Initiative Accès à l Assurance L Initiative en profondeur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Initiative Accès à l Assurance L Initiative en profondeur"

Transcription

1 Initiative Accès à l Assurance L Initiative en profondeur Améliorer la capacité de réglementation et de contrôle, étendre l inclusion financière et développer les marchés d assurance

2 La traduction de ce document en français est financée par la contribution allemande au partenariat «La finance au service de l Afrique» Mentions légales Publié par : Initiative Accès à l Assurance Hébergée par : GIZ Sector Project Financial Systems Approaches to Insurance Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) Dag-Hammarskjöld-Weg Eschborn, Allemagne Téléphone : Fax : Site Web : Responsable : Henry Yan, Directeur général, Secrétariat Initiative Accès à l assurance Texte et édition : Secrétariat Initiative Accès à l assurance Photos : GIZ Eschborn, septembre 2011

3 A retenir Cette publication présente l Initiative ainsi que nos objectifs, aspirations et activités à nos partenaires comme à toutes les parties intéressées. Qui sommes-nous L Initiative a été lancée en octobre 2009 sous la forme d un partenariat entre : l Association internationale des contrôleurs d assurance (AICA) le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) CGAP Bureau international du travail (BIT) FinMark Trust le Fonds d équipement des Nations Unies (FENU) La Banque asiatique de développement (BAD), l Initiative FIRST et GIZ/ La Finance au Service de l Afrique (MFW4A) sont des partenaires qui soutiennent les activités régionales et nationales. Le Ministère néerlandais des affaires étrangères et la banque interaméricaine de développement (BID), à travers son Fonds d investissement multilatéral (FIM), ont rejoint l Initiative récemment. Le Secrétariat de l Initiative est hébergé par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), en Allemagne, au nom du BMZ. Notre but est d étendre l inclusion financière sur les marchés d assurance pour les populations à faible revenu. Nous souhaitons renforcer la capacité des responsables politiques, autorités de réglementation et de contrôle cherchant à favoriser l accès au marché de l assurance, en particulier pour les clients à faible revenu, par la promotion d une réglementation efficace, efficiente et proportionnée et la supervision des marchés de l assurance. Comment travaillons-nous Nous opérons dans quatre domaines clés : 1. Accroître nos connaissances : Nous enrichissons notre base de connaissances en menant des études et des recherches thématiques. Des discussions internationales et des séminaires de formation, soutiennent nos apprentissages transfrontaliers. 2. Entreprendre des projets nationaux : L Initiative réalise des études de diagnostic national analysant l offre et la demande en produits de micro-assurance dans un pays. Ces études portent notamment sur les politiques, la réglementation et le contrôle en place dans ce pays, pour élaborer des recommandations visant au développement du marché et des réformes politiques et réglementaires. L Initiative fournit également une assistance pour mettre en œuvre les recommandations identifiées. 3. Contribuer à l établissement de normes par l AICA : L Initiative soutient les efforts de l AICA en vue d établir des normes internationales et des directives visant à améliorer l accès à l assurance en générant des échanges de connaissances et d apprentis sages sur les pratiques et les expériences entre les pays. Ceci est par ailleurs accompli en soutenant en particulier le travail du Groupe de travail conjoint AICA- Microinsurance Network. 4. Défense et implication sur des platesformes internationales : L Initiative prône l inclusion financière dans les partenariats de micro-assurance avec différents acteurs. A ce titre, elle soutient l AICA quant à sa contribution au partenariat global du G20 pour l inclusion financière et travaille avec l Institut de stabilité financière, le Microinsurance Network, la Fondation Munich Re et l Organisation des Assurances Africaines. Un degré élevé de propriété par le contrôleur d assurance national pour impliquer les acteurs et enclencher le processus de changement constitue un élément clé de notre approche. Nous continuons de travailler à notre objectif dans chaque domaine d activité, intégrant continuellement de nouveaux partenaires et étendant notre champ d action géographique. 3

4 Sommaire Message du Président 5 Introduction du Directeur général 6 Qui sommes-nous 7 Questions fréquemment posées 12 Ce que nous faisons 14 Ce que nous avons réalisé 19 L avenir 26 Annexe 27 Acronymes BAD BaFin BMU BMZ CNSEG G20 GIZ EFSA FIRST FSB Banque asiatique de développement Autorité fédérale de contrôle des services financiers, Allemagne Ministère fédéral de l environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire, Allemagne Ministère fédéral de la coopération économique et du développement, Allemagne Confederação nacional das empresas de seguros Groupe des vingt Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit Autorité égyptienne de surveillance financière, Egypte Initiative pour le renforcement et la réforme du secteur financier Autorité de contrôle des services financiers, Afrique du Sud FSD Kenya FUNENSEG BID AICA PBA BIT IRDA MIN MBA MFW4A NIC RIRF RSP SBS SUSEP FENU Approfondissement du secteur financier, Kenya Fundação escola nacional de seguros Banque interaméricaine de développement Association internationale des contrôleurs d assurance Principes de base de l assurance Bureau international du travail Autorité de réglementation et de développement des assurances, Inde Microinsurance Network Association des mutuelles La finance au service de l Afrique Commission nationale des assurances, Ghana Registre d assurance et des fonds de pension, Swaziland Réglementation, contrôle et politiques Superintendencia de banca, seguros y administración de fondos de pensiones, Pérou Superintendência de seguros privados, Brésil Fonds d équipement des Nations Unies 4

5 Message du Président Jonathan Dixon Directeur général adjoint, Assurance, Financial Services Board (Comité des services financiers), Afrique du Sud Président du Comité de direction de l Initiative Accès à l Assurance Le paysage de la finance a connu une activité intense au cours de ces deux dernières années. Dans le sillage de la crise financière mondiale, les responsables politiques, les autorités de réglementation et de contrôle ont posé des questions difficiles sur la stabilité et la protection du consommateur dans les secteurs financiers de leurs juridictions respectives. Parallèlement, il a été davantage admis que la pérennité d un système financier ne peut être obtenue sans étendre l accès à tous les ménages à des produits et services financiers adaptés et abordables. L appel du G20 pour l inclusion financière, qui a culminé avec l adoption des Principes du G20 pour une inclusion financière innovante en 2010, a donné une impulsion au programme financier mondial sur l inclusion et dynamisé l engagement d organes de réglementation à ce sujet. L expérience acquise au niveau communautaire indique que les défis sont énormes ; l écrasante majorité de la population mondiale ne dispose d aucune assurance pour la protéger d une vulnérabilité financière, économique et des catastrophes naturelles. Comment, alors, mettre en place des marchés d assurance inclusifs tout en protégeant les consommateurs et en assurant une stabilité financière? C est l équilibre recherché par les responsables politiques, les autorités de réglementation et de contrôle des pays en développement. Les contrôleurs doivent jouer un rôle de premier plan pour faire progresser l accès à l assurance. L Initiative Accès à l Assurance (l Initiative) soutient les contrôleurs pour qu ils renforcent leurs compétences et façonnent leurs politiques et approches réglementaires. L lnitiative fournit des outils et une plate-forme pour favoriser les échanges ainsi que l accroissement des connaissances et une assistance à la mise en œuvre. Pour être efficace, il faut que l Initiative continue d approfondir et de soutenir le partenariat avec l AICA et tous ses autres promoteurs et partenaires en vue d accroître les connaissances et de renforcer la capacité des contrôleurs. En tant que contrôleur d assurance et membre du Comité de direction de l AICA, j ai eu l honneur de présider l Initiative Accès à l Assurance depuis son lancement en octobre Je voudrais remercier tous les membres du Comité de direction, ainsi que le Comité consultatif, l Equipe technique et le Secrétariat pour leurs efforts et leur travail afin que l Initiative atteigne son objectif de renforcement de capacité des responsables politiques, des autorités de réglementation et de contrôle pour promouvoir l accès au marché de l assurance. 5

6 Introduction du Directeur général Je suis heureux de vous présenter cette publication. Elle décrit quelques-unes des réalisations des deux premières années de notre organisation et explique comment nous travaillons, quels sont nos objectifs et ambitions pour l avenir. L objectif de l Initiative est d aider les contrôleurs d assurance à améliorer leurs environnements politique et réglementaire et les systèmes de contrôle à stimuler les marchés et étendre l accès à l assurance pour les clients disposant de faibles revenus. Ce faisant, elle devrait aider à réduire la pauvreté, ce qui représente un objectif très ambitieux. Dans le cadre de notre mandat, nous avons entrepris différents projets. Nous avons notamment mené des études de diagnostic dans plusieurs pays, engagé des dialogues avec des parties prenantes développé des réseaux et assuré des formations et apporté notre aide au développement de la politique et du marché. Nous avons par ailleurs travaillé avec des groupes d intérêt tels que le Microinsurance Network et le Groupe de travail conjoint AICA-Microinsurance Network. Nous consolidons les enseignements tirés de nos projets et souhaitons les partager avec les contrôleurs d assurance, le secteur privé, les organismes de développement et des initiateurs de normes. L Initiative est un partenariat, non une personne morale à part entière. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos sponsors et nos partenaires. Ils nous fournissent les fonds pour financer notre travail, les ressources pour le rendre possible et l expertise dans de nombreux domaines. J aimerais exprimer mes sincères remerciements envers nos sponsors et nos autres partenaires pour leurs précieuses contributions à l lnitiative. Je souhaiterais tout particulièrement remercier l Association internationale des contrôleurs d assurance, qui nous offre une toile de fond unique via laquelle il est possible de travailler avec les contrôleurs. Cela fait peu de temps que je travaille pour l lnitiative. J ai rejoint cette structure parce que je suis persuadé que ses objectifs, bien qu ambitieux, sont souhaitables et finalement réalisables. Je souhaiterais remercier l équipe du Secrétariat, notre hôte GIZ et toutes les personnes associées à l lnitiative de m avoir accueilli aussi chaleureusement et donné les moyens de me concentrer sur l objectif de l lnitiative. J espère que vous trouverez cette publication aussi intéressante qu utile. Nous serions ravis de recevoir vos appréciations sur tout aspect de celle-ci ou de l Initiative. Henry Yan Directeur général, Initiative Accès à l Assurance «Si les gens souscrivent des assurances contre les risques sociaux et économiques tels que la maladie, l accident, le décès et les catastrophes naturelles, la gestion du risque progresse et la protection sociale s améliore. La micro-assurance garantit la sécurité dont les personnes ont besoin pour diriger leur vie, prendre des risques économiques et atteindre la liberté économique. Les clients de micro-assurance doivent avoir la certitude qu ils bénéficient de produits équitables, que les demandes d indemnisation sont traitées rapidement, que les prix sont honnêtes, qu il n y a pas de clauses cachées et que les litiges seront traités équitablement. Selon nous, les autorités de contrôle jouent un rôle moteur dans la protection des consommateurs et le développement des marchés d assurance. L Initiative Accès à l Assurance est vitale pour diffuser largement et durablement les assurances grand public. L Initiative travaille en partenariat avec différents bailleurs de fonds et autorités de contrôle ; elle soutient ces dernières sur la base de leurs efforts pour faciliter la micro-assurance.» Gudrun Kopp, Secrétaire d état parlementaire auprès du Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) 6

7 Qui sommes-nous L Initiative Accès à l Assurance est un partenariat mondial ouvert aux contrôleurs d assurance souhaitant étendre l accès aux marchés d assurance, en particulier pour la population à faible revenu. L Initiative est destinée aux contrôleurs d assurance des marchés émergents et des économies en développement ; elle s appuie sur l expérience et l expertise des contrôleurs de marchés d assurance plus développés. L Initiative opère dans toutes les régions du monde en développement et avec une multitude de partenaires. Elle réunit les sponsors de sa charte, les partenaires et contrôleurs et fait appel à eux comme catalyseurs de changement, afin de faire progresser l accès à l assurance. L engagement et le soutien des contrôleurs nationaux sont essentiels au travail de l lnitiative et à l impact que nous visons. L Initiative a été lancée au cours de l assemblée générale annuelle de l Association internationale des contrôleurs d assurance à Rio de Janeiro, au Brésil, en octobre Elle a été créée comme un partenariat entre les sponsors suivants : l Association internationale des contrôleurs d assurance (AICA) le Ministère fédéral de la coopération économique et du développement (BMZ) le CGAP le Bureau international du travail (BIT) FinMark Trust le Fonds d équipement des Nations Unies (FENU) Le Secrétariat de l lnitiative est hébergé par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH à Eschborn, en Allemagne, au nom du BMZ. Hosted Hébergée by: par: 7

8 Qui sommes-nous La Banque asiatique de développement (BAD), l Initiative FIRST et GIZ/ la Finance au service de l Afrique (MFW4A) sont des partenaires qui soutiennent des activités nationales et régionales. MFW4A Le Ministère néerlandais des affaires étrangères et la Banque interaméricaine de développement (BID), par l intermédiaire de son Fonds multilatéral d investissement, ont récemment accepté de rejoindre ce partenariat. L lnitiative mobilise les ressources financières des sponsors et d autres organismes de développement afin de couvrir les frais liés à la structure organisationnelle et aux projets. Ces agences assurent en outre de larges contributions en nature sous la forme d experts et de consultants, de frais de déplacement, d espaces de bureaux et de matériels. L lnitiative aide les contrôleurs à mobiliser des ressources financières dans le cadre de leurs programmes de réforme de l assurance. Les contrôleurs, de leur côté, versent d importantes contributions en nature mais également en argent. En plus des parties indiquées ci-dessus, d autres organismes financent également les activités de certains pays, notamment : le FUNENSEG et le CNSeg pour l étude de diagnostic au Brésil ; le Financial Sector Deepening (ou FSD, Approfondissement du secteur financier) au Kenya pour l étude de diagnostic dans ce pays ; le Ministère fédéral allemand de l environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire (BMU) pour l étude de diagnostic effectuée en Chine ; le Registrar of Insurance and Retirement Funds (ou RIRF, Registre des assurances et des fonds de pension) du Swaziland et FinMark Trust pour l étude de diagnostic au Swaziland. Notre vision. Le but de l Initiative est d accroître l inclusion financière sur les marchés d assurance pour la population à faibles revenus. Notre objectif. L objectif de l Initiative est de renforcer la capacité des responsables politiques, des autorités de réglementation et de contrôle cherchant à promouvoir l accès au marché de l assurance, notamment pour les clients à faibles revenus, en favorisant la mise en place d une réglementation solide, efficace et adaptée ainsi que le contrôle des marchés d assurance. «L AICA accorde une grande valeur au partenariat avec l Initiative Accès à l assurance et nous espérons que cette collaboration nous permettra de concrétiser notre ambition d un accès financier universel et d une stabilité financière mondiale.» George Brady, Secrétaire général adjoint de l AICA, Suisse 8

9 Qui sommes-nous Qu est-ce que l AICA? Créée en 1994, l AICA représente les autorités de réglementation et de contrôle d assurance dans près de 190 juridictions et environs 140 pays, la plupart des marchés émergents et des pays en développement, et représente également 97% des primes d assurance dans le monde. Elle compte par ailleurs plus de 120 professionnels et organisations en tant qu observateurs. Cela en fait donc un véritable organe d autorités de réglementation et de contrôle, en phase avec les réalités des pays en développement comme avec les pays développés. Les objectifs de l AICA sont de : promouvoir un contrôle efficace et mondialement cohérent du secteur de l assurance afin de mettre au point et de préserver des marchés d assurance équitables, sûrs et stables au profit et pour la protection des assurés ; et contribuer à la stabilité financière mondiale. L AICA élabore des principes, des normes et des directives d assurance pour le monde entier, fournit des formations et un encadrement sur les questions liées au contrôle des assurances. Elle organise également des rencontres et des séminaires pour les contrôleurs d assurance. Lien entre l Initiative et l AICA Les cadres politique et réglementaire des juridictions souhaitant améliorer l accès à l assurance doivent respecter les normes internationales. La participation de l AICA à l Initiative est particulièrement importante car les contrôleurs fixent les priorités pour l adhésion aux normes et précédents établis par leur instance de normalisation internationale. Une étroite collaboration entre les agences de développement internationales et les contrôleurs d assurance par le biais de l AICA est indispensable et précieuse pour garantir que les cadres réglementaire et de contrôle respectent les normes internationales. L Initiative fournit une plate-forme à cette collaboration rapprochée. L AICA est l un des fondateurs de la charte de l Initiative et cinq des dix membres du Comité de direction de l Initiative, parmi lesquels le président, sont désignés par l AICA. Ce partenariat avec l AICA confère de nombreux et réels avantages. L AICA jouit d une force de rassemblement mondial importante. Elle apporte également une méthode pour évaluer les systèmes de contrôle des assurances, des supports de formation pour améliorer les capacités des contrôleurs et une plate-forme pour diffuser les connaissances acquises à partir des projets conduits sous l égide de l Initiative. De son côté, l Initiative fournit aux marchés émergents et économies en développement les moyens de contribuer au processus d élaboration des normes de l AICA. Toutefois, les juridictions non-membres ne sont pas exclues : elles peuvent participer aux activités de l lnitiative et accéder à la documentation de l AICA. Lors du lancement de l Initiative, Peter Braumüller, Président du Comité exécutif de l AICA, avait dit à ce sujet : «Cela représente un autre mode d expression de l engagement de l AICA envers la promesse du G20 d améliorer l accès à la finance : en favorisant le succès des approches de réglementation, de supervision et de politiques et en élaborant des critères sur l accès financier. L AICA réunit de nombreux adhérents englobant des marchés émergents comme des marchés développés.» 9

10 Qui sommes-nous Histoire de l Initiative L Initiative a été créée pour répondre aux besoins d acquisition des connaissances de formations et de conseils sur l accès à l assurance de la part des responsables politiques, autorités de réglementation et de contrôle en matière d assurance. Le Microinsurance Network (MIN), l AICA et leur Groupe de travail conjoint ont permis de fonder l Initiative et font partie intégrante de ses activités permanentes. Le Microinsurance Network (établi en 2003 comme le Groupe de travail du CGAP sur la micro-assurance) est un réseau de membres composé d organismes internationaux de développement, de prestataires, de responsables politiques et d universités. Il facilite le partage d infor mations et la coordination entre les acteurs du secteur afin de promouvoir le développement et la multiplication de produits d assurance pour les per sonnes à faible revenu. Le Microinsurance Network comprend plusieurs groupes de travail chargés d activités opérationnelles et techniques spécifiques. L un de ces groupes de travail est celui chargé de la réglementation, du contrôle et des politiques (RSP). En 2006, l AICA et le Groupe de travail RSP ont constitué le Groupe de travail conjoint AICA-Microinsurance Network afin d échanger des connaissances sur l impact de la réglementation et de la supervision sur le développement du marché de la micro-assurance. Ce Groupe de travail conjoint constitue un espace de dialogue important pour les contrôleurs, d autres membres de l AICA et des représentants du MIN. Il soutient également les efforts de l AICA pour élaborer des normes et des directives sur les approches que les contrôleurs peuvent adopter afin de faciliter un meilleur accès à l assurance. Pendant l avancée des travaux du Groupe de travail conjoint, il est devenu évident qu un développement substantiel des capacités des contrôleurs serait nécessaire. Il a donc été convenu d adopter une approche structurée de cette situation. C est ainsi qu en 2009, plusieurs membres du Groupe de travail conjoint se sont accordés pour créer l Initiative Accès à l Assurance et en devenir les membres fondateurs. L Initiative fut par la suite formalisée par le biais d une charte. L Initiative entretient une étroite relation professionnelle avec le Groupe de travail conjoint. Ce dernier exerce une grande influence sur la stratégie et les activités de l Initiative, laquelle alimente le programme du Groupe de travail conjoint en lui fournissant des données techniques et en partageant ses expériences et connaissances. Etude de cas 1 : Interaction du Brésil avec le Groupe de travail conjoint En 2010, le FUNENSEG, l Institut d assurance brésilien, a commandé une étude de diagnostic national. Cette étude faisait appel à la méthode de l Initiative et a donc par la suite été adoptée sous son égide. Elle faisait partie d un plan pour développer le marché de la micro-assurance au Brésil. L inclusion financière est un aspect prioritaire de la politique du gouvernement brésilien. Le SUSEP, le contrôleur d assurance brésilien, a créé la Commission consultative sur la micro-assurance en 2008 pour servir de plate-forme de dialogue entre le gouvernement et le secteur de l assurance. Cette Commission a entrepris des recherches, proposé une définition de la micro-assurance et suggéré d amender le projet de la loi sur la micro-assurance qui avait été présenté au Congrès (encore à voter au moment de la publication). Depuis, le SUSEP a mis en œuvre différentes réformes, parmi lesquelles l autorisation de commercialiser de nouveaux produits de micro-assurance et de nouveaux canaux de distribution. Le Brésil affiche une forte présence sur la scène internationale; il a aligné ses objectifs politiques sur les pratiques mondiales en matière d inclusion financière. Ce pays préside actuellement le Groupe de travail conjoint AICA-Microinsurance Network ; il partage ses expériences et tire profit des apports de ce forum. La définition de et les réglementations en matière de micro-assurance dans le projet de Loi sur la micro-assurance résultent directement du document de réflexion rédigé en 2007 par l AICA-CGAP sur la Réglementation et la supervision de la micro-assurance, sous l égide du Groupe de travail conjoint. Inversement, le SUSEP a partagé ses expériences lors de l atelier des autorités de réglementation et de contrôle de l lnitiative, organisé au Sénégal en novembre Ce partage d expériences a été chaleureusement accueilli par d autres contrôleurs. Le cas brésilien vise à illustrer l utilité de l engagement sur des plates-formes internationales pour les processus de politique de micro-assurance et de développement réglementaire. Cela démontre également l utilité d un partage international des expériences, consolidant les connaissances de chacun. 10

11 Notre structure institutionnelle La structure de gouvernance de l Initiative est fondée sur sa charte et les documents associés. L Initiative fonctionne selon la structure suivante : Le Comité de direction définit la stratégie de l lnitiative et supervise toutes ses activités. Ce comité de dix membres est composé de cinq représentants de l AICA, d un représentant de chacune des institutions fondatrices et d un représentant de l organisation hôte. Quatre des représentants de l AICA sont des contrôleurs nationaux (actuellement l Egypte, l Inde, le Pérou et l Afrique du Sud) et le Secrétariat de l AICA est représenté par son Secrétaire général. Le Comité consultatif fournit une orientation stratégique et des conseils au Secrétariat. Il se compose des représentants des sponsors, de l organisation hôte et des partenaires. L Equipe technique se compose d experts dans les domaines de l assurance, du développement, des mesures politiques et de la réglementation. Elle est chargée du contrôle de la qualité technique des activités et des réalisations de l Initiative. L Equipe technique s assure de la qualité rigoureuse des propositions de projets, des études de diagnostic et des rapports de synthèse transfrontaliers et du renforcement des capacités. Elle aide également à appliquer les mesures et assure la formation des consultants. Le Secrétariat, dirigé par son Directeur général, est chargé des opérations quotidiennes et de la gestion des projets. Il est hébergé par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH, à Eschborn, en Allemagne (GIZ) pour le BMZ. Ces groupes collaborent étroitement en vue de réaliser les objectifs de l lnitiative. En outre, l Initiative dispose d un coordonnateur régional en Afrique et va en nommer un en Amérique latine et en Asie. Notre équipe pluridisciplinaire englobe des experts issus des domaines tels que le développement international, la micro-assurance, les décisions en matière d assurance et la réglementation, la gestion des assurances, l actuariat, la micro finance, la finance rurale et les investissements ruraux. L Initiative nomme des consultants pour ses projets et recherche des collaborations avec des consultants expérimentés dans ces domaines. L Initiative offre une structure souple et dynamique aux contrôleurs, bailleurs de fonds et autres acteurs favorisant l accès à l assurance, au niveau régional comme au niveau mondial. Elle permet de mondialiser les enseignements par une rapide diffusion des connaissances mises à jour et des meilleures expériences en matière de fourniture d assurance aux plus pauvres. Elle joue un rôle essentiel par le biais de ses études de diagnostics et soutient le travail dirigé par le Groupe de travail conjoint AICA-Microinsurance Network et par le sousgroupe de la micro-assurance de l AICA, offrant un soutien précieux à la rédaction de normes et de principes de réglementation et de supervision. Regina Lidia Giordano Simões, Superintendência de Seguros Privados (SUSEP), Coordenação de Sistemas e Informações para o Mercado, Présidente du Groupe de travail Conjoint AICA-Microinsurance Network 11

12 Questions fréquemment posées 1. Qu est-ce que la microassurance? La micro-assurance, telle que définie dans le Document de réflexion 2007 AICA-CGAP sur la réglementation et le contrôle de la micro-assurance, est l assurance destinée aux populations à faible revenu, fournie par différentes entités et gérée selon les pratiques d assurance généralement acceptées. Cela signifie que le risque assuré en vertu d une police de micro-assurance est géré selon les principes en vigueur en matière d assurance et financé par des primes. La micro-assurance couvre un vaste panel de produits, tels que l assu rance vie, les garanties obsèques, la santé, l invalidité, le bétail et les assurances des recoltes et des biens. 2. Pourquoi l accès à l assurance est-il si important? L accès à l assurance joue un rôle majeur dans la lutte contre la pauvreté. L incapacité à gérer le risque de vulnérabilité provoqué par le décès soudain d un membre de la famille, ou par une maladie, la perte de revenus ou de propriété peut enraciner davantage la pauvreté. Bien souvent, les consommateurs à faible revenu ne disposent d aucune protection sociale ou financière pour les aider à supporter de tels chocs. En les aidant à alléger les conséquences d événements qui pourraient aggraver leur situation financière, l assurance leur permet de constituer une épargne ou d éviter la perte de celle-ci, améliorant ainsi le bienêtre au cours du temps, contribuant à réduire la pauvreté et à augmenter la protection sociale. 3. Pourquoi les politiques, la réglementation et le contrôle sont ils si importants? Les fonctions premières de la politique d assurance, de la réglementation et du contrôle sont de protéger les consommateurs et de contribuer au développement du marché par l amélioration de son efficacité. Les politiques, la réglementation et le contrôle sont cruciales pour améliorer l accès à l assurance car : elles affectent la manière dont la confiance s installe chez les consommateurs à faible revenu, envers les prestataires d assurance. Une grande partie d entre eux peut n avoir jamais bénéficié de services d assurance ou de finance ; 12

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Un partenaire pour assurer une éducation de qualité pour tous en Afrique «Je n ai jamais encore rencontré de donateur comme celui-ci : il écoute

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Étude sur le travail d évaluation collaboratif partenaires-bailleurs de fonds. Rapport de mise à jour

Étude sur le travail d évaluation collaboratif partenaires-bailleurs de fonds. Rapport de mise à jour Étude sur le travail d évaluation collaboratif partenaires-bailleurs de fonds Rapport de mise à jour Rapport élaboré par Claude Leroy-Thémèze, Cheffe de l unité d évaluation des activités de développement,

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CST(3)/4 Conseil économique et social Distr.: Générale 8 octobre 2012 Français Original: Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité de statistique

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Plan stratégique 2014-2017 Page 1

Plan stratégique 2014-2017 Page 1 Plan stratégique 2014-2017 Plan stratégique 2014-2017 Page 1 Avant-propos Au nom de tous les membres du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), j ai le plaisir de présenter

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique

Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences (AFREXIMBANK) Présentation lors du séminaire d Afreximbank sur l

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

ACTUAIRES SANS FRONTIÈRES

ACTUAIRES SANS FRONTIÈRES ACTUAIRES SANS FRONTIÈRES ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE (AICA) Bahreïn, juin 2010 Objectifs Présenter «Actuaires sans frontières» (ASF). Qui sommes nous? Nos activités Notre mode

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 58 e réunion Distr. : Restreinte 27 août 2013 Français Original : anglais et français Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant,

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

Conseil canadien de développement social Programme de données communautaires

Conseil canadien de développement social Programme de données communautaires Conseil canadien de développement social Programme de données communautaires http://donneescommunautaires.ca http://www.ccsd.ca Page 2 de 7 Qu est-ce que le Programme de données communautaires? Au milieu

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants :

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants : 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance, www.microinsuranceconference.org/2012 La 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance aura lieu du 6 au 8 novembre 2012 à Dar es Salam, en

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Voyage d étude au Mexique

Voyage d étude au Mexique Voyage d étude au Mexique Assurance agricole pour les petits exploitants agricoles 5 8 Novembre 2014 Crédit Photo AMUCSS 1 Objectif de la visite En 2012, la Fondation Fondation Grameen Crédit Agricole

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Chapitre V. Les missions internationales

Chapitre V. Les missions internationales Chapitre V Les missions internationales L activité internationale des juridictions financières prend deux formes : la réalisation de missions d audit externe d organisations internationales (rôle de commissaire

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE Nations Unies Département des Affaires Economiques et Sociales Programme des Nations Unies pour le Développement Bureau Régional pour l'afrique HISTOIRIQUE DU PROJET

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Développement du Secteur Privé Dialogue Social. Chambres & Associations Professionnelles. Conseil. Gestion de projet. Formation Professionnelle

Développement du Secteur Privé Dialogue Social. Chambres & Associations Professionnelles. Conseil. Gestion de projet. Formation Professionnelle Jumelage Développement du Secteur Privé Dialogue Social Chambres & Associations Professionnelles Mobilité Innovation Développement Qualification Conseil Impact Echanges commerciaux Nucleus Développement

Plus en détail