Si cet ne s affiche pas correctement, merci de cliquer ici

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Si cet email ne s affiche pas correctement, merci de cliquer ici"

Transcription

1 Si cet ne s affiche pas correctement, merci de cliquer ici Par Gilles DUTHIL Président de l' SilverLife En finir avec les barrières d'âge François BAR O IN a pré se nté le 6 avril de rnie r e n C onse il de s Ministre s un proje t de loi re latif au m aintie n e n fonctions au-de là de la lim ite d âge de s hauts-fonctionnaire s nom m é s dans de s e m plois à la dé cision Gouve rne m e nt (pré fe ts, am bassade urs, re cte urs, dire cte urs d adm inistration ce ntrale ). Ainsi ce s hautsfonctionnaire s pourront re ste r e n activité jusqu à 69 ans. Pour le s autre s fonctionnaire s, dans le cadre de la ré form e de s re traite s de 2010, la lim ite d âge doit passe r progre ssive m e nt à 67 ans. Avant ce tte ré form e, un fonctionnaire atte ignant la lim ite d âge de 65 ans de vait im m é diate m e nt quitte r se s fonctions. Dé rogation é tait possible pour le s profe sse urs d e nse igne m e nt supé rie ur jusqu à 67 ans e t le s profe sse urs au C ollè ge de France jusqu à 70 ans. Dans le s e ntre prise s nationalisé e s, la rè gle e st e ncore diffé re nte, fonction de s ré gim e s spé ciaux. Ainsi, par le dé cre t n janvie r 2010, le gouve rne m e nt a fix é à 65 ans la lim ite d âge à laque lle la SNC F (ou la R ATP) pourra m e ttre le s age nts e n re traite d office. Du côté se cte ur privé, la situation e st é gale m e nt com ple x e. Jusqu'e n 2003, e t la loi FILLO N sur le s re traite s, la m ise à la re traite à l'initiative de l'e m ploye ur pouvait inte rve nir dè s le s 60 ans à condition toute fois que le salarié dispose nom bre de trim e stre s re quis. De puis le dé cre t 30 dé ce m bre 2008, l e m ploye ur ne pe ut m e ttre un salarié à la re traite d office que si ce lui-ci a atte int 70 ans. Pour le s indé pe ndants (artisans, com m e rçants, profe ssions libé rale s), il n y pas, hors de s obligations de com pé te nce s profe ssionne lle s, d âge m ax im al d activité. La France e st une e t indivisible, m ais le droit au travail au-de là de 60 ans n e st pas le m ê m e pour tous se lon que vous ê te s haut-fonctionnaire, profe sse ur d unive rsité, fonctionnaire, salarié d une e ntre prise nationalisé e, salarié d une e ntre prise privé e, ou indé pe ndant. Plutôt que de m ultiplie r le s dé rogations, ne faudrait-il pas e n finir ave c ce s barriè re s d âge d ordre public d un autre te m ps? Christophe AXEL répond à nos questions. Gérant de la société AXEL SERVICE Membre réseau Toutadomservices Nouvel adhérent à l' Silverlife Pouvez-vous présenter votre activité? Je suis Dire cte ur d'une age nce de se rvice s à dom icile, situé e à Lagny, e n ré gion parisie nne de puis Nous offrons de s se rvice s de prise e n charge de s pe rsonne s âgé e s e t ce la re pré se nte e nviron 40% de notre activité. Nos se rvice s pour le s se niors couvre nt la pré paration de s re pas, l'aide à la toile tte au le ve r e t au couche r, le s course s de prox im ité, l'activité de garde -m alade (sauf soins), m ais aussi la stim ulation inte lle ctue lle e t la prom e nade d'anim aux de com pagnie. Nous offrons é gale m e nt de s se rvice s s'adre ssant aux actifs : pour la m aison d'abord, ave c l'aide à l'e ntre tie n de l'habitat, l'aide à l'e ntre tie n linge, m ais aussi pour le s e nfants ave c le s garde s d'e nfants (sortie s d'é cole, bain, dîne r) e t le soutie n scolaire assuré par de s profe sse urs à la re traite. Quelles initiatives innovantes avez-vous lancé? J'ai ré alisé une é tude conce rnant nos bé né ficiaire s afin de dé te rm ine r que lle s é taie nt le urs activité s e ntre m e s passage s e t j'ai dé couve rt qu'ils é taie nt souve nt isolé s. Nous avons donc lancé un se rvice inform atique pour que le s pe rsonne s âgé e s organise nt le urs journé e s. Nous le ur appre nons l'usage d'inte rne t pour com m unique r autre m e nt que par le té lé phone ave c le urs fam ille s parfois é loigné e s gé ographique m e nt. Nous organisons é gale m e nt de s pe tite s sortie s via le ne t, au cours de sque lle s nous accom pagnons e t e ncadrons le s pe rsonne s âgé e s. Mon but e st ré e lle m e nt de cré e r lie n social via le ne t. Nous avons é gale m e nt dé ve loppé une ce llule «Jardin Plus», toujours dans l'obje ctif d'accom pagne r le s bé né ficiaire s. Il s'agit de de la cré ation e t de l'e ntre tie n de potage rs à l'anné e. Le s ré sultats d'une é tude que j'ai m e né e ont, e n e ffe t, m ontré que de nom bre use s pe rsonne s âgé e s avaie nt un potage r e t ne pouvaie nt plus s'e n occupe r.

2 pouvaient plus s'en occuper. Quel est votre intérêt pour l' Silverlife? Je suis intéressé par tout ce qui concerne le vieillissem ent afin de déterm iner des axes de travail pour améliorer la prise en charge des personnes âgées. J'ai égalem ent besoin d'avoir des inform ations, suivre des travaux, colloques, sources de réflexion pour m e développer. Quels sont vos projets? Je réfléchis actuellement au lancement d'un hébergement spécial sur le thème de la colocation pour les seniors. En effet, de nombreux seniors sont seuls et 90% des logements ne sont pas adaptés à leur âge. Or, aujourd'hui, il n'existe que deux alternatives : soit rester au dom icile, avec les avantages et les inconvénients que cela implique, soit le placement en maison de retraite, qui est rarement un choix. >>www.toutadom services.com << Réforme de la dépendance : les points de réflexion de Pascal TERRASSE Député SRC et Président Conseil Général d Ardèche Propos recueillis par Bruno RIVALS En préambule, je souhaiterais préciser que, dans les 20 ans qui viennent, la population des personnes âgées dépendantes va certes augm enter, m ais de m anière m oins im portante en proportion par rapport à l évolution dém ographique générale. C est principalem ent après les années que se posera réellem ent le problèm e de la dépendance. Si l on regarde donc jusque là, la vraie question à se poser est la suivante : quel pourcentage PIB les Français sont-ils prêts à consacrer pour prendre en charge la dépendance? Encore faut-il définir, au plan sémantique, cette notion? Parle-t-on seulement des actes de la vie quotidienne ou plus globalement de tout ce qui a trait à une chaîne allant des ces AVQ jusqu à l hébergement lui-même? De mon point de vue, dès qu il y a incapacité ou plus exactement que la personne n est plus autonome, il convient de parler de dépendance, que cela concerne un jeune handicapé, un alte handicapé ou un indivi âgé. Je réfute donc la barrière d âge les fameux 60 ans ainsi que toute modification GIR 4. Autre point important : la partie soins doit être sortie budget dépendance ; en effet une personne âgée dépendante coûte autant qu une personne non dépendante ; l agrégat de ces différents budgets ne concourt qu à renvoyer une image tronquée en termes de chiffrages. A partir de ces considérations une question unique se pose : dans quel cadre fait-on rentrer le financement de la dépendance public ou privé ; indiviel ou collectif? Je suis partisan d un cadre assurantiel financé de manière prépondérante par un collectif public, sans être totalem ent opposé à ce que les personnes qui en ont les m oyens souscrivent une com plém entaire (m utuelles, prévoyance ). Concrètement, en se basant sur les statistiques actuelles, le besoin de financement complémentaire pour la dépendance est de l ordre de 3 milliards d euros avec une augmentation annuelle de 50 % à partir de Après , il faudra envisager un véhicule assurantiel spécifique. Ce que j attends des spécialistes, notam m ent les actuaires, ce sont des projections et des propositions pour assurer le financement de ce véhicule assurantiel, avec un système de sortie soit en rente soit en capital. Tous les membres de l (à jour de leur cotisation) reçoivent chaque semaine une revue de presse des meilleurs articles ou contributions sur le 5ème risque. >> Pour recevoir la revue de presse << Parallèlem ent à la revue de presse, l Silverlife diffuse à ses m em bres une veille politique et parlementaire sur le, la dépendance et le vieillissem ent qui passe en revue, tous les 15 jours, l actualité des débats à l Assem blée Nationale et au Sénat, les projets et propositions de loi déposés, les différentes com m issions ou m issions parlem entaires qui travaillent sur ces sujets, les questions des divers parlementaires >> Pour recevoir (gratuitement) le dernier numéro de la veille parlementaire << Petit-déjeuner débat le jeudi 5 mai 2011 de 9h30 à 11h00 Arnaud MONTEBOURG : "Le 5ème risque, le choix de la solidarité" Pour am éliorer la prise en charge des personnes âgées, le Parti Socialiste vient de s'engager à ce que chaque personne âgée confrontée à la dépendance puisse décider de son mode de vie en fonction de ses aspirations et de sa situation. Quelles sources nouvelles de recettes fiscales? Quelles responsabilités pour les collectivités locales? Quelle place pour les complémentaires? Arnaud MONTEBOURG, candidat à l'élection présidentielle, Secrétaire National à la Rénovation, Député et Président Conseil Général de Saône-et-Loire sera l'invité de l' lors d'un

3 petit-déjeuner débat. Animateur Bruno RIVALS. Le nombre de places disponibles est limité. Date et lieu Le jeudi 5 mai 2011 De 9h30 à 11h00 (accueil à partir de 9 heures) Salons Cercle Républicain - 5 avenue de l'opéra Paris Plan d'accès Métro station Pyramides ou Palais Royal - Parking Pyramides Inscriptions Frais de participation 60 euros TTC (adhérents 45 euros TTC), voir bulletin ci-dessous.les frais d'inscription sont im putables au budget form ation. Ils com prennent la participation et le petit-déjeuner. >> S'inscrire << Conférence «Les seniors un marché à conquérir?», suivie d'un cocktail. Le jeudi 5 mai 2011 de 8h30 à 11h30, au Cercle Républicain, 5, avenue de l'opéra Celle-ci a pour objectif de : Perm ettre aux m utuelles et aux assureurs de prendre en com pte, sans réticences, une part im portante de la population française, De les mobiliser plus fortement sur des opérations de prévention et d accompagnement à l égard des seniors. De leur apporter des éléments de réflexion sur une approche globale monde des seniors, De leur fournir des informations sur les travaux en cours sur la dépendance. Afin de leur donner des clés pour bien communiquer avec les seniors, KFR Conseil (spécialisé en assurance de la personne), GALEA & associés (services actuariels pour la gestion de vos risques et de vos régimes de protection sociale) et ADIS (Association de défense des intérêts des seniors) ont décidé de réunir autour d eux des spécialistes de ce marché tant des points de vue général, assurantiel, services et prévention. Quelles sont les attentes des seniors en matière de mutuelle? Les attentes des seniors en matière d assurance santé sont comme toute personne, de bénéficier d une couverture santé répondant à ses besoins en termes de prestations, et de services associés, le tout dans un budget approprié. Leurs attentes s exprim ent tout particulièrem ent à un m om ent clé de leur vie, le départ à la retraite. En effet, le futur retraité voit à ce moment sa couverture collective s arrêter et doit la rem placer par une autre, de type indivielle. Le loi Evin prévoit ce cas de figure et perm et dans un premier temps au nouveau retraité de conserver le même niveau de garantie avec un tarif «contenu». Le senior ne m anquera pas néanm oins de com parer son contrat santé et d opter pour celui qui représentera à ses yeux le meilleur compromis entre le prix, des garanties appropriées et un niveau de service suffisant, notamment ceux liés à la prévention. Les seniors sont-ils un enjeu pour les mutuelles aujourd hui? Les enjeux représentés par le m arché des seniors pour les assureurs sont essentiellem ent liés aux élém ents dém ographiques qui vont faire segm ent des seniors le plus im portant dans les années à venir, d un point de vue quantitatif en assurance indivielle. Tous les acteurs de l assurance vont se m obiliser pour être présents sur ce m arché. C est le segm ent de m arché qui connaitra le taux de croissance (> 30%) le plus élevé en assurance de personne dans les années à venir. C est une opportunité de développem ent pour les m utuelles et la question est réellem ent de savoir comment aborder ces problématiques, dont la dépendance. Il faut réfléchir à des solutions adaptées aux seniors, tout en étant soum is à l évolution de la réglem entation. Contact: Mylène FAURE-BEGUET Calendrier Président /Délégué général Ci-après les rencontres faites par le Président et/ou le Délégué Général au nom de l en mars er mars 2011 Paris Florence LUSTMAN Pilote plan Alzheimer 2008/ mars Paris Thierry LEMAIRE Directeur développement et gestion APRIA 2 mars Paris Edith HEURGON co-directrice Codirectrice Centre culturel international de Cerisy-la-salle 4 mars Paris Nicolas MOREAU DG AXA France 5ème risque 4 mars Paris Hugues BRUNET Délégué général HESAM

4 4 mars Paris Béatrice HERBERT chargée de mission ANIL Logem ent 7 mars Paris Hugues VIDOR directeur général ADESSADom icile, Paulin LLECH Vice- Président délégué FEDESAP Services à la personne 8 mars Paris Marie-Béatrice LEVAUX Présidente FEPEM Services à la personne 9 mars Paris Etienne CANIARD Président FNMF 5ème risque 10 mars Paris Alain TOURDJMAN Directeur des études et prospective BPCE 14 mars Paris Laurent TRUPIN Président d ESL Network Bruxelles 14 mars Paris Denis PIERRE PDG NORMIND Technologies 15 mars Paris Jean-Michel BUDET Gestions hospitalières 16 mars Paris Gilles COSSIC Directeur des assurances de personnes FFSA 16 mars Paris Hugues de JOUVENEL Président de FUTURIBLES 18 mars Paris Gordon KRIEF, Président groupe Professions libérales, rapporteur général com m ission, CESE (conseil économ ique social et environnem ental) 21 mars Paris Michel FAGNANI fondateur CMK-EVAL 5ème risque 21 mars Paris Isabelle DEBRE Sénateur des Hauts de Seine 22 mars Paris Arm and DHERY Directeur ESG, Alain LEON, Laurent TRAN VAN LIEU STUDIALIS 22 mars Paris Michelle BACHELEY 23 mars Paris Philippe MARINI Sénateur de l Oise 5ème risque 23 mars Paris Frédéric LEFEBVRE secrétaire d'état, chargé Com m erce, de l'artisanat, des PME, Tourism e, des services, des Professions libérales et de la Consom m ation 24 mars Paris Valérie ROSSO-DEBORD Députée de Meurthe et Moselle 24 mars Paris Séminaire Protection Sociale organisé par FUTURIBLES 25 mars Paris Eric MOUCHEL Président SENIORS FUTURUM Logem ent 31 mars Rennes Sém inaire organisé par la CCI Bretagne sur TIC & Seniors Calendrier des commissions et groupes de travail Prochaines dates

5 5ème risque et financement de la dépendance 22 avril, 13 mai, 27 mai 24 juin de 8h30 à 10h00 Vieillissement actif 4 mai, 15 juin, 7 septembre, 19 octobre à 10h00 Comité Internet 10 mai 12h Conseil d administration 28 avril 12h Assemble générale 7 juillet Adhérer à l en 3 étapes : Adhésion en ligne sur rubrique adhérer 4, rue Cirque PARIS M Cham ps-elysées Clém enceau ou Franklin Roosevelt Parking public à proxim ité Tel : Centre de ressources et salles de réunion accessibles sur rendez-vous. Lettre d information de l SilverLife (centre de recherche sur l économie vieillissement, association loi 1901 à but non lucratif) Directeur de publication : Gilles DUTHIL Rédacteur en chef : Virginie TASSO Ont participté : Bruno RIVALS Réalisation : Ad tatum

Servir les plus fragiles Par Gilles Duthil, Président de l'institut

Servir les plus fragiles Par Gilles Duthil, Président de l'institut Si cet email ne s affiche pas correctement, merci de cliquer ici Servir les plus fragiles Par Gilles Duthil, Président de l'institut Un colloque a é té organisé à Toulouse le s 24 e t 25 janvie r 2009

Plus en détail

spé cialisé s, e t de la que stion du finance m e nt de ce s se rvice s par la colle ctivité.

spé cialisé s, e t de la que stion du finance m e nt de ce s se rvice s par la colle ctivité. Si cet email ne s affiche pas correctement, merci de cliquer ici Par Gilles DUTHIL Président de l'institut SilverLife Charges de famille 1 «Le s fam ille s, l État, le s colle ctivité s locale s, le s

Plus en détail

Il convient de rem arquer que :

Il convient de rem arquer que : Les liens sont inactifs sur cette page Imprimer la page en cliquant ici! Auteur Victor DAVIDOVICI Titre Date De l'utilisation du coefficient de com portem ent Édition novem bre 2001 (I) Il est connu que

Plus en détail

L indic e des prix et la c om pt abilit é nat ionale sous-est im ent la hausse des loyers

L indic e des prix et la c om pt abilit é nat ionale sous-est im ent la hausse des loyers I N S T I T U T PO U R U N D EV ELOPPEM EN T D U RA B LE Centre d études et de recherches associé aux Amis de la Terre-Belgique Rue des Fusillés, 7 1340 OTTIGNIES Tél. : 010/41.73.01 E- mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

CONFÉRENCE PARLEMENTAIRE SUR LA SILVER ECONOMY

CONFÉRENCE PARLEMENTAIRE SUR LA SILVER ECONOMY CONFÉRENCE PARLEMENTAIRE SUR LA SILVER ECONOMY «silver economy» : quelles perspectives de développement de la filière pour favoriser le bien vieillir? mardi 10 juin 2014 paris maison de la chimie présidée

Plus en détail

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &KDSLWUH/DPpWKRGHHWOHPRGqOHFRPSWDEOH L enregistrem ent des flux économ iques en com ptabilité doit se faire en respectant un principe fondam ental : OHSULQFLSHGHODSDUWLHGRXEOH.

Plus en détail

ALORS COMMENT FAIRE? Les liens sont inactifs sur cette page

ALORS COMMENT FAIRE? Les liens sont inactifs sur cette page Les liens sont inactifs sur cette page Imprimer la page en cliquant ici! Auteur Michel CAZENAVE / Francis GUILLEMARD Titre Date Maillage optim um des élém ents de plaques pour la construction Édition janvier

Plus en détail

Débats animés par Thierry GUERRIER, journaliste politique...

Débats animés par Thierry GUERRIER, journaliste politique... QUELLES (R)ÉVOLUTIONS EN MATIÈRE DE PRÉVOYANCE? MARDI 29 SEPTEMBRE 2015 I MAISON DE LA CHIMIE CONFÉRENCE Isabelle LE CALLENNEC* Députée de l Ille-et-Vilaine Secrétaire de la Commission Jean-Patrick GILLE*

Plus en détail

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900)

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) La dépendance 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) 2 DÉFINITION ENJEUX ET IMPACTS EVOLUTIONS POINT DE VUE POLITIQUE POURQUOI 1 ASSUREUR? LA SILVER

Plus en détail

N ET ICA. STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015

N ET ICA. STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015 STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015 1 N ET ICA Union natic inale des Experts traducteurs interprètes près les cours d appel Siège : c/o Certex, 31 rue du Rocher - 75008 Paris De

Plus en détail

Environnement de l Investissement en TUNISIE

Environnement de l Investissement en TUNISIE Institut Multilatéral d'afrique (IMA) Joint Africa Institute (JAI) World Bank Séminaire sur les services financiers et commerciaux à l intention des PME, Tunis, Tunisie, du 11 au 14 décembre 2006 Agence

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE : LES RÉFORMES DE 2016.

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE : LES RÉFORMES DE 2016. 2 ÈME ÉDITION MATINALES SUR LES COMPLÉMENTAIRES SANTÉ PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE : LES RÉFORMES DE 2016. MERCREDI 16 DÉCEMBRE 2015 MAISON DE LA CHIMIE PRÉSIDÉES PAR Jean-Pierre DOOR Député du Loiret

Plus en détail

Le tableau de bord du logement dans le département de l'ain

Le tableau de bord du logement dans le département de l'ain Direction départementale des territoires Service Habitat et Construction Mars 212 Le tableau de bord du logement dans le département de l'ain DÉPARTEMENT DE L'AIN / 1/16 Historique des versions du document

Plus en détail

M. Lennarth JOHANSSON

M. Lennarth JOHANSSON Jeudi 28 septembre Atelier 3.1 M aladie d Alzheim er Etudes et pratiques M. Lennarth JOHANSSON Directeur de recherche Commission nationale de santé et de bien-être (National board of health and welfare)

Plus en détail

L épargne en france : un atout pour la croissance?

L épargne en france : un atout pour la croissance? 22ES RENCONTRES PARLEMENTAIRES SUR l épargne et la fiscalité Présidées par Philippe Marini Sénateur de l Oise, président de la commission des Finances Karine Berger* Députée des Hautes-Alpes, chargée de

Plus en détail

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Objectifs : Au cours de la dern ière ann ée d études, les cand idats ayant v alidé la to talité de s enseignements théoriques et

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Soucieux de parvenir à un développement durable fondé sur un équilibre harmonieux entre les besoins sociaux, l économie et l environnem ent ;

Soucieux de parvenir à un développement durable fondé sur un équilibre harmonieux entre les besoins sociaux, l économie et l environnem ent ; Recommandation CM/Rec(2008)3 du Comité des Ministres aux Etats mem bres sur les orientations pour la m ise en œuvre de la Convention européenne du paysage (adoptée par le Com ité des Ministres le 6 février

Plus en détail

Sommaire. Village partenaires p. 4. Finale du Startup Contest p. 5. Micro-conférences p. 6. Tables rondes p. 7

Sommaire. Village partenaires p. 4. Finale du Startup Contest p. 5. Micro-conférences p. 6. Tables rondes p. 7 P R O G R A M M E Sommaire Village partenaires p. 4 Finale du Startup Contest p. 5 Micro-conférences p. 6 Tables rondes p. 7 Informations pratiques, contact et partenaires p.8 Edito Incroyable ferveur

Plus en détail

ENSTA IN204 Introduction à JAVA

ENSTA IN204 Introduction à JAVA ENSTA IN204 Introduction à JAVA Olivier Sigau d LIP6/ Anim atlab olivier.sigau d@lip 6.fr 01.44.27.88.53 Ce document est mis à votre disposition par l'ensta sous couvert de la licence "Creative Commons"

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

INFORMATIQUE, BIENS, MATÉRIAUX, STRUCTURES ET BÂTIMENTS

INFORMATIQUE, BIENS, MATÉRIAUX, STRUCTURES ET BÂTIMENTS RECHERCHE D om aine des sciences pures Les professions des sciences pures sont em ent axées sur la recherche. Elles englobent tout le secteur des sciences fondam entales que sont la physique, la chim ie,

Plus en détail

Maîtriser les dispositions de la CCNIE n 3100 (import-export)

Maîtriser les dispositions de la CCNIE n 3100 (import-export) CATALOGUE DES FORMATIONS COMMERCE DE GROS 2015 DROIT SOCIAL Le + de CGI campus : 5 Maîtriser les dispositions de la CCNIE n 3100 (import-export) Une analyse détaillée et opérationnelle de la convention

Plus en détail

FNAR et UFR-rg. Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable

FNAR et UFR-rg. Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable FNAR et UFR-rg Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable Qui sommes-nous Pourquoi se mobiliser Questions d actualité Nos propositions

Plus en détail

Séminaire stratégique France-Maroc Programme détaillé du séminaire Fiche de renseignements du participant

Séminaire stratégique France-Maroc Programme détaillé du séminaire Fiche de renseignements du participant Séminaire stratégique France-Maroc Programme détaillé du séminaire Fiche de renseignements du participant Paris, du 13 au 16 mai 2013 2 Lundi 13 mai 9h00 9h45 Ouverture du séminaire à Versailles, en présence

Plus en détail

C O N T A C T P R E S S E

C O N T A C T P R E S S E D O S S IER D E P R ES S E - BIEN VIEILLIR DANS LA DRÔM E un nouveau service pour les personnes âgées et leurs proches C O N S E IL G É N É R A L D E L A D R Ô M E - C É L IN E R O U P IO Z 1 SOM M AIRE

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRES SANTÉ

COMPLÉMENTAIRES SANTÉ COMPLÉMENTAIRES SANTÉ Quels enjeux et perspectives pour notre système de santé? JEUDI 25 SEPTEMBRE 2014 I MAISON DE LA CHIMIE Présidée par Pascal TERRASSE Député de l Ardèche Membre de la Commission des

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR L OBSERVATOIRE DES E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES A LA D UNE INTERNET ASSURANCE SANTÉ SUR PUBLIÉ PAR QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier, filiale d Alptis Assurances.

Plus en détail

Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien

Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien Les processus de recrutement de personnel au sein du MSPP : La nécessité de mieux

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Jeudi 10 mai 2012 Mardi 15 mai 2012 Mercredi 23 mai 2012 Introction Les enjeux de

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1C REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. De Souza D ias M agistrat désigné Le Tribunal adm inistratif de Paris M m e B arrois de Sarigny R apporteur public

Plus en détail

Réforme des retraites

Réforme des retraites Réforme des retraites DIJON 22102010 1 % Les retraites dans l UE - Le contexte 70 Source : Eurostat, July 2006 Taux de dépendance des personnes âgées ratio [65 ans et + / 15 à 64 ans] 60 Le contexte démographique

Plus en détail

Politique du logement

Politique du logement conférence parlementaire «logement & habitat» Politique du logement quel engagement pour créer un «choc d 'offre?» jeudi 10 avril 2014 Maison de la chimie présidée par Olivier CARRÉ Député du Loiret Premier

Plus en détail

19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne

19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne 19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne Organisées et présidées par Philippe MARINI Sénateur de l Oise Rapporteur général de la Commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à projet d étude

Cahier des charges pour un appel à projet d étude Cahier des charges pour un appel à projet d étude Etude portant sur la faisabilité du déploiement de Serious Games sur les terminaux mobiles et/ou fixes pour la formation des salariés de la vente en jardinerie.

Plus en détail

Séminaire gouvernance Comité Entente

Séminaire gouvernance Comité Entente Séminaire gouvernance Comité Entente 19 mars 2015 10h à 16h En présence des membres du Comité d Entente suivants : AFM, AIRe, APF, ASBH, CESAP, CFHE, CFPSAA, CLAPEAHA, APAJH, FFAIMC, FFDys, FNATH, France

Plus en détail

Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI:

Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI: Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI: METTRE EN EVIDENCE LES CONDITIONS DE REUSSITE DE LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE A L ENSEMBLE DES SALARIES,

Plus en détail

complémentaire santé?

complémentaire santé? Comment conduire la complémentaire santé? L avenir se prépare aujourd hui Anne Marion Le 18 décembre 2013 Quiz introductif if Les questions à se poser La fiscalité Unéo s acquitte maintenant, comme toutes

Plus en détail

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES Struc ture é c onom ique Un s e c te ur dom iné par le s TPE Le secteur du déménagement est caractérisé par son faible degré de concentration et son atomisation.

Plus en détail

La SARL. De 1 a 100 associe s (l EURL peut e tre unipersonnelle)

La SARL. De 1 a 100 associe s (l EURL peut e tre unipersonnelle) La mise en place d une activite ne cessite une maîtrise parfaite du cadre juridique de la cre ation d entreprise. Nous proposons un re capitulatif des deux principales formes de socie te s (la SARL et

Plus en détail

~~~~~~~ Le taux de transfert et les tem ps de réponses des inform ations à partir de ses serveurs ne sont pas garantis par Planet-Work.

~~~~~~~ Le taux de transfert et les tem ps de réponses des inform ations à partir de ses serveurs ne sont pas garantis par Planet-Work. PLAN ET- W ORK ~~~~~~~ CON DI TI ON S GEN ERALES 1) Accès aux services Planet-Work s engage à rendre ses serveurs et ceux de ses clients accessibles sur I nternet 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, sauf

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

SALON NATIONAL DU CENTRE-VILLE

SALON NATIONAL DU CENTRE-VILLE EME 2 SALON NATIONAL DU CENTRE-VILLE INNOVER DYNAMISER ANIMER PALAIS DES CONGRÈS DE DIJON JEUDI 3 ET VENDREDI 4 JUILLET 2014 WWW.CENTRE-VILLE.ORG LE 2 EME SALON CENTRE-VILLE EXPO EST ORGANISÉ DANS LE CADRE

Plus en détail

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants :

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants : Ma rie -Noë lle Vande rhove n Conseiller Dé part e m e nt affaire s s ociale s T +3 2 2 5 1 5 0 8 6 5 F mnv@vbo-feb.be CIRCULAIRE MNV/ Vv E Assujet t issement à l ONSS de t out es les ind e m nit é s p

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II JEUDI 20 MARS 2014 Les défis du Pilier 2 : Contrôle Interne et ORSA Manifestation organisée par en partenariat avec Le déblocage du processus européen

Plus en détail

L essentiel de la mutuelle en 20 questions-réponses

L essentiel de la mutuelle en 20 questions-réponses L essentiel de la mutuelle en 20 questions-réponses Le 10 Décembre 2010, la Sous-Commission des Conventions et Accords de la Commission Nationale de la Négociation Collective a émis un avis favorable à

Plus en détail

Connaissances nécessaires Recommandation 1

Connaissances nécessaires Recommandation 1 Établissem ent de la relation thérapeutique Connaissances nécessaires Recommandation 1 L infirmière doit acquérir les connaissances nécessaires afin de participer d une manière efficace aux relations thérapeutiques.

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

5 e rencontre nationale Centre de conférences Pierre Mendès-France, Paris-Bercy

5 e rencontre nationale Centre de conférences Pierre Mendès-France, Paris-Bercy 5 e rencontre nationale Centre de conférences Pierre Mendès-France, Paris-Bercy ARTISANAT ET PETITES ENTREPRISES, Transformer les attentes environnementales, sociales et de consommation en leviers de développement

Plus en détail

17, rue Perrochel - B.P. 64-62201 BOULOGNE SUR MER CEDEX. - Tél. Fax. : 03.21.33.91.07.

17, rue Perrochel - B.P. 64-62201 BOULOGNE SUR MER CEDEX. - Tél. Fax. : 03.21.33.91.07. ASSOCIATION DE GESTION AGRÉÉE DES PROFESSIONS LIBERALES STATUTS (Modifiés par l'assemblée Générale Extraordinaire du 05 juin 2008) 17, rue Perrochel - B.P. 64-62201 BOULOGNE SUR MER CEDEX. - Tél. Fax.

Plus en détail

JOURNEES NATIONALES FNOGEC

JOURNEES NATIONALES FNOGEC Dossier d inscription JOURNEES NATIONALES FNOGEC 33 e édition Mobilisons tout le réseau des OGEC pour faire de ce temps fort un succès! 21 & 22 mars 2015 Maison de la Mutualité 75005 Paris Date limite

Plus en détail

LEADER France Assemblée Générale Ordinaire 2013. Le 01 octobre 2014 au Nouveau Siècle à Lille (59)

LEADER France Assemblée Générale Ordinaire 2013. Le 01 octobre 2014 au Nouveau Siècle à Lille (59) LEADER France Assemblée Générale Ordinaire 2013 Le 01 octobre 2014 au Nouveau Siècle à Lille (59) Ordre du jour de l Assemblée statutaire 1 - Rapport Moral 2 - Bilan dʼ activité et financier 2013 3 - Proposition

Plus en détail

CH AUFFAGE A TECH NOLOGIE LASER

CH AUFFAGE A TECH NOLOGIE LASER AVRIL2007 w w w.le xin.fr Econom ie s d'éne rgie (Cop3) Diffusion rapide de la ch ale ur Plus de trace s noire s Sile ncie ux e t sans ode ur Sans risq ue Gain de place Pe rsonnalisation Insta lation facile

Plus en détail

2 e rencontre annuelle Adéis

2 e rencontre annuelle Adéis Clichés réalisés au fil de la rencontre Vendredi 15 novembre 2013 2 e rencontre annuelle Adéis «Bienvenue à la Maison de la Mutualité pour cette seconde rencontre Adéis. Isabelle Gounin-Levy Journaliste

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la L association Demain est souscriptrice de la plupart des contrats d assurance santé, prévoyance et retraite assurés par Groupama Gan Vie et distribués par Gan Assurances. Gan Evolution Santé, Gan Alterego

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU LOGEMENT 2011

OBSERVATOIRE DU LOGEMENT 2011 OBSERVATOIRE DU LOGEMENT 2011 Les 3 et 4 janvier 2011 Résultats détaillés Nexity Contacts TNS Sofres : TNS Sofres a choisi d utiliser du papier 100% recyclé Stratégies d'opinion Laurence BEDEAU / Sarah

Plus en détail

Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes

Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes Assemblée Générale UDAMAD 6 juin 2011 SMS - 6 juin 2011 1 Questionnements autour

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION 2015 NOTICE D INFORMATION Chirurgien dentiste Rachat d années d études supérieures et d années civiles validées Informations pratiques Depuis la loi Fillon du 21 aou t 2003, deux nouvelles possibilite

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S 23 P A R C D E L A B R È C H E R E G L E M E N T I N T E R I E U R PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S ART.1 - DEFINITION

Plus en détail

AudioVideoCours - Client, Documentation développeur

AudioVideoCours - Client, Documentation développeur AudioVideoCours - Client, Documentation développeur http://audiovideocours.u-strasbg.fr Le présent docum ent est régulièrem ent m is à jour en ligne à l'adresse: http://docs.google.com /Doc?id=dgqhgsgm

Plus en détail

MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME

MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME Mercredi 19 MARS 2014 Paris MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME Un an après l ANI, comment se positionner efficacement sur ces marchés 4 e édition État des lieux d une population hétérogène en constante évolution

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

Enquête sur les ressources humaines auprès des entreprises du site Euroméditerranée

Enquête sur les ressources humaines auprès des entreprises du site Euroméditerranée Enquête sur les ressources humaines auprès des entreprises du site Euroméditerranée Présentation 01 07 2008 Isabelle Vibert Françoise Marin Olivier Paradon Pôle Sud-Est Les Jardins du Prado, 67 avenue

Plus en détail

accompagner la nouvelle croissance et servir ses entreprises

accompagner la nouvelle croissance et servir ses entreprises accompagner la nouvelle croissance et servir ses entreprises Les acteurs de l'avenir énergétique Le Syndicat des énergies renouvelables accompagne les entreprises de toute taille et les représente auprès

Plus en détail

ACCOMPAGNER LA NOUVELLE CROISSANCE et servir ses entreprises

ACCOMPAGNER LA NOUVELLE CROISSANCE et servir ses entreprises ACCOMPAGNER LA NOUVELLE CROISSANCE et servir ses entreprises Les acteurs de l'avenir énergétique Le Syndicat des énergies renouvelables accompagne les entreprises de toute taille et les représente auprès

Plus en détail

Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives

Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives Evaluation de la SdF des logiciels de contrôle-commande à la RATP Bilan et perspectives Pierre CHARTIER Atelier de Qualification des Logiciels 17 juin 2003 PLAN La sécurité du logicielà la RATP Le processus

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance

Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance Sommaire 1 Contexte / préoccupations des Français 2 Des Français concernés par la dépendance des personnes âgées

Plus en détail

COLLOQUE DÉCLIN OU RENFORCEMENT DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA CITOYENNETÉ? JEUDI 22 MAI 2014. 9h00 17h00. Palais D Iéna Paris 16

COLLOQUE DÉCLIN OU RENFORCEMENT DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA CITOYENNETÉ? JEUDI 22 MAI 2014. 9h00 17h00. Palais D Iéna Paris 16 COLLOQUE JEUDI 22 MAI 2014 @ f 9h00 17h00 Palais D Iéna Paris 16 DÉCLIN OU RENFORCEMENT DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA CITOYENNETÉ? ÉDITORIAL Les réseaux traditionnels d échanges, d entraide, de solidarité,

Plus en détail

Convention d entreprise n 86

Convention d entreprise n 86 relative au régime de remboursement de frais de santé collectif et obligatoire du personnel de la société des Entre la Société, représentée par M. Josiane Costantino, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

Préparation au concours d attaché territorial. Fiche Actualité. La dépendance

Préparation au concours d attaché territorial. Fiche Actualité. La dépendance La dépendance Questions sociales - Avril 2011 Perspectives de la réforme de la dépendance La dépendance des personnes âgées : La perte d autonomie liée au grand âge, qualifiée de dépendance, n est pas

Plus en détail

MODUVÉO PRO. Indépendant et prévoyant > DES GARANTIES POUR SÉCURISER VOS REVENUS ET CEUX DE VOTRE FAMILLE EN CAS DE COUPS DURS

MODUVÉO PRO. Indépendant et prévoyant > DES GARANTIES POUR SÉCURISER VOS REVENUS ET CEUX DE VOTRE FAMILLE EN CAS DE COUPS DURS Indépendant et prévoyant > DES GARANTIES POUR SÉCURISER VOS REVENUS ET CEUX DE VOTRE FAMILLE EN CAS DE COUPS DURS Lorsqu une maladie ou un accident survient, ce que vous avez construit peut être mis en

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

M ANUEL QUALITE PAGES SA HYGIENE SECURITE ENVIRONEMENT PAGE 1 SUR 26 1.5 27/12/07 P.MERCURI V.PAGES MQHSE V1.5

M ANUEL QUALITE PAGES SA HYGIENE SECURITE ENVIRONEMENT PAGE 1 SUR 26 1.5 27/12/07 P.MERCURI V.PAGES MQHSE V1.5 HYGIENE SECURITE ENVIRONEMENT PAGE 1 SUR 26 1.5 27/12/07 P.MERCURI V.PAGES VERSION DATE REDIGE PAR VISA APPROUVE PAR VISA HYGIENE SECURITE ENVIRONEMENT PAGE 2 SUR 26 SOMMAIRE PRESENTATION DE LA SOCIETE

Plus en détail

Syndicat National de la Banque et du crédit

Syndicat National de la Banque et du crédit Syndicat National de la Banque et du crédit Affilié à la Confédération Française de l Encadrement - CGC FORMATION SYNDICALE 1er semestre 2013 Constructif Libre Professionnel Apolitique SNB/CFE-CGC 2, rue

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

COMMENT LA TECHNOLOGIE NUMÉRIQUE PEUT-ELLE AMÉLIORER LE SYSTÈME DE SANTÉ? MARDI 7 AVRIL 2015 MAISON DE LA CHIMIE MATINALES DE L ÉCONOMIE SANTÉ ET

COMMENT LA TECHNOLOGIE NUMÉRIQUE PEUT-ELLE AMÉLIORER LE SYSTÈME DE SANTÉ? MARDI 7 AVRIL 2015 MAISON DE LA CHIMIE MATINALES DE L ÉCONOMIE SANTÉ ET COMMENT LA TECHNOLOGIE PEUT-ELLE AMÉLIORER LE SYSTÈME DE SANTÉ? MATINALES DE L ÉCONOMIE SANTÉ ET MARDI 7 AVRIL 2015 MAISON DE LA CHIMIE PRÉSIDÉES PAR Pascal TERRASSE Député de l Ardèche Vice-président

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

Assurance Perte d Emploi des dirigeants. Support de présentation des principales caractéristiques de l offre

Assurance Perte d Emploi des dirigeants. Support de présentation des principales caractéristiques de l offre Assurance Perte d Emploi des dirigeants Support de présentation des principales caractéristiques de l offre 1 Présentation du produit Principe 3 Offre AXA.. 6 Comment souscrire? 12 Annexe. 15 2 Qui est

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à projet d étude

Cahier des charges pour un appel à projet d étude 1 Cahier des charges pour un appel à projet d étude Besoins des TPE agricoles en matière de diagnostic et de conseil pour gérer les compétences et les qualifications de leurs salariés. FAFSEA National

Plus en détail

SANTE DES SALARIES : Vos obligations en tant qu employeur

SANTE DES SALARIES : Vos obligations en tant qu employeur OM SPORT DIJON Jeudi 22 octobre 2015 SANTE DES SALARIES : Vos obligations en tant qu employeur Olivier BARON Crédit Mutuel Marché des Professionnels AU PROGRAMME L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI)

Plus en détail

Séance Plénière du Conseil Econom ique et Social de Lorraine - 4 j uin 2 0 0 8

Séance Plénière du Conseil Econom ique et Social de Lorraine - 4 j uin 2 0 0 8 Mobilités- transports, regard, analyse, propositions du CES Lorraine Séance Plénière du Conseil Econom ique et Social de Lorraine - 4 j uin 2 0 0 8 1 2 Som m aire Préam bule... 5 PARTI E 1 1. La suite

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr 447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr NOTRE MÉTIER, l hébergement touristique. Le SNRT regroupe l essentiel des exploitants professionnels

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La dépendance Organisée par : Mutualité Française délégation départementale des Bouches-du-Rhône, URIOPSS PACA, PSP-Pôle Services à la Personne-PACA, CRESS PACA Date & Lieu

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 F-2-07 N 110 du 10 OCTOBRE 2007 DISPOSITIONS PARTICULIERES (BIC) CHARGES SOCIALES DE L EXPLOITANT INDIVIDUEL - COMMENTAIRE DE L ARTICLE 58 DE

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail