Consultation relative aux pratiques commerciales dans le secteur du courtage en assurance de dommages au Québec Commentaires présentés à

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consultation relative aux pratiques commerciales dans le secteur du courtage en assurance de dommages au Québec Commentaires présentés à"

Transcription

1 Cnsultatin relative aux pratiques cmmerciales dans le secteur du curtage en assurance de dmmages au Québec Cmmentaires présentés à L Autrité des marchés financiers Septembre 2005

2 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...1 INTRODUCTION...2 PARTIE I ÉVOLUTION DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC...4 PARTIE II LA SITUATION ACTUELLE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC...6 PARTIE III L INDUSTRIE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC : UNE INDUSTRIE DYNAMIQUE ET PROACTIVE RESPECTUEUSE DES CONSOMMATEURS...8 PARTIE IV LA RÉGLEMENTATION QUI ENCADRE LES ASSUREURS...11 PARTIE V LE POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR...12 PARTIE VI RÉPONSES AU DOCUMENT DE L AUTORITÉ...13 CONCLUSION...29 ANNEXES

3 en assurance de dmmages au Québec 1 PRÉAMBULE Le Bureau d assurance du Canada Le Bureau d assurance du Canada (ci-après le BAC) est l rganisme qui représente les sciétés d assurance de dmmages. L industrie de l assurance assume un rôle de premier plan dans l écnmie québécise en permettant à la ppulatin de se prtéger cntre des sinistres puvant avir un impact imprtant sur sa sécurité financière. En fait, l assurance de dmmages crée un filet de sécurité qui favrise la pursuite de l innvatin et de l investissement. Elle appuie une écnmie dynamique et vigureuse en suscitant une plus grande tranquillité d esprit à l égard de bn nmbre de risques qui caractérisent la vie mderne. L industrie de l assurance de dmmages au Québec L industrie de l assurance de dmmages cmpte parmi les emplyeurs les plus imprtants de la prvince, en générant près de emplis directs dans le secteur privé. En 2004, les assureurs de dmmages nt versé à leurs assurés plus de 3,8 milliards de dllars afin de les indemniser à la suite de dmmages accidentels à leur véhicule, leur habitatin u leur cmmerce. Finalement, l Industrie cntribue à l améliratin de la qualité de vie de la sciété québécise par ses prgrammes de préventin des sinistres, d éducatin des cnsmmateurs et de préventin du crime. L industrie de l assurance de dmmages est un secteur des plus cncurrentiels dans l industrie des services financiers. En effet, plus de 185 assureurs détiennent un permis d assurance au Québec pur cmbler les besins des cnsmmateurs d assurance. L industrie québécise n est dminée ni par une seule sciété ni par un petit grupe d entreprises. La vive cncurrence qui existe au sein de l industrie de l assurance de dmmages permet aux cnsmmateurs de bénéficier d un large chix de prduits et divers canaux de distributin, dnt la vente par les curtiers et les agents. Cette cncurrence a aussi un effet bénéfique sur les assureurs qui redublent de précautin et d effrt pur se discipliner et mieux servir le cnsmmateur.

4 en assurance de dmmages au Québec 2 INTRODUCTION Cmmentaires généraux sur la cnsultatin Le Bureau d assurance du Canada désire remercier l Autrité des marchés financiers (ci-après l Autrité) de lui ffrir la pssibilité de cmmenter le dcument sur la Cnsultatin relative aux pratiques cmmerciales dans le secteur du curtage en assurance de dmmages au Québec. D entrée de jeu, tut cmme l Autrité, le BAC se préccupe grandement de la prtectin du cnsmmateur, mais il est tut aussi imprtant de cnsidérer un des tris principes fndamentaux de l Autrité, sit celui de «simplifier la vie de l industrie financière 1». Sur sn site Internet, l Autrité rappelle en effet de façn récurrente tris grands principes qui la guident sit : prtéger le cnsmmateur, simplifier la vie de l industrie financière et mieux suivre la cnvergence des marchés. Ainsi, un juste équilibre devra être atteint, d une part dans la prtectin du cnsmmateur et, d autre part, dans la réglementatin qui régit l industrie de l assurance de dmmages au Québec. Dans un suci de prtectin du cnsmmateur, d une industrie saine et transparente, les assureurs de dmmages snt prêts à cllabrer avec l Autrité et ffrent leur aide dans tute démarche cnstructive. Le pint de départ État de New Yrk Avant d entrer dans le vif du sujet et de répndre au dcument de cnsultatin de l Autrité, il est imprtant qu une mise en cntexte sit faite afin de bien cmprendre la réalité de l assurance de dmmages au Québec et ce qui a mené l Autrité à dépser deux dcuments au curs des derniers mis, celui du 14 avril 2005 et celui du 14 juillet À l autmne 2004, l industrie de l assurance de dmmages américaine a été ébranlée par des maneuvres frauduleuses qui y snt survenues. Le prcureur général de l État de New Yrk, Elit Spitzer, a révélé au grand jur que certains grands curtiers d assurance nt dirigé des clients de ligne cmmerciale, à leur insu, vers des sciétés d assurance qui, en échange de ce bn prcédé, leur versaient de lucratives cmmissins. D après les accusatins du prcureur général, un curtier en assurance aurait même préparé de fausses ffres de cntrat pur faire crire au client qu il y avait véritablement une cmpétitin entre sciétés d assurance pur btenir sn risque et dnc qu il payerait le plus bas prix. Ces incidents malheureux nt prvqué une nde de chc tant aux États-Unis qu au Canada. Chez ns visins américains, le prcureur général de l État de New Yrk a sévi en pursuivant les cmpagnies et les individus. Au Canada, les autrités réglementaires canadiennes et prvinciales nt débuté une vaste enquête afin de déterminer si de telles pratiques avaient lieu. 1 AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS, Qui smmes-nus, [En ligne], 2004 [www.lautrite.qc.ca/qui-smmes-nus.fr.html]

5 en assurance de dmmages au Québec 3 À la suite du scandale américain, le Cnseil canadien des respnsables de la réglementatin d assurance (ci-après le CCRRA) et les autrités prvinciales, dnt l Autrité des marchés financiers au Québec, nt fait parvenir des questinnaires aux assureurs de dmmages afin de cnnaître certaines de leurs pratiques. À la suite de l analyse des questinnaires, dans sn rapprt du 14 avril 2005, l Autrité cnfirme que «Il n y aurait pas au Québec de prblème du type de ceux identifiés aux États-Unis 2.» De sn côté, le CCRRA mentinne dans sn rapprt du 3 juin 2005 que «Les répnses n nt révélé aucune activité illégale en matière d assurance 3.» Malgré le fait que les incidents survenus aux États-Unis cncernent strictement les curtiers d assurance, c est tute l industrie de l assurance de dmmages, tant au Canada qu au Québec, qui a été malmenée dans les médias. Les autrités réglementaires canadiennes l nt mentinné, aucune activité frauduleuse n a eu lieu ici. Des règlements snt en place et gèrent ce secteur d activité et l Autrité ne devrait pas réagir en alurdissant la réglementatin de l Industrie. L analyse des questinnaires amènent cependant l Autrité à cnclure que la grande majrité des curtiers ne snt pas indépendants. Le dcument de l Autrité du 14 juillet 2005 Le 14 juillet dernier, l Autrité a présenté sn dcument de Cnsultatin publique sur les pratiques cmmerciales en assurance de dmmages. Cette cnsultatin vise à rienter l élabratin de mesures réglementaires dans le but de favriser, d une part, de saines pratiques entre les curtiers et les assureurs, et, d autre part, un envirnnement qui ffre aux cnsmmateurs des cnditins permettant un chix éclairé. Ce rapprt reprend certains cnstats (cncentratin, dépendance des curtiers) qui avaient été sulevés dans le rapprt du 14 avril dernier. 2 3 AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS, Les pratiques cmmerciales dans le secteur du curtage en assurance de dmmages au Québec, Cnstats à la suite de l analyse des questinnaires envyés aux cabinets de curtage et aux assureurs en assurance de dmmages, 14 avril 2005, p. 2. CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE, ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA, Dcument de cnsultatin prduit par le cmité de révisin des pratiques de l industrie, Relatins entre assureurs et intermédiaires, 3 juin 2005, p. ii.

6 en assurance de dmmages au Québec 4 PARTIE I ÉVOLUTION DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC Le marché de l assurance de dmmages au Québec a grandement évlué au curs des vingt dernières années. En effet, en 1985, les parts de marché en assurance autmbile étaient réparties cmme suit : 20,3 % pur les assureurs directs cmparativement à 79,7 % pur les assureurs à curtiers. En 2004, le prtrait est tut autre. En effet, les assureurs directs représentent 47,5 % du marché cmparativement à 52,5 % pur les assureurs à curtiers. En ce qui cncerne les biens, tant pur les particuliers que pur les entreprises, là aussi les parts des assureurs directs nt augmenté, atteignant 50,8 % et 17,0 % respectivement. Si n analyse le nmbre d assureurs présents dans l assurance autmbile, il passe de 133 assureurs en 1985 à 105 assureurs en En fait, durant cette péride, le nmbre d assureurs directs est passé de 38 à 54, alrs que le nmbre d assureurs à curtiers est passé de 95 à 51. Si n regarde les dnnées pur tutes catégries cnfndues, le vlume de primes des assureurs directs est passé de 19,1 % en 1985 à 36 % en Pur les assureurs à curtiers, le vlume est passé de 80,9 % à 64 %. En ce qui cncerne le nmbre d assureurs actifs, il est passé de 226 à 151 pur la même péride. Cette situatin s explique par la cnslidatin du marché suite à un nmbre imprtant de fusins et d acquisitins. Ces fusins et acquisitins vécues par l industrie de l assurance de dmmages au curs des dernières années snt similaires à celles subies par d autres industries. Malgré cette diminutin du nmbre d assureurs, il n en demeure pas mins que le cnsmmateur québécis a le privilège d avir un vaste chix et que nus smmes en présence d un marché frtement cncurrentiel, aucun assureur u grupe d assureurs n étant en mesure d en prendre le cntrôle.

7 en assurance de dmmages au Québec 5 PARTS DE MARCHÉ DES ASSUREURS DIRECTS ET À COURTIERS Autmbile Primes émises Nmbre d assureurs actifs Direct 20,3 % 29,0 % 34,1 % 40,0 % 47,5 % Curtier 79,7 % 71,0 % 65,9% 60,0 % 52,5 % Biens Particuliers - Direct Entreprises - Direct 30,1 % 42,3 % 50,8 % 8,9 % 17,1 % 17,0 % Primes émises Nmbre d assureurs actifs Primes émises Nmbre d assureurs actifs Ttal - Direct 20,5 % 21,3 % 26,1% 32,0 % 35,1 % Particuliers - Curtier Entreprises - Curtier Ttal - Curtier 69,9 % 57,7 % 49,2 % 91,1 % 82,9 % 83,0 % 79,5 % 78,7 % 73,9 % 68,0 % 64,9 % Ttal des catégries Direct 19,1 % 23,6 % 27,7 % 33,2 % 35,9 % Curtier 80,9 % 76,4 % 72,3 % 66,8 % 64,0 % Surces : INSPECTEUR GÉNÉRAL DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES, Rapprt annuel sur les assurances, 1985, 1990, 1995, 2000 AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS, Rapprt annuel sur les assurances 2004, 2005

8 en assurance de dmmages au Québec 6 PARTIE II LA SITUATION ACTUELLE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC Le caractère distinct de l industrie de l assurance de dmmages L industrie de l assurance de dmmages, dnt les rigines au Canada remntent à 1804, cnstitue la plus ancienne industrie de services financiers du Canada et sa plus distinctive. Le rôle de l assurance de dmmages et les caractéristiques de cette industrie diffèrent de ceux de tutes les autres industries de services financiers. L industrie de l assurance de dmmages furnit un filet de sécurité qui facilite la pursuite de l innvatin et de l investissement. Face à la plupart des risques qui caractérisent la vie de tus les jurs, elle apprte la tranquillité d esprit nécessaire pur appuyer une écnmie slide et dynamique. Les assureurs de dmmages distribuent principalement leurs prduits en fnctin de tris catégries bien distinctes : l assurance autmbile, l assurance habitatin et l assurance des entreprises. Cmme nus l avns mentinné précédemment, l industrie de l assurance de dmmages est très distincte des autres industries du secteur financier puisque les prduits d assurance de dmmages ne snt pas des prduits ayant pur but d ffrir un service de gestin du patrimine. L assurance de dmmages vise plutôt à mettre en place un fnds destiné à payer les sinistres subis par les assurés ayant cntribué à ce fnds. La gestin de ce fnds relève davantage d un service de gestin des risques et requiert une expertise tut à fait différente d un service de gestin du patrimine que l n retruve dans les autres types d institutins financières. En fait, un prduit d assurance de dmmages n accumule pas la richesse, mais minimise plutôt les pertes ptentielles. À la base, les prduits d assurance de dmmages snt bien différents des autres prduits financiers. Le cnsmmateur achète un prduit d assurance de dmmages afin de se prtéger, durant une certaine péride de temps, habituellement un an, cntre les pssibilités d une situatin imprévue susceptible de mettre en péril sa sécurité financière. Cntrairement aux prduits d investissement, les prduits d assurance de dmmages ne cmprtent aucune pssibilité de prfits u de pertes. Le principal travail des assureurs de dmmages est d évaluer le risque de perte auquel le cnsmmateur fait face. C est purqui n qualifie les prduits d assurance de dmmages de cntrats d indemnité qui servent tut simplement à replacer le patrimine des cnsmmateurs dans une situatin financière identique à celle qui existait au jur du sinistre. Ainsi, l assurance de dmmages n a pas pur but de prévenir les pertes u de diminuer les chances que celles-ci surviennent, quique les assureurs tentent de sensibiliser leurs assurés à ce chapitre, mais a plutôt pur but d éliminer l incertitude qui purrait déculer d un sinistre atteignant les biens de l assuré. Chix et services L industrie de l assurance de dmmages est un secteur des plus cncurrentiels dans l industrie des services financiers. En effet, il existe une multitude de cmpagnies d assurance qui se fnt cncurrence au Québec pur cmbler les besins des cnsmmateurs d assurance. L industrie québécise de l assurance de dmmages n est dminée ni par une seule sciété ni par un petit grupe d entreprises.

9 en assurance de dmmages au Québec 7 Une industrie saine et des primes stables Le cnsmmateur québécis prfite de la cmpétitin pur avir des primes stables. Le Rapprt annuel sur la tarificatin en assurance autmbile en 2004 indique que «...l analyse du marché de l assurance autmbile mntre que celui-ci demeure cncurrentiel et que la cncurrence varie d un segment à l autre du marché. L étude effectuée permet également de cnstater que les frces du marché réagissent adéquatement aux changements de tarifs 4.» L analyse faite par l Autrité démntre clairement que le marché de l assurance autmbile est cncurrentiel et que le cnsmmateur en bénéficie pleinement. Seln les statistiques du Grupement des assureurs autmbiles (ci-après le GAA), la prime myenne au Québec en 2004 était de 721 $ (incluant la prime de la SAAQ) psitinnant ainsi le Québec en deuxième place après la Saskatchewan. De plus, n s aperçit que les primes au Québec snt parmi les plus basses et ce, depuis plusieurs années. De plus, tujurs seln le GAA, la prime myenne en assurance autmbile n a augmenté que de 15,97 % en dix ans. Une autre bnne indicatin de stabilité dans l Industrie. Un tableau cmparatif des primes en assurance autmbile se truve en annexe. 4 AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS, Rapprt annuel sur la tarificatin en assurance autmbile en 2004, 2005, p.41.

10 en assurance de dmmages au Québec 8 PARTIE III L INDUSTRIE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC : UNE INDUSTRIE DYNAMIQUE ET PROACTIVE RESPECTUEUSE DES CONSOMMATEURS Au Québec, l industrie de l assurance de dmmages est grandement réglementée et surveillée par les autrités réglementaires : lis, règlements, lignes directrices, nrmes de slvabilité. Tut est mis en place pur s assurer que les cnsmmateurs sient bien prtégés. Au-delà de tutes ces règles, les assureurs nt mis en place, de leur prpre chef u en partenariat avec d autres rganismes, divers mécanismes et plans afin de s assurer que les cnsmmateurs ne sient pas laissés à eux-mêmes. Au fil des ans, ces services et mécanismes nt permis d ffrir un service à valeur ajutée, et ce, sans que les autrités réglementaires n aient à intervenir. En fait, l industrie de l assurance de dmmages au Québec en est une dynamique et practive qui s est tujurs prise en main. Une liste nn exhaustive de tut ce qui a été mis en place au curs des années est présentée ci-dessus : Centre d infrmatin sur les assurances Les assureurs nt créé le Centre d infrmatin sur les assurances afin de répndre aux questins des cnsmmateurs tut en leur transmettant une infrmatin juste et neutre sur leurs sujets de préccupatin en assurance autmbile, habitatin u des entreprises. Le Centre reçit annuellement plus de appels prvenant de cnsmmateurs et d intervenants : Mécanisme d accès en assurance autmbile La Li sur l assurance autmbile prévit que chaque prpriétaire d autmbile dit détenir une assurance respnsabilité minimum de $. Le GAA a mis en place un mécanisme d accès en assurance autmbile qui permet d impser aux assureurs les risques des différents assurés aux prises avec des difficultés d accès à l assurance autmbile : Cnstat amiable Le cnstat amiable est un rapprt d accident à remplir à la suite d une cllisin qui n a fait aucun blessé. Ce rapprt vise à simplifier le règlement des demandes d indemnité pur les assurés lrs d un accident à maintenant : Campagne annuelle d éducatin auprès des cnsmmateurs Infrmer, sensibiliser, éduquer le cnsmmateur : tris préccupatins du BAC. Depuis des années, le BAC entreprend, en cllabratin avec le GAA, une campagne d éducatin annuelle qui explique les ruages de l assurance et dnne des éléments de préventin afin d aider le cnsmmateur à mieux prtéger sa famille et sn patrimine. Au curs des années, une série de dépliants nt été créés pur répndre aux questins des cnsmmateurs. De plus, un site Web dédié aux cnsmmateurs a été dévelppé. Des milliers

11 en assurance de dmmages au Québec 9 d internautes cnsultent chaque année le afin d btenir de l infrmatin sur l assurance de leurs biens, prpriété et autmbile : Plan urgence sinistre Ce plan a cmme missin de permettre aux assureurs de dmmages d intervenir cllectivement et rapidement auprès des victimes de sinistres afin de les infrmer sur l étendue et la nature des prtectins d assurance et les mdalités pur adresser leur demande d indemnité. En dnnant aux assurés l aide et l infrmatin requises en situatin d urgence, le plan vise à leur permettre de reprendre leurs activités régulières et de retruver ainsi une situatin nrmale dans les plus brefs délais : Fichier central des sinistres autmbiles Il s agit d une base de dnnées de tus les sinistres autmbiles survenus au curs des six dernières années et pur lesquels une indemnité a été u sera versée, et ce, quel que sit l endrit ù le sinistre s est prduit, le type de sinistre (accident, vl, vandalisme) que vus syez respnsable u nn. Le cnsmmateur peut cnsulter, sans frais, les infrmatins recueillies dans sn dssier et demander des crrectins en cas d erreur. Le Fichier central des sinistres autmbiles permet une équité dans l élabratin des primes en assurance autmbile puisqu il permet d évaluer le risque sur une base individuelle : Frmulaires en assurance habitatin du Québec (FAHQ) À la demande de diverses assciatins de cnsmmateurs dnt l Assciatin des cnsmmateurs du Québec, le BAC a rédigé des frmulaires d assurance habitatin et a demandé aux assureurs de s engager à ffrir au minimum les garanties cntenues dans ces frmulaires. Les assureurs détenant envirn 85 % des parts de marché nt signé une cnventin à cet effet : Mécanisme d accès en assurance habitatin Tute persnne aux prises avec un prblème d accès à l assurance habitatin peut s adresser au BAC qui a élabré un mécanisme d accès en assurance habitatin. Les cnsmmateurs divent tutefis faire certaines démarches avant de faire appliquer ce mécanisme qui lie tus les assureurs signataires de la Cnventin d adhésin au mécanisme d accès à l assurance habitatin. Il faut nter que ce mécanisme d accès est unique au Canada puisqu il permet d impser à un assureur un risque pur lequel le cnsmmateur n a pas d bligatin de détenir une plice d assurance : Service de médiatin (assurance autmbile et habitatin) Le BAC a mis en place en 1999 un service de médiatin pur aider les cnsmmateurs à régler leurs différends par d autres myens que la pursuite devant les tribunaux. Ce service a depuis évlué et s est greffé au Service de cnciliatin en assurance de dmmages mis en place en 2002.

12 en assurance de dmmages au Québec : Mécanisme d accès renfrcé en assurance autmbile Le mécanisme renfrcé d accès au marché de l assurance autmbile, mis en place par le GAA, a pur but de prcurer au prpriétaire d une autmbile circulant au Québec des garanties supérieures à celles prévues par la Li sur l assurance autmbile. Ce mécanisme lie tus les assureurs agréés signataires de la Cnventin d adhésin au mécanisme renfrcé d accès à l assurance autmbile. Cmme pur le mécanisme d accès à l assurance habitatin, le cnsmmateur dit avir effectué quelques démarches avant de demander l aide du GAA : Calitin pur la prmtin des prfessins en assurance de dmmages Face à un prblème criant de pénurie de main-d euvre, l industrie de l assurance de dmmages (incluant plusieurs partenaires) s est prise en main et a créé la Calitin pur la prmtin des prfessins en assurance de dmmages. Cette calitin a pur missin d intéresser davantage de candidats aux carrières ffertes par l industrie de l assurance de dmmages et revalriser l image des prfessinnels euvrant en assurance de dmmages. Cette calitin est piltée par la Chambre de l assurance de dmmages. Autres interventins Subventins diverses Préventin de la criminalité Lutte cntre le vl autmbile Inf-Crime Sécurité civile.

13 en assurance de dmmages au Québec 11 PARTIE IV LA RÉGLEMENTATION QUI ENCADRE LES ASSUREURS Cmplexité de la réglementatin Ntre sciété est régie par des lis et règlements. Ces lis et règlements encadrent ns activités qutidiennes en tant que sciété et mettent de l rdre dans ns relatins sciétales. Les lis et règlements nt également cmme bjectifs de prtéger la sciété cntre des abus et de s assurer que chaque persnne est traitée de façn équitable. L industrie de l assurance de dmmages ne fait pas exceptin. Une multitude de lis et règlements régissent les activités des cmpagnies d assurances, les représentants et les experts en sinistres. On peut penser ntamment à la Li sur la distributin de prduits et services financiers, la Li sur les assurances, la Li sur l assurance autmbile et le Cde civil du Québec ainsi que l ensemble de règlements afférents. Cette multitude de législatin est très lurde pur l Industrie. À la lecture du dcument dépsé par l Autrité le 14 juillet 2005, celle-ci semble vulir ajuter à la réglementatin déjà existante. Habituellement, l État va intervenir dans un marché cmpétitif quand il existe des signes de défaillance du marché. Puisque les résultats des questinnaires de l Autrité n nt démntré aucune illégalité dans les pratiques cmmerciales au Québec, il faut se questinner de la nécessité d ajuter de la réglementatin. Cnséquemment, nus cryns qu il est pprtun d émettre certaines balises qui devraient guider tute nuvelle initiative d ajuter aux lis et règlements existants. Une série de questins devraient être psées et ce, dans l rdre suivant : 1. Quel prblème suhaitns-nus résudre? 2. Est-ce que l Industrie a été cnsultée? 3. Est-ce que l Industrie purrait s autréglementer? 4. Est-ce que la législatin u la réglementatin est la seule avenue pssible? À l autmne 2003, le BAC a présenté au Bureau de transitin sur l encadrement du secteur financier, un rapprt intitulé «Rapprt sur les irritants en assurance de dmmages». Ce rapprt faisait état des nmbreux irritants auxquels fnt face actuellement les assureurs et les représentants en assurance de dmmages. De plus, ce rapprt cntenait un certain nmbre de recmmandatins destinées à faire en srte que l encadrement des assureurs de dmmages sit réellement allégé afin d amélirer leur efficacité pératinnelle, de réduire les cûts et de simplifier les prcédures tut en garantissant la prtectin des cnsmmateurs de prduits et services financiers. Une réglementatin accrue de la part de l Autrité irait à l encntre des recmmandatins faites par le BAC à cet effet et à l encntre de l bjectif de l Autrité de «simplifier la vie de l industrie financière».

14 en assurance de dmmages au Québec 12 PARTIE V LE POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR L Autrité et l industrie de l assurance nt à ceur la prtectin du cnsmmateur. D une part, l Autrité veille à ce que le cnsmmateur sit bien prtégé et, d autre part, les assureurs de dmmages ffrent aux cnsmmateurs des prduits d assurance qui crrespndent à leurs besins. Tant pur l Autrité que pur les assureurs, le bien-être du cnsmmateur est primrdial. Le cnsmmateur a tujurs le puvir de magasiner et acheter le prduit d assurance qui lui cnvient le mieux. La présence des différents réseaux de distributin ffre ces pssibilités au cnsmmateur et nus cryns qu il est imprtant de les préserver pur assurer une cncurrence saine et lyale entre ces réseaux. Un cnsmmateur bien infrmé Nus smmes d avis que le cnsmmateur a le drit de recevir tute l infrmatin utile et pertinente qui purrait l aider dans sa réflexin et sa prise de décisin lrs de l achat d un prduit d assurance. Un cnsmmateur bien infrmé prendra de meilleures décisins. Les assureurs snt cnscients que le cnsmmateur a besin de certaines infrmatins pur faire un chix éclairé dans l achat de prduits financiers. À cet effet, la divulgatin d infrmatin pertinente et la transparence snt de mise. Par cntre, trp d infrmatin purrait, au cntraire, cnfndre le cnsmmateur dans sn chix. Dans la pratique, cette divulgatin serait faite par le cabinet de curtage u par la cmpagnie d assurance. Nus n avns pas l intentin de cmmenter la questin de divulgatin par les cabinets de curtage puisque le BAC ne les représente pas. Cependant, nus cnsidérns imprtant que l ensemble de l Industrie participent à cette transparence au prfit du cnsmmateur. Il faut cependant déterminer le type d infrmatin qui est nécessaire pur le cnsmmateur dans sa prise de décisin, à quel mment et par quel myen, cette infrmatin devrait être divulguée. Afin d unifrmiser le cntenu, le BAC serait prêt à prduire un frmulaire type qui serait utilisé par l ensemble de ses membres. Ceci faciliterait le travail de cmparaisn et de magasinage du cnsmmateur.

15 en assurance de dmmages au Québec 13 PARTIE VI RÉPONSES AU DOCUMENT DE L AUTORITÉ La cncentratin du vlume d affaires et les pratiques cmmerciales Cmmentaires généraux Le marché actuel de l assurance de dmmages au Québec est cmpétitif. L Autrité dit éviter d ajuter de la lurdeur à la réglementatin encadrant l Industrie. Nus cryns que l ensemble des faits rendus publics par l Autrité démntre que certaines pratiques divent être revues mais que cette révisin purra se faire sans réglementatin additinnelle. L Industrie s est autréglementée à plusieurs reprises. Q1 Dit-n réglementer u encadrer les différents incitatifs qui favrisent la cncentratin du vlume d affaires? Avant de vulir réglementer u encadrer, il faut clairement expliquer la prblématique qu n suhaite résudre. L Autrité se base sur une analyse des questinnaires envyés à la fin de Cependant, l Autrité effectue présentement une série d enquêtes sur les mêmes sujets que la présente cnsultatin. Il faut ajuter qu une série de lis et de réglementatin snt déjà en place. L Autrité devra s assurer qu elle assure une meilleure surveillance de la réglementatin actuelle et s il le faut, impse des sanctins pur des manquements, et ce, avant de mettre en place de nuveaux règlements. Nus cryns plutôt que la transparence et la divulgatin d infrmatin pertinente au cnsmmateur pur qu il prenne une décisin éclairée est la slutin plutôt que l encadrement des incitatifs aux curtiers. Ceci lui permettra de faire des chix libres et éclairés. Q2 Au Québec, n entend suvent mentinner qu il n y a plus assez d assureurs qui distribuent leurs prduits par le biais de cabinets de curtage? Qu en pensez-vus? L évlutin est le résultat d un marché cmpétitif et de la transfrmatin écnmique de l industrie. Malgré ces changements imprtants, le cnsmmateur a tujurs un vaste chix de prduits d assurance et de distributeurs. Si le marché de l assurance de dmmages a changé de façn si imprtante au curs des années, n le dit à la dynamique fndamentale de l écnmie sit de l ffre et de la demande. Ce libre marché ù la cncurrence est favrisée entre les assureurs, les pusse à se démarquer, à ffrir des prduits à valeur ajutée prfitant ainsi au cnsmmateur.

16 en assurance de dmmages au Québec 14 Q3 À partir de quel purcentage peut-n cnsidérer qu il y a cncentratin du vlume d affaires auprès d un assureur? Ce purcentage s exprime par le vlume de primes en fnctin du vlume ttal suscrit par ligne d affaires (par exemple, xx % en assurance autmbile). Nus cryns que l Autrité devrait laisser le marché pérer librement, tut en respectant le cadre législatif et réglementaire en place. En précnisant la transparence face au cnsmmateur, cette prblématique de cncentratin devient secndaire. Q4 Sachant que ntre analyse démntre que les cabinets cncentrent leur vlume d affaires auprès de un u de deux assureurs, quelles snt les cnséquences de cette cncentratin pur le cnsmmateur? Le BAC cnsidère que le cnsmmateur, le client de l assureur, dit être bien renseigné dans sn prcessus d achat d un prduit d assurance. La transparence et la divulgatin d infrmatin pertinente snt imprtantes pur qu il prenne une décisin éclairée. Q 5 Quels snt les services fferts par les curtiers qui les distinguent des agents euvrant pur des assureurs directs? Les services snt similaires mais cmprtent certaines différences. Le curtier, autant que l agent, se dit de cnseiller le cnsmmateur sur le type de prtectin qui sera le mieux adapté à ses besins. Le curtier va ffrir également la pssibilité de magasiner un prduit d assurance pur sn client ce que l agent ne peut pas faire. Il faut retenir que le cnsmmateur peut tujurs magasiner et cmparer lui-même les primes et les prduits. Est-ce que cette distinctin demeure lrsqu il y a une cncentratin des affaires avec un u plusieurs assureurs? Cnclusin À cnditin que le cnsmmateur sit bien infrmé de la situatin d affaires du curtier, nus ne vyns pas d incnvénient à la cncentratin bservée sur le marché. Encre une fis, nus cryns que la transparence aura cmme effet de laisser au cnsmmateur la liberté de chisir le prduit d assurance et le distributeur qui lui cnvient. Au curs des vingt dernières années, le marché de l assurance de dmmages a grandement évlué au Québec et les pratiques des cnsmmateurs aussi. Ainsi, les parts de marché des assureurs directs nt augmenté au fil des ans. De plus, des fusins et acquisitins, autant chez les assureurs que chez les curtiers, nt fait en srte qu il y a mins de jueurs sur le marché. Par cntre, le cnsmmateur a tujurs et aura tujurs un vaste chix de prduits d assurance ainsi que de distributeurs. Avant de réglementer u encadrer la cncentratin, l Autrité dit agir avec prudence en dnnant pririté à la transparence plutôt qu à la réglementatin.

17 en assurance de dmmages au Québec 15 Les prêts aux cabinets Cmmentaires généraux Dans le cadre de ses pératins u de sn dévelppement, il peut arriver qu un cabinet de curtage ait besin de liquidités pur pursuivre ses activités et assurer sa crissance. Cet apprt d argent peut, dans certains cas, être vital et dans d autres cas, peut permettre de saisir une pprtunité d affaires, acheter un autre cabinet par exemple. De plus, les prêts aux cabinets et les actins d un cabinet détenues par un assureur (qui sernt traitées dans la prchaine sectin), snt deux frmes de financement qui cnstituent des utils utiles pur aider les curtiers à assurer la relève dans les cabinets. À titre d exemple, citns le cas du prpriétaire de cabinet qui désire prendre sa retraite et vendre à un curtier plus jeune qui n a pas les myens financiers d acheter le cabinet et dnt le financement traditinnel serait trp néreux pur lui. Dans un tel cas, le financement par un assureur est suvent une des seules ptins. Dans un cntexte de pénurie de la main-d euvre dans l industrie de l assurance de dmmages, l Autrité ne devrait pas bannir ces prêts. Auparavant, les cabinets puvaient se turner vers les grandes institutins financières, mais au fil des ans, la majrité des grandes banques nt refusé de leur accrder des prêts. Actuellement, il semble qu une seule institutin financière accrde ce genre de prêt et il semble qu elle sit une des seules à cnsidérer l achalandage d un cabinet de curtage cmme un actif. Ne cnsidérant pas cet achalandage, les autres institutins financières évaluent les actifs d un cabinet à très peu de chses et dnc, ne prêtent pas les smmes requises. Face aux difficultés rencntrées par les curtiers auprès des grandes institutins financières pur l btentin de prêts, les cabinets nt cmmencé au curs des années 1990 à se turner vers leurs partenaires d affaires, les assureurs. Cnnaissant l industrie de l assurance et pssédant certaines liquidités, les assureurs étaient en mesure de supprter leur réseau de curtage, de garantir sa pérennité, cnserver un réseau sain et cmpétitif et maintenir des emplis. Q6 Si l Autrité envisageait d interdire l ctri de prêts par les assureurs aux cabinets qui distribuent leurs prduits, cela nuirait-il de façn significative à la capacité de dévelppement des curtiers? Le cas échéant, quelles seraient les démarches et par qui devraient-elles être faites pur faciliter l accès au financement auprès d autres prêteurs, tels que les institutins financières? Nus ne puvns pas répndre à cette questin à la place des cabinets de curtage. Si l Autrité suhaite vir disparaître ces pratiques de prêts venant des assureurs, une plus grande uverture des institutins financières est indispensable. Hrs, la très grande majrité des institutins financières semble avir délaissé ces entreprises de distributin depuis lngtemps et, encre aujurd hui, très peu recnnaissent la valeur de l achalandage des curtiers.

18 en assurance de dmmages au Québec 16 Q7 Est-ce qu un assureur qui prête à un curtier, avec u sans cnditins, s attend à être favrisé lrs des recmmandatins au cnsmmateur? Et purqui? Lrs de l ctri d un prêt à un cabinet de curtage, des clauses y snt insérées, cmme dans tut cntrat de prêt, et le cabinet devrait les respecter. Évidemment le prêt dit être rembursé, mais il peut aussi y avir des clauses de vlume, c est-à-dire que le cabinet dit amener un vlume de primes minimal à l assureur. Par cntre, il ne faut pas perdre de vue que le curtier est sumis à un cde d éthique et de déntlgie et qu il dit bien cnseiller sn client. Le curtier dit tujurs faire passer les intérêts de sn client avant les siens. Q8 Est-il vrai que les assureurs ctrient des prêts d un mntant supérieur u à un taux d intérêt plus avantageux, cmparativement à ce qu ffrent les institutins financières? Seln quels critères et purqui? Qu est-ce que cela rapprte aux assureurs? Tel que mentinné précédemment, les assureurs qui cnsentent des prêts aux cabinets de curtage le fnt dans une perspective de prtectin de leur réseau de distributin, ils ne suhaitent pas faire cmpétitin aux institutins financières. Les assureurs à curtiers se divent de prtéger leur réseau de distributin sinn ils vnt tut simplement disparaître. C est une pératin d affaires pur aider le curtier. Mentinnns que la majrité des prêts snt accrdés au taux du marché. Q9 Existe-t-il une crrélatin entre les smmes prêtées par les assureurs et le vlume d affaires qu ils exigent aux curtiers? Cnclusin Lrsqu un assureur cnsent un prêt à un curtier, cette transactin financière engendre des cûts pur l assureur. Dans une telle situatin, l assureur fait face à deux chix, sit investir ses prpres fnds dans des placements qui rapprternt beaucup, sit prêter au cabinet et assurer sa survie à lng terme. En prêtant au cabinet au taux du marché, l assureur va encurir des pertes, en cmparaisn d un placement plus perfrmant. Face aux difficultés rencntrées par les curtiers auprès des grandes institutins financières pur l btentin de prêts, les cabinets de curtage se snt returnés vers leurs partenaires d affaires naturels, sit les assureurs. Ces derniers, dans le but de supprter leur réseau de distributin, nt cnsenti des prêts aux cabinets. En fait, pur l assureur et le cabinet, c est une stratégie de survivance qui prône la défensive et nn la practivité. Tut cmme la prblématique de la relève dans le mnde de l assurance de dmmages, l Industrie s est prise en main (le curtier sllicite un prêt et l assureur lui accrde) afin d assurer sa pérennité. Dans un suci de transparence, le BAC suggère une apprche d autdiscipline à l effet que les assureurs infrmernt l Autrité de tut prêt cnsenti à un cabinet de curtage.

19 en assurance de dmmages au Québec 17 Finalement, il est imprtant de rappeler que cette pratique ne se fait pas au détriment du cnsmmateur. Les cnsmmateurs ne snt pas lésés. Le Cde de déntlgie du représentant en assurance stipule très bien que les intérêts du cnsmmateur divent passer en premier. Les liens de prpriété Les actins d un cabinet détenues par un assureur Cmmentaires généraux Au Québec, la li actuelle prévit qu un cabinet de curtage peut être détenu par des assureurs jusqu à 20 % du capital-actins, alrs qu ailleurs au Canada, il n y a pas de limite sur la prpriété de la part des assureurs. Cmme dans le cas des prêts, un curtier peut avir besin de capitaux pur sn dévelppement et sa pérennité, et le capital-actins détenu par un assureur est un des myens pur y arriver. D un pint de vue de liens d affaires, il est nrmal qu un curtier se turne vers un assureur avec lequel il a d excellents liens et le sllicite pur un prêt u pur une participatin dans le capital-actins. Encre une fis, ces pratiques qui nt curs dans l Industrie actuellement le snt dans une perspective d appui et de supprt au dévelppement d un cabinet de curtage. Q10 Qu est-ce qui fait en srte que la participatin d un assureur dans le capital-actins d un cabinet lui prcure la première psitin relative au vlume d affaires de ce cabinet? Lrsqu n parle de cette première psitin relative, il faut se pser la questin à savir ce qui est arrivé en premier, le lien de prpriété u la première psitin de vlume. En effet, dans le cadre de ses activités d affaires, un cabinet de curtage (sans lien de prpriété de la part d un assureur) peut dévelpper des liens privilégiés avec un assureur. Ce lien purrait prcurer à l assureur, cette première psitin relative au vlume d affaires du cabinet. Si plus tard dans le temps, le curtier a besin de capitaux prpres pur pursuivre sn dévelppement, il est tut à fait nrmal qu il se turne vers cet assureur pur du financement. Il peut arriver qu un assureur qui a cnsenti un prêt ait la première psitin du vlume d affaires, mais l inverse est tut aussi vrai. L assureur peut être en première place sans qu il ait de lien de prpriété u avir un lien de prpriété. Q11 Quels snt les avantages u les désavantages pur un cabinet de curtage à ce qu un assureur participe à sn capital-actins u à la guvernance de sn entreprise? Est-ce que les avantages qui en déculent purraient être btenus autrement? L avantage principal qu un assureur puisse participer au capital-actins de sn cabinet réside dans le fait que des capitaux neufs y snt injectés afin de pursuivre sn dévelppement et d assurer sa pérennité. En fait, les assureurs ne veulent pas se mêler de l administratin du cabinet de curtage. De plus, cet investissement d argent neuf permet aux assciés du cabinet de répartir le risque d affaires avec un partenaire très bien infrmé de l Industrie.

20 en assurance de dmmages au Québec 18 Avec ce capital-actins, l assureur n btient pas de rembursement cmme dans le cas d un prêt mais participe plutôt au partage des prfits. Q12 Quel serait l impact de l ablitin de la limite de détentin de 20 % des actins d un cabinet en assurance de dmmages par un assureur sur la structure de l industrie du curtage en assurance de dmmages? Cnclusin Nus puvns difficilement présumer des impacts d une telle mesure. La li du libre marché devrait faire sn euvre. Par cntre, dans une perspective de prtectin du cnsmmateur et de transparence, le cabinet devrait l infrmer de la situatin. Le fait que des assureurs aient des liens de prpriété dans ces cabinets se résume à une chse : la li du libre marché. C est une questin d ffre et de demande. De plus, ce ne snt pas tus les cabinets de curtage qui snt prêts à vendre une partie de leur capital-actins à une tierce partie. Pur des raisns de dévelppement et de survie, des cabinets de curtage apprchent des assureurs avec qui ils nt des relatins d affaires privilégiées afin d btenir des capitaux neufs. Cet argent investi par les assureurs leur assure que le réseau de curtage purra cntinuer à être cmpétitif dans le marché actuel. Le transfert en blc d un vlume d affaires d un cabinet à un assureur Cmmentaires généraux Lrs d un transfert en blc, le cnsmmateur devrait en être infrmé lrs du renuvellement de sa plice. Lrs d un transfert, généralement l assuré cnserve les mêmes garanties déjà ffertes. Diverses raisns peuvent pusser un curtier à effectuer un transfert en blc, par exemple, un cnflit avec un assureur, un mde pératinnel d un assureur qui cnvient mieux au curtier, un prduit qui crrespnd mieux aux besins des clients u tut simplement un assureur qui se retire d un créneau d affaires. Q13 La cmpensatin additinnelle reçue est-elle représentative des frais encurus par le curtier pur effectuer le transfert en blc? Purqui cette cmpensatin fluctue-t-elle entre 5 et 15 %? La cmmissin régulière ne devrait-elle pas déjà cuvrir ces frais? Lrs d un transfert en blc, des cûts divent être assumés par le curtier. Ces cûts snt, entre autres, les frais d administratin et les cmmissins cnditinnelles qui sernt perdues pur le cabinet. En réalisant un transfert, le cabinet ne sera pas admissible aux cmmissins cnditinnelles de fin d année et c est purqui des cmpensatins puvant atteindre 15 % snt cnsenties dans certains cas. De plus, cette cmmissin vise aussi à cmpenser le

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID CONDITIONS GENERALES RES PREPAID 1. Intrductin & définitins RES est un réseau d entreprises lcales, de PME, u de cmmerçants et persnnes qui exercent des prfessins libérales. Les particuliers snt encuragés

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises Assurance vie Résumé chapitre 8 Assurance vie pur entreprises Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. Les entreprises

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

Politique d investissement de la. MRC de Caniapiscau. Jeunes promoteurs

Politique d investissement de la. MRC de Caniapiscau. Jeunes promoteurs Plitique d investissement de la MRC de Caniapiscau Jeunes prmteurs Adptée le 15 septembre 2015 JEUNES PROMOTEURS Ce prgramme vise à aider les jeunes entrepreneurs (18-40 ans) à créer, à acquérir u à assurer

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnnes-ressurces : Jamie Bulnes Directeur de la plitique de réglementatin des membres 416 943-6928 jbulnes@iirc.ca Answerd Ramcharan

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021)

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021) Intrductin Ce plan pluriannuel expse les grandes lignes de la stratégie des Services à l enfance Grandir ensemble pur prévenir et éliminer les bstacles à l accessibilité afin de répndre aux exigences actuelles

Plus en détail

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012 PMCP 04-07-2012 Aût 2012 Réslutin 12-425 Table des matières 1. Faire signer une pétitin-requête par des prpriétaires, résidents et bénéficiaires des travaux... 1 2. Dépôt de la pétitin au cnseil... 2 3.

Plus en détail

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Mars 2011 COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Prtcle relatif aux cndminiums et aux cpératives de lgement en Ontari Les étapes suivantes ne snt que

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 COMMUNICATION DES FAIBLESSES DU CONTRÔLE INTERNE AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET A LA DIRECTION Intrductin (Applicable aux audits d états financiers

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

Choisir un coach-mentor

Choisir un coach-mentor Ce texte est une traductin d un dcument prduit par Assciatin f Cach Training Organizatins (ACTO)( www.actnline.cm), et endssé par Internatinal Cach Federatin (ICF). Dans ce texte le masculin inclut le

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS Les dns d œuvres d art à fins caritatives Les artistes snt suvent sllicités pur faire dn d une u de plusieurs de leurs œuvres. Ces demandes peuvent prvenir d rganismes caritatifs, muséaux u autres. Un

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION. Formation continue obligatoire

GUIDE D APPLICATION. Formation continue obligatoire GUIDE D APPLICATION Frmatin cntinue bligatire 2015 Révisé en décembre 2015 S E R V I C E D E L A F O R M A T I O N C O N T I N U E Smmaire 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES... 3 1.1 Intrductin... 3 1.2 Définitins...

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

Concours de bandes dessinées TELUS CyberFuté Crée ta propre bande dessinée et cours la chance de gagner.

Concours de bandes dessinées TELUS CyberFuté Crée ta propre bande dessinée et cours la chance de gagner. Cncurs de bandes dessinées TELUS CyberFuté Crée ta prpre bande dessinée et curs la chance de gagner. Le prgramme TELUS CyberFuté sensibilise les jeunes Canadiens âgés de 8 à 18 ans à la prtectin de leur

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque LE RÔLE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Cntenu Nminatin du directeur général Le rôle de cnseiller auprès des administrateurs Le rôle de gestinnaire Le directeur général et le service de biblithèque Relatins entre

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

PÉTITIONS ÉLECTRONIQUES GUIDE POUR LA CRÉATION ET LA

PÉTITIONS ÉLECTRONIQUES GUIDE POUR LA CRÉATION ET LA PÉTITIONS ÉLECTRONIQUES GUIDE POUR LA CRÉATION ET LA SOUMISSION D UNE PÉTITION CHAMBRE DES COMMUNES CANADA Chaque pétitin cmmence par une idée et franchit différentes étapes avant d être signée et présentée

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF 1 1. Principe a. Qu entend-n par directives cmmunales? b. Intérêt de la

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

ITIL 2011 Mise en production, contrôle et validation (RCV) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Mise en production, contrôle et validation (RCV) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Mise en prductin, cntrôle et validatin (RCV) avec certificatin 5 jurs (anglais et français) Vue d ensemble de la frmatin ITIL est un ensemble de cnseils sur les meilleures pratiques, devenu un

Plus en détail

TAI054 Utiliser un logiciel de gestion de parc (généralités) TABLE DES MATIERES

TAI054 Utiliser un logiciel de gestion de parc (généralités) TABLE DES MATIERES Apprt d infrmatins et de cnnaissances TAI054 Utiliser un lgiciel de gestin de parc (généralités) TABLE DES MATIERES 1 INTRODUCTION... 2 2 FONCTIONS DES LOGICIELS DE GESTION DE PARC... 3 2.1 ACQUISITION

Plus en détail

Fiche n 4 : La convention annuelle

Fiche n 4 : La convention annuelle Fiche n 4 : La cnventin annuelle Champ d applicatin 1. Opérateurs cncernés 2. Prduits cncernés 3. Durée de la cnventin annuelle 4. Date de cnclusin de la cnventin annuelle Cntenu de la cnventin annuelle

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES Nvembre 2009 Table des matières Intrductin...1 1. Règles de cnfrmité...3

Plus en détail

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les Lignes directrices aux fins d ctryer une aide financière aux OBNL lcataires dans des immeubles nn résidentiels impsables œuvrant dans les dmaines de l art et de la culture, du dévelppement scial et cmmunautaire

Plus en détail

Politique de Service à la clientèle

Politique de Service à la clientèle Plitique de Service à la clientèle Ntre engagement : Innver et aller au-delà de vs attentes! Révisée aût 2009 Table des matières 1. Missin de l entreprise 2. Clientèle et services distinctifs 3. Départements

Plus en détail

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ Grâce à la directive «services», les cnsmmateurs purrnt accéder plus facilement à une gamme de services plus large et de meilleure qualité à

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE Intrductin : Imprtance de la mnnaie pur les échanges de biens et de services sur un marché. Evlutin vers une dématérialisatin de plus en plus imprtante Passage du trc

Plus en détail

CHAPITRE: Etude de marché

CHAPITRE: Etude de marché CHAPITRE: Etude de marché Plan : I-Ntin de bases :.. I.1- Marketing : I.1.1 Etymlgie I.1.2 Définitin I.2- Marché: I.2.1. Définitin I.2.2 Classificatin I.3- Cncurrence :... I.4- I.5- Ciblage :. Segmentatin

Plus en détail

LES CHARGES ACTIVABLES. Inscription à l'actif du bilan de charges par décision de gestion.

LES CHARGES ACTIVABLES. Inscription à l'actif du bilan de charges par décision de gestion. LES CHARGES ACTIVABLES Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Inscriptin à l'actif du bilan de charges par décisin de gestin. Distinguer les frais accessires et les frais d'acquisitin lrs de l'acquisitin

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012 ARGUMENTAIRE Evlutin des cntrats CSM Préambule Ce dcument vient cmpléter ce qui a été cmmuniqué dans l Actualité Fédérale n 31 du 5 janvier. Il a pur bjectif d apprter les répnses et les explicatins aux

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique Mieux cnnaître le licenciement écnmique 1 ère partie : La ntin de licenciement pur mtif écnmique «Cnstitue un licenciement pur mtif écnmique le licenciement effectué par un emplyeur pur un u plusieurs

Plus en détail

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation Stage pur étudiant-e-s en Master «Scilgie» Dcument de présentatin Exemple d image Année académique 2015-2016 Prfesseur respnsable du Master en scilgie : Philip Balsiger LE CONCEPT DE STAGE Dans le cursus

Plus en détail

En collaboration avec la direction territoriale du MFA

En collaboration avec la direction territoriale du MFA Prpsitins pur faciliter l utilisatin de l Entente de services de garde à cntributin réduite. En cllabratin avec la directin territriale du MFA Nus recherchns des slutins visant à : Simplifier le prcessus;

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Adptée le : 15 avril 1996 Lrs de la : 186 e réunin du cnseil d administratin Amendée le : 5 ctbre 2015 Lrs de la : 305 e réunin du cnseil d administratin Cllège

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit : Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES OCTOBRE 2015 PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX (CFI) CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ

Plus en détail

Directive relative au traitement des données de Health Info Net

Directive relative au traitement des données de Health Info Net dnnées de Health Inf Net Le traitement des dnnées persnnelles chez Health Inf Net AG () 1 Dispsitins générales 1.1 But et champ d applicatin Le dmaine de la santé est régi par des dispsitins légales particulièrement

Plus en détail

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI dévelpper Mes capacités SécuriSer mn avenir prfessinnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI Savir évluer dans sn empli u rebndir pur en retruver un Les réalités bservées auprès de nmbreux

Plus en détail

Contrat de formation professionnelle SAISON 2015-2016

Contrat de formation professionnelle SAISON 2015-2016 ENTRE LES SOUSSIGNÉS : L ORGANISME DE FORMATION Assciatin Human Music 80 rue prt byer 44 300 Nantes Représentée par Julien Bertex, respnsable des frmatins N de déclaratin d activité : 52 44 0749744 N de

Plus en détail

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine Cnventin de prestatins de services pur l accmpagnement à l efficacité énergétique du patrimine N La cnventin suivante est passée entre : La Cmmune/Cllectivité de représentée par dûment habilité(e) à la

Plus en détail

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale La Burse Étienne-Beauclair Banque Natinale Burse d' excellence destinée aux persnnes ayant une déficience visuelle pur la réalisatin de prjets nvateurs 15 000 $ Dépsez vs candidatures entre Le 15 décembre

Plus en détail

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle Vers une Assemblée Natinale du XXIème siècle Le Plan d actin de l Assemblée Natinale pur le Partenariat pur un guvernement uvert Préface du Président de l Assemblée Natinale, Claude Bartlne Parallèlement

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

5.2 Améliorations au processus de réexamen

5.2 Améliorations au processus de réexamen 5.2 Améliratins au prcessus de réexamen Intrductin Le CCWG-Respnsabilité prpse un certain nmbre de réfrmes clés au prcessus de demande de réexamen de l'icann, par lequel le Cnseil d'administratin de l'icann

Plus en détail

Crédit bail (ou leasing)

Crédit bail (ou leasing) Crédit bail (u leasing) Enjeux pur les IMF Le crédit-bail u leasing (n parle également de «lcatin-vente») est une pératin simple, pratiquée depuis lngtemps dans de nmbreux pays. C est une alternative au

Plus en détail

Le Prix de l essentiel GUIDE D ANIMATION CAMPAGNE 2014-2015

Le Prix de l essentiel GUIDE D ANIMATION CAMPAGNE 2014-2015 GUIDE D ANIMATION CAMPAGNE 2014-2015 AOÛT 2014 TABLE DES MATIÈRES Présentatin et rigine P. 3 À qui s adresse ce guide P. 4 Matériel P. 4 On jue! P. 6 Les préalables P. 6 Prfils des jueurs P. 7 Cnsignes

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit Attentin : Tus prêteurs L infrmatin pur tutes les persnnes enregistrées en vertu de la Li sur la cmmunicatin du cût du crédit Cmmissin des services financiers et des services aux cnsmmateurs Divisin des

Plus en détail

Champ d exercice de l audiologie

Champ d exercice de l audiologie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 Champ d exercice de l audilgie ÉNONCÉ DE L OBJECTIF Le présent dcument définit et décrit le champ

Plus en détail

Lignes directrices sur le perfectionnement professionnel continu (PPC)

Lignes directrices sur le perfectionnement professionnel continu (PPC) Lignes directrices sur le perfectinnement prfessinnel cntinu (PPC) Intrductin Dans sn énncé de missin, l Assciatin Actuarielle Internatinale (AAI) s engage à : «prmuvir le prfessinnalisme, élabrer des

Plus en détail

LE NOUVEAU PROGRAMME DE CRÉDIT DE TAXES FONCIÈRES AGRICOLES

LE NOUVEAU PROGRAMME DE CRÉDIT DE TAXES FONCIÈRES AGRICOLES LE NOUVEAU PROGRAMME DE CRÉDIT DE TAXES FONCIÈRES AGRICOLES en vigueur depuis le 1 er janvier 2007 Infrmatin pur la clientèle agricle 1 Table des matières 1. Purqui avir mdifié le prgramme de rembursement

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration Martin Pruneau Carle Vaillancurt Analyse du sndage de satisfactin effectué auprès des usagers (2012) et cibles d améliratin Dcument adpté par le cmité d agrément le 29 janvier 2013 INTRODUCTION Ce dcument

Plus en détail

Centre de réadaptation

Centre de réadaptation Centre de réadaptatin Cmment passer d une pratique clinique d expert à celui d une pratique clinique d accmpagnateur par des actes cliniques et administratifs cncrets? Intrductin Plusieurs recherches et

Plus en détail

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017 COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT Syndicat des emplyés et emplyées de l Université Laval et Université Laval RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017 Date d entrée en vigueur : le 1 er mai 2016 MEMBRES DU COMITÉ Bénédicte

Plus en détail

Cher adhérent, Cher Ergothérapeute,

Cher adhérent, Cher Ergothérapeute, Cher adhérent, Cher Ergthérapeute, Cmme le SYNFEL Erglib a pu le rappeler curant septembre, sur les divers réseaux sciaux, il est bligatire pur tut ergthérapeute installé en tant que prfessinnel indépendant

Plus en détail

Approche du conflit d intérêts dans le chef des experts judiciaires

Approche du conflit d intérêts dans le chef des experts judiciaires Audit Apprche du cnflit d intérêts dans le chef des experts judiciaires chez les présidents des juges de paix et des juges de plice Resumé Hge Raad vr de Justitie Cnseil supérieur de la Justice Mars 2016

Plus en détail

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent;

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent; Mdule 9 : Résumé Explicatin des aspects de la cnnaissance des activités de l entité qui snt pertinents pur l audit des stcks et descriptin des méthdes d analyse à utiliser pur auditer les stcks L auditeur

Plus en détail

Consultants en Technologies de l Information

Consultants en Technologies de l Information ASSURANCES PROFESSIONNELLES by Hiscx QUESTIONNAIRE PRÉALABLE D'ASSURANCE Cnsultants en Technlgies de l Infrmatin IDENTIFICATION DU PROPOSANT Raisn Sciale :.... Nm :... Prénm :... Age :... Frmatin / Diplôme

Plus en détail

Scénario 2 : La promesse

Scénario 2 : La promesse Scénari 2 : La prmesse D enise est infirmière auxiliaire autrisée depuis 10 ans, Elle exerce dans une clinique externe d un grand hôpital général. Aujurd hui, elle est chargée de prendre sin d Amanda,

Plus en détail

Chapitre 2 La gouvernance d entreprise

Chapitre 2 La gouvernance d entreprise UE1 DROIT DES AFFAIRES DROITS DES SOCIETES Chapitre 2 La guvernance d entreprise Jannes Alexandre 2008 DSCG Smmaire : INTRODUCTION... 3 SECTION 1 : HISTORIQUE... 4 SECTION 2 : LA MISE EN ŒUVRE DE LA GOUVERNANCE

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

Profil de la Cour des Comptes Tunisienne

Profil de la Cour des Comptes Tunisienne Cnférence réginale pur les Institutins Supérieures de Cntrôle de la régin du visinage eurpéen du sud Prfil de la Cur des Cmptes Tunisienne Présentatin de la Cur des Cmptes La Cur des Cmptes est une juridictin

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Représenté par : LE SECRÉTARIAT DU CONSEIL DU TRÉSOR.

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Représenté par : LE SECRÉTARIAT DU CONSEIL DU TRÉSOR. ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC Représenté par : LE SECRÉTARIAT DU CONSEIL DU TRÉSOR Et d autre part : LE SYNDICAT DE LA FONCTION PUBLIQUE ET PARAPUBLIQUE DU QUÉBEC (SFPQ)

Plus en détail

PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Pré-requis : aucun Encadrement : La frmatin est dispensée au minimum par un frmateur SST rattaché à : Un rganisme de frmatin habilité pur la

Plus en détail

Construire une feuille de calculs (suite)

Construire une feuille de calculs (suite) Cnstruire une feuille de calculs (suite) 1. La mise en frme cnditinnelle La mise en frme cnditinnelle permet de mdifier certains paramètres du frmat d une cellule lrsque le cntenu de la cellule satisfait

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE et de LICENCE Révisin le 22 juin 2012 TABLE DES MATIÈRES But... 2 Définitin... 2 Aperçu... 2 Particularités... 3 Crédits de licence... 4 Délai d exécutin

Plus en détail