écho Mutualiste Éditeur responsable : M. Michiels, rue du Midi, Bruxelles / ISSN / Bureau de dépôt : Bruxelles X / P405313

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "écho Mutualiste Éditeur responsable : M. Michiels, rue du Midi, 111-1000 Bruxelles / ISSN 0074-1596 / Bureau de dépôt : Bruxelles X / P405313"

Transcription

1 Magazine d information édité par la Fédération des Mutualités Socialistes du Brabant / Édition SENIORS / Trimestriel 1 er trimestre 2014 écho Mutualiste Belgique P.P. BRUXELLES X BC 9865 édition seniors 6 Brisez le tabou de l incontinence urinaire! / Réforme de l intervention majorée : Interview de Laurette Onkelinx / Programme S Académie (janvier juin 2014) / La sexualité des seniors Éditeur responsable : M. Michiels, rue du Midi, Bruxelles / ISSN / Bureau de dépôt : Bruxelles X / P405313

2 sommaire 04 La sexualité des seniors 09 Brisez le tabou de l incontinence urinaire! Réforme de l intervention majorée : interview de Laurette Onkelinx 14 News 17 Programme S'Académie janvier juin Journées thématiques 20 Mardis curieux 22 Activités sportives 24 Marches et balades 25 Cber seniors 26 Ccles de formations 28 Séjours écho Mutualiste seniors 1 er trimestre 2014 Magazine d information édité par la Fédération des Mutualités Socialistes du Brabant Éditeur responsable : Michel Michiels, rédaction : service Infocom, conception et mise en page : mordicus.be, photos : Corbis, Shutterstock, Thinkstock, impression : Dessain, tirage : exemplaires, édition : janvier 2014, contact rédaction : Ce document n a qu une valeur informative. L éditeur ne peut être tenu responsable d éventuelles erreurs. 02 SENIORS

3 ÉDITO Le juste prix Les distributeurs d énergie annoncent des prix défiant toute concurrence. La libre concurrence auraitelle des effets bénéfiques? Depuis des années, le sp.a mène une campagne afin de sensibiliser les consommateurs et mettre en compétition les différents distributeurs d énergie. Le résultat ne s est pas fait attendre, certains, et non les moindres, diminuant sensiblement leur prix. Qu est-ce que ceci veut dire? Que nous avons paé beaucoup trop, et pendant des années, depuis que le sstème a été privatisé et qu il serait légitime que les pouvoirs publics exercent une fonction de contrôle afin que les consommateurs paent le juste prix. Soons au demeurant conscients que la libéralisation du marché n a pas comme but essentiel de faire jouer la libre concurrence au profit des consommateurs, mais bien d augmenter les dividendes des actionnaires aux dépens de la collectivité. Cette situation que nous constatons au niveau de l énergie est également présente de la façon la plus agressive au niveau des milieux bancaires et de la haute finance. Les soins de santé, quant à eux, représentent également un marché extrêmement juteux pour le secteur privé. Les exemples les plus frappants sont les suppléments d honoraires et les tarifs appliqués par les spécialistes. Présentées comme une alternative, les assurances hospitalisation sont le cheval de Troes de la privatisation. Les citoens espèrent, qu après avoir paé des primes d assurance élevées, ils seront couverts et donc débarrassés d un souci majeur. C est sans tenir compte du fait que ces assurances - dont l Europe, avec une nouvelle mesure asociale, a interdit leur intégration dans la structure mutualiste, imposant de ce fait un fonctionnement propre aux assurances privées se doivent, dans le cadre d une enveloppe fermée, de trouver non seulement un équilibre budgétaire mais, pour la plupart d entre elles, une marge bénéficiaire propre, par définition, au secteur des assurances. Si, en cours d exercice, une compagnie d assurances hospitalisation constate un déséquilibre financier dans sa gestion, il n a pas trente-six solutions : soit une diminution des avantages accordés à l affilié, soit, et c est généralement le cas, une augmentation des primes. Tenant compte du fait que le sstème d assurance hospitalisation stimule déjà le sstème de suppléments dans les institutions hospitalières, le patient est toujours perdant dans ce sstème puisque c est lui qui pae la différence par le biais des augmentations de prime. Dans ce contexte, il est indispensable de rappeler la position de principe de la Mutualité socialiste, à savoir, d une part, les restrictions drastiques des suppléments d honoraires et, d autre part, la prise en charge par l assurance obligatoire de la part la plus large possible des dépenses en matière de soins de santé. Il s agit ici d un choix fondamental entre en sstème libéral d économie de marché favorisant les intérêts privés d une infime minorité ou une approche collective qui prend en compte les intérêts du plus grand nombre. Ce choix fondamental déterminera les équilibres futurs de notre société. Jef Baeck Président Seniors 03

4 04 SENIORS

5 La sexualité La sexualité des seniors La sexualité est présente partout dans nos sociétés. Malgré cela, la vie sexuelle des seniors semble être un sujet tabou qui suscite de la gêne ou des sourires moqueurs. La frontière au-delà de laquelle toute vie sexuelle semble impossible serait délimitée par l apparition de la ménopause chez la femme et l altération de la capacité érectile chez l homme. Pourtant, la sexualité ne s arrête pas avec l âge. Le corps change et les besoins se modifient mais le désir et le plaisir demeurent. D où viennent ces représentations négatives sur la sexualité des aînés? Principalement de notre éducation. Longtemps, on nous a appris que les rapports sexuels avaient pour unique but de se reproduire, d avoir des enfants et de fonder une famille. Dès lors, tout ce qui s en écartait acquérait des relents de perversité. Il était donc impossible d imaginer que, passé un certain âge, on puisse faire l amour pour le seul plaisir que cela procure. Les médias jouent également un rôle important dans la représentation qu on se fait de la sexualité des seniors. Ils véhiculent des images et des idées où la jeunesse, la beauté et la performance prédominent. On nous représente un monde où la sexualité concerne des gens parfaits sous toutes les coutures. Dans ces conditions, la vieillesse, assimilée à la faiblesse, est fortement dévalorisée. Les corps ridés et la sexualité des personnes âgées demeurent invisibles dans les médias, comme si on ne pouvait concevoir que les personnes dont les standards de beauté ne correspondent plus à la «norme» soient capables d avoir des relations sexuelles. Et, lorsque la sexualité des seniors est présente dans nos médias, il s agit d une vision idéaliste de la vieillesse où ils sont représentés en pleine forme, riches et beaux. Il existe également une différence de perception selon le sexe de la personne âgée. Ainsi, l image de l homme mûr sexuellement actif est globalement admise. Par contre, celle de la femme mûre à la sexualité épanouie doit encore affronter de nombreux à priori négatifs. Ces images tronquées de la réalité ne font que renforcer les stéréotpes sur la sexualité des seniors. A tel point que les seniors eux-mêmes peuvent ressentir de la honte ou de l embarras à avoir une vie sexuelle active. Cela peut également les dissuader de faire part de leurs préoccupations relatives à la santé sexuelle à des professionnels, par peur d être jugés négativement ou perçus comme anormaux. Chez les personnes travaillant en contact régulier avec des aînés, le mthe de l asexualité est également présent. En milieu hospitalier ou dans les maisons de repos, les soignants abordent difficilement ce sujet qui est bien souvent générateur d un sentiment de gêne et de malaise. Un besoin fondamental Nous avons tous une vie affective et sexuelle et ce, quel que soit notre âge. La sexualité fait partie intégrante de chaque personne tout au long de sa vie. Elle est liée au besoin fondamental d aimer et d être aimé. Le plaisir sexuel n est donc pas réservé aux seuls jeunes. Comment imaginer que la sexualité disparaisse passé un certain âge? Certes, elle s exprimera d une manière différente mais sera toujours présente et parfois même d une manière plus intense. Bien entendu, les mentalités évoluent et l idée selon laquelle la sexualité serait incompatible avec l avance en âge est, de fait, en pleine mutation. Tout d abord, les progrès de la médecine permettent de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Les seniors ne se considèrent plus comme vieux et revendiquent une seconde jeunesse. Ils ont du temps devant eux pour de nouveaux projets. De ce fait, il existe une nouvelle disponibilité pour une vie sexuelle. D ailleurs de nombreux seniors veufs ou séparés se remettent en couple. Par ailleurs, certaines avancées médicales ont également permis de soulever quelques tabous permettant ainsi aux seniors de vivre leur sexualité plus librement. 6 Seniors 05

6 La sexualité Centre de planning familial Rosa L équipe du Centre de planning familial Rosa vous propose des consultations pschologiques et un lieu d accueil ouvert à toute question liée à la vie sexuelle et affective. Plus d infos? / Un corps qui change Avec l âge, le corps commence à subir certains changements qui se manifesteront différemment d une personne à une autre. Il est important de connaître ces changements afin d apporter une réponse adéquate. Chez la femme L approche de la cinquantaine est marquée par l apparition de la ménopause. Il s agit de l arrêt progressif de la fabrication par les ovaires des hormones de la reproduction, les œstrogènes et la progestérone. Ce n est donc pas une maladie ; c est un phénomène tout à fait naturel. Les règles deviennent plus irrégulières. Mais cette période est également caractérisée par d autres smptômes qui seront ressentis différemment selon les femmes : bouffées de chaleur, troubles vaginaux, troubles urinaires, modifications de la peau, prise de poids, maux de tête, troubles du sommeil, etc. Si ces manifestations ne posent pas de gros problèmes, aucun traitement n est nécessaire. En revanche, si les troubles handicapent réellement la qualité de vie de la personne, il est conseillé d en parler à son médecin. La ménopause est confirmée lorsqu une femme n a plus eu de menstruations pendant douze mois consécutifs. La ménopause constitue un tournant majeur de la vie d une femme car elle signe la fin de sa vie reproductive. Mais, contrairement à ce que beaucoup croit, elle ne marque en aucun cas l extinction du désir sexuel. Il est vrai que la ménopause peut s accompagner de sécheresse vaginale, de l amincissement de la paroi vaginale et de la perte d élasticité du vagin, ce qui peut entraîner de l inconfort pendant les relations sexuelles. Mais les lubrifiants ou les traitements hormonaux substitutifs permettent de résoudre ce problème. Si les changements hormonaux peuvent avoir des conséquences sur le désir sexuel (libido). Cela peut tout aussi bien provoquer une hausse qu une baisse de la libido. Cette dernière doit donc être recherchée dans d autres facteurs. Le stress, les problèmes de santé, une vie sociale amoindrie, une dépression, de l anxiété, le chagrin ou des difficultés relationnelles, la diminution des motivations sexuelles du partenaire, etc., sont autant de situations susceptibles de diminuer l intérêt à l égard des relations sexuelles. Le désir suscité chez l autre n a donc rien à voir avec les hormones. D ailleurs, à la ménopause, de nombreuses femmes ont une sexualité plus épanouie car elles sont libérées des contraintes liées à la reproduction et à la contraception qui est associée. Elles se connaissent également mieux et vont donc pouvoir mieux exprimer leurs désirs et leurs envies. 06 SENIORS

7 Chez l homme A la cinquantaine, on peut assister à une série de modification de la réponse sexuelle. C est-à-dire de la réaction de l organisme à toute forme de stimulation sexuelle. La phase d excitation, même si elle se passe plutôt au niveau pschologique, va ainsi mettre plus de temps à s exprimer phsiologiquement. Mais la modification la plus marquée concerne la spontanéité des érections. Les hommes âgés ont plus de difficultés à obtenir et à maintenir leur érection. Son apparition peut durer quelques minutes. Le toucher devient de plus en plus nécessaire pour qu une érection se produise. En général, l érection est moins ferme. Le volume de l éjaculation est moins important et se fait à moindre pression. Parfois, elle peut ne pas se produire et, si elle vient, on peut ne pas ressentir sa montée. Chez l homme, la détumescence (ou fin de l érection) est bien plus rapide que dans le passé. En outre, la période pour avoir une nouvelle érection peut-être plus longue et dépasser 24h. Le désir et le besoin d obtenir un orgasme à tout prix n est plus aussi présent. Cependant le niveau de satisfaction sexuelle masculine ne diminue pas avec l âge. Même si le sujet est controversé, on attribue tous ces changements à l andropause. C est ainsi qu on définit l ensemble des smptômes qui peuvent accompagner la baisse de testostérone chez l homme vieillissant. Les principaux smptômes de l andropause sont : une baisse de la libido, des troubles de l érection, une fatigue généralisée, des insomnies, des troubles de l humeur, etc. L andropause n est pas une maladie mais fait partie du processus normal de vieillissement comme la ménopause l est chez la femme. La comparaison s arrête là car l andropause ne touche que 10 à 20% des hommes alors que la ménopause touche toutes les femmes. En outre, l andropause ne marque pas l arrêt de la fertilité. Par ailleurs, le déclin hormonal est très différent d un homme à un autre, alors que chez la femme, les hormones chutent de façon marquée sur une courte période de temps. Mais, plus que les changements hormonaux, le stress, la fatigue professionnelle, la perte d intérêt pour la partenaire, des anomalies vasculaires, le diabète, le tabagisme, la prise de médicaments, etc. sont souvent la source réelle des changements observés chez l homme vieillissant. VOTRE MUTUALITÉ INTERVIENT! Remboursement du ticket modérateur Nous remboursons le ticket modérateur légal pour certaines prestations et ce, quel que soit votre âge! Pschothérapie Intervention de 10 /séance de pschothérapie chez un licencié en pschologie qui est enregistré auprès de la Commission des pschologues (max. 6 séances par année civile). Plus d infos? ou au Une sexualité à redécouvrir Deuil, départ des enfants de la maison, retraite à venir, etc. La cinquantaine est une période marquée par de nombreux changements phsiques, familiaux et sociaux. Toutes les périodes charnières amènent leur lot de remises en questions, de doutes, etc. On s interroge sur soi, sur l autre. La façon d aborder la deuxième moitié de la vie dépend de chacun. Certains vont transformer cette étape en quelque chose de passionnant. D autres, par contre, vont se sentir déstabilisés, ce qui peut entraîner des tensions, des frustrations, voire des dépressions pouvant faire perdre tout désir sexuel. Dans une société qui glorifie la performance dans tous les domaines et en particulier dans la vie sexuelle, les aînés vivent particulièrement mal les défaillances de leur corps alors qu ils ressentent encore du désir. Chez les hommes dont l érection est moins sûre qu auparavant, beaucoup vont s abstenir plutôt que de risquer de subir une panne sexuelle. Ils préfèrent souffrir en silence que de reconnaître que quelque chose ne va pas. Dès lors, ils ont souvent l impression d être seul dans cette épreuve. Mais même si le corps fonctionne parfaitement, le poids des préjugés est tellement fort que certains renoncent à une activité qui, selon eux, n est plus de leur âge. Pourtant, il est important de maintenir une activité sexuelle car elle Le sexe, c est bon pour la santé Les vertus attribuées au sexe sont nombreuses. Les vertus thérapeutiques de l activité sexuelle concernent principalement le cœur. Faire l amour, par l exercice phsique qu il occasionne permettrait de diminuer les risques de crises cardiaques. Faire l amour permet de libérer des oestrogènes qui exercent un effet favorable sur la beauté : cheveux plus brillants, peau plus douce, diminution des rides... Pendant l activité sexuelle, nous libérons des endorphines ou hormone du plaisir, lesquelles permettent de réduire le stress et de lutter contre l insomnie. C est aussi un très bon anti-douleur. permet d entretenir chez la femme une bonne élasticité vaginale et chez l homme une bonne vascularisation des corps caverneux. On estime que l entretien de la fonction érotique et sexuelle nécessite une fréquence de 1 à 2 rapports sexuels par semaine à partir de 50 / 55 ans. Pour s adapter aux divers changements, le couple va devoir progressivement évoluer d une sexualité basée sur le plaisir phsique à une sexualité plus centrée sur le plaisir, l émotion et la communication. A une sexualité où l épanouissement des sens et la tendresse prennent toute leur dimension. Le rapport sexuel ne sera plus une fin en soi. Une plus grande importance sera accordée aux préliminaires et à l érotisme. 6 Seniors 07

8 La sexualité Il n a pas d âge pour se protéger Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont des infections susceptibles de se transmettre lors de rapports sexuels. Chez les seniors, les IST les plus courantes sont l infection à chlamdia, l infection à gonocoque ou la gonorrhée, la sphilis et l infection au VIH. Arrivé à un certain âge, les femmes ne craignent plus la grossesse et n ont donc plus recours au préservatif. De leur côté, les hommes ne perçoivent pas le risque et préfèrent ne pas en porter. Avoir des rapports sexuels sans protection, surtout lors d une nouvelle relation, augmente le risque de transmission des infections. Il est donc essentiel de se protéger, quel que soit son âge. nouvelles expérimentations sexuelles. Une petite dose d humour sera également nécessaire afin que les nouvelles réalités phsiologiques ne constituent pas un obstacle à une sexualité épanouie. Le dialogue est essentiel afin de pouvoir partager ses doutes mais aussi ses désirs, ses attentes, ses besoins avec l autre. Les mots ne sont pas toujours facile à trouver, parce qu il a la gêne ou parce qu on n a pas envie de blesser l autre. Pourtant, la communication permet de résoudre les problèmes et de renforcer la complicité qui, en outre, est primordiale pour combattre les tabous sociétaux. La sexualité des personnes âgées est donc bel et bien une réalité et la manière de l exprimer est différente d une personne à une autre. A chacun de trouver ses propres repères. Bien entendu, il ne s agit pas d une obligation. L important étant de se sentir bien dans son corps et dans sa tête, quel que soit son âge. W Sources Loisirs et vacances Améliorez votre vie sociale grâce aux nombreuses activités de S Académie! Plus d infos? Voir page 17 ou sur Lorsqu ils sont jeunes, hommes et femmes trouvent généralement leur plaisir dans une sexualité plus mécanique. Mais avec l âge, fini le coït performance! Tant pour la lubrification chez la femme que pour l érection chez l homme, tout prend plus de temps. Dès lors, ceux qui demeurent pressés comme à 25 ans sont condamnés à ne pas être satisfaits. On va assister à une inversion des rôles traditionnels de chaque sexe. Si, jusqu alors l homme a été habituellement l initiateur des ébats amoureux. Progressivement avec l âge, la femme va prendre l initiative des rapports sexuels et entreprendre plus fréquemment son partenaire sexuel. C est très important pour l homme qui se sentira ainsi désiré, à un âge où la crainte des pannes sexuelles lui fait souvent perdre confiance en lui-même. Cette évolution n est pas instinctive. Elle nécessite un apprentissage parfois laborieux. Pour accepter ces changements, il faut accepter de se remettre en question et faire preuve d une grande ouverture d esprit face à de 08 SENIORS

9 incontinence urinaire Brisez le tabou de l incontinence urinaire! En Belgique, on estime que l incontinence urinaire touche à peu près personnes. Souvent, les personnes atteintes ont honte et cachent même ce problème à leur propre médecin traitant. Or, des solutions existent pour leur rendre la vie plus agréable. L incontinence urinaire se définit par des pertes incontrôlables et involontaires d urine, qui se produisent le jour ou la nuit. Il ne s agit pas d une maladie, mais d un smptôme le plus souvent lié à un trouble phsique. Etes-vous à risque? Les fuites urinaires s expliquent essentiellement par un affaiblissement des muscles du plancher pelvien qui maintiennent l urètre fermé. Cet affaiblissement est consécutif à de nombreuses causes, parfois associées entre elles. Avec l âge, la vessie et les muscles qui la soutiennent tendent à se relâcher, rendant le stockage de l urine plus difficile. L âge est un donc un facteur important. Mais cela ne veut pas dire que seules les personnes âgées sont concernées. En effet, on peut en souffrir à tout âge. Les femmes courent plus de risques de souffrir d incontinence que les hommes en raison de leurs caractéristiques anatomiques, de la grossesse, de l accouchement et de la ménopause. En effet, les traumatismes obstétricaux (plusieurs accouchements ou l accouchement d un gros bébé), les modifications Seniors 09

10 incontinence urinaire Vous faites peut-être de l incontinence si vous - avez des pertes d urine involontaires. - devez aller à la toilette d urgence ou n arrivez pas à la toilette à temps. - avez des pertes d urine quand vous riez, toussez, éternuez ou soulevez un objet lourd. - limitez vos activités par crainte d avoir un «accident». 10 SENIORS hormonales qui accompagnent la ménopause, les infections à répétition (cstite, infections vaginales, etc.), les chirurgies gnécologiques (ablation de l utérus, chirurgie rectale, etc.) vont avoir pour conséquence une réduction de l efficacité des muscles pelviens. Même si elle est beaucoup plus rare, l incontinence masculine est également une réalité. Les interventions chirurgicales destinées à traiter un cancer de la prostate peuvent endommager les nerfs et les tissus permettant de contrôler la rétention d urine et causer une incontinence d effort. Une surcharge pondérale et particulièrement l obésité, provoque une pression constante sur la vessie et les muscles qui l entourent, ce qui a pour effet de les affaiblir. Le tabagisme peut provoquer une toux chronique qui peut causer de l incontinence urinaire ou encore l aggraver. Certaines maladies telles que le diabète, les maladies neurologiques (accidents vasculaires cérébraux, maladie d Alzheimer, maladie de Parkinson, etc.) peuvent occasionner une incontinence urinaire. De nombreux médicaments pris pour différents tpes de troubles (une pression artérielle élevée, une dépression, etc.) peuvent également accroître les problèmes de vessie et provoquer une incontinence. Quel tpe d incontinence? Il existe différents tpes d incontinence. Incontinence urinaire à l effort Il s agit de la forme d incontinence urinaire la plus fréquente chez les femmes. Elle représente 50% des incontinences féminines. C est la fuite d urine due à l augmentation de la pression abdominale durant un effort, comme par exemple la toux, le soulèvement d une charge ou toute autre activité phsique. Ce problème est entièrement mécanique et ne cache aucune maladie. Il s agit d une faiblesse des muscles du périnée et du sphincter urinaire qui maintiennent la vessie fermée et empêchent naturellement les écoulements d urine. Un simple effort peut engendrer une pression supérieure à la résistance du sphincter et du périnée d où la survenue de fuites. Incontinence par impériosité L incontinence par impériosité ou encore l hperactivité vésicale se traduit par des envies soudaines, irrépressibles et fréquentes (plus de 8 fois en 24 heures) d uriner. Le simple bruit de l eau, le froid, etc., provoque un besoin urgent d uriner. Le problème n est pas mécanique mais met en jeu la sensibilité de la vessie qui se contracte trop tôt. Il s agit d un trouble de la vessie dont la fréquence augmente avec l âge. Cette incontinence représente le quart des incontinences féminines, mais elle peut toucher les enfants et les hommes âgés. L incontinence par impériosité peut parfois cacher une maladie (infection urinaire, polpe, calcul dans la vessie, inflammation vaginale ou des affections neurologiques). Incontinence urinaire mixte Il s agit de l association d une incontinence d effort et d une incontinence par impériosité. Elle représente 25% des incontinences urinaires. Incontinence par regorgement Cette forme d incontinence urinaire se caractérise par un écoulement fréquent ou constant d urine, qui se produit en raison d un trop-plein de la vessie. La personne n arrive pas à évacuer complètement l urine et n en élimine chaque fois qu une petite quantité. Incontinence fonctionnelle Certains troubles phsiques ou mentaux peuvent empêcher la personne de se rendre aux toilettes à temps (maladie de Parkinson, Alzheimer, différentes formes de démence, AVC, etc.). Ce tpe d incontinence est plus fréquent chez les personnes âgées.

11 Intervention forfaitaire pour l incontinence urinaire Une intervention forfaitaire annuelle de 158,75 * pour l incontinence urinaire peut être octroée à toute personne souffrant d incontinence urinaire reconnue durable et incurable par son médecin généraliste. Conditions - ne pas bénéficier du forfait incontinence pour personnes dépendantes (voir ci-dessous) ; - présenter une forme non traitable d incontinence ; - ne pas séjourner dans une institution de soins ; - ne pas bénéficier d une intervention pour l usage de matériel d autosondage ou de bandagisterie. Démarches Votre médecin généraliste doit compléter et signer un formulaire de demande de forfait pour incontinence urinaire incurable et l adresser au médecin-conseil de la mutualité. Après vérification, le forfait, paé une fois par an, vous sera alloué pour une période de trois ans si vous répondez annuellement aux conditions d octroi. Pour les personnes dépendantes Afin d alléger le coût du matériel nécessaire, une intervention forfaitaire de 486,39 * par an est prévue pour des personnes qui, durant 4 mois au cours des 12 mois précédant l octroi, ont pu prétendre à une intervention pour soins à domicile (forfait B ou C avec un degré d incontinence de 3 ou 4). *montants au 01/01/2013 Des solutions existent En raison du tabou qui règne autour de l incontinence urinaire, encore trop peu de gens osent en parler à leur médecin. Lorsqu elle n est pas traitée, l incontinence peut limiter considérablement les activités phsiques et perturber la vie sociale, sexuelle et professionnelle. Pourtant, il existe des solutions pour régler le problème ou pour le contrôler avec succès. Kinésithérapie Une rééducation périnéale est le premier traitement qui sera prescrit en cas d incontinence d effort ou mixte. Elle vise à faire des exercices pour améliorer le tonus musculaire du périnée, du sphincter et mieux contrôler l évacuation de l urine. On peut associer une électrostimulation pour stimuler et tonifier les muscles qui entourent l urètre et du biofeedback, qui est un ensemble de techniques permettant à la personne de visualiser l effet de ses contractions et donc, de mieux les contrôler. En effet, beaucoup de personnes ont des difficultés à faire les exercices car, elles ont du mal à identifier les muscles à rééduquer et ont donc du mal à déterminer la force de contraction nécessaire. Grâce au biofeedback, la personne peut contrôler la qualité de sa rééducation. Le traitement médical Seules l incontinence urinaire par impériosité et mixte bénéficient de médicaments efficaces pour leur traitement. Il n a pas donc de traitement médical spécifique de l incontinence urinaire d effort. Un traitement hormonal substitutif peut aider à réduire les smptômes pour certaines femmes au moment de la ménopause. La chirurgie Lorsque la kinésithérapie est inefficace ou inadaptée, une intervention chirurgicale peut être une alternative efficace. Elle s adresse surtout à l incontinence d effort. Il existe différentes sortes d interventions chirurgicales. Le choix s effectue en fonction de différents critères : gêne, âge, activité sexuelle, antécédents chirurgicaux, incontinence associée, etc. Seniors 11

12 incontinence urinaire Mieux vaut prévenir... Voici quelques conseils pour éviter ou retarder une incontinence urinaire. - Gardez un poids de forme, c est à dire éviter le surpoids afin d éviter la pression constante sur la vessie et les muscles qui l entourent. - Maintenez une bonne tonicité musculaire du périnée. - Prévenez la constipation et éviter les efforts de poussée. - Restez actif et bougez. - Arrêtez de fumer. - Adoptez de bonnes habitudes : videz régulièrement votre vessie, ne vous retenez pas, prenez votre temps et vider complètement votre vessie. - Eviter l alcool, le thé, le café et les boissons gazeuses qui risquent d irriter la vessie. W VOTRE MUTUALITÉ INTERVIENT! Remboursement du ticket modérateur Nous remboursons le ticket modérateur légal pour certaines prestations et ce, quel que soit votre âge! Plus d infos? / Sources Club de sport ou centre de fitness - Nouveau! Intervention annuelle de 45 dans le coût de l affiliation à un club de sport ou un centre de fitness, quel que soit votre âge! Plus d infos? / Obésité - Intervention de 10 /séance (max. 6 séances par année civile) pour les personnes suivant un traitement contre l obésité auprès d un(e) diététicien(ne). - Réduction sur les frais d inscription au programme Weight Watchers Plus d infos? / Medishop Emprunter, louer, acheter du matériel Le Medishop vous propose, à des prix très concurrentiels, une large gamme permettant de couvrir l ensemble des besoins du plus simple au plus complexe : protections personnelles, literie, etc. Plus d infos? / Conseils gratuits en aménagement du domicile Lorsque l accès aux toilettes est difficile, cela peut dissuader les personnes à s rendre aussi souvent qu il serait nécessaire. Notre service de conseils en aménagement du domicile est là pour vous donner des conseils et rendre votre habitation plus sûre et confortable. Plus d infos? / Vous cherchez un kinésithérapeute? Rendez-vous dans nos centres médicaux César De Paepe pour des soins accessibles et de qualité. Vous pouvez également faire appel à notre centre de soins à domicile. Plus d infos? / (centres médicaux) ou (soins à domicile). 12 SENIORS

13 «Réforme de l intervention majorée» interview de Laurette Onkelinx Malgré la pression budgétaire imposée par l Europe et les nombreuses économies du secteur des soins de santé, Laurette Onkelinx aura tenu sa promesse : pas d impact direct sur le patient et sur la qualité des soins. Sous cette législature, quelle est la mesure dont vous êtes la plus fière? En matière d accessibilité bien sûr, beaucoup d attention médiatique a été donnée à la suppression des suppléments d honoraires en chambres doubles et je suis satisfaite que cette mesure soit entrée en vigueur au 1er janvier de cette année. Mais en 2013, deux points majeurs du Plan «Priorité aux malades chroniques» devraient se concrétiser. Lorsque j ai lancé ce plan en 2008, après plusieurs mois de concertation avec près de 350 associations de patients, la reconnaissance d un statut était la priorité. La base légale a été créée fin décembre 2012 et son entrée en vigueur est prévue pour cette année encore, avec un effet rétroactif au 1 er janvier En lien direct avec l octroi de ce statut, les différents plafonds «maximum à facturer» seront abaissés de 100. Pour rappel et à titre d exemple, un ménage qui gagne moins de net mensuellement ne doit, dans les faits, supporter que 450 de frais médicaux annuels pour l ensemble des membres du ménage. Au-delà, le reste est pris en charge par l assurance maladie à 100%. Si l un des membres du ménage bénéficie du statut, ce plafond est abaissé à 350 de dépenses annuelles! Que vous reste-t-il encore à réaliser sous cette législature? La problématique du report de soins est un enjeu majeur des années à venir. En effet, près de 14% de la population reporte des soins en raison de leur coût financier. Ce constat s aggrave encore dans les catégories précarisées de la population. Des mécanismes existent depuis des années sans que la population ne soit parfois consciente de ses droits en la matière. La gratuité des soins dentaires pour les enfants notamment ou le droit à l intervention majorée pour les chômeurs et les familles monoparentales en sont de bons exemples. Le rôle d information et de proximité des mutualités doit ici être salué et renforcé à l avenir. La réforme de l intervention majorée, que j ai défendue au Conseil des Ministres en cette fin du mois d octobre, va dans ce sens. En intégrant intervention majorée et statut OMNIO, celle-ci permettra d automatiser l identification des personnes susceptibles d en bénéficier par un flux automatisé entre le SPF Finances et l INAMI. Dès 2015, ce flux proactif permettra aux mutualités d identifier directement les bénéficiaires potentiels et de prendre contact avec eux. Un budget de 1,5 millions d euros a d ailleurs été prévu pour cette réforme afin de prendre en charge les nouveaux bénéficiaires que certains estiment à près de personnes supplémentaires! C est une avancée majeure, tant en matière de simplification de la procédure d octroi, que dans sa volonté d aller rechercher les personnes précarisées qui ne bénéficient pas de cet avantage alors qu elles en ont pleinement le droit! Article rédigé début novembre Avoir pérennisé et apporté une approche spécifique à la prise en charge de patients atteints de maladies chroniques restera l une de mes grandes satisfactions en tant que Ministre de la Santé. Seniors 13

14 NEWS Mutualité Socialiste du Brabant L accès à la santé pour tous! MUTAS, VOTRE ASSISTANCE MÉDICALE À L ÉTRANGER Nouveau! Avantage sport : 45! Depuis le 1 er janvier 2014, Mutas vous offre aide et assistance en Europe et dans les pas du bassin méditerranéen! 6 Assistance médicale à distance Les collaborateurs de Mutas sont là pour vous aider en cas d accident ou de problème de santé à l étranger. Un simple appel à Mutas au pour expliquer votre problème et l aide se met en route immédiatement! 6 Rapatriement en Belgique Lorsque la prolongation du séjour à l étranger est contre-indiquée, Mutas prend en charge le rapatriement en Belgique ainsi que les frais afférent. 6 Intervention financière Tout l intérêt du service Mutas réside dans le fait qu il vous aide à faire face à des frais qui, en général, ne sont pas prévus dans un budget vacances. Conseil : si vous voagez en-dehors de l Europe ou des pas du bassin méditerranéen, nous vous conseillons de contracter une assurance assistance à l étranger. Vous rêvez de faire de la plongée, du football, du vélo, de l escalade, de la gmnastique, de l équitation,... Vos envies ne se limitent plus à votre salon! Vos exploits méritent d autres terrains! C est pourquoi la Mutualité socialiste intervient à hauteur de 45 lors de votre affiliation auprès d un club de sport ou de fitness. Vous n avez plus d excuses pour mettre vos bonnes résolutions 2014 en pratique! Quel que soit le sport que vous choisissez, en équipe ou individuel, extrême ou pas : nous intervenons financièrement! 6 Intervention plus élevée qu en 2013 : 45 à la place de 25! 6 Intervention annuelle 6 Valable pour tous, quel que soit votre âge 6 Sur présentation d une preuve de paement et de notre modèle d attestation. Plus d informations? Contactez-nous par téléphone au , par mail à surfez sur ou rendez-vous dans un de nos bureaux. 14 SEniors

15 NOS SERVICES EN LIGNE : e-mut Votre mutualité en ligne 24h/24, accessible (presque) partout! Depuis votre ordinateur, consultez votre dossier, vérifiez vos remboursements, demandez ou téléchargez vos documents Nouvelle procédure d inscription Vous ne devez plus vous rendre dans une de nos agences pour obtenir votre code d accès. Tout est envoé directement chez vous! Et maintenant, vous pouvez également vous identifier via e-id! Surfez sur et découvrez la nouvelle version de nos services en ligne : e-mut! Votre mutualité sur rendez-vous! Vous pouvez prendre rendez-vous avec un de nos agents mutualistes. Il pourra vous conseiller en toute confidentialité sur certains sujets tels que : assurance hospitalisation, assurance complémentaire, inscription, mutation, incapacité de travail, intervention majorée / OMNIO, etc. Où se déroulent les rendez-vous? Aarschot - Bogaardenstraat 25 - Tél. : Mercredi après-midi Bruxelles - Rue du Midi Tél. : Lundi matin Hal - Molenborre 15 - Tél. : Mardi après-midi Ixelles - Chaussée de Vleurgat 19 - Tél. : Jeudi après-midi Louvain - Mechelsestraat 70/72 - Tél. : Lundi après-midi Liedekerke - Stationsstraat 1 - Tél. : Jeudi après-midi Tirlemont - Grote Markt 42/1 - Tél. : Jeudi après-midi PRÉSENTEZ VOTRE E-ID OU ISI + À LA PHARMACIE OU À L HÔPITAL Désormais, les pharmaciens, les hôpitaux et les prestataires de soins consultent, en ligne, vos données relatives à l assurance maladieinvalidité. Ainsi, depuis le 1 er janvier 2014, vous ne devez plus présenter votre carte SIS mais bien votre carte d identité électronique (e-id). Les personnes qui ne disposent pas de e-id reçoivent la nouvelle carte «ISI+». Les enfants de moins de 12 ans et les frontaliers qui travaillent en Belgique mais habitent dans un autre pas n ont pas de carte d identité électronique. Ils reçoivent donc la nouvelle carte «ISI +». Le terme «ISI» est utilisé pour tenir compte des trois langues officielles : identification sociale / sociale identificatie / soziale identifizierung. Le «+» souligne l aspect complémentaire par rapport aux cartes d identité électroniques belges. En effet, cette carte n est délivrée qu aux personnes qui n ont pas de e-id. La distribution de la carte ISI + se fera progressivement. Les nouveau-nés et les personnes dont la carte SIS a expiré sont les premiers concernés. A la pharmacie pour quelqu un d autre? Si vous devez achetez des médicaments pour votre enfant de moins de 12 ans, vous devez utiliser la carte ISI + ou la kids-id. Si vous devez achetez des médicaments pour un adulte, vous devez utiliser la carte SIS ou la e-id de la personne concernée. Ne jetez donc pas la carte SIS! Les vignettes d identification de la mutualité peuvent également être utilisées. Comment prendre rendez-vous? Contactez une de ces agences ou appelez le Seniors 15

16 Les membres de la FMSB, en règle de cotisation complémentaire, bénéficient d une réduction sur le prix de la chambre avec petit-déjeuner. Cette réduction ne s applique pas aux promotions. Castel Les Sorbiers Dans un parc de 18 hectares en bord de Meuse, Castel Les Sorbiers vous propose : Séjour exclusif pour les membres de la Mutualité socialiste du Brabant Promotion gratuite Notre offre : 3 nuits avec buffet petit-déjeuner - Dimanche soir: menu 3 services dans notre restaurant - Lundi soir: menu 4 services Découverte - Mardi soir: menu 4 services «Castel» (Arrivée le dimanche soir et départ le mercredi matin) Castel Les Sorbiers asbl Centre de tourisme social Rue des Sorbiers, 241 B-5543 Heer-sur-Meuse (Hastière) Tél. : Fax : Cette offre est exclusivement valable pour les séjours en semaine du 16 mars au 31 mars Tarif exceptionnel : 190 /personne en chambre double Réservez sans tarder : Besoin de détente et d'évasion en famille ou entre amis? Nos centres de vacances dans les Ardennes ou à la Côte vous proposent un hébergement et une restauration de qualité. Les membres de la FMSB, en règle de cotisation complémentaire, bénéficient d une réduction sur le prix de la chambre avec petit-déjeuner et sur les arrangements (non cumulable et non valable sur les offres last minute). Domein Westhoek Situé au coeur des dunes, à 800 m de la plage, Domein Westhoek vous propose : Promotion à la côte nuits avec petit-déjeuner buffet - Demi-pension (buffet froid et chaud) - Cocktail de bienvenue - Nouveau! Accès gratuit à la piscine - Nouveau! Forfait boissons all in possible avec les repas (soft, bières, vin du patron) Domein Westhoek vzw Centrum voor sociaal toerisme Noordzeedreef, 6-8 B-8670 Oostduinkerke Tél. : Fax : Standard (max. 2 pers.) Promotion à la côte 2014 Promotion à la côte 2014 avec forfait boissons 146 /personne 154 /personne Comfort (max. 2 pers.) 151 /personne 159 /personne Luxe (max. 3 pers.) 156 /personne 164 /personne Prestige (max. 4 pers.) 161 /personne 169 /personne Enfant <12 ans 20 /enfant 26 /enfant Supplement single N hésitez pas à nous contacter pour plus d informations :

17 Programme S'Académie Pour découvrir en primeur les nouveautés du programme, Yolande, Gisèle, Denise, Jacqueline et Anna sont prêtes à tout! Alors avec elles, découvrez sans plus attendre nos prochaines journées thématiques (p.18), mardis curieux (p.20), cours de sport (p.22), marches (p.24), ateliers (p.26) et séjours (p.28) L équipe S Académie Redactionele advertentie door de vzw S'Academie / Vrije Tijd & Gezondheid / CEV s'académie 17

18 Journées thématiques Musée du Louvre-Lens / Philippe Chancel Le mal de dos Les jeudis 13 ou 20 février 2014 à 10h30 Un jour ou l autre, il nous arrive à tous d avoir mal au dos. C est malheureusement souvent la conséquence de mauvaises habitudes dans nos activités quotidiennes : se tenir trop longtemps et surtout mal assis, soulever de lourdes charges Comment se défaire de ces douleurs qui, dans certains cas, empoisonnent littéralement notre vie? C est à cette question que notre conférencière, Yvette Crèvecoeur, licenciée en kinésithérapie et attachée aux Sports de l Ecole des sports de l ULB tentera de répondre en rappelant les règles de base de protection de la colonne. A midi, nous irons manger un repas deux services au restaurant «Le Grand Café». L après-midi, notre conférencière, organisera des petits ateliers permettant de faire quelques exercices debout et à l aide d une chaise, afin d apprendre une gestuelle correcte pour éviter les maux de dos. Une journée au Louvre-Lens Les jeudis 27 février, 13 ou 27 mars 2014 à 8h00 Avec le lancement du Louvre-Lens, nous ne pouvions passer à côté de l opportunité de vous proposer une journée dans la région. Le matin sera consacrée à la visite de la Galerie du Temps. Cette galerie expose des chefs-d œuvre du Louvre, selon une présentation chronologique, de la naissance de l écriture vers avant JC jusqu au milieu du XIX e siècle. Toutes les civilisations et techniques seront représentées, embrassant ainsi l étendue chronologique et géographique des collections du musée du Louvre. A midi, vous mangerez au restaurant à Lens. Après le repas, nous reprendrons le car pour une visite intitulée «De la Mine au Louvre-Lens». Des anciens Grands Bureaux des Mines de Lens au site d implantation du Louvre-Lens, en passant par la base 11/19 et ses terrils jumeaux, ce circuit (en bus) vous permet de saisir la diversité du patrimoine lié à l épopée minière et les enjeux de sa reconversion. La journée se déroulera entièrement à Lens. Le transport en car (A/R) et le repas sont compris dans le prix. Arthrose, arthrite et les moens d remédier Les jeudis 3 ou 24 avril 2014 à 9h30 Suite au succès de cette journée proposée en janvier, nous réorganisons 2 nouvelles dates sur ce sujet intéressant. Ces pathologies, très fréquentes durant le troisième âge, sont trop souvent considérées comme inéluctables. Elles ne sont pourtant pas une fatalité car il existe des sstèmes simples et faciles à mettre en place pour soulager les douleurs et ralentir, voire arrêter, l évolution. Will Vandenschrick, ostéopathe, a développé une méthode axée sur l hgiène de vie qui vous permettra de vivre confortablement malgré l arthrite ou l arthrose. A midi, nous irons manger un repas deux services au restaurant «Altro Mondo» en centre-ville. L après midi, place à la pratique! Nous nous rendrons en car à la section podologie de l école supérieure Ila Prigogine (Erasme) où vous serez pris en charge par des professeurs et étudiants. Répartis en petits groupes, nous vous proposons un screening (consultation où l on fera un diagnostic de vos pieds). Pas de retour en car vu la proximité du métro. 18 s'académie

19 Les matières grasses, le vrai du faux Les jeudis 8 ou 22 mai 2014 à 10h30 Pour le moment, les graisses sont aux centres des débats car leur consommation ne cesse de croître, ce qui n est pas sans effet négatifs sur la santé. Pourtant, certains tpes de lipides sont essentiels au bon fonctionnement de notre organisme. Comment faire le tri? Quelles matières grasses choisir pour la cuisson, l assaisonnement? Quid des graisses cachées? C est à ces questions que Marie Vandenberghe, diététicienne, vous propose de répondre. A midi, nous irons manger un repas deux services au restaurant chinois «Chaochow Cit». L après-midi, nous vous proposons un documentaire intitulé «Love Meat Tender» de Manu Coeman (1h03). Nous mangeons plus de viande que les animaux ne peuvent en fournir. La Terre en paie le prix fort. De l obésité aux cancers jusqu à la résistance aux antibiotiques, le corps de l homme ne s en porte pas mieux. Manger moins, mais mangez mieux! Love Meat Tender, en exaltant la vie au cœur de nos assiettes, renouvelle notre regard sur la viande. Neo-impressionisme : «une mise au point» Le jeudi 15 mai 2014 à 10h30 S inspirant des dernières théories scientifiques sur la couleur, Georges Seurat et Paul Signac créent dans les années 1880 un courant qui fera des émules en Belgique et dans d autres pas : le pointillisme. Basées sur la division des tons et la juxtaposition de couleurs complémentaires, leurs œuvres extrêmement lumineuses et colorées annoncent le fauvisme. Mais par certaines compositions et par le jeu des lignes, elles ouvrent aussi la voie à d autres courants majeurs de l art moderne. A midi, un menu deux services vous sera servi au restaurant «Le Char d Or». L après-midi, vous irez visiter l exposition «To The Point». ING vous présente en primeur le portrait néo-impressionniste : une nouvelle facette, jamais montrée de cette façon dans une exposition, du mouvement qui a révolutionné la peinture de la fin du XIX e siècle. RENSEIGNEMENTS PRATIQUES Lieu : Dans les bâtiments de la FMSB, rue du Midi, 111 (auditorium niveau -1) Programme : Conférence : voir thème Repas : 12h00 Activité : 14h00 Participation aux frais : Participation aux frais (prix tout compris hors boissons à table): - 18 pour toutes les journées thématiques sauf Le Louvre-Lens - 40 pour la journée thématique Le Louvre-Lens Participants : 80 personnes (maximum) s'académie 19

20 Mardis curieux La Basilique de Koekelberg et son panorama Les mardis 11, 18 ou 25 février 2014 à 14h00 Familièrement appelée Basilique de Koekelberg par les Bruxellois, la Basilique du Sacré-Cœur de Bruxelles est la jeune sœur de celle de Paris. Inspirée par son aînée, elle est, comme elle, vouée à la dévotion du Sacré-Cœur. Cet édifice colossal est la cinquième plus grande église (141 m de long, 107 de large et 100 de hauteur) et le plus grand bâtiment Art déco au monde. A 52,80 mètres de hauteur, juste sous le dôme, une galerie extérieure vous permettra de découvrir durant la visite guidée la plus belle vue sur Bruxelles et sur le Brabant flamand et wallon. Par temps clair, on peut même voir la cathédrale de Malines et le Plan incliné de Ronquières! MRBC -DMS Avenue Franklin Roosevelt La bibliotheca Wittockiana Les mardis 11,18 ou 25 mars 2014 à 14h00 La bibliotheca Wittockiana, située à l ombre du parc de la Woluwe, est un écrin contemporain pour des reliures exceptionnelles. Destinée à abriter la remarquable collection d ouvrages précieux de Michel Wittock, la Bibliotheca Wittockiana s achève en Elle a bénéficié de la collaboration de nombreux artistes. En 1996, elle est rehaussée d une construction légère en métal et en verre, largement ouverte sur l extérieur, avec une magnifique salle de lecture. La visite guidée (intérieure et extérieure) se complètera par une petite balade dans le quartier : du vert, des villas... Prestigieuse, l Avenue Franklin Roosevelt Les mardis 1 er, 22 ou 29 avril 2014 à 14h00 Urbanisée suite à l Exposition universelle de 1910, l ex-avenue des Nations, est l une des plus belles avenues bruxelloises. Une grande diversité de stles - modernisme, art déco, beaux-arts, régionalisme - domine l artère où de grands architectes se sont distingués : Adrien Blomme, Léon Delune, Henr Van de Velde, Paul Bonduelle, Alexis Dumont... De la villa fin de siècle à l immeuble à appartements le plus pur, un parcours guidé qui révèle l élégance du projet initié par le fidèle collaborateur de Léopold II, Victor Besme. Auderghem, entre ville et campagne Les mardis 6, 13 ou 20 mai 2014 à 14h00 L aménagement de la chaussée de Wavre en 1726 contribuera au développement de la commune dont le nom signifie ancien domaine. Auderghem n est pourtant indépendante que depuis 1863, formant avant cela une seule identité avec Watermael et Boitsfort. Méconnue, elle recèle des petits coins surprenants : l ancienne voie de chemin de fer, une maison digne d un conte pour enfants, une école art nouveau, une maison mauresque ou encore de petites maisons ouvrières dans une ruelle escarpée... Une balade guidée entre ville et campagne. Cette balade ne comprend pas le Rouge-Cloître, ni le Val Duchesse. 20 s'académie

Redactionele advertentie door de vzw S'Academie / Vrije Tijd & Gezondheid / CEV

Redactionele advertentie door de vzw S'Academie / Vrije Tijd & Gezondheid / CEV Programme S'Académie Pour découvrir en primeur les nouveautés du programme, Yolande, Gisèle, Denise, Jacqueline et Anna sont prêtes à tout! Alors avec elles, découvrez sans plus attendre nos prochaines

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

FUITES D URINES. Introduction

FUITES D URINES. Introduction FUITES D URINES Introduction L incontinence urinaire est la perte non contrôlée des urines. En France, on estime qu environ 3 millions de femmes sont confrontées à ce problème. L incontinence reste un

Plus en détail

VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE?

VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE? VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE, DE FUITES D URINE, D UNE DESCENTE DE VESSIE? www.urofrance.org Des solutions existent Parlez-en à votre médecin traitant ou à votre urologue LJCom L INCONTINENCE UNE VESSIE HYPERACTIVE

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

HOSPIMUT Des assurances hospitalisation à la mesure de vos besoins!

HOSPIMUT Des assurances hospitalisation à la mesure de vos besoins! HOSPIMUT Des assurances hospitalisation à la mesure de vos besoins! PROTÉGEZ-VOUS CONTRE LES FRAIS D HOSPITALISATION ÉLEVÉS! Une hospitalisation peut coûter cher et l intervention de l assurance maladie

Plus en détail

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence, problème de femme O n parle d incontinence dès que l on laisse involontairement passer quelques gouttes d urine. Cela peut arriver

Plus en détail

Incontinence urinaire masculine, oser en parler. Des réponses aux questions essentielles

Incontinence urinaire masculine, oser en parler. Des réponses aux questions essentielles Incontinence urinaire masculine, oser en parler Des réponses aux questions essentielles De quoi parle-t-on? Pourquoi? Vous ne voyagez plus très longtemps. Vous fuyez les invitations. Vous vous inquiétez

Plus en détail

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat Professeur Pierre Marès Damien Chavanat collection 10019-PL08593 L incontinence urinaire donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d urine qui peuvent se produire à tout moment, de jour comme

Plus en détail

HOSPIMUT. Il est extrêmement simple de vous affilier à notre mutualité. Nous nous occupons de votre dossier de A à Z. Contactez-nous!

HOSPIMUT. Il est extrêmement simple de vous affilier à notre mutualité. Nous nous occupons de votre dossier de A à Z. Contactez-nous! PLUS D INFORMATIONS? R APPELEZ LE 02 506 96 11, du lundi au vendredi de 8h15 à 16h30 (15h le vendredi) R SURFEZ SUR www.fmsb.be R ÉCRIVEZ À mail@fmsb.be R ENVOYEZ UN COURRIER Assurances Hospimut DA 853-290-8

Plus en détail

Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus. Observatoire Vieillissement et Société

Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus. Observatoire Vieillissement et Société Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus Observatoire Vieillissement et Société Conférencière Une présentation de: Chantale Dumoulin, PT, PhD. Professeure

Plus en détail

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile L incontinence : une maladie très fréquente D après le Pr François Haab, chirurgien urologue, coordinateur du centre d explorations périnéales de l hôpital Tenon (Paris) Des solutions adaptées à chaque

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

Plus en détail

Incontinence au féminin. Incontinence au féminin Osez en parler! Conseils, prévention, rééducation

Incontinence au féminin. Incontinence au féminin Osez en parler! Conseils, prévention, rééducation Incontinence au féminin Incontinence au féminin Osez en parler! Conseils, prévention, rééducation L INCONTINENCE AU FÉMININ L incontinence au féminin Vous êtes sportive FEMME SPORTIVE On parle d incontinence

Plus en détail

Nos services de soins et d aide à domicile

Nos services de soins et d aide à domicile Nos services de soins et d aide à domicile Une aide au quotidien pour jeunes et moins jeunes! Mutualité Socialiste du Brabant L accès à la santé pour tous! ula centrale des services de soins et d aide

Plus en détail

Incontinence urinaire

Incontinence urinaire Incontinence urinaire Osons en parler La solidarité, c est bon pour la santé Sommaire p.3 Introduction p.4 p.4 p.5 p.13 p.16 p.18 p.20 L incontinence, qu est-ce que c est? Comment fonctionne la vessie?

Plus en détail

Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant. Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette

Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant. Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette Vous avez des douleurs durant les relations sexuelles 1. LES PROBLÈMES DE VESSIE:

Plus en détail

Rééducation abdominale en cas de mal de dos et post-partum

Rééducation abdominale en cas de mal de dos et post-partum Elena Tchoumak Rééducation abdominale en cas de mal de dos et post-partum Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Fuites urinaires, les affronter à deux

Fuites urinaires, les affronter à deux Incontinence au masculin Incontinence au masculin Fuites urinaires, les affronter à deux Conseils, prévention, rééducation L INCONTINENCE AU MASCULIN De quoi parle-t-on? Vous ne voyagez plus très longtemps.

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

cosmocollege Plan Marshall

cosmocollege Plan Marshall cosmocollege Plan Marshall Séjours linguistiques avec une bourse de la Région wallonne Néerlandais LE PLAN MARSHALL 2015 2016 Un semestre de néerlandais à Anvers Dans cette brochure nous vous présentons

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Dix ans de «Baromètre coûts hospitaliers»

Dix ans de «Baromètre coûts hospitaliers» Dix ans de «Baromètre coûts hospitaliers» Jean-Marc Laasman Leila Maron Jérôme Vrancken Bruxelles, le 26 novembre 2013. Près de dix ans après la publication de son premier «Baromètre coûts hospitaliers»,

Plus en détail

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 1)Quelques notions générales 2)La sexualité Masculine (celle de Monsieur tout le monde et

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

Programme de rééducation de la vessie

Programme de rééducation de la vessie Programme de rééducation de la vessie 1 2 Introduction Ce à quoi vous devriez vous attendre : vous lever la nuit pour aller uriner à une ou Lorsque vous urinez, vous éliminez l équivalent d une à deux

Plus en détail

Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire.

Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire. COMMUNIQUE DE PRESSE Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire. Bruxelles, le 11 mars 2008 - Si Euromut veille à promouvoir le

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

Certains symptômes physiques, qui apparaissent dans un ordre pas très bien établi, touchent d abord les points faibles des hommes.

Certains symptômes physiques, qui apparaissent dans un ordre pas très bien établi, touchent d abord les points faibles des hommes. Texte de Michel Oligny Mss. (Toute reproduction d une partie quelconque de ces textes par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite sans l autorisation de l auteur) L ANDROPAUSE (À lire seulement

Plus en détail

Origines de la méthode Pilates :

Origines de la méthode Pilates : Origines de la méthode Pilates : La méthode Pilates existe depuis les années 20. Elle porte le nom de son inventeur, Joseph Hubertus Pilates (1880-1967), né à Dusseldorf, émigré aux États Unis au début

Plus en détail

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Focus Un baromètre de la santé en Brabant wallon, une initiative de la Mutualité chrétienne Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Nous ne pouvons commencer sans une présentation sommaire

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous.

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Aborder, reconnaître et référer pour le mieux-être de la personne atteinte. Joëlle Morin M.A (sexologie) B.Sc (psychologie) Sexologue 8 avril 2011

Plus en détail

ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013

ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013 le diabète je peux l éviter! ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013 Qu est-ce que le diabète? C est une maladie grave et silencieuse qui,

Plus en détail

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux. Centre Hospitalier de Dreux Livret d accueil Le Prieuré EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.fr Bienvenue Ce livret d accueil

Plus en détail

Bouger, à quoi ça sert?

Bouger, à quoi ça sert? Travail réalisé dans le cadre de la formation Sciences et société Bouger, à quoi ça sert? Pourquoi Bouger? On a adapté l activité pour des élèves de troisième d ESO (15 ans). Pour faire cela on a utilisé

Plus en détail

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 RAPPORT 3 : UTILISATION DES SERVICES DE SOINS DE SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Sabine Drieskens, Lydia Gisle (éd.) Institut Scientifique de Santé Publique Direction Opérationnelle

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

MON PARCOURS PRÉVENTION. mois. à vos côtés

MON PARCOURS PRÉVENTION. mois. à vos côtés MON PARCOURS PRÉVENTION mois à vos côtés 123 La naissance de votre enfant approche Le RSI continue de vous accompagner en vous délivrant de multiples informations pour bien vivre votre grossesse. La brochure

Plus en détail

Au service de divers groupes

Au service de divers groupes CHAPITRE 20 Au service de divers groupes Points-clés pour les prestataires et les clientes Adolescents yjeunes mariés et célibataires qui peuvent avoir des besoins différents en ce qui concerne leur santé

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

Si le MAF m était conté...

Si le MAF m était conté... Si le MAF m était conté... MAXIMUM A FACTURER MAF trois lettres qui renvoient au "maximum à facturer". Cet élément de notre système de protection sociale limite le risque de devoir supporter des coûts

Plus en détail

L AIDE MÉDICALE URGENTE

L AIDE MÉDICALE URGENTE L AIDE MÉDICALE URGENTE L aide médicale urgente s applique uniquement aux personnes en séjour illégal c est-à-dire celles qui ne disposent d aucune autorisation de séjour, même temporaire, qui ne sont

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

Y EN A POUR TOUS LES GOÛTS!

Y EN A POUR TOUS LES GOÛTS! Y EN A POUR TOUS LES GOÛTS! Naissance Enfants et jeunes Santé et prévention Cinq formules d assurance hospitalisation via la SMA Hôpital Plus Denta Plus Service prêt de matériel Service de transport urgent

Plus en détail

Que penser des protections la nuit chez la personne «incontinente»?

Que penser des protections la nuit chez la personne «incontinente»? Que penser des protections la nuit chez la personne «incontinente»? Auteur : Hélène Colangeli-Hagège Masseur-kinésithérapeute D. U. rééducation uro-gynécologique Master Ethique médicale et hospitalière

Plus en détail

L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS. Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors

L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS. Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors Sommaire 04 L APSAS en quelques mots 2 06 Les rencontres thématiques 13 Les réunions d information

Plus en détail

ASSURANCES HOSPITALISATION

ASSURANCES HOSPITALISATION ASSURANCES HOSPITALISATION RÈGLEMENT EN VIGUEUR AU 01-01-2016 Article 1 Objet de l assurance L assurance a pour objet d accorder, à charge de la Société Mutualiste SOLIMUT, une intervention financière

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

OUI OUI OUI OUIOUI OUI OUI OUI OUI. adhère au GIM! OUI OUI OUI OUI. La Mutuelle Centrale des Finances. DossIER

OUI OUI OUI OUIOUI OUI OUI OUI OUI. adhère au GIM! OUI OUI OUI OUI. La Mutuelle Centrale des Finances. DossIER Revue de la Mutuelle Centrale des Finances SSN 1141-4685 Prix 1,14 Juillet 2005 DossER La Mutuelle Centrale des Finances n o 133 OU adhère au GM! O O page 10 SavOR ncontinence ou ncontinentes ou incontinents?

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Avantages - Voordelen. Détails - Details. Organisation - Organisatie

Avantages - Voordelen. Détails - Details. Organisation - Organisatie Organisation - Organisatie Avantages - Voordelen Détails - Details Mutualité Socialistes du Brabant 306 Rue du Midi 111 1000 Bruxelles Tél. : (02) 506 96 11 Fax : (02) 514 59 26 Acupuncture Activité sportive

Plus en détail

MANGEZ ET BUVEZ POUR VOTRE VESSIE LES MEILLEURS CONSEILS POUR VOUS EN UN COUP D ŒIL. Soyez vous-même

MANGEZ ET BUVEZ POUR VOTRE VESSIE LES MEILLEURS CONSEILS POUR VOUS EN UN COUP D ŒIL. Soyez vous-même MANGEZ ET BUVEZ POUR VOTRE VESSIE LES MEILLEURS CONSEILS POUR VOUS EN UN COUP D ŒIL Soyez vous-même VOILÀ COMMENT PRENDRE SOIN DE VOUS Si vous êtes confrontée à des fuites urinaires, il est bon de prendre

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE Les maux de tête peuvent être divisés en maux de tête primaires et secondaires. Les maux de tête primaires (90%) sont plus répandus que les maux de tête secondaires (10%)

Plus en détail

Comment apparaît l incontinence urinaire?

Comment apparaît l incontinence urinaire? Comment apparaît l incontinence urinaire? Les pertes involontaires d urine sont liées à un mauvais fonctionnement de la vessie et des muscles du plancher pelvien. Ce chapitre décrit en détail leur fonctionnement.

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

Bienvenue! Coordonnées : Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77

Bienvenue! Coordonnées : Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77 Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77 Bienvenue! Je vous propose de préparer notre premier entretien en voulant bien répondre au questionnaire ci-dessous,

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

Régime. Ensemble pour une vie saine! www.ml.be

Régime. Ensemble pour une vie saine! www.ml.be Régime Ensemble pour une vie saine! www.ml.be 2 A la ML, vous bénéficiez d une intervention pour : des conseils en matière de régime les médicaments contre le surpoids des vacances pour jeunes obèses 3

Plus en détail

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection Maison de Retraite Sélection QUE CHOISIR? Maison de Retraite / Résidence Services / Maintien à domicile +10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts EDITO Partir en Maison de Retraite

Plus en détail

F A Q E F F I C A C I T É L É G È R E T É Q U A L I T É. J ai acheté une sonde de rééducation. Que faire pour l utiliser au mieux?

F A Q E F F I C A C I T É L É G È R E T É Q U A L I T É. J ai acheté une sonde de rééducation. Que faire pour l utiliser au mieux? J ai acheté une sonde de rééducation. Que faire pour l utiliser au mieux? Quand vous recevez la sonde vous vérifiez que l emballage du sachet est intact (liseré de garantie d inviolabilité) Vous pouvez

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

www.accord-langues.com

www.accord-langues.com www.accord-langues.com > Paris, la capitale aux mille visages Paris, un cadre exceptionnel pour apprendre le français! Paris vit, bouge et évolue tous les jours. Découvrez un extraordinaire patrimoine

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Service de réadaptation Une fracture, une prothèse articulaire, une amputation, un AVC? Vous êtes dans l impossibilité de rentrer chez vous ET une réadaptation vous est nécessaire?

Plus en détail

Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE

Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE UNIVERSITES PARIS VI, PARIS V, PARIS XI, PARIS XII Année 2009-2010 Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE par François LHUISSIER Université Paris 13 DESC de médecine du sport

Plus en détail

La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place.

La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place. La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place. Premiers émois, rupture, coup de foudre, arrivée de bébé, retrouvailles passionnées Tout au long de sa vie, une femme, un homme connaît

Plus en détail

Les Marmots asbl. Activités. Adultes - Enfants - Bébés. Association de Psychomotriciens - Grivegnée

Les Marmots asbl. Activités. Adultes - Enfants - Bébés. Association de Psychomotriciens - Grivegnée Belgique - Belgë P.P. 9/674 4000 - Liège X Les Marmots asbl Association de Psychomotriciens - Grivegnée Bulletin trimestriel d informations n 85 Septembre - Novembre 2011 Activités Adultes - Enfants -

Plus en détail

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques 20 Qualité de vie des personnes âgées Qualité de vie des Franciliens de 60 : agir sur les limitations physiques A l heure où «la révolution de la longévité» est engagée se pose avec acuité la question

Plus en détail

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé Selfassurance Santé Questions/Réponses 1. Souscrire une assurance santé Les différents Régimes Obligatoires Le Régime Obligatoire d assurance maladie de Sécurité sociale française dont relève l assuré

Plus en détail

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Asbl Educasanté Fédération Wallonie- Bruxelles martine.bantuelle @educasante.org Luxembourg, 23 novembre 2012 1 Priorité santé sur fond démographique

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE Le diabète Suis-je concerné? MUTUALITE CHRETIENNE La solidarité, c est bon pour la santé. Vous vous posez des questions sur le diabète? Vous vous demandez si vous êtes concerné? Vous connaissez une personne

Plus en détail

Dix conseils pour bien choisir son thérapeute

Dix conseils pour bien choisir son thérapeute Dix conseils pour bien choisir son thérapeute Plus de la moitié des patients pensent que les médecines alternatives et complémentaires pourraient les aider en complément des traitements classiques. D autres,

Plus en détail

Contexte et objectifs

Contexte et objectifs Contexte et objectifs L arrivée massive des «baby-boomers» à la retraite est, depuis quelques années, au coeur des préoccupations de la société québécoise. Dans ce contexte, les personnes aînées sont souvent

Plus en détail

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Glaucome ENVI-2012-10-311 - HCP Groupe ʻʻ je fais contrôler ma vue ʻʻ pratiq santé 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Je m informe : le glaucome, une

Plus en détail

Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations?

Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations? «Colloque Scientifique des Assises Sport Prévention Santé 2014» Session 1 «Performance : préparation mentale et santé du sportif» Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations? ü Jean Fournier

Plus en détail

PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient

PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient 1. Contexte Dans le cadre de la mise en œuvre des différents chantiers prévus dans la Déclaration de Politique Générale de la COCOM, l élaboration

Plus en détail

Programme. septembre décembre 2015

Programme. septembre décembre 2015 Programme septembre décembre 2015 La Maison des parents est un lieu convivial de rencontre. Les parents y trouvent les ressources pour se préparer à l arrivée de leurs enfants, anticiper leur avenir et

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

L incapacité de travail. Guide pratique

L incapacité de travail. Guide pratique L incapacité de travail Guide pratique 2014 EN INCAPACITÉ DE TRAVAIL? Conseils, formalités administratives, indemnités... Vos réponses au 0800 10 9 8 7 Numéro gratuit Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h00

Plus en détail

Comprendre la fécondité

Comprendre la fécondité Comprendre la fécondité 6 Introduction La fécondité est la capacité de concevoir un enfant, à savoir pour la femme de tomber enceinte et pour l homme de causer une grossesse. Il est important de connaître

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

NOUVEAU Structure des formules améliorée. World. Globality YouGenio. Une assurance individuelle dans un monde globalisé

NOUVEAU Structure des formules améliorée. World. Globality YouGenio. Une assurance individuelle dans un monde globalisé Globality YouGenio World Une assurance individuelle dans un monde globalisé Structure des formules améliorée Prestations améliorées Plus de flexibilité : Notre meilleur plan de santé pour vous et votre

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

L importance. de bien prendre son traitement

L importance. de bien prendre son traitement L état moteur du patient atteint de maladie de Parkinson est le reflet de l effet des médicaments. De ce fait, une prise régulière et à la dose adéquate est très importante. L analyse des doses et des

Plus en détail

Activité physique et grossesse

Activité physique et grossesse Informations Patients Activité physique et grossesse Active pour la vie Vous êtes enceinte ou vous souhaitez le devenir? Voilà l occasion de faire le point sur vos habitudes de vie. Vous savez déjà que

Plus en détail

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial carte SIS mutuelle aide médicale d urgence handicap planning familial maison médicale hôpital pharmacie médecin de garde Santé Je vis en Belgique. Ai-je droit aux soins de santé? En Belgique, tout le monde

Plus en détail

Développer un corps plus fort et plus mince

Développer un corps plus fort et plus mince MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Développer un corps plus fort et plus mince Aperçu de la trousse Le programme du Centre de prévention et de réadaptation

Plus en détail

GAMME LABELLISEE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE GARANTIES 2015. Parce que vous n avez pas les mêmes besoins que vos collègues,

GAMME LABELLISEE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE GARANTIES 2015. Parce que vous n avez pas les mêmes besoins que vos collègues, GARANTIES CONFORMES AU NOUVEAU CONTRAT RESPONSABLE AVRIL 2015 Néo Territoires Parce que vous êtes fonctionnaire, agent non titulaire ou retraité d une collectivité territoriale, GAMME LABELLISEE FONCTION

Plus en détail