Aplicaciones Informâticas en Arqueologia: Teorîas y sistemas. Saint-Germain-en Laye, Bilbao

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aplicaciones Informâticas en Arqueologia: Teorîas y sistemas. Saint-Germain-en Laye, 1.991. Bilbao"

Transcription

1 Aplicaciones Informâticas en Arqueologia: Teorîas y sistemas Saint-Germain-en Laye, Bilbao

2 L'ARCHEOLOGIE, SYSTEME D'INFORMATION SCIENTIFIQUE Patrick DESFARGES Bruno HELLY Un examen des banques de données actuellement produites ou utilisées par les archéologues fait apparaître que les approches qui en ont été faites ces vingt dernières années ont été essentiellement techniques (recherches de logiciels). On a considéré que les réflexions théoriques produites dans les années avaient abouti à des définitions suffisantes pour justifier les constructions opérationnelles nécessaires au fonctionnenent de la discipline archéologique. Mais on constate, au vu des résultats, que la production des banques de données n'a pas donné pleine satisfaction aux archéologues: en face d'un très grand nombre de fichiers personnels ou liés à telle ou telle entreprise, on ne trouve aucune banque de données générale ni même généralisable. C'est que, par delà les solutions apportées aux problèmes d'enregistrement, de stockage, de traitement et de communication des données pour les sciences de l'antiquité, il manque en fait un travail fondamental de réflexion sur la nature et la structure des informations utilisées, une analyse théorique permettant de garantir leur exploitation, leur communication et leur pérennité. Par delà les théories évoquées plus haut, les auteurs ont tenté d'appliquer à l'archéologie comme science, les démarches d'analyse et de modélisation appliquées aujourd'hui aux systèmes d'information. Il est possible de considérer l'archéologie comme un "système d'information", c'est à dire comme un ensemble d'éléments liés entre eux pour produire quelque chose dans un contexte donné, à partir d'une réalité extérieure. La recherche engagée sur ce point fait apparaître immédiatement un hiatus entre les déclarations épistémologiques des archéologues et les pratiques par lesquelles ils réalisent des connaissances: le système cognitif de référence est déclaré comme objectif, positiviste, alors que, dans la pratique, ce qui est produit est un discours qu'on peut qualifier à la limite de subjectif, puisqu'il repose sur des perceptions "personnelles" de la réalité observée. En d'autres termes, les archéologues considèrent que ce sont les objets qui parlent, et non qu'ils parlent sur les objets. Un deuxième hiatus apparaît aussi dans la manière dont sont considérés les objets eux-mêmes: comment reconnaît-on que les objets sont "du passé" (ce sont les seuls que les archéologues doivent traiter)? Plusieurs tentatives ont été faites pour résoudre ce problème: recherche de différences avec les objets actuels, déclaration d'une qualité particulière, appelée rétrodiction, etc. Il apparaît en fait, quand on examine la pratique effective, que les archéologues traitent d'objets "présents", et qu'ils visent à reconnaître l'histoire de ces objets sur toute la durée de leur exis- 171

3 tence, en considérant non seulement leur "vie" dans le temps de leur production et de leur utilisation, mais aussi leur transmission jusqu'au moment où ils sont intégrés, présentement, dans le système d'information de la discipline. La réflexion sur le système de connaissance met enfin en évidence un troisième décalage: contrairement à une opinion bien ancrée dans l'esprit des archéologues, le temps, la chronologie n'est pas une donnée, mais un résultat.on peut établir en effet que la perception des phénomènes qui ont affecté la vie d'un objet (pris au sens large, ce peut être un objet fabriqué, mais aussi un paysage, etc.) ne donne pas d'emblée une datation. Lire une horloge demande d'établir un ou des systèmes de mesure, et de savoir rapporter les éléments observés à une durée définie. On constate ainsi que la chronologie est un résultat, le produit d'un calcul complexe. Partant d'un examen détaillé et réfléchi des démarches de connaissance mises en oeuvre dans la recherche archéologique, les auteurs visent donc à redéfinir la structure, les fonctions, les conditions d'émergence et de validation des informations utilisées par les archéologues. La réflexion se situe en conséquence à trois niveaux: 1) une étude sur la perception des objets archéologiques. Cette perception, traduite dans un discours, fait l'objet d'un apprentissage: c'est une perception liée à des méthodes d'observation qui se perfectionnent sans cesse. Mais cette perception elle-même est non seulement fonction de la culture de l'observateur, elle dépend aussi de la culture collective de la société pour laquelle on "fait l'histoire". De ce point de vue, les objets et les lieux où on reconnaît ces objets varient de signification dans le temps. Il faut tenir compte de ces variations de perception attestées, qu'il s'agisse des perceptions des chercheurs modernes, tout autant que de celles qu'on peut restituer pour les acteurs mêmes de la culture antique qui fait l'objet de l'étude. 2) une étude sur la démarche de la connaissance. On peut la définir classiquement comme une démarche en trois phases: ACQUISITION GESTION CALCUL portant sur trois catégories d'informations, déjà présentées ci-dessus et qui constituent une sorte de trinôme fondamental: LES OBJETS LES LIEUX LES SOURCES Ce trinôme met en évidence que le "temps", la chronologie ne figure pas dans les données. 3) Ces principes d'analyse conduisent à poser les éléments de construction d'un système d'information qui doivent respecter les conditions suivantes: - La structuration des données doit reposer non sur la notion de descripteur (avec la structure classique des systèmes de bases de données, ATTRI- 172

4 BUT: VALEUR), mais sur la notion de source (avec un CONTENU de l'information qu'on peut qualifier de SUBSTITUT de l'objet étudié). La description des sources inclut alors toutes les données se rapportant à un objet, qu'elles soient de type documentaire (discours sur les objets, datés et situés) ou de tout autre type de représentations (images, substituts matériels, interprétations), mais aussi les paramètres précis qui permettent d'identifier la source de l'information et la manière dont cette information documentaire ou graphique a été construite. On introduit ici une approche linguistique et philologique des discours produits par les archéologues sur un même objet, d'autant plus nécessaire que dans la plupart des cas, ce qui est enjeu sont les fonctions taxinomiques des éléments contenus dans les descriptions: il faut constituer des classes, des typologies, des ensembles. - Cette approche par SOURCES a pour conséquence de considérer que les objets n'ont pas de propriétés par eux-mêmes, sinon quand elles sont déclarées dans des sources. Cela correspond bien à la nature réelle du travail archéologique, dans lequel la bibliographie se rapportant aux objets est cumulative: par exemple, c'est un catalogue du 18 siècle qui peut fournir le seul et unique parallèle pertinent à un objet qui vient d'être découvert dans une fouille actuelle. Mais cette approche a également pour conséquence de permettre d'intégrer aussi au système d'information les déclarations formulées par les utilisateurs mêmes des objets: les sources écrites des cultures passées (cas des archéologies "avec textes") sont à la fois des objets d'étude et des discours sur les objets eux-mêmes. Il va de soi que les informations contenues dans les sources sont saisies "comme elles sont", exigence fondamentale, car il est indispensable que l'auteur de la base de données n'introduise aucune décision dans les données. S'il veut le faire (par exemple parce qu'il a reconstruit des informations, extrait des éléments, effectué des calculs), il doit se déclarer luimême comme source dans le système d'information. - Ce qui se pratique aujourd'hui dans nos disciplines, en matière de base de données, vise à enregistrer des informations dans des bases de données documentaires d'une part - essentiellement à partir de descripteurs, et des images d'autre part, les informations documentaires visant à retrouver les images par une identification de contenu. C'est une pratique où l'image n'est pas considérée comme un objet, mais comme une illustration des objets. Mais en réalité la structuration des données DOIT intégrer complètement à la fois les informations de type documentaire: bibliographiques, factuelles, textuelles (par ex. les descriptions d'objets) et les images, dessins, etc., qu'il s'agisse de données graphiques ou d'images proprement dites. Il s'agit de traiter l'ensemble comme un continuum de données à l'intérieur d'un même système d'information scientifique. Il est nécessaire de trouver pour ces données un même statut, du point de vue de l'information, statut qui autorise leur enregistrement dans des formes convenables, leur communication et leur exploitation. - L'objectif d'un système d'information est de fournir à l'utilisateur des données "primaires" telles qu'elles sont: sources - substituts de sources - contenu des sources, indispensables pour comprendre l'information, qu'elle soit documentaire ou graphique, ce qui en assure une utilisation correcte, mais aussi permet éventue- 173

5 llement à l'utilisateur (identifié) de consulter les données, de travailler à partir de ces données ou même de pouvoir compléter ou renouveler cette information pour son propre compte (sous sa signature): il doit, par exemple, pouvoir non pas seulement reproduire l'image, mais la refaire. L'information (l'image, le dessin, le texte etc.) est alors reproductible comme une expérience est reproductible. En archéologie comme ailleurs, l'image est un substitut des objets étudiés, sous certains points de vue, et doit faire preuve. - Le calcul sur les informations ou plus précisément sur les substituts des objets prennent une très grande importance. Ils permettent en effet d'extraire des données supplémentaires ou nouvelles, que les sources n'avaient pas perçues ou avaient négligées; il entre dans la stratégie d'acquisition. Les calculs conduisent d'autre part à des interprétations. Ils sont prospectifs ou rétrospectifs. Tantôt ils ont pour objet, en faisant varier un ou plusieurs paramètres tirés de l'observation, de produire une interprétation nouvelle, à finalité historique; on peut même définir des bases de règles formalisant les processus conduisant à telle ou telle interprétation. Tantôt ils permettent de reconstruire correctement les interprétations contenues dans les sources. C'est ainsi que des expériences ont mis en lumière la différence de perception de l'espace qui existe entre les témoignages antiques et notre perception moderne: par exemple un texte d'hérodote (milieu 5 s. av. J.C.), qui se rapporte au réseau hydrographique de la Thessalie, en Grèce, montre que ce réseau n'est pas perçu comme constitué de tracés linéaires hiérarchisés, le fleuve principal, dénommé de son embouchure à sa source, et ses affluents dont le nom est différent à chaque fois (notre perception actuelle), mais comme un "chevelu" de bras multiples, qui peuvent sans problème recevoir le même nom (parmi bien d'autres, un exemple "fossile" de cette situation dans notre géographie: les deux Sèvres); on mesure quelles conséquences peut avoir cette reconstruction du système de perception et du système toponymique qui en découle, pour notre compréhension de la source antique et pour l'identification des lieux qui s'y trouvent mentionnés. Dans tous les cas il faut assurer que les produits obtenus soient eux-mêmes réintégrables dans le système d'information, par l'indication des paramètres et de la (ou des) source(s) qui ont assuré leur production. PERSPECTIVES Les développements proposés doivent ainsi viser, en se fondant sur les expériences et maquettes déjà en cours de réalisation à la Maison de l'orient et dans le réseau FRANTIQ à partir des principes énoncés ci-dessus, à construire un système d'information pour les sciences de l'antiquité, reproductible dans la même communauté scientifique pour d'autres objets d'étude (par exemple outils préhistoriques, archéologie du paysage, etc.), pouvant servir d'exemple dans d'autres disciplines des sciences humaines et en tout cas de modèle pour des recherches interdisciplinaires complexes. Dans tous les cas il s'agit de diffuser et d'exploiter des savoirs rares, en assurant la pérennité des données primaires, l'intégration des résultats produits dans le système d'information lui-même. 174

La BCD et la lecture au Cycle 3

La BCD et la lecture au Cycle 3 La BCD et la lecture au Cycle 3 Il est à noter qu'au cycle 3, il est indispensable de mettre en œuvre une pédagogie construite de l'accès à une lecture poly fonctionnelle; dans la mise en place de cette

Plus en détail

Compétences du B2i collège et activités documentaires

Compétences du B2i collège et activités documentaires Compétences du B2i collège et activités documentaires Aujourd hui, les activités de recherche documentaire intègrent nécessairement l utilisation de l informatique, du multimédia et de l Internet. Lors

Plus en détail

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES Bilan des compétences INTRODUCTION... 3 LES OBJECTIFS DU BILAN DES COMPETENCES... 3 LE DEROULEMENT DE VOTRE BILAN DES COMPETENCES... 3 LE BILAN DES COMPETENCES DU PROGRAMME...

Plus en détail

Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015. Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3.

Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015. Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3. Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015 Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3.fr Page 2 SOMMAIRE 1. (Pré)Histoire de la Qualité 2. ISO

Plus en détail

18 Informatique graphique

18 Informatique graphique Avant-propos En 1988, les Editions Hermès publiaient un ouvrage intitulé La synthèse d'images, qui présentait un état de l'art de ce domaine de l'informatique, vingt cinq ans environ après l'introduction

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

SEQUENCE 1: LA BOUSSOLE. Objectifs généraux. Résumé du module. Date de la dernière modification : juin 2001 Mention : En débat

SEQUENCE 1: LA BOUSSOLE. Objectifs généraux. Résumé du module. Date de la dernière modification : juin 2001 Mention : En débat Page 1 sur 5 Point du programme Les points cardinaux et la boussole Domaine d'activité : CIEL ET TERRE LA BOUSSOLE CYCLE III Objectifs généraux Qu' est- ce- qu' une boussole? Quel est son principe de fonctionnement?

Plus en détail

CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion

CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion La comptabilité générale (ou comptabilité financière) peut se définir comme une saisie de données pour déterminer : une situation active

Plus en détail

DESSINER UNE FORME QUESTIONS

DESSINER UNE FORME QUESTIONS QUESTIONS Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie le contenu de cette fiche sur une feuille de cours (réponds aux exercices au crayon). Place n :... 01. Qu est-ce que le

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

LES GAULOIS À PORTÉE DE TOUS, UN SIG THÉMATIQUE SUR L'ÂGE DU FER

LES GAULOIS À PORTÉE DE TOUS, UN SIG THÉMATIQUE SUR L'ÂGE DU FER LES GAULOIS À PORTÉE DE TOUS, UN SIG THÉMATIQUE SUR L'ÂGE DU FER Michel Cartereau michel.cartereau @ agroparistech.fr AgroParisTech, UFR d'informatique 16 rue Claude Bernard, F-75231 PARIS CEDEX 05 [logo-agroparistech.png]

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Document 14 Les procédures d élaboration d un plan d évaluation Démarche générale

Document 14 Les procédures d élaboration d un plan d évaluation Démarche générale Les procédures d élaboration d un plan d évaluation Démarche générale Processus d élaboration Tâches pour la réalisation Étape 1 : analyser la cible de formation 1. Caractériser la cible de formation :

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À HULL SERVICE DE LA BIBLIOTHÈQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIONS EN ANIMATION

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À HULL SERVICE DE LA BIBLIOTHÈQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIONS EN ANIMATION UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À HULL SERVICE DE LA BIBLIOTHÈQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIONS EN ANIMATION LE 4 JUILLET 2000 POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIONS EN ANIMATION OBJECTIFS DE LA

Plus en détail

A. Directives générales

A. Directives générales DIRECTIVES POUR DETERMINER SI DES TACHES RELEVENT OU NON D'UN EMPLOI D'ADMINISTRATEUR A. Directives générales 1. Pour déterminer si un poste doit être classé selon la norme-cadre, la première étape consiste

Plus en détail

LA GESTION DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES D après Gestion de l'emploi et évaluation des compétences par Gilbert et Thionville

LA GESTION DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES D après Gestion de l'emploi et évaluation des compétences par Gilbert et Thionville LA GESTION DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES D après Gestion de l'emploi et évaluation des compétences par Gilbert et Thionville 1 LA NOTION DE COMPETENCE Nous conviendrons d'appeler compétences un ensemble

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE Principales formes prises par les formations aux utilisations didactiques de l'ordinateur en mathématiques 1

MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE Principales formes prises par les formations aux utilisations didactiques de l'ordinateur en mathématiques 1 149 Principales formes prises par les formations aux utilisations didactiques de l'ordinateur en mathématiques 1 Jean Bernard ROUX Études pédagogiques de l'enseignement secondaire, Centre d'enseignement

Plus en détail

La taxonomie de Bloom. http://fr.wikipedia.org/wiki/taxonomie_de_bloom#mediaviewer/file:bloomscognitivedomainfr. svg

La taxonomie de Bloom. http://fr.wikipedia.org/wiki/taxonomie_de_bloom#mediaviewer/file:bloomscognitivedomainfr. svg La taxonomie de Bloom http://fr.wikipedia.org/wiki/taxonomie_de_bloom#mediaviewer/file:bloomscognitivedomainfr. svg 1 La taxonomie de Benjamin Bloom (1956) classe les objectifs d'apprentissage du domaine

Plus en détail

Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF

Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF L Intégration de la Performance Energétique dans les Logements Sociaux Numéro de Rapport: Contrat CE : EIE/05/027/SI2.41860 www.epi-soho.eu

Plus en détail

Questions et réponses Révision et mise en oeuvre

Questions et réponses Révision et mise en oeuvre Questions et réponses Révision et mise en oeuvre Pourqoui il nous faut un plan de formation? Quoi est reglé dans le plan de formation? Tableau de leçons, cours interentreprises et procédure de qualification.

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE Nathalie Gormezano Institut Supérieur d Interprétation et de Traduction (Paris) La traduction technique aujourd hui évolue

Plus en détail

Systèmes Décisionnels : Une nouvelle approche du Management des Ressources Humaines

Systèmes Décisionnels : Une nouvelle approche du Management des Ressources Humaines Systèmes Décisionnels : Une nouvelle approche du Management des Ressources Humaines Si constater que la gestion des ressources humaines se complexifie chaque jour davantage relève de la plus grande banalité,

Plus en détail

L'ENSEIGNEMENT DE L'INFORMATIQUE DANS LE SECONDAIRE Curriculum de l'unesco (Paris, 1994)

L'ENSEIGNEMENT DE L'INFORMATIQUE DANS LE SECONDAIRE Curriculum de l'unesco (Paris, 1994) 59 L'ENSEIGNEMENT DE L'INFORMATIQUE DANS LE SECONDAIRE Curriculum de l'unesco (Paris, 1994) Peu à peu l'informatique atteint l'âge adulte et l'émergence de programmes (dans le sens de cursus) d'études

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN GRAPHISME INF-5062-2

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN GRAPHISME INF-5062-2 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN GRAPHISME INF-5062-2 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN GRAPHISME INF-5062-2 OCTOBRE 1996 Direction de la formation générale

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP1 : Analyse et traitement d un dossier Coefficient : 4 - UP1 1 - Contenu Cette épreuve vise l évaluation des compétences du candidat pour sur l analyse et

Plus en détail

Définir les objectifs de formation

Définir les objectifs de formation Définir les objectifs de formation La définition des objectifs de formation est une étape préalable à l'évaluation des formations, qui doit avoir lieu avant de définir le contenu de la formation. Pourtant,

Plus en détail

L apprentissage : une formation en alternance

L apprentissage : une formation en alternance Formation de formateurs en alternance nouvellement recrutés de CFA-BTP Direction de la formation L apprentissage : une formation en alternance L apprentissage permet une insertion progressive des jeunes

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN EXPLORATION DES CHAMPS DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5055-3

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN EXPLORATION DES CHAMPS DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5055-3 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN EXPLORATION DES CHAMPS DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5055-3 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN EXPLORATION DES CHAMPS DE LA

Plus en détail

Ressources Humaines B.A.P.A.

Ressources Humaines B.A.P.A. Ressources Humaines B.A.P.A. FMS, source de valeur complémentaire pour ses clients par l incubation de ses talents & du développement durable de l efficience de ses forces Humaines Entreprise Adaptée Agrément

Plus en détail

Scénario n 1 : CRÉATION D UN DOCUMENT DE COLLECTE DE RESSOURCES EN LIGNE EN CLASSE DE LATIN VIA L OUTIL DE CURATION «SCOOP.IT»

Scénario n 1 : CRÉATION D UN DOCUMENT DE COLLECTE DE RESSOURCES EN LIGNE EN CLASSE DE LATIN VIA L OUTIL DE CURATION «SCOOP.IT» Scénario n 1 : CRÉATION D UN DOCUMENT DE COLLECTE DE RESSOURCES EN LIGNE EN CLASSE DE LATIN VIA L OUTIL DE CURATION «SCOOP.IT» SUJET(S) : Production par les élèves de ressources numériques / Former à la

Plus en détail

Analyse de deux séquences d apprentissage 1

Analyse de deux séquences d apprentissage 1 hs.c om Ce fichier, corrigé du fichier D22, aborde le vaste domaine du traitement de l information, de la gestion de données et des représentations couramment utilisées. Nous vous proposons deux séquences

Plus en détail

Management SMQ. Programme. Système de management en pratique. La planification de la démarche Méthodologie Structure et gestion de projet Les 7 étapes

Management SMQ. Programme. Système de management en pratique. La planification de la démarche Méthodologie Structure et gestion de projet Les 7 étapes Management SMQ Programme Système de management en pratique La planification de la démarche Méthodologie Structure et gestion de projet Les 7 étapes La mise en oeuvre de la démarche L objectif de départ

Plus en détail

CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS

CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS CIBC Artois Ternois 3 rue Abbé Pierre 62000 Arras 03.21.48.17.97 cibcarras@nordnet.fr www.cibcarras.org SOMMAIRE Le Bilan de Compétences La Validation des Acquis de l Expérience

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 ED/BIE/CONFINTED/48/RN Genève, 7 décembre 2007 Original : anglais RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 A. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

Programme en termes de compétences

Programme en termes de compétences Semestre 7 Compétences de base Programme en termes de compétences Concevoir et mettre en œuvre les méthodes d'évaluation Compétences "métiers" Rassembler et analyser la documentation technique et/ou organisationnelle

Plus en détail

CONTEXTE DE LA FORMATION

CONTEXTE DE LA FORMATION CONTEXTE DE LA FORMATION Afin de répondre à l un des Objectifs primordiaux du Millénaire pour le Développement à savoir offrir une éducation de qualité à la jeunesse, le ministère de l éducation de base,

Plus en détail

Analyse des fraudes sur la carte France

Analyse des fraudes sur la carte France Analyse des fraudes sur la carte France Télécom Vincent Lemaire FTR&D/DTL/TIC Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son

Plus en détail

2007/8. Au terme des différentes activités, chaque élève reçoit le recueil de ses travaux.

2007/8. Au terme des différentes activités, chaque élève reçoit le recueil de ses travaux. Des écrits dès la grande section et le CP classe lecture/écriture, école Pasteur, Villejuif 2007/8 La classe lecture-écriture de l école Pasteur de Villejuif consiste en une semaine «banalisée» où une

Plus en détail

Les résultats de l'analyse doivent permettre, au travers de l'analyse de l'activité des opérateurs :

Les résultats de l'analyse doivent permettre, au travers de l'analyse de l'activité des opérateurs : Ergonomie Web Démarche ergonomique L'objectif de l'analyse du travail en ergonomie est de déterminer les connaissances pertinentes pour l'aménagement ergonomique d'une situation de travail. Cela suppose

Plus en détail

Comprendre et expliquer la politique documentaire. à l heure des ENT

Comprendre et expliquer la politique documentaire. à l heure des ENT Comprendre et expliquer la politique documentaire à l heure des ENT Sommaire 1. Introduction (diapositives 3 à 5) 2. Historique (diapositives 6 à 17) 3. Enjeux et caractéristiques d une politique documentaire

Plus en détail

AUTOUR DU LOGICIEL EUCLIDE UN GROUPE RECHERCHE-ACTION AU CAFIP DE DOUAI

AUTOUR DU LOGICIEL EUCLIDE UN GROUPE RECHERCHE-ACTION AU CAFIP DE DOUAI 159 AUTOUR DU LOGICIEL "EUCLIDE" UN GROUPE RECHERCHE-ACTION AU CAFIP DE DOUAI ORIGINE ET PUBLIC Voilà trois ans qu'apparaissait EUCLIDE! Nombreux sont les collègues, qui depuis ont acquis ce logiciel écrit

Plus en détail

BTS DESIGN GRAPHIQUE option A : communication et médias imprimés

BTS DESIGN GRAPHIQUE option A : communication et médias imprimés BTS DESIGN GRAPHIQUE option A : communication et médias imprimés Le BTS Design graphique a pour fondement la conceptualisation et la création de produits de communication au service d un particulier, d

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DES TPE

CARACTERISTIQUES DES TPE Une démarche inscrite dans la durée... CARACTERISTIQUES DES TPE Les TPE fournissent aux élèves le temps de mener un véritable travail, en partie collectif, qui va de la conception à la production achevée.

Plus en détail

Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information

Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information Principes généraux de la démarche d'évaluation De la mesure au jugement : considérations épistémologiques Les outils de l'évaluation Évaluation

Plus en détail

Formation professionnelle TIC Suisse

Formation professionnelle TIC Suisse Formation professionnelle TIC Suisse DIRECTIVES concernant l examen professionnel de: Informaticienne / informaticien 1 en technique des systèmes et réseaux TIC Informaticienne / informaticien en développement

Plus en détail

Rallyes et défis maths. expérimenter pour permettre d apprendre à tous

Rallyes et défis maths. expérimenter pour permettre d apprendre à tous Rallyes et défis maths expérimenter pour permettre d apprendre à tous 1 - L activité mathématique dans un rallye - Une démarche d apprentissage avant tout - Expérimenter en maths - Modalités de mise en

Plus en détail

CHARTE INTERNATIONALE POUR LA GESTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (1990)

CHARTE INTERNATIONALE POUR LA GESTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (1990) CHARTE INTERNATIONALE POUR LA GESTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (1990) Préparée par le Comité International pour la Gestion du Patrimoine Archéologique (ICAHM) et adoptée par la 9ème Assemblée Générale

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER L ÉPREUVE DE SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE

CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER L ÉPREUVE DE SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER L ÉPREUVE DE SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER L ÉPREUVE DE SCIENCES EXPÉRIMENTALES

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Génie analytique. Master en génie analytique

Profil professionnel. Section : Génie analytique. Master en génie analytique Section : Génie analytique Page 1/8 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

Evaluation des enseignants Tableau comparatif

Evaluation des enseignants Tableau comparatif Evaluation des enseignants Tableau comparatif Vous trouverez ci dessous un tableau comparatif concernant le décret lié à l'appréciation de la valeur professionnelle et à l'avancement des enseignants, accompagné

Plus en détail

Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf

Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf ANALYSE PÉDAGOGIQUE ET DIDACTIQUE Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf Critères 1. Développement de l autonomie dans l apprentissage des élèves Évaluation Passif 1 2 3

Plus en détail

L intelligence économique au service de la veille stratégique

L intelligence économique au service de la veille stratégique L intelligence économique au service de la veille stratégique Thème de l intervention de Monsieur Tawfik MOULINE, Directeur Général de l Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES) à la journée organisée

Plus en détail

La ligne du temps au primaire : guide de l enseignant

La ligne du temps au primaire : guide de l enseignant La ligne du temps au primaire : guide de l enseignant Niveau et discipline : troisième cycle du primaire en univers social. Intention éducative : orientation et entreprenariat : appropriation des stratégies

Plus en détail

Le mémoire en master 2 MEEF

Le mémoire en master 2 MEEF 2014-2015 Le mémoire en master 2 MEEF Métiers de l'enseignement, de l'education et de la Formation 1 Ce document de cadrage est destiné aux étudiants et aux équipes enseignantes mais il peut comporter

Plus en détail

Le Cadre européen commun de référence pour les langues

Le Cadre européen commun de référence pour les langues Le Cadre européen commun de référence pour les langues Bibliographie Beacco J.-C. (2005) : Niveau A1 pour le français : un référentiel, Paris, Didier Beacco J.-C., Bouquet S., Porquier R. (2004) : Le niveau

Plus en détail

Observatoire des DPE

Observatoire des DPE GUIDE UTILISATEUR Version. du 15/06/2010 Page 1/32 Sommaire : 1. PREAMBULE 3 2. INTRODUCTION 3 3. TROUVER UN DPE 6 4. RECHERCHER UN DIAGNOSTIQUEUR 8 5. SIMULER UN DPE 10 5.1. Description générale des types

Plus en détail

Si la fiche de fabrication est l'écrit plébiscité en classe, il en existe bien d'autres...exemples...

Si la fiche de fabrication est l'écrit plébiscité en classe, il en existe bien d'autres...exemples... Si la fiche de fabrication est l'écrit plébiscité en classe, il en existe bien d'autres...exemples... NB. : Ces cadres ne sont pas aux bonnes dimensions pour un usage direct en classe. Recherche documentaire

Plus en détail

Création d un diagramme de constellation

Création d un diagramme de constellation CADRE CANADIEN D ANALYSE DES INCIDENTS Création d un diagramme de constellation 2012 Institut canadien pour la sécurité des patients Tous droits réservés. Une permission est accordée par les présentes

Plus en détail

UP : Unified Process

UP : Unified Process UP : Unified Process 1 UP : Unified Process Table des matières 1DÉFINITION... 2 1.1UP est itératif... 2 1.2UP est centré sur l'architecture...2 1.3UP est piloté par les cas d'utilisation d'uml... 2 2VIE

Plus en détail

TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS.

TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS. TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS. Éveline Charmeux Françoise Monier-Roland Claudine Barou-Fret Michel Grandaty ISBN 2 84117 830 7 www.sedrap.fr Sommaire Remarques d ensemble

Plus en détail

En pratique, la synthèse d'image 3D se décompose essentiellement en deux principales étapes, la modélisation et le rendu.

En pratique, la synthèse d'image 3D se décompose essentiellement en deux principales étapes, la modélisation et le rendu. Principe des logiciels de modélisation 3D Sources principales : http://fr.wikipedia.org/wiki/infographie_tridimensionnelle http://anim3dvideo.free.fr/mainmenue/index.php?option=com_content&view=article&id=68:definitioninfographie-3d&catid=35:definition-general&itemid=100

Plus en détail

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod.

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013 Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. Des élèves qui sont «contre l école». Elle leur est un appui. Tout en ayant des capacités de

Plus en détail

Les établissements expérimentaux

Les établissements expérimentaux Les établissements expérimentaux Introduction Une école, un collège, un lycée expérimental sont des établissements d'enseignement qui bénéficient d'un statut dérogatoire à des fins d'expérimentation et

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Titre du projet Préparation de la communication du robot Auteurs Niveau Partie de programme

Titre du projet Préparation de la communication du robot Auteurs Niveau Partie de programme La réalisation de «kits robots» en 3 ème (partie distribution) et ComAO. Cette séquence propose un exemple d intégration de la partie «Réalisations Assistées par Ordinateur» dans la partie «Diffusion de

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ Une production du 2009 Réseau de recherché en santé des populations du Québec TABLE DES MATIÈRES Contexte...3 1. But poursuivi

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

La boussole : sommaire du module

La boussole : sommaire du module LE CIEL ET LA TERRE LA BOUSSOLE Point du programme Les points cardinaux et la boussole COMPLEMENTS Fiche connaissance Malle Programmation Télécharger au format PDF 88 KO Qu'est-ce-que ça prouve? Objectifs

Plus en détail

REFERENTIEL NORMATIF du CNES

REFERENTIEL NORMATIF du CNES REFERENTIEL NORMATIF du CNES Référence : Méthode et Procédure DEMARCHE D'ANALYSE DU LOGICIEL Annexe Technique de la MP RNC-CNES-Q-80-529 APPROBATION Président du CDN ; date et nom : Page i.1 PAGE D'ANALYSE

Plus en détail

TYPOLOGIE DU LOGICIEL ÉDUCATIF. Robert Bibeau Chef du service logiciel Montréal, 1994

TYPOLOGIE DU LOGICIEL ÉDUCATIF. Robert Bibeau Chef du service logiciel Montréal, 1994 L'école informatisée clés en main du Québec inc. 1996 600, rue Fullum, 8e étage Montréal (Québec), H2K 4L1 Téléphone: (514) 873-7678 Télécopieur: (514) 864-1948 E-Mail: bibeaur@grics.qc.ca http://www.grics.qc.ca/cles_en_main

Plus en détail

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S PRESENTATION DU DESIGN D'ESPACE Le BTS DESIGN D ESPACE met en interaction la richesse des contenus relatifs à plusieurs

Plus en détail

Brevet informatique et internet : domaine 1

Brevet informatique et internet : domaine 1 Brevet informatique et internet : domaine 1 s s Un environnement informatique permet d'acquérir, stocker, traiter des données codées pour produire des résultats. Les environnements informatiques peuvent

Plus en détail

COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010

COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010 COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010 Conduite avec ou sans opérateur en Viabilité Hivernale? Pour la CFDT : - Gwénaëlle L HUILIERE (DIR EST), - Patrick GROSROYAT

Plus en détail

LES CONNAISSANCES ASSOCIEES

LES CONNAISSANCES ASSOCIEES LES CONNAISSANCES ASSOCIEES F 1 : / / Clas 1.1 Conduite d'un de Compétence générale : C11 Préparer le de 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur -

Plus en détail

Pour un socle de la licence de MATHEMATIQUES

Pour un socle de la licence de MATHEMATIQUES Pour un socle de la licence de MATHEMATIQUES Société Mathématique de France Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles Société Française de Statistique Contexte général Afin d éviter de trop

Plus en détail

DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE

DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE Règles générales pour la rédaction d'un rapport scientifique P. Ott, Ph. Sutter Rapport LTT - 95-19 LABORATOIRE DE THERMIQUE APPLIQUéE

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe III Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe III Définition des épreuves Annexe III Définition des épreuves EP1 : Épreuve professionnelle liée au contact avec le client et/ou l usager Coefficient : 4 Objectif de l épreuve : Cette épreuve vise à apprécier la maîtrise des techniques

Plus en détail

Projet ACTO. Assistant de Collecte de Témoignages et d'observations

Projet ACTO. Assistant de Collecte de Témoignages et d'observations Projet ACTO Assistant de Collecte de Témoignages et d'observations PROJET ACTO (Assistance à la Collecte de Témoignages et d' Observations) Présentation du projet L'idée première de cette application va

Plus en détail

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri. Plan du cours. Problématique du Génie Logiciel

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri. Plan du cours. Problématique du Génie Logiciel Hassan El Mansouri 1 Plan du cours Cycle de développement, cycle de vie, cahier des charges Patrons de conception Programmation par composants, réutilisation de composants Gestion des exceptions Stratégies

Plus en détail

Préparation au concours Sésame

Préparation au concours Sésame Préparation au concours Sésame Domaine : PACIFI Titre : Préparation au concours Sésame 2 élèves Objectifs : Former des élèves à l épreuve de synthèse propre au concours Sésame Préparer les élèves aux entretiens

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

IMAGE NUMERIQUE : TRAITEMENT- REALISATION D UN PROJET PERSONNEL

IMAGE NUMERIQUE : TRAITEMENT- REALISATION D UN PROJET PERSONNEL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION IMAGE

Plus en détail

Agir pour différencier

Agir pour différencier Agir pour différencier Mettre en valeur toutes les formes d intelligence et toutes les aptitudes Pour En Faire réussir tous les élèves de manière à ce que les connaissances, capacités et attitudes de chacun

Plus en détail

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 1- LES CONDITIONS DE MISE EN OEUVRE PÉDAGOGIQUE DES TPE : LES DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE 2- LES TPE : DES ENJEUX D ENCADREMENT FORTS* 3- QUELLE ÉVALUATION?* 1- LES CONDITIONS

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail Fiche conseil n 1 POLITIQUE 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 EMAS 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale SST OHSAS 18001 4.2 : Politique de

Plus en détail

Où est le photographe?

Où est le photographe? Où est le photographe? Type d outil : Activité d apprentissage visant à développer la construction de repères pour se situer, situer des lieux et se déplacer. Auteur(s) : Véronique Couvreur, enseignante

Plus en détail

DISPOSITIF DEMAIN EN MAIN

DISPOSITIF DEMAIN EN MAIN DISPOSITIF DEMAIN EN MAIN Identification de l'établissement Code : Nom : Adresse : Complément : Boîte postale : TLPU113 LYCEE JEAN MONNET Nom du cef de l'établissement : Code postal & ville : Télépone

Plus en détail

LA GRILLE D ÉVALUATION DANS ERASMUS + Action Clé 1 : Projet de mobilité pour l enseignement scolaire

LA GRILLE D ÉVALUATION DANS ERASMUS + Action Clé 1 : Projet de mobilité pour l enseignement scolaire LA GRILLE D ÉVALUATION DANS ERASMUS + Action Clé 1 : Projet de mobilité pour l enseignement scolaire Vous trouverez ci-dessous la grille d évaluation sur la base de laquelle votre sera évalué (modèle commenté

Plus en détail

Qu est ce que le RÉCIT en formation professionnelle?

Qu est ce que le RÉCIT en formation professionnelle? Qu est ce que le RÉCIT en formation professionnelle? Réseau de personnes-ressources pour le développement des compétences des élèves par l intégration des technologies Qu est-ce que les TIC? Technologies

Plus en détail

Annexe au guide «Subventionnement d'offres de formation continue. Guide à l'usage des prestataires»

Annexe au guide «Subventionnement d'offres de formation continue. Guide à l'usage des prestataires» Annexe au guide «Subventionnement d'offres de formation continue. Guide à l'usage des prestataires» Formations subventionnées de par leurs thèmes spécifiques (article 77 ODFOP)) Les formations portant

Plus en détail