L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage"

Transcription

1 L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage Site: Le séchage est l'opération ayant pour but d'éliminer l'eau d'un corps humide par évaporation de cette eau. Le corps humide peut être solide ou liquide mais le corps final doit être solide. I. Objectif du séchage en IAA: a) intérêts d'alléger le produit permettre ou facilité la conservation ( diminution de l'aw) de donner une présentation (café lyophilisé, paillette de purée) b) Inconvénients: modifie le produit dans sa forme, sa texture, ses qualités organoleptiques. Coûteux en énergie c) Application en IAA: Légumes (pomme de terre, carottes, oignons) ->PAI (produits alimenatires intermédiaires) Fruits (prunes) Plantes aromatiques (thé, thym, romarin...) Produits de transformation industrielle (séchage pour stabilité et présentation) : charcuterie sèche (jambons, saucissons...), pates, thé, café, sucre, caséine, malt, pet food, amidon etc... Sous produits industriel: pulpes de sucrerie, drèches de brasserie, sérum de brasserie... II. Principes du séchage -> Première idée: porter à ébullition l'eau du produit pour qu'elle se vaporise (cf boule de concentration). Ce principe n'est pas le plus employé, on préfère opéré à température moins élevée en utilisant l'air comme gaz d'entrainement. a) séchage par ébullition: Rappel L'ébullition se produit lorsque sa témpérature est telle que sa pression de vapeur «p» de l'eau de ce liquide est égale à la pression totale ambiante: La température d'ébullition dépend: de la pression (plus basse sous vide partiel) présence de corps dissous de la composition de l'atmosphère d'évaporation L'ébullition proprement dite est difficle à observer dans les solides Cas de la lyophilisation: -> pas de d'ébullition. -> action combinée du froid et du vide D4.13/Chapitre 5 l'air humide -2- Cours de Richard MATHIEU 1

2 Ce procédé combine l action du froid et du vide en provoquant la sublimation de l eau ; celle-ci passant directement de l état glacé à l état vapeur sans transition par la phase liquide. Le produit est le plus souvent déposé sur des claies. La vapeur d'eau (ou de tout autre solvant) quitte le produit et on la capture par congélation à l'aide d'un condensateur, ou piège. lyophilisation (sécheurs à chariots) Type de produit 1. Entrée du produit humide 2. Mise en dépression 3. Chariot mobile (avec surface chauffante) 4. Plaque de condensation de vapeur 5. Remise en pression 6. Sortie du produit sec 7. Chambre de condensation Produit liquide (en couche de 1,5-3 cm) Produit pâteux (sous réserve du type d alimentation) Produit pulvérulent, granulaire, fibreux Produit plan, en forme, en morceaux, dimensions de produit généralement de 1 mm à 1 cm D4.13/Chapitre 5 l'air humide -2- Cours de Richard MATHIEU 2

3 La lyophilisation est un procédé de séchage en trois temps : Congélation du produit Le produit est congelé à basse température (-30 à -50 C). Cette étape est déterminante car elle fixera les caractéristiques cristallines du système congelé, et par là, la texture de la forme lyophilisée finale. Sublimation de la glace Le produit congelé est ensuite introduit dans une enceinte de séchage travaillant sous vide poussé (pression absolue : 100 Pa). L eau s évapore alors par sublimation. Désorption finale de l eau liée Il s agit d extraire l eau adsorbée ou emprisonnée dans les microcapillaires. Des variantes au procédé générique existent également (sécheurs à chariots ; pulvérisation + lyophilisation). Caractéristiques du procédé Pression de la chambre de séchage Température du produit couche froide max. de surface Temps de séjour Densité de chargement Capacité de traitement horaire 10 à 300 Pa -10 à -40 C 30 à 90 C 10 à 72 h 5 à 18 kg/m² 0,1 à 0,5 kg d'eau/h/m² AUTRE TECHNIQUE: La zéodratation est une technique de déshydratation utilisant des zéolites.ses domaines d application sont encore loin d être tous explorés mais elle révolutionne déjà le domaine du séchage en raison de la grande souplesse du procédé, qui permet d adapter le traitement, en pression et température, pour répondre aux critères de qualité des produits choisis. b) Séchage par entraînement Lors qu'un corps humide est placé dans un courant d'air suffisament chaud et sec, il s'établit spontanément entre ce corps et l'air un écart de température et de pression partielle d'eau tel: qu'un transfert de chaleur s'effectue de l'air vers le produit sous l'effet de l'écart de température un transfert d'eau s'effectue en sens inverse du fait de l'écart de concentration en eau dans l'air. D4.13/Chapitre 5 l'air humide -2- Cours de Richard MATHIEU 3

4 Le séchage est dit isenthalpique, si l'énergie nécessaire à la vaporisation de l'eau est exactement égale à celle apportée par l'air chaud. L'air sert donc à la fois de fluide chauffant et de gaz vecteur pour l'eau enlevée. AIR ENTRANT (SEC ET CHAUD)---> AIR SORTANT (HUMIDE ET MOINS CHAUD) REMARQUE: la température de surface du produit (29 C, fig 1) est loin des 100 C que demanderait l'ébullition à la pression atmosphérique. III. Diagramme de l'air humide a) Expression de l'enthalpie Le point de départ du diagramme est l'expression de l'enthalpie massique des mélanges d'air et d'eau. (contenue énergétique de cet air humide). L'enthlpie de référence (H = 0) est celle de l'air sec à 0 C et de l'eau liquide ) 0 C. D4.13/Chapitre 5 l'air humide -2- Cours de Richard MATHIEU 4

5 L'enthalpie est exprimée poru 1 Kg d'air sec accompagné de n a kg d'eau. b) Utilisation du diagramme de l'air humide cf première partie. c) Calcul sur les séchoirs: méthode On doit distinguer: ce qui peut êtrre calculer avec une précision acceptable et des méthodes simples: bilan matières et de chaleur, flux entrées/sorties ce pour quoi aucune méthode précise n'existe: utilisation d'essais laboratoires et expérience des constructeurs. Les équipements annexes, non spécifiques au séchoir, qui constitue une partie importante de l'investissement. BILAN DE MATIERE ET DE CHALEUR Schéma d'un séchoir continu On résonne sur un séchoir isenthalpique, en régime établi: les bilans de MS et d'air sec: m s = constante m a = contante les bilans d'eau m eau = ms(n s 1 n s 2 ) = ma (n a 2 n a 1 ) le bilan enthalpique pour un séchage isenthapique: H 1 = H 2 REMARQUE: En réalité, les bilans peuvent être faussé par les entraînements ou combustions des particules, par les pertes de chaleur etc... D4.13/Chapitre 5 l'air humide -2- Cours de Richard MATHIEU 5

6 IV. Critère de choix: Le choix du type de séchoir est délicat. Les habitudes conciste à associer automatiquement à un produit à sécher donné, un type de séchoir déterminé. a) la texture du produit Ce critère détermine le mode de manutention du produit et la façon dont on va ssurer son contactavce l'air: les produits pompable (liquides): séchoirs par pulvérisation, à billes, sur cylindre chauffant etc. les produits pateux (purée...): séchoirs sur cylindre chauffant, sur bandes, à vis etc.. les produits pulvérulents (pulpes, céréales, luzerne): séchoirs à tapis, à lit fluidisé les produits en morceaux (fruits, saucissons, fromages) : séchoirs discontinus, continus, à armoires, à claies, à chariots... Le même roduits peut être justifiable de plusieurs types de séchoirs. b) Circulation relative air/produit Dans le cas des séchoirs continues par entraînement, on doit choisir le mode relatif de déplacement d'air et du produit (fig 28): D4.13/Chapitre 5 l'air humide -2- Cours de Richard MATHIEU 6

7 CIRCULATION air/produit à CONTRE-COURANT: le plsu rationnel car cela permet de saturer au maximum l'air par contact avec le produit. Cependant le produit sortant est au contact avec l'air le plus chaud-> risque de détérioriation. CIRCULATION air/produit à CO-COURANT: en pratique la plus utilisée. Elle permet d'attaquer le produit avec un airtrès chaud, donc le début du séchage est très rapide. La fin l'est moins. CIRCULATION air/produit à COURANT CROISES: il est simple et se prête bien au cas d'un produit transporté sur un tapis. L'air est recirculé en contre et en cocourant. SYSTEMES MIXTES: (section à co-courant + contre courant) avec des recyclages partiel d'air sur le séchoir. c) Autres critères La durée du séchage séchoir continu ou discontinu pression ordinaire ou pas etc... D4.13/Chapitre 5 l'air humide -2- Cours de Richard MATHIEU 7

8 D4.13/Chapitre 5 l'air humide -2- Cours de Richard MATHIEU 8

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015 IUT de Saint Denis Module THERM3 CORRECTION G.I.M. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 015 1 Chambre froide : 1. Les pressions d'évaporation et de condensation sont données par la table

Plus en détail

I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états

I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états I Les différents états de l eau a- Les trois états de l eau. Quels sont les différents

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

Séchage d un solide S. VINCENT

Séchage d un solide S. VINCENT Séchage d un solide S. VINCENT 1 Module 4L31P02 Techniques séparatives 4h de cours 4h de TD 1 partiel 2 Plan I. Généralités II. Caractérisation des gaz de séchage III. Caractérisation des solides humides

Plus en détail

Expérience 1 : Compression d une canette

Expérience 1 : Compression d une canette Expériences visant à montrer les effets de la pression : Expérience 1 : Compression d une canette Objectifs de l expérience: - Présenter le phénomène des pressions. - Ses implications. Matériel Requis

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082

Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082 Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082 Amélioration des performances du séchage des Tuiles et Briques par récupération de la chaleur latente de condensation de l eau afin de réduire les émissions de

Plus en détail

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008 135 144 Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides H. Derbal 1*, M. Belhamel 1, A. Benzaoui 2

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

Séchage par Fluidisation

Séchage par Fluidisation Séchage par Fluidisation David ROUZINEAU Marion ALLIET Jean-Stéphane CONDORET Janvier 2014 Mise à Jour : janvier 2016 ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Table des matières I. Présentation

Plus en détail

Air humide : corrigé

Air humide : corrigé Air humide : corrigé 1 Prise en mains du diagramme Notations : w = humidité absolue, ψ = humidité relative, P w = pression partielle de vapeur d eau, P s w = pression de saturation de l eau Placer le point

Plus en détail

Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation

Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation Ce sont les opérations unitaires les plus répandues en agroalimentaire. Il y a deux objectifs: assure la qualité hygiénique du produit et préserver

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

Choisir mes équipements...

Choisir mes équipements... Quelques conseils... L étiquette Energie Avant l'achat de nouveaux appareils, il est important de comparer leur performance énergétique. Les appareils sont classés par lettre : de A +++ pour les plus économes

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures ***

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures *** SESSION 003 PCP1006 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures L'utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants Une feuille de papier millimétré devra

Plus en détail

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT.

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. TD 1 1: On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. 1) Etablir l'expression du travail reçu par le gaz, au cours d'une compression isotherme réversible

Plus en détail

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 1 Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 M. Pons CNRS-LIMSI, Rue J. von Neumann, BP133, 91403 Orsay Cedex http://perso.limsi.fr/mpons 1 Organisation Deuxième partie Notions de

Plus en détail

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC)

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC) Objectifs Lahrouni, A. hap 4 Thermo 2 FSSM hapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PA) La connaissance du principe de fonctionnement des machines frigorifiques à compression et l application des

Plus en détail

Diagramme psychrométrique

Diagramme psychrométrique Diagramme psychrométrique --- Utilisation 18/41 Exercice 5 Dans cette installation de ventilation 2 000 m3/h d'air sont refroidis à l'aide de la batterie BR. On se propose de déterminer : 1- Les caractéristiques

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 2016 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E3 SCIENCES PHYSIQUES U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

Code 916960 Module de base et contrôle du niveau complet avec optionnels code 916961-916962-916963-916964-916965

Code 916960 Module de base et contrôle du niveau complet avec optionnels code 916961-916962-916963-916964-916965 AUTOMATISATION ET CONTRÔLE DE PROCÉDÉ MPCT - Trainer Modulaire pour le Contrôle de Procédé Code 916960 Module de base et contrôle du niveau complet avec optionnels code 916961-916962-916963-916964-916965

Plus en détail

Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation.

Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation. Par Franck NEYERS, enseignant technologie laitière et fromagère, ENILIA-ENSMIC de Surgères Bilan hydrique sur une tour de séchage Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

ANNEXE II. Liste des types de formulations des spécialités phytosanitaires

ANNEXE II. Liste des types de formulations des spécialités phytosanitaires ANNEXE II Liste des types de formulations des spécialités phytosanitaires AB - appât sur grains. AE - générateur aérosol : récipient à partir duquel un produit formulé peut être dispersé sous forme de

Plus en détail

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 ACCUEIL Hygrométrie Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

Étude d une pompe à chaleur

Étude d une pompe à chaleur TP N 15 Étude d une pompe à chaleur - page 89 - - T.P. N 14 - ÉTUDE D'UNE POMPE A CHALEUR 1. FONCTIONNEMENT THÉORIQUE Une pompe à chaleur est une machine thermique dans laquelle le fluide qui subit une

Plus en détail

LEXIQUE. n.m / produit qui fournit l'oxygène nécessaire à une combustion.

LEXIQUE. n.m / produit qui fournit l'oxygène nécessaire à une combustion. annexe n 2-1 LEXIQUE allume feu Les allume-feu sont des produits destinés à faciliter l'allumage du charbon de bois en vue de la constitution de bonnes braises. Ils sont présentés sous forme liquide, solide

Plus en détail

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 Energétique et exergétique de la combustion D après Borel, avrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 1 Notations Nous utilisons les règles de notation suivantes : toute quantité de substance exprimée

Plus en détail

VERSION STANDARD. Opération unitaire Description sommaire Modules sur le flowsheet

VERSION STANDARD. Opération unitaire Description sommaire Modules sur le flowsheet VERSION STANDARD Opération unitaire Description sommaire Modules sur le flowsheet Mélangeur de courants Utilisé pour mélanger plusieurs courants en un courant sortant unique. Mélangeur statique Mélangeur

Plus en détail

Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011

Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011 Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) CLIMATOLOGIE ET LE SÉCHAGE Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1) Introduction 2) Propriétés de l

Plus en détail

FHE VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver

FHE VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver Les VMC double flux à haute performance des séries sont destinés à ventiler, déshumidifier l'air,

Plus en détail

AGROALIMENTIRE. Industrie & Commerce

AGROALIMENTIRE. Industrie & Commerce Industrie & Commerce AGROALIMENTIRE Fort pouvoir calorifique, régulation fine des températures, production de chaleur en atmosphère humide : les avantages du gaz sont particulièrement adaptés aux besoins

Plus en détail

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Rhéologie des Poudres Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Les poudres sont partout et représentent un défi Travailler avec de la poudre peut s avérer difficile, particulièrement

Plus en détail

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1/9 Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1 Intérêt La teneur en matière sèche des tubercules (constituée essentiellement d amidon) est un facteur important qui détermine en partie la tenue à la

Plus en détail

Son emplacement : vérifier les dimensions, le sens d'ouverture des portes de l'appareil et les possibilités de branchement.

Son emplacement : vérifier les dimensions, le sens d'ouverture des portes de l'appareil et les possibilités de branchement. Avant l'achat d'un appareil électroménager, être vigilent à... Son emplacement : vérifier les dimensions, le sens d'ouverture des portes de l'appareil et les possibilités de branchement. Sa consommation

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

DEVOIR DE THERMOCHIMIE

DEVOIR DE THERMOCHIMIE DEVOIR DE THERMOCHIMIE Données fournies Constante des gaz parfaits: R= 8,31 kpa.l.k-1.mol -1 Nombre d'avogadro: N A = 6,02 x 10 23 mol -1. Capacité thermique massique de l'eau solide: 2,14 J/g. C. Capacité

Plus en détail

CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification LIQUIDES INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification

CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification LIQUIDES INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES Un gaz inflammable est un gaz ou un mélange de gaz ayant un domaine d inflammabilité en mélange avec l air à 20 C et à une pression normale de 101,3 kpa Catégorie 1

Plus en détail

I. LES DIFFERENTES OPERATIONS DE TRAITEMENT DE L'AIR

I. LES DIFFERENTES OPERATIONS DE TRAITEMENT DE L'AIR TRAITEMENT DE L'AIR I. LES DIFFERENTES OPERATIONS DE TRAITEMENT DE L'AIR I.1. REMARQUE PRELIMINAIRE Le débit massique d air sec est la seule grandeur qui reste constante quel que soit le traitement étudié:

Plus en détail

Retour d expérience, free-cooling au LPSC

Retour d expérience, free-cooling au LPSC Retour d expérience, free-cooling au LPSC Que risque-t-on à consommer moins? Bernard Boutherin boutherin@lpsc.in2p3.fr Formation «datacentres : concilier faisabilité, performances et écoresponsabilité»

Plus en détail

L EAU LA VAPEUR D EAU ET L HYDRONIQUE

L EAU LA VAPEUR D EAU ET L HYDRONIQUE Roger Cadiergues L EAU LA VAPEUR D EAU ET L HYDRONIQUE * (Guide RefCad : nr51.a) La loi du 11 mars 1957 n autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l article 41, d une part que les «copies ou reproductions

Plus en détail

T.P. Colonne de refroidissement

T.P. Colonne de refroidissement T.P. Colonne de refroidissement INTRODUCTION L'objectif de ce TP est d étudier les caractéristiques de fonctionnement d'un système de refroidissement par évaporation. L'influence des débits d'eau et d'air

Plus en détail

MATÉRIEL THERMIQUE RÔLE DES ÉCHANGEURS DE CHALEUR

MATÉRIEL THERMIQUE RÔLE DES ÉCHANGEURS DE CHALEUR Risques et Précautions liés au Matériel MATÉRIEL THERMIQUE Ingénieurs en Sécurité Industrielle RÔLE DES ÉCHANGEURS DE CHALEUR I - RÔLES DES ÉCHANGEURS ET TERMINOLOGIE... 1 1 - Fonction réfrigération...1

Plus en détail

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut,

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut, Pour mettre en mouvement un objet, déformer un objet, modifier le mouvement d'un objet ; il est nécessaire de faire subir à celui-ci une action mécanique (avec ou sans contact). Pour décrire cette action

Plus en détail

D029990/02 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 28 janvier 2014 Le 28 janvier 2014

D029990/02 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 28 janvier 2014 Le 28 janvier 2014 D029990/02 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 28 janvier 2014 Le 28

Plus en détail

La cuisine moléculinaire

La cuisine moléculinaire La cuisine moléculinaire Projet scientifique Ecole Georges Dagneaux, CM2 Élèves de l IMED, intégrés dans la classe de CM2 Avec la participation de Jean Matricon Atelier amidon La farine est un mélange

Plus en détail

Connaissance de la vapeur

Connaissance de la vapeur Connaissance de la vapeur Dr Dominique GOULLET Stérilisation Centrale des Hôpitaux de Lyon Pourquoi la vapeur? C est le corps qui contient le plus d énergie emmagasinée et libérable instantanément Elle

Plus en détail

--- Diagramme psychrométrique Utilisation 30/41

--- Diagramme psychrométrique Utilisation 30/41 --- Diagramme psychrométrique Utilisation 30/41 Exercice 11 Dans cette installation de climatisation 4000 m 3 /h d'air sont chauffés puis humidifiés par un laveur à eau recyclée, dont le rendement sera

Plus en détail

Fiche sur la technique du montage à reflux. Introduction. Présentation du matériel

Fiche sur la technique du montage à reflux. Introduction. Présentation du matériel Fiche sur la technique du montage à reflux Manuscrit d'une séquence expérimentale sur une technique, méthode ou savoir faire expérimental :l e montage à reflux, accessible en film sur ce site, rédigé par

Plus en détail

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Gaz parfaits...3 BTS Fluides énergie environnement épreuve de physique 2001...3 BTS Travaux publics 1990...3 BTS Bâtiment 1994...3 BTS Esthétique et Cosmétique

Plus en détail

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION M07 CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION 18 Heures ISET MAHDIA Techniciens de bureau d études et installateurs. - Connaître le système de fonctionnement d une climatisation, - Connaître l ensemble

Plus en détail

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1 C. Cycle de Stirling. BUT DE LA MANPULATON Etude du cycle thermodynamique de Stirling, relevés des cycles. Mesure du rendement d'un moteur à air chaud pour différents régimes de rotation. Etude des rendements

Plus en détail

Stockage, Cristallisation et Liquéfaction du miel

Stockage, Cristallisation et Liquéfaction du miel Stockage, Cristallisation et Liquéfaction du miel Stefan Bogdanov Centre Suisse de Recherches Apicoles Station de Recherche Laitières, Liebefeld, CH-3003 Berne 1. STOCKAGE DU MIEL Dans des conditions de

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1)

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1) Rec. UIT-R P.453-7 1 RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 Rec. UIT-R P.453-7 INDICE DE RÉFRACTION RADIOÉLECTRIQUE: FORMULES ET DONNÉES DE RÉFRACTIVITÉ (Question UIT-R 201/3) (1970-1986-1990-1992-1994-1995-1997-1999)

Plus en détail

Les différentes classes de boues

Les différentes classes de boues Chapitre 13: Traitement des boues Les procédés de traitement biologique ou physico-chimique entraînent la production de boues boues= effluents liquides fortement chargés en matières solides (avec des concentrations

Plus en détail

Sujet 3 - Formation des nuages

Sujet 3 - Formation des nuages Sujet 3 - Formation des nuages 1 - Qu'est-ce un nuage?... 1 2 - Changements de phase... 1 3 - Relations quantitatives de définition de l humidité de l air... 3 4 - Causes de refroidissement... 8 5 - Les

Plus en détail

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Généralités o Pour les condenseurs à eau de moyenne et grosse puissance on est amené à prévoir des dispositifs spéciaux permettant

Plus en détail

"NP" & "RG" AIRFLO. Brûleur en veine d air

NP & RG AIRFLO. Brûleur en veine d air "NP" & "RG" AIRFLO Brûleur en veine d air Brûleurs en veine d air - NP & RG AIRFLO 4-21.5-1 Pour des applications de chauffage d air frais en direct Fonctionnement économique (100 % de rendement thermique)

Plus en détail

SÉCHAGE DES SOLIDES. Le séchage a pour but d'éliminer par vaporisation le liquide qui imprègne un solide.

SÉCHAGE DES SOLIDES. Le séchage a pour but d'éliminer par vaporisation le liquide qui imprègne un solide. 1 SÉCHAGE DES SOLIDES I/ GÉNÉRALITÉS Le séchage a pour but d'éliminer par vaporisation le liquide qui imprègne un solide. Il est largement utilisé dans l'industrie chimique où il vient souvent en complément

Plus en détail

Diagramme psychrométrique. Utilisation

Diagramme psychrométrique. Utilisation Diagramme psychrométrique Utilisation AFPA DEAT Froid et climatisation Ressources formatives Diagramme Psychrométrique F. Cabeza - Mai 2002 --- Diagramme psychrométrique Utilisation 2/41 CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Chaudement recommandée : la plus haute efficacité en production d eau chaude sanitaire

Chaudement recommandée : la plus haute efficacité en production d eau chaude sanitaire Chaudière murale gaz à condensation ROTEX GW Full Condens Chaudement recommandée : la plus haute efficacité en production d eau chaude sanitaire Chaudière murale gaz à condensation avec production d eau

Plus en détail

Mode d emploi. Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250

Mode d emploi. Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250 Mode d emploi Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250 Wittewalle 2 B-9041 België Tel: 09 251 79 79 Fax: 09 251 78 77 e-mail:

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

Différentes voies de méthanisation

Différentes voies de méthanisation Différentes voies de méthanisation Un exemple de méthanisation La biomasse doit être préparée avant d être digérée. Broyage et hydrolyse Digesteur Séparation de phase La biomasse est finement broyée, elle

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Chez Mr Y Chez Mr Z Chez Mr T Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Schémas vus chez les installateurs : Doc 2 Schémas vus chez les installateurs : Doc 3 1. Présentation générale 2. Présentation de

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

Fiche commerciale. Pompes à chaleur. Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010. bi-bloc MT

Fiche commerciale. Pompes à chaleur. Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010. bi-bloc MT Fiche commerciale Pompes à chaleur Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010 bi-bloc MT INNOVATION 2010 Arcoa Nouvelle gamme de pompes à chaleur bi-bloc Des solutions pour le

Plus en détail

LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE

LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE Le gaz direct : une étude approfondie réalisée par le CTTN-IREN, avec le soutien de l ADEME Le Centre Technique de la Teinture et du Nettoyage, en partenariat

Plus en détail

Weishaupt enfin du nouveau en chaufferie

Weishaupt enfin du nouveau en chaufferie Weishaupt enfin du nouveau en chaufferie La présentation de la copie et la clarté des explications prendront une part importante dans l évaluation. Durée 1h 20. Documents non autorisés. Calculatrice autorisée.

Plus en détail

Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit. Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation

Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit. Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation 2 I 3 Technique sur lit fluidisé Traitement produit précautionneux pour les marchandises

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit.

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit. 135 Epreuve de Physique B - Thermodynamique Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef de salle, d autre part il

Plus en détail

Christian MATHIEU. Arnaud COUPÉ

Christian MATHIEU. Arnaud COUPÉ Récupération, Recyclage, Régénération Christian MATHIEU Gérant Arnaud COUPÉ Directeur Technique Récupération, Recyclage Régénération La Réglementation La France s'aligne sur le règlement européen 1005/2009

Plus en détail

DELONGHI DE220. Mode d emploi

DELONGHI DE220. Mode d emploi DELONGHI DE220 Mode d emploi DE220F 22-10-2002 14:29 Pagina 20 Quelques notions sur l'humidité L air contient toujours une certaine quantité d eau, sous forme de vapeur. L air contient toujours une certaine

Plus en détail

Une piscine chauffée est trois fois "plus utilisée qu'une non chauffée!

Une piscine chauffée est trois fois plus utilisée qu'une non chauffée! Une piscine chauffée est trois fois plus utilisée qu'une non chauffée! INTRODUCTION > Une piscine à vivre dés les premiers beaux jours Quand les premiers rayons de soleil s'installent, l'envie de profiter

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

Modèle de simulation des performances d'une chaudière fioul à condensation de chauffage domestique

Modèle de simulation des performances d'une chaudière fioul à condensation de chauffage domestique odèle de simulation des performances d'une chaudière fioul à condensation de chauffage domestique Danielle AKAIRE 1*, Philippe NGENDAKUANA 1 1 Laboratoire de Thermodynamique Secteur Thermotechnique, Université

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT

UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT Ingénieurs en Sécurité Industrielle Risques et Précautions Liés au Matériel UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT I - RÔLE ET CARACTÉRISTIQUES DE L'AIR COMPRIMÉ 1 - Rôle de l'air comprimé... 1 2 - Caractéristiques

Plus en détail

VIESMANN VITOTWIN 300-W Chaudière à micro-cogénération à moteur Stirling 1 kw el, de 3,6 à 26 kw th

VIESMANN VITOTWIN 300-W Chaudière à micro-cogénération à moteur Stirling 1 kw el, de 3,6 à 26 kw th VIESMANN VITOTWIN 300-W Chaudière à micro-cogénération à moteur Stirling 1 kw el, de 3,6 à 26 kw th Feuille technique Référence et prix : voir tarif VITOTWIN 300-W type C3HB Chaudière à micro-cogénération

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

La chaudière fioul à condensation COB: à vos marques, prêt en route pour l avenir!

La chaudière fioul à condensation COB: à vos marques, prêt en route pour l avenir! La chaudière fioul à condensation COB: à vos marques, prêt en route pour l avenir! Une nouvelle manière de satisfaire les clients. Chaudière fioul à condensation COB ComfortLine de Wolf. La technologie

Plus en détail

Le Menu du 28 novembre 2015 Littératures et fourchettes Au Québec

Le Menu du 28 novembre 2015 Littératures et fourchettes Au Québec La médiathèque Marcel Pagnol en partenariat avec l Association Tad lachance vous propose Le Menu du 28 novembre 2015 Littératures et fourchettes Au Québec 04 42 18 19 90 http://mediatheque.aubagne.fr www.facebook.com/mediathequeaubagne

Plus en détail

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE www.frigorie-france.com 12V/24/220V MANUEL D UTILISATION 1 Cet Appareil ne peut être utilisé qu à l intérieur avec l une des sources d énergie suivantes: Cet Appareil

Plus en détail

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable)

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) Géomatériaux TD 1 Granulats 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) But de l'essai L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages pondéraux respectifs des

Plus en détail

Fiche-guide de TD sur la modélisation de tours de refroidissement

Fiche-guide de TD sur la modélisation de tours de refroidissement Fiche-guide de TD sur la modélisation de tours de refroidissement 1) Objectifs du TD L'objectif du projet est d'étudier le fonctionnement des tours de refroidissement, de montrer comment on peut les modéliser

Plus en détail

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR L'objectif du TP est de tracer un diagramme isobare en équilibre liquide vapeur du binaire H 2 O / HCl, par une méthode utilisant le principe de la distillation

Plus en détail

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse III PRODUCION DE FROID, POMPE A CHALEUR Un cycle frigorifique est un système thermodynamique qui permet de transférer de la chaleur d un milieu vers un autre à température plus élevée. D après le second

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES A 2005 PHYS. I ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE Le dimensionnement des évents vis-à-vis du phénomène de pressurisation d un bac dans un incendie a été

Plus en détail