NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements"

Transcription

1 NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements Présentation de la 1 ère étude française quantifiant l importance des transferts hospitaliers dans les maisons de retraite médicalisées et leurs conséquences. NOUVELLES DONNÉES, NOUVEAUX PROFILS, VERS QUELLES PERSPECTIVES? Pr Yves ROLLAND 1

2 Le sujet âgé, la famille et la maison de retraite Le placement en institution spécialisée est souvent perçu comme un échec En 2009, une majorité de Français (52%) dit avoir une mauvaise opinion des maisons de retraite, contre 39% de bonnes opinions. Les raisons sont la charge financière perçue comme excessive, le nombre insuffisant de places disponibles et les soupçons ou constats de maltraitance Quel que soit leur âge, les Français partagent une réticence à l égard d un recours à la mise en institution de leurs aînés, partagés entre malaise et culpabilité (79%) De plus, les personnes âgées ne souhaitent pas aller en maison de retraite (90% des 75 ans et plus) Pourtant, la prise en charge d une personne âgée à domicile n est pas toujours la solution optimale, du moins pas sur le long terme lorsque le soutien à prodiguer devient trop lourd pour les aidants familiaux 2

3 1 But de l étude PLEIAD Meilleure connaissance des résidents entrants en institution et sortants de l institution. Etude réalisée en Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) privés à but lucratif ou non lucratif 3

4 Le sujet âgé, la famille et la maison de retraite Méthode Enquête transversale rétrospective auprès de 300 EHPAD privés de 50 lits ou plus, en France 2 niveaux de description : L institution Les résidents en mouvements : inclusion des 8 derniers mouvements entrants (première admission ou retour d hospitalisation) ou sortants (transfert hospitalier ou sortie définitive hors décès) sur les 3 derniers mois Objectifs Décrire la population des résidents d EHPAD en France Décrire quantitativement et qualitativement les flux d entrées et de sorties 4

5 2 Description des 300 EHPAD participant à l enquête et de leur représentativité 5

6 Une répartition régionale représentative patients ont été documentés par le médecin coordonnateur aidé d un enquêteur indépendant 17% 16% 15% 20% 32% 6

7 Taille des EHPAD étudiés 86 lits en moyenne Taux d occupation de 97% 42% 27% 27% 4% Nb de lits et + Les EHPAD privés étudiés sont représentatifs de la situation nationale (cf : rapport Lancry) 7

8 En 3 ans 57% d augmentation des EHPAD avec Unité Alzheimer En 2010 : 44% des établissements ont une Unité Alzheimer, contre 28% en 2007 (étude REHPA) En 2010 : 15% des EHPAD bénéficient d une infirmière de nuit Les urgences les plus proches se situent en moyenne à 10 km de l EHPAD 8

9 Le médecin coordonnateur est présent 2 jours par semaine en moyenne T (j/sem) 3 2 Moyenne 2 j et + Nb de lits Temps de présence du médecin coordonnateur non influencé par la distance EHPAD-hôpital, par la présence d une Unité Alzheimer ou d une infirmière de nuit 9

10 3 Les résidents en mouvement : 3 questions Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où vont-ils? 10

11 Populations étudiées Nouveaux entrants 1 ère admission depuis un hôpital Sortants vers le domicile ou une autre institution Nouveaux entrants 1 ère admission depuis le domicile Réadmissions depuis l hôpital Sortants adressés vers l hôpital 11

12 Des aînés résidents très âgés 70% 30 % 86,4 ans 83,9 ans 85,7 ans en moyenne (min 53 - max 104) n = 2231 Des caractéristiques comparables aux données existantes (Étude REHPA 2008 ; Rapport ANESM 2009 sur la Bientraitance) 12

13 1 résident sur 4 a été entrant ou sortant dans les 3 derniers mois n = 83 résidents en moyenne Nouveaux entrants 7,3 Réadmissions depuis l hôpital 6,4 Sortants 6,2 Par ailleurs 5 décès Une activité clinique soutenue expliquée par les admissions, réadmissions et sorties 13

14 Hôpital : 70 % des mouvements entrants et sortants ENTRANTS SORTANTS 24% Domicile 23% 1 ères admissions après une hospitalisation 47% Retours d hôpital 15% Retour au domicile 70% Adressés à l hôpital 15% Autre institution 6% Autre institution Pourcentages non influencés par la taille de l EHPAD, la distance par rapport à l hôpital et l organisation (Unité Alzheimer, Infirmière de nuit) 14

15 Une hospitalisation décidée en grande majorité par le médecin de ville et le plus souvent en urgence de jour Quand est prise la décision d hospitalisation? Qui prend la décision d hospitalisation? 65% 32% 22% 23% 13% 12% 10% 3% 7% 6% 4% Programmée En urgence de jour En urgence de nuit nsp Médecin traitant Médecin de garde 75% 72% Médecin Coord. Médecin Pompiers Infirmières du SAMU Autres Une décision prise de jour, par les médecins de l EHPAD 15

16 Pathologies somatiques : 70 % des hospitalisations Motif de l hospitalisation 68% 14% 11% 7% Pathologie somatique Pathologie traumatique Pathologie neuropsychiatrique nr 16

17 Un passage par les urgences dans 60% des cas Adressés vers un seul service : 42% 54% Destination après passage aux urgences : 58% 58% 21% 15% 10% 29% 13% Urgence Gériatrie Chirurgie Autres Gériatrie Chirurgie Autres 6,5% des patients vont directement en gériatrie 17% y sont transférés après un passage par les urgences 90% des patients passés par les urgences sont transférés vers un autre service 17

18 70 % des hospitalisations ont une durée supérieure à la moyenne générale Durée d hospitalisation 21% 25% 25% 21% 8% 1 à 4 jours 5 à 8 jours 9 à 15 jours Plus de 15 jours nr Durée moyenne : 12,9 jours Durée moyenne d hospitalisation tous âges confondus : 5,8 jours* * L activité des établissements de santé en 2008 en hospitalisation complète et partielle. Etude et résultats N 716 février DREES 18

19 4 Poids de la dépendance 19

20 Des aînés dépendants et atteints de maladie d Alzheimer et maladies apparentées (MA) 10% 32% Score GIR 18% 23% 8% 7% 2% Dépendance totale nr Dépendance très lourde 42% Autonomie Dépendance 82% La population étudiée est très dépendante 1 résident sur 2 est atteint de MA (51%) 20

21 Dépendance lourde Comparaison des GIR 1 et 2 en fonction de la présence d une maladie d Alzheimer Nouveaux entrants Réadmissions Sortants-hôpital 55% 66% 70% 43% 30% 38% 45% 15% Domicile Hôpital MA : n = 1005 Non MA : n = La maladie d Alzheimer est constamment accompagnée d une proportion importante de dépendance lourde quel que soit le statut du patient 21

22 Activités de base de la vie quotidienne - Echelle de Katz 80% 60% Nvx entrants domicile Nvx entrants hôpital Réadmissions Sortants-Hôpital MA MA MA MA Non MA Non MA Non MA Non MA 58% 54% 65%66% 59% 70% 78% 80% 75% 60% 54% 43% 47% 47% 40% 33% 28% 35% 31% 26% 34% 20% 10% 19% 10% 18% 0% Repas Locomotion Aller aux toilettes Continence Habillage Hygiène corporelle Toutes les sphères des activités de base sont altérées chez les patients souffrant de MA et cette altération augmente encore avec les hospitalisations 22

23 Troubles du comportement productifs et apathie - items de la NPI 80% Nvx entrants domicile Nvx entrants hôpital Réadmissions Sortants-Hôpital MA MA MA MA Non MA Non MA Non MA Non MA 60% 58% 53% 45% 45% 40% 37% 33% 35% 38% 36% 37% 35% 39% 34% 36% 36% 34% 20% 0% Agitation / Agressivité Irritabilité / Instabilité de l humeur Trouble du sommeil Apathie La MA est caractérisée par la présence importante d une agitation 23

24 5 EHPAD Des fragilités différentes en fonction du parcours 24

25 Des populations de plus en plus fragilisées : PERTE DE POIDS dans les 3 derniers mois Nouveaux entrants Réadmissions Sortants-hôpital 47% 26 % 25% 39 % 30% 35% 15 % 8 % Domicile 8 % Hôpital MA : n = 1005 Non MA : n =

26 Des populations de plus en plus fragilisées : Parfois CONTENUES (lit et/ou fauteuil) Nouveaux entrants Réadmissions Sortants-hôpital 29 % 41 % 13 % 5 % 20 % 11% 18 % 11 % Domicile Hôpital MA : n = 1005 Non MA : n =

27 Des populations de plus en plus fragilisées : CHUTES (dans la dernière semaine) Nouveaux entrants Réadmissions Sortants-hôpital 13 % 15 % 7 % 6 % 18 % 25 % 13 % 14 % Domicile Hôpital MA : n = 1005 Non MA : n =

28 Des populations de plus en plus fragilisées : TRAITEES PAR NEUROLEPTIQUE Nouveaux entrants Réadmissions Sortants-hôpital 34 % 47 % 23 % 24 % 8 % 9 % 15 % 10 % Domicile Hôpital MA : n = 1005 Non MA : n =

29 Psychotropes : une utilisation large Nvx entrants domicile Nvx entrants hôpital Réadmissions Sortants-Hôpital MA MA MA MA Non MA Non MA Non MA Non MA 50% 49% 45% 47% 40% 41% 40% 33% 30% 30% 24% 39% 36% 32% 37% 34% 23% 24% 20% 0% Antidépresseurs Hypnotiques Anxiolytiques Neuroleptiques Antidépresseurs, Hypnotiques, Anxiolytiques : une utilisation large chez tous les résidents Neuroleptiques : une utilisation large chez les patients souffrant de MA 29

30 Consommation de psychotropes Comparaison des patients Alzheimer aux autres résidents Nouveaux entrants Réadmissions Sortants-hôpital 70% 66% 60% 50% 51% 56% 47% 40% 30% 20% 15% 23% 17% 27% 10% 0% Domicile Hôpital Au moins 3 psychotropes De 1 à 2 psychotropes MA MA Non MA Non MA 70 % des résidents reçoivent au moins un psychotrope 16 % des résidents reçoivent 3 psychotropes en moyenne 30

31 MA : Un patient diagnostiqué sur 2 est traité par antidémentiel sous antidémentiels 11% 43% sous antidémentiels et psychotropes 34% sous psychotropes 12% sans antidémentiel ni psychotrope Maladie d Alzheimer : 1 patient sur 2 (54%) est traité par antidémentiel, associé à un ou plusieurs psychotrope(s) dans 80% des cas 31

32 6 Synthèse 32

33 Caractéristiques de tous les résidents de retour d une hospitalisation Nouveaux entrants venant du domicile Résidents de retour d hospitalisation 85,4 Âge (ans) 86,7 46 % Taux de patients MA 44 % 53 % Taux de patients présentant des troubles du comportement perturbateurs 61 % 6,3 Nombre moyen de traitements 7,4 3,1 Nombre moyen de pathologies 3,8 10 % Taux de patients ayant chuté 15 % 15 % Taux de patients traités par neuroleptique 19 % 16 % Taux de patients avec au moins 3 psychotropes 12 % 28 % Taux de patients à dépendance lourde 50 % 13 % Taux de patients présentant des troubles de l alimentation 28 % 9 % Taux de patients contenus 23 % 7 % Taux de patients présentant une anorexie 19 % 11 % Taux de patients présentant une perte de poids 34 % Augmentation d au moins 50 % 33

34 Caractéristiques des patients atteints de MA Résidents sans troubles cognitifs Maladie d Alzheimer 86 Âge (ans) 85,3 7,1 Nombre moyen de traitements 6,6 3,3 Nombre moyen de pathologies 3,7 22 % Taux de patients présentant une perte de poids 28 % 14 % Taux de patients avec au moins 3 psychotropes 19 % 11 % Taux de patients présentant une anorexie 17 % 48 % Taux de patients présentant des troubles du comportement perturbateurs 73 % 17 % Taux de patients présentant des troubles de l alimentation 29 % 12 % Taux de patients contenus 21 % 9 % Taux de patients ayant chuté 16 % 30 % Taux de patients à dépendance lourde 56 % 12 % Taux de patients traités par neuroleptique 28 % Augmentation d au moins 50 % 34

35 Caractéristiques des patients MA réadmis après hospitalisation Nouveaux entrants venant du domicile Résidents MA réadmis après hospitalisation 84,7 Âge (ans) 86,4 23 % Taux de patients traités par neuroleptique 24 % 69 % Taux de patients présentant des troubles du comportement perturbateurs 73 % 15 % Taux de patients avec au moins 3 psychotropes 17 % 3,4 Nombre moyen de pathologies 3,9 6,1 Nombre moyen de traitements 7,1 13 % Taux de patients ayant chuté 18 % 20 % Taux de patients présentant des troubles de l alimentation 34 % 43 % Taux de patients à dépendance lourde 66 % 13 % Taux de patients contenus 29 % 9 % Taux de patients présentant une anorexie 24 % 15 % Taux de patients présentant une perte de poids 39 % Augmentation d au moins 50 % 35

36 EHPAD : un chiffre clé 70 % des hospitalisations sont dûes à des pathologies somatiques 70 % des séjours en hôpital ont une durée > à la moyenne générale 70 % des décisions d hospitalisation sont prises par un médecin de l EHPAD 70 % de femmes 70 % des résidents reçoivent au moins un psychotrope 70 % des mouvements depuis ou vers l hôpital 70 % des hospitalisations sont décidées en urgence de jour 36

37 Le sujet âgé, la famille et la maison de retraite En extrapolant à l ensemble des EHPAD privés et publics de France, à la minute où je vous parle, on peut estimer que dans les 3 prochains mois : résidents de maison de retraite seront transférés Cela équivaut à transférer une ville moyenne de la taille de Besançon en 3 mois 37

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires 2007-88 du 8 mars 2077, 2007-17 du

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012 Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux Caen, le 19 octobre 2012 1 Mesure 17 du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 Identification d unités cognitivocomportementales

Plus en détail

Dépendance et autonomie : une réforme en cours d élaboration

Dépendance et autonomie : une réforme en cours d élaboration Dépendance et autonomie : une réforme en cours d élaboration Bernard Pradines gériatre http://www.geriatrie-albi.fr/ Dépendance, autonomie définitions dépendance des personnes âgées : recours à une tierce

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Evolution de la maladie Léger Modéré Sévère Terminal Temps - Perte de poids -Troubles

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

**** QUESTIONNAIRE D AUTOEVALUATION DES PRATIQUES DE BIENTRAITANCE EN Ehpad 2009

**** QUESTIONNAIRE D AUTOEVALUATION DES PRATIQUES DE BIENTRAITANCE EN Ehpad 2009 Analyse nationale de l état du déploiement des pratiques professionnelles concourant à la Bientraitance des résidents en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes et perception de leurs

Plus en détail

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation Bientraitance des âgées accueillies en EHPAD Questionnaire d auto-évaluation Source : ANESM - www.anesm.gouv.fr Dans le cadre de l opération «Bientraitance des âgées accueillies en établissement» annoncée

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE Mazoyer A. Formation continue des équipes - EHPAD Boucard Mai 2011-79 340 Ménigoute I EN INTRODUCTION

Plus en détail

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Etude du CRP-Santé Conférence de presse 26 Septembre 2013 SOMMAIRE Contexte Méthodologie Résultats Quelques chiffres clés Le cadre politique

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

MODÈLE DE PLAN PERSONNALISÉ DE SANTÉ

MODÈLE DE PLAN PERSONNALISÉ DE SANTÉ Modèle de plan personnalisé de santé (PPS) MODÈLE DE PLAN PERSONNALISÉ DE SANTÉ Chaque PPS est composé d un recto-verso, et d une check-list de problèmes en annexe: * Recto : un formulaire de recueil d

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A.

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A. L évolution programmée de l accompagnement des malades Alzheimer et de leurs familles: la Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades Alzheimer ( M.A.I.A. ) Stéphanie FACHE, Pilote local, Expérimentation

Plus en détail

PASA et UNITES ALZHEIMER

PASA et UNITES ALZHEIMER PASA et UNITES ALZHEIMER Qu attendre d une unité Alzheimer? Quelle organisation est efficace? Doit-on revoir les critères d évaluation? Bonne nouvelle! Mesure 26 : poursuivre le déploiement des PASA et

Plus en détail

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Plan Risques Problématiques du pré hospitalier Repérage aux

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l expérience de l ARS Midi Pyrénées

Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l expérience de l ARS Midi Pyrénées LIMOUSIN LANGUEDOC- ROUSSILLON Midi-Pyrénées Limousin Languedoc-Roussillon MIDI-PYRENEES CONGRES EHPAD 2011-15 avril 2011 - intervention REHPA Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l

Plus en détail

Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes ( EHPAD) Par les Drs M.P. HERVY et Michel SALOM

Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes ( EHPAD) Par les Drs M.P. HERVY et Michel SALOM Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes ( EHPAD) Par les Drs M.P. HERVY et Michel SALOM En 2000, on dénombre 10 400 établissements hébergeant des personnes âgées dont 6240 maisons

Plus en détail

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Qu attendre d une consultation de gérontopsychiatrie? FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Dr Dorey JM CHS le Vinatier, BRON Pôle EST (Pr d Amato) Gérontopsychiatrie: définition Discipline médicale qui s intéresse:

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

Service de LIVRET D ACCUEIL SOINS À DOMICILE. du Bassin d Arcachon Sud. www.agglo-cobas.fr

Service de LIVRET D ACCUEIL SOINS À DOMICILE. du Bassin d Arcachon Sud. www.agglo-cobas.fr LIVRET D ACCUEIL Service de SOINS À DOMICILE du Bassin d Arcachon Sud EDITO L association «Service de Soins à Domicile du Bassin d Arcachon Sud» s est fixé pour objectif de veiller à contribuer au maintien

Plus en détail

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Rôle de l OMEDIT Bertrice LOULIERE OMEDIT Aquitaine 1 1. Présentation et missions de l OMEDIT 2 L Observatoire

Plus en détail

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Le vieillissement de la population s est accompagné d un accroissement de l espérance de vie et en particulier d un allongement de la durée de

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR L'exemple des résidences Docteur Linda BENATTAR Directrice médicale Orpea Maison de la Chimie 15 avril 2010 CONSTAT : avant les PASA / UHR

Plus en détail

Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA)

Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) PR-PASA-FT-07 Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) Activités Missions Définition Le Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) est un lieu de vie. Il permet

Plus en détail

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris)

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) ETP sujets âgés INTERVENTION OMAGE Pr C. PERRET-GUILLAUME Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) 1 Méthode de l essai OMAGE Essai randomisé contrôlé avec 800 malades Multi-centrique (6 UGA en Ile de

Plus en détail

Performance. Organisation du temps de travail des soignants. Pôle d appui à la qualité et à la performance

Performance. Organisation du temps de travail des soignants. Pôle d appui à la qualité et à la performance &Qualité Performance Pôle d appui à la qualité et à la performance Organisation du temps de travail des soignants Méthode d évaluation et de planification de la charge en soins Mode d emploi de l outil

Plus en détail

Contrat de séjour. Association les Jardins 1 / 6

Contrat de séjour. Association les Jardins 1 / 6 Contrat de séjour PREAMBULE Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l établissement et du résident avec toutes les conséquences juridiques qui en résultent. Les particuliers appelés

Plus en détail

réseau gérard cuny Malzéville Maxéville Pulnoy Saulxures-lès-Nancy Seichamps Tomblaine Vandœuvre-lès-Nancy Villers-lès-Nancy

réseau gérard cuny Malzéville Maxéville Pulnoy Saulxures-lès-Nancy Seichamps Tomblaine Vandœuvre-lès-Nancy Villers-lès-Nancy Art-sur-Meurthe Dommartemont Essey-lès-Nancy Fléville-devant-Nancy Heillecourt Houdemont Jarville-la-Malgrange Laneuveville-devant-Nancy Laxou Ludres Malzéville Maxéville Nancy Pulnoy Saint-Max Saulxures-lès-Nancy

Plus en détail

Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD

Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD Capacité de Gérontologie, 29 novembre 2012 Docteur Denis SORIANO, gériatre coordonnateur n Un cadre supérieur, salarié, chargé d une mission d organisation, de

Plus en détail

«Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins?

«Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins? «Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins? Dispositif de Coordination de l Aval du court séjour hospitalier du Territoire de santé 1 des Pays de la Loire: La Loire-Atlantique Journées

Plus en détail

RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS

RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS En partenariat avec l Automobile Club et l Automobile Club Prévention Mardi 28 septembre et jeudi 30 septembre Mardi 5 octobre et jeudi 7 octobre LES RISQUES ROUTIERS Santé

Plus en détail

Synthèse. Les Français et le grand âge. Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures Qualité de TNS Sofres.

Synthèse. Les Français et le grand âge. Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures Qualité de TNS Sofres. Synthèse Les Français et le grand âge Cinquième vague du Baromètre Fédération Hospitalière de France Auteurs TNS SOFRES Fabienne SIMON Laurence BEDEAU Ce rapport a été rédigé dans le respect des procédures

Plus en détail

MAISON DE RETRAITE DRONSART

MAISON DE RETRAITE DRONSART MAISON DE RETRAITE DRONSART 60 rue Anthénor Cauchy - 59111 BOUCHAIN Tel 03 27 35 70 21 Fax 03 27 34 81 33 Mr.bouchain@Wanadoo.fr Site Internet : residence-dronsart.com DOSSIER D INSCRIPTION Personne à

Plus en détail

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Mmes Barrat N N. et Mballa C.(AS) C (AS) Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Journée Régionale de Soins Palliatifs, Angers, le 2 avril 2015 ATELIER A4

Plus en détail

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Bruxelles 26 novembre 2010 Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Dr Stéphane Morandi Organisation des soins en santé mentale dans le Canton de Vaud Le Canton de Vaud

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

«Les limites du maintien à domicile»

«Les limites du maintien à domicile» «Les limites du maintien à domicile» Docteur Jacques Lacharme Madame Pottier Docteur Houria Bouam Mesdames Berthiot et Genotte 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Les limites de l aidé GROUPEMENT

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

EHPAD CONTRAT DE SEJOUR CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260

EHPAD CONTRAT DE SEJOUR CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260 EHPAD (EtablissEmEnt d hébergement de personnes âgées dépendantes) CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260 CONTRAT DE SEJOUR Tel : 04 79 87 61 41 Fax : 04 79 87 50 41 e-mail : mdrcostaz@wanadoo.fr site internet :

Plus en détail

La valorisation économique de l activité en psychiatrie: la piste des projets Stéphanie Hassoun, Chargée d études Matthieu Laîné, Chef de service

La valorisation économique de l activité en psychiatrie: la piste des projets Stéphanie Hassoun, Chargée d études Matthieu Laîné, Chef de service n 6 AVRIL 2008 WWW.FEHAP.FR N 197 La valorisation économique de l activité en psychiatrie: la piste des projets Stéphanie Hassoun, Chargée d études Matthieu Laîné, Chef de service Alors que l expérimentation

Plus en détail

Symptômes psycho-comportementaux p maladie d Alzheimer et les maladies apparentées. Evaluation Philippe Robert CMRR Nice. Jean-Philippe Flouzat

Symptômes psycho-comportementaux p maladie d Alzheimer et les maladies apparentées. Evaluation Philippe Robert CMRR Nice. Jean-Philippe Flouzat Symptômes psycho-comportementaux p dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées Evaluation Philippe Robert CMRR Nice Critères d admissibilité ibilité dans les PASA et les UHR Jean-Philippe Flouzat

Plus en détail

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail

PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT La prise en charge en santé mentale CLINIQUE DU PAYS DE SEINE PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT L établissement accueille des patients souffrant de troubles psychiques aigus ou évolutifs, en hospitalisation

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux?

LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux? . LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux? Des crédits en augmentation pour financer les établissements

Plus en détail

Rapport : ville de Trois- Rivières

Rapport : ville de Trois- Rivières Assistance méthodologique pour le traitement et l analyse des données des enquêtes Origine- Destination québécoises pour dresser le portrait du vélo au Québec Projet réalisé pour le compte de Vélo Québec

Plus en détail

erenassur rente Jusqu à 2 500 de rente mensuelle en cas de perte d autonomie. L assurance n est plus ce qu elle était.

erenassur rente Jusqu à 2 500 de rente mensuelle en cas de perte d autonomie. L assurance n est plus ce qu elle était. [ dépendance ] PARTICULIERS erenassur rente Jusqu à 2 500 de rente mensuelle en cas de perte d autonomie. L assurance n est plus ce qu elle était. [ serenassur rente ] Pourquoi souscrire un contrat de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSARENCE REUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 ZYREXA 10 mg, poudre pour solution injectable (Boîte de 1 et 10 flacons ) ZYREXA 10 mg, poudre et solvant pour solution

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

REGAIN Activité 2011 dispositif insertion dispositif urgence Béthanie Implantation CASA et la CAPAP déménagé nos bureaux d Antibes sur Grasse Report

REGAIN Activité 2011 dispositif insertion dispositif urgence Béthanie Implantation CASA et la CAPAP déménagé nos bureaux d Antibes sur Grasse Report REGAIN Activité 2011 Crée en 2009 l établissement REGAIN a vécu en 2011 d importants changements liés aux fortes mutations de notre secteur d activité et accélérés par la fusion de Chrétiens Antibes Solidarité

Plus en détail

Les médicaments de la maladie d Alzheimer

Les médicaments de la maladie d Alzheimer BON USAGE DES MÉDICAMENTS Les médicaments de la maladie d Alzheimer à visée symptomatique en pratique quotidienne Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle

Plus en détail

Soutien au domicile et aide aux aidants

Soutien au domicile et aide aux aidants Soutien au domicile et aide aux aidants Vivre à domicile nécessite parfois quelques ajustements lorsque l avancée en âge ou des problématiques de santé compliquent le quotidien. La résidence Le Parc de

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT PARIS 7 FACULTE DE MEDECINE Année 2014 n : THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR ROUVEIX Marion Née le 22 janvier 1985 à Paris Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE CAHIER DES CHARGES RELATIF AUX PASA ET UHR POUR UNE PRISE EN CHARGE ADAPTEE EN EHPAD ET EN USLD DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE MALADIE

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr. Centre MALVAU. Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC)

Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr. Centre MALVAU. Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr Centre MALVAU Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Centre de soins spécialisés en addictologie S.S.R.A 21, Quai

Plus en détail

Articulation Urgences - Médecine de ville. Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure. G.Hernandez

Articulation Urgences - Médecine de ville. Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure. G.Hernandez Articulation Urgences - Médecine de ville Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure G.Hernandez Le CH de Moulins-Yzeure Bassin de population: 120 000 hab Semi-rurale, revenus faibles Population agée

Plus en détail

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer LES SYNTHÈSES DE LA TRANSPARENCE La réévaluation des médicaments anti-alzheimer Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle représente et des débats suscités

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Dr Florence Potier L aidant, un patient dans l ombre? Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

La prise en charge des personnes âgées

La prise en charge des personnes âgées La prise en charge des personnes âgées Le projet ADMR L ADMR met en place et gère des services de maintien à domicile afin de répondre aux besoins de la population locale : personnes seules, familles,

Plus en détail

Les protections juridiques des personnes en institution

Les protections juridiques des personnes en institution Les protections juridiques des personnes en institution Florence Livinec, Jean-François Ravaud, Alain Letourmy - Cermès Les protections juridiques concernent aujourd hui un très grand nombre de personnes

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile Convention annuelle FHP-MCO

PRADO, le programme de retour à domicile Convention annuelle FHP-MCO , le programme de retour à domicile Convention annuelle FHP-MCO Le programme d accompagnement de retour à domicile des patients hospitalisés Objectifs du programme : anticiper les besoins du patient lié

Plus en détail

Conférence plénière La gestion des urgences. Yves Bolduc

Conférence plénière La gestion des urgences. Yves Bolduc Conférence plénière La gestion des urgences Yves Bolduc La gestion des urgences au Québec Yves Bolduc Ministre de la santé et des services sociaux Le 9 février 2012 1 Clientèles prioritaires Personnes

Plus en détail

L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé

L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé Programme initié dans le cadre du plan douleur 2006 2010 et des mesures en faveur de la bientraitance des personnes âgées en établissement.

Plus en détail

Genèse du projet. 12 Lits haltes soins-santé: patients sans domicile fixe atteint d une pathologie aigüe nécessitant des soins, hors hospitalisation

Genèse du projet. 12 Lits haltes soins-santé: patients sans domicile fixe atteint d une pathologie aigüe nécessitant des soins, hors hospitalisation CSAPA/LHSS Genèse du projet Reconversion des lits infirmiers en LHSS Projet de la DRJSCS de concentrer 12 lits LHSS sur un seul site, en intersectorialité, Projet porté par Accueil Promotion Sambre, Maubeuge

Plus en détail

Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées

Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées Les mots des professionnels pour vous aider à y voir plus clair CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Sommaire Pourquoi ce guide...

Plus en détail

Les paramètres clés des déplacements professionnels

Les paramètres clés des déplacements professionnels Les paramètres clés des déplacements professionnels 9 Les déplacements professionnels Les déplacements professionnels des répondants sont effectués à 70 % via des véhicules légers (véhicule personnel ou

Plus en détail

dans la région Pays de la Loire

dans la région Pays de la Loire MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHESION SOCIALE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PROTECTION SOCIALE MINISTERE DE LA FAMILLE ET DE L ENFANCE MINISTERE DE LA PARITE ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 La prévention des infections associées aux soins est un sujet complexe

Plus en détail

CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD. EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud

CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD. EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud Généralités L agitation : une des portes d entrée en psychogériatrie extrêmement fréquente

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

Analyse de la satisfaction des usagers

Analyse de la satisfaction des usagers Analyse de la satisfaction des usagers Le questionnaire de satisfaction: 3000 2500 2000 1500 1000 500 0 Taux de retour des questionnaires distribués avec le livret d'accueil 1411 1189 1190 1140 1358 1353

Plus en détail

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente.

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Je suis Véronique Lamontagne et j ai réalisé mon projet sous la direction de

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Les fractures du sujet âgé

Les fractures du sujet âgé Les fractures du sujet âgé Les Fractures du sujet âgé constituent un problème majeur de santé publique - La première considération est l état mental - état physique et degré d autonomie antérieur - score

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

SAINT OMER (62) EHPAD «Saint-Jean» LMP / LMNP

SAINT OMER (62) EHPAD «Saint-Jean» LMP / LMNP SAINT OMER (62) EHPAD «Saint-Jean» LMP / LMNP IMOVELIS 29, boulevard de la Ferrage 06400 CANNES Tel: 04 93 95 39 20 Fax: 04 93 95 39 29 www.imovelis.fr contact@imovelis.fr Résidence «Saint-Jean» DES SERVICES

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs Mai 2009 Description des symptômes Démarche diagnostique Démarche d évaluation des troubles Sources

Plus en détail

Le guide de remplissage qui suit est destiné à accompagner les ESSMS d un point de vue méthodologique.

Le guide de remplissage qui suit est destiné à accompagner les ESSMS d un point de vue méthodologique. GUIDE DE REMPLISSAGE QUESTIONNAIRE «BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN ETABLISSEMENT» Dans le cadre de l opération «Bientraitance des âgées accueillies en établissement» lancée par le secrétariat

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

«EHPAD et Innova/ons» Jeudi 2 juillet 2015 à Talence

«EHPAD et Innova/ons» Jeudi 2 juillet 2015 à Talence «EHPAD et Innova/ons» Jeudi à Talence DES SOLUTIONS INNOVANTES POUR LES AIDANTS Jacques CECILLON Président de l Associa/on «Les FondeBes- VRF Touraine» qui gère le Village Répit Familles Touraine à FONDETTES,

Plus en détail