSCOPIE A FLUORESCENCE CHEZ DICTYOSTELIUM DISCOIDEUM - 1 - 1. Introduction Le but de ce projet est d étudier la phagocytose par microscopie fluorescente chez Dictyostelium discoideum.

Plus en détail

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES I. ISOLEMENT D UNE PROTEINE RESPONSABLE D UNE FONCTION : On s intéresse au fait d isoler la chymotrypsine, enzyme pancréatique sécrétée dans le tube digestif et responsable

Plus en détail

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement GenoLyse VER 1.0 Notice d'utilisation IFU-51610-09 pour usage diagnostique in vitro uniquement 10/2012 GenoLyse Kit d Extraction d ADN Bactérien Veuillez lire attentivement la notice d utilisation dans

Plus en détail