UNE CULTURE POUR LES SÉNIORS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE CULTURE POUR LES SÉNIORS"

Transcription

1 UNE CULTURE POUR LES SÉNIORS par La Patente du Rang XI PROJET NOVATEUR 1

2 REMERCIEMENTS La réalisation de ce projet a été possible grâce au soutien financier de la Commission des aînés et des retraités de l Estrie. Nous remercions Mme Marie-Claude Coppex-Mudry pour son aide dans l organisation et la rédaction de ces fiches. 2

3 PRÉSENTATION Animés du besoin de participer activement à la vie sociale, des étudiants de l Université du troisième âge (UTA) de Sherbrooke ont constitué un groupe de réflexion pour se pencher sur la valeur de la vie des aînés jouissant d une bonne santé. Leurs travaux ont débouché sur la constitution d une série de fiches de réflexion diffusées auprès d organismes désireux d utiliser ce matériel pour enrichir leurs propres rencontres de discussion. Avec l allongement de l espérance de vie, la qualité de notre existence devient une préoccupation fondamentale. Comment ne pas simplement ajouter des années à sa vie, mais ajouter de la vie à ses années? Et cela jusqu à un âge très avancé. Chaque membre du groupe qui a créé ce matériel est une personne engagée dans diverses activités sociales, soit comme animateur d ateliers dans des congrès ou animateur de discussions à l Université, soit encore pour avoir rencontré et interrogé des résidents dans des foyers de personnes âgées. Ces rencontres thématiques ont donc été enrichies de l expérience de vie des participants. Les discussions leur ont apporté de tels bienfaits qu ils ont voulu vous les partager, car les sujets traités peuvent servir de bases d échanges d expériences entre les aînés appartenant à divers organismes 1. Les auteurs ont en outre choisi de traiter des sujets susceptibles de créer des ponts entre les générations. Ils connaissent la réalité des plus jeunes qu eux, parce qu ils sont passés par là. En revanche, les jeunes ne connaissent pas leur réalité, car ils n ont pas encore foulé le chemin des aînés. Quand on comprend mieux ce que l autre vit, ses préoccupations, ses peurs et ses joies, le respect s installe, les a priori s estompent, le terrain pour une véritable compréhension mutuelle se développe. Ces fiches peuvent donc être l occasion de vraies rencontres entre les générations. Elles ont été classées par thème. Pour chacun des textes l auteur vous propose des objectifs et des pistes de réflexion. Ces suggestions pourront vous servir de guides pour échanger des idées, pour alimenter des groupes de discussion ou encore pour y réfléchir seuls. Si ces fiches vous aident à prendre conscience de la richesse de vos expériences et vous incitent à vous engager davantage dans la vie sociale, elles n auront pas été vaines. Car, «être citoyen, ce n est pas simplement voter, c est savoir pourquoi on vote!» La Patente du Rang XI, Sherbrooke 1 Organismes : cercles de l âge d or, Sercovie, maisons de la famille, maisons des jeunes, maisons des grandsparents, CLSC, résidences pour personnes aînées autonomes ou semi-autonomes, conseils pastoraux et universités du troisième âge. 3

4 GUIDE D UTILISATION Les sujets que vous proposent ces fiches peuvent servir d amorces à des échanges d idées ou à des discussions en groupes. Ils peuvent aussi alimenter votre réflexion personnelle si vous les abordez individuellement. Aux personnes qui désirent former des groupes de discussion basés sur ces fiches, nous suggérons les étapes suivantes : a) nommer un animateur ou une animatrice; b) choisir une fiche dont le sujet vous intéresse; c) la photocopier pour chaque participant; d) lire la fiche en groupe ou individuellement; e) répondre aux questions ou aux pistes de réflexion. Le groupe de la «Patente du rang XI» peut vous offrir les services d une animatrice ou d un animateur selon la disponibilité de ses membres. Pour obtenir de l aide ou des renseignements, vous pouvez vous adresser à : Marie-Paule Banville : (819) ; courriel : Les auteurs seraient heureux de recevoir vos suggestions, vos commentaires, vos critiques et éventuellement vos propositions de sujets pour discussions ou pour de nouvelles fiches. Ils espèrent que ce matériel vous sera profitable, qu il stimulera votre engagement en tant que citoyen actif et vous souhaitent une bonne et enrichissante réflexion. La Patente du Rang XI, Sherbrooke 4

5 UNE CULTURE POUR LES SÉNIORS TABLE DES MATIÈRES 1 D une génération à l autre Les aînés et les valeurs familiales La place des aînés quand la vie de famille change La rentrée universitaire des aînés Seule pour élever sa petite famille La solidarité entre les générations L importance de la communication en famille Nous sommes parents pour la vie 2 La société 2.1 Les seniors, un fardeau ou une richesse pour la société 2.2 Qui sont les aînés dans notre société 2.3 Le détachement 2.4 La place des aînés dans la société 2.5 Un sentiment d appartenance 2.6 Le pouvoir des aînés 2.7 La démocratie 2.8 La conduite automobile 2.9 Les aînés et le maintien à domicile 2.10 Logement des aînés : quitter sa maison 3 La mort 3.1 Quand et comment espérons-nous mourir? 3.2 Qu y a-t-il après la mort? 3.3 Qu est-ce que je veux faire de cette vie que je quitterai un jour? 3.4 Peur de mourir? Peur de vivre! 4 La santé 4.1 Prendre sa santé en mains 4.2 La santé, un état d esprit 5

6 5 Le temps 5.1 Le temps et les seniors 6 La spiritualité 6.1 Le cheminement spirituel 6.2 Le bonheur 7 La sexualité 7.1 La sexualité sans expert 7.2 La sexualité féminine La Patente du Rang XI, Sherbrooke 6

7 LES AÎNÉS ET LES VALEURS FAMILIALES 1.1 OBJECTIF Développer une conscience plus aiguë des valeurs que nous pouvons apporter aux générations qui nous suivent. * * * Comme aînés, vous vous demandez peut-être de quelle manière vous pouvez contribuer à la vitalité de votre milieu familial. Certaines personnes, et vous êtes probablement de celles-là, pensent que c est en étant à l écoute de leurs proches. Mais pour pouvoir prêter une oreille attentive aux autres et répondre à leurs besoins, il est nécessaire que vous soyez d abord à l écoute de vous-mêmes. Car c est seulement une fois vidés de vos préoccupations personnelles que vous pourrez installer suffisamment de paix et d harmonie avec vous-mêmes pour être capables ensuite d aller vers les autres et de les écouter véritablement. Tout comme leurs parents, les enfants sont confrontés à un système de compétition où seule la performance compte, où les intérêts individuels prévalent. Vous, en revanche, êtes affranchis de cet univers de compétition. Vous avez pris du recul à son endroit. Aujourd hui, ce sont les valeurs humaines qui prédominent chez vous, des valeurs que vous pouvez transmettre aux autres, aux générations qui vous suivent. Qui sont ces «autres»? Ce sont d abord les membres de votre famille. Vous avez certainement des valeurs de respect, d amour, de solidarité et d entraide à leur léguer. Il est bien connu que les grands-parents développent fréquemment une relation privilégiée avec leurs petits-enfants, une complicité souvent bien meilleure que celle qu ils avaient avec leurs propres enfants. Mais comment développer une telle connivence? Par exemple, si vous avez quelques notions de piano, vous pouvez enseigner les rudiments de cet instrument à votre petite-fille. Quant à elle, elle prendra plaisir à vous initier à la navigation sur Internet. Vous disposez de temps, prenez-en pour écouter vos enfants et vos petits enfants sans toutefois laisser percer aucune trace de jugement. Leur mode de vie est différent de ce que fut le vôtre à leur âge, il y a 25 ou 50 ans. Alors prenez garde de ne pas leur imposer votre vision de la vie. Écoutez tout simplement, sans usurper le rôle de parents qui revient à vos enfants. 7

8 PISTES DE RÉFLEXION En quoi pensez-vous pouvoir être utiles à vos enfants et à vos petits-enfants? De quelle manière pourriez-vous développer une plus grande complicité avec vos petitsenfants? Y a-t-il des valeurs que vos enfants trouvent dépassées chez vous et avec lesquelles ils se sentent mal à l aise? Si oui, lesquelles? Comment négocieriez-vous la situation suivante? Vous tenez à des valeurs que vos enfants trouvent dépassées. Ils ne voudraient pas que vous les inculquiez à vos petits-enfants, mais vous les trouvez fondamentales. Pensez-vous que vous devriez insister pour transmettre vos valeurs envers et contre tout? Quelle attitude préconisez-vous? Colette Létourneau La Patente du Rang XI, Sherbrooke 8

9 LA PLACE DES AÎNÉS QUAND LA VIE DE FAMILLE CHANGE 1.2 OBJECTIF Prendre conscience des orientations et des limites que nous voulons donner au bénévolat que nous acceptons d exercer. * * * La vie change. Quand vous étiez plus jeunes, vous viviez dans des conditions familiales, scolaires et sociales qui ne correspondent plus aux réalités d aujourd hui. Les familles actuelles ne ressemblent plus à celles que votre génération a connues. Les couples se séparent, les enfants vivent dans des familles reconstituées ou monoparentales. Ils se promènent du domicile paternel au domicile maternel et vice-versa. La violence, la drogue, le «taxage» et la «cyberintimidation» sont des réalités qui peuvent atteindre vos petits-enfants. Alors une question se pose : est-ce possible de cohabiter avec ces nouvelles réalités? Certaines d entre elles, qui concernent notamment le modèle de couple qu ont choisi vos enfants, appartiennent aux conjoints eux-mêmes. Vous adapter à leur choix est certainement plus sage que de vouloir imposer vos vues. Par ailleurs, d autres valeurs, telles la garde des enfants par les grands-parents ou les demandes d argent de la part de vos petits-enfants, pourraient faire l objet de dissensions. D un côté, vous aimez vos enfants et vos petits enfants. Vous voulez leur être utiles et les faire profiter de votre expérience de vie. De l autre côté, vous ne pouvez adhérer à toutes leurs demandes parce qu elles vont à l encontre de vos valeurs. Vous vous sentez tiraillé. Comment arriver à trouver vos marques dans une telle situation? Il est important que vous reveniez toujours à vous-mêmes, à ce que vous voulez donner en toute liberté. C est à vous seuls que revient la responsabilité de tracer une ligne de démarcation bien nette entre les services que vous voulez rendre et l utilisation abusive de vos services. Si vous êtes confrontés à des situations qui vous dépassent, vous pouvez toujours faire appel à des professionnels compétents. Le temps libre dont vous bénéficiez ne justifie pas que vous preniez sur vos épaules le fardeau de l éducation de jeunes enfants. 9

10 Mais tout d abord, il est nécessaire d avoir une perception bien claire du degré d engagement personnel que vous voulez donner à votre famille, à des enfants d autres familles ou à la société. Les occasions de donner et les besoins ne manquent pas. Mentionnons, par exemple, le soutien scolaire, les activités artistiques, les ateliers d écriture ou d artisanat, l aide aux enfants ayant des difficultés d apprentissage. Si vous deviez vous intéresser à ce type de bénévolat, «La maison des grands-parents» est une structure bien rodée qui peut vous offrir des occasions nombreuses et variées de vous investir. Mme Lise Thibault, lieutenant-gouverneur, s adressait un jour aux aînés en ces termes : «Pour éviter de devenir des bénéficiaires, soyez des bénévoles. Vieillissez vivants, relevez des défis, ayez des projets, recommencez à faire des choses, engagez-vous». Et d ajouter : «S engager, c est rendre à la société un peu de ce qu on a reçu». 10

11 PISTES DE RÉFLEXION Vos valeurs ont-elles évolué en même temps que celles de la société? Si oui, qu est-ce qui vous a aidés à évoluer au rythme des changements de la vie? Autrefois les valeurs étaient transmises presque exclusivement dans le cadre familial et scolaire. Selon vous, comment les valeurs sont-elles transmises aux enfants de nos jours? Quand vous ne partagez pas les mêmes idées que vos enfants sur l éducation de vos petitsenfants, comment croyez-vous qu il vous faut agir? Avez-vous déjà été confrontés à des situations relationnelles qui vous dépassaient entre la famille de vos enfants et vous-mêmes? Si oui, quelles solutions avez-vous trouvées? Aimeriez-vous jouer un rôle plus important dans la société? Si oui, dans quel domaine aimeriez-vous vous engager davantage? Si non, qu est-ce qui vous retient de vous engager davantage? Colette Létourneau La Patente du Rang XI, Sherbrooke 11

12 1.3 LA RENTRÉE UNIVERSITAIRE DES AÎNÉS OBJECTIF Permettre aux participants de réfléchir sur les origines d une cérémonie d initiation à l université et peut-être ouvrir le dialogue avec les jeunes. * * * La rentrée universitaire donne généralement lieu à des activités initiatiques qui ne passent pas inaperçues. Les passants s arrêtent sur les trottoirs, les yeux ébahis, devant des étudiants déguisés et de joyeuse humeur. La rentrée des aînés est d ordre plus intellectuel. Elle consiste en une leçon inaugurale qui ouvre la nouvelle année universitaire et souligne officiellement le début des cours. La leçon inaugurale remonte au Moyen Âge, époque où elle revêtait la forme d une «question disputée». Il s agissait d une démarche scientifique sous forme de joutes oratoires soumises à des règles précises dont le but consistait à s approcher de la vérité. L Université du troisième âge (UTA) a renouvelé la formule originale. Les joutes d esprit ont cédé le pas aux conférences et présentations orales. Les sujets traités surprennent par leur éclectisme. Citons notamment l histoire du grégorien par Dom Minier, moine de l Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, professeur de chant grégorien réputé, qui a aussi interprété de la musique contemporaine et est apprécié autant par les profanes que par les religieux. Par ailleurs, dans un contexte intergénérationnel, le cégépien David Laflamme nous a entretenus de l art de neuromoduler. Son projet de recherche traitait de l effet de l extrait du Ginkgo biloba sur la maladie d Alzeimer. Il a cherché à déterminer si ce produit serait en mesure d augmenter l acétylcholine (la substance responsable de la mémorisation) dans le cerveau des rats au Centre de recherche de l Hôpital Douglas de Verdun, affilié à l Université McGill. Il a été en mesure de constater que le Ginkgo biloba a d étonnantes propriétés neuromodulatrices. D autre part, Monique Vézina, présidente du Bureau québecois pour l Année internationale des personnes âgées (AIPA), a souligné l ampleur du phénomène du vieillissement en mentionnant qu il impose des défis qu il faut commencer à relever dès maintenant. Nous avons également eu le privilège de recevoir le célèbre astrophysicien Hubert Reeves qui nous a entretenus de l avenir de la vie sur terre. Chaque présentation était généralement suivie d une période de questions. La partie officielle de cette activité se termine toujours par le partage du vin de l amitié. Les étudiants ont ainsi l occasion de faire plus ample connaissance, de fraterniser et de rencontrer les conférenciers. 12

13 PISTES DE RÉFLEXION Selon vous, la cérémonie de l initiation a-t-elle encore sa raison d être? Pourquoi? La formule de l initiation adoptée par l Université des aînés répond-elle, selon vous, aux objectifs d une initiation? Sinon comment la modifieriez-vous? Colette Létourneau La Patente du Rang XI, Sherbrooke 13

14 SEULE POUR ÉLEVER SA PETITE FAMILLE 1.4 OBJECTIF Prendre conscience des difficultés que rencontrent les mères (ou les pères) monoparentales qui doivent élever seules leurs enfants et subvenir à leurs besoins. * * * Julie a deux enfants âgés de 4 et 8 ans. En tant que mère monoparentale, elle doit subvenir seule aux besoins de sa petite famille. Elle aimerait nous entretenir du contexte dans lequel se déroule sa vie au quotidien. Sa journée commence à six heures avec le petit déjeuner et la préparation des enfants pour l école. Julie quitte son domicile à 7 h 30, dépose la cadette à la garderie et son aîné à l école et arrive à son bureau à 8 h 15. Elle aimerait commencer le travail par un bon café, mais le règlement lui rappelle que la pause n est qu à dix heures. À midi, elle avale son repas en une demi-heure et consacre le reste du temps à faire quelques courses. Sa journée de travail se termine à 16 h 30. Elle n a que le temps de faire les quelques emplettes qui restent, de passer récupérer ses enfants et de rentrer chez elle. C est là que commence sa deuxième journée de travail. Avec les devoirs de l aîné, les repas du soir et du lendemain, le bain des enfants, elle en a jusqu à vingt heures. Elle profite ensuite de la tranquillité de la soirée pour terminer ses activités ménagères et pour appeler sa mère qui ne va pas très bien ces temps-ci. Il est 21 h 30 quand sonne pour elle l heure du coucher. Les samedis et dimanches ne sont pas nécessairement plus reposants. Il faut aller amener les enfants chez leurs amis ou aux activités sportives, faire les courses, l entretien du linge et du ménage et toutes les activités qui ont été négligées durant la semaine. Quand Julie réfléchit à son rôle de mère, elle constate avec amertume que sa vie n est qu un tourbillon sans fin. Elle réalise que son rôle de mère et d éducatrice lui échappe. Il se borne à assurer le bien-être matériel de ses enfants. Elle constate avec dépit que ceuxci passent la majeure partie de leur temps avec d autres personnes qu avec elle : l enseignante, l éducatrice, l instructeur de sport, etc. C est durant les déplacements en voiture que Julie se sent le plus proche de ses enfants. Mais est-ce suffisant pour transmettre les valeurs fondamentales à la jeune génération? 14

15 PISTES DE RÉFLEXION Connaissez-vous de telles situations autour de vous, dans votre famille? Avez-vous un rôle à jouer dans ces situations? Si oui, lequel? Alvin Doucet La Patente du Rang XI, Sherbrooke 15

16 LA SOLIDARITÉ ENTRE LES GÉNÉRATIONS 1.5 OBJECTIF Réflexion sur le rôle que les personnes à la retraite peuvent jouer pour favoriser la solidarité intergénérationnelle. * * * De nos jours, la société valorise l individualisme. Elle voue un culte à la beauté physique, à la performance et à la personnalité. Ces valeurs sont grandement véhiculées par la publicité, les médias, et en particulier par la télévision, à travers, notamment, les téléromans et ces innombrables émissions de divertissement à la mode. Bien que tout le monde n épouse pas ces valeurs qui nous semblent superficielles, nous ne pouvons les nier. Elles dominent bel et bien le courant de pensée actuel. Nous aimerions pourtant transmettre d autres valeurs aux nouvelles générations. Nous voudrions pouvoir leur parler de l art du contentement, de la satisfaction qu il y a à penser aux autres, à pratiquer le bénévolat. Les valeurs actuelles, que nous estimons frivoles, peuvent nous fournir un bon point de départ de discussion pour amener les autres valeurs auxquelles nous tenons, mais qui paraissent souvent si étrangères aux jeunes. Ne nous berçons néanmoins pas d illusions. Ces valeurs altruistes, nous ne les avons pas apprises grâce à des sermons. C est l expérience qui nous les a inculquées au fil du temps, les coups durs, les pertes et les abandons que la vie nous a imposés. Tout comme nous, les jeunes générations apprendront plus par l expérience personnelle que par nos beaux discours. Faut-il dès lors abdiquer, nous taire? Abdiquer non! Nous taire, peut-être, pour laisser plus de place à l écoute sans jugement. C est ainsi que nous devenons disponibles pour l autre. C est une façon discrète, mais combien efficace, d être solidaires avec les plus jeunes qui se battent pour découvrir les valeurs qui leur permettront d accéder à des parcelles de bonheur, comme nous l avons fait autrefois, lorsque nous essayions aussi de décanter nos valeurs, de discerner entre le bon grain et l ivraie. Nous avons des valeurs de tendresse, d amour, de tolérance, d authenticité à transmettre. Notre exemple en dira bien plus long que d interminables discours. 16

17 PISTES DE RÉFLEXION Ressentez-vous le besoin de transmettre vos valeurs à vos enfants et petits-enfants? Comment vous y prenez-vous pour le faire sans violer la liberté de pensée de l autre? Avez-vous l impression que vos enfants et petits-enfants sont ouverts à vos valeurs? Comment les reçoivent-ils? Que faire quand il semble que nos points de vue agacent les membres plus jeunes de notre famille? Alvin Doucet La Patente du Rang XI, Sherbrooke 17

18 L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION EN FAMILLE 1.6 OBJECTIF Réfléchir sur l importance de prendre le temps d écouter, de comprendre l autre pour entretenir un climat familial harmonieux. * * * Pierre et Noémie ont trois enfants en bas âge. Pierre est conseiller à la Caisse populaire et Noémie, éducatrice de la petite enfance. Ils touchent deux salaires mais parviennent tout juste à payer les hypothèques de la maison et à faire face à aux obligations financières qu entraîne la vie d une famille de cinq personnes. Les repas en commun sont rares et souvent rapidement avalés sur le bord du comptoir de la cuisine. Les journées sont longues, et le travail semble prendre tout l espace. Il déborde sur la vie familiale avec les courriels, les appels téléphoniques et les clients qu il faut rencontrer en dehors des heures de bureau. La vie de famille en souffre, Pierre et Noémie en sont conscients. Ils se plaignent de ne pas voir leurs enfants grandir, et leur vie de couple s effrite. Ils se sont mis à la recherche d une solution. D autres couples de leur connaissance constatent comme eux que leur vie est en train de leur glisser entre les mains. Ils entreprennent alors de mettre en commun leurs difficultés, d en parler. Il n y a pas de recettes miracles, mais le fait de pouvoir parler de ses problèmes avec des personnes extérieures à la famille qui vivent des situations semblables apporte non seulement du soulagement, mais aussi des idées nouvelles. Une telle communication permet d accroître la conscience de ce qui ne va pas dans notre vie et des solutions possibles aux problèmes qui nous affectent. Les habitudes de Pierre et Noémie ont changé. Ils considèrent maintenant le repas du soir comme un espace de communication familiale sacré. Chacun peut parler de ce qu il a vécu durant la journée, et ensemble ils élaborent des projets pour passer plus de temps les uns avec les autres les jours de congé. La communication leur a permis à tous de redécouvrir les joies de la vie familiale. 18

19 PISTES DE RÉFLEXION Le récit de la vie de Pierre et Noémie fait-il écho en vous? Quelle est votre expérience personnelle au sujet de la communication en famille? Quelles sont les conditions nécessaires à une bonne communication familiale? Que pourriez-vous entreprendre pour dynamiser davantage la communication dans votre famille, si besoin est? Alvin Doucet La Patente du Rang XI, Sherbrooke 19

20 NOUS SOMMES PARENTS POUR LA VIE 1.7 OBJECTIF Réaliser que même si nos enfants ont atteint l âge adulte et qu ils ont quitté la maison parentale, leur détresse peut nous atteindre profondément. * * * Notre ami, Réjean, est un homme qui a atteint l âge de toucher la pension gouvernementale et celui d être grand-père. Il a assisté, bouleversé et impuissant, à la lente déchéance de son fils, Mathieu, qui ne donnait aucun signe de bonne volonté pour essayer de s en sortir. Ce fils, dans la trentaine, est promis à un bel avenir. Il se démarque par sa vive intelligence et sa facilité à apprendre. Pourtant, un jour, il quitte tout et sombre dans une existence d itinérant. Il se retrouve dans la rue à essayer de survivre de la charité publique. Après un court séjour dans une maison d hébergement de la ville, il disparaît sans crier gare. Personne ne sait pourquoi et où il est parti. Le père vit constamment dans l angoisse. Il se demande où peut bien être son fils. Est-il en vie? A-t-il un toit? A-t-il quelque chose à se mettre sous la dent? Un jour, un courrier électronique de sa fille lui apprend que Mathieu est à Montréal. Quel soulagement! Enfin des nouvelles de son fils! Réjean désire le revoir. Les questions se bousculent dans sa tête. Dans quel état est-il? Que puis-je faire pour l aider? Rendez-vous est fixé, au Second Cup. Réjean y arrive une demi-heure plus tôt. Il prend un, deux, trois cafés en scrutant toutes les personnes qui entrent dans l établissement et en sortent. Une heure passe. Toujours pas de Mathieu. Réjean attend encore. Puis, le cœur serré, il se décide enfin à quitter le café. Il fait quelques pas sur le trottoir et aperçoit, un peu à l écart, un vagabond endormi sur le sol. Son corps est entièrement caché sous une couverture, sauf les pieds. Notre ami croit reconnaître les bottes de son fils, ce qui le plonge dans le désarroi. Est-ce lui? Est-ce que j ose soulever la couverture pour voir son visage? Une voiture de police est stationnée non loin de là. Faut-il demander de l aide? Dans la tête et le cœur de Réjean, c est la confusion la plus totale. Il reste là à fixer le dormeur. Au bout d une demi-heure, celui-ci se lève. «Ce n est pas mon fils!» Rendez-vous manqué! Réjean ne sait toujours pas où se trouve Mathieu. Aurait-il tenté de mettre fin à ses jours? Une foule de questions sans réponses se pressent dans sa tête. Il retourne bredouille à la maison, le cœur en lambeaux. Plusieurs jours plus tard, Réjean apprend que Mathieu dort à la Mission Old Brewery, un refuge que les sans-logis doivent quitter à cinq heures du matin, une soupe populaire pour essayer de survivre tant bien que mal. 20

21 Finalement, la sœur de Mathieu parvient à joindre son frère. Elle annonce la nouvelle à son père par courrier électronique. Grâce à l intervention d une tante religieuse, Mathieu est hébergé à la Maison du père à Montréal, une maison d accueil pour les gens de la rue qui veulent s en sortir. L espoir renaît enfin dans le cœur de Réjean. Mathieu accepte l aide qu on lui prodigue. Psychologue et autres professionnels l accompagnent dans son cheminement qui doit le conduire à pouvoir reprendre sa vie en mains. La situation que vit Réjean n est certes pas un cas isolé. Un événement semblable peut survenir chez chacun d entre nous. Quel que soit l âge de nos enfants, quelles que soient les responsabilités dont ils sont chargés, quel que soit leur engagement social ou familial, il n existe aucune garantie pouvant nous mettre à l abri de ce genre de crise. Notre cœur de parent est à jamais vulnérable à une telle détresse. 21

22 PISTES DE RÉFLEXION Connaissez-vous des parents qui ont vécu des situations semblables? Quels sentiments vous habitent face à une telle détresse? En restant conscient du ou des sentiments que vous venez de ressentir, nommez le besoin qui se cache sous ce sentiment. (Exemples : être rassuré au sujet de vos enfants ou petitsenfants ; être capable d exprimer davantage d amour aux êtres qui vous sont proches ; pouvoir les assurer que vous serez toujours présent en cas de besoin ; être capable de leur offrir une meilleure écoute, sans jugement ; etc.) Que pouvez-vous concrètement mettre en place qui aille dans le sens de la satisfaction de ce besoin? Comment pourrions-nous aider si cela est possible un proche qui semble décrocher de façon radicale? Colette Létourneau La Patente du Rang XI, Sherbrooke 22

23 LES SÉNIORS : FARDEAU OU RICHESSE POUR LA SOCIÉTÉ 2.1 OBJECTIF Répondre à la question ci-dessus en apportant quelques données précises : statistiques, faits, raisonnements, argumentations ; Préciser l image que nous nous faisons de soi comme citoyen ou citoyenne senior ou comme citoyen ou citoyenne ayant atteint la vieillesse. * * * La réponse à la question ci-dessus variera beaucoup selon qu elle est formulée par un politicien adulte, un étudiant de cégep, un travailleur manuel, un enfant ou une personne appartenant à tout autre segment de la société. Mais pour chaque senior, quelle peut être la réponse appropriée à cette question? Pour bien cibler la réponse, il est important de rappeler quelques données : 1) Les citoyens et citoyennes âgés de plus de 65 ans sont autonomes dans une proportion de 85 %, disent les statistiques fédérales et provinciales. 2) Les citoyens et citoyennes qui ont plus de 65 ans paient tous des taxes et des impôts. 3) Les citoyens et citoyennes âgés de plus de 65 ans sont des consommateurs réguliers de toutes sortes de produits. 4) Les citoyens et citoyennes âgés de plus de 65 ans assument dans une très large mesure les frais de scolarité de leurs petits-enfants. 5) Les citoyens et citoyennes âgés de plus de 65 ans sont parmi les ceux qui voyagent le plus. 6) Par leur travail bénévole à tous les niveaux économiques, sociaux et culturels, les citoyens et citoyennes qui ont plus de 65 ans font gagner à l État des sommes dont on n a pas encore mesuré l importance. 7) À leur décès, les citoyens et citoyennes qui ont plus de 65 ans lèguent à leurs descendants et à l État un patrimoine dont la valeur n a pas été comptabilisée. Peut-être pourriez-vous ajouter d autres éléments à cette liste? * * * 23

24 PISTES DE RÉFLEXION Compte tenu des éléments rapportés au paragraphe précédent, vous considérez-vous comme un fardeau pour la société? Pourriez-vous identifier quelques points très précis qui font de vous, en tant qu individu, une richesse pour la société? Pourriez-vous identifier quelques points très précis qui font de vous, collectivement, une richesse pour la société? Qu arriverait-il si tous les seniors et les personnes très âgées disparaissaient de la société? Jean-Louis Levesque La Patente du Rang XI, Sherbrooke 24

25 2.2 QUI SONT LES AÎNÉS DANS NOTRE SOCIÉTÉ? OBJECTIF Tenter une définition des aînés. Déterminer en quoi ils sont une richesse et en quoi ils pourraient être considérés à tort ou à raison comme un fardeau pour la société. * * * Notre société semble désemparée devant la génération actuelle des jeunes aînés. Elle ne sait pas très bien comment nommer ces nouveaux qui viennent grossir les rangs des retraités. Méritent-ils d être appelés des aînés? Ils ne présentent pourtant pas les caractéristiques que l on attribue généralement à cette catégorie de la population. Certains considèrent la prise de la retraite comme le moment décisif où une personne bascule dans le monde des aînés. Et qu en est-il alors de la femme au foyer? Ne devrait-on la considérer comme aînée que plus tard, au moment où elle touchera une pension gouvernementale? D autres personnes, plus catégoriques, pensent qu on est aîné le jour où l on est admis dans les clubs de l âge d or. Mais quand on sait que l âge d admission est fixé à 50 ans, on se demande si on ne relègue par un peu tôt les gens à l arrière-garde. Ces tergiversations nous incitent à nous poser une autre question : pourquoi est-ce si difficile de déterminer le moment où les gens basculent dans le camp des aînés? L état de santé serait-il le facteur déterminant à prendre en compte? Si tel est le cas, certains nourrissons devraient être considérés comme des aînés. Il nous faut donc trouver une définition plus universelle, mais cela semble difficile. D autant qu il n existe aucun rite de passage pour marquer l entrée dans cette nouvelle étape de la vie, contrairement à la naissance, au mariage ou aux funérailles, qui sont de véritables intronisations de la personne à un changement de statut. Cette lacune s explique peut-être par le phénomène récent de l accès à des retraites anticipées et de l allongement de la vie. Comme nous faisons partie des premières cohortes de ces aînés privilégiés, c est donc à nous que revient la belle tâche consistant à définir plus précisément la notion d aîné. Une autre question nous interpelle : les aînés constituent-ils une richesse pour notre société? Le dictionnaire définit la richesse comme l abondance d un bien, d une qualité, de valeurs, de ressources. Dans cette perspective, qu ont donc les aînés à offrir? Comme chacun le sait, ils sont riches de leur expérience de vie, ils ont un bagage impressionnant de compréhension, de vécu, de sensibilité, de toutes ces valeurs qui 25

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES

UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES Patricia Bertaux L avenir est entre nos mains : à nous de lui donner la forme que nous voulons. 2 L EMILE présenté aux parents et

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Contenu 03 04 06 08 13 Introduction: Est-ce le moment? Un contexte propice à la discussion Une amorce positive à la discussion

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

Patrimoines. Intégrez l assurance soins de longue durée à votre plan financier. Protégez-vous et préservez la sécurité financière de vos proches

Patrimoines. Intégrez l assurance soins de longue durée à votre plan financier. Protégez-vous et préservez la sécurité financière de vos proches MD Patrimoines Intégrez l assurance soins de longue durée à votre plan financier Protégez-vous et préservez la sécurité financière de vos proches Florence et Jean sont âgés de 57 ans; ils ont deux fils

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit de la famille Les droits de mariage Les droits et les responsabilités Si vous êtes mariés ou si vous êtes dans une relation de conjoint de fait pour deux ans ou plus,

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE 29 SEPTEMBRE 2015 RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... i PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC (UMQ)... 1 INTRODUCTION... 2 1

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

SALESIEN PROJET POUR L INTERNAT. Introduction

SALESIEN PROJET POUR L INTERNAT. Introduction PROJET POUR L INTERNAT SALESIEN Introduction L e projet éducatif proposé dans l internat du réseau salésien s enracine sur le texte de référence «Pour un projet éducatif et pastoral salésien». Il repose

Plus en détail

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Garde et accès

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Garde et accès Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Garde et accès Les parents séparés doivent prévoir les arrangements pour la garde, l accès et les droits de visite. Le présent dépliant

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde «Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde Nous sommes tous en quête de bonheur et de plénitude et souvent profondément insatisfaits de notre

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

La profession médicale : vers un nouveau contrat social? 13468-009 Avril 2015

La profession médicale : vers un nouveau contrat social? 13468-009 Avril 2015 La profession médicale : vers un nouveau contrat social? 13468-009 Avril 2015 Contexte et objectifs Contexte et objectifs La profession médicale connaît de profondes mutations. Il semble que la manière

Plus en détail

Rapport synthèse CAFÉ DES ÂGES ABITIBI-TÉMISCAMINGUE. Table régionale de concertation des personnes aînées de l Abitibi-Témiscamingue.

Rapport synthèse CAFÉ DES ÂGES ABITIBI-TÉMISCAMINGUE. Table régionale de concertation des personnes aînées de l Abitibi-Témiscamingue. Rapport synthèse CAFÉ DES ÂGES ABITIBI-TÉMISCAMINGUE par Table régionale de concertation des personnes aînées de l Abitibi-Témiscamingue TABLE DES MATIÈRES LA SOCIETE QUÉBÉCOISE VIEILLIT. EST-CE UNE CHANCE

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Offrir du bonheur au delà de sa vie. Conseils en matière de testaments. Travail en dignité Agir pour le développement

Offrir du bonheur au delà de sa vie. Conseils en matière de testaments. Travail en dignité Agir pour le développement Offrir du bonheur au delà de sa vie Conseils en matière de testaments Travail en dignité Agir pour le développement Le bonheur d offrir Vous aimez faire plaisir à ceux qui vous entourent et aider des personnes

Plus en détail

Avis de la Fédération de l Âge d Or du Québec

Avis de la Fédération de l Âge d Or du Québec Avis de la Fédération de l Âge d Or du Québec sur la réduction de l impôt des particuliers QUAND LA FISCALITÉ CONTRIBUE À L AGGRAVATION DE LA PAUVRETÉ Octobre 1999 La Fédération de l Âge d Or du Québec

Plus en détail

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés produit par L Association yukonnaise d éducation et d information juridiques janvier 2015 L Héritage de Jean Une production de

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) MARS 2011 Conseil québécois des ressources humaines en tourisme 1 AVANT-PROPOS Ce guide d implantation s adresse spécifiquement

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

PETIT GUIDE DE SURVIE

PETIT GUIDE DE SURVIE PETIT GUIDE DE SURVIE PRÉPARATION POUR LA CARAVANE La Caravane démystifiée! Vous trouverez dans ce petit guide une multitude d information qui vous permettra de mieux comprendre l étape importante qu est

Plus en détail

AU VOLANT DE MA SANTÉ

AU VOLANT DE MA SANTÉ AU VOLANT DE MA SANTÉ AÎNÉS, êtes-vous à risque? La conduite automobile est une activité complexe. En fait, plusieurs exigences sont nécessaires pour l exercer, comme de : > bien connaître les règles

Plus en détail

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par Divorce et séparation en situation conflictuelle offert par IMPORTANT Tous les renseignements juridiques contenus dans cette présentation sont offerts à titre d information générale. Ils ne peuvent en

Plus en détail

Le jeu des Zoolalas. ou des inégalités mondiales et nationales

Le jeu des Zoolalas. ou des inégalités mondiales et nationales Le jeu des Zoolalas ou des inégalités mondiales et nationales Objectif : L objectif de cette animation est de faire comprendre aux participants les inégalités qui existent entre les différents habitants

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

À la découverte de notre quartier

À la découverte de notre quartier Éveil au Langage et Ouverture à la Diversité Linguistique À la découverte de notre quartier 1/14 Résumé de la situation d apprentissage et d évaluation : Les élèves réalisent en équipe des affiches, murales

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS

L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS Septembre 2013 Au cours des dernières décennies, l animation auprès des Personnes Âgées a beaucoup évolué : il a fallu s adapter à des

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

L amitié après l amour Un. beau défi! psycho-santé. en harmonie

L amitié après l amour Un. beau défi! psycho-santé. en harmonie psycho-santé en harmonie Par Michèle Lemieux L amitié après l amour Un Quand une relation amoureuse prend fin, les amants traversent une phase de deuil plus ou moins longue. Si un couple peut se séparer,

Plus en détail

Parlez nous de vous, de vos loisirs, de vos engagements locaux!

Parlez nous de vous, de vos loisirs, de vos engagements locaux! Parlez nous de vous, de vos loisirs, de vos engagements locaux! Vous êtes âgé(e) de 55 à 75 ans et plus? Votre avis nous intéresse! union nationale des centres communaux d action sociale (UNCCAS) porte

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

La SENIORESCENCE ACTIVE

La SENIORESCENCE ACTIVE CENTRE RESSOURCES des INITIATIVES pour le DEVELOPPEMENT de l ECONOMIE LOCALE La SENIORESCENCE ACTIVE Avec le soutien de 1 Centre d Affaires ACTIV BURO 69120 Vaulx en Velin Permanences à MEYZIEU & VENISSIEUX

Plus en détail

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION Des outils pour la réflexion INTRODUCTION Les politiques d austérité du gouvernement ont des effets importants sur les groupes et sur les gens avec qui nous travaillons.

Plus en détail

Baromètre Prévoyance. 2ème Vague Dépendance Novembre 2008. Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Baromètre Prévoyance. 2ème Vague Dépendance Novembre 2008. Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Nous. Proclamons. nos intentions. de prières

Nous. Proclamons. nos intentions. de prières 142 Nous Proclamons nos intentions de prières 143 NOUS PROCLAMONS NOS NTENTONS DE PRÈRES Par la prière universelle, les croyants présentent à Dieu leur prière pour ceux qui viennent de se marier, pour

Plus en détail

LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour. Daniel Lambert. Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par.

LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour. Daniel Lambert. Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par. LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour Daniel Lambert Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par Kim Dupuy Soins infirmiers (groupe 1115) Collège de Sherbrooke 12 mars 2004 Histoire

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

FONDS DE BIENFAISANCE Choisissez celui qui vous convient

FONDS DE BIENFAISANCE Choisissez celui qui vous convient FONDS DE BIENFAISANCE Choisissez celui qui vous convient Fonds sans restriction FONDS AVEC RECOMMANDATIONS DU DONATEUR Vous pouvez utiliser votre don pour satisfaire les besoins en constante évolution

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS?

LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS? LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS? Questions Vrai Faux J ai suivi un cours ou lu un livre traitant de mon secteur d activité au 1 cours des trois dernières années. 0 1 Mon secteur d activité a

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

Le travail des enfants et des adolescents. De la classe au boulot, pas facile de garder le tempo!

Le travail des enfants et des adolescents. De la classe au boulot, pas facile de garder le tempo! Le travail des enfants et des adolescents De la classe au boulot, pas facile de garder le tempo! Mise en situation Mélanie fait face à tout un dilemme. Épuisée par son rythme de vie des derniers mois,

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE. Résumé par Olivier Descamps (Manage)

A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE. Résumé par Olivier Descamps (Manage) A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE Résumé par Olivier Descamps (Manage) Ceci n est qu un résumé des discussions très intéressantes et très interactives de l atelier 2. J ai préféré garder

Plus en détail

PASSePORT MON CHOIX, C EST MON DROIT! Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car -1-

PASSePORT MON CHOIX, C EST MON DROIT! Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car -1- PASSePORT Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car MON CHOIX, C EST MON DROIT! -1- «Le mariage ne peut être conclu qu avec le libre et plein consentement des

Plus en détail

Note de synthèse de l étude qualitative

Note de synthèse de l étude qualitative Note de synthèse de l étude qualitative Colloque interrégional de Marseille «Accueil et accompagnement des personnes âgées» 7 Juin 2011 TNS Sofres Emmanuel Rivière Laure Salvaing Clément Nicola Gwennaig

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

PASSERELLE. Un programme d entrainement favorisant un retour à l école

PASSERELLE. Un programme d entrainement favorisant un retour à l école PASSERELLE Un programme d entrainement favorisant un retour à l école INTRODUCTION...3 HISTORIQUE DU CENTRE SOLIDARITÉ JEUNESSE...4 LES GRANDS PRINCIPES DIRECTEURS...5 COMPOSANTES DU PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT...6

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Rendez-vous des générations. Rapport du Café des âges Centre-du-Québec MRC de l Érable

Rendez-vous des générations. Rapport du Café des âges Centre-du-Québec MRC de l Érable Rendez-vous des générations Rapport du Café des âges Centre-du-Québec MRC de l Érable Mars 2010 RENDEZ-VOUS DES GÉNÉRATIONS DE L INSTITUT DU NOUVEAU MONDE RAPPORT DU CAFÉ DES ÂGES 1. Identification Nom

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien TÉMOIGNAGE FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012 Espoir dans la cité Les groupes d entraide et de soutien C est avec enthousiasme et fébrilité que je viens témoigner de ma pratique et de ma passion pour

Plus en détail

Résultats de l Enquête nationale sur les Pensions 2014

Résultats de l Enquête nationale sur les Pensions 2014 Delta Lloyd Life présente : Résultats de l Enquête nationale sur les Pensions 4 Delta Lloyd Life félicite les indépendants : ils sont mieux préparés à leur pension et sont prêts à travailler plus longtemps.

Plus en détail

L Approche CPA 6 - Communication

L Approche CPA 6 - Communication L Approche CPA 6 - Communication La présente fiche d information porte sur la communication, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le dernier volet de l Approche CPA. Pour avoir un aperçu

Plus en détail

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s Mariages forcés Information pour les professionnel-le-s De quoi parle-t-on? Mariage forcé de type A une personne subit des pressions pour accepter un mariage dont elle ne veut pas. Mariage forcé de type

Plus en détail

Où en est le temps de l'école?

Où en est le temps de l'école? Où en est le temps de l'école? Eveline Charmeux Les "rythmes scolaires", formule discutable qui fait hurler les musiciens : rien à voir avec un rythme! en fait, il serait mieux de parler de gestion du

Plus en détail

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER?

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? 1 PRÉPARATION GÉNÉRALE : Bien connaître son C.V. et en amener des copies supplémentaires (si plusieurs employeurs ou si celui-ci l a perdu). Ne pas plier son

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CONSEIL CONSULTATIF DES AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK Bouctouche, Nouveau-Brunswick 2004 09 20 INTRODUCTION

Plus en détail