Modalités de mise en œuvre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modalités de mise en œuvre"

Transcription

1 SECURITE Charte Sécurité du Collaborateur Intérimaire Rédigée en collaboration avec Mase Normandie, la Charte Sécurité du Collaborateur Intérimaire est un contrat tripartite entre l Entreprise Utilisatrice, l Entreprise de Travail Temporaire et le Collaborateur Intérimaire Modalités de mise en œuvre 1. A la première collaboration, et à minima une fois par an, l Entreprise de Travail Temporaire (ETT) et l Entreprise Utilisatrice (EU) valident l organisation pour répondre à l ensemble des points réglementaires (repérés «R» dans le corps du texte) de la présente charte et s accordent sur les points souhaitables (repérés «S» dans le corps du texte) à mettre en œuvre. 2. L ETT s engage à présenter et expliquer la présente charte au collaborateur intérimaire pour chaque nouvelle Entreprise Utilisatrice. 3. Durant sa mission le collaborateur intérimaire a la possibilité d alerter son ETT et le représentant de l EU si un des deux partenaires ne respecte pas un ou plusieurs points réglementaires de la présente charte. 4. Annuellement, l ETT et l EU dressent un bilan de l application de la charte et conviennent de nouveaux objectifs pour l année suivante. Edition du 10 décembre 2007

2 1/4 Lors du recours à un collaborateur intérimaire, l'entreprise Utilisatrice 1 s'engage sur les points suivants : INFORMATION SUR LE POSTE DE TRAVAIL à communiquer à l Entreprise de Travail Temporaire (ETT) les éléments du contrat de travail (ex : les risques liés au poste de travail et les moyens de prévention associés) et à échanger tous les documents relatifs à l intégration des collaborateurs intérimaires conformément au référentiel MASE - voir document type de demande de personnel d appoint du référentiel, à informer obligatoirement l'ett lorsque le poste figure sur la liste des postes à risques particuliers de l Entreprise Utilisatrice (article L du Code du Travail). DEFINITION DES MISSIONS à communiquer à l'ett : les caractéristiques particulières des tâches à accomplir aux postes de travail, l outillage, les matériels utilisés, les produits manipulés, l environnement du poste (ex : bruit, chaleur ), la qualification exigée ainsi que les formations et/ou habilitations nécessaires (risques électriques, mécaniques, chimiques, incendie, CACES, FIMO, FCOS,...). en cas de changement de poste de travail ou des termes du contrat, de toute situation nouvelle de risques (ex. découverte de la présence d amiante sur l équipement ou dans l environnement de travail, ), à avertir préalablement par écrit l'agence de l'ett afin d établir un nouveau contrat. ACCUEIL ET FORMATIONS à assurer l accueil dès l arrivée sur le site (articles L R R R ). Cet accueil sécurité comportera : la présentation et (ou) la visite du site, du plan de circulation et d évacuation, du poste de travail, la présentation (si existant) du plan de prévention, du PPSPS ou PHS, les règles à respecter en hygiène, sécurité et santé, la procédure d urgence à appliquer et la conduite à tenir en cas d alerte ou lors de la survenance d un accident ou d un incident, la visite du poste avec le salarié intérimaire, l évaluation des connaissances SHE. à assurer la formation au poste de travail (identification des risques liés au poste et à son environnement, mesures préventives à respecter) et au port des E.P.I., à assurer la formation renforcée à la sécurité pour tout salarié intérimaire délégué à un poste figurant sur la liste des postes à risques particuliers (article L du Code du Travail), à délivrer au salarié intérimaire les autorisations et habilitations nécessaires après vérification que celui-ci possède les compétences et l expérience professionnelle recherchées. 1 Entreprise Utilisatrice : Entreprise pour laquelle le collaborateur intérimaire est mis à disposition

3 2/4 PROTECTIONS INDIVIDUELLES à préciser la nature des équipements de protection individuelle que le salarié intérimaire doit porter : ceux fournis par l'ett (limités aux casque et chaussures, suivant accord interprofessionnel du 24 mars 1990), ceux fournis par l Entreprise Utilisatrice. NOTA : En aucun cas, les E.P.I ne peuvent être à la charge du salarié intérimaire (article L du Code du Travail) à veiller au respect des moyens de protection collective, au port des protections individuelles et au respect des consignes de sécurité en vigueur dans l Entreprise Utilisatrice. EXPOSITION AUX RAYONNEMENTS IONISANTS à interdire le travail en Zone Orange et Rouge aux salariés intérimaires, à transmettre en préalable à l ETT la dosimétrie prévisionnelle prévue pour la mission, à leur appliquer la règle du "prorata-temporis" (article L du Code du Travail), à s organiser avec l ETT : pour que le salarié intérimaire dispose dans tous les cas nécessaires des dosimètres réglementaires passif (zones surveillées et contrôlées) et actif (zones contrôlées), pour que le salarié intérimaire ait suivi avec succès la formation réglementaire aux risques relatifs aux rayonnements ionisants. à appliquer au salarié intérimaire les mêmes procédures qu aux salariés permanents en ce qui concerne les évaluations dosimétriques préalables et le suivi dosimétrique, à communiquer la fiche d exposition à l ETT. SURVEILLANCES MEDICALES RENFORCEES à assurer et prendre en charge, avant le début de la mission, la surveillance médicale renforcée par son médecin du travail en cas de travaux le nécessitant, à élaborer et transmettre des fiches d exposition au médecin du travail de l Entreprise Utilisatrice, à garantir aux salariés intérimaires un suivi médical renforcé identique à celui de ses salariés permanents. EN CAS D ACCIDENTS OU DE SOINS INFIRMIERS à informer l'ett : de tout accident du travail impliquant un salarié intérimaire. L Entreprise Utilisatrice doit établir "une information préalable" (CERFA) au plus tard 24 heures après avoir eu connaissance de l accident, adressée par lettre recommandée avec accusé réception, en 3 exemplaires à : - l Inspection du Travail, - la Caisse Régionale d Assurance Maladie, - l Entreprise de Travail Temporaire. de tout soin infirmier prodigué à un salarié intérimaire, de la proposition d un poste adapté sous réserve de l adéquation de l inaptitude et des compétences avec le poste proposé. à inviter un permanent de l ETT à participer à l analyse de l accident. ACTIONS COMMUNES à inviter le responsable ETT à participer à des visites de terrain ou à des causeries SHE conjointes, à favoriser l accès du responsable ETT sur les sites d intervention pour visiter les postes de travail occupés par les salariés intérimaires.

4 3/4 Lors du recours à un collaborateur intérimaire, l'entreprise de Travail Temporaire s'engage sur les points suivants : INFORMATION - SENSIBILISATION - FORMATION A LA SECURITE à sensibiliser tout nouveau salarié intérimaire aux risques, aux droits d alerte et de retrait ainsi qu à l obligation du respect des protections collectives, des EPI et des consignes sur site, à présenter de façon précise l ensemble des informations, des risques liés au poste de travail ainsi que des mesures de prévention figurant sur le contrat de mission, à formaliser une attestation de sensibilisation à la sécurité, à sensibiliser les intérimaires afin qu ils remontent les informations concernant tout changement de poste de travail vers son ETT, à mettre en œuvre des actions sécurité périodiques. VISITES MEDICALES D EMBAUCHE OU DE REPRISE à faire passer, dans les délais, par la médecine du travail compétente, les visites médicales d embauche, annuelles, de reprise après arrêt de travail, à vérifier systématiquement l aptitude médicale au métier mentionné sur le contrat de travail, à veiller que la réalisation des visites médicales renforcées est effectuée (poste à risque). EN CAS D ACCIDENT à rédiger la déclaration d accident de travail dans les délais prévus suivant «l information préalable d accident du travail», à remettre la «feuille d accident» au salarié, à ouvrir un dossier d indemnisation, à ouvrir un dossier auprès de l organisme de prévoyance de l ETT et du FASTT 2 pour tout accident, à assurer un suivi personnalisé des intérimaires victimes d accident du travail ainsi que de leur famille par l intermédiaire du service social, à assurer le contact administratif avec le client pour la gestion de l accident, à participer à l analyse d accident initiée par l Entreprise Utilisatrice, à donner son avis sur les propositions de poste adapté (compétence pour le poste). CORRESPONDANT SECURITE à nommer un Correspondant Sécurité, à suivre les indicateurs définis en collaboration avec l Entreprise Utilisatrice, à détacher dans les plus brefs délais, sur demande de l Entreprise Utilisatrice, le Correspondant Sécurité pour toute situation dangereuse ou accident. 2 FAST : Fond d Assurance Sociale du Travail Temporaire

5 4/4 COMMUNICATION à alerter l Entreprise Utilisatrice de toute situation anormale ou de tout écart réglementaire et, dans l hypothèse où il serait constaté une situation de danger grave pour le salarié, de prendre toute décision permettant de préserver la santé et la sécurité du salarié, à fournir sur demande de l Entreprise Utilisatrice, copie de l aptitude médicale, justificatifs des compétences métiers, copies des habilitations et diplômes et de la charte sécurité collaborateur intérimaire. EXPOSITION AUX RAYONNEMENTS IONISANTS à s organiser avec l Entreprise Utilisatrice : pour vérifier le respect de la règle du «prorata-temporis» et l interdiction de travail en Zone Orange et Rouge, pour que le salarié intérimaire dispose dans tous les cas nécessaires des dosimètres réglementaires passif (zones surveillées et contrôlées) et actif (zones contrôlées), pour que le salarié intérimaire ait suivi avec succès la formation réglementaire aux risques relatifs aux rayonnements ionisants, pour assurer le suivi dosimétrique du salarié intérimaire et en particulier en ce qui concerne la surveillance du respect des limites dosimétriques réglementaires. POUR L ENTREPRISE UTILISATRICE POUR L'ENTREPRISE DE TRAVAIL TEMPORAIRE Cachet Cachet M M Date Date

6 Charte Sécurité du Collaborateur Intérimaire Je soussigné(e) M / Mme / Mlle Employé(e) par l Entreprise de Travail Temporaire Pour l Entreprise Utilisatrice M engage à respecter les points suivants : à respecter les règles et consignes de sécurité de l Entreprise Utilisatrice, à respecter le règlement intérieur de l Entreprise Utilisatrice, à respecter les horaires de travail conformément à la législation, à respecter les règles de propreté radiologique sur les chantiers en zone contrôlée, à enregistrer la dose prise à chaque sortie de zone contrôlée et à informer mon responsable en cas de valeur anormale, à signaler immédiatement à mon responsable direct toute situation dangereuse, à exercer mon droit d alerte et de retrait en cas de danger grave et imminent, à prévenir mon responsable direct et l ETT sans délai de tout accident du travail, à informer l ETT de tout changement de poste et de toute modification des termes du contrat (ex : changement d horaire, changement de lieu de travail, ), à respecter et/ou utiliser les équipements de protection collective, à porter systématiquement les équipements de protection individuelle prévus dans le cadre de ma mission, à employer exclusivement le matériel et les produits, outillage et machines pour l usage auquel ils sont destinés et notifiés dans le contrat, à éviter de m exposer au danger et de mettre d autres personnes en situation dangereuse, à observer strictement les interdictions de fumer et de consommer des boissons alcoolisées ainsi que de la drogue, à prévenir immédiatement l ETT de mes absences et à les justifier, à alerter l ETT ou l Entreprise Utilisatrice si l une des deux parties ne respecte pas les engagements de la présente charte. LE SALARIE INTERIMAIRE L'ENTREPRISE DE TRAVAIL TEMPORAIRE M.... Cachet Date... Date...

Charte sécurité. charte sécurité. Mastempo / Masgroup - 24 impasse du marquis de Baroncelli - 30114 Nages et Solorgues www.mastempo.

Charte sécurité. charte sécurité. Mastempo / Masgroup - 24 impasse du marquis de Baroncelli - 30114 Nages et Solorgues www.mastempo. Charte sécurité charte sécurité La présente charte a pour objectif d améliorer la prévention des risques professionnels, la sécurité des salariés intérimaires Mastempo et d homogénéiser la démarche sécurité

Plus en détail

CHANTIERS PLAN DE PREVENTION

CHANTIERS PLAN DE PREVENTION CHANTIERS 1 JOURNEE GAMMAGRAPHIE 7 AVRIL 2011 JOURNEE GAMMAGRAPHIE 7 AVRIL 2011 CADRE JURIDIQUE GENERAL Deux réglementations distinctes en fonction du cadre d intervention Opérations de bâtiment ou de

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

les orientations et moyens de la branche accidents du travail et maladies professionnelles.

les orientations et moyens de la branche accidents du travail et maladies professionnelles. ICE Interim / septembre 2011 L Etat, la Caisse nationale de l Assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) et la Commission des accidents du travail et des maladies professionnelles (CATMP) composée

Plus en détail

Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité

Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité 1. Les acteurs au sein de l entreprise ou la collectivité Les prérogatives des DP en santé-sécurité

Plus en détail

Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place?

Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place? Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place? Quel est le rôle et le positionnement de l Assistant de Prévention? L Assistant de Prévention assiste et conseille

Plus en détail

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique Rédacteur : Vérificateur : Approbateur : Document créé le Document modifié le Document édité le 9 juin 2011 2011 Réf. document : XXX XXX XXX Version : 00 Document entreprise CALENDRIER DES FORMATIONS Sous-section

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

Sommaire détaillé (1) «Schémas commentés en santé sécurité au travail»

Sommaire détaillé (1) «Schémas commentés en santé sécurité au travail» ommaire détaillé (1) «chémas commentés en santé sécurité au travail» Votre service sur www.editions-tissot.fr... 3 Guide de première connexion... 5 Accédez à votre service sur www.editions-tissot.fr :

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION

REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION GENERALITES L association a été crée par déclaration en date du 4 août 1988, à la Sous Préfecture de GRASSE, sous le titre EDIFORM (J.O. du 7 septembre

Plus en détail

Code de l environnement (articles L.596-1 et suivants)

Code de l environnement (articles L.596-1 et suivants) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-055758 Lyon, le 4 octobre 2013XXXXXXX Monsieur le directeur général SOCATRI Route départementale 204-BP 101 84503 BOLLENE cedex Objet : Contrôle

Plus en détail

ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ AU TRAVAIL. Dr C. DOUTRELLOT-PHILIPPON

ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ AU TRAVAIL. Dr C. DOUTRELLOT-PHILIPPON 1 ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ AU TRAVAIL Dr C. DOUTRELLOT-PHILIPPON 2 Généralités Institué par la loi n 46-2195 du 11 octobre 1946 relative à l organisation de la médecine du travail Réformé récemment

Plus en détail

MODIFICATION DU CADRE REGLEMENTAIRE RELATIF A L HYGIENE ET LA SECURITE AU TRAVAIL

MODIFICATION DU CADRE REGLEMENTAIRE RELATIF A L HYGIENE ET LA SECURITE AU TRAVAIL CIRCULAIRE n 12-08 /mars 2012 MODIFICATION DU CADRE REGLEMENTAIRE RELATIF A L HYGIENE ET LA SECURITE AU TRAVAIL Références : Date d effet : 6 février 2012 (pour une partie seulement des dispositions cf.

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 14 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-024264 Monsieur le Directeur CHRU de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil 1 place de l hopital BP 426 67091 Strasbourg

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE Contexte de la prévention des risques Crée le 5 novembre 2001 le Document Unique d Évaluation des Risques (DU) constitue le socle de la démarche de

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 18 juillet 2012 N/Réf. : CODEP-PRS-2012-039782 Monsieur le Directeur Hôpital Pitié-Salpêtrière 83, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Fiche Prévention LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Former les agents à la sécurité constitue une obligation légale de l autorité territoriale et fait partie intégrante de la politique

Plus en détail

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012 Guide pour les entreprises utilisatrices de travailleurs temporaires 2012 2 Guide pour les entreprises utilisatrices Edito c Editorial Le travailleur temporaire, est un perpétuel nouveau, soumis à des

Plus en détail

Direction des études

Direction des études Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Les ACMO : nomination, missions, règles, rôles, place, recrutement. L ACMO ET L EMPLOYEUR LES MISSIONS DE L

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3156 Convention collective nationale IDCC : 2149. ACTIVITÉS DU DÉCHET (7 e édition. Juillet 2002) ACCORD

Plus en détail

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL 16/12/2014 Tout employeur doit tenir un certain nombre de registres destinés à l'information des administrations. Leur nombre varie en fonction de

Plus en détail

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G (1) L établissement d un règlement intérieur est obligatoire dans les entreprises ou établissements où sont employés habituellement au moins 20 salariés. Règlement intérieur Voir commentaire -1 Le règlement

Plus en détail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail Déclaration de dérogation aux travaux réglementés en vue d accueillir des jeunes mineurs âgés d au moins 15 ans et moins de 18 ans en formation professionnelle ou technologique Articles L41539, D415315

Plus en détail

CGT, CFDT, CFTC, FO),

CGT, CFDT, CFTC, FO), Interim / septembre 2011 L Etat, la Caisse nationale de l Assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) et la Commission des accidents du travail et des maladies professionnelles (CATMP) composée

Plus en détail

Les dossiers d exportation et de reprise de sources radioactives scellées examinés par les inspecteurs sont conformes à la réglementation.

Les dossiers d exportation et de reprise de sources radioactives scellées examinés par les inspecteurs sont conformes à la réglementation. RÉPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DU TRANSPORT ET DES SOURCES Montrouge, le 10 Novembre 2015 Nos Réf. : CODEP-DTS-2015-044057 IPSI 102, rue J.B. CHARCOT 92400 COURBEVOIE Objet : Suite d une inspection de

Plus en détail

Chef d'établissement 30 ans dans l intérêt de l entreprise

Chef d'établissement 30 ans dans l intérêt de l entreprise Registre unique du personnel Un registre du personnel doit être tenu dans les établissements industriels, agricoles et commerciaux, les offices publics et ministériels, les professions libérales, les sociétés

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 mai 2010 N/Réf. : CODEP-PRS-2010-027150 Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection Installation : Coronarographie Identifiant de la visite

Plus en détail

- 77 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à l organisation de la médecine du travail.

- 77 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à l organisation de la médecine du travail. - 77 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à l organisation de la médecine du travail Article 1 er Proposition de loi relative à l organisation de la médecine du travail Article 1 er I. - Le

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL Annexe 2 : Référentiel de formation assistant/conseiller de prévention REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE L ASSISTANT DE PREVENTION ET DU CONSEILLER DE PREVENTION (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME 2006 : CHARGE

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de production des Industries Chimiques : niveau III* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence est celui

Plus en détail

Tableau comparatif des décrets relatifs aux comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail

Tableau comparatif des décrets relatifs aux comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Tableau comparatif des décrets relatifs aux comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Décret n 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu à la médecine

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

MODE D EMPLOI VOUS AVEZ RECOURS À L INTERIM

MODE D EMPLOI VOUS AVEZ RECOURS À L INTERIM RISQUES PROFESSIONNELS VOUS AVEZ RECOURS À L INTERIM Au plan national, les partenaires sociaux de la Caisse Nationale d'assurance Maladie ont adopté, en mars 2007, un texte intitulé "Accueil et santé au

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2016-020183 TOTAL RAFFINAGE France Etablissement pétrolier de Gargenville 40 avenue Jean Jaurès 78440 GARGENVILLE

N/Réf. : CODEP-PRS-2016-020183 TOTAL RAFFINAGE France Etablissement pétrolier de Gargenville 40 avenue Jean Jaurès 78440 GARGENVILLE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 27 mai 2016 N/Réf. : CODEP-PRS-2016-020183 TOTAL RAFFINAGE France Etablissement pétrolier de Gargenville 40 avenue Jean Jaurès 78440 GARGENVILLE Objet :

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-047719 Centre Hospitalier Sud Essonne 26 avenue Charles de Gaulle BP 107 91152 ETAMPES

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-047719 Centre Hospitalier Sud Essonne 26 avenue Charles de Gaulle BP 107 91152 ETAMPES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 1 er décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-047719 Centre Hospitalier Sud Essonne 26 avenue Charles de Gaulle BP 107 91152 ETAMPES Objet : Inspection sur

Plus en détail

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00 Guide Conventions de mise à disposition des Adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycée et collèges) Juillet 2012 Bulletin de prévention

Plus en détail

Référence à rappeler en réponse à ce courrier : INSNP-LYO-2015-1351

Référence à rappeler en réponse à ce courrier : INSNP-LYO-2015-1351 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-046521 Lyon, le 1 er Décembre 2015 SCP Jeannot LAPERROUSAZ POTTIE STEEGH - TROCCON 106, chemin des Artisans 74520 VALLEIRY Objet : Inspection

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

Coût de la formation : 1 300 HT par participant L inscription sera validée à réception du paiement intégral de la formation

Coût de la formation : 1 300 HT par participant L inscription sera validée à réception du paiement intégral de la formation FORMATION 07.11.14 Contact : Nicole VILELA 2014/313 AMIANTE Sous-section 4 Activité R4412-139 du code du travail «Activités d entretien et de maintenance sur des matériaux susceptibles de provoquer l émission

Plus en détail

Fiches Guides. Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice. Direction des Risques Professionnels Service Prévention

Fiches Guides. Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice. Direction des Risques Professionnels Service Prévention Direction des Risques Professionnels Service Prévention Fiches Guides Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice Titre du document INTERVENTION DES ENTREPRISES EXTÉRIEURES

Plus en détail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail - Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail PLAN Réforme au 1 er Juillet 2012 Les missions du service de santé au travail Les missions du médecin du travail Les missions de l IPRP (Intervenant en

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Etablissement :

DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Etablissement : DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Etablissement : INTERVENANTS ET DEMARCHE L évaluation des risques professionnels a été réalisée par 1 le chef d entreprise et /ou le directeur

Plus en détail

La santé et la sécurité au travail : Le cas des nouveaux travailleurs et les intérimaires à BURVAL S. A.

La santé et la sécurité au travail : Le cas des nouveaux travailleurs et les intérimaires à BURVAL S. A. " Quatrième Séminaire GT5" Lisbonne du 1er au 3 juin 2009 Thème: La santé et la sécurité au travail : Le cas des nouveaux travailleurs et les intérimaires à BURVAL S. A. ( BURKINA FASO) / AFRIQUE DE L'OUEST

Plus en détail

Cabinet dentaire 12,Rue de Belgrade 38000 GRENOBLE

Cabinet dentaire 12,Rue de Belgrade 38000 GRENOBLE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-038894 Lyon, le 9 Juillet 2013 Cabinet dentaire 12,Rue de Belgrade 38000 GRENOBLE Objet : Inspection de la radioprotection du 17 juin 2013

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr Le contrat de travail temporaire schassigneux@yahoo.fr 1 Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission,

Plus en détail

CONTRAT DE MISE À DISPOSITION D UN TRAVAILLEUR HANDICAPE EA ENTREPRISE

CONTRAT DE MISE À DISPOSITION D UN TRAVAILLEUR HANDICAPE EA ENTREPRISE Exemple d une convention de mise à disposition de travailleur handicapé effectuée dans le cadre des articles D. 5213 81 et suivants du code du travail. CONTRAT DE MISE À DISPOSITION D UN TRAVAILLEUR HANDICAPE

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-022353 Lyon, le 18 Avril 2013 CERMEP 59 boulevard Pinel 69677 BRON Cedex Objet : Inspection de la radioprotection du 29 mars 2013 Installation

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2013-117 DU 21 OCTOBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT PROPOSITION D ELABORATION D UNE NORME PERMETTANT LA DECLARATION SIMPLIFIEE DE CONFORMITE DES

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015 REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015 Article 1 : OBJET Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles du Code du Travail relatifs

Plus en détail

NOTICE HYGIENE ET SECURITE

NOTICE HYGIENE ET SECURITE VI. NOTICE HYGIENE ET SECURITE 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 SOMMAIRE VI.NOTICE HYGIENE ET SECURITE... 1 VI.1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 VI.1.1 REGLEMENTATIONS APPLICABLES... 3 VI.1.2

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENTS

CHARTE D ENGAGEMENTS CHARTE D ENGAGEMENTS (Règlement intérieur) Le présent règlement, établi conformément aux articles L 6352-3, L 6352-4 et R 6352-1 à R 6352-15 du Code du Travail, a pour objet de présenter : Les principales

Plus en détail

PRÉPARATION À L HABILITATION ÉLECTRIQUE FICHES PRODUITS DES FORMATIONS

PRÉPARATION À L HABILITATION ÉLECTRIQUE FICHES PRODUITS DES FORMATIONS PRÉPARATION À L HABILITATION ÉLECTRIQUE FICHES PRODUITS DES FORMATIONS Ce qui a changé dans la nouvelle réglementation Le guide UTE C 18 510 devient une norme NF C 18-510 qui est le document de référence

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TYPE

REGLEMENT INTERIEUR TYPE REGLEMENT INTERIEUR TYPE I. Préambule Article 1 : OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1 Ce règlement : fixe les règles de discipline intérieure, rappelle les garanties qui sont attachées à l application de

Plus en détail

CHIENS DANGEREUX L attestation d aptitude

CHIENS DANGEREUX L attestation d aptitude CHIENS DANGEREUX L attestation d aptitude Une formation spécifique des propriétaires de chiens portant sur l éducation et le comportement canin ainsi que sur la prévention des accidents, sanctionnée par

Plus en détail

LES PROCÉDURES DE L ÉCOLE ET LES MESURES DE SÉCURITÉ (LIP ART. 76)

LES PROCÉDURES DE L ÉCOLE ET LES MESURES DE SÉCURITÉ (LIP ART. 76) LES PROCÉDURES DE L ÉCOLE ET LES MESURES DE SÉCURITÉ (LIP ART. 76) 1. Présence à l école La fréquentation scolaire est obligatoire pour tous les jours d école indiqués au calendrier scolaire. Si l élève

Plus en détail

Paris, le 08 mars 2012

Paris, le 08 mars 2012 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2012-009619 Paris, le 08 mars 2012 Monsieur le directeur SIRAC 25, rue Claude Bernard 78310 MAUREPAS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

1. Dans quel délai le salarié doit-il informer son employeur de sa maladie

1. Dans quel délai le salarié doit-il informer son employeur de sa maladie La maladie du salarié 1 Dans quel délai le salarié doit-il informer son employeur de sa maladie? 2 Quelle est l'utilité de l'information que le salarié doit faire au profit de son employeur? 3 Qu'arrive-t-il

Plus en détail

Flash Info Hygiène & Sécurité. Les Acteurs de la Prévention

Flash Info Hygiène & Sécurité. Les Acteurs de la Prévention Page1 Flash Info Hygiène & Sécurité N 1 - Mars 2014 Service Hygiène et Sécurité Les Acteurs de la Prévention La qualité, la continuité du service public et la préservation de la santé et de la sécurité

Plus en détail

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel?

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? Siège social : 20/24,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT N interne : 736 Conseil du lundi 10 septembre 2001 à 18 h 00 N définitif : 2001-0250 CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : La communauté urbaine de Lyon - direction de l'eau, dont le siège est

Plus en détail

FORMATION : Opérations sur les ouvrages et installations électriques (BE Manœuvre-BS / Initial ou Recyclage)

FORMATION : Opérations sur les ouvrages et installations électriques (BE Manœuvre-BS / Initial ou Recyclage) Module Tronc commun n 1 avec module Manœuvre en bas se tension (BE Manœuvre) et module Intervention BT de remplacement et raccordement (BS). Initial ou Recyclage Conformément à la norme NF C 18-510 Public

Plus en détail

ANNEXE 1. à la convention d adhésion. de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE. Centre de Gestion

ANNEXE 1. à la convention d adhésion. de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE. Centre de Gestion ANNEXE 1 à la convention d adhésion de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Seine-Maritime MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine.

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine. NOTE TECHNIQUE L accord du 4 mars 2014 est conclu à durée déterminée. Il s applique pour une durée de 3 ans à compter de sa date d agrément, soit du 3 juillet 2014 au 2 juillet 2017. 1 Définition du télétravail

Plus en détail

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Démarches à suivre en vue de L'habilitation des personnes en électricité Table

Plus en détail

L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS La Croix Rouge Française se place dans une démarche de prévention des s professionnels étant soucieuse de préserver la santé et la sécurité de ses salariés et bénévoles.

Plus en détail

Fiches de poste et études de poste

Fiches de poste et études de poste Fiches de poste et études de poste Un cadre réglementaire et cohérent contribuant à la préservation de la santé au travail et à la sécurité avec une approche pluridisciplinaire. Objectifs de la fiche de

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention Fonction Publique Territoriale Centre de Gestion de Maine et Loire Service Hygiène & Sécurité Fiche n 82 Création : Mai 2013 Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) :

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Décret n o 2012-706 du 7 mai 2012 relatif aux

Plus en détail

FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX

FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX C E N T R E d e G E S T I O N D e s P y r é n é e s O r i e n t a l e s FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX 04 68 34 87 21-04 68 34 37 24 - beringuier.medprev@cdg66.fr

Plus en détail

Lyon, le 1 er Juin 2015

Lyon, le 1 er Juin 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Lyon, le 1 er Juin 2015 Réf. : CODEP-LYO-2015-020804 Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble Institut Daniel Hollard 8, Rue du Docteur Calmette 38028 GRENOBLE Cedex Objet : Inspection

Plus en détail

D-SMQR-001 14/09/2015 V1 Manuel Système de Management de la Qualité et Radioprotection. Domaine d application du système de management de la qualité :

D-SMQR-001 14/09/2015 V1 Manuel Système de Management de la Qualité et Radioprotection. Domaine d application du système de management de la qualité : 1. DOMAINE ET PÉRIMÈTRE D APPLICATION DU SMQ : Domaine d application du système de management de la qualité : Le système de management de la qualité s applique à l ensemble des activités, dont les activités

Plus en détail

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études ANNEXE 2010-CA544-17-R5717 Politique sur la santé et la sécurité 12 avril 2010 Avant-propos La politique sur la santé et la sécurité affirme la volonté de l UQTR de protéger la santé, la sécurité et l

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juin 2016 N/Réf. : CODEP-PRS-2016-021960 Monsieur le Directeur Général Hôpital NECKER 75015 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

Marseille, le 07 février 2014. N/Réf. CODEP-MRS-2014-006726

Marseille, le 07 février 2014. N/Réf. CODEP-MRS-2014-006726 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE MARSEILLE N/Réf. CODEP-MRS-2014-006726 Marseille, le 07 février 2014 Monsieur le directeur exécutif Société SYNERGY HEALTH MARSEILLE MIN 712-ARNAVAUX 13323 MARSEILLE CEDEX

Plus en détail

Engagement. pour promouvoir la prévention des risques professionnels

Engagement. pour promouvoir la prévention des risques professionnels Engagement pour promouvoir la prévention des risques professionnels Ne pas se sentir en sécurité sur son nouveau poste de travail, avoir des doutes sur la qualité Édito des produits : Engagement que l

Plus en détail

Règle n 1 : Sécuriser l embauche

Règle n 1 : Sécuriser l embauche Date de mise à jour : février 2013 Cet article a pour objet de vous apporter un éclairage indispensable sur vos principales obligations en matière de gestion du personnel. En aucun cas elle ne constitue

Plus en détail

Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique

Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique De très ancienne tradition, le secret médical reste un des piliers de l'exercice de la médecine contemporaine. En effet, «il n y a pas de soins

Plus en détail

Améliorer la santé au travail des salariés temporaires

Améliorer la santé au travail des salariés temporaires Améliorer la santé au travail des salariés temporaires L ÉVALUATION ET LA PRÉVENTION DES RISQUES : L ensemble de cette démarche s inscrit dans le cadre des dispositions des articles L.4121-1 à L.4121-5

Plus en détail

La délicate répartition de missions. de l entreprise de travail temporaire et de l entreprise utilisatrice

La délicate répartition de missions. de l entreprise de travail temporaire et de l entreprise utilisatrice 2 ème colloque amsn La délicate répartition de missions des médecins du travail de l entreprise de travail temporaire et de l entreprise utilisatrice Maître Sophie Bertucat-Dumontier Définition du travail

Plus en détail

CONVENTION DE FORMATION EN ENTREPRISE

CONVENTION DE FORMATION EN ENTREPRISE CONVENTION DE FORMATION EN ENTREPRISE La présente convention règle les rapports entre l entreprise : Société : Adresse :... Code Postal :.. Ville : Téléphone :... Mail :.. Représenté par : Agissant en

Plus en détail

Dans le cadre de ses attributions, la Division de Lille a procédé à une inspection au sein de votre centre de radiothérapie, le 18 décembre 2014.

Dans le cadre de ses attributions, la Division de Lille a procédé à une inspection au sein de votre centre de radiothérapie, le 18 décembre 2014. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE CODEP-LIL-2014-000606 SS/EL Lille, le 7 janvier 2015 Monsieur le Dr X Centre Léonard de Vinci Route de Cambrai 59187 DECHY Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Mémo employeur Acteurs internes à l entreprise, concourant à la préservation de la santé et la sécurité des travailleurs

Mémo employeur Acteurs internes à l entreprise, concourant à la préservation de la santé et la sécurité des travailleurs Dossier Thématique Mémo employeur Acteurs internes à l entreprise, concourant à la préservation de la santé et la sécurité des leurs Chacun a un rôle à jouer pour préserver la santé et la sécurité des

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATION

CATALOGUE DES FORMATION CATALOGUE DES FORMATION Secourisme, Prévention des risques et Incendies Conduire l évaluation des risques professionnels de son entreprise: établir son document unique - RP001 Connaître la législation

Plus en détail

Formation initiale Assistants de Prévention 2014-2015. 28 janvier 2015 1

Formation initiale Assistants de Prévention 2014-2015. 28 janvier 2015 1 Formation initiale Assistants de Prévention 2014-2015 28 janvier 2015 1 1ère partie (Cocher la bonne réponse OUI ou NON) 1 - Un salarié qui ne porte pas les équipements de protection est responsable en

Plus en détail

La prévention et l actualisation des risques professionnels

La prévention et l actualisation des risques professionnels 2 La prévention et l actualisation des risques professionnels Plan d intervention 1. Santé Sécurité : une question d actualité 2. Le contenu de l obligation générale de sécurité 3. L évaluation des risques

Plus en détail

Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie 1 rue Saint Sauveur BP 1237 68054 MULHOUSE CEDEX

Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie 1 rue Saint Sauveur BP 1237 68054 MULHOUSE CEDEX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 22 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-STR- 2014-057642 Monsieur le directeur Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Préambule :

REGLEMENT INTERIEUR. Préambule : Préambule : Le présent règlement définit les règles de fonctionnement du club ainsi que les droits et devoirs de ses membres. Après avoir lu ce règlement, chaque adhérent ou son responsable légal signera

Plus en détail

S.A.S VM 28000. Rue du Médecin Général Beyne. 28000 Chartres REGLEMENT INTERIEUR

S.A.S VM 28000. Rue du Médecin Général Beyne. 28000 Chartres REGLEMENT INTERIEUR S.A.S 28000 Chartres REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 - DISPOSITIONS GENERALES Le présent règlement, établi conformément aux textes en vigueur, précise pour le bon fonctionnement de l entreprise et ce, y

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 4 juin 2014

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 4 juin 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 4 juin 2014 N/Réf. : CODEP-CAE-2014-026149 Monsieur le Directeur Centre Henri Becquerel 1 rue d Amiens 76038 ROUEN Cedex OBJET : Inspection

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2013-066632 Nantes, le 24 décembre 2013 GIE Anjou Imagerie Santé Scanner de la Foucaudière 18 rue de la Bellinière 49 800 TRELAZE Objet : Contrôle

Plus en détail

Cap Agent de sécurité ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Cap Agent de sécurité ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 1 Le titulaire du CAP «Agent de Sécurité» exerce ses fonctions dans des espaces ouverts au public ou non, de nature, par exemple industrielle, commerciale,

Plus en détail

Document unique d évaluation et de prévention des risques

Document unique d évaluation et de prévention des risques Établissement : ESAT OVE THÔNES Unité de travail : ATELIER SOUS TRAITANCE INDUSTRIELLE ET CONDITIONNEMENT CIRCULATION des piétons des véhicules différence de niveaux état des surfaces de sol R50 G2 -Tenir

Plus en détail

Le chef de service est la clef de voûte de toute l architecture de la santésécurité au travail (SST) de son service.

Le chef de service est la clef de voûte de toute l architecture de la santésécurité au travail (SST) de son service. Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES ACTEURS INTERNES DE LA SST LE CHEF DE SERVICE... 1 LES AGENTS... 3 L'ASSISTANT ET/ OU CONSEILLER DE PREVENTION.4

Plus en détail