DELBE Aurélie FREDERIC Célia GETA Kathryn HANGARD Christelle NIJEAN Jessica VALEY Anaïs-Marie. Le chariot d urgences

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DELBE Aurélie FREDERIC Célia GETA Kathryn HANGARD Christelle NIJEAN Jessica VALEY Anaïs-Marie. Le chariot d urgences"

Transcription

1 DELBE Aurélie FREDERIC Célia GETA Kathryn HANGARD Christelle NIJEAN Jessica VALEY Anaïs-Marie Le chariot d urgences

2 Qu est ce que le chariot d urgences Chariot mobile utilisé pour la prise en charge vitale en urgence d un patient présentant un ou plusieurs signes de détresse vitales en attente de transfert dans un service de réanimation. Il doit être connu de tous. Il est placé dans un lieu stratégique, accessible et repérable. Il est personnalisé selon l âge, les pathologies des patients (pédiatrie, adultes, ) Il permet au personnel soignant de gérer l urgence vitale. Hauteur:85 à 95 cm, largeur 80 cm, profondeur 40 cm Diamètre des roues:10 à 15 cm de diamètre

3 La règlementation Aucune règlementation, mais répond à des recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS). Textes de loi sur le rôle de l'ide en relation avec le chariot d urgence Décret N du 16/02/93 relatif aux règles professionnelles des infirmiers et infirmières. Art. 10 : Pour garantir la qualité des soins qu'il dispense et la sécurité du patient, l'infirmier ou l'infirmière a le devoir d'actualiser et de perfectionner ses connaissances professionnelles. Art. 15 : L'infirmier ou l'infirmière doit prendre toutes les précautions en son pouvoir pour éviter que des personnes non autorisées puissent avoir accès aux médicaments et produits qu'il est appelé à utiliser dans le cadre de son service. Art. 29 :>... L'infirmier ou l'infirmière applique et respecte la prescription médicale écrite, datée et signée par le médecin prescripteur, ainsi que les protocoles thérapeutiques et de soins d'urgence que celui-ci a détermines.... Il vérifie et respecte la date de péremption et le mode d'emploi des produits ou matériels qu'il utilise.

4 Les caractéristiques - Chariot scellé - Système de tiroirs à rangement modulables avec casiers identifiables (plusieurs possibilités de rangement : système ABCDE [Airway, Breathing, Circulation, Drugs, ECG] et/ou code couleur): v Exemple : 1- Médicaments 2- Matériel d injection 3- Matériel d aspiration 4- Matériel de ventilation, intubation 5- Solutés 6- Divers - Une composition extérieure qui sert de plan de travail

5 - Une planche de massage cardiaque externe - Un défibrillateur - Un étiquetage extérieur des tiroirs - Un étiquetage intérieur des bacs de rangement par ordre alphabétique - Une bouteille d oxygène - Un container à OPCT - Un support poubelle - Une potence avec crochets - Un aspirateur à mucosités sur rail latéral - 1er tiroir latéral avec masques à visière, gants non stériles et alèses jetables - 2 ème tiroir latéral: documents de traçabilité, fiches d alerte et d intervention. - A l arrière: prise électriques avec rallonge et disjoncteur.

6 Médicaments Les médicaments à visée cardiovasculaire et respiratoire, les médicaments d anesthésie et neurologiques et ceux à visée générale (rénale, anti-inflammatoire, anticoagulant, antibiotiques ) sont rangés par ordre alphabétique

7 Matériel de prélèvement, de perfusion Garrot, compresses, sparadrap Cathéters périphériques (type cathlon) bleu (22G), roses (20G), verts (18G), gris (16G) Aiguilles sous-cutané, intramusculaires et intraveineuses Seringues (5,10,20,50 ml) Tubulures à perfusion (+ 3 voies) Nécessaires à prélèvement (Gaz, ionogramme, NFS ) 2 tubes de chaque Pansement de type Tegaderm, Opsite, Steristrip, Antiseptique à large spectre d action rapide (à remplacer systématiquement après ouverture)

8 Matériel d aspiration 1 Bocal d aspiration + tuyau + détendeur mural + tuyau + valve d aspiration Des sondes d aspiration trachéobronchique Des sondes d aspiration gastrique Des raccords biconiques 1 seringue de 50ml à embout cathéter

9 Matériel de ventilation, d intubation 1 ballon de ventilation manuelle 1 détendeur + tuyau en silicone Des masques faciales n 3, 4, 5, 6 1 laryngoscope à fibre optique +piles 2 lames n 2 et n 3 pour laryngoscope 1 pince de Magill 1 Mandrin à embout souple Valve d arrêt de vide supplémentaire 2 canules de Guédel n 2,3 et 4 Des sondes d intubation endotrachéale n 6, 7, 7.5 et 8 Des sondes à oxygène 1 spray de Xylocaine 5 % 1 rouleau de sparadrap Des gants stériles de chaque taille

10 Solutés Glucose 5% 500ml Sodium Bicarbonate 4.2% 500ml Chlorure de sodium 0,9% 500ml Voluven 500ml Ringer lactate 500ml Hestéril 6% 500ml Des compresses Prolongateurs et robinets Antiseptiques (alcoolique ou polyvidone iodé

11 Divers Gants à usage unique non stérile Gants chirurgicaux stériles +/- champs et casaques stériles Masques, bonnets Manchon de contre pression Electrodes pour scope et ECG Cathéters pour voie centrale + fil à peau (aiguille droite) + lame de bistouri Rasoirs jetables + Matériel spécifique à l'usage du service concerné.

12 Entretien et vérification Hebdomadaire: par l équipe de jour et de nuit soit 2 fois par jour, puis tracé sur des documents de traçabilité. La vérification est faite à partir d une check-list qui fait l inventaire de l ensemble du matériel. Il faut vérifier : date de péremption, intégrité des emballages, le bon emplacement des médicaments, la quantité de médicaments et de matériel, le bon fonctionnement du défibrillateur, du stéthoscope, du laryngoscope. Le nettoyage est réalisé au Surfanios (désinfectant-détergent). Les médicaments périmés sont envoyés en pharmacie et sont remplacés.

13 Bibliographie Consulté le 05/02/ Consulté le 05/02/ Consulté le 05/02/2014 Code de la santé publique Consulté le 05/02/2014

CHARIOT D URGENCE. Service des urgences

CHARIOT D URGENCE. Service des urgences CHARIOT D URGENCE Dr. BOUIDA.W Service des urgences EPS.F.B.MONASTIR CHARIOT D URGENCE Introduction : l'urgence ne se résume pas au simple arrêt cardio-respiratoire (le plus «facile» à gérer). Les autres

Plus en détail

Le chariot d urgence. AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011

Le chariot d urgence. AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011 Le chariot d urgence AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011 1 Certification HAS V2 juin 2004 Référence 33 : La continuité des soins est assurée.

Plus en détail

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate des médicaments et matériels nécessaires au traitement

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER

PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER 1 : Introduction Le pronostic de l Arrêt Cardio-Respiratoire (ACR) est conditionné par la vitesse à laquelle l alerte est donnée,

Plus en détail

LE CHARIOT D URGENCE

LE CHARIOT D URGENCE LE CHARIOT D URGENCE Présentation de l équipe ü Charlène VALIER... ü Cécile COQUET... ü Livia GAMES... ü Manuela GAMARRA... ü Véronique LERANDY... ü Jhonny MALFLEURY... Ø Gestion du temps Ø Animatrice

Plus en détail

Sommaire I - CADRE LEGAL II - LE CHARIOT D URGENCE III - CONDUITE À TENIR IV SYNTHESE ANNEXES. A. Localisation. B. Maintenance. C.

Sommaire I - CADRE LEGAL II - LE CHARIOT D URGENCE III - CONDUITE À TENIR IV SYNTHESE ANNEXES. A. Localisation. B. Maintenance. C. Comité des Gestes d Urgence 2005 Sommaire I - CADRE LEGAL II - LE CHARIOT D URGENCE A. Localisation B. Maintenance C. Contenu III - CONDUITE À TENIR A. Organisation et installation B. Les gestes de survie

Plus en détail

check-list matériel sanitaire pour entreprises

check-list matériel sanitaire pour entreprises check-list matériel sanitaire pour entreprises pour entreprises 2 aménagement local sanitaire Matériaux divers Brosse à main Distributeur de savon et de désinfectant Crème pour les mains Ciseaux et lime

Plus en détail

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA)

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) SOMMAIRE Points essentiels...3 Pose du KTA, contexte urgent...4 Pose du KTA, contexte non urgent...7 Pansement du

Plus en détail

URGENCES MEDICALES INTERNES ADULTES. LE CHARIOT D URGENCE (exemple de fonctionnement*)

URGENCES MEDICALES INTERNES ADULTES. LE CHARIOT D URGENCE (exemple de fonctionnement*) C.R.M.D.M. URGENCES MEDICALES INTERNES ADULTES LE CHARIOT D URGENCE (exemple de fonctionnement*) - 2003 - *extrait du document du CHRU de TOURS Préambule Le Comité Régional du Médicament et des Dispositifs

Plus en détail

INFIRMIER HORS PRESENCE MEDICALE

INFIRMIER HORS PRESENCE MEDICALE I POSITION DE SAMU DE FRANCE ET DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MEDECINE D URGENCE II - CADRE D APPLICATION III PROTOCOLES IV FICHES TECHNIQUES V PHARMACIE VI CRITERES D EVALUATION I- Position de Samu de France

Plus en détail

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique»

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» Anne-Marie Béduchaud Responsable Hygiène gestion du risque Polyclinique de Poitiers/Clinique Saint Charles/HAD 18032015 Qu est ce

Plus en détail

Salle de déchocage : la check-list du matériel

Salle de déchocage : la check-list du matériel SEBA CORINNE Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE Salle de déchocage : la check-list du matériel Les urgences vitales ne constituent qu une minorité des cas de prise en charge dans un service d urgence,

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

Description du dispositif et des accessoires spécifiques

Description du dispositif et des accessoires spécifiques Description du dispositif et des accessoires spécifiques Le PICC est un cathéter en silicone ou en polyuréthane mesurant entre 30 et 60 cm, il est radio-opaque. Les cathéters posés au DEA sont en général

Plus en détail

Le chariot d urgence G.Lenfant

Le chariot d urgence G.Lenfant Le chariot d urgence G.Lenfant Objectifs: Caractériser les éléments constitutifs d un chariot d urgence Justifier leur utilité et leur fonctionnement Connaître les règles de gestion Plan du cours Le cadre

Plus en détail

CHARIOT D URGENCE. 2 ) de mettre à jour ces Connaissances et de se recycler régulièrement.

CHARIOT D URGENCE. 2 ) de mettre à jour ces Connaissances et de se recycler régulièrement. CHARIOT D URGENCE Introduction On ne peut pas parler de chariot d'urgence sans parler de l'apprentissage des gestes d'urgence. En matière d'urgence, il n'existe pas de droit à l'erreur, pas de place pour

Plus en détail

Désobstruction d un cathéter veineux central

Désobstruction d un cathéter veineux central Oncologie-Hématologie Pédiatrique CHRU de Caen Fiche technique 14 Désobstruction d un cathéter veineux central 1- Principe de soin Il s agit de rendre perméable un cathéter central ou un site veineux implantable,

Plus en détail

URGENCES MEDICALES INTERNES ADULTES LE CHARIOT D URGENCE

URGENCES MEDICALES INTERNES ADULTES LE CHARIOT D URGENCE Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques URGENCES MEDICALES INTERNES ADULTES LE CHARIOT D URGENCE - 200 - *extrait du document du CHRU de TOURS SOMMAIRE

Plus en détail

Le savoir faire hospitalier au service du domicile

Le savoir faire hospitalier au service du domicile 5 Sets de soins HANDYSET Le savoir faire hospitalier au service du domicile Les plus HANDYSET : Protocole hospitalier : des sets pensés pour le domicile avec la rigueur de l hôpital Gants sans Latex, ni

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Bachelier-technologue en imagerie médicale

Bachelier-technologue en imagerie médicale Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Intitulé Code IPL Bachelier-technologue en imagerie médicale Techniques de soin M1080 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 1-2 Pondération 1 Nombre

Plus en détail

MATERIEL DES AMBULANCES NORMALISEES. Page 1 sur 5 SAC MEDECINE

MATERIEL DES AMBULANCES NORMALISEES. Page 1 sur 5 SAC MEDECINE Page 1 sur 5 SAC MEDECINE oxygène 1 masque 60% 1 masque 100% 1 lunettes O2 2 sondes d'aspiration 1 boîte à aiguilles (sharpsafe) 1 kit perfusion 1 kit aspiration 1 poche avec ballon de réanimation avec

Plus en détail

Normes techniques pour les dispositifs médicaux

Normes techniques pour les dispositifs médicaux Ordonnance sur les dispositifs médicaux (ODim) Normes techniques pour les dispositifs médicaux En vertu de l art. 4, al. 3, de l ordonnance du 17 octobre 2001 1 sur les dispositifs médicaux (ODim), les

Plus en détail

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais.

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais. Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais Méthodologie Enquête déclarative faite en février 2010 auprès des IDE hygiéniste et/ou

Plus en détail

Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile. F. Taillardas CDS hygiéniste

Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile. F. Taillardas CDS hygiéniste Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile F. Taillardas CDS hygiéniste Présentation HAD du littoral 3 antennes: Berck sur mer, Boulogne sur mer et Fruges Prise

Plus en détail

CHARIOT D URGENCES VITALES

CHARIOT D URGENCES VITALES Commentaires : CHARIOT D URGENCES VITALES PEDIATRIQUES Page : 1/8 Description Objet : Cette fiche technique décrit la composition du chariot de l urgence vitale pédiatrique. Documentation Documents de

Plus en détail

DRAINAGE THORACIQUE. Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005

DRAINAGE THORACIQUE. Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005 DRAINAGE THORACIQUE Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005 Anatomie du pneumothorax Plèvre viscérale: accolée aux poumons Plèvre pariétale tapisse l intérieur de la cage thoracique et le diaphragme cavité

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION PROJET : USP TOGBLEKOPE - TOGO - MISSION : 1. Date DU 24/08/2013 AU 06/09/2013. Aspects logistiques

RAPPORT DE MISSION PROJET : USP TOGBLEKOPE - TOGO - MISSION : 1. Date DU 24/08/2013 AU 06/09/2013. Aspects logistiques RAPPORT DE MISSION PROJET : USP TOGBLEKOPE - TOGO - MISSION : 1 Date DU 24/08/2013 AU 06/09/2013 Aspects logistiques Logement Maison individuelle à Lomé (rue Bakpaya) à 30 minutes de route du dispensaire

Plus en détail

Kimberly-Clark* KimVent* Vous aider à protéger vos patients contre les infections des voies respiratoires inférieures

Kimberly-Clark* KimVent* Vous aider à protéger vos patients contre les infections des voies respiratoires inférieures Le Catalogue des Solutions Kimberly-Clark Health Care Solutions pour la gestion des Voies Respiratoires Kimberly-Clark* KimVent* Vous aider à protéger vos patients contre les infections des voies respiratoires

Plus en détail

SPECIAL IRM. X-SANATEC Horizonlaan 36 3600 Genk - Belgium. Your Healthcare Partner MONITORING IRM EQUIPEMENTS BIOMEDICAUX IRM

SPECIAL IRM. X-SANATEC Horizonlaan 36 3600 Genk - Belgium. Your Healthcare Partner MONITORING IRM EQUIPEMENTS BIOMEDICAUX IRM Your Healthcare Partner SPECIAL IRM MONITORING IRM NOUVEAU! MONITEUR AMAGNETIQUE MULTI PARAMETRES ECG/ NIBP/ SPO2 Afficheur LCD couleur Réglage individuel des alarmes Affichage lisible des informations

Plus en détail

Modification de la liste des moyens et appareils (LiMA) Teneur au 1er août 2007

Modification de la liste des moyens et appareils (LiMA) Teneur au 1er août 2007 Modification de la liste des moyens et appareils (LiMA) Teneur au 1er août 2007 Type de révision d une position dans la LiMA actuelle : B: modification du montant de remboursement maximal C: modification

Plus en détail

Matériel d'hôpital. - Masques -

Matériel d'hôpital. - Masques - Matériel d'hôpital - Masques - Masques à coussin d'air Les masques à coussin d'air ont une forme anatomique et sont très doux et agréables à porter grâce à leur étanchéité à coussin d'air. Le code de coloris

Plus en détail

ormes en soins et services respiratoires à domicile

ormes en soins et services respiratoires à domicile N Préambule ormes en soins et services respiratoires à domicile Au cours de la dernière décennie, le système de santé s est orienté de plus en plus vers des services de santé à domicile. Les connaissances

Plus en détail

LES DIFFÉRENTES INJECTIONS

LES DIFFÉRENTES INJECTIONS 17.03.09 Mme Dicchi Soins Infirmiers II I)Les incontournables pour toute injection A)La seringue : schéma B)Désinfection du point d injection C)Pansement à la fin de l injection D)La position du patient

Plus en détail

LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE. Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE

LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE. Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE FACE A L URGENCE VITALE «FAIRE VITE» «FAIRE BIEN» Les bons gestes

Plus en détail

la prescription une mission à responsabilité Vers une diversité de prescripteur

la prescription une mission à responsabilité Vers une diversité de prescripteur la prescription une mission à responsabilité Vers une diversité de prescripteur Objectifs pédagogiques La prescription médicale est «la rencontre d une conscience et d une volonté» Un droit de prescription

Plus en détail

Réalisation d'un myélogramme. VERSION COMMENTAIRE DATE 02 mise à jour 25/09/2013 03 Révision annuelle 09/10/2014 04 Aucune modification 07/01/2016

Réalisation d'un myélogramme. VERSION COMMENTAIRE DATE 02 mise à jour 25/09/2013 03 Révision annuelle 09/10/2014 04 Aucune modification 07/01/2016 HIA Clermont-Tonnerre Brest Laboratoire de Biologie Médicale Mode opératoire Réalisation d'un myélogramme Code : PRA-MO-PRLTMYELO Version n 04 Date d'application : 07/01/2016 Page : 1 / 7 VERSION COMMENTAIRE

Plus en détail

Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques

Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques 1.1. Base légale Au Grand-Duché de Luxembourg, l infirmier/ière à le droit de réaliser le sondage vésical sur prescription médicale en dehors de la présence

Plus en détail

Sommaire. Introduction

Sommaire. Introduction Sommaire Introduction Savoir-faire infirmier transversal Fiche 1 Recommandations Fiche 2 Normes de soins infirmiers Fiche 3 Transmissions infirmières Fiche 4 Certification des établissements de santé Fiche

Plus en détail

Voie Veineuse Centrale

Voie Veineuse Centrale Les procédures en réanimation 21/04/2010 Page 1/9 Rédaction : S. Marmilloud (IDET) Vérification : IDE V. Labat Approbation : Dr C. Santre 1 But Ce document décrit la procédure de mise en place et la surveillance

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES POUVANT ÊTRE EXERCÉES DANS LE CADRE DES

RÈGLEMENT SUR LES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES POUVANT ÊTRE EXERCÉES DANS LE CADRE DES RÈGLEMENT SUR LES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES POUVANT ÊTRE EXERCÉES DANS LE CADRE DES SERVICES ET SOINS PRÉHOSPITALIERS D URGENCE Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26,

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

Département Urgences - SAMU

Département Urgences - SAMU Département Urgences - SAMU Poids du sac : 5 Kg environ. Le sac Thomas est disponible : a) au service «Urgence» sur un chariot devant le déchocage, b) au SMUR pour vecteur héliporté 64 et 4 Extérieur du

Plus en détail

Organisation et contrôle des gaz

Organisation et contrôle des gaz Organisation et contrôle des gaz www.airliquidesante.fr ORGANISATION ET CONTRÔLE DES GAZ Identificateur de gaz Kit de réception pharmaceutique L ALS Gaz Control est un dispositif permettant le contrôle

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Référence : 001000. Patient unique Sans latex (boite de 500)

FICHE TECHNIQUE. Référence : 001000. Patient unique Sans latex (boite de 500) Référence : 001000 Embout buccal, polyéthylène Patient unique (boite de 500) Polyéthylène haute densité Référence : 001200 Masque O² pour adulte en vinyle de type sous le menton Concentration moyenne Patient

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Améliorer votre travail. SOLUTIONS POUR CHARIOTS MÉDICAUX

Améliorer votre travail. SOLUTIONS POUR CHARIOTS MÉDICAUX Améliorer votre travail. SOLUTIONS POUR CHARIOTS MÉDICAUX D autres choix, de meilleures solutions. Une nouvelle façon intelligente de travailler. La gamme de chariots Metro pour le transport en milieu

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

Déroulement de l atelier

Déroulement de l atelier Déroulement de l atelier 2 1ere partie : Observation : Observation du cas préparé : Grille de debriefing individuel à compléter Debriefing collectif Restitution et mise en commun Correction 2ieme partie

Plus en détail

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Bienvenue dans le service de réanimation. Le livret que nous venons de te confier a pour principal intérêt de te permettre d avoir une

Plus en détail

Thoracocentèse et drainage pleural chez les bovins

Thoracocentèse et drainage pleural chez les bovins Se former / COURS / CHIRURGIE THORACIQUE Thoracocentèse et drainage pleural chez les bovins La thoracocentèse est un acte facile à mettre en œuvre pour confirmer la présence d un épanchement pleural ou

Plus en détail

LE CPRE EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL TOULOUSE PURPAN. Sécurité de la salle, installation du patient, organisation de la table.

LE CPRE EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL TOULOUSE PURPAN. Sécurité de la salle, installation du patient, organisation de la table. LE CPRE EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL TOULOUSE PURPAN Sécurité de la salle, installation du patient, organisation de la table. Cécile Barrué IDE A L HÔPITAL PURPAN CET EXAMEN SE DÉROULE : Dans une salle de radiologie

Plus en détail

Médecine préventive CdG 44. La trousse à pharmacie

Médecine préventive CdG 44. La trousse à pharmacie Médecine préventive CdG 44 La trousse à pharmacie Cette trousse est destinée aux agents de la collectivité Différents modèles peuvent être proposés : - Trousse simple ou coffre à poignée - Armoire murale

Plus en détail

Gamme Santé. La mobilité au service de la santé. Concepteur & Fabricant Postes de travail fixes et mobiles

Gamme Santé. La mobilité au service de la santé. Concepteur & Fabricant Postes de travail fixes et mobiles REALISATIONS Concepteur & Fabricant Postes de travail fixes et mobiles Mobile, Autonome, Modulable, Ergonomique, Innovant... Gamme Santé La mobilité au service de la santé REALISATIONS Concepteur & Fabricant

Plus en détail

Simples. Fiables. Tegaderm. Réputés. de pellicule transparente. Gamme de pansements. Gamme de pansements de pellicule transparente Tegaderm MC 3M MC

Simples. Fiables. Tegaderm. Réputés. de pellicule transparente. Gamme de pansements. Gamme de pansements de pellicule transparente Tegaderm MC 3M MC Gamme de pansements de transparente Tegaderm MC 3M MC Directives d application et de retrait Gamme de pansements de transparente Tegaderm MC Simples. Fiables. Réputés. Pansements de transparente Tegaderm

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

HUG - Direction des Soins - 2008-2009. Principes de base de la préparation d injectables. Les dispositifs.

HUG - Direction des Soins - 2008-2009. Principes de base de la préparation d injectables. Les dispositifs. Direction des Soins Faculté de Médecine SEMINAIRE INTERACTIF - GESTES TECHNIQUES 3 Principes de base de préparation d injections, Injections intra dermiques (ID) et sous cutanées (SC) chez l adulte et

Plus en détail

Prélèvements d'eau de rinçage des laveurs-désinfecteurs des endoscopes souples (LD) AdaptaScope WD 440

Prélèvements d'eau de rinçage des laveurs-désinfecteurs des endoscopes souples (LD) AdaptaScope WD 440 Prélèvements d'eau de rinçage des laveurs-désinfecteurs des endoscopes souples (LD) AdaptaScope WD 440 RESPONSABILITÉS Service concerné : Fonctions concernées: Centre d Endoscopie ICS, ICUS du Centre d'endoscopie

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri?

Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri? 10 e Rencontre de Prévention du Risque Infectieux Nosocomial de l Océan Indien - Vendredi 26 avril 2013 Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri? Hélène Boulestreau Service

Plus en détail

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE ARLIN Aquitaine Journée des Correspondants en Hygiène 28 mai 2015 Recommandations pour la prévention des infections dans les

Plus en détail

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1 Pôle UBAAR : urgences, bloc, ambulatoire, anesthésie et réanimation Hôpital de jour pluridisciplinaire (Livret réalisé par l équipe d infirmières de médecine, validé par le cadre) Galerie sainte Geneviève,

Plus en détail

Fiche de préparation et de mise en place de la morphine. voies injectables

Fiche de préparation et de mise en place de la morphine. voies injectables Comité de lutte contre la douleur Fiche de préparation et de mise en place de la morphine par voie injectable Référence : CLUD 14 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Références réglementaires

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION DE MISE EN SERVICE DE VEHICULE DE TRANSPORTS SANITAIRES (Hors SMUR)

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION DE MISE EN SERVICE DE VEHICULE DE TRANSPORTS SANITAIRES (Hors SMUR) DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION DE MISE EN SERVICE DE VEHICULE DE TRANSPORTS SANITAIRES (Hors SMUR) ARS Bretagne Mise à jour janvier 2016 (Hors SMUR) 1 REFERENCES TEXTUELLES Article L. 6122-1 du CSP

Plus en détail

Prise de position des représentants médicaux SSMUS et. SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et. de technicien ambulancier

Prise de position des représentants médicaux SSMUS et. SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et. de technicien ambulancier Prise de position des représentants médicaux SSMUS et SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et de technicien ambulancier La Société suisse de médecine d urgence et de sauvetage (SSMUS)

Plus en détail

Brochure FH chariots :*A4 24 pages 09/05/2006 23/12/09 16:41 Page 1 C h a r i o t s b i o m é d i c a u x

Brochure FH chariots :*A4 24 pages 09/05/2006 23/12/09 16:41 Page 1 C h a r i o t s b i o m é d i c a u x Chariots biomédicaux Forte de son expérience dans le domaine des produits en acier inoxydable, acier peinture époxy et plastique, Francehopital, société alsacienne fondée en 1988, vous propose sa nouvelle

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

LA GRAVITE DE LA PERFUSION! A. Dewailly, J. Boyer, Y. Inghels Pôle Pharmacie, Centre Hospitalier de Valenciennes.

LA GRAVITE DE LA PERFUSION! A. Dewailly, J. Boyer, Y. Inghels Pôle Pharmacie, Centre Hospitalier de Valenciennes. LA GRAVITE DE LA PERFUSION! A. Dewailly, J. Boyer, Y. Inghels Pôle Pharmacie, Centre Hospitalier de Valenciennes. 1 CONSTAT Problématiques d utilisation des perfuseurs au CHV Régulateur de débit de perfusion

Plus en détail

Mobiliers et équipements pour la chambre

Mobiliers et équipements pour la chambre Mobiliers et équipements pour la chambre www.airliquidesante.fr Rails, fixations Fonction : le rail est une structure à fixer horizontalement au mur pour y accrocher du mobilier ou des équipements de soins.

Plus en détail

LE CATHETER VEINEUX CENTRAL (KTC)

LE CATHETER VEINEUX CENTRAL (KTC) Hôpital de Bicêtre Département d Anesthésie-Réanimation LE CATHETER VEINEUX CENTRAL (KTC) 1 SOMMAIRE Points essentiels... 3 Définitions et généralités... 4 Pose du KTC dans un contexte urgent... 6 Pose

Plus en détail

En annexe, des références ont été misent pour chaque indicateur afin de faciliter la recherche de l information par l infirmière.

En annexe, des références ont été misent pour chaque indicateur afin de faciliter la recherche de l information par l infirmière. Ce document énonce une liste d éléments que l infirmière devrait connaître ou maîtriser avant le début de l orientation aux soins critiques. La liste n est pas exhaustive, il s agit d indicateurs pour

Plus en détail

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE DE L ENFANT (ACR) vu de la puéricultrice, vu de l auxiliaire de puériculture ou l aide-soignant Équipe de réanimation Pédiatrique - CHU de Bordeaux Audrey Bonafous, Lucille Lefol,

Plus en détail

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

Guide pour la pratique de l infirmier et l infirmière auxiliaire au Centre de santé et de services sociaux de Laval

Guide pour la pratique de l infirmier et l infirmière auxiliaire au Centre de santé et de services sociaux de Laval Guide pour la pratique de l infirmier et l infirmière auxiliaire au Centre de santé et de services sociaux de Laval Recommandé par le Comité de l application de la Loi 90 pour les soins infirmiers le 14

Plus en détail

Protocole Hémoculture

Protocole Hémoculture Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.042.1 Protocole Hémoculture SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS

Plus en détail

www.allibert-medical.com Découvrez notre ligne chariots

www.allibert-medical.com Découvrez notre ligne chariots www.allibert-medical.com Découvrez notre ligne chariots CERTIFIÉ ISO 9001-2008 www.allibert-medical.com Chariot anesthésie Qualité, facilité de décontamination, capacité et modularité sont des impératifs

Plus en détail

Du traitement des déchets par les infirmiers(ères) libéraux

Du traitement des déchets par les infirmiers(ères) libéraux Du traitement des déchets par les infirmiers(ères) libéraux Plan : Introduction Quelques principes Responsabilités Types de déchets Tri Collecte Délais entre la production «effective» et le traitement

Plus en détail

Installation d un cathéter veineux court périphérique

Installation d un cathéter veineux court périphérique Installation d un cathéter veineux court périphérique Étapes préexécutoires Un garrot Tampons d alcool Cathéters veineux de différents calibres Piqué jetable Gants non stériles Pellicules transparentes

Plus en détail

L Hospitalisation à domicile

L Hospitalisation à domicile L Hospitalisation à domicile Centre Hospitalier B.P. 70348 22303 LANNION Cedex 02.96.05.70.15 S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON

Plus en détail

1. DÉFINITION Procédure qui définit les étapes à suivre, et qui s applique dans tous les cas de réanimation cardiorespiratoire chez un nouveau-né.

1. DÉFINITION Procédure qui définit les étapes à suivre, et qui s applique dans tous les cas de réanimation cardiorespiratoire chez un nouveau-né. Catégorie de document: Directives et procédures Préfixe : No : DP-10-10 OBJET Code rose Réanimation néonatale ADOPTÉ PAR DATE(S) ADOPTION(S) REMPLACE DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR STATUT À venir 29 juillet

Plus en détail

Entretien d une chambre d un patient ou résidant. Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste

Entretien d une chambre d un patient ou résidant. Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste Entretien d une chambre d un patient ou résidant Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste RECOMMANDATIONS GENERALES 1. Aérer la pièce 2. Sortir les déchets 3. Travailler toujours

Plus en détail

2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support

2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support 2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support Steve Greisch coordinateur national PHTLS Luxembourg Définition Concept

Plus en détail

QUELLE TROUSSE POUR ABORDER UNE NAISSANCE? W) ; Pr. Ag. K. MONASTIRI

QUELLE TROUSSE POUR ABORDER UNE NAISSANCE? W) ; Pr. Ag. K. MONASTIRI QUELLE TROUSSE POUR ABORDER UNE NAISSANCE? Pr. Ag. K. MONASTIRI INTERET D UNE TROUSSE D URGENCE SPECIFIQUE POUR LA REANIMATION DU NOUVEAU-NE A LA NAISSANCE: Bien que le plus souvent la naissance se déroule

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

La dialyse péritonéale (DP) avec poches jumelées

La dialyse péritonéale (DP) avec poches jumelées La dialyse péritonéale (DP) avec poches jumelées de retour à la maison, vous devez maintenant faire chaque jour des dialyses par voie péritonéale. voici un rappel des étapes à suivre et des symptômes à

Plus en détail

Annexe I PROGRAMMES ET HORAIRES DES NIVEAUX DE FORMATION. Formation de niveau I (EM I) d une durée minimale de onze heures

Annexe I PROGRAMMES ET HORAIRES DES NIVEAUX DE FORMATION. Formation de niveau I (EM I) d une durée minimale de onze heures Annexe I PROGRAMMES ET HORAIRES DES NIVEAUX DE FORMATION Formation de niveau I (EM I) d une durée minimale de onze heures Elle comporte trois unités de valeur (UV) : 1. L UV-PSC 1, d une durée minimale

Plus en détail

AEROSOLS NON MEDICAMENTEUX ET OXYGENOTHERAPIE MOD 3: LES SOINS PROMOTION VAN GOGH 2015-2016 Novembre 2015 S. L ENFANT Que savez-vous? IFAS ST QUENTIN 2 IFAS ST QUENTIN 3 SOMMAIRE Aérosols non médicamenteux

Plus en détail

Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux

Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux Monica Attinger- Claire-Lyse Dumas - Corinne Vandenbulcke Forum HH - 8 avril 2008 I - Généralités Dispositifs à disposition Pré requis : matériel

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%)

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%) Les établissements participant Inter-région ord 200 Résultats 200, inter-région ord 4 AES dans 9 établissements ord Pas de Calais 2 Régions Hte orm. Pic. 8 Ile de France 9 Statut de l'établissement Privé

Plus en détail

Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique

Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Formation s adressant aux intervenants scolaires Personne dont l allergie est connue (1,5 heure) MAJ 2013-2 2 But

Plus en détail

Le tube nasogastrique (TNG) ou Levin est une sonde souple que l on introduit par le nez ou la bouche pour nous permettre de rejoindre l estomac.

Le tube nasogastrique (TNG) ou Levin est une sonde souple que l on introduit par le nez ou la bouche pour nous permettre de rejoindre l estomac. Le tube nasogastrique (TNG) ou Levin est une sonde souple que l on introduit par le nez ou la bouche pour nous permettre de rejoindre l estomac. On introduit le tube par le nez ou la bouche pour le faire

Plus en détail

Montage, surveillance et entretien du matériel de soins. CH de Saint-Quentin Service Hygiène 2015

Montage, surveillance et entretien du matériel de soins. CH de Saint-Quentin Service Hygiène 2015 Montage, surveillance et entretien du matériel de soins CH de Saint-Quentin Service Hygiène 2015 Réglementation Les aides-soignants et les auxiliaires de puériculture collaborent aux soins infirmiers dans

Plus en détail

LA VITRECTOMIE ET LES DM UTILISÉS. Karianne Hodanger Chef de produit applicatif, DORC France Christine Mauricio Directrice des ventes, DORC France

LA VITRECTOMIE ET LES DM UTILISÉS. Karianne Hodanger Chef de produit applicatif, DORC France Christine Mauricio Directrice des ventes, DORC France LA VITRECTOMIE ET LES DM UTILISÉS Karianne Hodanger Chef de produit applicatif, DORC France Christine Mauricio Directrice des ventes, DORC France Vitrectomie & DM 2 Principe de la vitrectomie 3 L extraction

Plus en détail

MODES D EMPLOI DES APPAREILS

MODES D EMPLOI DES APPAREILS MODES D EMPLOI DES APPAREILS MEDELA BASIC S:\00 Direction\Mes documents\site internet\docus word et pdf\appareils emploi\mode d'emploi Proximos Basic.doc/27/10/2011 1/7 En cas de questions ou de problèmes,

Plus en détail

MODE D EMPLOI pour d instruments chirurgicaux. Canules d aspiration. Légende

MODE D EMPLOI pour d instruments chirurgicaux. Canules d aspiration. Légende Canules d aspiration F Légende 1. Tube d aspiration, cylindrique/conique 2. Plaque de prise 3. Interrupteur d aspiration, rond/ovoïde 4. Raccord de tuyau 5. Mandrin de nettoyage 6. Diamètre extérieur du

Plus en détail

CINRYZE (INHIBITEUR DE C1 [HUMAIN]) Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire.

CINRYZE (INHIBITEUR DE C1 [HUMAIN]) Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire. Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament CINRYZE de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Déchets médicaux les déchets à risques potentiels les déchets sans risques.

Déchets médicaux les déchets à risques potentiels les déchets sans risques. Gestion des déchets Déchets médicaux L OMS définit les déchets médicaux comme le flux total des déchets provenant d un établissement de santé ou de recherche, comprenant: les déchets à risques potentiels

Plus en détail