Consultation relative aux pratiques commerciales dans le secteur du courtage en assurance de dommages au Québec Commentaires présentés à

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consultation relative aux pratiques commerciales dans le secteur du courtage en assurance de dommages au Québec Commentaires présentés à"

Transcription

1 Cnsultatin relative aux pratiques cmmerciales dans le secteur du curtage en assurance de dmmages au Québec Cmmentaires présentés à L Autrité des marchés financiers Septembre 2005

2 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...1 INTRODUCTION...2 PARTIE I ÉVOLUTION DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC...4 PARTIE II LA SITUATION ACTUELLE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC...6 PARTIE III L INDUSTRIE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC : UNE INDUSTRIE DYNAMIQUE ET PROACTIVE RESPECTUEUSE DES CONSOMMATEURS...8 PARTIE IV LA RÉGLEMENTATION QUI ENCADRE LES ASSUREURS...11 PARTIE V LE POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR...12 PARTIE VI RÉPONSES AU DOCUMENT DE L AUTORITÉ...13 CONCLUSION...29 ANNEXES

3 en assurance de dmmages au Québec 1 PRÉAMBULE Le Bureau d assurance du Canada Le Bureau d assurance du Canada (ci-après le BAC) est l rganisme qui représente les sciétés d assurance de dmmages. L industrie de l assurance assume un rôle de premier plan dans l écnmie québécise en permettant à la ppulatin de se prtéger cntre des sinistres puvant avir un impact imprtant sur sa sécurité financière. En fait, l assurance de dmmages crée un filet de sécurité qui favrise la pursuite de l innvatin et de l investissement. Elle appuie une écnmie dynamique et vigureuse en suscitant une plus grande tranquillité d esprit à l égard de bn nmbre de risques qui caractérisent la vie mderne. L industrie de l assurance de dmmages au Québec L industrie de l assurance de dmmages cmpte parmi les emplyeurs les plus imprtants de la prvince, en générant près de emplis directs dans le secteur privé. En 2004, les assureurs de dmmages nt versé à leurs assurés plus de 3,8 milliards de dllars afin de les indemniser à la suite de dmmages accidentels à leur véhicule, leur habitatin u leur cmmerce. Finalement, l Industrie cntribue à l améliratin de la qualité de vie de la sciété québécise par ses prgrammes de préventin des sinistres, d éducatin des cnsmmateurs et de préventin du crime. L industrie de l assurance de dmmages est un secteur des plus cncurrentiels dans l industrie des services financiers. En effet, plus de 185 assureurs détiennent un permis d assurance au Québec pur cmbler les besins des cnsmmateurs d assurance. L industrie québécise n est dminée ni par une seule sciété ni par un petit grupe d entreprises. La vive cncurrence qui existe au sein de l industrie de l assurance de dmmages permet aux cnsmmateurs de bénéficier d un large chix de prduits et divers canaux de distributin, dnt la vente par les curtiers et les agents. Cette cncurrence a aussi un effet bénéfique sur les assureurs qui redublent de précautin et d effrt pur se discipliner et mieux servir le cnsmmateur.

4 en assurance de dmmages au Québec 2 INTRODUCTION Cmmentaires généraux sur la cnsultatin Le Bureau d assurance du Canada désire remercier l Autrité des marchés financiers (ci-après l Autrité) de lui ffrir la pssibilité de cmmenter le dcument sur la Cnsultatin relative aux pratiques cmmerciales dans le secteur du curtage en assurance de dmmages au Québec. D entrée de jeu, tut cmme l Autrité, le BAC se préccupe grandement de la prtectin du cnsmmateur, mais il est tut aussi imprtant de cnsidérer un des tris principes fndamentaux de l Autrité, sit celui de «simplifier la vie de l industrie financière 1». Sur sn site Internet, l Autrité rappelle en effet de façn récurrente tris grands principes qui la guident sit : prtéger le cnsmmateur, simplifier la vie de l industrie financière et mieux suivre la cnvergence des marchés. Ainsi, un juste équilibre devra être atteint, d une part dans la prtectin du cnsmmateur et, d autre part, dans la réglementatin qui régit l industrie de l assurance de dmmages au Québec. Dans un suci de prtectin du cnsmmateur, d une industrie saine et transparente, les assureurs de dmmages snt prêts à cllabrer avec l Autrité et ffrent leur aide dans tute démarche cnstructive. Le pint de départ État de New Yrk Avant d entrer dans le vif du sujet et de répndre au dcument de cnsultatin de l Autrité, il est imprtant qu une mise en cntexte sit faite afin de bien cmprendre la réalité de l assurance de dmmages au Québec et ce qui a mené l Autrité à dépser deux dcuments au curs des derniers mis, celui du 14 avril 2005 et celui du 14 juillet À l autmne 2004, l industrie de l assurance de dmmages américaine a été ébranlée par des maneuvres frauduleuses qui y snt survenues. Le prcureur général de l État de New Yrk, Elit Spitzer, a révélé au grand jur que certains grands curtiers d assurance nt dirigé des clients de ligne cmmerciale, à leur insu, vers des sciétés d assurance qui, en échange de ce bn prcédé, leur versaient de lucratives cmmissins. D après les accusatins du prcureur général, un curtier en assurance aurait même préparé de fausses ffres de cntrat pur faire crire au client qu il y avait véritablement une cmpétitin entre sciétés d assurance pur btenir sn risque et dnc qu il payerait le plus bas prix. Ces incidents malheureux nt prvqué une nde de chc tant aux États-Unis qu au Canada. Chez ns visins américains, le prcureur général de l État de New Yrk a sévi en pursuivant les cmpagnies et les individus. Au Canada, les autrités réglementaires canadiennes et prvinciales nt débuté une vaste enquête afin de déterminer si de telles pratiques avaient lieu. 1 AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS, Qui smmes-nus, [En ligne], 2004 [www.lautrite.qc.ca/qui-smmes-nus.fr.html]

5 en assurance de dmmages au Québec 3 À la suite du scandale américain, le Cnseil canadien des respnsables de la réglementatin d assurance (ci-après le CCRRA) et les autrités prvinciales, dnt l Autrité des marchés financiers au Québec, nt fait parvenir des questinnaires aux assureurs de dmmages afin de cnnaître certaines de leurs pratiques. À la suite de l analyse des questinnaires, dans sn rapprt du 14 avril 2005, l Autrité cnfirme que «Il n y aurait pas au Québec de prblème du type de ceux identifiés aux États-Unis 2.» De sn côté, le CCRRA mentinne dans sn rapprt du 3 juin 2005 que «Les répnses n nt révélé aucune activité illégale en matière d assurance 3.» Malgré le fait que les incidents survenus aux États-Unis cncernent strictement les curtiers d assurance, c est tute l industrie de l assurance de dmmages, tant au Canada qu au Québec, qui a été malmenée dans les médias. Les autrités réglementaires canadiennes l nt mentinné, aucune activité frauduleuse n a eu lieu ici. Des règlements snt en place et gèrent ce secteur d activité et l Autrité ne devrait pas réagir en alurdissant la réglementatin de l Industrie. L analyse des questinnaires amènent cependant l Autrité à cnclure que la grande majrité des curtiers ne snt pas indépendants. Le dcument de l Autrité du 14 juillet 2005 Le 14 juillet dernier, l Autrité a présenté sn dcument de Cnsultatin publique sur les pratiques cmmerciales en assurance de dmmages. Cette cnsultatin vise à rienter l élabratin de mesures réglementaires dans le but de favriser, d une part, de saines pratiques entre les curtiers et les assureurs, et, d autre part, un envirnnement qui ffre aux cnsmmateurs des cnditins permettant un chix éclairé. Ce rapprt reprend certains cnstats (cncentratin, dépendance des curtiers) qui avaient été sulevés dans le rapprt du 14 avril dernier. 2 3 AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS, Les pratiques cmmerciales dans le secteur du curtage en assurance de dmmages au Québec, Cnstats à la suite de l analyse des questinnaires envyés aux cabinets de curtage et aux assureurs en assurance de dmmages, 14 avril 2005, p. 2. CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE, ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA, Dcument de cnsultatin prduit par le cmité de révisin des pratiques de l industrie, Relatins entre assureurs et intermédiaires, 3 juin 2005, p. ii.

6 en assurance de dmmages au Québec 4 PARTIE I ÉVOLUTION DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC Le marché de l assurance de dmmages au Québec a grandement évlué au curs des vingt dernières années. En effet, en 1985, les parts de marché en assurance autmbile étaient réparties cmme suit : 20,3 % pur les assureurs directs cmparativement à 79,7 % pur les assureurs à curtiers. En 2004, le prtrait est tut autre. En effet, les assureurs directs représentent 47,5 % du marché cmparativement à 52,5 % pur les assureurs à curtiers. En ce qui cncerne les biens, tant pur les particuliers que pur les entreprises, là aussi les parts des assureurs directs nt augmenté, atteignant 50,8 % et 17,0 % respectivement. Si n analyse le nmbre d assureurs présents dans l assurance autmbile, il passe de 133 assureurs en 1985 à 105 assureurs en En fait, durant cette péride, le nmbre d assureurs directs est passé de 38 à 54, alrs que le nmbre d assureurs à curtiers est passé de 95 à 51. Si n regarde les dnnées pur tutes catégries cnfndues, le vlume de primes des assureurs directs est passé de 19,1 % en 1985 à 36 % en Pur les assureurs à curtiers, le vlume est passé de 80,9 % à 64 %. En ce qui cncerne le nmbre d assureurs actifs, il est passé de 226 à 151 pur la même péride. Cette situatin s explique par la cnslidatin du marché suite à un nmbre imprtant de fusins et d acquisitins. Ces fusins et acquisitins vécues par l industrie de l assurance de dmmages au curs des dernières années snt similaires à celles subies par d autres industries. Malgré cette diminutin du nmbre d assureurs, il n en demeure pas mins que le cnsmmateur québécis a le privilège d avir un vaste chix et que nus smmes en présence d un marché frtement cncurrentiel, aucun assureur u grupe d assureurs n étant en mesure d en prendre le cntrôle.

7 en assurance de dmmages au Québec 5 PARTS DE MARCHÉ DES ASSUREURS DIRECTS ET À COURTIERS Autmbile Primes émises Nmbre d assureurs actifs Direct 20,3 % 29,0 % 34,1 % 40,0 % 47,5 % Curtier 79,7 % 71,0 % 65,9% 60,0 % 52,5 % Biens Particuliers - Direct Entreprises - Direct 30,1 % 42,3 % 50,8 % 8,9 % 17,1 % 17,0 % Primes émises Nmbre d assureurs actifs Primes émises Nmbre d assureurs actifs Ttal - Direct 20,5 % 21,3 % 26,1% 32,0 % 35,1 % Particuliers - Curtier Entreprises - Curtier Ttal - Curtier 69,9 % 57,7 % 49,2 % 91,1 % 82,9 % 83,0 % 79,5 % 78,7 % 73,9 % 68,0 % 64,9 % Ttal des catégries Direct 19,1 % 23,6 % 27,7 % 33,2 % 35,9 % Curtier 80,9 % 76,4 % 72,3 % 66,8 % 64,0 % Surces : INSPECTEUR GÉNÉRAL DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES, Rapprt annuel sur les assurances, 1985, 1990, 1995, 2000 AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS, Rapprt annuel sur les assurances 2004, 2005

8 en assurance de dmmages au Québec 6 PARTIE II LA SITUATION ACTUELLE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC Le caractère distinct de l industrie de l assurance de dmmages L industrie de l assurance de dmmages, dnt les rigines au Canada remntent à 1804, cnstitue la plus ancienne industrie de services financiers du Canada et sa plus distinctive. Le rôle de l assurance de dmmages et les caractéristiques de cette industrie diffèrent de ceux de tutes les autres industries de services financiers. L industrie de l assurance de dmmages furnit un filet de sécurité qui facilite la pursuite de l innvatin et de l investissement. Face à la plupart des risques qui caractérisent la vie de tus les jurs, elle apprte la tranquillité d esprit nécessaire pur appuyer une écnmie slide et dynamique. Les assureurs de dmmages distribuent principalement leurs prduits en fnctin de tris catégries bien distinctes : l assurance autmbile, l assurance habitatin et l assurance des entreprises. Cmme nus l avns mentinné précédemment, l industrie de l assurance de dmmages est très distincte des autres industries du secteur financier puisque les prduits d assurance de dmmages ne snt pas des prduits ayant pur but d ffrir un service de gestin du patrimine. L assurance de dmmages vise plutôt à mettre en place un fnds destiné à payer les sinistres subis par les assurés ayant cntribué à ce fnds. La gestin de ce fnds relève davantage d un service de gestin des risques et requiert une expertise tut à fait différente d un service de gestin du patrimine que l n retruve dans les autres types d institutins financières. En fait, un prduit d assurance de dmmages n accumule pas la richesse, mais minimise plutôt les pertes ptentielles. À la base, les prduits d assurance de dmmages snt bien différents des autres prduits financiers. Le cnsmmateur achète un prduit d assurance de dmmages afin de se prtéger, durant une certaine péride de temps, habituellement un an, cntre les pssibilités d une situatin imprévue susceptible de mettre en péril sa sécurité financière. Cntrairement aux prduits d investissement, les prduits d assurance de dmmages ne cmprtent aucune pssibilité de prfits u de pertes. Le principal travail des assureurs de dmmages est d évaluer le risque de perte auquel le cnsmmateur fait face. C est purqui n qualifie les prduits d assurance de dmmages de cntrats d indemnité qui servent tut simplement à replacer le patrimine des cnsmmateurs dans une situatin financière identique à celle qui existait au jur du sinistre. Ainsi, l assurance de dmmages n a pas pur but de prévenir les pertes u de diminuer les chances que celles-ci surviennent, quique les assureurs tentent de sensibiliser leurs assurés à ce chapitre, mais a plutôt pur but d éliminer l incertitude qui purrait déculer d un sinistre atteignant les biens de l assuré. Chix et services L industrie de l assurance de dmmages est un secteur des plus cncurrentiels dans l industrie des services financiers. En effet, il existe une multitude de cmpagnies d assurance qui se fnt cncurrence au Québec pur cmbler les besins des cnsmmateurs d assurance. L industrie québécise de l assurance de dmmages n est dminée ni par une seule sciété ni par un petit grupe d entreprises.

9 en assurance de dmmages au Québec 7 Une industrie saine et des primes stables Le cnsmmateur québécis prfite de la cmpétitin pur avir des primes stables. Le Rapprt annuel sur la tarificatin en assurance autmbile en 2004 indique que «...l analyse du marché de l assurance autmbile mntre que celui-ci demeure cncurrentiel et que la cncurrence varie d un segment à l autre du marché. L étude effectuée permet également de cnstater que les frces du marché réagissent adéquatement aux changements de tarifs 4.» L analyse faite par l Autrité démntre clairement que le marché de l assurance autmbile est cncurrentiel et que le cnsmmateur en bénéficie pleinement. Seln les statistiques du Grupement des assureurs autmbiles (ci-après le GAA), la prime myenne au Québec en 2004 était de 721 $ (incluant la prime de la SAAQ) psitinnant ainsi le Québec en deuxième place après la Saskatchewan. De plus, n s aperçit que les primes au Québec snt parmi les plus basses et ce, depuis plusieurs années. De plus, tujurs seln le GAA, la prime myenne en assurance autmbile n a augmenté que de 15,97 % en dix ans. Une autre bnne indicatin de stabilité dans l Industrie. Un tableau cmparatif des primes en assurance autmbile se truve en annexe. 4 AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS, Rapprt annuel sur la tarificatin en assurance autmbile en 2004, 2005, p.41.

10 en assurance de dmmages au Québec 8 PARTIE III L INDUSTRIE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC : UNE INDUSTRIE DYNAMIQUE ET PROACTIVE RESPECTUEUSE DES CONSOMMATEURS Au Québec, l industrie de l assurance de dmmages est grandement réglementée et surveillée par les autrités réglementaires : lis, règlements, lignes directrices, nrmes de slvabilité. Tut est mis en place pur s assurer que les cnsmmateurs sient bien prtégés. Au-delà de tutes ces règles, les assureurs nt mis en place, de leur prpre chef u en partenariat avec d autres rganismes, divers mécanismes et plans afin de s assurer que les cnsmmateurs ne sient pas laissés à eux-mêmes. Au fil des ans, ces services et mécanismes nt permis d ffrir un service à valeur ajutée, et ce, sans que les autrités réglementaires n aient à intervenir. En fait, l industrie de l assurance de dmmages au Québec en est une dynamique et practive qui s est tujurs prise en main. Une liste nn exhaustive de tut ce qui a été mis en place au curs des années est présentée ci-dessus : Centre d infrmatin sur les assurances Les assureurs nt créé le Centre d infrmatin sur les assurances afin de répndre aux questins des cnsmmateurs tut en leur transmettant une infrmatin juste et neutre sur leurs sujets de préccupatin en assurance autmbile, habitatin u des entreprises. Le Centre reçit annuellement plus de appels prvenant de cnsmmateurs et d intervenants : Mécanisme d accès en assurance autmbile La Li sur l assurance autmbile prévit que chaque prpriétaire d autmbile dit détenir une assurance respnsabilité minimum de $. Le GAA a mis en place un mécanisme d accès en assurance autmbile qui permet d impser aux assureurs les risques des différents assurés aux prises avec des difficultés d accès à l assurance autmbile : Cnstat amiable Le cnstat amiable est un rapprt d accident à remplir à la suite d une cllisin qui n a fait aucun blessé. Ce rapprt vise à simplifier le règlement des demandes d indemnité pur les assurés lrs d un accident à maintenant : Campagne annuelle d éducatin auprès des cnsmmateurs Infrmer, sensibiliser, éduquer le cnsmmateur : tris préccupatins du BAC. Depuis des années, le BAC entreprend, en cllabratin avec le GAA, une campagne d éducatin annuelle qui explique les ruages de l assurance et dnne des éléments de préventin afin d aider le cnsmmateur à mieux prtéger sa famille et sn patrimine. Au curs des années, une série de dépliants nt été créés pur répndre aux questins des cnsmmateurs. De plus, un site Web dédié aux cnsmmateurs a été dévelppé. Des milliers

11 en assurance de dmmages au Québec 9 d internautes cnsultent chaque année le afin d btenir de l infrmatin sur l assurance de leurs biens, prpriété et autmbile : Plan urgence sinistre Ce plan a cmme missin de permettre aux assureurs de dmmages d intervenir cllectivement et rapidement auprès des victimes de sinistres afin de les infrmer sur l étendue et la nature des prtectins d assurance et les mdalités pur adresser leur demande d indemnité. En dnnant aux assurés l aide et l infrmatin requises en situatin d urgence, le plan vise à leur permettre de reprendre leurs activités régulières et de retruver ainsi une situatin nrmale dans les plus brefs délais : Fichier central des sinistres autmbiles Il s agit d une base de dnnées de tus les sinistres autmbiles survenus au curs des six dernières années et pur lesquels une indemnité a été u sera versée, et ce, quel que sit l endrit ù le sinistre s est prduit, le type de sinistre (accident, vl, vandalisme) que vus syez respnsable u nn. Le cnsmmateur peut cnsulter, sans frais, les infrmatins recueillies dans sn dssier et demander des crrectins en cas d erreur. Le Fichier central des sinistres autmbiles permet une équité dans l élabratin des primes en assurance autmbile puisqu il permet d évaluer le risque sur une base individuelle : Frmulaires en assurance habitatin du Québec (FAHQ) À la demande de diverses assciatins de cnsmmateurs dnt l Assciatin des cnsmmateurs du Québec, le BAC a rédigé des frmulaires d assurance habitatin et a demandé aux assureurs de s engager à ffrir au minimum les garanties cntenues dans ces frmulaires. Les assureurs détenant envirn 85 % des parts de marché nt signé une cnventin à cet effet : Mécanisme d accès en assurance habitatin Tute persnne aux prises avec un prblème d accès à l assurance habitatin peut s adresser au BAC qui a élabré un mécanisme d accès en assurance habitatin. Les cnsmmateurs divent tutefis faire certaines démarches avant de faire appliquer ce mécanisme qui lie tus les assureurs signataires de la Cnventin d adhésin au mécanisme d accès à l assurance habitatin. Il faut nter que ce mécanisme d accès est unique au Canada puisqu il permet d impser à un assureur un risque pur lequel le cnsmmateur n a pas d bligatin de détenir une plice d assurance : Service de médiatin (assurance autmbile et habitatin) Le BAC a mis en place en 1999 un service de médiatin pur aider les cnsmmateurs à régler leurs différends par d autres myens que la pursuite devant les tribunaux. Ce service a depuis évlué et s est greffé au Service de cnciliatin en assurance de dmmages mis en place en 2002.

12 en assurance de dmmages au Québec : Mécanisme d accès renfrcé en assurance autmbile Le mécanisme renfrcé d accès au marché de l assurance autmbile, mis en place par le GAA, a pur but de prcurer au prpriétaire d une autmbile circulant au Québec des garanties supérieures à celles prévues par la Li sur l assurance autmbile. Ce mécanisme lie tus les assureurs agréés signataires de la Cnventin d adhésin au mécanisme renfrcé d accès à l assurance autmbile. Cmme pur le mécanisme d accès à l assurance habitatin, le cnsmmateur dit avir effectué quelques démarches avant de demander l aide du GAA : Calitin pur la prmtin des prfessins en assurance de dmmages Face à un prblème criant de pénurie de main-d euvre, l industrie de l assurance de dmmages (incluant plusieurs partenaires) s est prise en main et a créé la Calitin pur la prmtin des prfessins en assurance de dmmages. Cette calitin a pur missin d intéresser davantage de candidats aux carrières ffertes par l industrie de l assurance de dmmages et revalriser l image des prfessinnels euvrant en assurance de dmmages. Cette calitin est piltée par la Chambre de l assurance de dmmages. Autres interventins Subventins diverses Préventin de la criminalité Lutte cntre le vl autmbile Inf-Crime Sécurité civile.

13 en assurance de dmmages au Québec 11 PARTIE IV LA RÉGLEMENTATION QUI ENCADRE LES ASSUREURS Cmplexité de la réglementatin Ntre sciété est régie par des lis et règlements. Ces lis et règlements encadrent ns activités qutidiennes en tant que sciété et mettent de l rdre dans ns relatins sciétales. Les lis et règlements nt également cmme bjectifs de prtéger la sciété cntre des abus et de s assurer que chaque persnne est traitée de façn équitable. L industrie de l assurance de dmmages ne fait pas exceptin. Une multitude de lis et règlements régissent les activités des cmpagnies d assurances, les représentants et les experts en sinistres. On peut penser ntamment à la Li sur la distributin de prduits et services financiers, la Li sur les assurances, la Li sur l assurance autmbile et le Cde civil du Québec ainsi que l ensemble de règlements afférents. Cette multitude de législatin est très lurde pur l Industrie. À la lecture du dcument dépsé par l Autrité le 14 juillet 2005, celle-ci semble vulir ajuter à la réglementatin déjà existante. Habituellement, l État va intervenir dans un marché cmpétitif quand il existe des signes de défaillance du marché. Puisque les résultats des questinnaires de l Autrité n nt démntré aucune illégalité dans les pratiques cmmerciales au Québec, il faut se questinner de la nécessité d ajuter de la réglementatin. Cnséquemment, nus cryns qu il est pprtun d émettre certaines balises qui devraient guider tute nuvelle initiative d ajuter aux lis et règlements existants. Une série de questins devraient être psées et ce, dans l rdre suivant : 1. Quel prblème suhaitns-nus résudre? 2. Est-ce que l Industrie a été cnsultée? 3. Est-ce que l Industrie purrait s autréglementer? 4. Est-ce que la législatin u la réglementatin est la seule avenue pssible? À l autmne 2003, le BAC a présenté au Bureau de transitin sur l encadrement du secteur financier, un rapprt intitulé «Rapprt sur les irritants en assurance de dmmages». Ce rapprt faisait état des nmbreux irritants auxquels fnt face actuellement les assureurs et les représentants en assurance de dmmages. De plus, ce rapprt cntenait un certain nmbre de recmmandatins destinées à faire en srte que l encadrement des assureurs de dmmages sit réellement allégé afin d amélirer leur efficacité pératinnelle, de réduire les cûts et de simplifier les prcédures tut en garantissant la prtectin des cnsmmateurs de prduits et services financiers. Une réglementatin accrue de la part de l Autrité irait à l encntre des recmmandatins faites par le BAC à cet effet et à l encntre de l bjectif de l Autrité de «simplifier la vie de l industrie financière».

14 en assurance de dmmages au Québec 12 PARTIE V LE POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR L Autrité et l industrie de l assurance nt à ceur la prtectin du cnsmmateur. D une part, l Autrité veille à ce que le cnsmmateur sit bien prtégé et, d autre part, les assureurs de dmmages ffrent aux cnsmmateurs des prduits d assurance qui crrespndent à leurs besins. Tant pur l Autrité que pur les assureurs, le bien-être du cnsmmateur est primrdial. Le cnsmmateur a tujurs le puvir de magasiner et acheter le prduit d assurance qui lui cnvient le mieux. La présence des différents réseaux de distributin ffre ces pssibilités au cnsmmateur et nus cryns qu il est imprtant de les préserver pur assurer une cncurrence saine et lyale entre ces réseaux. Un cnsmmateur bien infrmé Nus smmes d avis que le cnsmmateur a le drit de recevir tute l infrmatin utile et pertinente qui purrait l aider dans sa réflexin et sa prise de décisin lrs de l achat d un prduit d assurance. Un cnsmmateur bien infrmé prendra de meilleures décisins. Les assureurs snt cnscients que le cnsmmateur a besin de certaines infrmatins pur faire un chix éclairé dans l achat de prduits financiers. À cet effet, la divulgatin d infrmatin pertinente et la transparence snt de mise. Par cntre, trp d infrmatin purrait, au cntraire, cnfndre le cnsmmateur dans sn chix. Dans la pratique, cette divulgatin serait faite par le cabinet de curtage u par la cmpagnie d assurance. Nus n avns pas l intentin de cmmenter la questin de divulgatin par les cabinets de curtage puisque le BAC ne les représente pas. Cependant, nus cnsidérns imprtant que l ensemble de l Industrie participent à cette transparence au prfit du cnsmmateur. Il faut cependant déterminer le type d infrmatin qui est nécessaire pur le cnsmmateur dans sa prise de décisin, à quel mment et par quel myen, cette infrmatin devrait être divulguée. Afin d unifrmiser le cntenu, le BAC serait prêt à prduire un frmulaire type qui serait utilisé par l ensemble de ses membres. Ceci faciliterait le travail de cmparaisn et de magasinage du cnsmmateur.

15 en assurance de dmmages au Québec 13 PARTIE VI RÉPONSES AU DOCUMENT DE L AUTORITÉ La cncentratin du vlume d affaires et les pratiques cmmerciales Cmmentaires généraux Le marché actuel de l assurance de dmmages au Québec est cmpétitif. L Autrité dit éviter d ajuter de la lurdeur à la réglementatin encadrant l Industrie. Nus cryns que l ensemble des faits rendus publics par l Autrité démntre que certaines pratiques divent être revues mais que cette révisin purra se faire sans réglementatin additinnelle. L Industrie s est autréglementée à plusieurs reprises. Q1 Dit-n réglementer u encadrer les différents incitatifs qui favrisent la cncentratin du vlume d affaires? Avant de vulir réglementer u encadrer, il faut clairement expliquer la prblématique qu n suhaite résudre. L Autrité se base sur une analyse des questinnaires envyés à la fin de Cependant, l Autrité effectue présentement une série d enquêtes sur les mêmes sujets que la présente cnsultatin. Il faut ajuter qu une série de lis et de réglementatin snt déjà en place. L Autrité devra s assurer qu elle assure une meilleure surveillance de la réglementatin actuelle et s il le faut, impse des sanctins pur des manquements, et ce, avant de mettre en place de nuveaux règlements. Nus cryns plutôt que la transparence et la divulgatin d infrmatin pertinente au cnsmmateur pur qu il prenne une décisin éclairée est la slutin plutôt que l encadrement des incitatifs aux curtiers. Ceci lui permettra de faire des chix libres et éclairés. Q2 Au Québec, n entend suvent mentinner qu il n y a plus assez d assureurs qui distribuent leurs prduits par le biais de cabinets de curtage? Qu en pensez-vus? L évlutin est le résultat d un marché cmpétitif et de la transfrmatin écnmique de l industrie. Malgré ces changements imprtants, le cnsmmateur a tujurs un vaste chix de prduits d assurance et de distributeurs. Si le marché de l assurance de dmmages a changé de façn si imprtante au curs des années, n le dit à la dynamique fndamentale de l écnmie sit de l ffre et de la demande. Ce libre marché ù la cncurrence est favrisée entre les assureurs, les pusse à se démarquer, à ffrir des prduits à valeur ajutée prfitant ainsi au cnsmmateur.

16 en assurance de dmmages au Québec 14 Q3 À partir de quel purcentage peut-n cnsidérer qu il y a cncentratin du vlume d affaires auprès d un assureur? Ce purcentage s exprime par le vlume de primes en fnctin du vlume ttal suscrit par ligne d affaires (par exemple, xx % en assurance autmbile). Nus cryns que l Autrité devrait laisser le marché pérer librement, tut en respectant le cadre législatif et réglementaire en place. En précnisant la transparence face au cnsmmateur, cette prblématique de cncentratin devient secndaire. Q4 Sachant que ntre analyse démntre que les cabinets cncentrent leur vlume d affaires auprès de un u de deux assureurs, quelles snt les cnséquences de cette cncentratin pur le cnsmmateur? Le BAC cnsidère que le cnsmmateur, le client de l assureur, dit être bien renseigné dans sn prcessus d achat d un prduit d assurance. La transparence et la divulgatin d infrmatin pertinente snt imprtantes pur qu il prenne une décisin éclairée. Q 5 Quels snt les services fferts par les curtiers qui les distinguent des agents euvrant pur des assureurs directs? Les services snt similaires mais cmprtent certaines différences. Le curtier, autant que l agent, se dit de cnseiller le cnsmmateur sur le type de prtectin qui sera le mieux adapté à ses besins. Le curtier va ffrir également la pssibilité de magasiner un prduit d assurance pur sn client ce que l agent ne peut pas faire. Il faut retenir que le cnsmmateur peut tujurs magasiner et cmparer lui-même les primes et les prduits. Est-ce que cette distinctin demeure lrsqu il y a une cncentratin des affaires avec un u plusieurs assureurs? Cnclusin À cnditin que le cnsmmateur sit bien infrmé de la situatin d affaires du curtier, nus ne vyns pas d incnvénient à la cncentratin bservée sur le marché. Encre une fis, nus cryns que la transparence aura cmme effet de laisser au cnsmmateur la liberté de chisir le prduit d assurance et le distributeur qui lui cnvient. Au curs des vingt dernières années, le marché de l assurance de dmmages a grandement évlué au Québec et les pratiques des cnsmmateurs aussi. Ainsi, les parts de marché des assureurs directs nt augmenté au fil des ans. De plus, des fusins et acquisitins, autant chez les assureurs que chez les curtiers, nt fait en srte qu il y a mins de jueurs sur le marché. Par cntre, le cnsmmateur a tujurs et aura tujurs un vaste chix de prduits d assurance ainsi que de distributeurs. Avant de réglementer u encadrer la cncentratin, l Autrité dit agir avec prudence en dnnant pririté à la transparence plutôt qu à la réglementatin.

17 en assurance de dmmages au Québec 15 Les prêts aux cabinets Cmmentaires généraux Dans le cadre de ses pératins u de sn dévelppement, il peut arriver qu un cabinet de curtage ait besin de liquidités pur pursuivre ses activités et assurer sa crissance. Cet apprt d argent peut, dans certains cas, être vital et dans d autres cas, peut permettre de saisir une pprtunité d affaires, acheter un autre cabinet par exemple. De plus, les prêts aux cabinets et les actins d un cabinet détenues par un assureur (qui sernt traitées dans la prchaine sectin), snt deux frmes de financement qui cnstituent des utils utiles pur aider les curtiers à assurer la relève dans les cabinets. À titre d exemple, citns le cas du prpriétaire de cabinet qui désire prendre sa retraite et vendre à un curtier plus jeune qui n a pas les myens financiers d acheter le cabinet et dnt le financement traditinnel serait trp néreux pur lui. Dans un tel cas, le financement par un assureur est suvent une des seules ptins. Dans un cntexte de pénurie de la main-d euvre dans l industrie de l assurance de dmmages, l Autrité ne devrait pas bannir ces prêts. Auparavant, les cabinets puvaient se turner vers les grandes institutins financières, mais au fil des ans, la majrité des grandes banques nt refusé de leur accrder des prêts. Actuellement, il semble qu une seule institutin financière accrde ce genre de prêt et il semble qu elle sit une des seules à cnsidérer l achalandage d un cabinet de curtage cmme un actif. Ne cnsidérant pas cet achalandage, les autres institutins financières évaluent les actifs d un cabinet à très peu de chses et dnc, ne prêtent pas les smmes requises. Face aux difficultés rencntrées par les curtiers auprès des grandes institutins financières pur l btentin de prêts, les cabinets nt cmmencé au curs des années 1990 à se turner vers leurs partenaires d affaires, les assureurs. Cnnaissant l industrie de l assurance et pssédant certaines liquidités, les assureurs étaient en mesure de supprter leur réseau de curtage, de garantir sa pérennité, cnserver un réseau sain et cmpétitif et maintenir des emplis. Q6 Si l Autrité envisageait d interdire l ctri de prêts par les assureurs aux cabinets qui distribuent leurs prduits, cela nuirait-il de façn significative à la capacité de dévelppement des curtiers? Le cas échéant, quelles seraient les démarches et par qui devraient-elles être faites pur faciliter l accès au financement auprès d autres prêteurs, tels que les institutins financières? Nus ne puvns pas répndre à cette questin à la place des cabinets de curtage. Si l Autrité suhaite vir disparaître ces pratiques de prêts venant des assureurs, une plus grande uverture des institutins financières est indispensable. Hrs, la très grande majrité des institutins financières semble avir délaissé ces entreprises de distributin depuis lngtemps et, encre aujurd hui, très peu recnnaissent la valeur de l achalandage des curtiers.

18 en assurance de dmmages au Québec 16 Q7 Est-ce qu un assureur qui prête à un curtier, avec u sans cnditins, s attend à être favrisé lrs des recmmandatins au cnsmmateur? Et purqui? Lrs de l ctri d un prêt à un cabinet de curtage, des clauses y snt insérées, cmme dans tut cntrat de prêt, et le cabinet devrait les respecter. Évidemment le prêt dit être rembursé, mais il peut aussi y avir des clauses de vlume, c est-à-dire que le cabinet dit amener un vlume de primes minimal à l assureur. Par cntre, il ne faut pas perdre de vue que le curtier est sumis à un cde d éthique et de déntlgie et qu il dit bien cnseiller sn client. Le curtier dit tujurs faire passer les intérêts de sn client avant les siens. Q8 Est-il vrai que les assureurs ctrient des prêts d un mntant supérieur u à un taux d intérêt plus avantageux, cmparativement à ce qu ffrent les institutins financières? Seln quels critères et purqui? Qu est-ce que cela rapprte aux assureurs? Tel que mentinné précédemment, les assureurs qui cnsentent des prêts aux cabinets de curtage le fnt dans une perspective de prtectin de leur réseau de distributin, ils ne suhaitent pas faire cmpétitin aux institutins financières. Les assureurs à curtiers se divent de prtéger leur réseau de distributin sinn ils vnt tut simplement disparaître. C est une pératin d affaires pur aider le curtier. Mentinnns que la majrité des prêts snt accrdés au taux du marché. Q9 Existe-t-il une crrélatin entre les smmes prêtées par les assureurs et le vlume d affaires qu ils exigent aux curtiers? Cnclusin Lrsqu un assureur cnsent un prêt à un curtier, cette transactin financière engendre des cûts pur l assureur. Dans une telle situatin, l assureur fait face à deux chix, sit investir ses prpres fnds dans des placements qui rapprternt beaucup, sit prêter au cabinet et assurer sa survie à lng terme. En prêtant au cabinet au taux du marché, l assureur va encurir des pertes, en cmparaisn d un placement plus perfrmant. Face aux difficultés rencntrées par les curtiers auprès des grandes institutins financières pur l btentin de prêts, les cabinets de curtage se snt returnés vers leurs partenaires d affaires naturels, sit les assureurs. Ces derniers, dans le but de supprter leur réseau de distributin, nt cnsenti des prêts aux cabinets. En fait, pur l assureur et le cabinet, c est une stratégie de survivance qui prône la défensive et nn la practivité. Tut cmme la prblématique de la relève dans le mnde de l assurance de dmmages, l Industrie s est prise en main (le curtier sllicite un prêt et l assureur lui accrde) afin d assurer sa pérennité. Dans un suci de transparence, le BAC suggère une apprche d autdiscipline à l effet que les assureurs infrmernt l Autrité de tut prêt cnsenti à un cabinet de curtage.

19 en assurance de dmmages au Québec 17 Finalement, il est imprtant de rappeler que cette pratique ne se fait pas au détriment du cnsmmateur. Les cnsmmateurs ne snt pas lésés. Le Cde de déntlgie du représentant en assurance stipule très bien que les intérêts du cnsmmateur divent passer en premier. Les liens de prpriété Les actins d un cabinet détenues par un assureur Cmmentaires généraux Au Québec, la li actuelle prévit qu un cabinet de curtage peut être détenu par des assureurs jusqu à 20 % du capital-actins, alrs qu ailleurs au Canada, il n y a pas de limite sur la prpriété de la part des assureurs. Cmme dans le cas des prêts, un curtier peut avir besin de capitaux pur sn dévelppement et sa pérennité, et le capital-actins détenu par un assureur est un des myens pur y arriver. D un pint de vue de liens d affaires, il est nrmal qu un curtier se turne vers un assureur avec lequel il a d excellents liens et le sllicite pur un prêt u pur une participatin dans le capital-actins. Encre une fis, ces pratiques qui nt curs dans l Industrie actuellement le snt dans une perspective d appui et de supprt au dévelppement d un cabinet de curtage. Q10 Qu est-ce qui fait en srte que la participatin d un assureur dans le capital-actins d un cabinet lui prcure la première psitin relative au vlume d affaires de ce cabinet? Lrsqu n parle de cette première psitin relative, il faut se pser la questin à savir ce qui est arrivé en premier, le lien de prpriété u la première psitin de vlume. En effet, dans le cadre de ses activités d affaires, un cabinet de curtage (sans lien de prpriété de la part d un assureur) peut dévelpper des liens privilégiés avec un assureur. Ce lien purrait prcurer à l assureur, cette première psitin relative au vlume d affaires du cabinet. Si plus tard dans le temps, le curtier a besin de capitaux prpres pur pursuivre sn dévelppement, il est tut à fait nrmal qu il se turne vers cet assureur pur du financement. Il peut arriver qu un assureur qui a cnsenti un prêt ait la première psitin du vlume d affaires, mais l inverse est tut aussi vrai. L assureur peut être en première place sans qu il ait de lien de prpriété u avir un lien de prpriété. Q11 Quels snt les avantages u les désavantages pur un cabinet de curtage à ce qu un assureur participe à sn capital-actins u à la guvernance de sn entreprise? Est-ce que les avantages qui en déculent purraient être btenus autrement? L avantage principal qu un assureur puisse participer au capital-actins de sn cabinet réside dans le fait que des capitaux neufs y snt injectés afin de pursuivre sn dévelppement et d assurer sa pérennité. En fait, les assureurs ne veulent pas se mêler de l administratin du cabinet de curtage. De plus, cet investissement d argent neuf permet aux assciés du cabinet de répartir le risque d affaires avec un partenaire très bien infrmé de l Industrie.

20 en assurance de dmmages au Québec 18 Avec ce capital-actins, l assureur n btient pas de rembursement cmme dans le cas d un prêt mais participe plutôt au partage des prfits. Q12 Quel serait l impact de l ablitin de la limite de détentin de 20 % des actins d un cabinet en assurance de dmmages par un assureur sur la structure de l industrie du curtage en assurance de dmmages? Cnclusin Nus puvns difficilement présumer des impacts d une telle mesure. La li du libre marché devrait faire sn euvre. Par cntre, dans une perspective de prtectin du cnsmmateur et de transparence, le cabinet devrait l infrmer de la situatin. Le fait que des assureurs aient des liens de prpriété dans ces cabinets se résume à une chse : la li du libre marché. C est une questin d ffre et de demande. De plus, ce ne snt pas tus les cabinets de curtage qui snt prêts à vendre une partie de leur capital-actins à une tierce partie. Pur des raisns de dévelppement et de survie, des cabinets de curtage apprchent des assureurs avec qui ils nt des relatins d affaires privilégiées afin d btenir des capitaux neufs. Cet argent investi par les assureurs leur assure que le réseau de curtage purra cntinuer à être cmpétitif dans le marché actuel. Le transfert en blc d un vlume d affaires d un cabinet à un assureur Cmmentaires généraux Lrs d un transfert en blc, le cnsmmateur devrait en être infrmé lrs du renuvellement de sa plice. Lrs d un transfert, généralement l assuré cnserve les mêmes garanties déjà ffertes. Diverses raisns peuvent pusser un curtier à effectuer un transfert en blc, par exemple, un cnflit avec un assureur, un mde pératinnel d un assureur qui cnvient mieux au curtier, un prduit qui crrespnd mieux aux besins des clients u tut simplement un assureur qui se retire d un créneau d affaires. Q13 La cmpensatin additinnelle reçue est-elle représentative des frais encurus par le curtier pur effectuer le transfert en blc? Purqui cette cmpensatin fluctue-t-elle entre 5 et 15 %? La cmmissin régulière ne devrait-elle pas déjà cuvrir ces frais? Lrs d un transfert en blc, des cûts divent être assumés par le curtier. Ces cûts snt, entre autres, les frais d administratin et les cmmissins cnditinnelles qui sernt perdues pur le cabinet. En réalisant un transfert, le cabinet ne sera pas admissible aux cmmissins cnditinnelles de fin d année et c est purqui des cmpensatins puvant atteindre 15 % snt cnsenties dans certains cas. De plus, cette cmmissin vise aussi à cmpenser le

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES Nvembre 2009 Table des matières Intrductin...1 1. Règles de cnfrmité...3

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

Titre de la procédure : Suspension temporaire et discipline

Titre de la procédure : Suspension temporaire et discipline Titre de la prcédure : Suspensin tempraire et discipline Numér de la plitique : 13020.1 Date d apprbatin : 15 nvembre 2013 Apprbateur : cnseil des guverneurs Plitique cnnexe : Suspensin tempraire et discipline

Plus en détail

Présentation de la SCHL Canada

Présentation de la SCHL Canada Habitatin Présentatin de la SCHL Canada André Asselin Habitatin Habitatin Crissance cntinue du crédit hypthécaire à l habitatin $1 400 $1 200 Sciétés de titrisatin spécialisées TH. LNH Autres cies. sans

Plus en détail

En collaboration avec la direction territoriale du MFA

En collaboration avec la direction territoriale du MFA Prpsitins pur faciliter l utilisatin de l Entente de services de garde à cntributin réduite. En cllabratin avec la directin territriale du MFA Nus recherchns des slutins visant à : Simplifier le prcessus;

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Scénario 2 : La promesse

Scénario 2 : La promesse Scénari 2 : La prmesse D enise est infirmière auxiliaire autrisée depuis 10 ans, Elle exerce dans une clinique externe d un grand hôpital général. Aujurd hui, elle est chargée de prendre sin d Amanda,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LES PRATIQUES COMMERCIALES

LIGNE DIRECTRICE SUR LES PRATIQUES COMMERCIALES LIGNE DIRECTRICE SUR LES PRATIQUES COMMERCIALES Mars 2011 TABLE DES MATIÈRES Préambule 3 Intrductin 4 Apprche précnisée pur la ligne directrice 6 Champ d applicatin 7 Entrée en vigueur et prcessus de mise

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique Identificatin du prestataire de service Nm et adresse : TransGirnde Tel : 0974 500 033 Fax : S.A.S. au capital de RCS Siret : - APE : E-mail : Site web : transgirnde.fr Ci-après dénmmée : TransGirnde Cnditins

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA AVIS DE PRATIQUE DE L OMBUDSMAN DU MANITOBA Les avis de pratique snt préparés par l Ombudsman du Manitba afin d aider les persnnes qui utilisent la législatin. Leur bjet en est un de cnseil seulement et

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Les assurances automobiles

Les assurances automobiles Les assurances autmbiles I. Les différentes assurances a) L assurance au tiers est une bligatin légale Cette assurance au tiers que l n peut qualifier de base cuvre uniquement les dmmages causés à un tiers.

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS Buygues immbilier est un acteur majeur de l immbilier neuf. Nus smmes à vs côtés pur vus guider dans vtre chix d investissement tut en respectant vs prirités.

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ Grâce à la directive «services», les cnsmmateurs purrnt accéder plus facilement à une gamme de services plus large et de meilleure qualité à

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté Prcédure de Gestin de la présence au travail et du Retur au travail adapté déculant de la plitique intégrée en santé, sécurité et bien-être au travail (2012) DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

LOI SUR L ACCÈS À L INFORMATION ET LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

LOI SUR L ACCÈS À L INFORMATION ET LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Frmule de demande Veuillez remplir tutes les sectins. SECTION A : RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ET SUR L ENTREPRISE LOI SUR L ACCÈS À L INFORMATION ET LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE «La cllecte des renseignements

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Guide d aide à la rédaction d un essai

Guide d aide à la rédaction d un essai Guide d aide à la rédactin d un essai Un essai peut avir plusieurs bjectifs, mais la structure de base reste la même quel qu en sit le sujet. Vus puvez l écrire afin de discuter d un pint de vue particulier

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

Promotion Le défi des étoiles Aéroplan 2013. Q1. Qu est-ce que la promotion Le défi des étoiles Aéroplan?

Promotion Le défi des étoiles Aéroplan 2013. Q1. Qu est-ce que la promotion Le défi des étoiles Aéroplan? Prmtin Le défi des étiles Aérplan 2013 Q1. Qu est-ce que la prmtin Le défi des étiles Aérplan? La prmtin Le défi des étiles est une ffre de milles-bnis destinée à récmpenser les membres qui accumulent

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

Présentation de Mindjet on-premise

Présentation de Mindjet on-premise Présentatin de Mindjet n-premise Mindjet Crpratin Numér gratuit : 877- Mindjet 1160 Battery Street East San Francisc CA 94111 États- Unis Téléphne : 415-229-4200 Fax : 415-229-4201 www.mindjet.cm 2012

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale La Burse Étienne-Beauclair Banque Natinale Burse d' excellence destinée aux persnnes ayant une déficience visuelle pur la réalisatin de prjets nvateurs 15 000 $ Dépsez vs candidatures entre Le 15 décembre

Plus en détail

Ce litige concerne les travaux de raccordement électrique de votre logement et la facturation de vos consommations d électricité.

Ce litige concerne les travaux de raccordement électrique de votre logement et la facturation de vos consommations d électricité. Paris, le 2 juillet 2015 Dssier suivi par : XXXX Tél. : XXXX Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : XXXX N de recmmandatin : 2015-0767 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre litige

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

VILLE DE LÉVIS. Regroupement des organismes bénévoles. Programme d assurances de dommages 1 er octobre 2014 au 1 er octobre 2015

VILLE DE LÉVIS. Regroupement des organismes bénévoles. Programme d assurances de dommages 1 er octobre 2014 au 1 er octobre 2015 VILLE DE LÉVIS Regrupement des rganismes bénévles Prgramme d assurances de dmmages 1 er ctbre 2014 au 1 er ctbre 2015 Mise à jur : ctbre 2014 Avis : Ce smmaire n est furni qu à titre d infrmatin, sans

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline Jeux d argent : l apprt de l autdiscipline Le secteur des jeux de hasard et d argent se dte de règles déntlgiques par sa publicité EN RESUME Les annnceurs du secteur des jeux de hasard et d argent nt suhaité

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS Guide d intégrité dans la cnduite des affaires Plitiques glbales Service Éthique & Cnfrmité La relatin de bimérieux avec ses partenaires Chez bimérieux, nus

Plus en détail

ACCORD DE SERVICE DU PROGRAMME DE RÉFÉRENCE

ACCORD DE SERVICE DU PROGRAMME DE RÉFÉRENCE ACCORD DE SERVICE DU PROGRAMME DE RÉFÉRENCE Le présent accrd de service (ci-après l «accrd») est établi et cnvenu par Peples Trust Financial Ltd («PTF») et l agent de référence (dnt le nm figure sur le

Plus en détail

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualificatin juridique En applicatin de la directive eurpéenne 2002/92/CE du 9 décembre 2002 sur l intermédiatin en assurance (dite DIA), l article L. 511-1 I du Cde des

Plus en détail

RAB/BKO Plateforme Gestion des Infrastructures # 4 26-03-2013 @ BOZAR Compte-rendu

RAB/BKO Plateforme Gestion des Infrastructures # 4 26-03-2013 @ BOZAR Compte-rendu RAB/BKO Platefrme Gestin des Infrastructures # 4 26-03-2013 @ BOZAR Cmpte-rendu Présents: Emmanuel Guissart (Beursschuwburg), Dimitri Geussens (Beursschuwburg), Rina Gvers (Beursschuwburg), Ward Steenwegen

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. Master Transport, Logistique Et Commerce International

DOSSIER DE CANDIDATURE. Master Transport, Logistique Et Commerce International Pht d identité NOM : Prénm : DOSSIER DE CANDIDATURE Master Transprt, Lgistique Et Cmmerce Internatinal Nta Bene : vus devez remplir signeusement ce dssier (le jury s appuiera dessus lrs de vtre entretien

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

OBSERVATION DES CLASSES

OBSERVATION DES CLASSES Prpsitin Graz OBSERVATION DES CLASSES 30-08-2002 NOTES POUR LES OBSERVATEURS OBJECTIFS: Observer la manière dnt l enseignant(e)intègre l apprche dans ses activités qutidiennes. Cela implique aussi une

Plus en détail

Çi-dessous le livret du module de réservation de sièges. Via Thomascookagent.be (pour les agences)

Çi-dessous le livret du module de réservation de sièges. Via Thomascookagent.be (pour les agences) Réservatin de places, enregistrement en ligne et lcatin du Digeplayer chez Thmas Ck Airlines. Réservatin de places chez Pegasus et TUI Airlines Belgium (Lng Haul). Une agence de vyage peut prcéder à la

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Notice d utilisation du site Internet de l Académie d Agriculture pour les Membres Responsables de Section ou Responsables de Groupe de Réflexion.

Notice d utilisation du site Internet de l Académie d Agriculture pour les Membres Responsables de Section ou Responsables de Groupe de Réflexion. Ntice d utilisatin du site Internet de l Académie d Agriculture pur les Membres Respnsables de Sectin u Respnsables de Grupe de Réflexin. Cette ntice tient lieu de mément. A. Présentatin... 2 B. Premiers

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 6 à 8 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les utils permettant de gérer

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. Programme Executive MBA

DOSSIER DE CANDIDATURE. Programme Executive MBA Pht d identité NOM : Prénm : DOSSIER DE CANDIDATURE Prgramme Executive MBA Nta Bene : vus devez remplir signeusement ce dssier (le jury s appuiera dessus lrs de vtre entretien ral) et y jindre les pièces

Plus en détail

Les conditions générales de vente du SERVICE ZADS CLOUD

Les conditions générales de vente du SERVICE ZADS CLOUD Les cnditins générales de vente du SERVICE ZADS CLOUD Nm du Partenaire Cmmercial: Adresse du Partenaire Cmmercial: Dmaine(s) (URL) du Client Final Qui utilisera le Lgiciel ZADS en mde hébergé CLOUD Signature

Plus en détail

Vous construisez? Avez-vous pensé à tous les risques?

Vous construisez? Avez-vous pensé à tous les risques? Vus cnstruisez? Avez-vus pensé à tus les risques? Les risques d'un chantier Cnstruire est un grand défi qui nécessite des myens imprtants. Dans cette périlleuse entreprise, vus n êtes pas à l abri d une

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire Utiliser les activités de curs de Mdle : le Questinnaire CETTE PROCEDURE DÉCRIT LA MISE EN PLACE ET L UTILISATION DE L ACTIVITÉ DE COURS «QUESTIONNAIRE». PRE-REQUIS : Prcédure «Démarrer sur Mdle» DÉFINITION

Plus en détail

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011 Amandine CUER À: Amandine CUER Objet: Cyb@rdèche - Osez les nuvelles technlgies... Pièces jintes: image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg Imprtance: Haute Si

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs Résumé Les particularités des machines à sus et leur incidence sur le cmprtement des jueurs cmpulsifs K. Finlay 1 H. H. C. Marmurek V. Kanetkar J. Lnderville Sujet de la recherche Quelques recherches laissent

Plus en détail

GUIDE INSTALLATION IAS

GUIDE INSTALLATION IAS Guide d installatin IAS 1 IMPACT TECHNOLOGIES se réserve le drit de mdifier à tut mment le cntenu de ce dcument. Bien que l exactitude des renseignements qu il cntient sit cntrôlée avec sin, IMPACT TECHNOLOGIES

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

L Association sans but lucratif, asbl

L Association sans but lucratif, asbl L Assciatin sans but lucratif, asbl 1. Intrductin Lrsque deux u plusieurs persnnes s'asscient pur mettre des activités u des biens en cmmun, cette cllabratin est qualifiée, du pint de vue juridique, de

Plus en détail

PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET

PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET PROPOSITION DE CREATION DE SITE INTERNET OBJET : La fédératin départementale Sarthe Nature Envirnnement (SNE) suhaite dévelpper un site Internet. Celui-ci ayant pur but de diffuser du cntenu rganisé. Ce

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité Changez pur Gas Natural Fensa en tute liberté et en tute simplicité Savez-vus que depuis 2004 vus puvez chisir vtre furnisseur de gaz naturel? Le marché du gaz naturel pur les prfessinnels a été libéralisé

Plus en détail

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience Créer un util pur les nn-prfessinnels de la statistique : Récit d une expérience Stéphane HERAULT cntact@adscience.fr I. INTRODUCTION Dcteur en Bilgie-Santé, les quelques années pendant lesquelles j ai

Plus en détail

INITIATION À LA TENUE DE LIVRE

INITIATION À LA TENUE DE LIVRE INITIATION À LA TENUE DE LIVRE POURQUOI TENIR DES REGISTRES COMPTABLES? Une bnne tenue des livres vus renseigne sur la situatin financière passée et actuelle de vtre entreprise. Une bnne tenue des livres

Plus en détail