1 «Les services de médias audiovisuels à la demande diffèrent de la radiodiffusion télévisuelle eu égard au

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 «Les services de médias audiovisuels à la demande diffèrent de la radiodiffusion télévisuelle eu égard au"

Transcription

1 Réponse de la Fédération française des télécoms à la consultation publique sur le projet de décret relatif aux services de média audiovisuel à la demande La loi du 30 septembre 1986 modifiée par la loi du 5 mars 2009 relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision, renvoie au décret la définition des règles applicables aux services de médias audiovisuels à la demande (SMAd). Toutefois, l adoption de ce projet de décret s inscrit également dans le contexte de la promulgation de la loi n du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet, qui repose sur le principe essentiel du développement de l offre légale - seule alternative à la lutte contre la contrefaçon numérique. Pourtant, les conditions du nécessaire développement de l offre légale française cinématographique et audiovisuelle ne sont toujours pas réunies aujourd hui (problème d accès aux droits, insuffisante ouverture des catalogues, assouplissement nécessaire de la chronologie des médias). Cette situation est extrêmement préoccupante face à la pression concurrentielle très forte de plateformes vidéo étrangères de taille mondiale et largement plébiscitées par le public français (i Tunes, You Tube ) d ores et déjà accessibles sur tous les écrans (ordinateurs, télévisions via les box dédiées, consoles de jeux et téléviseurs eux-mêmes connectés), qui échappent à toute régulation et ne contribuent donc en rien au financement de l industrie cinématographique et audiovisuelle française. La Fédération française des télécoms, qui regroupe les principaux opérateurs - premiers promoteurs de l offre légale au titre de leur activité d édition et/ou de distribution de VOD - se félicite donc de la consultation de la DGMIC, relative au projet de décret relatif aux services de médias audiovisuels à la demande. Avec ce décret qui devrait faire l objet d une notification auprès de la Commission européenne, les membres de la FFT, éditeurs de SMAd ou simples distributeurs d offres éditées par des tiers, appellent à l adoption d un cadre réglementaire propre à favoriser le développement de la VOD cinématographique et audiovisuelle et plus souple que celui appliqué aux services de télévision, conformément à l esprit de la directive européenne Services de Médias Audiovisuels. 1 1 «Les services de médias audiovisuels à la demande diffèrent de la radiodiffusion télévisuelle eu égard au choix, au contrôle que l utilisateur peut exercer et à l impact qu ils ont sur la société. Cela justifie une réglementation plus légère des services de médias audiovisuels à la demande» (Directive Services de Médias Audiovisuels, considérant 42). 1

2 Il est essentiel de ne pas compromettre la pérennité des recettes qu apportent ces activités au financement du cinéma et de l audiovisuel français. Aussi, les membres de la FFT souhaitent porter à votre connaissance les appréciations suivantes sur le projet de texte objet de la consultation. I. Obligations de contribution à la production NB : Les propositions de la FFT figurant ci-après sont strictement afférentes à la VOD à l acte. Le modèle économique de la VOD repose sur un partage de la valeur entre éditeurs de VOD et ayants droit sur la base du prix public final payé par le consommateur, quel que soit le succès de l œuvre. Par nature, le modèle économique de la VOD repose sur le paiement de reversements variant en fonction du nombre de transactions enregistrées pour une œuvre donnée (soit un total de 22,9 millions de transactions en 2009, source GFK/NPA). Ce partage des recettes en fonction des consommations réelles (à l acte) est transparent et particulièrement favorable aux ayants droit (reversements de 50 à 70 % des recettes avec une marge opérationnelle transactionnelle résiduelle très faible voire négative pour l éditeur de service VOD). Pourtant, du fait d un problème général d accès aux droits, d un aménagement insuffisant de la chronologie des médias, 2 l activité de la VOD connaît un développement encore modeste à ce jour avec un chiffre d affaires (82,4 millions d euros, 2009) équivalent seulement au tiers de celui du DVD locatif (250 millions d euros, 2009), un catalogue de 4857 films cinématographiques disponibles et un taux de transformation des salles de cinéma vers la VOD de 44,1 %. 3 Eu égard à l ensemble de ces éléments, la création d une obligation de préfinancement est totalement inadaptée à l économie de la VOD. Ainsi, même dans le cas de l oeuvre cinématographique ayant fait l objet du maximum de transactions locatives en 2009 «Neuilly sa mère», les recettes de l ordre de plusieurs dizaines de milliers d euros par éditeur n auraient pas permis un préfinancement du film au-delà d un montant très réduit. En effet, une gestion raisonnable imposerait aux éditeurs de lier le potentiel de revenus d une œuvre cinématographique au montant à allouer au préfinancement de cette même œuvre. Sachant qu à date le plus grand succès commercial pour un film français n a pas excédé de recettes par éditeur, il apparait impossible à ces derniers de préfinancer à des niveaux substantiels les œuvres cinématographiques, sans remettre en cause leur modèle économique. Cela confirme une fois de plus que le modèle économique de la VOD est totalement incompatible avec une logique de préfinancement. Surtout, une telle obligation contreviendrait totalement à l objectif de développement de l offre légale poursuivi par les pouvoirs publics, notamment avec la loi Création et Internet. 2 Le taux de transformation des films en VOD, entre 4 à 6 mois après leur sortie en salles était de 38,3% au 14 avril 2010 (41,0 % pour les films français et 44,8 % pour les films américains), source Observatoire de la VOD, 15 avril Situation au 22/02/2010, Source Observatoire de la VOD, 15 avril

3 En effet, le préfinancement a pour corollaire l acquisition de droits exclusifs par les éditeurs, ce qui favoriserait largement les éditeurs de services de télévision historiques, qui seraient en mesure de se réserver l exclusivité des programmes les plus attractifs en VOD, et pénaliserait lourdement les éditeurs de VOD indépendants, du fait de l inflation des prix. L inflation inévitable des prix entraînera à la fois : - une diminution drastique de la demande, de l ordre de 40 % pour une augmentation de un euros, selon les simulations économiques ; - une concentration du marché et une réduction corrélative de l offre. De facto, la réduction de la taille des catalogues et la concentration du marché de la VOD payante à l acte favoriseront l essor du piratage et celui des plateformes de vidéo étrangères, non réglementées, ne contribuant en rien au financement de l industrie cinématographique et audiovisuelle française. A l instar de ce qui s est passé pour le pay per view et pour la musique en ligne en France, une telle obligation entraînerait un désinvestissement massif des opérateurs télécoms et dissuaderait les nouveaux entrants. 4 L instauration d une telle obligation contreviendrait donc directement à l objectif poursuivi par le législateur dans le cadre des lois Hadopi. Seul le développement d une offre légale riche et attractive, sur toutes les plateformes et sans aucune exclusivité, constitue une alternative crédible face à la contrefaçon numérique. Sur le seuil de 15 millions d euros, qui justifierait la création d une obligation de préfinancement Dans l introduction liminaire de la consultation, il est précisé que «la fixation d un seuil de déclenchement fondé sur un chiffre d affaires élevé a pour contrepartie la détermination d une obligation de préfinancement... la fixation d un seuil élevé de chiffre d affaires permet d éviter que ces obligations entravent l émergence de ces services». Outre les éléments exposés ci-dessus, il convient de relativiser le seuil envisagé de 15 millions d euros. Etant donné les coûts fixes importants liés à la mise en place de l activité d édition de services de VOD (coûts réseaux, coûts d encodage, frais de marketing), la réalisation d un chiffre d affaires de 15 millions d euros ne garantit aucunement la rentabilité économique de l exploitation. S agissant d une activité économique émergente, le seuil en chiffre d affaires actuellement envisagé ne saurait donc en aucune sorte justifier davantage la détermination d une obligation de préfinancement. 4 A contrario, le pay per view connaît toujours un succès important à l étranger : taux de pénétration de 40 % des abonnés au Royaume-Uni, exploitation sur plus d une centaine de canaux aux Etats-Unis. 3

4 Dépenses éligibles et obligation de préfinancement Il est fondamental de prendre en compte, au sein des dépenses éligibles, l ensemble des reversements aux ayants droit, en ce compris les éventuels minima garantis et les rémunérations proportionnelles. De ce point de vue, le modèle économique de la VOD n apparaît pas non plus compatible avec la fixation d obligations de préfinancement d œuvres. Une telle obligation couplée à une obligation de rémunération minimale de l ayant droit par visualisation ou téléchargement aboutirait à un «double reversement», en amont et en aval, rendant tout équilibre économique impossible pour les éditeurs de SMAD. Assiettes de référence Il est aisé d appréhender au sein du CA des services de VOD à l acte des assiettes objectives en lien avec la catégorie d œuvre consommée (cinéma ou audiovisuelle). Aussi plutôt que de raisonner par une définition a priori des services (majorité d œuvres cinématographiques ou audiovisuelles), sur la base de proportions qui seront difficilement appréciables, le catalogue évoluant, il conviendrait davantage d appliquer un régime de contribution pertinent à une assiette adaptée selon la réalité des œuvres consommées. Les assiettes pertinentes pourraient ainsi être constituées : 1) Pour la VOD à l acte : de la somme des recettes liées aux consommations à l acte, catégorie par catégorie, après déduction de la TVA, de la taxe VOD (1609 sexdecies B du CGI), des frais de distribution et des frais de régie ; 2) Pour la VOD par abonnement : de la somme des abonnements après déduction la TVA, de la taxe VOD (1609 sexdecies B du CGI), des frais de distribution et des frais de régie ; 3) Pour la VOD gratuite : l assiette de l obligation pourrait être constituée de l ensemble des recettes publicitaires nettes encaissées par l éditeur et qui sont liées directement à l exploitation des œuvres (spots publicitaires diffusés immédiatement avant, après ou au sein du programme). Taux de contribution et montée en charge S agissant d une activité émergente, il est essentiel de ne pas créer d obligation disproportionnée et surtout prématurée à la charge des éditeurs de VOD, qui entraverait le développement de ce marché. Il est essentiel de préserver les conditions du développement de la VOD conformément aux dispositions de la directive Services de Médias Audiovisuels. Il est par conséquent souhaitable de prévoir une montée en charge progressive dans le temps, comme pour les éditeurs de chaînes de télévision. Au regard de la montée en charge appliquée aux services de télévision (7 ans) et des dispositions de la directive, cette durée ne saurait en aucun cas être inférieure à 7 ans. 4

5 Un dispositif qui méconnaîtrait ce point engendrerait des distorsions de concurrence entre édition de chaînes de télévision et édition de services de VOD. II. Obligations permettant de garantir l offre et d assurer la mise en valeur effective des œuvres cinématographiques et audiovisuelles Il convient de distinguer le cas de la SVOD de celui de la VOD à l acte payante. SVOD Dans le cas de la SVOD, les quotas de mise à disposition présentent peu de sens au regard des difficultés d accès aux catalogues rencontrées par les éditeurs. De telles obligations, dans ce contexte, aboutiraient à justifier le verrouillage du marché par certains acteurs. VOD payante à l acte Les quotas de diffusion en télévision visent à garantir la disponibilité effective des œuvres européennes et françaises dans les grilles, en particulier aux heures de grande écoute. Ils sont par nature adaptés au caractère linéaire de la diffusion télévisée, à capacité limitée. Inversement, ils sont inutiles dans le cas des services à la demande, où rien ne vient limiter la profondeur des catalogues et où la disponibilité des programmes est permanente : la large mise à disposition d œuvres françaises et européennes, au même titre que d autres catégories de films, est au contraire ce qui assure l attractivité des catalogues face au gratuit illégal. Or dans un contexte de démarrage des services et de constitution des catalogues, mais également de difficulté passagère d accès à certains droits francophones, une mesure de quota sur les catalogues aurait pour effet mécanique d assujettir leurs rythmes de développement au bon vouloir des ayants droit les moins enclins à voir se développer les services de VOD. En outre, l institution de quotas de mise à disposition ne garantit pas la consommation effective des œuvres européennes et francophones, du fait de la nature du service (aucune garantie quant au choix finalement exercé par le consommateur). C est pourquoi, conformément aux termes de la directive, des dispositions peu contraignantes doivent être prévues pour garantir l exposition des œuvres françaises et européennes. Sur la page d accueil des portails, les mesures d exposition des œuvres doivent être le plus modérées possibles afin de ne pas entraver la liberté éditoriale des services. A titre comparatif, l Espagne a certes adopté une logique de quotas, mais ceux-ci sont fixés à des niveaux bas (quota de 30 % d œuvres européennes dont 15 % d œuvres espagnoles). 5

RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES DE DIJON L offre et la consommation de cinéma sur les réseaux : état des lieux, freins et perspectives de développement

RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES DE DIJON L offre et la consommation de cinéma sur les réseaux : état des lieux, freins et perspectives de développement Note d information - Paris, 19 octobre 2011 RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES DE DIJON L offre et la consommation de cinéma sur les réseaux : état des lieux, freins et perspectives de développement Dans le

Plus en détail

[pré-projet de loi HADOPI [l'argumentation du gouvernement accompagant le projet soumis à l'avis du conseil d'etat]

[pré-projet de loi HADOPI [l'argumentation du gouvernement accompagant le projet soumis à l'avis du conseil d'etat] [pré-projet de loi HADOPI [l'argumentation du gouvernement accompagant le projet soumis à l'avis du conseil d'etat] Le présent projet de loi a pour ambition de faire cesser l hémorragie des S uvres culturelles

Plus en détail

Le principe de cette association est de créer un outils d aide à la réédition de comptes sous forme de logiciel hébergé sur une plateforme internet.

Le principe de cette association est de créer un outils d aide à la réédition de comptes sous forme de logiciel hébergé sur une plateforme internet. Syndicat des Agences de presse Télévisée (SATEV) Syndicat des Entreprises de Distribution de Programmes Audiovisuels (SEDPA) Syndicats des Producteurs Indépendants (SPI) Contribution des organisations

Plus en détail

MARCHE DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 millions d'euros 2009 2010 évolution

MARCHE DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 millions d'euros 2009 2010 évolution LE MARCHE DE GROS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 (Valeur gros H.T. nette de remises et retours) 340.2 millions d euros : -2.2 % par rapport aux 9 premiers mois 2009 Au cours des 9 premier

Plus en détail

La présente offre de référence est applicable à compter du 7 juin 2013, date de sa publication. 1. Définitions. Abonnés

La présente offre de référence est applicable à compter du 7 juin 2013, date de sa publication. 1. Définitions. Abonnés Offre de référence de mise à disposition, en France Métropolitaine, par la société Multithématiques, des chaînes cinéma éditées par Groupe Canal+, à l exception des Chaînes Canal+, rédigée en application

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE ETABLISSEMENTS CONCERNES Établissements de santé assurant, avec ou sans hébergement, des soins de courte durée, des soins de suite

Plus en détail

CONTENUS NUMÉRIQUES ÉTUDE NOV. 2014

CONTENUS NUMÉRIQUES ÉTUDE NOV. 2014 CONTENUS Le partenariat entre Industries Culturelles et opérateurs télécoms doit être redynamisé afin de faire face aux enjeux posés par la numérisation et le développement des usages. L accès aux œuvres,

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Novembre 2012 La FIEEC est une Fédération de l'industrie qui rassemble 29 syndicats professionnels dans les secteurs de

Plus en détail

Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009

Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009 Le cycle de vie d un produit culturel Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009 Objectifs Mesurer l impact d Internet Observer le cycle de vie des produits culturels Mieux comprendre les rôles

Plus en détail

LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT

LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT 2 A PROPOS Il existe de nombreux critères afin de devenir une entreprise prospère et compétitive

Plus en détail

Contribution de Direct 8

Contribution de Direct 8 Direct 8 31-32, quai de Dion-Bouton 92811 PUTEAUX CEDEX Consultation publique ouverte par le CSA pour la diffusion de services de télévision mobile personnelle par voie Contribution de Direct 8 15 mars

Plus en détail

1 En cause la SA UniversCiné Belgium, dont le siège est établi Place de l Amitié, 6 à 1160 Bruxelles ;

1 En cause la SA UniversCiné Belgium, dont le siège est établi Place de l Amitié, 6 à 1160 Bruxelles ; Collège d autorisation et de contrôle Décision du 16 juillet 2015 (Contrôle annuel 2013) 1 En cause la SA UniversCiné Belgium, dont le siège est établi Place de l Amitié, 6 à 1160 Bruxelles ; 2 Vu le décret

Plus en détail

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire 7 juillet 2011 Isabelle BASTIDE BUTELOT Avocat 1 Plan de l intervention Introduction 1. Rappel des notions générales de la TVA et dérogations

Plus en détail

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne?

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne? SYNTHÈSE Le marché des contenus et des services payants en ligne, historiquement fort en France sur la téléphonie fixe autour de Télétel puis d Audiotel s est développé autour de nouveaux canaux de diffusion

Plus en détail

Recommandations. pour développer la filière du numérique

Recommandations. pour développer la filière du numérique L es é d i t eurs d e c o n t enus e t ser v i c e s en l i g n e Recommandations du GESTE pour développer la filière du numérique Qui est le GESTE? Fondé en 1987, le GESTE est aujourd hui le seul endroit

Plus en détail

Collège d autorisation et de contrôle. Avis n 02/2011

Collège d autorisation et de contrôle. Avis n 02/2011 Collège d autorisation et de contrôle Avis n 02/2011 Première évaluation de la Recommandation du 24 juin 2010 relative à la mise en valeur des œuvres européennes et de la Communauté française dans les

Plus en détail

Le Programme d achat en volume pour les entreprises de l App Store

Le Programme d achat en volume pour les entreprises de l App Store Le Programme d achat en volume pour les entreprises de l App Store L App Store comporte des milliers d apps professionnelles conçues pour améliorer la productivité de votre entreprise. Grâce au Programme

Plus en détail

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique Changer plus facilement d opérateur de télécommunications Consultation publique Le développement d un marché concurrentiel des services de communications électroniques suppose que les consommateurs puissent

Plus en détail

Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0?

Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Fondée sur la diversité culturelle, la télévision européenne vise à protéger les valeurs et les droits fondamentaux de l Union européenne

Plus en détail

Note d information Paris, 8 septembre 2011

Note d information Paris, 8 septembre 2011 Note d information Paris, 8 septembre 2011 FESTIVAL DE LA ROCHELLE 2011 L OFFRE ET LA CONSOMMATION DE FICTIONS SUR INTERNET Dans le cadre de sa mission d observation des usages numériques et de valorisation

Plus en détail

LINKSTORM. Département Recherche, Études & Veille - 13 mars 2013

LINKSTORM. Département Recherche, Études & Veille - 13 mars 2013 LINKSTORM Département Recherche, Études & Veille - 13 mars 2013 Dans le cadre de ses missions générales d'observation et d'encouragement à l'offre légale, l'hadopi a souhaité s'intéresser à la visibilité

Plus en détail

MISSION SUR LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES DE VIDEO A LA

MISSION SUR LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES DE VIDEO A LA MISSION SUR LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES DE VIDEO A LA DEMANDE ET LEUR IMPACT SUR LA CREATION Rapport au centre national du cinéma et de l image animée Mission confiée à Mme Sylvie HUBAC, Conseiller d

Plus en détail

Future TV Stratégies 2020

Future TV Stratégies 2020 Future TV Stratégies 2020 M10212 - Juillet 2010 Market & Data Report www.idate-research.com Gilles Fontaine Directeur Général Adjoint g.fontaine@idate.org Florence Le Borgne Directrice de la Business Unit

Plus en détail

Rapport au Gouvernement sur l application du décret n 2010 1379 du 12 novembre 2010

Rapport au Gouvernement sur l application du décret n 2010 1379 du 12 novembre 2010 Rapport au Gouvernement sur l application du décret n 2010 1379 du 12 novembre 2010 Novembre 2013 Conseil supérieur de l audiovisuel Direction des programmes Service de l information et de la documentation

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14 Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur Textes de référence : articles L. 214-20, L. 214-24-55, R. 214-19 II et R. 214-32-28 II du code monétaire et financier 1. Principes caractéristiques

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

FISCALITE DU SECTEUR PHARMA : POSITIONNEMENT DE LA FRANCE VIS-A-VIS DES PRINCIPAUX PAYS EUROPEENS

FISCALITE DU SECTEUR PHARMA : POSITIONNEMENT DE LA FRANCE VIS-A-VIS DES PRINCIPAUX PAYS EUROPEENS 1 er octobre 2012 FISCALITE DU SECTEUR PHARMA : POSITIONNEMENT DE LA FRANCE VIS-A-VIS DES PRINCIPAUX PAYS EUROPEENS A la demande du LEEM, le cabinet Landwell, membre du réseau international PwC, a réalisé

Plus en détail

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION CENTRE NATIONAL DE LA DANSE > Département des métiers > LE CONTRAT DE COPRODUCTION Centre national de la danse Département des métiers 1 rue Victor Hugo 93507 Pantin cedex Le contrat de coproduction, l

Plus en détail

Une nouvelle approche pour l encouragement au développement de l'offre légale et l observation de l'utilisation licite et illicite des œuvres

Une nouvelle approche pour l encouragement au développement de l'offre légale et l observation de l'utilisation licite et illicite des œuvres Une nouvelle approche pour l encouragement au développement de l'offre légale et l observation de l'utilisation licite et illicite des œuvres Dans son dernier rapport d activité, l Hadopi a identifié les

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

Ne restez pas simple spectateur.

Ne restez pas simple spectateur. Ne restez pas simple spectateur. Etude & Echantillon Une étude propriétaire AlloCiné réalisée par Médiamétrie en Mars 2010 via un questionnaire en ligne. 2 399 spectateurs (s étant rendu au moins une fois

Plus en détail

2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche

2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche 2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche Depuis 12 ans, Lyon a connu une forte augmentation du prix des logements au m² (+150%) et des loyers (+50%) ; une augmentation disproportionnée

Plus en détail

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France PROPOSITION REDIGEE PAR XS CONSEIL ID REGISTER XS CO137752272 31 JUILLET 2011 --------------------

Plus en détail

Lexique en matière de TVA

Lexique en matière de TVA Lexique en matière de TVA A titre liminaire, il convient de préciser les caractéristiques de la taxe sur la valeur ajoutée. La TVA est un impôt : sur la consommation : elle frappe l utilisation des ressources,

Plus en détail

! LA SPHERE CREATIVE FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS. Les créateurs. L éditeur graphique

! LA SPHERE CREATIVE FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS. Les créateurs. L éditeur graphique 1 FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS! LA SPHERE CREATIVE Les créateurs Ils sont en amont et à la source de toute l activité musicale. On regroupe sous ce terme générique l auteur (qui écrit

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPE1507649D Intitulé du texte : décret relatif aux règles applicables en matière de taxe sur la valeur ajoutée aux opérations de revente de véhicules

Plus en détail

Présentation 2014 100% DIGITAL

Présentation 2014 100% DIGITAL Présentation 2014 100% DIGITAL Votre campagne marketing 100% digitale Une plateforme digitale clé-en-main pour récompenser vos clients, partenaires ou collaborateurs (modèle Saas) Un catalogue intégré

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales?

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Vincent Lamberts et Jean-Luc Wuidard Avocats au Barreau de Liège 26 novembre 2010 Petit déjeuner conférence Etudes et Expansion ASBL Plan des exposés -1.

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

Consultation publique sur le financement participatif («crowdfunding») Réponse AFG

Consultation publique sur le financement participatif («crowdfunding») Réponse AFG LD SP AH 15 novembre 2013 Consultation publique sur le financement participatif («crowdfunding») Réponse AFG Nous tenons tout d abord à vous remercier pour cette consultation publique sur le crowdfunding.

Plus en détail

Sur le domaine privé de la personne publique, les dispositions prévues par le PPRT peuvent s appliquer sans contrainte spécifique.

Sur le domaine privé de la personne publique, les dispositions prévues par le PPRT peuvent s appliquer sans contrainte spécifique. PPRT Application de la doctrine PPRT dans les zones portuaires Janvier 2012 1 PREAMBULE Les Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) sont élaborés autour des sites industriels visés par la

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date)

PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date) PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date) Ce plan d affaires contient des renseignements confidentiels et exclusifs et ne peut être copié ou diffusé sans l autorisation écrite de Monsieur

Plus en détail

Politique de financement des services publics

Politique de financement des services publics Politique de financement des services publics TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 1. CHAMPS D APPLICATION DE LA POLITIQUE...3 2. ÉNONCÉ DES PRINCIPES DE LA POLITIQUE...5 3. AXES D INTERVENTION...7 4.

Plus en détail

Sylvain Dejean, Raphaël Suire, Eric Darmon, Thierry Pénard Juillet 2012

Sylvain Dejean, Raphaël Suire, Eric Darmon, Thierry Pénard Juillet 2012 Sylvain Dejean, Raphaël Suire, Eric Darmon, Thierry Pénard Juillet 2012 Depuis la fin des années 90 et l apparition de Napster, les pratiques audio/vidéo en ligne n ont cessé de se développer. Face à une

Plus en détail

DIGIWORLD SUMMIT 2011. L offre, la consommation et les usages du jeu vidéo sur les réseaux : état des lieux et perspectives de développement

DIGIWORLD SUMMIT 2011. L offre, la consommation et les usages du jeu vidéo sur les réseaux : état des lieux et perspectives de développement Note d information - Paris, 15 novembre 2011 DIGIWORLD SUMMIT 2011 L offre, la consommation et les usages du jeu vidéo sur les réseaux : état des lieux et perspectives de développement Dans le cadre de

Plus en détail

CINEMA ET INDEPENDANCE DANS L ERE DE LA CONCENTRATION ECONOMIQUE VENDREDI 16 OCTOBRE / 9H30-12H00

CINEMA ET INDEPENDANCE DANS L ERE DE LA CONCENTRATION ECONOMIQUE VENDREDI 16 OCTOBRE / 9H30-12H00 RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES DE DIJON CINEMA ET INDEPENDANCE DANS L ERE DE LA CONCENTRATION ECONOMIQUE VENDREDI 16 OCTOBRE / 9H30-12H00 De grands groupes du cinéma, de l audiovisuel ou liés à Internet

Plus en détail

www.direct-produit.fr

www.direct-produit.fr La plateforme Web BtoB Direct Produit. Des solutions pour vous fournir en immobilier d investissement Des solutions d assistance à la vente Des solutions de formation et d information Pourquoi un nouveau

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des entreprises culturelles (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, In Extenso Rhône- Alpes) La plupart des associations redoutent de passer sous un régime

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

CONTROLE ET SANCTIONS DANS LE CADRE DES CONVENTIONS APL

CONTROLE ET SANCTIONS DANS LE CADRE DES CONVENTIONS APL CONTROLE ET SANCTIONS DANS LE CADRE DES CONVENTIONS APL I Contrôler : Le contrôle est la contrepartie d avantages octroyés au nom de l intérêt général : il permet de vérifier la bonne utilisation des fonds

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 60 PROGRAMMATION ET DIFFUSION Cette division comprend les activités d édition de chaines

Plus en détail

ÉMOLUMENTS ET HONORAIRES

ÉMOLUMENTS ET HONORAIRES notice d information Pour tout renseignement, contacter : Tél. : 01 44 90 20 62 Fax : 01 44 90 20 68 cotisation@crpcen.fr ÉMOLUMENTS ET HONORAIRES CHAPITRE I - L ASSIETTE DE LA COTISATION CRPCEN Section

Plus en détail

1 CHAMP D APPLICATION

1 CHAMP D APPLICATION INVESTISSEMENTS D AVENIR REGLEMENT RELATIF AUX MODALITES D ATTRIBUTION DES AIDES AU TITRE DES APPELS «Valorisation Instituts Carnot» 1 CHAMP D APPLICATION Le présent règlement concerne les aides accordées

Plus en détail

Le hotspot. par Comminter

Le hotspot. par Comminter Le hotspot par Comminter Une large gamme Comminter est devenu un acteur innovant du secteur des télécommunications en développant sa propre gamme de produits dans l internet public et l internet collectif.

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LES PRODUITS CULTURELS

LES FRANÇAIS ET LES PRODUITS CULTURELS LES FRANÇAIS ET LES PRODUITS CULTURELS 8 Français sur 10 dépensent 50 (ou moins) par mois en produits culturels L accès à la musique, aux films, aux livres, aux bandes dessinées et aux jeux vidéo a considérablement

Plus en détail

- France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange

- France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange - France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange Dans son rapport particulier de mars 2005 sur les comptes, l activité et la gestion de France Télévisions Publicité, pour les exercices 1996

Plus en détail

informatique podcastfrancaisfacile.com. http://www.podcastfrancaisfacile.com/podcast/2011/04/vocabulaire-informatique.html

informatique podcastfrancaisfacile.com. http://www.podcastfrancaisfacile.com/podcast/2011/04/vocabulaire-informatique.html Jérémie passe son temps sur Internet, il est en ligne constamment comme des milliers d'internautes. Il se connecte à Internet dès le matin pour aller sur des sites d'information, regarder des vidéos sur

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

ANNEXE 6. Exercice de simulation Appel d'offres ouvert EACEA/2012/06

ANNEXE 6. Exercice de simulation Appel d'offres ouvert EACEA/2012/06 Appel d'offres EACEA/2012/06 Annexe 6 ANNEXE 6 Exercice de simulation Appel d'offres ouvert EACEA/2012/06 Contrat-cadre pour l organisation d événements et d actions promotionnelles lancé par l Agence

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Dossier à retourner : avant le lundi 1 er juin 2015 (cachet de la poste faisant foi) Nom de la structure... (sans abréviation) Commune :...

Dossier à retourner : avant le lundi 1 er juin 2015 (cachet de la poste faisant foi) Nom de la structure... (sans abréviation) Commune :... DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ASSOCIATIONS PATRIMONIALES Dossier à retourner : avant le lundi 1 er juin 2015 (cachet de la poste faisant foi) Commune :... Canton :... Intercommunalité :... Arrondissement

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne Le financement de la Sécurité Sociale Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, CRESS PACA Date & Lieu : 20 avril 2011, Marseille Nombre de participant-e-s

Plus en détail

De fait, la politique de mécénat / parrainage est, par la nature même des choses, tendue entre les deux pôles qui constituent :

De fait, la politique de mécénat / parrainage est, par la nature même des choses, tendue entre les deux pôles qui constituent : Mécénat / Parrainage Notions synonymes ou antonymes? Les termes mécénat et parrainage sont couramment utilisés à tort pour désigner une même opération juridique. Or, le parrainage et le mécénat correspondent

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX DROIT PUBLIC IMMOBILIER Premier acte de l intervention du législateur en faveur de la construction de logements, la loi n

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVR1515356A Intitulé du texte : arrêté fixant le montant des participations aux frais exposés par les organismes agréés pour le contrôle de la conformité

Plus en détail

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique OBservatOire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique oobservatoire du numérique usages des tic - entreprises équipement NUMéRIQUE Utilisation des TIC en 2012 des entreprises * Enquête

Plus en détail

Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage

Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage Procédures et Données Économiques Journée des auteurs de doublage et de sous-titrage Les auteurs de doublage et de sous-titrage à la SACEM

Plus en détail

Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation

Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation Droit au pari au profit des fédérations sportives : Théorie et pratique Paris, 18 février 2010 Perrine Pelletier www.ulys.net Avocat au

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Guide administratif du Distributeur VDI USANA en France

Guide administratif du Distributeur VDI USANA en France Guide administratif du Distributeur VDI USANA en France U S A N A H E A L T H S C I E N C E S F R A N C E 1 1 8 a v e n u e d e s C h a m p s - E l y s é e s 750 0 8 P a r i s 0 1 4 2 9 9 7 6 6 0 Sommaire

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

oobservatoire du numérique chiffres clés 2013

oobservatoire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique observatoire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique usages des tic - entreprises équipement NUMéRIQUE Utilisation des TIC en 2012 des entreprises * Enquête

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION

LE MARCHE DE LA RENOVATION 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la Fédération des Promoteurs Immobiliers LE MARCHE DE LA RENOVATION 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile Paris 17 ème 21èmes Journées d Etudes Professionnelles

Plus en détail

Annexe B. Schémas d optimisation fiscale courants dans les modèles d entreprise intégrés

Annexe B. Schémas d optimisation fiscale courants dans les modèles d entreprise intégrés ANNEXE B. SCHÉMASD OPTIMISATIONFISCALECOURANTSDANSLESMODÈLESD ENTREPRISEINTÉGRÉS 195 Annexe B Schémas d optimisation fiscale courants dans les modèles d entreprise intégrés Les exemples simplifiés ci-dessous

Plus en détail

Taxe d apprentissage 2013

Taxe d apprentissage 2013 Taxe d apprentissage 2013 2 PAGES Généralités 3-5 La taxe d apprentissage 6-8 La contribution au développement de l apprentissage (CDA) 9 La contribution supplémentaire à l apprentissage (CSA) 10-11 Formalités

Plus en détail

10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes

10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes 10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes Mediametrie//NetRatings Une joint venture entre Médiamétrie et Nielsen + Médiamétrie : Société indépendante créée en 1985. Capital

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France

Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France Présenté par : Damien Guiavarch Sommaire 1. Introduction... 3 2. Présentation de la VàD... 4 2.1 Technologie de la VàD... 4 2.2 La VàD dans le monde...

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys.

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Rappel : Diagnostique stratégique S (force) W (faiblesse) O (opportunité) T (menace) Il s agit d une analyse externe, de l environnement. Une filière industrielle

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Mémento de Droit fiscal général

Mémento de Droit fiscal général Jean-Philippe Baur Mémento de Droit fiscal général Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014 Guide fiscal Nombre de nos concitoyens se plaignent aujourd hui d une pression fiscale excessive, et ils ont raison! La cour des comptes en France, nos partenaires Européens le dénoncent régulièrement.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail