Pourquoi une telle excitation?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pourquoi une telle excitation?"

Transcription

1 Pourquoi une telle excitation? Le Higgs R. Jacobsson 1

2 Qu est-ce que la physique des particules? Une quête pour comprendre: Les constituants fondamentaux de la matière- les particules de matière Les interactions avec lesquelles les particules interagissent- Les interactions Les particules qui propagent les interactions les particules messagères But ultime: La naissance de l Univers, le Big Bang Les Evolutions passées et futures Le Higgs R. Jacobsson 2

3 Que savons-nous sur l Univers? L Univers a commencé comme une soupe très chaude et très dense d énergie et de particules. L Univers qui est en expansion rapide a déjà un excès de matière par rapport à l antimatière, et des petites variations de densité. La soupe des quarks se condense en protons, neutrons,.. Les atomes sont formés Cette étape marque la frontière entre l utilisation des télescope et des accélérateurs Les résultats récents nous montrent que nous connaissons seulement 4% de la composition de l Univers, et que son expansion est en accélération Le Higgs R. Jacobsson 3

4 Et, que ne savons-nous PAS de l Univers? Comment les particules et les forces se comportaient-elles tout au début. Comment l Univers a obtenu sa préférence pour la matière? Qu est-ce qui est à l origine des petites variations de densité qui a semé l apparition des étoiles et des galaxies? Comment les particules ont-elles obtenu leur masse? Dans quelles conditions se forment les protons, neutrons, etc? Dans quelles conditions se forment les premiers noyaux? Quelle est la composition de 96% de l Univers - La Matière Noire et l Energie Noire? Le Higgs R. Jacobsson 4

5 Comment étudions-nous la physique des particules? Le Grand Collisionneur d Hadrons (LHC) fait 27 km de long Recrée les conditions à petite échelle : Température K qui est x seconde après le Big Bang (10-11 s) Un microscope géant avec une résolution de 1/10000 d un proton(10-19 m) Le Higgs R. Jacobsson 5

6 Le LEGO de l Univers Le Higgs R. Jacobsson 6

7 Particules d interactions (= bosons vecteurs/tensors) Notre visualisation des interactions! Gravitation Graviton? Le Higgs R. Jacobsson 7

8 Les interactions (~ les forces ) et l Unification Electricity Magnetism Light Terrestrial Gravity Planetary Gravity Electromagnetism Newton s Gravitation Time Maxwell s Electromagnetism Quantum Electrodynamics Electroweak force Radioactivity Weak nuclear force Atomic nuclei Strong force General Relativity Energy = Temperature Grand Unified Theory Super Unified Theory Le Higgs R. Jacobsson 8

9 Qu est-ce que la masse? Notez, la masse fondamentale chez les particules fondamentales 80 kg du corps humain / m p/n (~1.6x10-27 kg) * Σm uud/udd (~2*10-29 kg) = ~1 kg.?.. Le reste est constitué par l énergie cinétique et l énergie d interaction (couplage) La masse perçue avec la gravitation est l effet total dû à la masse fondamentale + l énergie! Le Higgs R. Jacobsson 9

10 Qu est-ce que la masse fondamentale? Masse fondamentale = Masse au repos Pourquoi la masse au repos des particules matières est tellement importante? Sans la masse au repos, une particule se déplace toujours à la vitesse de la lumière! Difficile de construire un Univers avec des objets complexes. Acquisition d une propriété appelée masse au repos est nécessaire pour l Univers Masse au repos n a rien à voir avec une forme de solidité! Le Higgs R. Jacobsson 10

11 Qu est-ce qu une particule fondamentale? o Une particule est une propagation d une somme d informations (propriétés) perçues avec les différentes interactions! Gravitation, électromagnétisme, force forte et force faible C est-à-dire, les particules sont ressenties différemment selon l information qu elles portent! Techniquement, une particule est représentée par une excitation d un champ analogique avec une ondulation sur une surface d eau o (Quelle est la taille des particules? Quelle est la taille d un morceau de coton? ) Le Higgs R. Jacobsson 11

12 L acquisition de masse o La propriété perçue comme une masse au repos est acquise par un champ qui remplit l espace vide comme un medium. Le champ est présent dans le vide, au contraire de toutes les autres interactions! o L interaction entre le champ et les particules, consiste en un échange d un boson Plus forte est l interaction avec la particule, plus lourde est la masse Il faut que le champ produise une interaction scalaire Les interaction sont invariables par rapport aux rotations Le champ n indique pas une direction préférée Le Higgs R. Jacobsson 12

13 Le champ o Le champ d interaction est née spontanément tout au debut de l Univers avec le refroidissement dû à l expansion Tout d abord, toutes les particules sont sans masse Avec l apparition du champ certaines obtiennent la propriété, d autres pas Voilà, la proposition de Brout-Englert-Higgs et autres en 1964! Le Higgs R. Jacobsson 13

14 Les interactions avec le Higgs Le Higgs R. Jacobsson 14

15 Le Higgs R. Jacobsson 15

16 La chasse au Higgs depuis 50 ans o Le boson de Higgs donne lui-même sa masse Pas possible de calculer sa masse! o La masse du boson de Higgs a été prédite avec une précision croissante tout au long des années et cela pendant 20 ans! o La masse préférée pour que la théorie corresponde aux données expérimentales avec des masses différentes de Higgs : 96 / Inverse a la probabilite Le Higgs R. Jacobsson 16

17 La chasse au boson de Higgs au LHC o Exemple de production et de désintégration de boson de Higgs selon la théorie Plus forte est l interaction avec la particule, plus lourde est la masse Plus lourde est la masse, plus forte est l interaction avec la particule ~1-5 Higgs par minute! Le Higgs R. Jacobsson 17

18 Détecteurs de collisions o Instruments pour enregistrer et reconstruire les collisions Les traces des particules énergies et moments des particules identification des particules Les particules communément connues Les choses excitantes se passent dans un volume de la taillle d un proton O(10 000) tonnes de O(100 million) de senseurs ultra-high-tech sensors lisant 1 petabyte/s (1 million gigabyte par seconde) Stockant un demi-gigabyte par seconde (5 millions de gigabytes par an = un milliard de collisions ) Le Higgs R. Jacobsson 18

19 L analyse mondial - GRID o Le GRID calcul distribue avec des ordinateurs connectés autour la planète comme un super-ordinateur (similaire à la grille de distribution électrique) 170 centres de calcul dans 36 pays Le Higgs R. Jacobsson 19

20 Les graphiques suivants sont les mesures attestant de la découverte du boson de Higgs, faites au niveau du détecteur ATLAS. On notera successivement les mesures accompagnées du bruit de fond. Sur les dernières slides on relève, en bleu, celles qui sont spécifiques du boson. Le Higgs R. Jacobsson 20

21 Le Higgs R. Jacobsson 21

22 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 22

23 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 23

24 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 24

25 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 25

26 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 26

27 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 27

28 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 28

29 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 29

30 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 30

31 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 31

32 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 32

33 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 33

34 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 34

35 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 35

36 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 36

37 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 37

38 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 38

39 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 39

40 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 40

41 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 41

42 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 42

43 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 43

44 ! La masse de Higgs est égale à celle de 130 protons! Le Higgs R. Jacobsson 44

45 Un exemple.. Le Higgs R. Jacobsson 45

46 Prix Nobel 2013! o Rien de ce que nous avons vu jusqu à aujourd hui ne ressemble au boson de Higgs! Le Higgs R. Jacobsson 46

47 L Univers à 0 K K en une seule formule? o C est si simple que ça, ou? Le Higgs R. Jacobsson 47

48 Le vide (de l Univers) est-il stable? o Probablement, juste, juste, juste avec une marge d un cheveu Et forcément. ça s est passé, vu que nous sommes ici pour en parler! o Sinon: Une bulle de vrai vide pourrait être semée quelque part et s étendre. L effet d une bulle grandissant du point de l espace-temps où il a commencé, prend plutôt du temps vu la taille actuelle de l Univers Les structures, les particules et les forces actuelles seraient perdues et remplacées par une version différente des mêmes champs de quantum. Le Higgs R. Jacobsson 48

49 Nous avons découvert ce qu est le vide! C est vraiment quelque chose! Le Higgs R. Jacobsson 49

50 Des conséquences cosmologiques! o Introduire un champ scalaire avec une énergie potentielle non-nulle dans le vide soumet le vide à une pression négative!!! Chaque petit volume dans le vide est soumis à une force d expansion L énergie potentielle du champ scalaire est toujours constant Constante cosmologique d Einstein, ca vous dit quelque chose?! Si un volume double sa taille, la force d expansion augmente au cube (8x)!! Le vide est soumis à une expansion accélérée!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! INFLATION et l ENERGIE NOIRE Nous avons maintenant un outil réel pour les expliquer (l origine n est pas forcément le champ de Higgs, mais du même type!) Le Higgs R. Jacobsson 50

51 Le futur o Caractériser le boson avec une grande précision! C est un boson de Higgs, mais est-ce LE boson de Higgs? Est-ce qu il peut nous montrer le chemin vers la Nouvelle Physique toujours nécessaire pour expliquer les grands mystères dans l Univers? Le Higgs R. Jacobsson 51

52 Fin Le Higgs R. Jacobsson 52

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES DÉCOUVERTES? Introduction à la physique expérimentale à haute énergie. Voyage au CERN 2015 Martin DELCOURT 11 février 2015 M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche

Plus en détail

Physique des Hautes Energies. pour Non Physiciens. Stephan Narison. CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier)

Physique des Hautes Energies. pour Non Physiciens. Stephan Narison. CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier) Physique des Hautes Energies pour Non Physiciens Stephan Narison CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier) L échelle de l Univers : les deux infinis Qu est ce la Physique des Hautes Energies? Qu est ce la Physique

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Grâce au Lions Club, nous avons eu la chance de pouvoir nous rendre à Genève (et ses environs) afin de visiter le CERN (Organisation Européenne

Plus en détail

Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN

Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN LMCS 2014 Journée nationale pour la modélisation et la simulation 0D/1D Chatou, France Benjamin BRADU CERN, Genève, Suisse Organisation Européenne

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 PHYSIQUE-CHIMIE MARDI 17 JUIN 2014 Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIENT : 8 L usage d une calculatrice EST autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de

Plus en détail

Le modèle standard de la physique des particules et au-delà. 08/03/2017 Masterclasses - Le Modèle Standard 1

Le modèle standard de la physique des particules et au-delà. 08/03/2017 Masterclasses - Le Modèle Standard 1 Le modèle standard de la physique des particules et au-delà 08/03/2017 Masterclasses - Le Modèle Standard 1 Des particules élémentaires? Taille (m) 10-9 10-10 10-15 10-18 Notion qui varie avec l époque

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC 1 Sommaire La physique des particules Constituants élémentaires Forces et interactions Fondements théoriques Zoom sur le LHC Le LHC Le fonctionnement des

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

2 Le champ électrostatique E

2 Le champ électrostatique E Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 2 Le champ électrostatique E k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON DES GÉOSCIENCES

Plus en détail

Le modèle standard de la physique des particules et au delà. 08/03/15 Masterclass - Le Modèle Standard 1

Le modèle standard de la physique des particules et au delà. 08/03/15 Masterclass - Le Modèle Standard 1 Le modèle standard de la physique des particules et au delà 08/03/15 Masterclass - Le Modèle Standard 1 Des particules élémentaires? Taille (mètres) 10-9 10-10 10-15 10-18 ª Notion qui varie avec l époque

Plus en détail

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations 4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ 4.1 Échelles d observations et fluctuations On s intéresse à un volume V de gaz très grand : qq m 3 dans les conditions normales de température et de pression. Au sein de ce

Plus en détail

La Physique des Particules en quelques mots. Riccardo Rattazzi (Laboratoire de Physique Théorique des Particules, EPFL)

La Physique des Particules en quelques mots. Riccardo Rattazzi (Laboratoire de Physique Théorique des Particules, EPFL) La Physique des Particules en quelques mots Riccardo Rattazzi (Laboratoire de Physique Théorique des Particules, EPFL) Phénomènes Lois Applications Phénomènes électromagnétiques Equations de Maxwell E

Plus en détail

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure, Paris 2 Mars 2010: Atomes et Lumière Puissance et étrangeté du quantique 16 Mars

Plus en détail

Commentaires pour le diaporama : Compte rendu du stage au CERN

Commentaires pour le diaporama : Compte rendu du stage au CERN Commentaires pour le diaporama : Compte rendu du stage au CERN Diapo 1 : Récit d une semaine de stage au CERN, pour donner un aperçu du contenu d une telle formation. Tous les diaporamas proposés par les

Plus en détail

Énergie, économie et environnement

Énergie, économie et environnement Énergie, économie et environnement Johann Collot professeur à l'université Grenoble Alpes et chercheur au Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble (LPSC) université Grenoble Alpes,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR. M. Serge HAROCHE. Délégué de l Académie des sciences

LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR. M. Serge HAROCHE. Délégué de l Académie des sciences LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR M. Serge HAROCHE Délégué de l Académie des sciences Comme nous le constatons aujourd hui, on peut aborder le virtuel avec l approche du financier, de l architecte,

Plus en détail

Histoire et structure de notre Univers

Histoire et structure de notre Univers Histoire et structure de notre Univers Rappels historiques En 1922, Alexandre Friedmann imagine que l Univers a été dans le passé plus petit, plus chaud et plus dense. En 1927, George Lemaître imagine

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Observation d'une nouvelle particule au CERN Présentation le 4 Juillet Le boson de Higgs 3/45

Observation d'une nouvelle particule au CERN Présentation le 4 Juillet Le boson de Higgs 3/45 2/45 Observation d'une nouvelle particule au CERN Présentation le 4 Juillet 2012 Le boson de Higgs 3/45 Le bosons de Higgs C'est une particule élémentaire 4/45 Il y a deux catégories de particules élémentaires

Plus en détail

LA DÉCOUVERTE DU BOSON DE HIGGS NATHALIE BESSON. Le 4 juillet 2012 est annoncée la découverte d une nouvelle particule!

LA DÉCOUVERTE DU BOSON DE HIGGS NATHALIE BESSON. Le 4 juillet 2012 est annoncée la découverte d une nouvelle particule! LA DÉCOUVERTE DU BOSON DE HIGGS NATHALIE BESSON Le 4 juillet 2012 est annoncée la découverte d une nouvelle particule! Le boson de Higgs Et la physique des particules élémentaires Le modèle standard de

Plus en détail

CERN faq Guide du LHC LHC SPS CMS. LHCb ALICE ATLAS CNGS BOOSTER ISOLDE. n-tof LEIR. neutrinos. Gran Sasso. CTF3 e LINAC 2. neutrons.

CERN faq Guide du LHC LHC SPS CMS. LHCb ALICE ATLAS CNGS BOOSTER ISOLDE. n-tof LEIR. neutrinos. Gran Sasso. CTF3 e LINAC 2. neutrons. CERN faq Guide du LHC TI2 ALICE LHC TT10 TT60 CMS ATLAS North Area SPS TT40 TI8 TT41 LHCb CNGS neutrinos Gran Sasso TT2 n-tof neutrons AD p p LINAC 2 LINAC 3 Ions BOOSTER ISOLDE LEIR PS East Area CTF3

Plus en détail

Académie de LYON ABERKANE Arthur 2008/2009 BORREL Martin MAIRE Jeremy

Académie de LYON ABERKANE Arthur 2008/2009 BORREL Martin MAIRE Jeremy Professeur encadrant : M JEANJACQUOT Lycée Charlie CHAPLIN Académie de LYON ABERKANE Arthur 2008/2009 BORREL Martin MAIRE Jeremy Sommaire : Introduction/Résumé P3 I] Aurores polaires P3 1 ) Définition

Plus en détail

Exercices de Cosmologie

Exercices de Cosmologie Master 1 & 2 Exercices de Cosmologie Distance angulaire 1/ Dans un univers Einstein de Sitter, exprimer la distance angulaire d un objet vu à l époque t, en fonction de z puis en fonction de t, l âge actuel

Plus en détail

Exercices corrigés sur E m, E p, E c et la sécurité routière

Exercices corrigés sur E m, E p, E c et la sécurité routière Exercices corrigés sur E m, E p, E c et la sécurité routière Exercice 1 : Conversion d énergie Sa2 h (altitude) goutte d eau Ec énergie cinétique Ep énergie de position 0 On étudie la chute d une goutte

Plus en détail

Utiliser les outils de suivi des stocks 1

Utiliser les outils de suivi des stocks 1 Utilisation de l historique 1. A quoi sert un stock? Un stock est une quantité de produits immobiles, dans l attente d être consommés, c est à dire soit transformés, soit vendus. Ce stock provient de la

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

THEME : SPORT TP 8 : mise en orbite d un satellite

THEME : SPORT TP 8 : mise en orbite d un satellite TP 8 : mise en orbite d un satellite I. Introduction : Le but de cette activité est, dans un premier temps, de réussir à simuler la mise en orbite d un satellite. Pour cela : - ouvrez «communlogiciels»

Plus en détail

Quelques généralités et faits historiques sur les

Quelques généralités et faits historiques sur les Quelques généralités et faits historiques sur les phénomènes électriques L. Villain 1 Notion de charge électrique 1.1 Historiques et principaux faits La notion fondamentale à la base de la description

Plus en détail

Les outils du physicien expérimentateur. Ou la grande chasse aux particules

Les outils du physicien expérimentateur. Ou la grande chasse aux particules Les outils du physicien expérimentateur Ou la grande chasse aux particules Chapitre1 : La traque, oucomment faire sortirles particulesde leurcachette... Le principe du réveil-matin Question n 1: Comment

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction Jean-Marc Sparenberg Université Libre de Bruxelles 2011-2012 1 / 18 1 Fondements microscopiques de la physique 2 Espace-temps et relativité

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

introduction à la physique des particules

introduction à la physique des particules introduction à la physique des particules masterclasses de Strasbourg février 2010 les particules élémentaires... c est quoi? taille (mètre) 10-10 10-12 10-15 10-18 dépend des moyens expérimentaux pour

Plus en détail

Cours Centrale - Raphaël Granier de Cassagnac 1

Cours Centrale - Raphaël Granier de Cassagnac 1 Les particules élémentaires Histoire de leur découverte Cours Centrale - Raphaël Granier de Cassagnac 1 Particules et interactions L histoire de la physique des particules est une succession de : Découverte

Plus en détail

point d application F r intensité: 4 unités

point d application F r intensité: 4 unités A. MÉCANIQUE A1. Forces I) appels 1) Effets d une force: définition Une force est une grandeur physique qui se manifeste par ses effets a) effet dynamique : Une force est une cause capable de produire

Plus en détail

Une brève histoire du principe de relativité

Une brève histoire du principe de relativité Une brève histoire du principe de relativité de Galilée à Einstein... Loïc Villain LMPT, Université de Tours LUTH, Observatoire de Paris-Meudon loic.villain@lmpt.univ-tours.fr Lycée Descartes Loïc Villain

Plus en détail

Introduction à la physique des particules. Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS

Introduction à la physique des particules. Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS Introduction à la physique des particules Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS La Physique avec un grand «P» Science tentant de comprendre, de modéliser

Plus en détail

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE Physique Quantique FSAB 123 APE 12 Auteur(s) : VB, XG, ON, BN, JPR FSAB 123 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE PÉRIODIQUE, ATOME D HYDROGÈNE, SEMICONDUCTEURS BARRIERE DE POTENTIEL

Plus en détail

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre Un. 7 Gravitation universelle - eercices (Lorsque L homme eplique Le ciel et La terre) Savoir son cours QCM : Le poids d un homme sur la lune n est pas le même que sur la Terre car sur la Lune, il n y

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

F p. Par définition : S. F p = P x S avec F p en Newton (N) P en Pascal (P) et S en m 2

F p. Par définition : S. F p = P x S avec F p en Newton (N) P en Pascal (P) et S en m 2 Physique : 2 nde Exercices d application : Les gaz CORRECTION I. Force pressante et pression : Exercice 1 : 1. a) Calculer la valeur F p de la force pressante exercée par l air atmosphérique sur une vitre

Plus en détail

Club sciences. Philippe Ribiere Mercredi 14 Mars 2012

Club sciences. Philippe Ribiere Mercredi 14 Mars 2012 Club sciences Philippe Ribiere ribierep@orange.fr Mercredi 14 Mars 2012 Mercredi 28 Mars 2012 Quelques idées sur... la théorie des cordes 1. Naissance du modèle standard. Sonder la structure de la matière

Plus en détail

La Physique des Particules

La Physique des Particules La Physique des Particules David London Université de Montréal PHY1111 PDF: http://wwwlpsumontrealca/ london/londonhtml David London (UdeM) Physique des Particules PHY1111 1 / 15 Forces Fondamentales 1

Plus en détail

Thermodynamique. Plan du cours 3. Théorie cinétique des gaz : Calcul de la pression. Température et Energie. Dégrés de liberté d'une molécule

Thermodynamique. Plan du cours 3. Théorie cinétique des gaz : Calcul de la pression. Température et Energie. Dégrés de liberté d'une molécule Thermodynamique Plan du cours 3. Théorie cinétique des gaz : Calcul de la pression Ludwig Boltzmann (1844-1906), Température et Energie Dégrés de liberté d'une molécule Equation d'état du gaz parfait Théorie

Plus en détail

Sur la route du boson

Sur la route du boson DOSSIER DE PRESSE Sur la route du boson Des idées de Brout, Englert et Higgs à la naissance d une nouvelle particule Octobre 2015 Contact presse : Frédérique Badaud : 06 06 47 27 17, badaud@clermont.in2p3.fr

Plus en détail

Crédibilité du Big Bang La recherche des «fossiles cosmologiques» Aout 2014

Crédibilité du Big Bang La recherche des «fossiles cosmologiques» Aout 2014 Crédibilité du Big Bang La recherche des «fossiles cosmologiques» Aout 2014 Question no 1 Quelles sont les preuves de la valeur de la théorie du Big Bang? Le meilleur choix? Question no2. Jusqu à quelle

Plus en détail

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, 91191 Gif

Plus en détail

Jouer aux cartes avec des particules

Jouer aux cartes avec des particules Jouer aux cartes avec des particules 64 cartes: + tous les constituants élémentaires + les 3 forces 32 cartes: on met de côté l interaction forte Plusieurs jeux possibles: + 7 familles (se familiariser)

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle

planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle planets un logiciel pour illustrer la démarche de Newton et la découverte de la gravitation universelle Yves A. Delhaye 5 mai 2015 20 :00 Résumé L utilisation et l installation du logiciel planets permet

Plus en détail

LE TEMPS A LA LUMIERE DE LA RELATIVITE ET DE LA MECANIQUE QUANTIQUE

LE TEMPS A LA LUMIERE DE LA RELATIVITE ET DE LA MECANIQUE QUANTIQUE LE TEMPS A LA LUMIERE DE LA RELATIVITE ET DE LA MECANIQUE QUANTIQUE Lucien Daly Il n est pas possible de parler du temps sans parler de l espace. Pourquoi? Parce que nous sommes maintenant très loin de

Plus en détail

Partie chimie (10 points)

Partie chimie (10 points) NOM : CONTRÔLE COMMUN DE PHYSIQUE-CHIMIE seconde Calculatrice autorisée Partie chimie (10 points) Exercice n 1 : Détermination de la constitution d atomes et d ion. Compléter le tableau suivant : Symbole

Plus en détail

Mécanique 2. Cours. Le poids. Troisièmes. Intro. Qu est-ce que le poids? Mesurer un poids et donner sa signification

Mécanique 2. Cours. Le poids. Troisièmes. Intro. Qu est-ce que le poids? Mesurer un poids et donner sa signification Mécanique 2 Le poids Qu est-ce que le poids? Mesurer un poids et donner sa signification Mécanique 2 Objectifs Interpréter la variation de pesanteur selon le lieu Utiliser la proportionnalité entre poids

Plus en détail

MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHÈQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE. Année scolaire 2014/2015 Session de mai 2015

MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHÈQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE. Année scolaire 2014/2015 Session de mai 2015 MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHÈQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE Année scolaire 2014/2015 Session de mai 2015 ÉPREUVE DE PHYSIQUE Durée : 3h Le sujet est constitué de cinq

Plus en détail

Oscillateurs et mesure du temps

Oscillateurs et mesure du temps Oscillateurs et mesure du temps Très tôt dans l histoire de l humanité, les phénomènes périodiques ont été utilisés pour mesurer le temps. Les premiers ont été les événements astronomiques puis, à mesure

Plus en détail

Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette. Cours de gestion financière (M1) Coûts d agence de l endettement excessif

Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette. Cours de gestion financière (M1) Coûts d agence de l endettement excessif Cours de gestion financière (M1) Séances 12 du18 décembre 2015 Coûts d agence de l endettement / surplomb de la dette (Myers) Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette Coûts d agence (Jensen Meckling)

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

Son et modes propres de vibration

Son et modes propres de vibration TP DE PHYSQIUE N 6 SPECIALITE TS 1/6 SON ET MODES PROPRES DE VIBRATION Objectifs TP de physique N 6 Son et modes propres de vibration Connaître les deux conditions pour qu un instrument de musique produise

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

Le changement climatique

Le changement climatique 1 Fiche enseignant Type de fiche Le changement climatique Aida HARKA, Albanie Ilia ILIEV, Bulgarie 1. Présentation Thème Effet de serre Activités langagières Réception écrite Réception orale Production

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Bienvenue au CPPM. François TOUCHARD

Bienvenue au CPPM. François TOUCHARD Bienvenue au CPPM François TOUCHARD Le Centre de Physique des Particules de Marseille un laboratoire de l'institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3) l'in2p3 fait partie

Plus en détail

La courbure de l espace-temps par Alain Bonnier, D.Sc. (physique)

La courbure de l espace-temps par Alain Bonnier, D.Sc. (physique) La courbure de l espace-temps par lain onnier, D.Sc. (pysique) 1. La gravitation M F F = r GMm r 2 F m Selon la téorie gravitationnelle de Newton, tous les objets s attirent avec une force F proportionnelle

Plus en détail

LA VITESSE DE LIBÉRATION DE LIBÉRATION

LA VITESSE DE LIBÉRATION DE LIBÉRATION LA VITESSE DE LIBÉATION C EST TÈS Par Jean-Pierre MATIN jpmgauge@wanadoo wanadoo.fr ASSOCIATION D ASTONOMIE VÉGA PLAISI 78370 1 LE CONCEPT DE VITESSE DE LIBÉATION EN ASTONOMIE Le concept de vitesse de

Plus en détail

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM Vecteurs.nb 1 Collège du Sud 1-ère année Mathématiques Vecteurs Edition 00/004 - DELM Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hypertexte vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec/index.html

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

LES MOTEURS ELECTRIQUES

LES MOTEURS ELECTRIQUES L objectif de ce cours est de comprendre le fonctionnement des moteurs électriques. Nous verrons les notions de puissance, de pertes et de rendement. Nous étudierons de manière simplifié comment ces moteurs

Plus en détail

Perspectives de la recherche en physique

Perspectives de la recherche en physique Perspectives de la recherche en physique et quelques réflexions sur la meilleure manière d avoir des scientifiques pour la mener dans le futur Jean Dalibard Chercheur au CNRS, Professeur à l Ecole polytechnique

Plus en détail

Comment distinguer l or d un métal jaune identique? Cette question. Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse»

Comment distinguer l or d un métal jaune identique? Cette question. Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse» CCYCLE 3 YCLE 3 Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse» Cécile de Hosson Éditions Le Pommier, 2009 Objectifs Chaque matériau possède sa propre masse volumique (rapport de la

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007)

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) [LE JEU DES 7 ERREURS QUANTIQUES] Introduction à la physique quantique

Plus en détail

LES CRISTAUX CAHIER DE L ÉLÈVE

LES CRISTAUX CAHIER DE L ÉLÈVE LES CRISTAUX CAHIER DE L ÉLÈVE Décembre 2007 cristaux_eleve_st.doc 1 Révision linguistique : mai 2008 NOTE : Cette SAE a été élaborée dans le cadre de sessions de formation. Des adaptations seront nécessaires

Plus en détail

Journée hydrogène et mobilité

Journée hydrogène et mobilité Mardi 3 novembre 2015 DOSSIER DE PRESSE Journée hydrogène et mobilité Une journée Hydrogène & Mobilité se déroulera le jeudi 28 janvier prochain sur la place de la République (à partir de 11h) et en mairie

Plus en détail

IV. Capteurs de niveau

IV. Capteurs de niveau IV. Capteurs de niveau Généralités Un capteur de niveau est placé dans un réservoir pour connaitre le niveau de liquide dans la cuve. De nombreux problèmes pratiques existent : corrosion du liquide, température

Plus en détail

Le modèle du gaz parfait

Le modèle du gaz parfait Table des matières 1 : énergie interne, équation d état 1.1 Hypothèses........................................... 1. Énergie interne d un GPM................................... 1.3 Équation d état du GPM....................................

Plus en détail

La boussole et les Nords

La boussole et les Nords La boussole et les Nords La boussole : comment ça marche? La boussole est connue depuis très longtemps. Elle a été inventée en Chine. Le principe est très simple : c'est un petit aimant. Un bout de l'aiguille

Plus en détail

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil DM n o 5 TS1 11 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir 1 Fusion dans le Soleil 1.1 Le Soleil Les premiers scientifiques à s interroger sur l origine de l énergie du Soleil furent W. Thomson

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES NOM :. PRENOM : NUMERO DE CANDIDAT :... EPREUVE DE PHYSIQUE DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES Lire attentivement les consignes afin de vous placer dans les meilleures conditions de réussite

Plus en détail

. 1.1 Charge électrique

. 1.1 Charge électrique Plan du chapitre 1. 1.1 Charge électrique 1.2-1.3 Conducteurs et isolants 1.4 Procédés d électrisation (instruments) 1.5 Loi de Coulomb (force électrique) 1.1 Charge électrique Les explications données

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

LES EXOPLANETES. Les exoplanètes déjà découvertes. A quoi ressemblent-elles? Comment sont-elles détectées? Comment se forment-elles?

LES EXOPLANETES. Les exoplanètes déjà découvertes. A quoi ressemblent-elles? Comment sont-elles détectées? Comment se forment-elles? Accompagnement personnalisé - 2 nde Thème du travail de synthèse : LES EXOPLANETES Les exoplanètes déjà découvertes A quoi ressemblent-elles? Comment sont-elles détectées? Comment se forment-elles? Peuvent-elles

Plus en détail

Le boson de Brout, Englert et Higgs, le CERN, le LHC et les deux infinis E2phy Limoges 26/08/2013

Le boson de Brout, Englert et Higgs, le CERN, le LHC et les deux infinis E2phy Limoges 26/08/2013 Bienvenue Le boson de Brout, Englert et Higgs, le CERN, le LHC et les deux infinis E2phy Limoges 26/08/2013 au Accélérateur des Sciences et de l Innovation LHC main ringl: 27 km circumference Machines

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Première STMG Fonctions de référence sguhel ... 0 Chapitre 5 : Fonctions de référence... 2 1 Fonctions affines... 2 1.1 Exemple... 2 1.2 Définition et vocabulaire... 3 1.3 Représentation graphique... 4

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées.

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées. UNIVERSITÉ CHEIKH NT DIOP DE DKR /5 6 G 8 Durée : heures OFFICE DU BCCLURET Séries : S-S3 Coef. 8 Téléfax () 8 65 8 - Tél. : 8 95 9-8 65 8 Epreuve du er groupe SCIENCES PHYSIQUES Les tables et calculatrices

Plus en détail

REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese

REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese www.scotese.com chris@scotese.com Introduction Christopher SCOTESE de l Université du Texas est l'auteur

Plus en détail

Cosmologie. Pourquoi une origine? Le Big Bang. l ex pansion de l Univers loi de Hubble plusieurs modèles. chronologie cosmologie observationnelle

Cosmologie. Pourquoi une origine? Le Big Bang. l ex pansion de l Univers loi de Hubble plusieurs modèles. chronologie cosmologie observationnelle Cosmologie Pourquoi une origine? l ex pansion de l Univers loi de Hubble plusieurs modèles Le Big Bang chronologie cosmologie observationnelle 1 Calendrier cosmique Avant décem bre 1 Jan. 15x10 9 ans Big

Plus en détail

Les métiers du CNRS. JM De Conto

Les métiers du CNRS. JM De Conto Les métiers du CNRS JM De Conto Objectifs Les métiers et les sections du CNRS Vocabulaire Comment y entrer Avancement Démystifier http://www.cnrs.fr/ Le CNRS ne fait pas de publicité Deux catégories professionnelles

Plus en détail