au service de Lanaudière

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "au service de Lanaudière"

Transcription

1 CEFTA Le au service de Lanaudière Le Centre d expertise et de formation en technologies alimentaires (CEFTA), rattaché au Cégep régional de Lanaudière à Joliette, se définit essentiellement comme un centre d innovation pour des systèmes alimentaires durables. Il offre des services d accompagnement, de soutien technique et d apport d expertise pour effectuer du transfert technologique, des services de recherche appliquée en technologies alimentaires pour développer et mettre en marché des produits à valeur ajoutée, mais aussi des services de formation ciblée de main d œuvre afin que cette dernière développe de nouvelles compétences dans un contexte de rehaussement technologique. Le Cégep régional de Lanaudière à Joliette s est bâti une vaste expertise agroalimentaire unique au Québec, qui s étend du terroir à l assiette du consommateur en passant par l usine de transformation. Le Cégep possède en effet la particularité peu commune d offrir trois programmes agroalimentaires, Technologie des procédés et de la qualité des aliments, Gestion et technologies d entreprise agricole ainsi que Technologie de la production horticole et de l environnement. C est pour rendre cette expertise facilement disponible que le Cégep a institué le CEFTA dont la mission, plus large que celle du Centre d innovation en transformation des aliments de Lanaudière (CITAL) à qui il succède, consiste à contribuer, en partenariat avec les acteurs du milieu, au développement économique régional et panquébécois par son important savoir-faire dans le secteur agroalimentaire. Le Cégep régional de Lanaudière à Joliette constitue un des trois établissements du Cégep régional de Lanaudière à Joliette, à L Assomption et à Terrebonne, créé en 1998, qui offre des services de formation collégiale dans toute la région de Lanaudière. À titre d établissement collégial d enseignement supérieur, en plus de la formation des jeunes et de l éducation aux adultes, les collèges constituants s impliquent dans le domaine de la recherche appliquée et contribuent au développement régional par l avancement et le transfert des connaissances. Recherche - Expertise - Formation

2 20, rue Saint-Charles Sud Joliette, Québec J6E 4T1 Contact : Claudine Banville Coordonnatrice du CEFTA Téléphone : poste 1401 Télécopie : Courriel :

3 LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE La région de Lanaudière, en plus de connaître un essor démographique sans précédent, possède un secteur important d activités agricoles et agroalimentaires avec plus de entreprises de production agricole et environ 150 entreprises de première, deuxième et troisième transformation réparties sur l ensemble du territoire. Elle est l une des régions où les terres sont les plus fertiles au Québec en plus d être très active dans le segment de la transformation du porc. Elle regroupe aussi des organismes voués à la recherche appliquée et à l innovation dans les domaines agroalimentaires et biovégétaux. C est un des secteurs qui embauche le plus de travailleurs dans Lanaudière. Le secteur agroalimentaire et des bioproduits végétaux évolue dans un contexte d affaires qui, chaque jour, devient de plus en plus complexe et exigeant. D une part, dans la foulée des avancées de la science, les entreprises de ce secteur sont soumises à de fortes pressions en termes d innovation si elles veulent préserver leur compétitivité ou simplement survivre. D autre part, les consommateurs sont à la recherche de nouveaux produits assortis d une qualité améliorée à un prix décent alors que les détaillants convoitent les produits qui attirent le consommateur et qui ne restent pas sur les tablettes. À l échelle mondiale, la moyenne des dépenses en recherche et développement dans ce secteur représente environ 2 % des ventes 1. Par ailleurs, avec des besoins énergétiques croissants, l augmentation des coûts des produits de base et du transport, coûts qu il n est pas toujours possible de transférer entièrement au consommateur, il est impératif pour les acteurs du secteur de s engager dans un processus d amélioration continue des procédés de fabrication par l innovation et le transfert technologique afin de maintenir leurs marges de profits à un niveau viable. Les entreprises en agroalimentaire sont aussi subordonnées à des réglementations de plus en plus complexes parmi lesquelles on voit poindre des normes environnementales exigeantes quant à la qualité de l eau, à l utilisation rationnelle des fertilisants et des pesticides ainsi qu à l écoefficacité des procédés de transformation. Désormais, les entreprises innovantes perçoivent ces nouvelles réglementations, comme autant d occasions de se distinguer par une mise en relief appropriée de la qualité de leurs produits, de la sécurité de leurs pratiques écoresponsables et de la fiabilité de leurs chaînes d approvisionnement. Enfin, il faut prendre en compte la tendance, de plus en plus affirmée en agroalimentaire, de recourir à un approvisionnement local dans l esprit de diminuer à la fois le rejet de gaz carbonique dans l air et les coûts de transport. Les consommateurs privilégient de plus en plus une distribution de proximité par des circuits courts. Dans cette perspective, la région de Lanaudière, grâce à sa proximité d un grand centre, doit se positionner pour répondre à une plus grande sollicitation de son marché. Ainsi les enjeux du secteur agroalimentaire sont : l élaboration de nouveaux produits à valeur ajoutée; l optimisation des processus d un système alimentaire pour les rendre efficients, écoresponsables et rentables; la valorisation de toute ressource alimentaire et biovégétale mettant en valeur les richesses agricoles et forestières d une région. 1 Raymond Chabot Grant Thornton, Une soif de croissance; regard sur l avenir de l industrie agroalimentaire, 2013, page 13. 3

4 NOS COMPÉTENCES Dans le cadre de notre mission en tant que spécialiste en matière de formation, de conception de procédés de fabrication alimentaire et de recherches appliquées, nous sommes en mesure de répondre aux besoins des petites et moyennes entreprises de l industrie agroalimentaire en les accompagnant pour : Concevoir des projets de recherche appliquée répondant à des besoins spécifiques d innovation en technologie alimentaire et conformes aux dernières avancées dans le domaine, obtenir du financement pour ces projets auprès d organismes subventionneurs et les réaliser à la convenance des clients; Mettre en œuvre des solutions de transfert technologique sur les procédés de production dans la perspective d améliorer la qualité des produits et d en réduire les coûts; Développer une main-d œuvre qualifiée par une démarche de formation pouvant prendre diverses formes tant selon la formule classique de cours en établissement que des formations sur mesure offertes dans le Complexe agroalimentaire du Cégep régional de Lanaudière à Joliette ou directement en entreprise; Apporter un soutien documentaire et technologique lorsque les entreprises sont confrontées à la nécessité de bonifier leurs seuils de sécurité alimentaire et de salubrité des opérations de production quant à une accentuation des contraintes réglementaires (GFSI 2, SQF 3, ISO ) et relativement à une quête de qualité d une clientèle de plus en plus exigeante; Développer de nouveaux produits innovants, distinctifs, à valeur ajoutée, répondant à des critères de qualité élevés dans le but de les démarquer sur les marchés internes voire nationaux, et internationaux. La nécessité de présenter de nouveaux produits est indéniable dans un marché où la majorité des produits actuels ont été développés dans les cinq dernières années; Dans une dynamique d amélioration continue, informer, évaluer et rendre accessible les nouvelles technologies de pointe pour permettre aux entreprises de préserver leur potentiel de croissance en demeurant concurrentielles; Faciliter les maillages naturels entre des entreprises complémentaires; Proposer une perspective de développement durable et d écoresponsabilité dans l implantation d innovations ou le développement de nouveaux produits, notamment dans la valorisation des matières résiduelles issues de la récolte et de la transformation. 2 Global Food Safety Initiative. 3 Safety Quality Food. 4 ISO est une norme internationale relative à la sécurité des denrées alimentaires. 4

5 NOS INSTALLATIONS NOTRE EXPERTISE Une équipe de chercheurs pluridisciplinaires reconnus travaillant sur des projets de recherche appliquée et de transfert technologique. Des formateurs experts possédant une formation de haut niveau dans leur domaine de compétence et ayant acquis une expérience pratique en exerçant leur profession dans des entreprises agroalimentaires réputées. Ces formateurs continuent d entretenir des liens étroits avec l industrie pour en connaître les principaux défis et les nouveaux enjeux technologiques. L accès à un bassin d experts internes et externes en technologies alimentaires. Un réseautage élaboré, dans et hors de la région, de partenaires offrant des ressources expertes dans le domaine agroalimentaire. L exercice d une veille technologique assidue pour être constamment à jour au niveau des percées technologiques et pour repérer les meilleures opportunités pour les entreprises du Québec. L accès à des fonds de recherche spécifiques aux organismes de recherches accrédités du milieu collégial et universitaire. Il s agit notamment du programme de Recherche et Développement Appliquée (RDA) géré par le Conseil de Recherches en Sciences Naturelles et en Génie (CRSNG) et du Fonds de recherche du Québec (FRQ). Un Complexe agroalimentaire spécialement conçu pour respecter les critères d innocuité alimentaire prescrits par le système d analyse des dangers et de maîtrise des points critiques (Hazard Analysis and Critical Control Points HACCP). Ce complexe abrite quatre classesusines dotées d installations modernes et d équipements de pointe permettant de traiter les produits carnés, végétaux, céréaliers et laitiers. Chacune des quatre zones est isolée des autres et bénéficie des contrôles de température, d humidité et d hygiène optimaux pour le type de production à laquelle la zone est dédiée. Le Complexe abrite également des laboratoires de chimie et de microbiologie, une cuisine expérimentale et des salles d analyse sensorielle. La cuisine expérimentale et les salles d analyse sensorielle sont particulièrement utiles pour la mise au point de produits alimentaires raffinés. Un complexe serricole regroupant des serres de 750 mètres² dotées de technologie de pointe : tables de culture, bassins aquatiques, système informatisé de contrôle des variables de culture (température, éclairage). Une ferme-école à St-Thomas de Joliette offrant un hectare en parcelles de plantation en plein champ (arbres, arbustes indigènes et ornementaux, plantes médicinales, fines herbes et fleurs coupées) ainsi que des champs et des installations pour les animaux. Une connaissance approfondie de l industrie agroalimentaire et de ses acteurs qui permet d entrevoir les opportunités de maillage et d en faciliter la concrétisation. 5

6 NOS RÉALISATIONS Depuis sa création, il y a deux années, le CEFTA a réalisé différents projets et activités en lien avec sa mission en technologies alimentaires. Voici quelques réalisations : Sondage effectué en janvier 2013 en collaboration avec le Conseil de Développement Bioalimentaire de Lanaudière (CDBL) dans les régions de Lanaudière, des Laurentides et de Laval - Actualisation des besoins des entreprises agroalimentaires; Développement d un outil diagnostic pour les entreprises agroalimentaires; Réalisation de 2 projets de recherche en biotechnologie et en technologie alimentaire avec des entreprises de la région de Lanaudière subventionnés par le Conseil de Recherche en Sciences et Génies du Canada (CRSNG); o Valorisation des sous-produits de l ail; o Valorisation du vermicompost; Collaboration à l activité «Savoir Affaires Lanaudière Laurentides Secteur Agroalimentaire et bioproduits végétaux» en collaboration avec Université du Québec en Outaouais et Lanaudière économique; Veille technologique au congrès BÉNÉFIQ Le rendez-vous international sur les ingrédients santé! à Québec, organisé par l Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels - INAF de l Université Laval; Veille technologique à la Soirée Écoconception événement sur le développement durable de Montréal en juin 2013; Veille technologique au Salon International de l Alimentation - SIAL Montréal 2014; Partenaire de l événement «L innovation, c est payant 2L» de l'association pour le Développement de la Recherche et de l'innovation du Québec (ADRIQ) en octobre 2013; Partenaire dans le projet des Vergers Potagers du créneau ACCORD agroalimentaire et bioproduits végétaux; Membre du conseil d administration du Conseil de développement bioalimentaire de Lanaudière CDBL; Membre de l Association de la Recherche au Collégial ARC. 6

7 NOS PARTENAIRES Plusieurs organismes du secteur agroalimentaire œuvrant dans la région ou sur l ensemble du territoire québécois constituent un réseau de partenaires qui peuvent épauler le CEFTA en fonction de l expertise requise pour la réalisation de ses projets. Les principaux d entre eux sont : Carrefour industriel et expérimental de Lanaudière Conseil de développement bioalimentaire de Lanaudière Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada ACCORD Lanaudière agroalimentaire et bioproduits végétaux Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels, Université Laval à Québec Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec 7

8

Transformation alimentaire

Transformation alimentaire Le secteur de la transformation alimentaire Selon les données du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ), le secteur de la transformation alimentaire compte quelque 2 100

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

LA PHARMACIE : UNE FORMATION, DES MÉTIERS

LA PHARMACIE : UNE FORMATION, DES MÉTIERS LA PHARMACIE : UNE, DES MÉTIERS TOUS LES MÉTIERS DE LA PHARMACIE SUR WWW.ORDRE.PHARMACIEN.FR Dr Gérard NOËT Pharmacien biologiste médical à Paris Pourquoi choisir «Pharmacie»? La Santé est un secteur d

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans une perspective de développement

Plus en détail

Bilan des réalisations 2012-2013. Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation. Direction régionale du Bas-Saint-Laurent

Bilan des réalisations 2012-2013. Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation. Direction régionale du Bas-Saint-Laurent Bilan des réalisations 2012-2013 Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation Direction régionale du Bas-Saint-Laurent DES ALIMENTS DU QUÉBEC AU GOÛT DES CONSOMMATEURS Faciliter l identification

Plus en détail

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE "APPROVISIONNEMENT DE LA RESTAURATION COLLECTIVE DANS LE JURA PAR DES PRODUITS AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES LOCAUX" PREAMBULE

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Atelier OSE Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Présentation Le CUEEP Littoral - Service Formation continue, apprentissage et VAE de l ULCO - Le CUEEP a des activités: -

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Des préoccupations santé

Des préoccupations santé Septembre 2010 Au menu 1. Le contexte : pourquoi s intéresser au développement de l alimentation santé? 2. Comment TRANSAQ et le MAPAQ répondent à cet appel : leurs outils 3. Des résultats concrets 4.

Plus en détail

Produits de grande consommation. La voie de l excellence entre vous et vos consommateurs

Produits de grande consommation. La voie de l excellence entre vous et vos consommateurs Produits de grande consommation La voie de l excellence entre vous et vos consommateurs Votre environnement, toujours plus complexe Des consommateurs plus exigeants, une pression constante sur les marges

Plus en détail

Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386

Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386 Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386 Mandat Le directeur régional Services fiduciaires a pour mandat de diriger le secteur des Services fiduciaires

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE Engagé dans une compétition internationale, Sanofi a fait le choix de la France pour y baser ses principales activités

Plus en détail

École de technologie supérieure. Plan d action de développement durable

École de technologie supérieure. Plan d action de développement durable École de technologie supérieure Plan d action de développement durable 2009-2012 Enseignement et recherche Favoriser l intégration du concept de développement durable dans les activités d enseignement

Plus en détail

J investis pour la relève

J investis pour la relève J investis pour la relève CAMPAGNE MAJEURE DE FINANCEMENT 2014 18 PromouvoirEncourager AiderTRANSMETTRE Développer Favoriser Appuyer Former INSPIRER ÉDUQUER Motiver Instruire Stimuler MobiliserSoutenir

Plus en détail

Algérie (389) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO. Rapport d activités. Période d activité : 1999-2004

Algérie (389) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO. Rapport d activités. Période d activité : 1999-2004 Algérie (389) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO Rapport d activités Période d activité : 1999-2004 Chaire UNESCO Gaz Naturel d étude du développement durable Rapport rédigé par : Prof. Doyenne Ouiza Cherifi,

Plus en détail

Plan d action de développement durable

Plan d action de développement durable Plan d action de développement durable 2015-2020 Visant à soutenir le développement durable de l'industrie agroalimentaire et de la pêche TABLE DES MATIÈRES Mot de la Présidente... 2 Mise en contexte...

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Une compagnie pour la vie

Une compagnie pour la vie 12 pages:mise en page 1 01/06/11 11:15 Page1 Une compagnie pour la vie Une compagnie pour la vie AFI ESCA : Compagnie d assurance sur la vie et de capitalisation. Entreprise régie par le code des assurances.

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

SOL-AIR Consultants MEMBRE DE COOPZONE LE RÉSEAU DES DÉVELOPPEURS DE COOPÉRATIVE. Pascal Billard, directeur général et vice-président de CoopZone

SOL-AIR Consultants MEMBRE DE COOPZONE LE RÉSEAU DES DÉVELOPPEURS DE COOPÉRATIVE. Pascal Billard, directeur général et vice-président de CoopZone SOL-AIR Consultants MEMBRE DE COOPZONE LE RÉSEAU DES DÉVELOPPEURS DE COOPÉRATIVE Pascal Billard, directeur général et vice-président de CoopZone HISTORIQUE Créée en 1996 Par Eveline Lemieux, maîtrise en

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Politique institutionnelle relative à l internationalisation

Politique institutionnelle relative à l internationalisation Politique institutionnelle relative à l internationalisation Politique adoptée au conseil administration le 3 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. FINALITÉS... 6 3. OBJECTIFS

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Faciliter, innover et accélérer les initiatives au sein de la chaîne d approvisionnement Des idées Des connaissances Logi-D

Plus en détail

Agir ensemble. pour une meilleure qualité. de l eau des sols & de l habitat

Agir ensemble. pour une meilleure qualité. de l eau des sols & de l habitat Agir ensemble pour une meilleure qualité de l eau des sols & de l habitat Conseil & services pour des solutions économiques et durables Terre & Via est une société de conseil et de services dédiés à l

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS SOMMAIRE 03 ÉCLAIRER. RÉVÉLER. INSPIRER. 05 SERVICES AUX PARTICULIERS 07 GESTION DE CARRIÈRE 08 STRATÉGIE DE RECHERCHE

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

FOOD SCIENCE. Spécialistes des Aliments et de la Nutrition. Sciences Alimentaires. Information sur la filière sciences alimentaires

FOOD SCIENCE. Spécialistes des Aliments et de la Nutrition. Sciences Alimentaires. Information sur la filière sciences alimentaires FOOD SCIENCE Sciences Alimentaires Spécialistes des Aliments et de la Nutrition Information sur la filière sciences alimentaires Département des Sciences et Technologies de la Santé (D-HEST) ui? QUI EST

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES

ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014-2015 A. La Grande Ecole Les conditions d accès Le concours est ouvert aux : 1. Elèves des classes préparatoires, âgés de 22 ans

Plus en détail

Ce document vient en support de la Charte Pernod Ricard, disponible sur www.pernod-ricard.com

Ce document vient en support de la Charte Pernod Ricard, disponible sur www.pernod-ricard.com Ce document vient en support de la Charte Pernod Ricard, disponible sur www.pernod-ricard.com Un engagement à long terme Chez Pernod Ricard, nous sommes fiers de notre engagement fort pour la protection

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? respect. Observer les règles de la morale et les devoirs qu impose l honnêteté. Être fidèle à ses engagements

QUI SOMMES-NOUS? respect. Observer les règles de la morale et les devoirs qu impose l honnêteté. Être fidèle à ses engagements QUI SOMMES-NOUS? NOTRE MISSION L Institut est un centre intégré d innovation et d expertise en communications graphiques et en imprimabilité qui supporte activement les entreprises et leurs employés dans

Plus en détail

MOT DE LA DIRECTION DU CÉGEP 1. DESCRIPTION DU CISA ET DE L ÉQUIPE 2. CONTEXTE D INTERVENTION 3. CHEMIN PARCOURU 4. BESOINS DE L INDUSTRIE

MOT DE LA DIRECTION DU CÉGEP 1. DESCRIPTION DU CISA ET DE L ÉQUIPE 2. CONTEXTE D INTERVENTION 3. CHEMIN PARCOURU 4. BESOINS DE L INDUSTRIE MOT DE LA DIRECTION DU CÉGEP 1. DESCRIPTION DU CISA ET DE L ÉQUIPE 2. CONTEXTE D INTERVENTION 3. CHEMIN PARCOURU 4. BESOINS DE L INDUSTRIE 5. CHAMP D INTERVENTION 6. VALEUR AJOUTÉE ET RETOMBÉES DU CISA

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? RESPONSABLE DES VENTES SECTEUR Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr

Plus en détail

Faire af faire. avec Hydro-Québec

Faire af faire. avec Hydro-Québec Faire af faire avec Hydro-Québec Sommaire Mot de la directrice Acquisition... 1 Introduction... 2 Règles d éthique d Hydro-Québec... 3 La qualité à Hydro-Québec... 3 Processus d acquisition de biens et

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS... 5 3. ENTENTES DE PAIEMENT...

Plus en détail

CANN ELEC. ou l électricité verte

CANN ELEC. ou l électricité verte CANN ELEC ou l électricité verte Denis Pouzet (CIRAD), Caroline Lejars (CIRAD), Roland Guichard (IRIS Ingénierie) Contacts : denis.pouzet@cirad.fr caroline.lejars@cirad.fr iris.ing@neuf.fr présentation

Plus en détail

«Observations du ministère des Transports du Québec»

«Observations du ministère des Transports du Québec» RÉGIE DE L ÉNERGIE DOSSIER N «Observations du ministère des Transports du Québec» MÉMOIRE RÉDIGÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DES INFRASTRUCTURES ET DES TECHNOLOGIES Le 24 mars 2006 1. MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Plastiques biosourcés, plastiques recyclés : état des lieux et perspectives

Plastiques biosourcés, plastiques recyclés : état des lieux et perspectives Plastiques biosourcés, plastiques recyclés : état des lieux et perspectives Vincent Colard Chargé de mission environnement ELIPSO 1 Les chiffres clés de l industrie de l emballage plastique et souple -

Plus en détail

Centre d'innovation agro-industriel métropolitain (incubateur)

Centre d'innovation agro-industriel métropolitain (incubateur) Centre d'innovation agro-industriel métropolitain (incubateur) Cet incubateur nouveau genre s'attarde à trois volets porteurs pour l industrie bioalimentaire, soit la production, la transformation et la

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Une valeur ajoutée humaine et sociale «La manière dont une société favorise l insertion des personnes handicapées est révélatrice de son degré d humanité» L Entreprise

Plus en détail

Préambule. Ce faisant, l ECPAR poursuit les objectifs suivants :

Préambule. Ce faisant, l ECPAR poursuit les objectifs suivants : Préambule L Espace québécois de concertation sur les pratiques d approvisionnement responsable (ECPAR) a pour mandat d optimiser les efforts des donneurs d ordres en vue de diffuser et de mettre en œuvre

Plus en détail

Téléphone: Bur 514 890-8000 p.14127 Dom 514 364-5500. Courriel : Bur francoise.rollin.chum@ssss.gouv.qc.ca Dom f.rollin@videotron.

Téléphone: Bur 514 890-8000 p.14127 Dom 514 364-5500. Courriel : Bur francoise.rollin.chum@ssss.gouv.qc.ca Dom f.rollin@videotron. Françoise Rollin, erg., MAP, ASC. 1276, rue Thierry, LaSalle (Québec) H8N 2L2 Téléphone: Bur 514 890-8000 p.14127 Dom 514 364-5500 Courriel : Bur francoise.rollin.chum@ssss.gouv.qc.ca Dom f.rollin@videotron.ca

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Résumé du référentiel d emploi et éléments de compétences acquis. Intitulé. Niveau et/ou domaine d activité

Résumé du référentiel d emploi et éléments de compétences acquis. Intitulé. Niveau et/ou domaine d activité Intitulé Ingénieur diplômé de l Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage (AGROCAMPUS OUEST) spécialité Autorité responsable de la certification Ministère

Plus en détail

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre.

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Nous sommes honorés de la tenue de cette rencontre présidée par M. le Premier Ministre et qui dénote l importance

Plus en détail

INFOLETTRE. Printemps 2013. Le financement de l exportation. Unitronic chipped inc. choisit Capital Conseil

INFOLETTRE. Printemps 2013. Le financement de l exportation. Unitronic chipped inc. choisit Capital Conseil INFOLETTRE Printemps 2013 Le financement de l exportation Unitronic chipped inc. choisit Capital Conseil Entretien d édifices Élite-vert inc. choisit Capital Conseil L équipe de Capital Conseil invitée

Plus en détail

Formation Lean Six Sigma

Formation Lean Six Sigma Athéna Conseil Luxembourg - http://athenaconseillux.com Édition, Numéro 1 Formation Lean Six Sigma Contenu NOTRE AMBITION Contribuer à l efficience et à l efficacité de votre organisation en accompagnant

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

Carnet d acteurs d A PRO BIO

Carnet d acteurs d A PRO BIO Carnet d acteurs d A PRO BIO 4 rue de Dormagen 59350 Saint-André-lez-Lille Tél. : 03.20.31.57.97 - Fax : 03.20.12.09.91 www.aprobio.fr - www.labio-presdechezmoi.fr contact@aprobio.fr A PRO BIO, Pôle de

Plus en détail

dossier de presse ******************************************************************************+ ( #

dossier de presse ******************************************************************************+ ( # v e n d r e d i 1 9 j a n v i e r 2 0 0 7 dossier de presse en présence de!"#$%&, vice-président du conseil général '( ) ******************************************************************************+

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE Mémoire de La Coop fédérée dans le cadre des consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n

Plus en détail

Entrepreneur / Chercheur Un partenariat direct pour réussir r

Entrepreneur / Chercheur Un partenariat direct pour réussir r L Ecole de l innovationl Entrepreneur / Chercheur Un partenariat direct pour réussir r votre croissance 1 Principaux programmes spécifiques du 7 e PCRDT Les partenariats compétitifs titifs. CAPACITÉS Renforcer

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION En raison notamment des prochains départs massifs à la retraite et de la disponibilité restreinte d une main-d œuvre qualifiée, il devient essentiel pour les entreprises du secteur du caoutchouc

Plus en détail

AU SERVICE DE VOTRE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENTALE

AU SERVICE DE VOTRE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENTALE AU SERVICE DE VOTRE PERFORMANCE ET ENVIRONNEMENTALE CONTEXTE DANS UN MONDE EN PROFONDE MUTATION DES SOLUTIONS ADAPTÉES AUX ENJEUX SPÉCIFIQUES DE CHAQUE CLIENT L engagement vers la transition énergétique

Plus en détail

Projet MaVie. avec le

Projet MaVie. avec le Projet MaVie Maintien de l autonomie avec le vieillissement UN ENJEU DE SOCIÉTÉ ET DE SANTÉ PUBLIQUE ESSENTIEL Il a été démontré que la perte de fonction musculaire (perte de masse, de force et de qualité

Plus en détail

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739.

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739. Commentaires de l OTPQ concernant le projet de Règlement modifiant le Règlement d application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre Le 13

Plus en détail

Direction générale. www.cmaisonneuve.qc.ca/emploi. Les personnes intéressées ont jusqu au. 28 novembre 2012, à 16 h, pour faire parvenir

Direction générale. www.cmaisonneuve.qc.ca/emploi. Les personnes intéressées ont jusqu au. 28 novembre 2012, à 16 h, pour faire parvenir Reconnu pour la qualité de sa formation, le Collège de Maisonneuve accueille près de 7 000 étudiants, jeunes et adultes inscrits à la formation créditée, et plus de 2 000 personnes y suivent des activités

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC

DOSSIER DE PRESSE. Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC CONTACT PRESSE Manon FERNAND 07.82.50.27.14 communication@jardica.com SOMMAIRE NOTRE HISTOIRE.

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

«Rien n est permanent

«Rien n est permanent «Rien n est permanent sauf le changement» Pour nous contacter en France et à l étranger: Téléphone: +33 1 45 46 50 64 Télécopie: +33 1 71 33 10 32 Par courriel: contact@dfacto.fr Sur notre site rubrique

Plus en détail

Solutions novatrices d éclairage urbain

Solutions novatrices d éclairage urbain Solutions novatrices d éclairage urbain Une nouvelle gamme de produits et systèmes de contrôle pour une performance d éclairage supérieure, efficace et rentable Découvrez nos solutions novatrices d éclairage

Plus en détail

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DOSSIER DE PRESSE 2014 LE GRAND DÉFI DE L ÉNERGIE Pour réussir, la transition énergétique doit pouvoir s opérer sur tous les fronts : mondiaux, européens, nationaux

Plus en détail

Agir. ensemble. pour prévenir les. problèmes liés au poids

Agir. ensemble. pour prévenir les. problèmes liés au poids Agir ensemble pour prévenir les problèmes liés au poids Optimiser nos pratiques Réduire les inégalités sociales de santé Promouvoir le développement durable 2013 Optimiser nos pratiques, réduire les inégalités

Plus en détail

CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL :

CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL : CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL : Introduction : L IST 1 a pour mission générale la promotion de la santé au travail. Celle-ci

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Du 7 au 10 Mai 2014 www.labexpo.com.tn

DOSSIER DE PRESSE. Du 7 au 10 Mai 2014 www.labexpo.com.tn DOSSIER DE PRESSE Du 7 au 10 Mai 2014 www.labexpo.com.tn 1 SOMMAIRE I. PREAMBULE....P.3 II. APERCU SUR L INFRASTRUCTURE TECHNOLOGIQUE EN TUNISIE.P.4 III. PRESENTATION DU SALON...P.5 IV. OFFRE DU SALON......P.7

Plus en détail

Programme GAPEXPERT. Votre ambition, devenir un expert scientifique. Notre vocation, développer votre talent.

Programme GAPEXPERT. Votre ambition, devenir un expert scientifique. Notre vocation, développer votre talent. Programme GAPEXPERT Votre ambition, devenir un expert scientifique. Notre vocation, développer votre talent. AREVA, une électricité sûre, avec moins de CO 2 et compétitive Quelques chiffres clés 48 000

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

Dossier de presse. Lancement de la norme en gestion responsable d évènements

Dossier de presse. Lancement de la norme en gestion responsable d évènements Dossier de presse Lancement de la norme en gestion responsable d évènements 8 juin 2010 Qu est ce qu un évènement responsable? Une gestion responsable d évènements intègre le développement durable à toutes

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Les chevaux et l agriculture, un mariage moderne et constructif

Les chevaux et l agriculture, un mariage moderne et constructif CAPERN 076M C.G. Livre vert Politique bioalimentaire VERSION RÉVISÉE Mémoire pour la Consultation générale et auditions publiques sur le Livre vert pour une politique bioalimentaire : Donner le goût du

Plus en détail

Les employeurs et la gestion de la diversité ethno culturelle. Le rôle des organismes communautaires

Les employeurs et la gestion de la diversité ethno culturelle. Le rôle des organismes communautaires Les employeurs et la gestion de la diversité ethno culturelle Le rôle des organismes communautaires PLAN Partie 1 : Présentation et rôles des organismes communautaires oeuvrant en immigration dans le soutien

Plus en détail

Amélioration des infrastructures

Amélioration des infrastructures Amélioration des infrastructures Raffinage Incinération Énergies Fossiles Industries Chimiques Procédés Industriels Pâte â Papier www.azz.com/wsi-europe Un prestataire offrant des services Complets de

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

L innovation ouverte, QU EST-CE QUE C EST? conférence et simulation UNE JOURNÉE PAR LE JEU POUR : À QUI S ADRESSE CET ÉVÉNEMENT?

L innovation ouverte, QU EST-CE QUE C EST? conférence et simulation UNE JOURNÉE PAR LE JEU POUR : À QUI S ADRESSE CET ÉVÉNEMENT? L innovation ouverte, QU EST-CE QUE C EST? «L innovation ouverte, c est un partage des processus, un apprentissage des meilleures pratiques en provenance d industries différentes, qui ont toutes une chose

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Agriculture raisonnée et certification environnementale de Montpellier SupAgro Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Prix Innovation 2015. Congrès des milieux documentaires

Prix Innovation 2015. Congrès des milieux documentaires Prix Innovation 2015 Congrès des milieux documentaires Quand je veux où je veux est la nouvelle image de marque conçue pour mettre en valeur le haut niveau de qualité des bibliothèques membres du Réseau

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

Développement durable Certifications Environnementales

Développement durable Certifications Environnementales Certifications Environnementales Introduction La société devient de plus en plus exigeante envers les entreprises pour qu elles jouent un rôle actif et responsable dans la préservation de l environnement.

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR!

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR! PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR! INTRODUCTION : «Il n est pas de vent favorable à celui qui ne sait où il va.» Sénèque Un an avant le terme de notre Plan stratégique 2009-2014, il nous

Plus en détail