FUGUE A L INTERNAT. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FUGUE A L INTERNAT. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat."

Transcription

1 FUGUE A L INTERNAT Les faits se déroulent dans un lycée professionnel rural. Le recrutement des élèves est régional, l établissement est connu pour sa spécificité dans les filières du bâtiment, et de ce fait comporte un internat. L élève Marc est interne depuis cette année et manifeste à la fin du 1 er trimestre sa volonté de devenir demi pensionnaire malgré l éloignement géographique de son domicile. Les escapades nocturnes d un de ses camarades de chambre Loan serait, selon les dires de la maman de Marc à l origine de cette demande de changement de régime. Sollicité par les responsables légaux, le chef d établissement me demande d intervenir afin de remédier à cette situation et d envisager les solutions appropriées. Les documents d appui contenus dans le dossier sont pour certains, des éléments de compréhension : une synthèse d entretiens individuels avec les principaux protagonistes, un rapport des maîtres d internat du dortoir et l avis général des professeurs de la classe de Marc et Loan, une présentation de l internat. D autres documents sont des textes réglementaires (Extrait du RI de l établissement de l internat), ainsi que des documents officiels : une fiche e signalement et la circulaire du 25 octobre 1996 relative à la surveillance des élèves. Le cas qui nous est proposé pose une série de problèmes : Les problèmes individuels de mal être de deux jeunes garçons - Marc ressent un sentiment d insécurité à être interne et souhaite un changement de régime - Loan, est un bon élève mais il vit mal le divorce de ses parents et surtout la séparation avec son jumeau. Pour le retrouver il fait régulièrement des escapades nocturnes et enfreint donc le RI de l internat. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat. Dans un 1 er temps, pour chacun de ces problèmes je procéderai à l analyse des faits qui me sont données pour pouvoir dans un second temps proposer les solution appropriées à chacune de ces situations.

2 Je tiens à noter qu au préalable et comme me l a demandé le chef d établissement j ai vérifié le bien fondé des affirmations de la maman de Marc. Les entretiens individuels que j ai effectués (Marc et Noël) et le rapport que j ai demandé aux maîtres d internat du dortoir confirme le tout. 1 Analyse de la situation et propositions de réponses appropriées pour Marc Marc demande un changement de régime qui ne lui sera pas bénéfique étant donnée l éloignement de son domicile familial. Motivations de sa demande de changement fatigue = stress et non un mal être lié à sa situation d élève interne. Mon rôle le faire changer d avis en lui apportant les réponses appropriées. Marc est élève anxieux, donner des éléments du dossier qui le montrent, vous pouvez faire le parallèle avec Noël. Je proposerai au chef d établissement les mesures suivantes. Entretien avec Marc - le rassurer sur la situation, montrer le côté positif des choses révélations des escapades nocturnes permettront d aider Loan et de trouver des réponses adaptées à sa souffrance, le s rassurer sus ses craintes par rapport à Loan - lui démonter que «la fuite de l internat» n est pas la meilleure solution pour sa scolarité - lui proposer un entretien médiation avec Loan en ma présence, lui assurer mon suivi, ma vigilance et ma disponibilité pour la suite (j informerai et sensibiliserai les surveillants à cette situation ainsi que mon collègue). Si la situation est trop gênante pour lui, un changement de chambre est possible. Entretien avec la maman - pour la rassurer et la convaincre qu il ne faut pas de changement de régime - pour lui dire que cet incident nous amène à revoir les conditions matérielles de surveillance de nos élèves internes en prenant les mesures adéquates à de bonnes conditions de vie collective. Mesures que j exposerai plus en avant dans ma démonstration.

3 Entretien avec Marc et Loan Afin de crever l abcès et informer Loan que j attends de lui un comportement et une réaction appropriée. Lui dire également que son ami n a pas agi comme une balance mais dans son intérêt. Remarques : tout au long de l année scolaire nous devrons être vigilant. Information et suivi pour l ensemble de l équipe maître d internat + mon collègue + tous mes partenaires ainsi que l infirmière. Effectuer un suivi individuel : scolaire des garçons afin d être sûr que personne ne vit mal les suites de cet incident. 2 Analyse de la situation de Loan et propositions de solutions Loan souffre du divorce de ses parents (Doc 1 propos de Noël) et plus spécialement de la séparation avec son frère jumeau ordonné par le juge dans son intérêt. (Document 1 propos du père de Loan) Il est à noter que Marc refuse de s exprimer sur ce sujet au cours de l entretien auquel je l ai convié «c est sa vie privée». Peut être que Marc n a pas envie de relater ou de s exprimer sur le pourquoi de la mesure de séparation avec son frère jumeau ordonnée par la juge. (Information document 1 propos du papa : «les jumeaux ensemble étaient sur la pente de la délinquance»). Or on sait que les relations sont très fortes entre jumeaux. Face à cette situation, il enfreint le règlement intérieur et effectue 1 à 2 escapades nocturnes par semaine pour retrouver son frère. La souffrance de Loan ne semble pas perceptible par les adultes qui l entourent. Il est décrit par les maîtres d internat, les professeurs comme un ado bien dans sa peau. - a du caractère «joue un peu au chef des 3», «aime attirer l attention», «lance des petites réflexions «, on note cependant qu il est «de bonne humeur et toujours correct». - ses professeurs le décrivent également de manière positive : il est bon élève (information document 3), est délégué de classe, a de très bons résultats (Information document 3) «parmi eux (le groupe de tête) le délégué de classe Loan se détache nettement comme leader positif», «ils aident volontiers ces camarades plus lents»

4 - son père note également son attitude positive, son comportement s est amélioré par rapport à l année dernière, cette orientation est très bien pour lui et sa stabilité aussi (Information document n 21) Au cours de l entretien, Loan lui-même confirme «qu il se plaît au lycée et à l internat». Il est important maintenant que nous avons connaissance de cette situation, d aider Loan en apportant des réponses appropriées? C est d autant plus important qu il faudrait éviter que les efforts positifs de Loan pour cette année cessent ou soient ternis par une fatigue et un stress liés aux escapades nocturnes et aux mensonges. Je proposerai donc au chef d établissement les mesures suivantes : De revoir Loan afin de lui affirmer que maintenant nous sommes convaincus de l existence régulière de ses escapades nocturnes. Que nous devons certes sanctionner cette infraction au règlement mais que nous sommes conscients de sa souffrance et que nous l aiderons à trouver une solution plus appropriée. Je pense que le chef d établissement devra prononcer une sanction conformément au RI de l établissement «Toute sortie par franchissement d un mur ou d une clôture ou d une prote de service est punissable». Discussion à avoir sur la sanction que vous proposerez D informer le juge = Le fait que chacun des jumeaux habite avec l un des parents a été profitable (amélioration, pas de délinquance) mais il faut penser à des temps de rencontre entre les deux frères afin que cette situation soit bien vécue. Cette information donnée au juge le sera par un travail d équipe entre le chef d établissement, la conseillère principale d éducation, et surtout l AS. Je passerai le relais à ma collègue AS afin que cette dernière puisse accompagner Loan et vérifier la mise en place en application de ces aménagements dans l intérêt de Loan. Remarque : la façon d agir de Loan peut nous faire penser soit une mésentente entre les deux parents, si tel était le cas il est important que l AS puisse accompagner cette famille et les deux jumeaux (on ne nous dit rien dans le dossier sur la situation du frère jumeau de Loan, il doit vraisemblablement être élève dans un autre établissement, d où l importance de passer le relais à l AS. Soit les parents ont été trop stricts dans l application de la mesure du juge.

5 De recevoir le responsable légal de Loan à savoir son père, et sa maman si c est possible : le sensibiliser au fait que Loan a besoin de voir de temps en temps son frère jumeau. Remarque : Si j e n arrive pas à avoir d entretien avec les eux parents, ma collègue AS pourra rencontrer la maman, avoir des informations sur l autre frère et s assurer de la mise ne place de ses dispositions. J informerai le papa des possibilités offertes par le RI de l internat (document 4 présentation de l internat) : sorites en villes sont possibles le mercredi après midi à défaut d un retour à la maison (éloignement trop important du domicile familial). On précise également dans le document n 6 «extrait du RI du lycée» que les internes sont autorisés à sortir dans le cadre des heures de sorties prévues par les CPE avec l accord des parents + autorisation de sortie des mercredis après midi en fonction des emplois du temps. Toutes ces mesures permettront à Loan d avoir des conditions de vie positives pour mener à bien son projet personnel. Projet personnel qu il a choisi et pour le quel il éprouve un profond intérêt. Il serait dommage que des difficultés familiales le détournent de la ligne de conduite positive adoptée cette année. Ces problématiques individuelles renvoient à une problématique collective relative à la sécurité des personnes à l internat. 3 La sécurité des élèves à l internat Internat : Offrir des conditions de vie collective satisfaisante. Ici Loan, Marc se plaisent à l internat. Les conditions de vie sont agréables (Document 4) petites chambres, salles d étude, de loisirs, salle multimédia. Il est étonnant de constater que Loan a pu en toute impunité et sans aucun contrôle, effectuer une à deux escapades nocturnes par semaine. Aucune mesure ne permet de connaître les allées et venues hors de l internat des élèves la nuit. Faire ici le parallèle avec le document n 5 pour la journée.

6 En vertu de la circulaire du 25 octobre 1996 (Document n 8), «l institution scolaire assume la responsabilité des élèves qui lui sont confiés», «Les modalités de surveillance des élèves doivent tendre à la mise en place de conditions de vie collective satisfaisantes». Le sentiment de sécurité est tout aussi important que les conditions de vie matérielles des élèves. Or dans cet internat, les élèves peuvent aller et venir la nuit sans difficulté. Cette circulaire prévoit également que les meures de surveillance doivent comporter «non seulement la vigilance immédiate + mesures de prévention nécessaires pour qu elle soit générale, efficace et adaptée à l âge des élèves». Il y a une alarme incendie, c est obligatoire au regard de la législation en vigueur (Doc 5 n 8), des portes coupe feu facilement franchissables étant donnée leur destination. Souci de sécurité de l établissement (Doc 6 du RI du lycée) «La sécurité des personnes est un souci majeur de l établissement ««La sécurité des personnes dans les locaux est garantie par un matériel de sécurité. Je proposerai au chef d établissement e mettre ne place une alarme destinée à avertir les surveillants d une éventuelle escapade de l internat en pleine nuit. Normalement, tous les internats doivent se munir d une alarme qui se déclenche (et donc réveille le maître d internat) dès qu un élève franchit en pleine nuit les portes de son dortoir. Mesure à réaliser au niveau des dortoirs mais également au niveau de l entrée de l internat (information document N 21 avec les propos de Noël : les jumeaux se retrouvaient dans un couloir chauffé du rez de chaussée pour discuter). Sensibiliser les surveillants à être attentifs en effectuant, pourquoi pas pendant la nuit des rondes pour vérifier que tous les élèves sont présents mais le moyen le plus sûr alarme. Il faut noter également que certains établissement se dote d une caméra à l entrée des internats afin de surveiller et donc de prévenir de futures escapades ou intrusions nocturnes. Cette situation appelle également quelques commentaires sur l utilisation des portables au sein de l internat. Si les garçons se servaient de leurs portables en pleine nuit, d autres élèves peuvent également faire pareils. Pour faire passer une bonne nuit aux élèves ne serait il pas judicieux de réglementer la possession et l utilisation du portable au sein de l internat.

7 Dans certains internats, il est de règle de demander aux élèves de remettre leurs portables aux surveillants à l extinction des feux. Pour conclure, ce cas nous montre l importance du suivi individuel des élèves internes dont nous avons la charge. En tant que responsable de services, il faut sensibiliser les MI et effectuer un travail d équipe avec l ensemble de nos partenaires au sein de l internat = Autorité bienveillante. Il nous révèle également qu en arrivant dans un établissement nous devons faire un «état des lieux «afin d être sûr que tous les aspects de la sécurité ont été envisagés dans l organisations et le fonctionnement de l internat afin que nos internes puissent en toute sécurité matérielle et morale, mener à bien leur projet personnel.

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption»

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» «Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» 1- Rejoindre le jeune sur son chemin : Les jeunes que je reçois en séance de méthodologie viennent me voir

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

Ils participent à leurs premières rencontres

Ils participent à leurs premières rencontres Ils participent à leurs premières rencontres Après avoir voyagé pendant 10 ans à travers le monde et avoir pratiqué des métiers comme ébéniste ou photographe, le fait d avoir des enfants m a donné l envie

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Nous vous proposons de préparer votre prochain entretien avec votre conseiller en répondant aux différentes questions posées dans ce document. Cette réflexion

Plus en détail

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Besoins des aidants 1. Actuellement, êtes vous au bénéfice d une aide à domicile dans la prise en charge de la personne

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE Les questions portent sur l état psychologique tel qu il était dernièrement, c'est à dire en pensant aux 4 ou 5 derniers jours. Répondez aux questions instinctivement

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Activités - Mon Journal

Activités - Mon Journal Activités - Mon Journal Volume 64 Les cinq tâches ainsi que les activités d'apprentissage explorent les six grandes compétences énoncées dans le cadre du curriculum en littératie des adultes en Ontario

Plus en détail

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage?

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? I Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? Le milieu interne de l entreprise est un milieu où la négociation est nécessaire et permanente. On a besoin de convaincre son équipe et ses

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE EVALUATION PARTICIPATIVE DU PROJET DE SERVICE QUESTIONNAIRE A DESTINATION DES USAGERS Nous vous proposons de participer à l évaluation du projet de service. Votre participation

Plus en détail

Groupe d échanges du 12 novembre 2013. Point n 2 : expérimentation du télétravail. Prorogation et modalités d évaluation

Groupe d échanges du 12 novembre 2013. Point n 2 : expérimentation du télétravail. Prorogation et modalités d évaluation Groupe d échanges du 12 novembre 2013 Point n 2 : expérimentation du télétravail Prorogation et modalités d évaluation L expérimentation du télétravail dans les services des MEDDE-METL est désormais active.

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

DOCUMENT DE PARTICIPATION

DOCUMENT DE PARTICIPATION DOCUMENT DE PARTICIPATION Angleterre-Paris 2015 CONTRAT DU PARTICIPANT Ce contrat souligne votre rôle et vos responsabilités à titre de participant ou de participante à un voyage scolaire en Angleterre-Paris

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires Comment favoriser la qualité de vie des professionnel-le-s dans les établissements scolaires? Marc Thiébaud Jürg Bichsel But de la présentation Présenter les pratiques développées en Suisse romande pour

Plus en détail

HAVAT HANOAR HATSIONI. LYCEE FRANÇAIS à JERUSALEM

HAVAT HANOAR HATSIONI. LYCEE FRANÇAIS à JERUSALEM HAVAT HANOAR HATSIONI LYCEE FRANÇAIS à JERUSALEM Tel: 02 649 19 05 Fax: 02 649 18 96 E-mail: lycfrahh@bezeqint.net Instructions et règles de conduite à la Hava A L attention des élèves et des parents d

Plus en détail

Responsabilité. Suivi de la visite du Train école et découverte CFF.

Responsabilité. Suivi de la visite du Train école et découverte CFF. Responsabilité. Suivi de la visite du Train école et découverte CFF. Commentaire pour les enseignants. Suivi du Train école et découverte CFF. Contenu. Réflexion sur les thèmes de la sécurité, de la mobilité,

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 COMITE D ENTREPRISE ENFANCE ET FAMILLE 3, Rue de l Ancien Hôpital 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 22 99 33 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 Etaient présents : Mr O. MIRA Directeur Général

Plus en détail

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet.

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet. Pourquoi un stage sur la relation à l argent? Nous sommes confrontés à l argent au quotidien et tellement peu de personnes se posent la question de son rapport l argent. Nous utilisons donc cette porte

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale

Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale 1. S entrainer à recevoir un maximum de sensations par les différents canaux Eveiller la conscience, dans l

Plus en détail

Comprendre ma façon d apprendre 1

Comprendre ma façon d apprendre 1 1 de 2 Comprendre ma façon d apprendre 1 Bref questionnaire pour connaître mon profil d apprentissage Mise en situation pour répondre à ce bref questionnaire : Choisissez un endroit calme et faites une

Plus en détail

Le livret des compétences relationnelles

Le livret des compétences relationnelles Le livret des compétences relationnelles Version janvier 2011 Un travail collectif, en croisant les regards Ce livret est le fruit d un travail collectif, réalisé par un groupe d employeurs, de demandeurs

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

L ACCUEIL. DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL NUMÉROS IMPORTANTS NUMÉROS D URGENCE

L ACCUEIL. DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL NUMÉROS IMPORTANTS NUMÉROS D URGENCE L ACCUEIL DE L ENFANT (prénom, nom)... PAR UNE ASSISTANTE MATERNELLE* CONTRAT D ACCUEIL Dès sa naissance, l enfant réagit à son environnement. Pour se développer harmonieusement, il a besoin d une relation

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

NOM : Prénom : 2SPVL

NOM : Prénom : 2SPVL NOM : Prénom : 2SPVL Rapport de Période de Formation en Milieu Professionnel (PFMP) à (indiquer le nom de la structure de PFMP) du (indiquer la date de début et de fin de la PFMP) dans le cadre du BAC

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Empathie : * «En dehors des soins de base, le personnel est en mesure d accorder du temps aux personnes hébergées».

Empathie : * «En dehors des soins de base, le personnel est en mesure d accorder du temps aux personnes hébergées». SOMMAIRE DES RÉSULTATS DE SATISFACTION (Clientèle en centre d hébergement) Préparé par Marie-Claude Bélanger Renée Morissette Mars 2009 (Version révisée) SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE HÔPITAL EN CENTRE

Plus en détail

3. Prendre RDV avec un lead généré par les actions marketing firme. Direction Marketing Clients Firme

3. Prendre RDV avec un lead généré par les actions marketing firme. Direction Marketing Clients Firme 3. Prendre RDV avec un lead généré par les actions marketing firme 48 Prendre RDV avec un lead généré par les actions marketing Firme Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 15 Présentation de

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec AVIS PRÉSENTÉ à la Commission des institutions La Réforme du mode de scrutin au Québec FADOQ - Mouvement des Aînés du Québec 4545, av. Pierre-De Coubertin, C.P. 1000, Succ. M, Montréal (Québec) H1V 3R2

Plus en détail

Un médecin-contrôleur à votre porte

Un médecin-contrôleur à votre porte Un médecin-contrôleur à votre porte Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le contrôle des absences pour maladie Un médecin-contrôleur à votre porte Vous travaillez pour l administration

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISÉ

PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISÉ Inspection Académique de la Haute-Garonne PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISÉ (circulaire 2003-135 du 8 septembre 2003) l enfant ou l adolescent concerné NOM, PRÉNOM : classe :. né le : nom de la collectivité

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions :

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions : Outil Mes besoins et mes objectifs L outil Mes besoins et mes objectifs est un guide de réflexion qui contient une série de pistes et de questions à aborder en vue de préparer le transfert de votre entreprise.

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Façonnez. votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom.

Façonnez. votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Façonnez votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Prêt pour le marché du travail Un apprentissage professionnel vous permet d accéder directement à la vie professionnelle en

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

L art et la manière d intervenir en entreprise

L art et la manière d intervenir en entreprise Michel Crunenberg L art et la manière d intervenir en entreprise Préface d Isabelle Orgogozo Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3055-2 Fiche 8 8NOTE POUR CONSULTANTS IMPLIQUÉS DANS UN PROCESSUS

Plus en détail

Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE)

Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE) Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE) 2007-2008 2 1 Commentaires généraux En octobre 2005, le MELS invitait les commissions scolaires à entreprendre une démarche

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 009 Le groupement d emplloyeurs AVANT PROPOS Le code du travail offre la possibilité aux petites et moyennes entreprises de constituer

Plus en détail

Domaine choisi. Classe à projet artistique et culturel

Domaine choisi. Classe à projet artistique et culturel Prénom et Nom de l élève :... Ecole :... Nom de l enseignant... Nom de l intervenant... Année scolaire... Classe à projet artistique et culturel Domaine choisi L éducation artistique permet à l élève d

Plus en détail

UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8

UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8 UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8 ME DANIEL BOUCHARD LAVERY, DE BILLY 1. PRÉSENTATION Le 13 décembre 2007 est entré en vigueur

Plus en détail

AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard

AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard Ce test vous permet d identifier : votre style dominant. votre souplesse d adaptation à chaque situation. Il comporte 12 situations de la vie

Plus en détail

Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes

Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes I. Textes fondamentaux La liberté d expression et la liberté d information des jeunes sont inscrites dans des textes fondamentaux comme la Convention

Plus en détail

«Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire»

«Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire» La mise en place du Parcours aménagé de formation initiale constitue une des mesures du plan «Vaincre et un des éléments de son volet Prévention. Elle s articule étroitement avec d autres mesures du plan

Plus en détail

Guide pour les établissements d accueil Programme de mobilité franco-suédois Education européenne Une année en France. Année scolaire 2016-2017

Guide pour les établissements d accueil Programme de mobilité franco-suédois Education européenne Une année en France. Année scolaire 2016-2017 Guide pour les établissements d accueil Programme de mobilité franco-suédois Education européenne Une année en France Année scolaire 2016-2017 Présentation Le programme Une année en France existe depuis

Plus en détail

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES?

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? Des services et du soutien dans les communautés pour les personnes touchées par la maladie d Alzheimer/maladies apparentées RÉDIGÉ PAR Mme Magalie

Plus en détail

Rapport de l Ombudsman Enquête visant à déterminer si le Conseil du Village de Casselman a tenu des réunions à huis clos illégales en novembre 2014

Rapport de l Ombudsman Enquête visant à déterminer si le Conseil du Village de Casselman a tenu des réunions à huis clos illégales en novembre 2014 Rapport de l Ombudsman Enquête visant à déterminer si le Conseil du a tenu des réunions à huis clos illégales en novembre 2014 André Marin Ombudsman de l Ontario Plaintes 1 Le 17 novembre 2014, mon Bureau

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

d amener l élève à réfléchir et à se prononcer par rapport à certaines compétences, attitudes ou valeurs

d amener l élève à réfléchir et à se prononcer par rapport à certaines compétences, attitudes ou valeurs Accompagnement personnalisé BAC PRO 3 ans Le positionnement L auto-positionnement est l occasion : d obtenir des informations concernant le profil de l élève Ce sont des informations généralistes concernant

Plus en détail

Plan de prévention des risques psycho-sociaux de la délégation régionale Aquitaine.

Plan de prévention des risques psycho-sociaux de la délégation régionale Aquitaine. Plan de prévention des risques psycho-sociaux de la délégation régionale Aquitaine. Proposition des représentants du personnel à titre expérimental sur la période de leur mandat. 1. Introduction Suite

Plus en détail

Synthèse de mémoire de master

Synthèse de mémoire de master Synthèse de mémoire de master Département des sciences de l éducation Centre d enseignement et de recherche francophone des enseignant-e-s du secondaire I et II (CERF) Comment les enseignants soutiennent-ils

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable)

STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable) STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable) B) COMMENT MIEUX FAIRE FACE AU STRESS? Institut Prévenir Guérir 1 1) OBJECTIF : MIEUX FAIRE FACE AU STRESS La finalité d une bonne «gestion» du stress -

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE L Autorité Parentale Information réalisée par le service social et l Officier Juriste. Le 20 septembre 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION I/ PRINCIPES GENERAUX II/ LES PRINCIPES APPLIQUÉS AU LYCÉE III/ CAS D UN

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 0 à 6 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 0 à 6 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 0 à 6 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa spontanéité.

Plus en détail

PASS & GO. Expériences Capacités - Compétences Autoportrait Projet de vie. Expériences Capacités - Compétences Autoportrait Projet de vie Rencontres

PASS & GO. Expériences Capacités - Compétences Autoportrait Projet de vie. Expériences Capacités - Compétences Autoportrait Projet de vie Rencontres Version n 3 PASS & GO Accompagnement Compétences Orientation Motivations Projet professionnel Rencontres Métiers Capacités Projet de vie Identité Construire Devenir... Capacités - Compétences Autoportrait

Plus en détail

Bilan de compétences

Bilan de compétences Bilan de compétences I. Introduction Le but du bilan de compétences est de vous aider dans l'élaboration de votre C.V et et de votre lettre de motivation, et dans la préparation d'un entretien d'embauche.

Plus en détail

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale Thème 2 Les métamorphoses des politiques de Protection sociale 1 Les métamorphoses de l Assurance maladie Entretien avec Frédéric Van Roekeghem Directeur général de la CNAMTS Interview réalisée le 29 novembre

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre des priorités

mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre des priorités Le numérique, permet de mettre en phase l École avec un monde en perpétuel mouvement, mais il constitue aussi un outil pédagogique privilégié, qui, de manière transversale, contribue à la mise en œuvre

Plus en détail

ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE. Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé

ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE. Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé Atelier de 2 heures «Construire ensemble...» Intention de l atelier : faire émerger

Plus en détail

LA GESTION D Module 0 3 : u STRESS Module 03 :

LA GESTION D Module 0 3 : u STRESS Module 03 : Module 03 : la gestion du stress Module 03 : LA GESTION DU STRESS Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Aider votre enfant à reconnaître le stress Conseils provenant de familles sur

Plus en détail

«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU»

«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la

Plus en détail

COURS A DOMICILE - SPECIALISATION MATIERES SCIENTIFIQUES

COURS A DOMICILE - SPECIALISATION MATIERES SCIENTIFIQUES +$ % "$ e "ax2 dx = 1 2 DOSSIER DE PRESSE - Août 2007 - # a ih " "t #(r r,t) = $ h2 2m %#(r r,t) + V ( r r,t)#( r r,t) Page 0 sur 7 EasyMath, LE spécialiste de l enseignement des matières scientifiques

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LE POINT DE VUE DES MILIEUX DU TRAVAIL Me Claudine Roy Contrairement aux autres conférenciers qui, jusqu à présent, vous ont

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

Règlement Intérieur Accueil de Loisirs sans Hébergement «L Escargot» ENRIAL001

Règlement Intérieur Accueil de Loisirs sans Hébergement «L Escargot» ENRIAL001 La Ville de La Rochette Règlement Intérieur Accueil de Loisirs sans Hébergement «L Escargot» ENRIAL001 Service Petite Enfance, Enfance, Jeunesse, Restauration Les accueils collectifs de mineurs accueillent

Plus en détail

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Les Systèmes P.E.A.T. & E.F.T. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Frédéric Piton - www.eft-energie.be Frédéric Piton - www.eft-energie.be Témoignage d un praticien EFT sur

Plus en détail