Evaluation des ingesta. Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation des ingesta. Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy"

Transcription

1

2 Evaluation des ingesta Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy 2

3 Définition Latin, ingesta (choses introduites) Matières alimentaires introduites dans l'organisme (Larousse)

4 Pourquoi?

5 Perte pondérale moyenne de 4,9kg chez patients hospitalisés plus d une semaine Evaluation des ingesta 4 unités d un hôpital universitaire : 58% : apports énergétiques insuffisants (< 90% des besoins) 50% : carence d apport grave (< 75% des besoins) 46% : apport protéique (< 1g/kg/j) Apport énergétique proposé : 1800 ± 238 kcal/j Besoins énergétiques estimés à 1628 ± 325 kcal/j Apport énergétique consommé : 1207 ±504 kcal/j Une évaluation systématique des ingesta est nécessaire chez tous les patients hospitalisés plus de sept jours Cahier de Nutrition et de Diététique Faut-il évaluer systématiquement les ingesta des malades hospitalisés? - Xavier HEBUTERNE

6 Une consommation < 25% des portions servies lors des repas du midi et du soir était associée à une augmentation du risque de décès à 30 jours d un facteur de 2 à 3 Hiesmayr M, et al. Decreased food intake is a risk factor for mortality in hospitalised patients: The Nutrition Day survey Clin Nutr 2009;28:484 91

7 Le calcul des ingesta quotidiens : connaître les apports en calories et protéines consommés, de les comparer aux besoins nutritionnels (l altération des ingesta précède souvent l altération nutritionnelle) mettre en place des actions correctives telles qu une complémentation nutritionnelle orale ou une nutrition entérale ou parentérale.

8 Evaluation précoce

9 EVA des ingesta L utilisation de l EVA est recommandée par les experts de la SFNEP (Société Francophone de Nutrition Clinique et Métabolisme), afin d évaluer la prise alimentaire des patients.

10 114 patients ambulatoires et hospitalisés dénutris ou à risque de dénutrition corrélation statistique entre les résultats de l EVA et enquête alimentaire sur 3 jours 81% des patients dont le score < 7 = dénutris Thibault R, et al. Use of 10-point analogue scales to estimate dietary intake: A prospective study in patients nutritionally at-risk. Clin Nutr 2009;28: Outil fiable Outil de dépistage précoce

11 Objectifs : Valider l EVA des ingesta en cancérologie Analyser le lien entre survie et ingesta évalués précocement par l EVA Etude : Recueil prospectif de l EVA des ingesta à l admission des patients adultes atteints de cancer et hospitalisés pour une 1 ère cure de ChimioT sans TTT préalable, ni aucune PEC nutritionnelle EVA comparé aux ingesta calculés par la diététicienne, Pds, T, existence cachexie, OMS, caractéristiques tumorales 2140 patients (51% des femmes), 28% digestifs, 17% sein, 74% métastatiques Etude réalisée à l Institut de Canrérologie de Montpellier du 01/01/2010 au 31/10/2012 Interclan UNICANCER

12 EVA Résultats Age moyen : 62 ± 13 OMS 2 : 21% Perte de poids 5% : 64% Ingesta caloriques moyens : 21,4 ± 9,8 kcal.kg-1 Survie globale (en mois) < 7 < 4 EVA (0-3) EVA (4-7) EVA (8+) 55% 18% 6,9 ± 1,7 11,5 ± 1,0 20,2 ± 2,7 Intérêt EVA des ingesta en cancérologie à un stade précoce de la PEC S insère dans la stratégie de dépistage de la dénutrition dans le cadre du dispositif d annonce

13 Conclusion Risque de dénutrition : Score < 7 Consommation des portions servies au déjeuner ou au dîner 25% Identifier rapidement : Patients à risque de dénutrition (diminution de la prise alimentaire) Patients nécessitant une PEC nutritionnelle spécifique par complémentation orale, NE ou NP

14 Evaluation précise

15 L enquête alimentaire sur 24H sur 3 jours à 7 jours consécutifs Par "interrogatoire", questionnement Par journal alimentaire

16 Enquête par questionnement Sur consommation alimentaire pendant les jours qui précèdent l interrogatoire Apporte des renseignements sur le mode de vie, sur les difficultés alimentaires et le comportement alimentaire du patient Sur 24H, photographie instantanée des habitudes alimentaires Sur 7 jours : temps ++ et risques d oublis du patient

17 Enquête par journal alimentaire Remplissage d un semainier (recueil de données sur 7 jours) Permet d appréhender la moyenne des consommations quotidiennes Relecture pour combler les éventuels manques Analyse par une diététicienne

18

19

20 Conclusion

21

22

23 Merci

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce»

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» CHRU Besançon Marie LANCRENON Ghislain GRODARD Jeudi 12 Février

Plus en détail

Gersende Gross diététicienne CRCM pédiatrique Marseille Timone Delphine Lahoreau diététicienne CRCM adulte Cochin Paris

Gersende Gross diététicienne CRCM pédiatrique Marseille Timone Delphine Lahoreau diététicienne CRCM adulte Cochin Paris Gersende Gross diététicienne CRCM pédiatrique Marseille Timone Delphine Lahoreau diététicienne CRCM adulte Cochin Paris CNO Définitions Préparations nutritives industrielles Destinées à des fins médicales

Plus en détail

NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION. Marion Costecalde Clinique d Anesthd Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille

NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION. Marion Costecalde Clinique d Anesthd Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION Marion Costecalde Clinique d Anesthd Anesthésie sie RéanimationR Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille L influence de la perte de poids pré-opératoire sur les

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

Dénutrition en cancérologie

Dénutrition en cancérologie Dénutrition en cancérologie digestive Dr H La selve Centre de Perharidy Roscoff Rencontre annuelle bretonne de cancérologie digestive Brest 30/01/2009 Dénutrition selon les cancers Dénutrition à l admission

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

prescriptions individualisées ou standardisées? J. Doublet,R. Vialet

prescriptions individualisées ou standardisées? J. Doublet,R. Vialet Atteindre les objectifs de la nutrition parentérale: prescriptions individualisées ou standardisées? J. Doublet,R. Vialet Réanimation Pédiatrique et Néonatale, Hôpital Nord, Assistance-Publique, Marseille

Plus en détail

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Perspectives dans l él évaluation nutritionnelle du sujet âgé Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Classification Internationale du Fonctionnement OMS, 2001 Impact

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

Le Plan Wallon Nutrition Santé Bien-être des Aînés. Projet PWNS-be-A

Le Plan Wallon Nutrition Santé Bien-être des Aînés. Projet PWNS-be-A Le Plan Wallon Nutrition Santé Bien-être des Aînés Projet PWNS-be-A 1 PLAN DE LA PRESENTATION I. Introduction II. PWNS-be-A 1. Historique 2. «La Charte Qualité-Nutrition» du PNNS-B 3. Tests opérationnels

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Ph. LÉVY (Clichy) Tirés à part : Philippe Lévy Fédération médico-chirurgicale d hépato-gastro-entérologie, Hôpital Beaujon, 92118 Clichy

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON

L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON Signe d'appel fréquent en pédiatrie. Hypotrophie : insuffisamment nourri. I/ Historique Mortalité des enfants institutionnalisés aux USA dans les années 1900 était très élevé,

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge À partir de l exemple du cancer bronchique Wirtz Gil CHU de Strasbourg Éléments déterminants dans la discussion

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Module: indicateurs de sécurité alimentaire

Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Module: indicateurs de sécurité alimentaire Enquête nationale sur la sécurité alimentaire et la nutrition (ENSAN) Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Définition d un indicateur Un indicateur est

Plus en détail

INTERCLAN BRETAGNE ENRICHISSEMENT

INTERCLAN BRETAGNE ENRICHISSEMENT INTERCLAN BRETAGNE GROUPE DE TRAVAIL ENRICHISSEMENT 1 QU EST CE QU ENRICHIR? L enrichissement a pour objectifs : De pallier aux carences d une alimentation insuffisante pour couvrir les besoins protéinoénergétiques

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Séminaire «Dispositifs médicaux et matériovigilance» P. Coti Bertrand 29 septembre 2009 Dénutrition sévère Indications Apports oraux insuffisants état

Plus en détail

INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF

INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.medecinedusport.fr Médecine du Sport Nutrition du Sportif INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL

Plus en détail

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE MARIE-ANNE SCHAAD INFIRMIÈRE SPÉCIALISTE CLINIQUE DIRECTION DES SOINS HUG PR T. CHEVALLEY F. MERMINOD M. TOMCIK

Plus en détail

Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc. Mathieu Roy Ph.D. Hélène Payette Ph.D.

Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc. Mathieu Roy Ph.D. Hélène Payette Ph.D. Poids, image corporelle et objectifs de poids chez les aînés québécois : une analyse secondaire de données issues de l Enquête québécoise sur la santé des populations (EQSP) Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc.

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

La collation en maternelle / Encas dans les écoles

La collation en maternelle / Encas dans les écoles La collation en maternelle / Encas dans les écoles Historique, avis des experts et conséquences négatives de la collation Dr Hélène Thibault Groupe de travail «La collation en maternelle/encas dans les

Plus en détail

6e Colloque Alpin de Soins Palliatifs "Alimentation, nutrition et hydratation en Soins Palliatifs : désir, partage et pratiques"

6e Colloque Alpin de Soins Palliatifs Alimentation, nutrition et hydratation en Soins Palliatifs : désir, partage et pratiques «Du besoin au désir» Les apports complémentaires : qualité ou quantité? Compléments Alimentation plaisir Aide-soignante, unité de Soins Palliatifs Diététicienne, Comité de Liaison en Alimentation Nutrition

Plus en détail

Peut-on et comment faire de la nutrition parentérale au cours d une séance de chimiothérapie?

Peut-on et comment faire de la nutrition parentérale au cours d une séance de chimiothérapie? Peut-on et comment faire de la nutrition parentérale au cours d une séance de chimiothérapie? Liliane GSCHWIND, Dre Caroline FONZO-CHRISTE SFNEP 2007 Montpellier, 28 novembre 2007 Cancers gastro-intestinaux

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

Politique alimentaire

Politique alimentaire Politique alimentaire Adoptée le : 27 avril 2015 Lors de la : 303 e réunion du conseil d administration Table des matières Lexique... 3 Préambule... 5 Champ d application... 5 Objectifs de la politique...

Plus en détail

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent 31 mars 2010 Gembloux 01/04/2010 M-J Mozin 1 Le lait est un aliment liquide, un aliment complexe. Est-il indispensable àla croissance? Peut-on

Plus en détail

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14 Table des matières CHAPITRE 1 VIEILLISSEMENT NORMAL : ASPECTS BIOLOGIQUES, FONCTIONNELS ET RELATIONNELS. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET SOCIOLOGIQUES. PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE 13 Module 5.

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

La nutrition en soins palliatifs Source de plaisir et de vie

La nutrition en soins palliatifs Source de plaisir et de vie La nutrition en soins palliatifs Source de plaisir et de vie Johanne Roy Dt.P; B.Sc. Diététiste-Nutritionniste CSSS Rimouski - Neigette Mai 2007 Nutrition et soins palliatifs Partager des stratégies nutritionnelles

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle des malades atteints d un cancer digestif

Prise en charge nutritionnelle des malades atteints d un cancer digestif Prise en charge nutritionnelle des malades atteints d un cancer digestif Pr Xavier Hébuterne Service de Gastro-entérologie et Nutrition Pôle digestif, Hôpital de l Archet 2, CHU de Nice Conflits d intérêts

Plus en détail

Discussion entre experts sur les boissons énergisantes au Nouveau-Brunswick Le 1 er octobre 2013

Discussion entre experts sur les boissons énergisantes au Nouveau-Brunswick Le 1 er octobre 2013 Discussion entre experts sur les boissons énergisantes au Nouveau-Brunswick Le 1 er octobre 2013 Programme 1. À notre sujet 2. Au sujet des boissons énergisantes Les boissons énergisantes au Canada Les

Plus en détail

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON Objectifs de cet outil : Disposer d un outil o Pratique et fonctionnel o Accessible et compréhensible par tous o Reprenant, sans être exhaustif,

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR 6eme Réunion annuelle de pathologie digestive Hôpital Cochin Hôtel Dieu 05 février 2010 Romain Coriat Unité

Plus en détail

NOUVELLE CLASSIFICATION TNM

NOUVELLE CLASSIFICATION TNM NOUVELLE CLASSIFICATION TNM 7 ème Classification TNM 2009 du cancer du poumon Paumier A, Maugin E, Picquet J, Enon B. Service de CCVT CHU ANGERS La Baule, Mars 2010 Historique 1945 : invention du TNM 1973

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS

SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS Page 1 of 9 SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Prévalence de la dénutrition chez les personnes hospitalisées en gériatrie : impact des facteurs individuels et des caractéristiques de l équipe

Prévalence de la dénutrition chez les personnes hospitalisées en gériatrie : impact des facteurs individuels et des caractéristiques de l équipe Séminaire Doctoral du 18 novembre 2010 Prévalence de la dénutrition chez les personnes hospitalisées en gériatrie : impact des facteurs individuels et des caractéristiques de l équipe Miguel Lardennois

Plus en détail

Nutrition et plaies du sujet âgé

Nutrition et plaies du sujet âgé Nutrition et plaies du sujet âgé Emmanuel Alix * Monique Ferry** * C.H. Le Mans ** C.H. Valence www.cfgn.org Prévalence/Incidence des plaies du sujet âgé Escarres Prévalence Domicile SIAD : 4 à 4,9% Maison

Plus en détail

Maladie Dépistage. Morbimortalité Qualité de vie Coûts

Maladie Dépistage. Morbimortalité Qualité de vie Coûts Journée de l ADLF Corse. Corte, 10/10/08 Dépistage et codage de la dénutrition : le rôle du CLAN et des diététiciens Pr Stéphane M. Schneider Pôle Digestif, CHU de Nice INSERM U907 Maladie Dépistage Dénutrition

Plus en détail

Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments

Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments nutritifs selon Bien manger avec le Guide alimentaire

Plus en détail

Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles

Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles 1 1- Les grandes familles d aliments 7 familles (avec boissons). Aliments d une même famille : interchangeables Ä Bol de lait = morceau

Plus en détail

Alimentation et idées reçues

Alimentation et idées reçues Fiche pédagogique Thème : Alimentation Niveau : Lycée Durée : 1 h Alimentation et idées reçues Personnes ressources : Professeur SVT, ESF, EPS, personnel de restauration, Infirmier scolaire, CESC Pour

Plus en détail

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire FILGRASTIM Développement clinique de Binocrit EPO Biosimilaire Binocrit, Une nouvelle Epo α Binocrit est une érythropoïétine recombinante humaine stimulant la formation des érythrocytes (1). Binocrit est

Plus en détail

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires?

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Monique Ferry MD; PhD Valence - Paris Agrumes /Montpellier 10/12/08 Le vieillissement n est pas une pathologie, mais il fait naître des besoins

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL

INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL INDICE DE MASSE CORPORELLE AVANT LA GROSSESSE, PRISE DE POIDS PENDANT LA GROSSESSE ET DIABETE GESTATIONNEL Nguyen Thi Mai Phuong, Faculté de Médecine de Haiphong Pham Thi Thanh Hien, Université de Médecine

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 3 juin 2015 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l évaluation d un complément nutritionnel

Plus en détail

Les causes de la Malnutrition? Comment maximiser les impacts nutritionnels des interventions agricoles?

Les causes de la Malnutrition? Comment maximiser les impacts nutritionnels des interventions agricoles? Les causes de la Malnutrition? Comment maximiser les impacts nutritionnels des interventions agricoles? FENETRE SUR L AGRICULTURE, 19 sept. 2014 «Le défi de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au

Plus en détail

Service de douleur aiguë

Service de douleur aiguë Service de douleur aiguë Olivier.m@chu chu-toulouse.fr Quintard M. Delbos A. Keita Meyer H. ETAT DES LIEUX DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE 8 000 000 de français sont opérés chaque année

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge

Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge Dr Monelle BERTRAND CHU Toulouse Unité Transversale de Nutrition Clinique Dr Daniel BAJON Clinique de Saint Orens

Plus en détail

Nutrition et patients cérébraux lésés

Nutrition et patients cérébraux lésés Nutrition et patients cérébraux lésés L. Velly MCU-PH DAR CHU TIMONE MARSEILLE Nutrition et patients cérébraux lésés Pourquoi? Avec quoi? Comment? Nutrition Artificielle La nutrition n a pas pour but de

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

Sommaire. Sommaire 27.05.2014. 1. La maladie d Alzheimer. 2. L importance d une alimentation équilibrée

Sommaire. Sommaire 27.05.2014. 1. La maladie d Alzheimer. 2. L importance d une alimentation équilibrée Emiliano Albanese Faculté de médecine, Université de Genève Département de Psychiatrie emiliano.albanese@unige.ch Sommaire 1. La maladie d Alzheimer 2. L importance d une alimentation équilibrée 3. Personnes

Plus en détail

Le colostrum : pour un veau en bonne santé

Le colostrum : pour un veau en bonne santé Le colostrum : pour un veau en bonne santé Le colostrum et son importance Le veau à la naissance est sans immunité : pas de passage placentaire des protéines Le seul moyen de protection : colostrum Constat

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Suivi de la croissance Besoins spécifiques

Suivi de la croissance Besoins spécifiques Alimentation et besoins nutritionnels du nourrisson et de l enfant (ECN item 34) A B PLAN DU COURS Croissance Besoins Nutritionnels C Alimentation Enseignement dirigé Module E - Pédiatrie Février 2013

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE EN CANCEROLOGIE : INTÉRÊT DU SUIVI

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE EN CANCEROLOGIE : INTÉRÊT DU SUIVI PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE EN CANCEROLOGIE : INTÉRÊT DU SUIVI TÉLÉPHONIQUE Muriel Richl Mai 2016 1 Intérêt du suivi nutritionnel / intérêt du suivi téléphonique Outils pour évaluer les prises alimentaires

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES RESUME DU PROTOCOLE Recherche biomédicale «Hors produit de santé» Etude SENOTHERMES VERSION 1.0 du 21/08/2013 Titre Acronyme de l étude N d enregistrement ANSM Promoteur Investigateur coordonnateur Comité

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail

Chirurgie bariatrique :

Chirurgie bariatrique : Association Nationale Française de Formation Continue en Hépato-Gastro-Entérologie Chirurgie bariatrique : Quel patient opérer? J. Gugenheim Université de Nice - Sophia Antipolis Service de Chirurgie Digestive,

Plus en détail

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUES :... 2 I Rappels physiologiques

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

HABITUDES ALIMENTAIRES ET D HYGIENE ORALE DES ETUDIANTS Enquête auprès de 150 étudiants en résidence universitaire

HABITUDES ALIMENTAIRES ET D HYGIENE ORALE DES ETUDIANTS Enquête auprès de 150 étudiants en résidence universitaire HABITUDES ALIMENTAIRES ET D HYGIENE ORALE DES ETUDIANTS Enquête auprès de 150 étudiants en résidence universitaire CISSE D., KANE A. W., FAYE B., TOURE B., SARR. M., DIOP M., DIALLO B. I - INTRODUCTION

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder L Alcool & Le Médecin de 1 er recours Avant-Propos Thierry Favrod-Coune Daniel Alhadeff Unité des dépendances SMPR BACK to BLACK Objectifs Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de

Plus en détail

Le fromage, Plaisir et Nutrition dans les repas des Seniors

Le fromage, Plaisir et Nutrition dans les repas des Seniors Le fromage, Plaisir et Nutrition dans les repas des Seniors Bel Foodservice a collaboré avec des experts du secteur médical et de la restauration pour développer une gamme de produits destinés à améliorer

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD I - CANCER COLIQUE Le colon : en amont de la jonction recto-sigmoïdienne,, plus de 15 cm de la marge anale en rectoscopie. Adénocarcinome

Plus en détail

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Chimiothérapie des tumeurs solides Adjuvantes ou néoadjuvantes: Avant ou après un

Plus en détail

Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja

Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja Théo Efstathiou Laboratoire d Analyses et Recherche NUTRINOV Sommaire Corrélations entre la

Plus en détail

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI CyberKnife System Conçu pour traiter des tumeurs dans le corps entier. Utilise un système de guidage

Plus en détail

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE 45 ème J.A.N.D. 28 janvier 2005 LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE Christophe Dupont Hôpital Saint Vincent de Paul, 82, avenue Denfert-Rochereau, 75674 Paris cedex 14 La diversification est la phase de transition

Plus en détail

Impact de la préparation multidisciplinaire à la chirurgie bariatrique sur les comportements de santé

Impact de la préparation multidisciplinaire à la chirurgie bariatrique sur les comportements de santé Impact de la préparation multidisciplinaire à la chirurgie bariatrique sur les comportements de santé Séverine Ledoux, Ouidad Sami, Daniela Calabrese, Marie-Christine Breuil, Marie Delapierre, Simon Msika,

Plus en détail

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le rythme de vie et les habitudes alimventaires actuelles sont propices à l'apparition

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Rubrique Alimentation

Rubrique Alimentation smoothies Septembre 2009 Alimentation et équilibre alimentaire Pourquoi manger? Ce sont les aliments qui vont répondre aux besoins physiologiques de l organisme grâce aux nutriments qu ils contiennent

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Définition, dépistage et traitement

Définition, dépistage et traitement Définition, dépistage et traitement Définition de la sarcopénie Et incidence chez les personnes âgées Sarcopénie = Masse musculaire Force musculaire Fonction musculaire Sédentarité Chutes Dépendance 25

Plus en détail

Quelles sont les arguments pour proposer malgré tout un drainage biliaire pré-opératoire?

Quelles sont les arguments pour proposer malgré tout un drainage biliaire pré-opératoire? 6 è Quelles sont les arguments pour proposer malgré tout un drainage biliaire pré-opératoire? Dr Ariane VIENNE, Service de Gastro-entérologie, Hôpital Cochin, EA1833, Université Paris 5 Mr C., 68ans Depuis

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2 Utilisation en pratique courante d Agents Stimulants l Erythropoïèse chez 2310 patients cancéreux au regard des recommandations des sociétés savantes : Une sous-analyse de l étude française ORHEO Auteurs

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS. AVIS DE LA COMMISSION 27 septembre 2006

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS. AVIS DE LA COMMISSION 27 septembre 2006 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 27 septembre 2006 Produits : Produits pour nutrition à domicile et prestations associées Saisine des Directeur général de la santé

Plus en détail

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1 Étude TRAJAN : Facteurs associés aux délais d accès aux traitements du cancer du sein à partir d une représentation temporelle automatisée du parcours de soins Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1,

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 La prévention des infections associées aux soins est un sujet complexe

Plus en détail