UNE CULTURE POUR LES SÉNIORS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE CULTURE POUR LES SÉNIORS"

Transcription

1 UNE CULTURE POUR LES SÉNIORS par La Patente du Rang XI PROJET NOVATEUR 1

2 REMERCIEMENTS La réalisation de ce projet a été possible grâce au soutien financier de la Commission des aînés et des retraités de l Estrie. Nous remercions Mme Marie-Claude Coppex-Mudry pour son aide dans l organisation et la rédaction de ces fiches. 2

3 PRÉSENTATION Animés du besoin de participer activement à la vie sociale, des étudiants de l Université du troisième âge (UTA) de Sherbrooke ont constitué un groupe de réflexion pour se pencher sur la valeur de la vie des aînés jouissant d une bonne santé. Leurs travaux ont débouché sur la constitution d une série de fiches de réflexion diffusées auprès d organismes désireux d utiliser ce matériel pour enrichir leurs propres rencontres de discussion. Avec l allongement de l espérance de vie, la qualité de notre existence devient une préoccupation fondamentale. Comment ne pas simplement ajouter des années à sa vie, mais ajouter de la vie à ses années? Et cela jusqu à un âge très avancé. Chaque membre du groupe qui a créé ce matériel est une personne engagée dans diverses activités sociales, soit comme animateur d ateliers dans des congrès ou animateur de discussions à l Université, soit encore pour avoir rencontré et interrogé des résidents dans des foyers de personnes âgées. Ces rencontres thématiques ont donc été enrichies de l expérience de vie des participants. Les discussions leur ont apporté de tels bienfaits qu ils ont voulu vous les partager, car les sujets traités peuvent servir de bases d échanges d expériences entre les aînés appartenant à divers organismes 1. Les auteurs ont en outre choisi de traiter des sujets susceptibles de créer des ponts entre les générations. Ils connaissent la réalité des plus jeunes qu eux, parce qu ils sont passés par là. En revanche, les jeunes ne connaissent pas leur réalité, car ils n ont pas encore foulé le chemin des aînés. Quand on comprend mieux ce que l autre vit, ses préoccupations, ses peurs et ses joies, le respect s installe, les a priori s estompent, le terrain pour une véritable compréhension mutuelle se développe. Ces fiches peuvent donc être l occasion de vraies rencontres entre les générations. Elles ont été classées par thème. Pour chacun des textes l auteur vous propose des objectifs et des pistes de réflexion. Ces suggestions pourront vous servir de guides pour échanger des idées, pour alimenter des groupes de discussion ou encore pour y réfléchir seuls. Si ces fiches vous aident à prendre conscience de la richesse de vos expériences et vous incitent à vous engager davantage dans la vie sociale, elles n auront pas été vaines. Car, «être citoyen, ce n est pas simplement voter, c est savoir pourquoi on vote!» La Patente du Rang XI, Sherbrooke 1 Organismes : cercles de l âge d or, Sercovie, maisons de la famille, maisons des jeunes, maisons des grandsparents, CLSC, résidences pour personnes aînées autonomes ou semi-autonomes, conseils pastoraux et universités du troisième âge. 3

4 GUIDE D UTILISATION Les sujets que vous proposent ces fiches peuvent servir d amorces à des échanges d idées ou à des discussions en groupes. Ils peuvent aussi alimenter votre réflexion personnelle si vous les abordez individuellement. Aux personnes qui désirent former des groupes de discussion basés sur ces fiches, nous suggérons les étapes suivantes : a) nommer un animateur ou une animatrice; b) choisir une fiche dont le sujet vous intéresse; c) la photocopier pour chaque participant; d) lire la fiche en groupe ou individuellement; e) répondre aux questions ou aux pistes de réflexion. Le groupe de la «Patente du rang XI» peut vous offrir les services d une animatrice ou d un animateur selon la disponibilité de ses membres. Pour obtenir de l aide ou des renseignements, vous pouvez vous adresser à : Marie-Paule Banville : (819) ; courriel : Les auteurs seraient heureux de recevoir vos suggestions, vos commentaires, vos critiques et éventuellement vos propositions de sujets pour discussions ou pour de nouvelles fiches. Ils espèrent que ce matériel vous sera profitable, qu il stimulera votre engagement en tant que citoyen actif et vous souhaitent une bonne et enrichissante réflexion. La Patente du Rang XI, Sherbrooke 4

5 UNE CULTURE POUR LES SÉNIORS TABLE DES MATIÈRES 1 D une génération à l autre Les aînés et les valeurs familiales La place des aînés quand la vie de famille change La rentrée universitaire des aînés Seule pour élever sa petite famille La solidarité entre les générations L importance de la communication en famille Nous sommes parents pour la vie 2 La société 2.1 Les seniors, un fardeau ou une richesse pour la société 2.2 Qui sont les aînés dans notre société 2.3 Le détachement 2.4 La place des aînés dans la société 2.5 Un sentiment d appartenance 2.6 Le pouvoir des aînés 2.7 La démocratie 2.8 La conduite automobile 2.9 Les aînés et le maintien à domicile 2.10 Logement des aînés : quitter sa maison 3 La mort 3.1 Quand et comment espérons-nous mourir? 3.2 Qu y a-t-il après la mort? 3.3 Qu est-ce que je veux faire de cette vie que je quitterai un jour? 3.4 Peur de mourir? Peur de vivre! 4 La santé 4.1 Prendre sa santé en mains 4.2 La santé, un état d esprit 5

6 5 Le temps 5.1 Le temps et les seniors 6 La spiritualité 6.1 Le cheminement spirituel 6.2 Le bonheur 7 La sexualité 7.1 La sexualité sans expert 7.2 La sexualité féminine La Patente du Rang XI, Sherbrooke 6

7 LES AÎNÉS ET LES VALEURS FAMILIALES 1.1 OBJECTIF Développer une conscience plus aiguë des valeurs que nous pouvons apporter aux générations qui nous suivent. * * * Comme aînés, vous vous demandez peut-être de quelle manière vous pouvez contribuer à la vitalité de votre milieu familial. Certaines personnes, et vous êtes probablement de celles-là, pensent que c est en étant à l écoute de leurs proches. Mais pour pouvoir prêter une oreille attentive aux autres et répondre à leurs besoins, il est nécessaire que vous soyez d abord à l écoute de vous-mêmes. Car c est seulement une fois vidés de vos préoccupations personnelles que vous pourrez installer suffisamment de paix et d harmonie avec vous-mêmes pour être capables ensuite d aller vers les autres et de les écouter véritablement. Tout comme leurs parents, les enfants sont confrontés à un système de compétition où seule la performance compte, où les intérêts individuels prévalent. Vous, en revanche, êtes affranchis de cet univers de compétition. Vous avez pris du recul à son endroit. Aujourd hui, ce sont les valeurs humaines qui prédominent chez vous, des valeurs que vous pouvez transmettre aux autres, aux générations qui vous suivent. Qui sont ces «autres»? Ce sont d abord les membres de votre famille. Vous avez certainement des valeurs de respect, d amour, de solidarité et d entraide à leur léguer. Il est bien connu que les grands-parents développent fréquemment une relation privilégiée avec leurs petits-enfants, une complicité souvent bien meilleure que celle qu ils avaient avec leurs propres enfants. Mais comment développer une telle connivence? Par exemple, si vous avez quelques notions de piano, vous pouvez enseigner les rudiments de cet instrument à votre petite-fille. Quant à elle, elle prendra plaisir à vous initier à la navigation sur Internet. Vous disposez de temps, prenez-en pour écouter vos enfants et vos petits enfants sans toutefois laisser percer aucune trace de jugement. Leur mode de vie est différent de ce que fut le vôtre à leur âge, il y a 25 ou 50 ans. Alors prenez garde de ne pas leur imposer votre vision de la vie. Écoutez tout simplement, sans usurper le rôle de parents qui revient à vos enfants. 7

8 PISTES DE RÉFLEXION En quoi pensez-vous pouvoir être utiles à vos enfants et à vos petits-enfants? De quelle manière pourriez-vous développer une plus grande complicité avec vos petitsenfants? Y a-t-il des valeurs que vos enfants trouvent dépassées chez vous et avec lesquelles ils se sentent mal à l aise? Si oui, lesquelles? Comment négocieriez-vous la situation suivante? Vous tenez à des valeurs que vos enfants trouvent dépassées. Ils ne voudraient pas que vous les inculquiez à vos petits-enfants, mais vous les trouvez fondamentales. Pensez-vous que vous devriez insister pour transmettre vos valeurs envers et contre tout? Quelle attitude préconisez-vous? Colette Létourneau La Patente du Rang XI, Sherbrooke 8

9 LA PLACE DES AÎNÉS QUAND LA VIE DE FAMILLE CHANGE 1.2 OBJECTIF Prendre conscience des orientations et des limites que nous voulons donner au bénévolat que nous acceptons d exercer. * * * La vie change. Quand vous étiez plus jeunes, vous viviez dans des conditions familiales, scolaires et sociales qui ne correspondent plus aux réalités d aujourd hui. Les familles actuelles ne ressemblent plus à celles que votre génération a connues. Les couples se séparent, les enfants vivent dans des familles reconstituées ou monoparentales. Ils se promènent du domicile paternel au domicile maternel et vice-versa. La violence, la drogue, le «taxage» et la «cyberintimidation» sont des réalités qui peuvent atteindre vos petits-enfants. Alors une question se pose : est-ce possible de cohabiter avec ces nouvelles réalités? Certaines d entre elles, qui concernent notamment le modèle de couple qu ont choisi vos enfants, appartiennent aux conjoints eux-mêmes. Vous adapter à leur choix est certainement plus sage que de vouloir imposer vos vues. Par ailleurs, d autres valeurs, telles la garde des enfants par les grands-parents ou les demandes d argent de la part de vos petits-enfants, pourraient faire l objet de dissensions. D un côté, vous aimez vos enfants et vos petits enfants. Vous voulez leur être utiles et les faire profiter de votre expérience de vie. De l autre côté, vous ne pouvez adhérer à toutes leurs demandes parce qu elles vont à l encontre de vos valeurs. Vous vous sentez tiraillé. Comment arriver à trouver vos marques dans une telle situation? Il est important que vous reveniez toujours à vous-mêmes, à ce que vous voulez donner en toute liberté. C est à vous seuls que revient la responsabilité de tracer une ligne de démarcation bien nette entre les services que vous voulez rendre et l utilisation abusive de vos services. Si vous êtes confrontés à des situations qui vous dépassent, vous pouvez toujours faire appel à des professionnels compétents. Le temps libre dont vous bénéficiez ne justifie pas que vous preniez sur vos épaules le fardeau de l éducation de jeunes enfants. 9

10 Mais tout d abord, il est nécessaire d avoir une perception bien claire du degré d engagement personnel que vous voulez donner à votre famille, à des enfants d autres familles ou à la société. Les occasions de donner et les besoins ne manquent pas. Mentionnons, par exemple, le soutien scolaire, les activités artistiques, les ateliers d écriture ou d artisanat, l aide aux enfants ayant des difficultés d apprentissage. Si vous deviez vous intéresser à ce type de bénévolat, «La maison des grands-parents» est une structure bien rodée qui peut vous offrir des occasions nombreuses et variées de vous investir. Mme Lise Thibault, lieutenant-gouverneur, s adressait un jour aux aînés en ces termes : «Pour éviter de devenir des bénéficiaires, soyez des bénévoles. Vieillissez vivants, relevez des défis, ayez des projets, recommencez à faire des choses, engagez-vous». Et d ajouter : «S engager, c est rendre à la société un peu de ce qu on a reçu». 10

11 PISTES DE RÉFLEXION Vos valeurs ont-elles évolué en même temps que celles de la société? Si oui, qu est-ce qui vous a aidés à évoluer au rythme des changements de la vie? Autrefois les valeurs étaient transmises presque exclusivement dans le cadre familial et scolaire. Selon vous, comment les valeurs sont-elles transmises aux enfants de nos jours? Quand vous ne partagez pas les mêmes idées que vos enfants sur l éducation de vos petitsenfants, comment croyez-vous qu il vous faut agir? Avez-vous déjà été confrontés à des situations relationnelles qui vous dépassaient entre la famille de vos enfants et vous-mêmes? Si oui, quelles solutions avez-vous trouvées? Aimeriez-vous jouer un rôle plus important dans la société? Si oui, dans quel domaine aimeriez-vous vous engager davantage? Si non, qu est-ce qui vous retient de vous engager davantage? Colette Létourneau La Patente du Rang XI, Sherbrooke 11

12 1.3 LA RENTRÉE UNIVERSITAIRE DES AÎNÉS OBJECTIF Permettre aux participants de réfléchir sur les origines d une cérémonie d initiation à l université et peut-être ouvrir le dialogue avec les jeunes. * * * La rentrée universitaire donne généralement lieu à des activités initiatiques qui ne passent pas inaperçues. Les passants s arrêtent sur les trottoirs, les yeux ébahis, devant des étudiants déguisés et de joyeuse humeur. La rentrée des aînés est d ordre plus intellectuel. Elle consiste en une leçon inaugurale qui ouvre la nouvelle année universitaire et souligne officiellement le début des cours. La leçon inaugurale remonte au Moyen Âge, époque où elle revêtait la forme d une «question disputée». Il s agissait d une démarche scientifique sous forme de joutes oratoires soumises à des règles précises dont le but consistait à s approcher de la vérité. L Université du troisième âge (UTA) a renouvelé la formule originale. Les joutes d esprit ont cédé le pas aux conférences et présentations orales. Les sujets traités surprennent par leur éclectisme. Citons notamment l histoire du grégorien par Dom Minier, moine de l Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, professeur de chant grégorien réputé, qui a aussi interprété de la musique contemporaine et est apprécié autant par les profanes que par les religieux. Par ailleurs, dans un contexte intergénérationnel, le cégépien David Laflamme nous a entretenus de l art de neuromoduler. Son projet de recherche traitait de l effet de l extrait du Ginkgo biloba sur la maladie d Alzeimer. Il a cherché à déterminer si ce produit serait en mesure d augmenter l acétylcholine (la substance responsable de la mémorisation) dans le cerveau des rats au Centre de recherche de l Hôpital Douglas de Verdun, affilié à l Université McGill. Il a été en mesure de constater que le Ginkgo biloba a d étonnantes propriétés neuromodulatrices. D autre part, Monique Vézina, présidente du Bureau québecois pour l Année internationale des personnes âgées (AIPA), a souligné l ampleur du phénomène du vieillissement en mentionnant qu il impose des défis qu il faut commencer à relever dès maintenant. Nous avons également eu le privilège de recevoir le célèbre astrophysicien Hubert Reeves qui nous a entretenus de l avenir de la vie sur terre. Chaque présentation était généralement suivie d une période de questions. La partie officielle de cette activité se termine toujours par le partage du vin de l amitié. Les étudiants ont ainsi l occasion de faire plus ample connaissance, de fraterniser et de rencontrer les conférenciers. 12

13 PISTES DE RÉFLEXION Selon vous, la cérémonie de l initiation a-t-elle encore sa raison d être? Pourquoi? La formule de l initiation adoptée par l Université des aînés répond-elle, selon vous, aux objectifs d une initiation? Sinon comment la modifieriez-vous? Colette Létourneau La Patente du Rang XI, Sherbrooke 13

14 SEULE POUR ÉLEVER SA PETITE FAMILLE 1.4 OBJECTIF Prendre conscience des difficultés que rencontrent les mères (ou les pères) monoparentales qui doivent élever seules leurs enfants et subvenir à leurs besoins. * * * Julie a deux enfants âgés de 4 et 8 ans. En tant que mère monoparentale, elle doit subvenir seule aux besoins de sa petite famille. Elle aimerait nous entretenir du contexte dans lequel se déroule sa vie au quotidien. Sa journée commence à six heures avec le petit déjeuner et la préparation des enfants pour l école. Julie quitte son domicile à 7 h 30, dépose la cadette à la garderie et son aîné à l école et arrive à son bureau à 8 h 15. Elle aimerait commencer le travail par un bon café, mais le règlement lui rappelle que la pause n est qu à dix heures. À midi, elle avale son repas en une demi-heure et consacre le reste du temps à faire quelques courses. Sa journée de travail se termine à 16 h 30. Elle n a que le temps de faire les quelques emplettes qui restent, de passer récupérer ses enfants et de rentrer chez elle. C est là que commence sa deuxième journée de travail. Avec les devoirs de l aîné, les repas du soir et du lendemain, le bain des enfants, elle en a jusqu à vingt heures. Elle profite ensuite de la tranquillité de la soirée pour terminer ses activités ménagères et pour appeler sa mère qui ne va pas très bien ces temps-ci. Il est 21 h 30 quand sonne pour elle l heure du coucher. Les samedis et dimanches ne sont pas nécessairement plus reposants. Il faut aller amener les enfants chez leurs amis ou aux activités sportives, faire les courses, l entretien du linge et du ménage et toutes les activités qui ont été négligées durant la semaine. Quand Julie réfléchit à son rôle de mère, elle constate avec amertume que sa vie n est qu un tourbillon sans fin. Elle réalise que son rôle de mère et d éducatrice lui échappe. Il se borne à assurer le bien-être matériel de ses enfants. Elle constate avec dépit que ceuxci passent la majeure partie de leur temps avec d autres personnes qu avec elle : l enseignante, l éducatrice, l instructeur de sport, etc. C est durant les déplacements en voiture que Julie se sent le plus proche de ses enfants. Mais est-ce suffisant pour transmettre les valeurs fondamentales à la jeune génération? 14

15 PISTES DE RÉFLEXION Connaissez-vous de telles situations autour de vous, dans votre famille? Avez-vous un rôle à jouer dans ces situations? Si oui, lequel? Alvin Doucet La Patente du Rang XI, Sherbrooke 15

16 LA SOLIDARITÉ ENTRE LES GÉNÉRATIONS 1.5 OBJECTIF Réflexion sur le rôle que les personnes à la retraite peuvent jouer pour favoriser la solidarité intergénérationnelle. * * * De nos jours, la société valorise l individualisme. Elle voue un culte à la beauté physique, à la performance et à la personnalité. Ces valeurs sont grandement véhiculées par la publicité, les médias, et en particulier par la télévision, à travers, notamment, les téléromans et ces innombrables émissions de divertissement à la mode. Bien que tout le monde n épouse pas ces valeurs qui nous semblent superficielles, nous ne pouvons les nier. Elles dominent bel et bien le courant de pensée actuel. Nous aimerions pourtant transmettre d autres valeurs aux nouvelles générations. Nous voudrions pouvoir leur parler de l art du contentement, de la satisfaction qu il y a à penser aux autres, à pratiquer le bénévolat. Les valeurs actuelles, que nous estimons frivoles, peuvent nous fournir un bon point de départ de discussion pour amener les autres valeurs auxquelles nous tenons, mais qui paraissent souvent si étrangères aux jeunes. Ne nous berçons néanmoins pas d illusions. Ces valeurs altruistes, nous ne les avons pas apprises grâce à des sermons. C est l expérience qui nous les a inculquées au fil du temps, les coups durs, les pertes et les abandons que la vie nous a imposés. Tout comme nous, les jeunes générations apprendront plus par l expérience personnelle que par nos beaux discours. Faut-il dès lors abdiquer, nous taire? Abdiquer non! Nous taire, peut-être, pour laisser plus de place à l écoute sans jugement. C est ainsi que nous devenons disponibles pour l autre. C est une façon discrète, mais combien efficace, d être solidaires avec les plus jeunes qui se battent pour découvrir les valeurs qui leur permettront d accéder à des parcelles de bonheur, comme nous l avons fait autrefois, lorsque nous essayions aussi de décanter nos valeurs, de discerner entre le bon grain et l ivraie. Nous avons des valeurs de tendresse, d amour, de tolérance, d authenticité à transmettre. Notre exemple en dira bien plus long que d interminables discours. 16

17 PISTES DE RÉFLEXION Ressentez-vous le besoin de transmettre vos valeurs à vos enfants et petits-enfants? Comment vous y prenez-vous pour le faire sans violer la liberté de pensée de l autre? Avez-vous l impression que vos enfants et petits-enfants sont ouverts à vos valeurs? Comment les reçoivent-ils? Que faire quand il semble que nos points de vue agacent les membres plus jeunes de notre famille? Alvin Doucet La Patente du Rang XI, Sherbrooke 17

18 L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION EN FAMILLE 1.6 OBJECTIF Réfléchir sur l importance de prendre le temps d écouter, de comprendre l autre pour entretenir un climat familial harmonieux. * * * Pierre et Noémie ont trois enfants en bas âge. Pierre est conseiller à la Caisse populaire et Noémie, éducatrice de la petite enfance. Ils touchent deux salaires mais parviennent tout juste à payer les hypothèques de la maison et à faire face à aux obligations financières qu entraîne la vie d une famille de cinq personnes. Les repas en commun sont rares et souvent rapidement avalés sur le bord du comptoir de la cuisine. Les journées sont longues, et le travail semble prendre tout l espace. Il déborde sur la vie familiale avec les courriels, les appels téléphoniques et les clients qu il faut rencontrer en dehors des heures de bureau. La vie de famille en souffre, Pierre et Noémie en sont conscients. Ils se plaignent de ne pas voir leurs enfants grandir, et leur vie de couple s effrite. Ils se sont mis à la recherche d une solution. D autres couples de leur connaissance constatent comme eux que leur vie est en train de leur glisser entre les mains. Ils entreprennent alors de mettre en commun leurs difficultés, d en parler. Il n y a pas de recettes miracles, mais le fait de pouvoir parler de ses problèmes avec des personnes extérieures à la famille qui vivent des situations semblables apporte non seulement du soulagement, mais aussi des idées nouvelles. Une telle communication permet d accroître la conscience de ce qui ne va pas dans notre vie et des solutions possibles aux problèmes qui nous affectent. Les habitudes de Pierre et Noémie ont changé. Ils considèrent maintenant le repas du soir comme un espace de communication familiale sacré. Chacun peut parler de ce qu il a vécu durant la journée, et ensemble ils élaborent des projets pour passer plus de temps les uns avec les autres les jours de congé. La communication leur a permis à tous de redécouvrir les joies de la vie familiale. 18

19 PISTES DE RÉFLEXION Le récit de la vie de Pierre et Noémie fait-il écho en vous? Quelle est votre expérience personnelle au sujet de la communication en famille? Quelles sont les conditions nécessaires à une bonne communication familiale? Que pourriez-vous entreprendre pour dynamiser davantage la communication dans votre famille, si besoin est? Alvin Doucet La Patente du Rang XI, Sherbrooke 19

20 NOUS SOMMES PARENTS POUR LA VIE 1.7 OBJECTIF Réaliser que même si nos enfants ont atteint l âge adulte et qu ils ont quitté la maison parentale, leur détresse peut nous atteindre profondément. * * * Notre ami, Réjean, est un homme qui a atteint l âge de toucher la pension gouvernementale et celui d être grand-père. Il a assisté, bouleversé et impuissant, à la lente déchéance de son fils, Mathieu, qui ne donnait aucun signe de bonne volonté pour essayer de s en sortir. Ce fils, dans la trentaine, est promis à un bel avenir. Il se démarque par sa vive intelligence et sa facilité à apprendre. Pourtant, un jour, il quitte tout et sombre dans une existence d itinérant. Il se retrouve dans la rue à essayer de survivre de la charité publique. Après un court séjour dans une maison d hébergement de la ville, il disparaît sans crier gare. Personne ne sait pourquoi et où il est parti. Le père vit constamment dans l angoisse. Il se demande où peut bien être son fils. Est-il en vie? A-t-il un toit? A-t-il quelque chose à se mettre sous la dent? Un jour, un courrier électronique de sa fille lui apprend que Mathieu est à Montréal. Quel soulagement! Enfin des nouvelles de son fils! Réjean désire le revoir. Les questions se bousculent dans sa tête. Dans quel état est-il? Que puis-je faire pour l aider? Rendez-vous est fixé, au Second Cup. Réjean y arrive une demi-heure plus tôt. Il prend un, deux, trois cafés en scrutant toutes les personnes qui entrent dans l établissement et en sortent. Une heure passe. Toujours pas de Mathieu. Réjean attend encore. Puis, le cœur serré, il se décide enfin à quitter le café. Il fait quelques pas sur le trottoir et aperçoit, un peu à l écart, un vagabond endormi sur le sol. Son corps est entièrement caché sous une couverture, sauf les pieds. Notre ami croit reconnaître les bottes de son fils, ce qui le plonge dans le désarroi. Est-ce lui? Est-ce que j ose soulever la couverture pour voir son visage? Une voiture de police est stationnée non loin de là. Faut-il demander de l aide? Dans la tête et le cœur de Réjean, c est la confusion la plus totale. Il reste là à fixer le dormeur. Au bout d une demi-heure, celui-ci se lève. «Ce n est pas mon fils!» Rendez-vous manqué! Réjean ne sait toujours pas où se trouve Mathieu. Aurait-il tenté de mettre fin à ses jours? Une foule de questions sans réponses se pressent dans sa tête. Il retourne bredouille à la maison, le cœur en lambeaux. Plusieurs jours plus tard, Réjean apprend que Mathieu dort à la Mission Old Brewery, un refuge que les sans-logis doivent quitter à cinq heures du matin, une soupe populaire pour essayer de survivre tant bien que mal. 20

21 Finalement, la sœur de Mathieu parvient à joindre son frère. Elle annonce la nouvelle à son père par courrier électronique. Grâce à l intervention d une tante religieuse, Mathieu est hébergé à la Maison du père à Montréal, une maison d accueil pour les gens de la rue qui veulent s en sortir. L espoir renaît enfin dans le cœur de Réjean. Mathieu accepte l aide qu on lui prodigue. Psychologue et autres professionnels l accompagnent dans son cheminement qui doit le conduire à pouvoir reprendre sa vie en mains. La situation que vit Réjean n est certes pas un cas isolé. Un événement semblable peut survenir chez chacun d entre nous. Quel que soit l âge de nos enfants, quelles que soient les responsabilités dont ils sont chargés, quel que soit leur engagement social ou familial, il n existe aucune garantie pouvant nous mettre à l abri de ce genre de crise. Notre cœur de parent est à jamais vulnérable à une telle détresse. 21

22 PISTES DE RÉFLEXION Connaissez-vous des parents qui ont vécu des situations semblables? Quels sentiments vous habitent face à une telle détresse? En restant conscient du ou des sentiments que vous venez de ressentir, nommez le besoin qui se cache sous ce sentiment. (Exemples : être rassuré au sujet de vos enfants ou petitsenfants ; être capable d exprimer davantage d amour aux êtres qui vous sont proches ; pouvoir les assurer que vous serez toujours présent en cas de besoin ; être capable de leur offrir une meilleure écoute, sans jugement ; etc.) Que pouvez-vous concrètement mettre en place qui aille dans le sens de la satisfaction de ce besoin? Comment pourrions-nous aider si cela est possible un proche qui semble décrocher de façon radicale? Colette Létourneau La Patente du Rang XI, Sherbrooke 22

23 LES SÉNIORS : FARDEAU OU RICHESSE POUR LA SOCIÉTÉ 2.1 OBJECTIF Répondre à la question ci-dessus en apportant quelques données précises : statistiques, faits, raisonnements, argumentations ; Préciser l image que nous nous faisons de soi comme citoyen ou citoyenne senior ou comme citoyen ou citoyenne ayant atteint la vieillesse. * * * La réponse à la question ci-dessus variera beaucoup selon qu elle est formulée par un politicien adulte, un étudiant de cégep, un travailleur manuel, un enfant ou une personne appartenant à tout autre segment de la société. Mais pour chaque senior, quelle peut être la réponse appropriée à cette question? Pour bien cibler la réponse, il est important de rappeler quelques données : 1) Les citoyens et citoyennes âgés de plus de 65 ans sont autonomes dans une proportion de 85 %, disent les statistiques fédérales et provinciales. 2) Les citoyens et citoyennes qui ont plus de 65 ans paient tous des taxes et des impôts. 3) Les citoyens et citoyennes âgés de plus de 65 ans sont des consommateurs réguliers de toutes sortes de produits. 4) Les citoyens et citoyennes âgés de plus de 65 ans assument dans une très large mesure les frais de scolarité de leurs petits-enfants. 5) Les citoyens et citoyennes âgés de plus de 65 ans sont parmi les ceux qui voyagent le plus. 6) Par leur travail bénévole à tous les niveaux économiques, sociaux et culturels, les citoyens et citoyennes qui ont plus de 65 ans font gagner à l État des sommes dont on n a pas encore mesuré l importance. 7) À leur décès, les citoyens et citoyennes qui ont plus de 65 ans lèguent à leurs descendants et à l État un patrimoine dont la valeur n a pas été comptabilisée. Peut-être pourriez-vous ajouter d autres éléments à cette liste? * * * 23

24 PISTES DE RÉFLEXION Compte tenu des éléments rapportés au paragraphe précédent, vous considérez-vous comme un fardeau pour la société? Pourriez-vous identifier quelques points très précis qui font de vous, en tant qu individu, une richesse pour la société? Pourriez-vous identifier quelques points très précis qui font de vous, collectivement, une richesse pour la société? Qu arriverait-il si tous les seniors et les personnes très âgées disparaissaient de la société? Jean-Louis Levesque La Patente du Rang XI, Sherbrooke 24

25 2.2 QUI SONT LES AÎNÉS DANS NOTRE SOCIÉTÉ? OBJECTIF Tenter une définition des aînés. Déterminer en quoi ils sont une richesse et en quoi ils pourraient être considérés à tort ou à raison comme un fardeau pour la société. * * * Notre société semble désemparée devant la génération actuelle des jeunes aînés. Elle ne sait pas très bien comment nommer ces nouveaux qui viennent grossir les rangs des retraités. Méritent-ils d être appelés des aînés? Ils ne présentent pourtant pas les caractéristiques que l on attribue généralement à cette catégorie de la population. Certains considèrent la prise de la retraite comme le moment décisif où une personne bascule dans le monde des aînés. Et qu en est-il alors de la femme au foyer? Ne devrait-on la considérer comme aînée que plus tard, au moment où elle touchera une pension gouvernementale? D autres personnes, plus catégoriques, pensent qu on est aîné le jour où l on est admis dans les clubs de l âge d or. Mais quand on sait que l âge d admission est fixé à 50 ans, on se demande si on ne relègue par un peu tôt les gens à l arrière-garde. Ces tergiversations nous incitent à nous poser une autre question : pourquoi est-ce si difficile de déterminer le moment où les gens basculent dans le camp des aînés? L état de santé serait-il le facteur déterminant à prendre en compte? Si tel est le cas, certains nourrissons devraient être considérés comme des aînés. Il nous faut donc trouver une définition plus universelle, mais cela semble difficile. D autant qu il n existe aucun rite de passage pour marquer l entrée dans cette nouvelle étape de la vie, contrairement à la naissance, au mariage ou aux funérailles, qui sont de véritables intronisations de la personne à un changement de statut. Cette lacune s explique peut-être par le phénomène récent de l accès à des retraites anticipées et de l allongement de la vie. Comme nous faisons partie des premières cohortes de ces aînés privilégiés, c est donc à nous que revient la belle tâche consistant à définir plus précisément la notion d aîné. Une autre question nous interpelle : les aînés constituent-ils une richesse pour notre société? Le dictionnaire définit la richesse comme l abondance d un bien, d une qualité, de valeurs, de ressources. Dans cette perspective, qu ont donc les aînés à offrir? Comme chacun le sait, ils sont riches de leur expérience de vie, ils ont un bagage impressionnant de compréhension, de vécu, de sensibilité, de toutes ces valeurs qui 25

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Comment réduire votre stress en cinq étapes

Comment réduire votre stress en cinq étapes CHAIRE DESJARDINS EN SOINS INFIRMIERS À LA PERSONNE ÂGÉE ET À LA FAMILLE www.chairedesjardins.umontreal.ca Proches-aidants de personnes âgées à domicile Comment réduire votre stress en cinq étapes Avec

Plus en détail

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés produit par L Association yukonnaise d éducation et d information juridiques janvier 2015 L Héritage de Jean Une production de

Plus en détail

AU VOLANT DE MA SANTÉ

AU VOLANT DE MA SANTÉ AU VOLANT DE MA SANTÉ AÎNÉS, êtes-vous à risque? La conduite automobile est une activité complexe. En fait, plusieurs exigences sont nécessaires pour l exercer, comme de : > bien connaître les règles

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION Des outils pour la réflexion INTRODUCTION Les politiques d austérité du gouvernement ont des effets importants sur les groupes et sur les gens avec qui nous travaillons.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Rendez-vous des générations. Rapport du Café des âges Centre-du-Québec MRC de l Érable

Rendez-vous des générations. Rapport du Café des âges Centre-du-Québec MRC de l Érable Rendez-vous des générations Rapport du Café des âges Centre-du-Québec MRC de l Érable Mars 2010 RENDEZ-VOUS DES GÉNÉRATIONS DE L INSTITUT DU NOUVEAU MONDE RAPPORT DU CAFÉ DES ÂGES 1. Identification Nom

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Programme de formations et de conférences Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Outils concrets, actualisés et flexibles pour professionnels, gestionnaires,

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Date : Lieu : 9h00 à 16h30. Consultations régionales : le gouvernement en ligne Communautique

Date : Lieu : 9h00 à 16h30. Consultations régionales : le gouvernement en ligne Communautique Date : Lieu : 9h00 à 16h30 Carnet de travail Ce carnet est à la fois, POUR VOUS, un carnet de notes, de travail et de réflexion ; Pour, un moyen de recueillir de l information sur les enjeux du gouvernement

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES, des communications et secrétariat général Novembre 2004 Révisé le 23 octobre 2006 Adopté au comité de direction du 25 octobre 2006

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

Comment bien gérer votre temps

Comment bien gérer votre temps Comment bien gérer votre temps Bonjour, je m appelle Marie-Ève. Au secondaire, vous aviez l habitude d être en classe 30 heures par semaine, alors qu à l université, vous pouvez avoir de 15 à 25 heures

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Rapport sur le Sommet sur l intimidation

Rapport sur le Sommet sur l intimidation Rapport sur le Sommet sur l intimidation Éducation et Développement de la petite enfance Message du ministre Au nom du ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance, je suis heureux

Plus en détail

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER?

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? 1 PRÉPARATION GÉNÉRALE : Bien connaître son C.V. et en amener des copies supplémentaires (si plusieurs employeurs ou si celui-ci l a perdu). Ne pas plier son

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP)

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP) Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le personnel enseignant primaire et secondaire (FSE et FPEP) Avril 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec 2 3 Catégories de prestataires Travailleuses

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

PLANIFIER UN VOYAGE EN FAMILLE

PLANIFIER UN VOYAGE EN FAMILLE Activités éducatives pour les 8 à 9 ans PLANIFIER UN VOYAGE EN FAMILLE VOTRE ENFANT APPREND À : PLANIFIER UN PROJET FAMILIAL EN COOPÉRATION S INITIER À LA NOTION DE BUDGET COMPRENDRE LES AVANTAGES DE L

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être *

ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être * L engagement bénévole des retraités : une implication réfléchie! ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être * L argent : - Est-ce que je touche tous mes droits? - L indemnité de départ à la retraite

Plus en détail

VIVRE OU SURVIVRE, TELLE EST LA QUESTION

VIVRE OU SURVIVRE, TELLE EST LA QUESTION VIVRE OU SURVIVRE, TELLE EST LA QUESTION Quelque part, dans un quartier de Minarive, lorine est assise dans l un des fauteuils en simili cuir bleu du salon de cet appartement qu elle habite depuis plus

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

Opinions, faits, sentiments

Opinions, faits, sentiments Opinions, faits, sentiments Les messages que nous recevons, de proches, d adultes, de la télévision, des livres, des journaux sont composés d un ensemble de faits, d opinions et de sentiments. Il n est

Plus en détail

L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS

L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS GUIDE D EXPLORATION POUR LE PARENT BIOLOGIQUE Adoption Vivere inc. 15, rue Principale Nord, Montcerf-Lytton (Qc) J0W 1N0 Sans frais :

Plus en détail

Qu est ce qu un tuteur et qu est ce qu un administrateur ad hoc?

Qu est ce qu un tuteur et qu est ce qu un administrateur ad hoc? Pourquoi cette brochure? Quand les parents ne sont plus en mesure d exercer l autorité parentale, l enfant est placé sous la protection d un tuteur ou d un administrateur ad hoc. Le tuteur exerce alors

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Stage à l Université de Sherbrooke Frédérique Vermare Table des matières Table des matières...2 1 Vie pratique...3 1.1 Logement :...3 1.2 Argent :...3 1.3 Santé :...3 1.4 Stage

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES G UI D E EMPL YÉ POUR DES RAISONS FINANCIÈRES Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite Dans certaines grandes entreprises, des milliers de Québécois participent déjà à un régime d épargneretraite

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Techniques de questionnement axées sur les solutions

Techniques de questionnement axées sur les solutions Techniques de questionnement axées sur les solutions 1 Questions circulaires 1.1 Brève description de la méthode Les questions circulaires ont été développées dans les domaines du coaching et de la consultation

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI)

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Fonds d investissement BMO 1 Découvrez les avantages du REEI Le régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) offre

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

Les démons de Deming

Les démons de Deming Les démons de Deming Le gourou du management pense que les entreprises américaines démotivent complètement leur personnel The Wall Street Journal, 1er juin 1990 Si vous demandez à W. Edwards Deming ce

Plus en détail