L usufruitier pourrait sur ces bases réclamer une indemnisation pour les constructions réalisées durant l exécution de la convention 117.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L usufruitier pourrait sur ces bases réclamer une indemnisation pour les constructions réalisées durant l exécution de la convention 117."

Transcription

1 L usufruitier pourrait sur ces bases réclamer une indemnisation pour les constructions réalisées durant l exécution de la convention 117. Une telle indemnisation constituera, vu l affectation professionnelle antérieure du bien, un revenu imposable tant dans le chef des personnes physiques que de celui des sociétés. Il en serait d ailleurs de même pour toute cession en cours d usufruit, portant sur un immeuble affecté professionnellement, que l usufruit soit cédé au nu-propriétaire 118 ou à un tiers. Chapitre 2 : L usufruitier est, avant l opération, plein propriétaire de l immeuble et souhaite en céder la nue-propriété Section n 1 : L usufruitier agit à titre privé La cession de la nue-propriété pourrait générer dans le chef du l usufruitier une plus-value imposable comme revenu divers sur pied de l article 90 du C.I.R. L article 90 du C.I.R. énonce différentes catégories de revenus divers : Selon l article 90, 8 du C.I.R., sont considérées comme des revenus divers, les plus-values réalisées, à l'occasion d'une cession à titre onéreux, sur des immeubles non bâtis situés en Belgique ou sur des droits réels autres qu'un droit d'emphytéose ou de superficie ou qu'un droit immobilier similaire 119 portant sur ces immeubles, pour autant qu'il s'agisse : - de biens qui ont été acquis à titre onéreux et qui sont aliénés dans les huit ans de la date de l'acte authentique d'acquisition ou, à défaut d'acte authentique, de la date à laquelle tout autre acte ou écrit constatant l'acquisition a été soumis à la formalité d'enregistrement ; - de biens qui ont été acquis par voie de donation entre vifs et qui sont aliénés dans les trois ans de l'acte de donation et dans les huit ans de la date de l'acte authentique d'acquisition à titre onéreux par le donateur ou, à défaut d'acte authentique, de la date à laquelle tout autre acte ou écrit constatant l'acquisition à titre onéreux par le donateur a été soumis à la formalité d'enregistrement. Dans ce cas, les plus-values sont taxées comme suit 120 : - soit au taux de 33%, lorsque les biens auxquels elles se rapportent ont été aliénés au cours des cinq années suivant leur acquisition ; - soit au taux de 16,5%, lorsque ces mêmes biens ont été aliénés plus de cinq après leur acquisition. Selon l article 90, 10 du C.I.R., sont considérées comme des revenus divers, les plus-values réalisées à l'occasion d'une cession à titre onéreux, sur des immeubles bâtis situés en Belgique ou sur des droits réels autres qu'un droit d'emphytéose ou de superficie ou qu'un droit immobilier similaire portant sur ces immeubles, pour autant qu'il s'agisse : - de biens bâtis qui ont été acquis à titre onéreux et qui sont aliénés dans les cinq ans de la date d'acquisition; - de biens bâtis qui ont été acquis par voie de donation entre vifs et qui sont aliénés dans les trois ans de l'acte de donation et dans les cinq ans de la date d'acquisition à titre onéreux par le donateur; - de biens non bâtis qui ont été acquis à titre onéreux ou par voie de donation entre vifs, sur lesquels un bâtiment a été érigé par le contribuable, dont la construction a débuté dans les cinq ans de l'acquisition 121 du terrain à titre onéreux par le contribuable ou par le donateur et pour autant que l'ensemble ait été aliéné dans les cinq ans de la date de la première occupation ou location de l'immeuble. Le taux d imposition applicable à une telle plus-value est de 16,5% 122. L article 101 du C.I.R. précise les modalités de détermination de la plus-value imposable lorsque les conditions de l article 90, 8 ou de l article 90, 10 du C.I.R. sont réunies. L article 54 de l arrêté royal d exécution du code des impôts sur les revenus vise expressément le cas d une cession portant sur l usufruit d un bien ou tout autre droit réel sur un bien alors que l aliénateur avait acquis la pleine propriété de ce bien. Par ailleurs, si la plus-value réalisée n est pas imposable sur pied des articles 90, 8 et 90, 10, rien n empêcherait la taxation de celle-ci au titre de revenus divers en application de l article 90, 1 du C.I.R. Cette disposition impose au taux distinct de 33% les bénéfices ou profits occasionnels réalisés à l occasion de la vente d un immeuble non affecté à l activité professionnelle quand l opération intervient en dehors de la limite normale de la gestion d un patrimoine privé. L administration fiscale retient essentiellement comme critère l existence d une intention spéculative. L appréciation de l existence ou non d une intention spéculative est une question de fait laissée à l appréciation du juge. L examen de la jurisprudence relative à cette question dépasse l objet de la présente contribution. Il y a lieu néanmoins de retenir que les cours et tribunaux retiennent généralement comme critères de taxation l origine du bien, le recours à l emprunt, la fréquence des opérations, 117 Voir supra. 118 Si le nu-propriétaire cumule cette qualité avec celle de dirigeant de l entreprise possédant l usufruit, il conviendra de se montrer prudent dans l évaluation de la valeur de l usufruit à peine de risquer une taxation au titre d avantage de toute nature dans son chef. 119 Sur la notion de droits immobiliers similaires, voir ci-dessous 120 Art. 171, 1, b ) et 4, d) du C.I.R. 121 Par date d'acquisition ou d'aliénation, on entend : - la date de l'acte authentique de l'acquisition ou de l'aliénation; - ou, à défaut d'acte authentique, la date à laquelle tout autre acte ou écrit constatant l'acquisition ou l'aliénation a été soumis à la formalité d'enregistrement (art. 90, 10, alinéa 2 du C.I.R.). 122 Art. 171, 4, e) du C.I.R

2 Section n 2 : L usufruitier agit dans le cadre de son activité économique Voir ci-dessus, section 1, B. L usufruitier sera imposable sur la plus-value éventuelle qu il réalise au moment de la cession de la nue-propriété. En effet, tant l article 24 que l article 27 du C.I.R. 123 prévoient que sont imposables au titre de revenus professionnels les plus-values réalisées sur des éléments de l actif affectés à l activité professionnelle. L article 41 du C.I.R. précise que : Pour l'application des articles 24, alinéa 1er, 2, 27, alinéa 2, 3 et 28, sont considérées comme affectées à l'exercice de l'activité professionnelle : 1 les immobilisations acquises ou constituées dans le cadre de cette activité professionnelle et figurant parmi les éléments de l'actif ; 2 les immobilisations ou la partie de celles-ci en raison desquelles des amortissements ou des réductions de valeur sont admis fiscalement ; 3 les immobilisations incorporelles constituées pendant l'exercice de l'activité professionnelle et qui figurent ou non parmi les éléments de l'actif. La notion d affectation est une notion de fait qui implique que l on puisse disposer matériellement du bien 124. La plus-value sera déterminée conformément à l article 43 du C.I.R. Section n 5 : Effets pervers d une telle opération Cette opération nous paraît engendrer un double risque fiscal. Le premier a trait à la détermination du prix à payer par le nu-propriétaire cumulant cette qualité avec celle de dirigeant d entreprise. Si l administration fiscale peut établir que ce prix est inférieur à la valeur économique de la nuepropriété, elle pourrait être tentée d imposer le dirigeant d entreprise sur l avantage de toute nature résultant de l acquisition à un tel prix. Le second problème qui pourrait se concevoir est que l administration fiscale tente de démontrer que l opération déguise une vente totale et constitue dans cette une hypothèse une simulation. Elle pourrait également envisager de requalifier l opération par application de er du C.I.R. Sauf circonstances spécifiques ou exceptionnelles, cette seconde catégorie de problèmes, nous paraît essentiellement théorique eu égard à la difficulté pour l administration fiscale d assumer la preuve dont elle a la charge dans de telles circonstances. L usufruitier pourra déduire de la plus-value imposable les frais professionnels exposés, les pertes professionnelles de la période imposable ou de périodes imposables antérieures conformément à l article 23 2 du C.I.R. Pour autant que les conditions légales soient réunies, l usufruitier pourra bénéficier de la taxation étalée moyennant remploi. Le commentaire administratif 125 précise, en effet, que la nue-propriété constitue en principe une immobilisation corporelle au sens de l article 47 du C.I.R. Chapitre 3 : Le nu-propriétaire est, avant l opération, plein propriétaire de l immeuble et souhaite en céder l usufruit Section n 1 : Le nu-propriétaire agit à titre privé Section n 3 : Le nu-propriétaire agit à titre privé Voir ci-dessus, section 1, A. Section n 4 : Le nu-propriétaire agit dans le cadre de son activité professionnelle 123 A noter que l article 24 du C.I.R. vise également les plus-values exprimées dans la comptabilité ou les comptes annuels 124 M. Igalson, Acquisition d un immeuble et choix du mode de financement, Vanham & Vanham, 2 février 2007, p Com. Ir. 61/52 La cession de l usufruit pourrait générer dans le chef du nu-propriétaire une plus-value imposable au titre de revenus divers sur pied de l article 90, 1 du C.I.R. lorsque l opération ne relève pas de la gestion normale d un patrimoine privé 126. En outre, la plus-value pourrait également être imposable sur pied des articles 90, 8 ou 90, 10 du C.I.R. si les conditions légales sont réunies 127. Contrairement au droit de superficie ou à l emphytéose, les sommes perçues par le nu-propriétaire ne constituent pas des revenus immobiliers ou mobiliers. 126 Voir ci-dessus 127 Voir ci-dessus 37 38

3 Le code des impôts 128 sur les revenus détermine les revenus des biens immobiliers en fonction de trois situations : - les biens immobiliers ne sont pas donnés en location ; - les biens immobiliers sont donnés en location ; - les biens immobiliers font l objet d un «droit d emphytéose ou de superficie ou de droits immobiliers similaires». Le texte de l article 7 du C.I.R. ne vise pas spécifiquement le cas de la cession d un usufruit. Cependant, la notion de «droits immobiliers similaires» pourrait également viser l usufruit. Il est dès lors nécessaire d examiner la position de l administration fiscale quant à la portée de cette notion. Le commentaire administratif précise que «par «droits immobiliers similaires», le législateur vise les droits d usage à long terme portant sur des biens immobiliers» 129. Ce commentaire à lui-seul ne suffit pas à exclure du champ d application de cette notion l usufruit. En effet, l usufruit peut a priori être considéré comme un droit d usage à long terme. D ailleurs, initialement 130, l administration fiscale estimait que le droit d usufruit devait être considéré comme constituant un «droit immobilier similaire» au sens des articles 7, 1 er, 3 et 10 du C.I.R. Toutefois, le Ministre des Finances a confirmé, dans une réponse à une question parlementaire du Sénateur de Clippele, que l'usufruit n'est pas visé par l'article 7, 1er, 3, du Code des impôts sur les revenus 131. Cette position ministérielle a été consacrée dans une circulaire administrative 132 du 27 septembre 1988 ainsi que dans le commentaire administratif 133. Ainsi, cette circulaire précise notamment que «ne constituent pas des revenus de propriétés foncières, les sommes obtenues à l'occasion de la constitution ou de la cession d'un droit d'usufruit portant sur un immeuble sis en Belgique ou à l'étranger». Cette interprétation de l administration n est pas sans conséquence. Les sommes perçues lors de la cession d un usufruit ne constituent pas non plus un revenu mobilier. En effet, selon le code des impôts sur les revenus, sont notamment imposées au titre de revenus mobiliers 134 les sommes obtenues à l occasion de la constitution ou de la cession d un droit d emphytéose ou de superficie ou de droits similaires lorsque la convention en cause remplit cumulativement les trois conditions suivantes 135 : - il s agit d une convention non résiliable ; 128 Art. 7 du C.I.R. 129 Com. IR. n 10/6 130 Ci. RH. 233/350/729 du 15 mars 1984, Com. I.R., n 7/24.1 et Bull. Contr., 1984, p Q.R., De Clippele, 17 juin 1988, Sénat, sess. ord., Ci.RH.221/ du 27 septembre 1988, Bull. Contr., n 288, p Com. Ir. n 10/6 (lequel précise désormais que les sommes obtenues à l'occasion de la constitution ou de la cession d'un droit d'usufruit portant sur un bien immobilier sis en Belgique ou à l'étranger ne constituent pas des revenus de biens immobiliers pour l'application de l'ipp (QP n 21, , Sén. de Clippele, Bull. 677, p. 1901)) 134 Art. 19, 1 er, 2 du C.I.R. 135 Art du C.I.R. - les redevances échelonnées prévues au contrat permettent de couvrir, outre les intérêts et charges de l opération, la reconstitution intégrale de capital investi par le donneur dans la construction ou, dans le cas d un bâtiment existant, la valeur vénale de celui-ci ; - le contrat prévoit le transfert de plein droit de la propriété de la construction ou une option d achat en faveur du preneur, au terme du contrat. Les sommes payées, à une personne physique agissant dans un cadre privé, en raison de la cession d un usufruit ne sont dès lors pas imposables en tant que revenus mobiliers dès lors que l usufruit ne constitue pas un droit réel immobilier similaire au sens de l article 7, 1 er, 3 du C.I.R. En conséquence, les sommes tirées de la cession d un droit d usufruit par une personne physique agissant dans un cadre privé ne sont pas imposables, sauf éventuellement au titre de revenus divers: ce ne sont ni des revenus immobiliers, ni des revenus mobiliers 136, ni des revenus professionnels dès lors que le nu-propriétaire n agit pas dans un tel cadre 137. Cette situation est probablement à l origine du dépôt d une proposition de loi du 29 juin 2006 visant à réformer le traitement fiscal des constructions basées sur l usufruit. Elle avait pour objectif de rendre taxables les redevances dans le chef du cédant à l occasion de la constitution ou de la cession d un droit réel d usufruit 138. Cette proposition de loi avait fait l objet d un premier amendement 139 en date du 22 janvier Celui-ci visait à limiter la modification de l article 7 du C.I.R. aux seuls cas où l usufruit était constitué ou cédé au profit d une personne qui affectait totalement ou partiellement l immeuble dont la propriété avait été démembrée à l exercice de son activité professionnelle. En outre, cet amendement avait également pour objectif d éviter une double taxation au titre de revenus immobilier et de revenus divers des sommes payées au moment de la constitution ou cession d un droit d usufruit. Le parlementaire Van der Maelen proposait dès lors d exonérer l usufruit de toute taxation sur pied de articles 90, 8 et 10 du C.I.R. A la suite de la dissolution des chambres, cette proposition de loi ainsi que son amendement sont devenus caducs. Section n 2 : Le nu-propriétaire agit dans le cadre de son activité professionnelle Le nu-propriétaire est imposable sur la plus-value éventuelle qu il réalise au moment de la cession de l usufruit. En effet, tant l article 24 que l article 27 du C.I.R. 140 prévoient que sont imposables au titre de revenus professionnels les plus-values réalisées sur des éléments de l actif affectés à l activité professionnelle. 136 Cfr infra 137 L. Collon, Droits réels immobiliers et fisc, Kluwer, 2002, p Proposition de loi du 29 juin 2006, Doc. Parl., Chambre, sess. ord., , n 2588/001, pp 1. à Amendement du 22 janvier 2007, Repr. Van der Maelen, Doc. Parl., Chambre, sess. ord., , n 2588/002, pp Notons que l article 24 du C.I.R. vise également les plus-values exprimées dans la comptabilité ou les comptes annuels 39 40

4 supérieurs à ceux supportés en France sur le même immeuble. Il faut aussi remarquer que les actifs successoraux pour lesquels la double imposition est évitée par la susdite convention ne se limitent pas aux immeubles et aux droits réels immobiliers. Sont également imposables, en France, au titre des droits de succession les fonds de commerce 98, incluant le droit au bail, le matériel affecté et les marchandises en dépendant, les navires, bateaux et aéronefs immatriculés 99 en France, ainsi que les autres biens corporels 100. Le mécanisme de la scission de la masse successorale implique, en droit international privé, que le domaine de la loi successorale attribuée au pays de situation de l immeuble englobe également la détermination des successibles, le montant des droits leur revenant, l option successorale, la transmission de l actif et la liquidation du passif. B. Mécanismes du calcul des droits de succession en France : Notre analyse sommaire portera tout d abord sur la définition et valorisation de l assiette imposable au titre des droits de succession et, ensuite, sur le tarif de ces droits. La détermination de leur montant et la description des modalités de paiement, ainsi que des principales sanctions applicables termineront cette partie. 1. Désignation et valorisation des actifs successoraux : Les droits de succession constituent un impôt déclaratif. Il appartient aux héritiers et légataires de déclarer, sous leur responsabilité, et dans les formes requises, l ensemble des biens recueillis ainsi que leur valeur estimée. D une manière générale, signalons que les règles d évaluation des actifs successoraux sont identiques 101 à celles qui prévalent pour l établissement de la déclaration à l impôt de solidarité sur la fortune. Nous invitons ainsi le lecteur à se référer au point relatif à la valorisation des actifs soumis à l ISF. L héritier ou le légataire d un défunt qui, de son vivant, aurait omis, volontairement ou non, de déclarer son patrimoine immobilier au titre de l ISF, serait mal inspiré de sous-évaluer les actifs recueillis par héritage dans le dessein de minorer, d une part les droits de succession, et d autre part, les conséquences d un éventuel redressement au titre de l ISF. Cette pratique pourrait avoir comme conséquence pernicieuse de doubler les conséquences fiscales d une requalification pour motif de sous-évaluation d un même actif. a) Actifs immobiliers : Tous les immeubles au sens large, de quelle nature que se soit, détenus par le défunt doivent être déclarés et estimés d après leur valeur vénale réelle à la date de la transmission, sans distraction des charges 102. Par contre, les immeubles soumis au droit de retour conventionnel et détenus par le défunt donataire sont à exclure de la masse des biens à déclarer. La valeur vénale prendra en compte tant l état physique que juridique du bien. Différentes situations peuvent influer sur la valeur vénale de l immeuble. Citons, notamment, une inscription hypothécaire, l existence d un contrat de bail, l existence préalable au décès d une indivision, b) Meubles meublants : La notion de meubles meublants n est pas définie en tant que telle par le Code général des impôts. Celui-ci 103 se base sur la définition apportée par le Code civil qui dispose, dans son article 534 que «les mots "meubles meublants" ne comprennent que les meubles destinés à l'usage et à l'ornement des appartements, comme tapisseries, lits, sièges, glaces, pendules, tables, porcelaines et autres objets de cette nature. Les tableaux et les statues qui font partie du meuble d'un appartement y sont aussi compris, mais non les collections de tableaux qui peuvent être dans les galeries ou pièces particulières. Il en est de même des porcelaines : celles seulement qui font partie de la décoration d'un appartement sont comprises sous la dénomination de "meubles meublants». Les meubles meublants sont estimés selon une des trois modalités définies au point I de l article 764 du Code général des impôts. c) Objets d art ou de collection : Les objets d art et de collection sont estimés selon une des trois modalités définies au point II de l article 764 du Code général des impôts. Une de celles-ci fait référence à la valeur reprise dans un contrat d assurance contre le vol et l incendie conclu dix ans avant le décès. d) Biens démembrés : Pour la liquidation des droits de mutation à titre gratuit, la valeur de la nue-propriété et de l usufruit est déterminée par une quotité de la valeur de la propriété entière, conformément au barème mentionné à l article 669 du Code général des impôts. Ce barème 104 a été récemment actualisé 105 afin de tenir compte des nouvelles réalités démographiques. La répartition de la valeur de la nue-propriété et de l usufruit viager évolue en fonction de l âge de l usufruitier comme suit : Age de l'usufruitier Valeur de la nue-propriété Valeur de l usufruit moins de 21 ans révolus 10% 90% moins de 31 ans révolus 20% 80% moins de 41 ans révolus 30% 70% 98 art. 5 de la Convention entre la France et la Belgique tendant à éviter les doubles impositions et à régler certaines autres questions en matière d impôts sur les successions et de droits d enregistrement, signée à Bruxelles le 20 janvier art. 6 de la même Convention 100 art. 7 de la même Convention 101 art.885 D du C.G.I. 102 art. 761 du C.G.I. Page 45 sur 92 moins de 51 ans révolus 40% 60% 103 art. 764 du C.G.I. 104 Ce barème s applique également aux ventes, échanges, dations en paiement, apports en société, adjudications de droits démembrés, 105 art. 19 de la loi de finances pour 2003 Page 46 sur 92

5 moins de 61 ans révolus 50% 50% moins de 71 ans révolus 60% 40% moins de 81 ans révolus 70% 30% moins de 91 ans révolus 80% 20% plus de 91 ans révolus 90% 10% la valeur fiscale de l usufruit est, en France, systématiquement supérieure à celle définie en Belgique à l art. 21, V C.Dr.Succ., sauf pour les jeunes quinquagénaires. L écart le plus élevé se chiffre à 14% et affecte les septuagénaires. Lorsque l usufruit est temporaire, il est fiscalement estimé 106 à 23% de la valeur de la propriété entière pour chaque période de dix ans de durée de l usufruit, sans fraction et sans égard à l âge de l usufruitier. Exemple : La valeur fiscale d un usufruit d une durée de 19 ans est de 23% et celle d un usufruit de 21 ans s élève à 46%. Il est également rappelé que l usufruit accordé à une personne morale ne peut excéder 107, en France, trente ans. e) Biens partiellement ou totalement exonérés de droit : La transmission à titre gratuit de bois et forêts est exonérée de droits 108 à concurrence de 75% de leur valeur vénale. Les immeubles ruraux loués par bail rural à long terme sont également exonérés, sous conditions 109, à concurrence des trois quarts de leur valeur vénale lors de leur première mutation à titre gratuit durant le bail et ses renouvellements successifs. Les immeubles acquis neufs ou en état futur d achèvement, dont la déclaration d achèvement des travaux a été déposée avant le 1 er juillet 1994 et dont l acquisition par le défunt a été constatée par un acte authentique signé entre le 1 er juin 1993 et le 31 décembre 1994, sont totalement exonérés 110 de droits de mutation à titre gratuit lors de leur première mutation à titre gratuit. Un dispositif 111 identique existe pour les immeubles neufs acquis entre le 1 er août 1995 et le 31 décembre Par contre, les immeubles ou fractions d'immeubles à usage d habitation et de garage, acquis entre le 1er août 1995 et le 31 décembre 1996 et mis en location pendant une durée minimale de neuf ans, à une personne qui les a affectés de manière exclusive et 106 art. 669 II du C.G.I. 107 Cass civ 3, 7 mars 2007, n du pourvoi les conditions d obtention de cette exonération sont décrites de façon succincte dans les règles d évaluation des bois et forêts au titre de l ISF. 109 art. 793 bis du C.G.I. 110 art , 4 du C.G.I. 111 art , 5 du C.G.I. Page 47 sur 92 continue à son habitation principale, sont exonérés 112 lors de leur première transmission à titre gratuit à concurrence des trois-quarts de leur valeur. Sont, sous conditions 113, totalement exonérés des droits de mutation à titre gratuit les biens immeubles par nature ou par destination qui sont, pour l'essentiel, classés ou inscrits sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, ainsi que les biens meubles qui en constituent le complément historique ou artistique. 2. Déduction du passif : Parmi les dettes déductibles, certaines sont financières et d autres sont fiscales. Le solde restant dû en principal sur les prêts souscrits par le défunt et non pris en charge par une assurance vie, ainsi que les intérêts échus, courus et non payés au décès sont déductibles, pour autant 114 qu elles ne soient pas échues depuis plus de trois mois avant l'ouverture de la succession. Le droit interne français ne précise pas la forme de la dette ou la nature du créancier, sauf 115 pour celle consentie par le défunt au profit de ses héritiers ou de personnes interposées. Par contre, le point 1 de l article 9 de la Convention franco-belge du 20 janvier 1959 précise que «les dettes garanties spécialement par des biens visés aux articles 4 à 7 viennent en déduction de la valeur de ces biens». Il résulte de cette disposition qui prédomine le droit interne, que le passif déductible pour la perception, en France, du droit de mutation par décès se borne, en principe, aux dettes assorties d'une sûreté réelle qui peut prendre la forme d un privilège, d une hypothèque ou d un nantissement. Les dettes fiscales déductibles son essentiellement la taxe foncière et la taxe d habitation de l année en cours, l impôt sur le revenu des personnes physiques restant dû, l impôt de solidarité sur la fortune, la redevance due au titre des appareils audiovisuels, Lorsque la dette est déductible, elle est normalement soustraite de la totalité de l actif déclaré. Il est dérogé 116 à cette règle dans deux cas : les dettes à la charge du défunt, qui ont été contractées pour l'achat de biens compris dans la succession et exonérés des droits de mutation par décès ou dans l'intérêt de tels biens, sont imputées par priorité sur la valeur desdits biens ; les dettes garanties par des biens exonérés des droits de mutation par décès, lorsqu'il est établi que le ou les emprunts ont été contractés par le de cujus ou son conjoint en vue de soustraire tout ou partie de son patrimoine à l'application de ces droits. Exemple : M. Lambda a acquis, en France, une parcelle forestière pour le prix de , financée à concurrence de par un crédit bancaire consenti par une banque française Le crédit est garanti par un privilège de prêteur de deniers et est intégralement remboursé à son échéance finale. Il est également propriétaire d une gentilhommière d une valeur de , située en bordure de la forêt. La forêt est exploitée suivant un programme de gestion durable prévue à l art. L.8 du Code forestier. Au décès de M. Lambda, la valeur de l actif successoral s élèvera à (25% de ). Le passif imputable se limitera à (25% de ). La masse successorale nette s élèvera à art , 6 du C.G.I. 113 art. 795 A du C.G.I. 114 art du C.G.I. 115 art du C.G.I. 116 art. 769 du C.G.I. Page 48 sur 92

6 Il en aurait été différemment si le financement avait été consenti pour l acquisition de la gentilhommière. 3. Présomptions légales de propriété : L article 1133 du Code général des impôts prévoit que «la réunion de l'usufruit à la nue-propriété ne donne ouverture à aucun impôt ou taxe lorsque cette réunion a lieu par l'expiration du temps fixé pour l'usufruit ou par le décès de l'usufruitier». Afin de dissuader les démembrements de propriété non justifiés par des raisons économiques, l article 751 du même Code édicte une présomption simple par laquelle un bien est réputé, d un point de vue fiscal, faire partie, dans son intégralité, de la succession lorsque l usufruit est détenu par le défunt et la nue-propriété par les héritiers présomptifs. La présomption de fiction de l'article 751 du Code général des impôts qui s'applique au démembrement de propriété résultant d'une acquisition de l'usufruit par le défunt et de la nue-propriété par l'héritier présomptif ne peut être écartée que par la preuve de la réalité et de la sincérité du démembrement. Les conditions légales pour lever cette présomption légale sont nettement plus strictes que celles mentionnées à l art. 13 C. Dr. Succ. Dans un arrêt 117 du 23 janvier 2007, la Cour de cassation a rappelé que la démonstration du caractère réel et sincère du démembrement de propriété ne peut résulter du fait que l'héritier s'est personnellement acquitté du prix de la nue-propriété du bien en cause dès lors que le défunt détenteur de l'usufruit lui a préalablement fait don d'une somme permettant ladite acquisition. 4. Tarif des droits de succession : a) Tarifs nominaux : Le tarif des droits est déterminé en fonction du lien de parenté pouvant unir l auteur et le bénéficiaire de la transmission. Le mécanisme de la transmission est sans incidence en ce domaine. Le lien de parenté à prendre en compte est celui du défunt au représentant et non au représenté. Les droits sont calculés sur la totalité de l émolument revenant au bénéficiaire de la transmission, sans distinction du titre avec lequel le bénéficiaire le recueille. Le tarif des droits en ligne directe et entre époux se présente comme suit, comparativement au tarif actuellement en vigueur en régions wallonne, bruxelloise et flamande : Belgique tranches Flandres Bxls Wallonie Ligne directe France conjoint de 0 à 7.600,- 3% 3% 3% 5% 5% de 7.600,- à ,- 3% 3% 3% 10% 10% de ,- à ,- 3% 3% 3% 15% 10% de ,- à ,- 3% 3% 4% 15% 10% de ,- à ,- 3% 3% 4% 20% 15% 117 Cassation - chambre commerciale, financière et économique - arrêt du 23 janvier 2007 n 65 f-p + b. Page 49 sur 92 de ,- à ,- 3% 3% 5% 20% 15% de ,- à ,- 3% 3% 5% 20% 20% de ,- à ,- 9% 8% 7% 20% 20% de ,- à ,- 9% 9% 10% 20% 20% de ,- à ,- 9% 9% 14% 20% 20% de ,- à ,- 9% 18% 14% 20% 20% de ,- à ,- 9% 18% 18% 20% 20% de ,- à ,- 27% 24% 24% 20% 20% de ,- à ,- 27% 30% 30% 20% 20% de ,- à ,- 27% 30% 30% 30% 30% de ,- à ,- 27% 30% 30% 35% 35% au delà de ,- 27% 30% 30% 40% 40% Le tarif applicable entre frères et sœurs est mentionné ci-dessous, avec ceux applicables pour les mêmes héritiers dans les trois Régions du royaume. tranches Belgique France (en milliers d euro) Fl. Bxls Wal. de 0 à 12,5 30% 20% 20% 35% de 12,5 à 23 30% 25% 25% 35% de 23 à 25 30% 25% 25% 45% de 25 à 50 30% 30% 35% 45% de 50 à 75 30% 40% 35% 45% de 75 à % 40% 50% 45% de 100 à % 55% 50% 45% de 125 à % 55% 50% 45% de 175 à % 60% 65% 45% au delà de % 65% 65% 45% Pour les oncles ou tantes, neveux ou nièces, le tarif suivant est applicable : tranches Belgique Flandres Bxls Wallonie France de 0 à ,- 45% 35% 25% 55% de ,- à ,- 45% 35% 30% 55% de ,- à ,- 45% 35% 30% 55% de ,- à ,- 45% 35% 40% 55% de ,- à ,- 45% 50% 40% 55% de ,- à ,- 55% 50% 55% 55% Page 50 sur 92

7 de ,- à ,- 55% 60% 55% 55% de ,- à ,- 65% 60% 55% 55% de ,- à ,- 65% 70% 70% 55% au delà de ,- 65% 75% 70% 55% Pour tous les autres héritiers et légataires, le tarif suivant est applicable : tranches Belgique Flandres Bxls Wallonie France de 0 à ,- 45% 40% 30% 60% de ,- à ,- 45% 40% 35% 60% de ,- à ,- 45% 40% 35% 60% de ,- à ,- 45% 40% 60% 60% de ,- à ,- 45% 55% 60% 60% de ,- à ,- 55% 65% 80% 60% de ,- à ,- 55% 65% 80% 60% de ,- à ,- 65% 65% 80% 60% de ,- à ,- 65% 80% 80% 60% au delà de ,- 65% 80% 80% 60% La lecture de ces tableaux peut laisser penser que les droits de succession sont systématiquement plus élevés en France qu en Belgique, à l exception de ceux appliqués, dans les tranches supérieures aux autres parents et autres personnes. Certes, la progressivité des taux applicables est plus rapide en France, notamment pour les héritiers en ligne directe et pour les conjoints, mais ces derniers, comme d autres héritiers et légataires bénéficient d une quotité totalement exonérée de droit de mutation pour cause de décès. Ceci constitue un point essentiel de différenciation, entre la Belgique et la France, dans la détermination de la masse successorale soumise aux droits de succession. b) Abattements sur l actif successoral net : L abattement peut être défini comme la fraction de la part nette taxable transmise en franchise de tous droits de succession. Cette fraction varie selon le degré de parenté pouvant exister entre l auteur de la transmission et son bénéficiaire. Elle est d autant plus importante que cette parenté est proche. L abattement est un droit personnel, profitant au légataire ou à l héritier lui-même. Cet abattement vient en déduction de la masse successorale nette sur laquelle seront calculés les droits de succession. Il est forfaitaire et s applique, dans son intégralité, indépendamment du fait que la part nette héritée soit constituée de la nue-propriété, de l usufruit ou de la pleine propriété. Toutefois, la partie d abattement inutilisée par l un des héritiers ou légataires ne peut bénéficier aux autres. Page 51 sur 92 Parmi tous les abattements accordés, il convient de distinguer : les abattements applicables en matière de donation et de succession ; les abattements applicables uniquement en matière de donation ; les abattements applicables uniquement en matière de succession. Les parties sont tenues de faire connaître, dans toute déclaration de succession, s il existe ou non des donations antérieures consenties à un titre et sous une forme quelconque par le défunt aux héritiers ou légataires et, dans l affirmative, le montant de ces donations ainsi que, le cas échéant, les noms, qualités et résidences des officiers publics qui ont reçu les actes de donation, et la date d enregistrement de ces actes. La perception des droits de mutation pour cause de décès est effectuée en ajoutant à la valeur des biens compris dans la déclaration de succession celle des biens qui ont fait l'objet de donations antérieures, à l'exception de celles passées depuis plus de six ans, et, lorsqu'il y a lieu à application d'un tarif progressif, en considérant ceux de ces biens dont la transmission n'a pas encore été assujettie au droit de mutation à titre gratuit comme inclus dans les tranches les plus élevées de l'actif imposable 118. Il résulte de ce principe que le bénéfice des abattements accordés dans le cadre d une donation est reportable tous les 6 ans 119. Les principaux abattements accordés 120, en matière de succession, s élevaient, pour chacune des catégories d héritiers ou légataires, à : Héritiers en ligne directe 121 : Conjoint survivant 122 : Partenaire lié par un PACS 123 : Personne handicapée 124 : Frères & sœurs 125 cohabitant du défunt : Autres frères & sœurs 126 : Autres héritiers 127, à défaut d un autre abattement : L article 14 de la loi nº du 30 décembre 2004 avait inséré l article 775 ter du Code général des impôts qui prévoyait l instauration d un abattement global de sur l'actif net successoral recueilli soit par les enfants vivants ou représentés ou les ascendants du défunt et, le cas échéant, le conjoint survivant, soit exclusivement par le conjoint survivant. Tous les autres héritiers potentiels étaient dès lors exclus du bénéfice de cet abattement. Cet abattement se cumulait aux abattements individuels prévus à l article 779 du même Code. Il a été abrogé par l article 8 I de la loi nº du 21 août c) Réductions de droits : 118 art. 784 du C.G.I. 119 le délai de non rappel fiscal est passé de 10 ans à 6 ans, à compter du 1 er janvier 2006, en vertu des art. 8 et 10 V de la loi nº du 30 décembre 2005, dite loi de finances pour jusqu au 21 août art. 779 I du C.G.I. 122 art. 779 I, a du C.G.I., modifié par l art.8 IV de la loi nº du 21 août art. 779 III du C.G.I., abrogé par l art.8 IV de la loi nº du 21 août art. 779 II du C.G.I. 125 art. 788 I du C.G.I., abrogé par l art.8 VII de la loi nº du 21 août art. 779 IV du C.G.I., inséré par l art. 10 I de la loi n du 30 décembre art. 788 IV du C.G.I. Page 52 sur 92

8 Après calcul des droits de succession dus par chacun des héritiers ou légataires, il convient, le cas échéant, de procéder à certaines réductions de droits. Ces réductions, qui sont personnelles à leur bénéficiaire, sont liées aux charges de famille du bénéficiaire de la transmission. Elles sont prévues aux articles 780 et 781 du Code général des impôts. Le paragraphe 2 de l article 12 de la Convention franco-belge du 20 janvier 1959 précise que «les ressortissants de l un des deux Etats qui sont imposables dans l autre Etat bénéficient, dans les mêmes conditions que les nationaux de ce dernier Etat, des exemptions, abattements et réductions d impôts accordés en raison de la situation de famille». Dès lors, les réductions d impôt liées aux charges de famille sont également accordées à un résident belge, malgré les restrictions mentionnées à l article 783 du Code général des impôts. Exemple : M. & Mme Pi, domiciliés en Belgique, sont mariés sous le régime de la communauté. Ils détiennent une seconde résidence en France dont la valeur vénale est estimée à M. Pi décède inopinément, et laisse son épouse, âgée de 68 ans, et ses deux enfants, âgés de plus de 21 ans, comme héritiers. La succession est ouverte, en France, avant le 22 août Mme Pi recueille l usufruit de la totalité de la succession de M. Pi, soit une quotepart évaluée à 40% de la moitié de l immeuble, = ( /2 x 0,4). Les droits de mutation pour cause de décès à charge de Mme Pi sont calculés sur une assiette égale à , soit moins au titre de l abattement individuel, moins au titre de la quote-part de cet héritier dans l abattement global prévu à l art. 775 ter du C.G.I. L application du tarif des droits de succession applicable entre époux fixe le montant des droits de succession dus par Mme Pi à (380 pour la première tranche pour la seconde pour la troisième pour la quatrième sur la dernière tranche). Par comparaison, les droits de succession hypothétiquement dus en Belgique sur une masse identique se seraient élevés à en Flandres, en Région de Bruxelles-Capitale et en Région wallonne. Chaque enfant recueille la moitié de la nue-propriété, soit une quote-part individuelle de (( )/2). L assiette imposable s élève, pour chacun d eux, à , soit diminué de au titre de l abattement individuel et de au titre de la quote-part de cet héritier dans l abattement global prévu à l art. 775 ter du C.G.I. L application du tarif des droits de succession applicable en ligne directe fixe le montant des droits de succession dus par chacun des enfants de M Pi à (380 pour la première tranche pour la seconde pour la troisième sur la dernière tranche). Parallèlement, les droits de succession se seraient élevés à en Flandres, en Région de Bruxelles-Capitale et en Région wallonne. 5. Réforme des droits de succession apportée par la loi du 21 août 2007 Les articles 8, 9 et 10 de la loi N du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat ont réformé profondément la fiscalité de la transmission pour cause de décès et allégé sensiblement celle applicable à la transmission entre vifs. Cette réforme comprend les dispositions suivantes : l exonération 128 totale des droits de succession pour le conjoint marié survivant ou le partenaire légal survivant, qui s applique quel que soit le régime matrimonial, quel que soit le montant des biens transmis et quelle que soit la nature des biens transmis. Elle s adresse également aux conjoints mariés domiciliés hors de France pour les biens imposables en France ; l'exonération des droits de succession est également étendue aux frères et soeurs, célibataires, veufs, divorcés ou séparés de corps, à la double condition 128 art bis du CG.I., inséré par l art.8 VII de la loi nº du 21 août 2007 qu'ils soient au moment de l'ouverture de la succession âgés de plus de 50 ans ou atteint d'une infirmité les mettant dans l'impossibilité de subvenir par leur travail aux nécessités de l'existence, et qu'ils aient été constamment domiciliés avec le défunt pendant les cinq années ayant précédés le décès. le triplement 129 de l abattement individuel accordé pour les transmissions à titre gratuit en ligne directe, qui passe de à , et de l abattement 130 applicable entre frères et sœurs, qui passe de à ; le triplement 131 de l abattement en faveur des personnes handicapées accordé pour les transmissions à titre gratuit en ligne directe, qui passe de à , la majoration de à et l extension 132 de l abattement accordé aux neveux et nièces aux droits de mutation pour cause de décès ; la suppression de l abattement global 133 de ; l actualisation automatique et annuelle, en fonction de l'inflation, des barèmes 134 et abattements 135 sur les droits de mutation à titre gratuit. Conséquemment, les principaux abattements accordés, en matière de succession, s élèvent actuellement, pour chacune des catégories d héritiers ou légataires, à : Héritiers en ligne directe : Personne handicapée : Autres frères & sœurs : Neveux et nièces : Autres héritiers, à défaut d un autre abattement : Cette réforme est entrée en vigueur dès le jour de la parution de la loi N du 21 août 2007 au journal officiel, à savoir le 22 août Exemple : La succession de M. Pi, ouverte après le 22 août 2007, implique que Mme Pi est totalement exonérée de droits de succession. L abattement individuel de éponge l intégralité de la valeur ( ) de la quote-part recueillie par chacun des deux enfants de M. Pi. Dès lors, les droits de succession dus par chacun des enfants reposent sur une assiette d une valeur nulle. Ces derniers sont ainsi exemptés du paiement de droit de succession. La réforme adoptée a pour conséquence de supprimer, dans cet exemple, la totalité des droits de succession dus par chacun des héritiers de M. Pi. C. Droits de succession supportés en Belgique sur un immeuble sis en France : L article 15 du Code des droits de succession prévoit que le droit de succession est dû sur l universalité des biens du défunt, en quelque lieu qu ils se trouvent. Lorsque le défunt réside en Belgique, les héritiers sont tenus de payer des droits de succession sur la totalité des biens recueillis, qu ils soient immobiliers ou mobiliers, détenus en Belgique ou à l étranger. En principe, un immeuble situé à l étranger doit être déclaré pour sa valeur vénale 136, du 129 art. 779 I du C.G.I., modifié par l art. 8 IV 1 de la loi nº du 21 août art. 779 IV du C.G.I., modifié par l art.8 IV 4 de la loi nº du 21 août art. 779 II du C.G.I., modifié par l art. 8 IV 2 de la loi nº du 21 août art. 779 V du C.G.I., inséré par l art. 8 IV 5 de la loi nº du 21 août art. 775 ter du C.G.I., abrogé par l art. 8 I de la loi nº du 21 août al. 2 de l art. 777 du C.G.I., inséré par l art. 9 I de la loi nº du 21 août art. 779 VI du C.G.I., inséré par l art. 9 II de la loi nº du 21 août art. 19 C.Dr. Succ. Page 53 sur 92 Page 54 sur 92

9 moins si cette dernière ressort d actes ou de documents, par exemple un procès-verbal d expertise. A défaut 137, la valeur à déclarer pour un immeuble bâti est celle obtenue en multipliant le produit annuel du bien par 20. De toute façon, la valeur imposable ne peut être inférieure à celle qui a servi de base pour la perception de l impôt à l étranger. Afin d éviter une éventuelle double imposition, l article 17 dudit code apporte un correctif à ce principe et réduit le droit de succession dû en Belgique dans la mesure où il frappe les immeubles situés à l'étranger, à concurrence de l'impôt de succession prélevé par le pays de la situation. Il y a abandon du droit de succession dû en Belgique et afférent aux immeubles situés en France, si l'impôt qui y est perçu est égal ou supérieur à ce droit. Dans l'hypothèse contraire, la réduction est égale au droit perçu en France. En outre, la déduction prévue par l'article 17 ne peut toutefois pas s'appliquer si les immeubles situés en France n y donnent pas lieu à la perception d'un impôt successoral, car, dans ce cas, il n'y a pas de double imposition. Les conditions 138 de forme auxquelles est subordonnée l'obtention de la réduction des droits reposent sur la délivrance des documents suivants : une quittance dûment datée des droits payés à l'étranger une copie, certifiée conforme par les autorités françaises compétentes, de la déclaration qui leur a été remise et de la liquidation des droits qu'elles ont établie. L article 17 dudit Code est également applicable pour les immeubles situés en France, malgré l existence de la Convention entre la France et la Belgique tendant à éviter les doubles impositions et à régler certaines autres questions en matière d impôts sur les successions et de droits d enregistrement, signée à Bruxelles le 20 janvier 1959,. Cette dernière étend, en fait, l étendue du champ de l article 17 aux fonds de commerce immatriculés au registre de commerce en France, aux navires, bateaux et aéronefs immatriculés en France et aux autres biens meubles corporels se trouvant effectivement en France à la date du décès. Pour calculer les droits de succession dus après application de l'article 17, il faut procéder en trois étapes : 1. calculer l'impôt sur l'actif net de la succession comme si l'article 17 n'était pas applicable ; 2. rechercher dans quelle mesure le montant des droits liquidés en Belgique est afférent à l'immeuble sis en France ; 3. déduire des droits calculés le montant des droits payés à l'étranger sans que cette déduction ne puisse excéder le montant des droits liquidés en Belgique et afférents à l'immeuble situé à l'étranger. Lorsque les immeubles situés en France sont recueillis par plusieurs ayants droits, l'article 17 doit être appliqué séparément pour chacun d'eux. Le montant des droits liquidés en Belgique à charge de chaque ayant droit et afférents à leur part dans les immeubles sis en France, est déterminé par une règle proportionnelle entre la part brute de l'ayant droit dans la catégorie de biens dans laquelle les immeubles sis en France sont imposés en Belgique, le montant des droits liquidés à sa charge sur cette catégorie de biens et sa part dans les immeubles situés en France. La réforme des droits de succession adoptée en France est de nature à modifier les conséquences de l application de l article 17 sur le montant des droits de succession dû en Belgique. Exemple : 137 art. 21 I C.Dr. Succ 138 al. 2 art. 17 C.Dr.Succ. Les époux Pi, outre leur seconde résidence française, détiennent également un Page 55 sur 92 autre immeuble en Belgique, que nous supposerons, par facilité, non affecté à leur logement principal. La valeur vénale de cet immeuble est de Les époux Pi sont domiciliés en Région wallonne. Nous supposons que ces deux immeubles constituent l intégralité de leur patrimoine et que le passif successoral est nul. Les actifs successoraux se composent, dès lors, comme suit : immeuble en France : immeuble en Belgique : total : Les droits liquidés sans l application de l article 17 sont calculés comme suit : Mme Pi Enf. 1 Pi Enf. 2 Pi Valeur fiscale de l assiette : Montant 139 des droits de succession sans application de l art. 17 : La valeur de l usufruit est estimée à 32% 140 de la valeur de la pleine propriété, la nue-propriété étant estimée à 68%. Les droits liquidés sur l immeuble situé en France sont estimés, pour Mme Pi, comme suit : x / = Les droits liquidés sur l immeuble situé en France sont estimés, pour chaque enfant de M. Pi, comme suit : x / = Pour rappel, Mme Pi aurait supporté, en France, avant le 22 août 2007, des droits de succession à concurrence de 8.170, alors que chacun de ses enfants aurait été redevable de au titre de droits de mutation pour cause de décès. Conséquemment, l application de la réduction accordée par l art. 17 se serait limitée, d une part à pour Mme Pi, et d autre part, à pour chacun des enfants, du fait que le montant des droits payés en France est supérieur à celui qui aurait dû être payé en Belgique sur le même actif. La réforme française a pour conséquence de faire évoluer le montant total des droits de succession dû par Mme Pi comme suit : Avant le 22 août 2007 Après le 22 août 2007 Montant des droits de succession dû en France : Montant des droits de succession en Belgique, sans application de l art. 17 : Montant de la réduction accordée par l application de l art. 17 Montant des droits de succession en Belgique, après application de l art. 17 : Montant total des droits de succession supporté par Mme Pi : Il résulte de cet exemple que, certes l exonération, en France, des droits de succession génère une économie fiscale dans le chef de Mme Pi, mais seulement à concurrence de 2.020, soit l excédent de droits de succession supportés en France et non imputable en Belgique par l application de l art. 17 C.Dr.Succ. Même si la charge fiscale reste inchangée en Belgique, les finances publiques belges restent les premiers bénéficiaires de cette réforme française. Un raisonnement identique montre que l économie fiscale réalisée grâce à cette réforme se chiffre à 300 pour chaque enfant de M. Pi. Par contre, les finances publiques belges sont améliorées de par héritier. Section 2 : Transmission d un immeuble entre vifs 139 tenant compte de l exemption prévue à l art du C.Dr.Succ. 140 pour une personne âgée de 68 ans, le coefficient mentionné à l art. 21 V C.Dr.Succ est de 8 ; la valeur de l usufruit viager est dès lors égale à 8 x 4%, soit 32%. Page 56 sur 92

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession et de

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 268 (2005-2006) N 1 268 (2005-2006) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET portant réduction des tarifs applicables aux donations et aux successions de biens immeubles

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation

NOTE JURIDIQUE. OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - Fiscalité / Succession - OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation Base juridique

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-7-06 N 126 du 27 JUILLET 2006 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS PASSIF ASSIETTE DU DROIT DE DONATION. (C.G.I., art. 776 bis et L.P.F., art.

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION: TARIFS DE BASE

LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION: TARIFS DE BASE LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONTION: TRIFS DE BSE Les droits de succession et de donation diffèrent par Région.. LES DROITS DE SUCCESSION ET DROITS DE DONTION EN REGION DE BRUXELLES-CPITLE 1. DROITS

Plus en détail

Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange

Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange NEWSLETTER 15 270 du 16 MARS 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE Le quasi-usufruit est souvent perçu par les professionnels de

Plus en détail

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit.

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Introduction : Les droits de mutation sont des impôts qui sont dus lors du transfert de propriété (mutation) d un bien, d un ensemble de bien ou du patrimoine

Plus en détail

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500 31 Pacte fiscal Présentation du régime d exonération partielle... 2500 L engagement collectif de conservation Titres pouvant faire l objet d un pacte... 2501 Personnes physiques ou morales signataires

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation France Souscripteur d un contrat d assurance vie ou de capitalisation auprès de notre Compagnie d assurance au Luxembourg, vous vous interrogez

Plus en détail

L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : ENR9401447DL DELIBERATION N 94-141 AT DU 2 DECEMBRE 1994 ------------------------------------------------------------ portant modification

Plus en détail

Revue Fiduciaire Novembre 2008 Page 1

Revue Fiduciaire Novembre 2008 Page 1 LEXIQUE Ab intestat En l absence de testament. Les biens constituant la succession sont répartis entre les héritiers suivant les règles légales. Abattement Part de la valeur des biens imposables non soumise

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

exclusif Droits d enregistrement

exclusif Droits d enregistrement Imposition de la seconde résidence 4 Vous rêvez d un chalet dans les Ardennes où vous passeriez les vacances d été, entouré de vos enfants? Ou vous envisagez l acquisition d un petit appartement à la Côte

Plus en détail

Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9

Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9 Table des matières Partie I Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9 Thierry Litannie et Sébastien Watelet Introduction 9 Titre I. Aspects civils 11 Chapitre 1. Le droit

Plus en détail

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Plan I. Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations familiales en amont (d un éventuel conflit) A. Exemple des familles recomposées

Plus en détail

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants La donation du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg. «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents»

E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg. «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents» E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents» Dominique Boyer & François Derème Version du 22 mars 2011 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

BOI-ENR-DMTG-10-10-40-10-20140929 Date de publication : 29/09/2014 ENR - Mutations à titre gratuit Successions Champ d'application des droits de

BOI-ENR-DMTG-10-10-40-10-20140929 Date de publication : 29/09/2014 ENR - Mutations à titre gratuit Successions Champ d'application des droits de BOI-ENR-DMTG-10-10-40-10-20140929 Date de publication : 29/09/2014 ENR - Mutations à titre gratuit Successions Champ d'application des droits de mutation par décès Présomptions légales de propriété - Biens

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-7-07 N 125 du 3 DÉCEMBRE 2007 MUTATIONS A TITRE GRATUIT- SUCCESSIONS - DONATIONS - ASSURANCE-VIE (ARTICLES 8,9 ET 10 DE LA LOI N 2007-1223

Plus en détail

RPPM Plus-values sur biens meubles incorporels Prix d acquisition en cas de cession de titres dont la propriété est démembrée

RPPM Plus-values sur biens meubles incorporels Prix d acquisition en cas de cession de titres dont la propriété est démembrée Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-20-10-20-60-20120912 DGFIP RPPM Plus-values sur biens meubles

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 DROITS DE DONATION : CHAMP D'APPLICATION ET CALCUL

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 DROITS DE DONATION : CHAMP D'APPLICATION ET CALCUL DROITS DE DONATION : CHAMP D'APPLICATION ET CALCUL Les droits de donation Introduction Une personne peut faire le choix d'organiser de son vivant les modalités de sa succession. En effet, elle peut le

Plus en détail

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier?

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? 49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? Toute personne majeure et capable (aussi depuis peu certaines personnes sous statut d administration provisoire dans certaines conditions)

Plus en détail

Régionalisation de la fiscalité immobilière

Régionalisation de la fiscalité immobilière Régionalisation de la fiscalité immobilière Les avantages fiscaux pour l acquisition ou la conservation de l habitation «propre» sont devenus depuis 2014 une compétence régionale. Pour toutes les autres

Plus en détail

LE DROIT D'USAGE ET D'HABITATION: UN OUTIL UTILE POUR TOUTE PROTECTION

LE DROIT D'USAGE ET D'HABITATION: UN OUTIL UTILE POUR TOUTE PROTECTION LE DROIT D'USAGE ET D'HABITATION: UN OUTIL UTILE POUR TOUTE PROTECTION Article juridique publié le 15/10/2014, vu 14688 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Le propriétaire d'un logement peut céder, son

Plus en détail

I. Les droits de succession ou de mutation par décès

I. Les droits de succession ou de mutation par décès Table des matières I. Les droits de succession ou de mutation par décès CHAPITRE 1 Généralités : Droits de succession ou de mutation par décès dus en Belgique ou à l étranger... 7 I. Droits de succession

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU («BOUCLIER FISCAL»). ABROGATION DU DROIT A RESTITUTION.

Plus en détail

Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique

Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique Yaël Spiegl Avocat 20 novembre 2015 1 Introduction Règles déterminant la compétence civile Règles déterminant la compétence fiscale Compétence fiscale

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES DIRIGEANTS SOCIAUX DONATION. 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049

CESSION DE PARTS SOCIALES DIRIGEANTS SOCIAUX DONATION. 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049 CESSION DE PARTS SOCIALES 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049 Lors de la cession d une S.N.C, le remboursement aux cédants, par un acte séparé le jour même de la cession de parts sociales, de la totalité

Plus en détail

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI Conférence PNI Mars 2014 Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière

Plus en détail

Sur le premier moyen :

Sur le premier moyen : Assurance sur la vie Procédure fiscale - Contrôle des déclarations de succession - Procédure de répression des abus de droit Cass. com., 26 octobre 2010, N de pourvoi: 09-70927, Non publié au bulletin

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12 DROITS DE MUTATION A TITRE GRATUIT. DONATIONS-PARTAGES CONSENTIES A DES DESCENDANTS DE DEGRES DIFFERENTS (DONATIONS-PARTAGES

Plus en détail

Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse

Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse en matière de droits de succession? Parole d'expert Publié le 24.01.2014 : http://www.agefiactifs.com/droit-et-fiscalite/article/comment-optimiser-lesdroits-de-succession-en-france

Plus en détail

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003)

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) Flash fiscal et juridique n 755 page 1 LOI DE FINANCES POUR 2004 (Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) 1. IMPOT SUR LE REVENU (Règles générales) Barème d imposition pour 2003

Plus en détail

Thème : L évolution de la fiscalité des successions

Thème : L évolution de la fiscalité des successions Le 1 er août 2012 Thème : L évolution de la fiscalité des successions Mon cher Confrère, Comme vous le savez, le projet de loi de finances rectificative pour 2012 a été adopté le 31 juillet. Sauf censure

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB

SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB 12C522] Références du document 12C522 12C5221 Date du document 01/01/78 Annotations SECTION 2 Lié au BOI 7A-1-99 Les hypothèques légales du Trésor Comme

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA RÉPRESSION DES ABUS DE DROIT [DB 13L1534]

SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA RÉPRESSION DES ABUS DE DROIT [DB 13L1534] SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA Références du document 13L1534 Date du document 01/07/02 Le 24 juillet 1986, Mme G... a acquis par donation partage un immeuble à usage de commerce

Plus en détail

MECENAT. Pour les Entreprises : Association PROMOZIK 174 rue Edouard Vaillant, 37000 TOURS Tél. : 02.47.44.93.25 / 06.11.76.53.21 www.promozik.

MECENAT. Pour les Entreprises : Association PROMOZIK 174 rue Edouard Vaillant, 37000 TOURS Tél. : 02.47.44.93.25 / 06.11.76.53.21 www.promozik. MECENAT La loi du 1er août 2003, relative au mécénat, aux associations et aux fondations, permet désormais d encourager plus systématiquement les initiatives privées, qu il s agisse de celles des entreprises

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 8 M-1-08 N 54 du 21 MAI 2008 PLUS-VALUES IMMOBILIERES DES PARTICULIERS. AMENAGEMENTS DES DISPOSITIONS APPLICABLES EN CAS DE PARTAGE

Plus en détail

A. Textes de loi applicables. CIRCULAIRE N 8 / 2012

A. Textes de loi applicables. CIRCULAIRE N 8 / 2012 Service Public Fédéral FINANCES Administration Générale de la DOCUMENTATION PATRIMONIALE Secteur Enregistrement Service VI - Direction VI/8 Dossier nr. EE/L.214 Bruxelles, 19 juillet 2012 CIRCULAIRE N

Plus en détail

INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES

INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES Soit un couple de 50 ans avec deux enfants (en commun) : Monsieur possède : Un immeuble de rapport «de famille» (reçu par

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/10/44 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

L'Actualité légale des entreprises en Espagne

L'Actualité légale des entreprises en Espagne L'Actualité légale des entreprises en Espagne Num. Spécial LOI DES BUDGETS GÉNÉRAUX DE L ÉTAT POUR 2014. Prorrogation du taux réduit d I.S. (Impôt des Sociétés) pour les micro-entreprise créant ou maintenant

Plus en détail

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT PATRIMONIAL Depuis la loi du 3 décembre 2001, entrée en vigueur le 1er juillet 2002, le conjoint survivant prime les frères

Plus en détail

ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Les droits de mutation à titre gratuit sont perçus en tenant compte de la situation personnelle du redevable et des liens de parenté qu il a avec le défunt

Plus en détail

TRANSMISSION DU FONCIER

TRANSMISSION DU FONCIER TRANSMISSION DU FONCIER AGRICOLE ET FORESTIER : QUELLES PERSPECTIVES? Etienne BEGUIN NTF 19 juin 2013 INTRODUCTION La transmission du patrimoine : Le patrimoine, c est l héritage du père (des parents).

Plus en détail

Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles (art. 108bis L.I.R.)

Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles (art. 108bis L.I.R.) Circulaire du directeur des contributions 1 L.I.R. n 99ter/1bis du 7 mars 2016 L.I.R. n 99ter/1bis Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles

Plus en détail

PARLEMENT WALLON. Proposition de décret. visant à réduire et simplifier les droits de succession et de donation * déposée par

PARLEMENT WALLON. Proposition de décret. visant à réduire et simplifier les droits de succession et de donation * déposée par 14 (SE 2014) N 1 14 (SE 2014) N 1 PARLEMENT WALLON Session extraordinaire 2014 16 juillet 2014 Proposition de décret visant à réduire et simplifier les droits de succession et de donation * déposée par

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES

ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES HISTORIQUE (*) Arrêté royal du 5 mars 1990 relatif à l'allocation pour l'aide aux personnes âgée (M.B. 05.04.90) (1) Arrêté royal du

Plus en détail

Table des matières. Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET DE L EXERCICE DES DROITS DE PROPRIÉTÉ [...]

Table des matières. Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET DE L EXERCICE DES DROITS DE PROPRIÉTÉ [...] Table des matières Avant-propos........................................... vii Table des abréviations..................................xxxix Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET

Plus en détail

Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006

Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006 CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI Article 31 Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006 I. Les charges de la propriété déductibles pour la détermination

Plus en détail

Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 121 et 122 de la Constitution cantonale 1),

Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 121 et 122 de la Constitution cantonale 1), 641.11 Loi d'impôt du 26 mai 1988 Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 121 et 122 de la Constitution cantonale 1), arrête : ( ) TITRE QUATRIEME : Impôt sur les gains immobiliers

Plus en détail

2013-685 DC - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013

2013-685 DC - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013 - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013 Loi de finances pour 2014 Article 11 : Incitation à la reconstitution des titres de propriété des biens indivis I. Dans sa rédaction issue

Plus en détail

1 - Le mécanisme du rappel fiscal par des exemples

1 - Le mécanisme du rappel fiscal par des exemples RAPPEL FISCAL ET RAPPORT CIVIL OU Que se passe-t-il lors du décès du DONATEUR après une DONATION? SYNDICAT DES FORESTIERS PRIVES DU LIMOUSIN Texte : Philippe Dubeau (Notaire honoraire) Mise en page : CRPF

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

NOM OU RAISON SOCIALE DU PROMOTEUR CONVENTION RELATIVE AUX LOGEMENTS DESTINES A LA CLASSE MOYENNE

NOM OU RAISON SOCIALE DU PROMOTEUR CONVENTION RELATIVE AUX LOGEMENTS DESTINES A LA CLASSE MOYENNE NOM OU RAISON SOCIALE DU PROMOTEUR CONVENTION RELATIVE AUX LOGEMENTS DESTINES A LA CLASSE MOYENNE 1/6 Convention relative aux logements destinés à la classe moyenne Établie dans le cadre des articles:

Plus en détail

Démembrer c est bien anticiper c est mieux!!!! PARTIE 2

Démembrer c est bien anticiper c est mieux!!!! PARTIE 2 Démembrer c est bien anticiper c est mieux!!!! PARTIE 2 NEWSLETTER 14 214 du 26 AOUT 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Si vous n avez pas lu la première partie de cette newsletter publiée la semaine dernière,

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Service Règlementation Avis relatif à l'indexation automatique en matière d'impôts sur les revenus

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine Rencontre des groupements français et suisse Paris, les 29 & 30 mai 2015 Maison de l Amérique Latine SESSION 2 Fiscalité des successions PLAN I. Introduction II. III. IV. Les successions en France (aspects

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 2 DU 11 JANVIER 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 L-13-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2010 AVIS RENDUS PAR LE COMITE DE L ABUS DE DROIT FISCAL SEANCES N 0s

Plus en détail

Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16

Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16 Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16 I. - Le I de l'article 885 I ter du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Les trois alinéas

Plus en détail

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR www.notaires.paris-idf.fr L ENTREPRENEUR Le notaire a toujours été le conseil privilégié de l entrepreneur. Il apporte une aide à tous les stades de la vie de l entreprise :

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises

Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises Edition 2014 Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises auteur : André Culot, conseil fiscal RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE RÉGION

Plus en détail

LA LETTRE DE EDITO. Refonte du barème de l IR. Optimisez votre Impôt sur le revenu! N 26 Mai 2015. Tranches (1)

LA LETTRE DE EDITO. Refonte du barème de l IR. Optimisez votre Impôt sur le revenu! N 26 Mai 2015. Tranches (1) LA LETTRE DE N 26 Mai 2015 EDITO Optimisez votre Impôt sur le revenu! Nous vous proposons dans cette lettre d information les règles principales applicables pour déterminer et optimiser votre impôt sur

Plus en détail

prévues au 1. «3. L'exonération s'applique dans les mêmes conditions aux parts de fonds d'investissement de proximité définis par l'article L.

prévues au 1. «3. L'exonération s'applique dans les mêmes conditions aux parts de fonds d'investissement de proximité définis par l'article L. Article 16 I. - Le I de l'article 885 I ter du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Les trois alinéas sont regroupés sous un 1 ; 2 Dans le premier alinéa, après les mots : «sa souscription au

Plus en détail

Instruction du 29 Mai 1992 7 G-4-92. Droits d'enregistrement et de timbre - Taxe de publicité foncière. Mutations à titre gratuit. NOR : BUDF9210062J

Instruction du 29 Mai 1992 7 G-4-92. Droits d'enregistrement et de timbre - Taxe de publicité foncière. Mutations à titre gratuit. NOR : BUDF9210062J Instruction du 29 Mai 1992 7 G-4-92 Droits d'enregistrement et de timbre - Taxe de publicité foncière. Mutations à titre gratuit. NOR : BUDF9210062J Mutations à titre gratuit. Successions. Biens à déclarer.

Plus en détail

Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales

Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales Article juridique publié le 04/11/2015, vu 301 fois, Auteur : Maître AFLALO Nathalie La détermination de la résidence fiscale

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Juridiction: Cour de cassation Formation: Chambre commerciale Date de la décision: mardi 12 juin 2012 N : 11-18978 Inédit au bulletin Solution: Rejet Président: M. Petit (conseiller doyen faisant fonction

Plus en détail

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction Introduction Fiche 1 Il est nécessaire de distinguer entre le droit fiscal interne, le droit fiscal international et le droit fiscal international comparé. Le premier s applique à des agents (personnes

Plus en détail

RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE

RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE Article 50 de la loi n 2015-1786 du 29 décembre 2015 de finances rectificative pour 2015 Note d information

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 PRINCIPES DE CALCUL DES DROITS DE SUCCESSIONS ET EXONÉRATIONS

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 PRINCIPES DE CALCUL DES DROITS DE SUCCESSIONS ET EXONÉRATIONS PRINCIPES DE CALCUL DES DROITS DE SUCCESSIONS ET EXONÉRATIONS Les droits de succession Introduction Une personne peut faire le choix d'organiser de son vivant les modalités de sa succession. En effet,

Plus en détail

LES SUCCESSIONS PREPAREES

LES SUCCESSIONS PREPAREES LES SUCCESSIONS PREPAREES Avec ce document vous allez comprendre quelles sont les règles qui s appliquent en manière de transmission du patrimoine, et comment elles fonctionnent. Les définitions sont extraites

Plus en détail

Table des matières VII. Abréviations utilisées

Table des matières VII. Abréviations utilisées Abréviations utilisées VII Partie 1 Les personnes physiques assujetties à l impôt des personnes physiques 1 I. Qui doit souscrire une déclaration? 3 1. Personne inscrite au registre national 3 2. Personne

Plus en détail

Statut fiscal de l'entrepreneur individuel

Statut fiscal de l'entrepreneur individuel Statut fiscal de l'entrepreneur individuel Détermination du bénéfice imposable Les sommes que prélève l'exploitant individuel sur ses recettes professionnelles en rémunération de son travail personnel

Plus en détail

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Sommaire I. Notion de résidence fiscale II. Acquisition III. Détention IV. Cession V. Structuration 2 1. Notion de résidence

Plus en détail

JEUDI 19 MARS 2009. La fiscalité immobilière

JEUDI 19 MARS 2009. La fiscalité immobilière U.H.P.C. ASBL JEUDI 19 MARS 2009 La fiscalité immobilière M ONSIEUR N ICOLAS HONHON I NSPECTEUR PRINCIPAL AU SPF FINANCES IPP et immobilier 19 mars 2009 Nicolas HONHON Structure Revenus immobiliers ou

Plus en détail

Code général des impôts Article 199 septvicies - Version en vigueur au 16 mai 2011

Code général des impôts Article 199 septvicies - Version en vigueur au 16 mai 2011 Code général des impôts Article 199 septvicies - Version en vigueur au 16 mai 2011 Modifié par Décret n 2011-520 du 13 mai 2011 - art. 1 I. Les contribuables domiciliés en France au sens de l'article 4

Plus en détail

Table des matières. Option, promesse de vente, vente et incertitude sur l identité de l acquéreur 7 Paul Alain Foriers

Table des matières. Option, promesse de vente, vente et incertitude sur l identité de l acquéreur 7 Paul Alain Foriers Table des matières Sommaire 5 Option, promesse de vente, vente et incertitude sur l identité de l acquéreur 7 Paul Alain Foriers Section 1. L incertitude des qualifications 7 Sous-section 1. Offre, offre

Plus en détail

Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de

Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de 1 2 3 Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de sorte que, des adaptations s imposent au droit

Plus en détail

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation Tableau comparatif des régimes des associations loi 1901, des associations et fondations reconnues d utilité publique, des fonds de dotation et des fonds d entreprise Dispositions fiscales Dons manuels

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 638 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2000-2001 8 février 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Service Règlementation Avis relatif à l'indexation automatique en matière d'impôts sur les revenus

Plus en détail

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions L'an, Le, Par-devant M e, notaire à, A reçu le présent acte authentique de cession de créance à la requête des personnes

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Qu est-ce qu une donation?

Qu est-ce qu une donation? Qu est-ce qu une donation? Fiche 1 Une donation (*) est une convention par laquelle une personne (le donateur) transfère immédiatement et irrévocablement à une autre personne (le donataire), qui l accepte,

Plus en détail

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 Editorial Toute l équipe d Avenir Finance Investment Managers adresse ses meilleurs vœux aux associés de la SCPI

Plus en détail

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H É R E N T S

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H É R E N T S F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H É R E N T S Flash 0904 du 4 février 2009 NOUVEAU DISPOSITIF DE RÉDUCTION D IMPÔT SUR LE REVENU POUR INVESTISSEMENT LOCATIF APPELÉ DISPOSITIF «SCELLIER»

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

ENR - Mutations à titre gratuit - Donations - Conditions d'exigibilité du droit de donation - Cas particuliers - Donations non réalisées par acte

ENR - Mutations à titre gratuit - Donations - Conditions d'exigibilité du droit de donation - Cas particuliers - Donations non réalisées par acte Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-ENR-DMTG-20-10-20-10-20140128 DGFIP ENR - Mutations à titre gratuit - Donations

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Fiscalité / Succession -

NOTE JURIDIQUE. - Fiscalité / Succession - Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - Fiscalité / Succession - OBJET : L impact de la loi réformant le droit des successions sur les personnes

Plus en détail

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Mise à jour : Août 2011 Rappel des principes en matière d ISF et des réductions d impôts envisageables Rappels sur l ISF La loi n 2007-1223

Plus en détail

... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 :

... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 : ... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 : Nouvelle réduction du montant du plafond global applicable à certains avantages fiscaux en matière d'impôt sur le revenu Prorogation

Plus en détail

La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal

La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal Xavier Rohmer, Avocat Associé, August & Debouzy 1) CGI, article 201,1. Lors de la clôture des Assises de l entrepreneuriat, le 29

Plus en détail