QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES?"

Transcription

1 QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES? Alain SCHATT Professeur s Universités en Sciences Gestion Directeur l IAE Strasbourg En 5, environ sociétés européennes cotées en Bourse ont publié leurs comptes annuels en respectant les normes internationales IAS/IFRS. Pour évaluer les conséquences cette réforme sur le contenu s documents comptables, plusieurs étus ont été réalisées. Trois d elles sont particulièrement intéressantes. La première, effectuée par le cabinet international Ernst & Young (1), a montré que la mise en œuvre la réforme n est que partielle. En particulier, l intité nationale reste forte : «The financial statements of a French retailer, for example, look and feel more similar to those of a French manufacturer than to those of Dutch or UK retailer. (-) many companies appear to have adopted IAS/IFRS in a way that minimises as far as possible changes in the form of financial reporting that they have applied unr their previous national GAAPs» (page ). Elise GROSS IECS Strasbourg Une secon étu (Benabllah et Teller, ), réalisée sur 5 groupes français, a cherché à comprendre comment l application s normes IAS 1 (Immobilisations corporelles) et IAS (Immeubles placement) a affecté les comptes s prises françaises. Les auteurs ont trouvé que «les praticiens français ont majoritairement choisi maintenir le coût historique [et que] cette décision quasiment unanime conforte la pratique antérieure et maintient une homogénéité dans les états financiers publiés» (page 3). Résumé l article L analyse s états financiers 37 prises françaises cotées en bourse, appartenant à trois secteurs d activité, permet mettre en évince que l application s normes IAS/IFRS a une incince relativement marginale sur les capitaux propres, mais il existe s différences assez significatives selon le secteur d activité. Enfin, dans une troisième étu, portant sur sociétés foncières françaises cotées en Bourse, Tort (5) a mis en évince que «l impact financier la conversion aux IFRS est assez sensible, et avec un effet toujours positif pour les sociétés ayant opté pour la juste valeur tandis qu il est quasiment inexistant pour les foncières utilisant le modèle coût» (page 5). En particulier, cet auteur confirme que l application l IAS a un impact significatif sur les résultats consolidés et sur les capitaux propres. En fin compte, ces trois étus permettent conclure que la mise en œuvre s normes IAS/IFRS affecte relativement peu les prises françaises, lorsqu elles ont continué à utiliser la métho du coût historique, mais que l impact sur les comptes est significatif lorsque la métho la juste valeur est retenue. Dans cet article, nous complétons ces étus ux principales manières. Premièrement, plutôt que nous focaliser sur l impact telle ou telle norme, nous retenons une approche financière, consistant à évaluer l impact du passage aux normes IAS/IFRS sur les capitaux propres s prises. Ce choix 1. Cette étu intitulée "IFRS - Observations on the implementation of IAS/IFRS" est disponible sur le site Internet du cabinet Ernst & Young (www.ey.com). Elle porte sur 5 grans prises européennes, sélectionnées en fonction leur capitalisation boursière (appartenance au groupe s sociétés du Financial Times Global 5). L étu a pour objet d évaluer les conséquences l application certaines normes spécifiques dans divers secteurs d activité (Automobile,, Télécommunications, etc.). 35 R.F.C. 39 Février 7

2 Réflexion 3 se justifie aisément : les capitaux propres occupent une place privilégiée parmi l ensemble s informations divulguées dans les documents comptables, en particulier pour les analystes financiers et les investisseurs, soucieux se forger une idée sur la rentabilité et sur le risque s prises. Les capitaux propres sont notamment utilisés () pour calculer les ux ratios suivants : Bénéfice net / Capitaux propres, qui permet d apprécier la rentabilité s capitaux investis par les actionnaires ; Capitaux propres / Total du bilan, qui fournit une indication sur le risque financier et sur la solvabilité l prise. Une telle approche est pertinente dans le contexte d internationalisation croissante s investissements. La proportion d actions d prises françaises détenue par s investisseurs étrangers est actuellement très élevée. Aussi est-il intéressant voir comment les capitaux propres et, par conséquent, la situation s prises françaises ont été affectés par ces changements comptables, pour anticiper d éventuelles évolutions dans les choix portefeuille s investisseurs internationaux. Deuxièmement, cette étu porte sur s prises françaises appartenant à trois secteurs d activité. Cette approche sectorielle est motivée par l idée que chaque prise est probablement affectée différemment par la mise en œuvre s normes internationales, mais qu une certaine homogénéité existe au sein d un même secteur d activité. Par exemple, l évaluation s. Nous invitons le lecteur intéressé par l analyse financière à se référer à l ouvrage Gérard Charreaux, dont les références figurent dans la bibliographie. 3. Lorsque nous avons débuté cette étu, en fin d année 5, les comptes l exercice 5 n étaient pas encore disponibles. L étu porte donc sur s prises qui ont appliqué volontairement les normes IAS/IFRS au cours l exercice.. Quelques prises n ont pas été retenues parce qu elles n indiquaient pas l impact sur le bilan s nouvelles normes IAS/IFRS, alors que l impact sur les capitaux propres était connu. immeubles placement à la juste valeur affecte plus fortement les prises certains secteurs (dans le secteur l immobilier, ces actifs représentent une part significativement plus importante du bilan que dans le secteur s technologies ). Métho d investigation Notre étu empirique porte sur 37 prises françaises, qui ont été sélectionnées en fonction s critères suivants : elles étaient cotées en Bourse au 31 décembre, sur les segments Eurolist A, B ou C (les prises cotées sur le marché libre n ont pas été prises en compte) ; elles appartiennent aux trois secteurs d activité suivants (classification sectorielle d Euronext) : base, s et. Nous avons volontairement retenu trois secteurs dont les structures d actif et la profitabilité sont différentes ; les rapports annuels étaient disponibles en début d année sur le site internet l Autorité s marchés financiers (3) ; dans chaque rapport annuel figuraient s explications détaillées sur l impact s nouvelles normes sur les capitaux propres, sur le résultat l exercice et sur le total du bilan (). L application ces critères a permis sélectionner environ un tiers (37 prises sur 115) s prises appartenant aux trois secteurs d activité concernés. Toutes les informations relatives à ces prises figurent dans le tableau 1 (en annexe). Abstract A survey carried out in 37 French companies representing three different professional sectors, all listed on the stock exchange, has highlighted the relatively low impact of IAS/IFRS on company equity. However, comparatively significant differences do appear between the professional sectors studied. Incince s normes IAS/IFRS sur les capitaux propres L analyse s données comptables ces 37 prises (tableau 1, Cadre A) permet mettre en évince que les capitaux propres semblent globalement peu affectés par le changement normes comptables. Le graphique 1 (page suivante) permet faire ux constats : d une part, la variation s capitaux propres correspondant à la différence, pour l année considérée, les capitaux propres selon les normes IAS/IFRS et les capitaux propres selon les normes françaises est négative ou nulle pour 17 prises, et la variation s capitaux propres est positive (ou nulle) pour prises ; d autre part, l impact du changement normes est relativement faible, quel que soit le sens la variation. Pour 7 prises, la variation s capitaux propres est - % et + %. Des différences significatives apparaissent cependant les trois secteurs d activité, comme le met en évince le graphique (page suivante). Les prises qui enregistrent s baisses s capitaux propres appartiennent principalement au secteur l industrie. En revanche, dans le secteur l immobilier, prises sur 9 enregistrent une augmentation s capitaux propres et celle-ci est relativement importante - c est-à-dire à % - dans plus la moitié s cas (5 prises sur 9). Enfin, dans le secteur s technologies, l impact du passage aux normes IAS/IFRS est relativement faible : pour 9 prises sur, la variation est - % et + %. Ces résultats confirment l idée, évoquée précémment, qu il existe une certaine homogénéité au sein d un même secteur d activité. Incince s normes IAS/IFRS sur le résultat et sur le total du bilan Avant d analyser l incince du changement normes sur la rentabilité et R.F.C. 39 Février 7

3 sur le risque s prises, nous évoquons succinctement l impact ce changement sur le résultat l exercice et sur le total du bilan. Concernant le résultat l exercice, il apparaît nettement plus sensible au changement normes comptables que les capitaux propres. En effet, pour 5 prises sur 37, la variation du résultat excè - % (9 prises) ou + % (1 prises), sachant que dans cas sur 37, la variation du résultat est positive. Le passage aux normes IAS/IFRS permet donc d augmenter globalement le résultat s prises. Cependant, s différences existent également les trois secteurs d activité (graphique 3). Dans le secteur s technologies, les normes internationales ont plutôt tendance à réduire le résultat : pour prises sur, le résultat baisse. Il faut cependant noter une forte dispersion dans ce secteur, puisque prises enregistrent une hausse leur résultat à %. Dans les ux autres secteurs, l impact sur le résultat est plutôt positif : le résultat est plus important avec les normes internationales dans 9 % s cas dans le secteur immobilier et dans 7 % s cas dans le secteur l industrie. Dans ce rnier secteur, une forte dispersion existe également : dans 7 % s cas, la variation du résultat excè - % ou + %. Concernant le bilan, la variation est plus moste, puisqu elle est - % et + % dans plus 75 % s cas, sachant que dans plus ux tiers s cas le total du bilan augmente. Il existe également un effet sectoriel (graphique ). En particulier, dans l industrie, le total du bilan ne diminue que dans 7 prises sur 1, soit environ % s cas. En revanche, le total du bilan augmente dans % s cas dans le secteur s nouvelles technologies et une telle évolution concerne ux tiers s prises du secteur l immobilier à % à % Graphique 1 : variation s capitaux propres pour les 37 prises l échantillon - % et % - % et % % et % % et % % et % % et % à % à % Graphique : variation s capitaux propres par secteur d activité Graphique 3 : variation du résultat par secteur d activité à % - % et % % et % % et % à % 37 Incince s normes IAS/IFRS sur la rentabilité et sur le risque Après avoir analysé comment les capitaux propres, le résultat net l exercice et le total du bilan - les trois indicateurs clés l analyse financière - sont modifiés, nous pouvons désormais nous attarr sur l incince du changement normes sur la rentabilité (appréhendée par le ratio Résultat net / Capitaux propres ) et sur le risque (appréhendé par le ratio Capitaux propres / Total du bilan ). Pour 3 prises sur 37, la rentabilité s améliore - ce qui constitue potentiellement une bonne nouvelle dans le contexte d internationalisation s investissements. Il faut cependant noter une R.F.C. 39 Février 7

4 Réflexion 3 forte dispersion.la rentabilité calculée avec les informations comptables établies à l ai s normes internationales excè plus points (5 cas) la rentabilité calculée à l ai s normes françaises. Dans 5 autres cas, l écart excè - points. Ainsi, la mise en œuvre s normes internationales entraîne une plus forte volatilité s rentabilités, conformément aux anticipations nombreux experts. La situation varie, une fois encore, selon les secteurs d activité (graphique 5). Dans l industrie, la rentabilité est dans 7 % s cas avec les normes internationales et la dispersion apparaît relativement faible (seules trois prises ont une rentabilité à - ou + points). En revanche, dans le secteur s technologies, la situation est plus contrastée : la moitié s prises affiche une rentabilité plus élevée avec les normes internationales et une autre moitié affiche une rentabilité plus faible. La situation est similaire dans le secteur l immobilier où 5 prises sur 9 voient leur rentabilité (légèrement) baisser avec les normes internationales. Concernant le risque s prises, il évolue peu, même si ce résultat doit être nuancé pour les trois secteurs considérés. Dans l industrie, le ratio Capitaux propres / Total du bilan est plus faible pour prises sur 1 avec les normes internationales, ce qui traduit un risque supérieur. Pour le secteur s technologies, l effet est très légèrement positif, mais la différence est relativement faible. En revanche, dans le secteur l immobilier, le risque diminue globalement, puisque le ratio calculé avec les normes internationales est supérieur à celui calculé avec les normes nationales pour prises sur 9. Conclusion Cette étu, portant sur 37 prises évoluant dans trois secteurs d activité, permet mieux comprendre quelle est l incince l application s normes IAS/IFRS sur la situation financière s prises françaises cotées en Bourse. Les ux principaux résultats obtenus sont les suivants. Premièrement, la situation financière s prises notre échantillon - telle à % à % Graphique : variation du bilan par secteur d activité - % et % - % et % % et % % et % qu elle est appréhendée par les analystes financiers et par les investisseurs - semble globalement s améliorer, puisque la rentabilité est globalement avec les données comptables publiées selon les normes IAS/IFRS. % et % % et % à % à % Graphique 5 : variation la rentabilité par secteur d activité à % Graphique : variation du risque par secteur d activité - % et % % et % % et % à % Deuxièmement, s différences significatives existent les secteurs d activité. Plus précisément, la rentabilité augmente notamment dans l industrie, en raison d une réduction s capitaux propres ce qui entraîne également R.F.C. 39 Février 7

5 une augmentation du risque perçu par les investisseurs. En revanche, dans le secteur immobilier, le risque diminue en raison d une augmentation du résultat net et s capitaux propres. Enfin, la situation financière du secteur s technologies semble la moins affectée par les changements comptables. Les résultats cette étu, qui mériterait bien évimment d être complétée et enrichie, nous conduisent à discuter la pertinence du changement normes comptables, qui s est avéré extrêmement coûteux pour les prises. L application s normes IAS/IFRS est censée permettre aux prises donner une image plus fidèle leur situation financière aux investisseurs, supposés être les principaux utilisateurs comptable. Au vu nos résultats, il semblerait que l image donnée par les normes françaises était relativement satisfaisante, puisque les changements restent assez marginaux dans un grand nombre cas. Dans la mesure où les investisseurs se préoccupent essentiellement l avenir s prises (c est-à-dire leurs opportunités croissance) pour décir quels sont les titres à acquérir, à cér ou à conserver (Schatt et Roy, 1), la question se pose savoir si les gains du changement normes comptables (l utilité pour les investisseurs) s avéreront à terme supérieurs aux coûts engagés par les prises. Alain SCHATT Elise GROSS Bibliographie Benabllah S. et Teller R.,, Immobilisations corporelles et immeubles placement en IFRS : le coût historique va-t-il résister à la juste valeur?, Revue Française Comptabilité, mars, p. -. Charreaux G., 1, Gestion financière, LITEC. Raffournier B., 5, Les normes comptables internationales (IFRS/IAS), Economica. Schatt A. et Roy T.,, Faut-il faire évoluer les méthos d évaluation s prises?, Revue Française Comptabilité, mars, p. -3. Tort E., 5, Etu d impact la conversion s foncières cotées aux normes comptables internationales, Revue Française Comptabilité, septembre, p Annexe Tableau 1 : statistiques scriptives TOTAL s 39 Nombre d prises Moyenne A. Capitaux propres * Médiane Moyenne Médiane Moyenne B. Résultat l exercice * Médiane Moyenne Médiane Moyenne C. Total Bilan * Médiane Moyenne Médiane Moyenne,5 % - 3,7 % 35, %, % D. Résultat net / Médiane 9,7 % 11,9 %, %, % Capitaux propres Moyenne 1,9 % 7, % 37,5 % 13,3 % Médiane 11, % 15, % 7, %,3 % Moyenne 39,7 %, %,3 % 3, % E. Capitaux propres / Médiane 3, % 35, % 7,9 % 3, % Total Bilan Moyenne,3 % 3, % 39,9 % 3,7 % Médiane 3,9 % 33,3 % 3,1 % 33, % * Les données sont exprimées en milliers d euros R.F.C. 39 Février 7

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Alain SCHATT Melissa GNAEGI Julianne GUINAND La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Des informations précises sur les ventes et la profitabilité

Plus en détail

Information comptable et management financier

Information comptable et management financier Information comptable et management financier APPLICATION Diagnostic financier Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor,

Plus en détail

Les organismes de placement collectif immobilier

Les organismes de placement collectif immobilier Les organismes de placement collectif immobilier (OPCI) Régime juridique Émilie Capron Avocat 5 e édition augmentée et mise à jour notamment des dispositions de la loi de régulation bancaire et financière

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

DE VOTRE ACTION. Point de vue SOLUTIONS PD AOÛT 2012 COMMENT LA RÉDUCTION DU RISQUE ASSOCIÉ À VOTRE RÉGIME PD PEUT AMÉLIORER LE COURS

DE VOTRE ACTION. Point de vue SOLUTIONS PD AOÛT 2012 COMMENT LA RÉDUCTION DU RISQUE ASSOCIÉ À VOTRE RÉGIME PD PEUT AMÉLIORER LE COURS AOÛT 2012 COMMENT LA RÉDUCTION DU RISQUE ASSOCIÉ À VOTRE RÉGIME PD PEUT AMÉLIORER LE COURS DE VOTRE ACTION LA RÉDUCTION DU RISQUE EST PROFITABLE POUR TOUS Par les temps qui courent, tous les médias font

Plus en détail

COMPTABILITÉ. PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants. Cette étude a pour objet. reflexion. Résumé de l article

COMPTABILITÉ. PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants. Cette étude a pour objet. reflexion. Résumé de l article PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants Eric DELESALLE Expert-comptable, Commissaire aux comptes Professeur agrégé CNAM-INTEC Président de la Commission de droit comptable

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

(Du 18 octobre 2006) Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

(Du 18 octobre 2006) Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Réponse du Conseil communal à la question écrite N o 06-803 déposée le 11 août 2006 par M. Philippe Ribaux relative aux normes comptables internationales IPSAS (Du 18 octobre 2006) Monsieur le Président,

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

Les banques canadiennes sont-elles efficientes? Une comparaison entre le Canada et les États-Unis

Les banques canadiennes sont-elles efficientes? Une comparaison entre le Canada et les États-Unis Revue du système financier Les banques canadiennes sont-elles efficientes? Une comparaison entre le Canada et les États-Unis Jason Allen (Banque du Canada), Walter Engert (Banque du Canada) et Ying Liu

Plus en détail

I H E C CES DE REVISION COMPTABLE MODULE : REVISION COMPTABLE ANNEE UNIVERSITAIRE : 2006/2007

I H E C CES DE REVISION COMPTABLE MODULE : REVISION COMPTABLE ANNEE UNIVERSITAIRE : 2006/2007 I H E C CES DE REVISION COMPTABLE MODULE : REVISION COMPTABLE ANNEE UNIVERSITAIRE : 2006/2007 PLAN & BIBLIOGRAPHIE DU COURS : NORMES & DIFFICULTES COMPTABLES I. PLAN DU COURS Thèmes Temps Normes Comptables

Plus en détail

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau de flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 * ex Legrand Holding

Plus en détail

introduction en Bourse Alternext

introduction en Bourse Alternext introduction en Bourse Alternext Février 2013 www.finadoc-actionnal.com 1 pourquoi s introduire? PARIS, 19 FEBRUARY 2013 A new Ernst & Young survey shows that institutional investors are increasingly positive

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque CHAPITRE 1 Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque Ce e comparaison met en évidence des différences, liées aux par cularités des ac vités bancaires. 1.1 DESCRIPTION SUCCINCTE

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Nanterre, le 24 juillet 2015 Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Chiffre d affaires total en hausse de 12,6% à 10,51 milliards d euros

Plus en détail

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M Communiqué de presse Paris, le 31 mai 2011, 18h00 Résultats annuels 2010/11 : 11,7% de marge opérationnelle courante «Solucom 2015», une nouvelle ambition pour Solucom Lors de sa réunion du 30 mai 2011,

Plus en détail

Pargesa. Holding SA. - Résultat net consolidé de CHF 535 millions, contre CHF 426 millions au 1 er semestre 2007

Pargesa. Holding SA. - Résultat net consolidé de CHF 535 millions, contre CHF 426 millions au 1 er semestre 2007 Pargesa Holding SA Genève, le 31 juillet 2008 Communiqué de presse No 4/2008 Résultats du 1er semestre 2008 : - Progression de 6.5% du résultat courant économique à CHF 438 millions - Résultat net consolidé

Plus en détail

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion?

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? Lionel ESCAFFRE Commissaire aux Comptes Professeur associé à l Université d Angers Chercheur associé

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA

Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA Les cycles d introduction Van Bommel et al. (2000) : vagues d IPO En France : [1985-1987] et [1998-2000] Évolution du secteur des services

Plus en détail

Analyse financière des comptes consolidés Normes IFRS

Analyse financière des comptes consolidés Normes IFRS Analyse financière des comptes consolidés Normes IFRS Finance/gestion comptabilité Bruno BACHY Michel SION 3 e édition Des mêmes auteurs Objectif Cash D. Brault, M. Sion, Dunod, 2008. La Boîte à outils

Plus en détail

L impact des normes IFRS sur les données comptables des groupes français cotés

L impact des normes IFRS sur les données comptables des groupes français cotés L impact des normes IFRS sur les données comptables des groupes français cotés Sylvie MARCHAL, Mariam BOUKARI et Jean-Luc CAYSSIALS Direction des Entreprises L arrivée des IFRS International financial

Plus en détail

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES ETATS FINANCIERS 2010 ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES 2010 EDENRED COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES Compte de résultat pro forma p.2

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA

GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA RAPPORT SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2005 A nos actionnaires et partenaires financiers (chiffres clés en milliers de CHF) INTRODUCTION Malgré les difficultés conjoncturelles principalement

Plus en détail

DIVULGATION FINANCIERE ET TRANSITION AUX IAS-IFRS

DIVULGATION FINANCIERE ET TRANSITION AUX IAS-IFRS Manuscrit auteur, publié dans "La place de la dimension européenne dans la Comptabilité Contrôle Audit, Strasbourg : France (2009)" DIVULGATION FINANCIERE ET TRANSITION AUX IAS-IFRS LE ROLE DU COMITE D

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

1. Points de vue sur les tendances récentes du processus de convergence vers les IFRS

1. Points de vue sur les tendances récentes du processus de convergence vers les IFRS LE PASSAGE DES ENTREPRISES ROUMAINES AUX NORMES IFRS : QUELS AVANTAGES? QUELLES DIFFICULTÉS? Feleagă Niculae Feleagă Liliana Académie d Etudes Economique, Bucarest, Roumaine, PiaŃa Romană nr. 6, sector

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés)

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) 14.18 Prises de commandes en hausse de 25 % à 9,1 milliards d euros Chiffre d affaires de 6,3 milliards d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) Marge opérationnelle

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES

LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES tions peuvent être synthétisées par le schéma suivant : Etape 1 : Identification d une perte de valeur

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive COMMUNIQUÉ DE PRESSE Date Contact Investor Relations: Julien Vignot, Responsable des Relations avec les investisseurs, Groupe Galenica Media Relations: Christina Hertig Responsable de la Communication

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

FAIR VALUE. FAS 157 et FAS 159, modalités de mise en oeuvre, état de l'art en normes IFRS et projet en cours (IASB). ****

FAIR VALUE. FAS 157 et FAS 159, modalités de mise en oeuvre, état de l'art en normes IFRS et projet en cours (IASB). **** FAIR VALUE FAS 157 et FAS 159, modalités de mise en oeuvre, état de l'art en normes IFRS et projet en cours (IASB). **** Vendredi 12 octobre 2007 Xavier Paper 1 Sommaire 1. Quelques constats sur la Juste

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

L adoption des IFRS au Canada : une analyse empirique de l incidence sur les états financiers

L adoption des IFRS au Canada : une analyse empirique de l incidence sur les états financiers L adoption des IFRS au Canada : une analyse empirique de l incidence sur les états financiers Auteurs : Michel Blanchette, François-Éric Racicot et Komlan Sedzro Commanditaires : Rock Lefebvre, MBA, CFE,

Plus en détail

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 25 Juin 2014 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2013 RESULTATS ANNUELS 2013 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes Boulevard Youssef Ibn Tachfine, résidence Côte d Or, n 22, Tanger-Maroc Tél. : +212 (0) 539.32.50.39. Fax : +212 (0) 539.32.53.72. Email : m.lahyani@audit-analyse.com Site : Mohamed LAHYANI Expert-comptable

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Résultat annuel du groupe CREALOGIX: encore une bonne performance pour l ebusiness et une année de consolidation pour l ERP. Pour l exercice 2006/2007, le groupe CREALOGIX affiche

Plus en détail

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Communiqué de presse 6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Le Groupe Crédit Coopératif a connu en 2014 une activité commerciale de bon niveau qui a permis d obtenir

Plus en détail

Les PME et l accès aux marchés de capitaux en France : un état des lieux

Les PME et l accès aux marchés de capitaux en France : un état des lieux Les PME et l accès aux marchés de capitaux en France : un état des lieux Yves MANSION Membre du Collège de l Autorité des Marchés financiers Anne DEMARTINI, Samia MEKIOUS Autorité des Marchés financiers

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2014. Vendredi 2 mai 2014

Résultats du premier trimestre 2014. Vendredi 2 mai 2014 Résultats du premier trimestre 2014 Vendredi 2 mai 2014 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de Boursorama.

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers CNC Groupe de travail IAS et PME Présentation des normes sur les instruments financiers Concrètement, que sont les instruments financiers dans les comptes consolidés d un groupe industriel ou de service?

Plus en détail

ANALYSE DE L ACTION ORDINAIRE DE ALCAN ALUMINIUM UTILISATION DU SERVEUR BLOOMBERG

ANALYSE DE L ACTION ORDINAIRE DE ALCAN ALUMINIUM UTILISATION DU SERVEUR BLOOMBERG 1 ANALYSE DE L ACTION ORDINAIRE DE ALCAN ALUMINIUM UTILISATION DU SERVEUR BLOOMBERG École des Hautes Études Commerciales de Montréal Automne 1998 Le poste Bloomberg est un outil très précieux pour l analyse

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

Les PME-ETI cotées en bourse : amélioration des performances et poursuite du désendettement

Les PME-ETI cotées en bourse : amélioration des performances et poursuite du désendettement Les PME-ETI cotées en bourse : amélioration des performances et poursuite du désendettement Matthieu BRUN, Jean-Luc CAYSSIALS Direction des Entreprises Observatoire des entreprises Les PME-ETI cotées ont

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

ACCESS CP SIGNE UN 1ER CLOSING A 56 M POUR CIBLER LA PRIVATE DEBT

ACCESS CP SIGNE UN 1ER CLOSING A 56 M POUR CIBLER LA PRIVATE DEBT LEVÉES DE FONDS ACCESS CP SIGNE UN 1ER CLOSING A 56 M POUR CIBLER LA PRIVATE DEBT Par Xavier Demarle 08/10/2014 17:36 Le gérant veut porter à 150 M la collecte de son nouveau véhicule, dont la mission

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS QUESTIONS / REPONSES 1. Pourquoi faire cette augmentation de capital maintenant alors que les marchés financiers sont en crise et le cours de Natixis au plus bas? A quoi

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2011, la capitalisation

Plus en détail

Communiqué de presse Résultats du premier semestre 2007 23 août 2007

Communiqué de presse Résultats du premier semestre 2007 23 août 2007 Vente de gaz naturel en baisse de 21,3% Baisse des ventes en Belgique (-22,8 %) en raison des températures particulièrement douces du premier semestre et de la diminution des ventes aux centrales électriques.

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Jacquet Metal Service - Rapport d activité 30 juin 2014

Jacquet Metal Service - Rapport d activité 30 juin 2014 1 2 RESULTATS AU 30 JUIN 14 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 3 SEPTEMBRE 2014 : 1 er semestre 2014 Volumes distribués +14,9% Chiffre d affaires 577,6 m EBITDA 30,0 m Le Conseil d Administration du 3 septembre 2014

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 Direction de la Balance des paiements Service des Opérations internationales des banques et des administrations

Plus en détail

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 2 février 2005 Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS Sans attendre la publication de ses comptes 2004 qui seront arrêtés par le Conseil

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Groupe Carrefour. Normes IFRS

Groupe Carrefour. Normes IFRS Groupe Carrefour Normes IFRS 16 décembre d 2004 1 Plan 1. Champ d application d des normes IFRS 2. Revues des principales normes IFRS susceptibles d impacter la grande distribution alimentaire et implications

Plus en détail

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009 QUE DEVIENNENT LES PETITES ENTREPRISES CANADIENNES APRÈS UN PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE? Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec Le 10

Plus en détail

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 n NexResearch FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 25 Mars 2010 Données boursières K 2008 2009 2010e 2011e 2012e Dern. Cours, 38,53 Chiffre d'affaires 15 115 19 495 27 500 30 200 33 000 Cap.

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Paris, 5 mai 2015 Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Croissance du chiffre d affaires : +5,3% à périmètre et change courants (+2,3%

Plus en détail

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France Immobilier Janvier 2011 Préambule Les échéances triennales et l expiration du bail commercial constituent des fenêtres

Plus en détail

Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise

Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise Financial Services the way we do it Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise Le risk management : une exigence réglementaire au service du pilotage de la performance de l

Plus en détail

StockGuide DÉPARTEMENT DES SCIENCES ÉCONOMIQUES ET ADMINISTRATIVES

StockGuide DÉPARTEMENT DES SCIENCES ÉCONOMIQUES ET ADMINISTRATIVES Contenu 1. Qu est-ce qu on y trouve?... 1 2. Comment y accéder?... 1 3. Comment créer un compte?... 2 4. Comment ouvrir une session?... 2 5. Comment accéder au profil d une entreprise cotée en bourse?...

Plus en détail

SIGNAUX GIROD. A.- Comptes semestriels consolidés résumés en normes IFRS. I. - Bilan consolidé au 31 mars 2009 en normes IFRS. (En milliers d euros)

SIGNAUX GIROD. A.- Comptes semestriels consolidés résumés en normes IFRS. I. - Bilan consolidé au 31 mars 2009 en normes IFRS. (En milliers d euros) SIGNAUX GIROD Société Anonyme au capital de 14 807 806 à directoire et conseil de surveillance. Siège social : 39400 Bellefontaine 646 050 476 R.C.S. Lons le Saunier Siret : 646050476 00019 NAF : 2599B

Plus en détail

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente?

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Micro conférence Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Intervenants Georges Crampette Expert comptable Cabinet Crampette Sylvain Lherm Sonia Piasentin Direction

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

AFECA 2010 PROGRAM - OVERVIEW. 26 th September 6 th October. Friedrich-Alexander-University Erlangen-Nuremberg

AFECA 2010 PROGRAM - OVERVIEW. 26 th September 6 th October. Friedrich-Alexander-University Erlangen-Nuremberg Association de Formations Européennes à la Comptabilité et à l Audit AFECA 2010 26 th September 6 th October Friedrich-Alexander-University Erlangen-Nuremberg PROGRAM - OVERVIEW INTRODUCTIONS Presentations

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail