Politique des services d aide à la vie autonome pour les personnes âgées à risque élevé, 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique des services d aide à la vie autonome pour les personnes âgées à risque élevé, 2011"

Transcription

1 à risque élevé, 2011 Programme révisé de logements avec services de soutien pour les personnes âgées frêles ou ayant une déficience cognitive Janvier 2011 Ministry of Health and Long Term Care Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

2 Table des matières 1.0 Énoncé de la politique Objectifs/Mesures Harmonisation avec la politique ALSSH Législation pertinente Services d aide à la vie autonome Critères d admissibilité Caractéristiques d une personne âgée à risque élevé Maximums établis pour les services Emplacement des services : zones géographiques désignées Rôles et responsabilités pour la prestation des services Les attentes à l égard des principales fonctions liées à la prestation des services Participation des clients, préférences et consentement Aiguillage et prise en charge Évaluation des besoins Admissibilité Disponibilité des services d aide à la vie autonome et listes d attente Conception d un programme de services pour le client Coordination des services Réexamen des soins requis Stratégie de mise en congé Qualifications des organismes agréés Mesures de protection des clients Processus de plainte et d appel Litiges locatifs et dissociation des services Financement Financement des services d aide à la vie autonome Normes de rapports Redistribution des fonds Gestion de la performance Responsabilisation Gestion de la performance Page 2

3 14.3 Calendrier de gestion de la performance des RLISS Processus d examen de la politique Annexe 1 : Liste des services d aides familiales, de soutien à la personne et de services professionnels Annexe 2 : Acronymes Page 3

4 1.0 Énoncé de la politique La Politique des services d aide à la vie autonome pour les personnes âgées à risque élevé, 2011 (la «politique») a été conçue en réponse aux besoins des personnes âgées à risque élevé qui peuvent résider à leur domicile et ont besoin de services de soutien à la personne et d aides familiales 24 heures sur 24. La politique entre en vigueur le 1 er janvier Cette politique met à jour et remplace les dispositions du document Assisted Living Services in Supportive Housing Policy, 1994 (la «politique ALSSH 1994») qui concernent les personnes âgées frêles ou ayant une déficience cognitive et ne s appliquera qu aux nouveaux demandeurs à compter du 1 er janvier La politique ALSSH 1994 continuera de s appliquer aux personnes âgées frêles ou ayant une déficience cognitive qui reçoivent des services en vertu de ses dispositions le 31 décembre 2010 et qui ne remplissent pas les critères d admissibilité prévus pour les personnes âgées à risque élevé dans la nouvelle politique. Cette dernière n a pas d incidence sur les dispositions de la politique ALSSH 1994 concernant les personnes ayant un handicap physique, une lésion cérébrale acquise, le syndrome d immunodéficience acquise (sida) ou le virus d immunodéficience humaine (VIH). La population ciblée regroupe les personnes âgées à risque élevé dont les besoins ne peuvent être comblés de manière économique à travers les services de soins à domicile et de soins communautaires, fournis uniquement lors de visites régulières, mais qui n ont pas besoin d admission dans un foyer de soins de longue durée (FSLD). L intention de la présente politique est de : permettre aux collectivités de veiller pleinement aux besoins des personnes âgées à risque afin qu elles puissent rester en toute sécurité à leur domicile; multiplier les possibilités de soins communautaires économiques et accessibles; réduire l utilisation superflue et évitable des hôpitaux, résorber les temps d attente dans les services de soins actifs, diminuer l utilisation des salles d urgence et l admission dans les FSLD; donner aux réseaux locaux d intégration des services de santé (RLISS) la souplesse nécessaire pour s adapter à l évolution des soins que les clients réclament; renforcer, dans chaque RLISS, les services d aide à la vie autonome et ainsi créer un continuum de soins plus fonctionnel pour les personnes âgées à risque de l Ontario. Les services à fournir en vertu de la présente politique englobent le soutien à la personne, les services d aides familiales, la coordination des soins et les services de surveillance ou de réconfort (les «services d aide à la vie autonome»). Pour recevoir ces services, le demandeur doit répondre aux critères d admissibilité énoncés dans la Page 4

5 politique. Les personnes recevant des services d aide à la vie autonome peuvent également avoir droit aux services professionnels des centres d accès aux soins communautaires (CASC). Les personnes bénéficiant de services d aide à la vie autonome recevront au total un maximum de 180 heures par mois de soutien à la personne, de services d aides familiales et de services professionnels (voir les définitions de ces services à l Annexe 1). Les personnes qui ont besoin de soins excédant le maximum établi au titre des services d aide à la vie autonome devront éventuellement être placées dans un FSLD ou un milieu de soins plus complexes. Les personnes en attente d une place dans un FSLD peuvent recevoir de leur CASC un soutien à la personne et des services d aides familiales qui dépassent les maximums habituels établis par les CASC pour ces services. Les services d aide à la vie autonome seront fournis par des organismes agréés pour la fourniture de ces services en vertu de la Loi de 1994 sur les services de soins à domicile et les services communautaires (LSSDSC) anciennement la Loi de 1994 sur les soins de longue durée. Les organismes agréés offriront ces services conformément à la LSSDSC, à ses règlements d application, ainsi qu à toutes les politiques ministérielles pertinentes. Ils sont financés par les RLISS en tant que fournisseurs de services de santé en vertu de la Loi de 2006 sur l intégration du système de santé local. Les services d aide à la vie autonome font partie du continuum de soins illustré dans la Figure 1. Page 5

6 Figure 1: Soutien et soins infirmiers sur place 24 heures sur 24 Services fréquents de soutien à la personne avec visites au cours d une période de 24 heures et soins imprévus requis Soins prévus Fréquence des Services Les personnes en attente d une place en FSLD reçoivent du CASC des services de soutien à la personne et d aides familiales qui dépassent les maximums habituels Á la maison avec Home services with de Support soutien Services d aide à la vie autonome pour les personnes âgées àrisqueélevé Faible Moyen Élevé Long- Soutien- illimité d un CASC Foyer de soins de longue durée (FSLD) Très Élevé Soins infirmiers Nursing care Surveillance/soutien - de première main 24 heures surmedication 24 pour les management AIVQ Gestion des médicaments Urgence et Intensité des services Soins prévus: Visites à domicile Guidance pous les AIVQ Services professionnels Soutien social Aide pour la prise des médicaments Soins actifs épisodiques Soinsprévuset imprévus: Soutien <<juste à temps>> pour les soins à la personne urgents Services essentiels d aides familiales Soutien social AIVQ Guidance pour la prise des médicaments Liaison avec des services professionnels pour les affections chroniques Page 6

7 2.0 Objectifs/Mesures La présente politique sera évaluée sur la mesure dans laquelle elle contribue à : réduire le nombre de visites non nécessaires ou évitables de personnes âgées à risque élevé aux salles d urgence; réduire l admission non nécessaire ou évitable de personnes âgées à risque élevé en FSLD; accroître le nombre de personnes âgées à risque élevé qui obtiennent congé de l hôpital sans désignation «autre niveau de soins» (ANS); réduire la durée du séjour hospitalier des personnes âgées à risque élevé après désignation «ANS»; réduire le temps d attente pour la destination suivant la mise en congé pour les personnes âgées à risque élevé qui vivent dans la collectivité; prolonger le temps que les personnes âgées à risque élevé peuvent continuer à vivre en toute sécurité à leur domicile après leur sortie de l hôpital. Consulter la section 14.0 (Gestion de la performance) pour plus de précisions sur la façon dont ces objectifs et ces mesures devront être évalués. 3.0 Harmonisation avec la politique ALSSH 1994 Cette politique met à jour et remplace les dispositions du document Assisted Living Services in Supportive Housing Policy, 1994 (la «politique ALSSH 1994») qui concernent les personnes âgées frêles ou ayant une déficience cognitive et ne s appliquera qu aux nouveaux demandeurs à compter du 1 er janvier La politique ALSSH 1994 continuera de s appliquer aux personnes âgées frêles ou ayant une déficience cognitive qui reçoivent des services en vertu de ses dispositions le 31 décembre 2010 et qui ne remplissent pas les critères d admissibilité prévus pour les personnes âgées à risque élevé dans la nouvelle politique. Cette dernière n a pas d incidence sur les dispositions de la politique ALSSH 1994 concernant les personnes ayant un handicap physique, une lésion cérébrale acquise, le syndrome d immunodéficience acquise (sida) ou le virus d immunodéficience humaine (VIH). Elle renferme des dispositions nouvelles ou mises à jour dans les domaines suivants : les critères d admissibilité des personnes âgées frêles ou ayant une déficience cognitive (désormais appelées «personnes âgées à risque élevé»); l emplacement des services; les rôles et responsabilités relevant de la coordination des soins; les protocoles et les attentes en matière de services de surveillance ou de réconfort; les exigences à remplir par les organismes agréés; les responsabilités dans les principales fonctions de la prestation des services; Page 7

8 les exigences législatives et réglementaires. La présente politique maintient les dispositions concernant : les services de soutien à la personne et d aides familiales comme principaux services d aide à la vie autonome; l agrément, par le ministère, de locaux situés dans des immeubles désignés pour la fourniture de services d aide à la vie autonome. 4.0 Législation pertinente Les organismes agréés pour la fourniture de services d aide à la vie autonome en vertu de la présente politique se conformeront à toutes les lois pertinentes et à leurs règlements d application, notamment : la Loi de 1994 sur les services de soins à domicile et les services communautaires, L.O. 1994, chap. 26; la Loi de 2001 sur les sociétés d accès aux soins communautaires, L.O. 2001, chap. 33; la Loi de 2006 sur l intégration du système de santé local, L.O. 2006, chap. 4; la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé, L.O. 1996, chap. 2, annexe A; Loi de 1992 sur la prise de décisions au nom d autrui, L.O. 1992, chap. 30; la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé, L.O. 2004, chap. 3, annexe A; la Loi de 1998 sur les commissions d appel et de révision du ministère de la Santé et des Soins de longue durée 1, L.O. 1998, chap. 18, annexe H. 5.0 Services d aide à la vie autonome Les services suivants sont les services d aide à la vie autonome qui sont proposés aux personnes âgées à risque élevé : 1. Services de soutien à la personne 2, notamment: pansements, hygiène corporelle, aide à la mobilité, aide et surveillance pour la prise de médicaments et autres activités de la vie courante. Ces services doivent être offerts sans interruption (24 heures sur 24, sept jours sur sept), tant lorsqu ils sont prévus que lorsqu ils ne le sont pas. 1 Pour accéder aux lois de l Ontario, aller à e-laws 2 Voir à l Annexe 1 la liste complète des services de soutien à la personne et d aides familiales ou se reporter aux paragraphes 2 (5) et 2 (6) de la LSSDSC. Page 8

9 2. Services d aides familiales, notamment: magasinage, ménage et préparation des repas, autant de tâches qui sont nécessaires pour garder les personnes âgées à leur domicile mais qu il leur est impossible d exécuter sans compromettre leur sécurité. Ces services doivent être offerts sans interruption (24 heures sur 24, sept jours sur sept), tant lorsqu ils sont prévus que lorsqu ils ne le sont pas. 3. Services de surveillance ou de réconfort, notamment: visites pour assurer la santé ou la sécurité des clients. Les services proposés ici seront fournis pour répondre aux besoins individuels des clients selon leur état de santé ou leur environnement. Ces services doivent être offerts sans interruption (24 heures sur 24, sept jours sur sept), tant lorsqu ils sont prévus que lorsqu ils ne le sont pas. 4. Coordination des soins, notamment: coordination de tous les éléments contribuant aux soins des clients. Le rôle de coordination des soins comprendra l évaluation des besoins du demandeur, la détermination de son admissibilité en fonction des critères énoncés dans la présente politique, ainsi que l élaboration, le réexamen, l évaluation et la révision d un programme de services lié à la prestation de services d aide à la vie autonome (section 10). La coordination des soins comprendra une communication régulière et continue avec les CASC, les organismes de services de soutien communautaire, les services sociaux et de loisirs communautaires, les professionnels des soins de santé primaires communautaires (p. ex., médecins généralistes, équipes de santé familiale, services gériatriques et psychogériatriques, services de santé mentale et services de soins palliatifs), ainsi qu avec les organismes fournissant des aides aux personnes handicapées, des appareils et des accessoires fonctionnels et du matériel d assistance à domicile. La coordination des soins comprendra également l établissement de relations de travail efficaces avec les autres organismes de services sociaux et de santé de la zone de service désignée (voir la section 8.0) et le soutien des réseaux sociaux des clients et des fournisseurs de soins. Ceci nécessitera éventuellement une planification des besoins anticipés pour l avenir en matière de soins de santé, en collaboration avec le client et l établissement de liaisons avec d autres services pour aider à assurer la continuité des soins. 6.0 Critères d admissibilité Un organisme agréé fournira des services d aide à la vie autonome uniquement si la personne remplit les critères d admissibilité suivants : 1. Elle est une personne assurée en vertu de la Loi sur l assurance-santé; 2. Elle requiert un soutien à la personne et les services d une aide familiale 24 heures sur 24, ainsi que des soins qui ne peuvent être comblés uniquement dans le cadre des visites prévues. La personne devra recevoir des services fréquents, urgents et intenses tels que définis ici : Page 9

10 services fréquents signifie que la personne a des besoins qui peuvent nécessiter des visites tout au long de la journée; services urgents signifie que la personne a des préoccupations qui justifient une réponse prompte qui ne peut pas attendre d être prévue; services intenses signifie que l état ou la situation de la personne exige du personnel une attention individuelle directe pour répondre à ses besoins; 3. la personne présente les caractéristiques d une personne âgée à risque élevé décrites au tableau 1 de la présente politique (section 6.1); 4. la personne n est pas en attente d une place dans un FSLD; 5. la personne réside dans une zone de service désignée qui est approuvée par le RLISS (section 8.0) mais, dans cette zone, ne réside pas dans une maison de soins au sens où l entend la Loi de 2006 sur la location à usage d habitation 3 ; 6. la personne est capable de rester en toute sécurité à son domicile entre les visites; 7. la personne ne nécessite pas l accès immédiat ou 24 heures sur 24 à des soins infirmiers ou autres services professionnels; 8. le domicile de la personne est aménagé d une façon qui permet d y fournir les services requis; 9. le risque pour un fournisseur y dispensant des services de subir un préjudice corporel grave dans l exercice de ses fonctions n est pas important ou, s il l est, le fournisseur de services est capable de prendre des mesures raisonnables pour réduire ce risque au minimum. 6.1 Caractéristiques d une personne âgée à risque élevé Les organismes agréés utiliseront l outil d évaluation commun InterRAI pour déterminer si un demandeur de services d aide à la vie autonome présente les caractéristiques d une personne âgée à risque, décrites ci-après dans le tableau 1. 3 Ce critère ne s applique pas aux personnes résidant dans des immeubles à logements avec services de soutien qui sont désignés comme maisons de soins au sens où l entend la Loi de 2006 sur la location à usage d habitation, p. ex., Legion Village Inc., succursale 133 (Cobourg), et Alpha House (Windsor). Page 10

11 Tableau 1 Caractéristiques d une personne Champ d incapacité ou âgée à risque élevé d intensité Doit présenter toutes les caractéristiques suivantes dans le champ d incapacité ou d intensité désigné Difficultés dans les activités instrumentales Élevé à très élevé de la vie quotidienne (AIVQ) Difficultés dans les activités de la vie Léger à modéré quotidienne (AVQ) Déclin du réseau social ou fardeau Élevé à très élevé ingérable pour le fournisseur de soins ET, Doit présenter au moins deux des caractéristiques suivantes dans le champ d incapacité ou d intensité désigné Affections chroniques multiples qui fluctuent Au moins deux affections qui (p. ex., hypertension, arthrite, diabète, démontrent une fragilité ou une douleur chronique, insuffisance cardiaque déficience cognitive congestive, pathologie de la parole et aphasie, troubles mentaux et problèmes de toxicomanie) Chutes Occasionnel à fréquent Gestion d une médication complexe Au moins trois médicaments État de santé autodéclaré Médiocre à mauvais Utilisation du système de santé Élevé à très élevé ET, SI la personne éprouve au moins l un des problèmes suivants, la ou les difficultés fonctionnelles doivent se situer dans le champ d incapacité ou d intensité indiqué Incontinence Léger à modéré (gérable) Troubles du comportement ou de l humeur Léger à modéré (gérable) Incapacité cognitive Léger à modéré (gérable) Page 11

12 7.0 Maximums établis pour les services Les personnes bénéficiant de services d'aide à la vie autonome recevront au total un maximum de 180 heures par mois de soutien à la personne, de services d'aides familiales et de services professionnels 4. Pour que le niveau de soins du client reste dans les limites du maximum établi pour les services d aide à la vie autonome, l organisme agréé doit noter toutes les heures de services professionnels fournies par un CASC (le cas échéant). 8.0 Emplacement des services : zones géographiques désignées Exception faite des maisons de soins ci-dessous, les personnes âgées à risque élevé qui sont admissibles n accéderont aux services d aide à la vie autonome à leur domicile que si elles résident dans une zone de service désignée (également appelée «carrefour»). Les clients peuvent résider dans le carrefour dans plusieurs cadres différents. Ces cadres sont notamment les logements du secteur privé ou à but non lucratif tels que les maisons unifamiliales, les maisons en rangée, les copropriétés, les coopératives de logement ou les immeubles de logement social et appartements traditionnels. Cependant, les personnes âgées à risque élevé qui résident dans une maison de soins au sens de la Loi de 2006 sur la location à usage d habitation n ont pas droit à des services d aide à la vie autonome 5. Chaque RLISS sera chargé de déterminer et d approuver le ou les carrefours dans sa zone de service. Un carrefour est désigné comme tel si le RLISS détermine que la zone de service remplit les critères suivants : Sécurité : la zone de service compte des organismes agréés dotés de ressources suffisantes pour répondre aux appels non prévus de clients qui nécessitent dans l immédiat un soutien à la personne, les services d une aide familiale et des services de surveillance ou de réconfort. Les RLISS détermineront le délai d intervention sécuritaire que les organismes agréés devront respecter pour minimiser les préjudices à l endroit des clients. Qualité : la zone de service compte des organismes agréés qui sont capables d attirer et de conserver suffisamment de préposés aux services de soutien à la personne pour atteindre un effectif prévisible et fiable et ainsi assurer la continuité des services et la qualité des soins aux clients. 4 Seuls les CASC sont agréés pour fournir des services professionnels. 5 Ce critère ne s applique pas aux personnes résidant dans des immeubles à logements avec services de soutien qui sont désignés maisons de soins au sens de la Loi de 2006 sur la location à usage d habitation, p. ex., Legion Village Inc., succursale 133 (Cobourg), et Alpha House (Windsor). Page 12

13 Intégration des services : la zone de service comptera des organismes agréés qui sont prêts à établir des liaisons avec les fournisseurs de services de soins primaires existants. Efficacité : la zone de service aura un nombre suffisant de personnes âgées à risque élevé pour pouvoir réaliser des économies de fonctionnement par rapport aux autres modalités de prestation de services possibles (p. ex., les soins collectifs et les soins en établissement). 9.0 Rôles et responsabilités pour la prestation des services Cette section est actuellement en cours d élaboration. Un complément d orientation stratégique du MSSLD suivra Les attentes à l égard des principales fonctions liées à la prestation des services 10.1 Participation des clients, préférences et consentement Les organismes agréés fourniront aux clients, à leurs mandataires spéciaux, le cas échéant, et aux personnes désignées par eux le droit de participer pleinement à la conception, à l évaluation et à la modification d un programme de services 6. Si un client est mentalement incapable, les décisions concernant la fourniture de services d aide à la vie autonome peuvent être prises en son nom par son mandataire spécial. Les organismes agréés prendront également en compte les préférences du client fondées sur des considérations ethniques, spirituelles, linguistiques, familiales et culturelles dans la conception, l évaluation et la révision du programme de services du client 7. Aucune disposition de la LSSDSC n autorise un organisme agréé à évaluer les exigences d une personne, à déterminer son admissibilité ou à lui fournir un service communautaire sans le consentement de cette personne ou celui de son mandataire spécial, le cas échéant 8. 6 Paragraphe 22 (4) de la LSSDSC. 7 Paragraphe 22 (6) de la LSSDSC. 8 Paragraphe 22 (7) de la LSSDSC. Page 13

14 10.2 Aiguillage et prise en charge La personne peut s orienter elle-même vers les services d aide à la vie autonome ou y être adressée par un hôpital, un CASC, un fournisseur de soins primaires ou autre professionnel de la santé, par un soignant naturel tel un membre de sa famille, un voisin ou un ami, ou par le personnel ou les bénévoles d un service de soutien communautaire. Le processus de prise en charge est transparent et on le fait connaître du public dans les collectivités du RLISS responsable. Si le consentement est donné par les patients ou leurs mandataires spéciaux, le cas échéant, les hôpitaux doivent (si possible, en collaboration avec les CASC) : procéder à un premier examen des patients admis pour déterminer s il peut s agir de personnes âgées à risque élevé; prévenir les organismes de services d aide à la vie autonome du RLISS concerné de l arrivée éventuelle de clients; transmettre les sommaires de mise en congé aux organismes de services d aide à la vie autonome et au fournisseur de soins primaires pour chaque client dès que possible après sa mise en congé Évaluation des besoins 9 Bien que l outil d évaluation normalisé fournisse une estimation objective des besoins et aide à déterminer l admissibilité, les résultats de l évaluation seront fonction des désirs et des préférences du client ou de son mandataire spécial, le cas échéant, et intégreront l opinion experte de la personne effectuant l évaluation. Si la situation s y prête, l évaluation se déroulera au domicile du client. Les organismes agréés utiliseront l outil d évaluation commun InterRAI Admissibilité 10 Si l emploi du temps du client le permet, l organisme agréé commencera à évaluer l admissibilité du client dans un délai de 24 heures du moment que l hôpital ou un autre service d aiguillage l aura prévenu de l éventuelle arrivée d un client nécessitant des services d aide à la vie autonome. 9 Paragraphe 22 (1) de la LSSDSC et Règl. 386/99 pris en application de cette loi. 10 Paragraphe 22 (1) de la LSSDSC et Règl. 386/99 pris en application de cette loi. Page 14

15 10.5 Disponibilité des services d aide à la vie autonome et listes d attente 11 Pour les patients hospitalisés qui ont été jugés admissibles à des services d aide à la vie autonome, l objectif est de pouvoir mettre ces services à leur disposition le jour même de leur mise en congé. Cependant, une liste d attente sera dressée et gérée si la demande de services dépasse les services disponibles dans l immédiat. Les organismes agréés classeront les clients sur la liste d attente selon les priorités suivantes : 1. Les personnes âgées admissibles à un autre niveau de soins (ANS) qui attendent leur mise en congé de l hôpital pour réintégrer leur domicile seront classées au premier rang. 2. Les personnes âgées vivant dans la collectivité qui peuvent avoir besoin de façon imminente d un niveau de soins plus élevé que celui qui peut leur être fourni dans le cadre des services ordinaires d un CASC et qui, autrement, risqueraient une hospitalisation ou l admission en FSLD seront classées au second rang. 3. Les personnes âgées qui utilisent fréquemment les services d urgence et hospitaliers seront classées au troisième rang Conception d un programme de services pour le client 12 Pour le client qui requiert des services d aide à la vie autonome, un programme de services sera mis au point en collaboration avec lui-même, son mandataire spécial, le cas échéant, et toute autre personne désignée par l un ou l autre selon les résultats de l évaluation des besoins (section 10.3). Ce plan établira le type et le volume de services d aide à la vie autonome requis, notamment la fréquence et la durée des services que la personne recevra. Le programme de services fera également référence aux autres services sociaux et de santé communautaire ainsi qu aux autres fournisseurs de soins de santé avec lesquels une liaison sera coordonnée pour le client, notamment un soutien à son ou ses fournisseurs de soins (section 10.7). Les besoins linguistiques et culturels, les services de surveillance ou de réconfort, ainsi que les considérations entourant la mise en congé (section 10.9) seront également inclus dans le programme de services. Les personnes bénéficiant de services d aide à la vie autonome recevront au total un maximum de 180 heures par mois de soutien à la personne, de services d aides familiales et de services professionnels. 11 Paragraphe 23 (2) de la LSSDSC. 12 Paragraphe 22 (1) de la LSSDSC et Règl. 386/99 pris en application de cette loi. Page 15

16 10.7 Coordination des services 13 L organisme agréé créera un programme de services intégré si les besoins évalués chez le client appellent des services autres qu un soutien à la personne, des services d aides familiales et des services de surveillance ou de réconfort. Le programme de services intégré précisera les services à fournir par les divers organismes ou fournisseurs de soins de santé (p. ex., pharmaciens, services de soins primaires, services de soutien communautaire, CASC, cliniques spécialisées en traitement du diabète, services de relève aux personnes âgées) participant aux soins du client Réexamen des soins requis 14 Les organismes agréés examineront de manière informelle mais continue les soins requis des clients bénéficiant de services d aide à la vie autonome pour déterminer si le programme de services en place est adéquat ou si des ajustements s imposent. Les organismes agréés effectueront trimestriellement une réévaluation formelle des soins requis. Le programme de services ne sera révisé que lorsque les besoins de la personne évolueront Stratégie de mise en congé 16 Les organismes agréés ne prendront des décisions concernant la mise en congé qu après un réexamen formel des soins requis (section 10.8). Les organismes agréés mettront en congé les clients qui ne remplissent plus les critères d admissibilité (section 6.0). Avant leur mise en congé, les organismes agréés veilleront à ce que d autres services soient offerts par l entremise d un CASC ou d autres organismes agréés pour les clients dans les situations suivantes : les clients dont l état s améliore de façon telle qu ils ne sont plus considérés comme des personnes âgées à risque élevé et requièrent un niveau de soins moins élevé que celui fourni en vertu de la présente politique; les clients qui deviennent trop malades pour rester chez eux et doivent être admis dans un FSLD ou un milieu de soins plus complexes. Les personnes en attente d une place dans un FSLD peuvent avoir droit, par l entremise d un CASC, à un soutien à la personne et à des services d aides familiales qui dépassent les maximums habituels établis par les CASC pour ces services. De plus, ces personnes peuvent se voir accorder un statut prioritaire urgent. 13 Paragraphe 22 (3) de la LSSDSC. 14 Paragraphe 22 (2) de la LSSDSC. 15 Paragraphe 22 (2) de la LSSDSC. 16 Paragraphe 22 (1) de la LSSDSC et Règl. 386/99 pris en application de cette loi. Page 16

17 Les organismes agréés feront participer le client et son mandataire spécial, le cas échéant, aux décisions concernant la mise en congé Qualifications des organismes agréés Les organismes ne seront agréés pour fournir des services en vertu de la LSSDSC que s ils remplissent les critères d admissibilité énoncés dans cette loi 17. Les RLISS examineront le dossier des organismes proposés pour la fourniture de services d aide à la vie autonome et feront une recommandation au ministère de la Santé et des Soins de longue durée, à savoir si ces organismes remplissent les critères d admissibilité. Voici les critères d admissibilité et les modalités concernant leur observation : 1. L organisme, grâce à l aide financière prévue par la LSSDSC, sera financièrement en mesure de fournir le service. Il devra : démontrer que ses finances sont saines; fournir au RLISS, au moment opportun, tous les documents concernant la planification, le financement et la reddition des comptes. 2. L organisme est ou sera exploité dans le respect de la déclaration des droits énoncée à l article 3, ainsi qu avec compétence, honnêteté et intégrité, et avec le souci de la santé, de la sécurité et du bien-être des personnes qui reçoivent le service. Il devra : démontrer qu il dispose du personnel, de l expertise et de la capacité nécessaires pour fournir le type et le niveau de services associés à la présente politique, tels qu énoncés dans la section concernant le programme de services pour les clients et les fournisseurs de soins (section 10.6); démontrer qu il est en mesure de fournir des services d aide à la vie autonome le jour de la mise en congé des clients qui rentrent chez eux après un séjour à l hôpital; avoir en place des politiques explicites relatives aux plaintes, aux appels et à la prévention des mauvais traitements; démontrer la capacité à recueillir et à communiquer des données sur les clients ainsi qu à fournir la documentation pour tous les services dispensés; avoir en place un système d amélioration du rendement et un dispositif de communication des résultats à son conseil d administration; avoir des liens avec d autres partenaires communautaires, notamment des professionnels des soins primaires, pour assurer que les partenariats nécessaires sont en place pour répondre aux besoins continus du client en matière de soins ou avoir un plan à cette fin. 17 Article 5 de la LSSDSC. Page 17

18 Lorsqu il reçoit la recommandation des RLISS, le ministre de la Santé et des Soins de longue durée peut agréer un organisme pour la fourniture de services d aide à la vie autonome. Les RLISS examineront le statut des organismes agréés dans le cadre du renouvellement, tous les deux ans, des ententes de responsabilisation en matière de services Mesures de protection des clients 12.1 Processus de plainte et d appel 18 Les organismes agréés informeront leurs clients de ce qui suit : les services qu ils leur fournissent; la déclaration des droits des clients 19 ; les procédures à suivre pour plaintes ou les suggestions concernant l organisme agréé ou ses fournisseurs de services; la marche à suivre pour demander l accès à un dossier de renseignements personnels sur la santé; la marche à suivre pour interjeter appel de décisions prises par des organismes agréés. Les organismes agréés communiqueront aux RLISS le nombre de plaintes reçues de clients ayant droit à des services d aide à la vie autonome et sur la façon dont elles ont été résolues, à intervalles à déterminer par les RLISS. Les RLISS fourniront ces renseignements au MSSLD dans le cadre du Plan d'intégration des services de santé Litiges locatifs et dissociation des services Les clients qui bénéficient de services d aide à la vie autonome dans des immeubles désignés peuvent faire l objet de procédures d éviction. Malgré ces procédures, les organismes agréés maintiendront la fourniture des services d aide à la vie autonome à ces clients jusqu à ce que ces questions soient résolues. Le MSSLD continue à encourager les ententes de dissociation de services en vertu desquelles des services sont fournis aux clients qui habitent un logement social Paragraphe 25 (2) de la LSSDSC et articles 39 à 48 de la LSSDSC. 19 Article 3 de la LSSDSC. 20 La dissociation des services signifie que le fournisseur de services de santé n est pas le fournisseur de logement. Cette dissociation peut être démontrée par un conseil d administration indépendant gouvernant la fourniture de services de santé par un fournisseur de logement. Page 18

19 13.0 Financement 13.1 Financement des services d aide à la vie autonome Le financement des services d aide à la vie autonome proviendra de l allocation annuelle unique ou de base négociée par le RLISS. Le montant du financement devrait être suffisant pour fournir les heures de services correspondant aux cibles établies par chaque RLISS à l égard de la prestation des services. Les arrangements faisant intervenir un payeur (transferts) sont déconseillés. Ils ne sont acceptables que lorsque la tierce partie n a pas signé d entente en matière de responsabilisation des services avec le RLISS ou le MSSLD (p. ex., les programmes provinciaux) Normes de rapports Un code SIG unique sera utilisé pour rendre compte des activités liées aux services d aide à la vie autonome en jours-résidents. Ce code SIG ne sera utilisé que pour les clients servis en vertu de la présente politique. Le code est le suivant : code de centre d activité primaire FC CSS IH COM (services d aide à la vie autonome); code secondaire CSS (personnes servies, personnes âgées à risque élevé). Le code CSS désigne «le nombre de personnes recevant une aide ou une surveillance pour exécuter les activités courantes de la vie quotidienne de façon sécuritaire et autonome et présentant les caractéristiques et les champs d incapacité établis pour une personne âgée à risque élevé et définis dans la Politique des services d aide à la vie autonome pour les personnes âgées». Les clients bénéficiant de droits acquis en vertu de la politique ALSSH 1994 peuvent continuer à être inscrits sous le même code de centre d activité primaire FC CSS IH COM (services d aide à la vie autonome), avec les codes de statistiques secondaires appropriés sur les types de clients ci-dessous OU être inscrits sous les codes indiqués pour le programme visé, par exemple «ABI» (lésion cérébrale acquise) ou «services d aides familiales». Page 19

20 Tableau 2 Comptes de statistiques secondaires (ceux-ci sont inscrits sous un compte de centre d activité primaire) CSS Nombre de personnes qui ont besoin d aide pour personnes exécuter les activités courantes de la vie servies quotidienne en raison d un handicap physique, handicap notamment d une déficience sensorielle. physique CSS personnes servies déficience cognitive CSS personnes servies frêles ou âgées CSS personnes servies vivant avec les effets du VIH ou du sida 13.3 Redistribution des fonds Nombre de personnes qui ont besoin d aide ou de surveillance pour exécuter les activités courantes de la vie quotidienne de façon sécuritaire et autonome en raison d un trouble cognitif tel que la maladie d Alzheimer ou une démence connexe. Nombre de personnes qui ont besoin d aide ou de surveillance pour exécuter les activités courantes de la vie quotidienne en raison d une déficience ou d une perte des capacités fonctionnelles attribuable au vieillissement. Nombre de personnes qui ont besoin d aide ou de surveillance pour exécuter les activités courantes de la vie quotidienne en raison d une déficience ou d une perte de leurs capacités fonctionnelles attribuable au VIH ou au sida. Les RLISS restent libres de réaffecter toutes les sommes reçues, à l exception du financement spécial défini dans les ententes en matière de responsabilisation passées entre le MSSLD et les RLISS. En conséquence, aucune restriction ne sera imposée aux RLISS en ce qui concerne la réaffectation des fonds d aide à la vie autonome que des organismes agréés peuvent recevoir ou verser. Les RLISS veilleront à pouvoir fournir la documentation appropriée avant de demander une réaffectation dans le système de suivi du versement des allocations. Le MSSLD continuera à surveiller les allocations et les dépenses des RLISS, selon le secteur Gestion de la performance 14.1 Responsabilisation La responsabilisation à l égard du financement fourni aux organismes agréés pour fournir des services en vertu de la présente politique sera incluse dans les ententes en matière de responsabilisation des services passées entre les organismes agréés et leur RLISS. Les RLISS rendront des comptes au MSSLD dans le cadre du processus Page 20

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Excellent service, soins prodigués avec compassion

Excellent service, soins prodigués avec compassion Centre d accès aux soins communautaires du Centre Plan stratégique (2014-2017) Sommaire Excellent service, soins prodigués avec compassion EXCELLENT SERVICE, SOINS PRODIGUÉS AVEC COMPASSION Le Plan stratégique

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité (la «Politique»)

Politique en matière d accessibilité (la «Politique») Politique en matière d accessibilité (la «Politique») Le présent document peut être obtenu dans d autres formats au www.lagreatwest.com ou en faisant parvenir une demande à l adresse ombudsman@gwl.ca.

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs I. Principes directeurs : Soins infirmiers directs 1. Perspectives du patient et de la famille

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Section Page

TABLE DES MATIÈRES Section Page TABLE DES MATIÈRES Section Page Définitions... 3 Introduction... 4 Description du programme... 4 Champ d application et portée... 5 Directive 1 : Processus de sélection des fournisseurs de services...

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité dans le cadre de la LAPHO Introduction La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario vise l élaboration,

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins. RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010

MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins. RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010 MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010 1 OBJECTIF : Réduire le temps passé aux urgences partout en Ontario Presque 50 % des patients qui se

Plus en détail

DÉSIGNATION DE KINGSTON EN VERTU DE LA LOI SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS (LSF) : Les Services en français et vous

DÉSIGNATION DE KINGSTON EN VERTU DE LA LOI SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS (LSF) : Les Services en français et vous DÉSIGNATION DE KINGSTON EN VERTU DE LA LOI SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS (LSF) : Les Services en français et vous Le 1 er mai 2009, Kingston deviendra une région désignée en vertu de la Loi sur les services

Plus en détail

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Après un séjour à l hôpital, vous pouvez continuer de vous rétablir dans le confort et la sécurité de votre propre domicile si vous recevez des services améliorés

Plus en détail

Politique d accessibilité du RREO

Politique d accessibilité du RREO Politique d accessibilité du RREO Date d entrée en vigueur : Le 1 er janvier 2014 Révision : 16 décembre 2014 Date de la prochaine révision : Le 1 er janvier 2017 Responsables : Vice-présidente principale,

Plus en détail

Serco Canada Inc. Procédure de gestion opérationnelle Normes d accessibilité pour les services à la clientèle

Serco Canada Inc. Procédure de gestion opérationnelle Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Serco Canada Inc. Procédure de gestion opérationnelle Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Date de publication : N o de révision : 1.0 19 août 2015 N o de réf. : PR-5600 Propriétaire

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Introduction. Application

Introduction. Application Politique sur l accessibilité de Primerica et plan d accessibilité pluriannuel (le «plan d accessibilité») (Règlement de l Ontario 191/11) relatif à la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées

Plus en détail

Votre guide. des services de soins à domicile au Manitoba

Votre guide. des services de soins à domicile au Manitoba Votre guide des services de soins à domicile au Manitoba Table des matières Information et admissibilité... 1 Évaluation... 2 Planification et coordination des soins.. 2 Services... 3 Aide pour soins personnels

Plus en détail

Déclaration d engagement relative à la création et au maintien de l accessibilité et d un environnement accessible Otis Canada, Inc.

Déclaration d engagement relative à la création et au maintien de l accessibilité et d un environnement accessible Otis Canada, Inc. Déclaration d engagement relative à la création et au maintien de l accessibilité et d un environnement accessible Otis Canada, Inc. s efforce de fournir des produits et services d une manière qui respecte

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Options de logement dans la communauté. Logement indépendant

Options de logement dans la communauté. Logement indépendant Bien des personnes âgées désirent rester indépendantes et continuer de vivre dans leur communauté le plus longtemps possible. Comme leurs besoins et leurs capacités changent, elles ont parfois besoin d

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Politique sur l inscription au Comité du Nunavut

La Commission des services juridiques du Nunavut. Politique sur l inscription au Comité du Nunavut La Commission des services juridiques du Nunavut Politique sur l inscription au Comité du Nunavut 2010 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B 1J0 Tél. : (867)

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Janvier 2015 POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ

Janvier 2015 POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ 1 LES TERMES «VISION7 INTERNATIONAL», «V7I» ET «ENTREPRISE» DÉSIGNENT VISION7 INTERNATIONAL ET SES FILIALES ET UNITÉS COMMERCIALES. 1. OBJECTIF ET PORTÉE La Loi de 2005 sur l

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 04.11

Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 04.11 ÉNONCÉ DE POLITIQUE La Commission de la sécurité au travail et de l indemnisation des travailleurs (CSTIT) encourage la collaboration entre les travailleurs, leurs employeurs, la CSTIT, les pourvoyeurs

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 7.5 : Prestation pour l établissement d un nouveau domicile et le maintien dans la collectivité Compétence Législative Articles 2 et 8 de la Loi. Paragraphe 55

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel TJX Canada Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées et Plan d accessibilité pluriannuel 2014 Table des matières 1. Objet.. 3 2. Champ d application et responsabilités... 3 3. Énoncé de politique

Plus en détail

Politique d accessibilité pour les services à la clientèle

Politique d accessibilité pour les services à la clientèle Politique d accessibilité pour les services à la clientèle La Politique d accessibilité pour les services à la clientèle (la Politique) établit les normes d accessibilité adoptées par la Compagnie pour

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques.

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. La Suite SC DME Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. Meilleurs renseignements. Meilleures décisions. Meilleurs résultats. Votre pratique repose sur l ensemble de vos

Plus en détail

Plan d accessibilite pluriannuel. La Cité collégiale 2012 (en vertu de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario)

Plan d accessibilite pluriannuel. La Cité collégiale 2012 (en vertu de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario) Plan d accessibilite pluriannuel La Cité collégiale 2012 (en vertu de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario) La Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 TABLEAU DE DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 : SERVICES DE SANTÉ, DE CONSEILS PERSONNALISÉS ET D AIDE FINANCIÈRE À L INTENTION DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE Une faculté

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge. Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic

CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge. Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic 1 CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic Etabli à l intention de M. Mme. Mlle : Le A Le présent contrat est conclu entre : D une part

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004)

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à destination des fournisseurs QSL (Contrat

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

La gestion de la main-d œuvre médicale dans son ensemble 14/10/2015

La gestion de la main-d œuvre médicale dans son ensemble 14/10/2015 Ministère de la Santé et des Services sociaux La gestion des effectifs médicaux, les nouvelles règles et les impacts sur les nominations, statuts et privilèges Contenu de la présentation La gestion de

Plus en détail

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE SECTION 5.3: LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL POLITIQUE INSTITUTIONNELLE RELATIVE À LA SANTÉ ET LA PAGE: 1 CHAPITRE: V Adoptée : CAD-7600 (26 08 03) ÉNONCÉ Assurer à la

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles + SANCTION DES ÉTUDES Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles Formation générale des jeunes (FGJ) Formation générale des adultes (FGA) Formation professionnelle (FP) Édition

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Home Depot Canada Inc. Politiques sur l accessibilité Ontario. Table des matières

Home Depot Canada Inc. Politiques sur l accessibilité Ontario. Table des matières Home Depot Canada Inc. Politiques sur l accessibilité Ontario Table des matières Politique concernant les normes d accessibilité relatives au service à la clientèle 2 Politique relative aux normes d accessibilité

Plus en détail

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Le Réseau québécois des OSBL d habitation compte plus d une centaine de membres

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail