Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC"

Transcription

1 Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

2 GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la Fédération UNICANCER 17 CLCC

3 La raison d être du GPIC Unir nos compétences et nos expériences Diminuer plus efficacement les IAS Chez les patients atteints de cancer Agréger nos données Indicateurs communs Actions de prévention communes Initier des travaux de recherche clinique Actions de formation spécifiques en cancérologie

4 Les constats historiques 4

5 Les constats historiques Tous les CLCC : organisaient une surveillance des ISO ciblée prioritaire Pratiquaient la chirurgie mammaire

6 Projet de surveillance commune élaboré dès 2007 Questionnaire complémentaire SURVISO(ISO RAISIN) Nombreux échanges limiter les«interprétations» Prise en compte facteurs de risques : spécifiques à la chirurgie carcinologique spécifiques à la chirurgie mammaire plus généraux Analyses uni-multivariées score pronostique

7

8

9 14 CLCC participants 1820 chirurgies Angers 99 Nancy 191 Bordeaux 137 Nantes 94 Caen 224 Paris 116 Dijon 103 Reims 99 Lyon 166 Rouen 97 Marseille 101 Toulouse 101 Montpellier 147 Villejuif fiches CCLIN exploités dans ces résultats Exclusion de 57 fiches (++ chirurgies non carcinologiques) GPIC - Enquête SURVISO

10 Distribution des taux observés d'iso par centre Taux d'iso (%) ,1% pour les ISO N=1743 ISO / ,4% 4,5% (IC95% 3,6 % 5,6%) (IC95% 3,5%-5,5%) 0 A B C D E F G H I J K L M N GPIC - Enquête SURVISO

11 Antécédents n=1686 Autre cancer % Chimiothérapie % Radiothérapie % Actes diag. invasifs % si oui, nombre : 1 (631), 2 (414), 3+ (170) Chirurgie % GPIC - Enquête SURVISO

12 Codes CCAM n=1686 Exérèses partielles % Mastectomies totales % Mastectomies totales élargies 2 <1% Reconstructions % (1 er, 2 ème temps) Autres 1 <1% GPIC - Enquête SURVISO

13 Analyse multivariée Variables OR IC 95% p ATCD Radiothérapie 1,90 0,93 3,88 0,077 Chirurgie même sein 3, 69 1,38 9,90 0,009 ASA 3-4 1,28 0,52 3,14 0,586 Chirurgie > 30 mn 2,22 0,77 6,36 0,139 NNISS 1-2 1,29 0,64 2,58 0,473 Drainage per op 0,92 0,51 1,65 0,774 Ponctions / Lymphocèles post op 2,27 1,33 3,84 0,002

14 Score pronostique Nombre de facteurs de risque N ISO 30 IC 95% Aucun ,9% 1,2 2,9 1 ou ,2% 6,8 12,1

15 Conclusions SURVISO 2008 Disparités dans les CLCC concernant : -la prise en charge des ponctions itératives -pratiques antibioprophylaxie chirurgicale en cas de reprises chirurgicales Sécurisation des ponctions : port de masques systématiques, formation des internes Antibioprophylaxie pour les reprises chirurgicales < 30 jours Suivi d une grande nouvelle enquête SURVISO à distance

16

17

18 Types d intervention intégrant la notion de curage chirurgie initiale 1 ère reprise 2 ème reprise total Exérèse partielle sans curage 1, ,216 Exérèse totale sans curage RMI Plastie Reconstruction 2aire Curage avec/sans exérèse , ,819 Enquête SURVISO-GPIC

19 Actes invasifs post-opératoires & curage Ponction d hématome Ponction de lymphocèle non oui non oui Pas de curage 1998 (98%) 41 (2%) 1732 (85%) 307 (15%) Curage 750 (96%) 30 (4%) 462 (59%) 318 (41%) Test du Chi 2 p=0.005 p<0.001 Le curage est associé à davantage de ponctions d hématome et de lymphocèle Enquête SURVISO-GPIC

20 ISO dans les 30 jours suivant la chirurgie 79 ISOà 30 jours (il s agit de la définition des ISO, seules sont prises en compte les fiches initiales des CCLIN) Incidence : 2.86 % (IC 95% : %) [SURVISO 2008 : 4.1%, IC 95% %] Délai médian de survenue : 16 [4-30] jours Réduction de 30% Variabilité selon le centre : 0 à 4.76% Enquête SURVISO-GPIC

21 ISO à 30 jours par centre Taux d'iso à 30 jours (%, IC95%) % 0,77% 0,96% 0,98% 1,68% 2% 2,22% 79 ISO30 / 2766 chirurgies Taux d ISO30 = 2.86 % (IC95% [ ]) 2,5% 2,61% 3,17% 3,26% 4,03% 4,05% 4,37% 4,76% 0 A B C D E F G H I Total J K L M N O Enquête SURVISO-GPIC

22 16 ISO à 30 jours par centre 2008/ 2011 Taux d ISO % (IC95% [ ]) Réduction de 30% Taux d ISO % (IC95% [ ]) Taux Taux d'iso d'iso à jours jours (%, (%, IC95%) IC95%) A B C D E F G H II Total J K L M N O P Q Enquête SURVISO-GPIC

23 Analyse multivariée2011 Atcdt de chimiothérapie Atcdt de radiothérapie ASA 1 ASA 2 ASA 3-4 non oui non oui OR ajusté [95%IC] [ ] [ ] [ ] 2.50 [ ] Durée d intervention (+ 30 min) 1.02 [ ] Type d intervention Tumorectomie sans curage sans ATBP Tumorectomie sans curage avec ATBP Mastectomie sans curage RMI Plastie Reconstruction 2aire Curage +/- tumorectomie sans ATBP Curage +/- tumorectomie avec ATBP Mastectomie avec curage +/- ATBP Ponction d hématome non oui Ponction de lymphocèle non < 13 jours > 13 jours [ ] 0.92 [ ] 3.64 [ ] 1.71 [ ] 1.47 [ ] 4.57 [ ] 1.42 [ ] 1.12 [ ] [ ] [ ] 2.90 [ ] 23

24 Germes impliqués dans les ISO Staphylococcus: 58 Dont Staphylococcus aureus: 51 Streptococcus: 4 E. coli : 4 Klebsiella: 3 Pseudomonas aeruginosa: 2 Autre : 5 Enquête SURVISO-GPIC

25 Conclusions SURVISO 2011 Réduction du taux d ISO de 30 % : Les reprises chirurgicales < J30 n apparaissent plus comme FR dans l analyse multivariée! (ATBp??) Et nouvelles pistes de travail! RMI Curage Toujours les ponctions post-opératoires A suivre d une grande nouvelle enquête RMI? Chirurgies prothétiques +++

26 Etat des lieux : ponctions Estimez vous que les ponctions post op se passent dans de bonnes conditions dans votre établissement? 3 PROPOSITIONS 2 Préparation cutanée Désinfection en 4 temps? Matériel Set à usage unique Organisation Formation des internes pour sensibilisation aux bonnes pratiques Protocole Cadences trop rapides et opérateur dépendant Salle dédiée Information patient et médecins traitants Oui Donnée manquante Non 10

27 Choix et perspectives Réorientation de la surveillance prioritaire Chirurgies avec mise en place d implants Caractère +++ délétère Certains CLCC proposent désormais un dépistage ± décolonisation de S. aureus Evaluer la place des stratégies de dépistage?

28 ISO sein et les CCLIN

29 Questionnaire 2014

30 Conclusions Réponse positive et collective aux recommandations RAISIN (diminution de plus de 25% des ISO) Ces éléments sont valorisés par certains Centres : DPC / EPP De l action.à l amélioration des taux continue! A venir une grande nouvelle enquête RMI

Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein

Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein Enquête SURVISO-GPIC 20 GROUPE DE PREVENTION DES INFECTIONS EN CANCEROLOGIE GPIC F.LEMARIE, EOH Dr. MY LOUIS, B.CLARISSE

Plus en détail

ENQUETE SURVISO GPIC. Protocole 2011

ENQUETE SURVISO GPIC. Protocole 2011 ENQUETE SURVISO GPIC Protocole 2011 RÉSUMÉ Sujet Population cible Recueil Taille de l échantillon Personnes ressources Objectifs Logistique, analyse des données, rapport Surveillance ISO selon la méthodologie

Plus en détail

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003)

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Bruno Grandbastien (SFHH, C-CLIN Paris-Nord et CHRU de Lille) Contexte Importance des infections du site opératoire

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE Dr. L. SIMON, Praticien Hospitalier coordonnateur CClin Est, Nancy 29 èmes Journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE, 25 mai 2012

Plus en détail

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Unité de Gestion du Risque Infectieux/service de Bactériologie-Hygiène Service d Information Médicale Page 1 Contexte

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

Efficacité de la surveillance des infections du site opératoire

Efficacité de la surveillance des infections du site opératoire Efficacité de la surveillance des infections du site opératoire Marine Giard 34 ème journées régionales de formation en hygiène hospitalière Mercredi 25 mai 2011 Contexte Environ 7M d interventions chirurgicales

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Responsabilité juridique des soignants dans l infection nosocomiale

Responsabilité juridique des soignants dans l infection nosocomiale 33èmes journées régionales de formation en hygiène hospitalière 19 mai 2010 Responsabilité juridique des soignants dans l infection nosocomiale Maître Lynda, Cabinet CLAPOT- Avocats au barreau de LYON

Plus en détail

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N.

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. C.T.I.N. B. Branger C.CLIN-Ouest 5 mars 2002 1 Organisation nationale! Création des CLIN " En 1988 (établissements publics)

Plus en détail

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE «Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE Paris, 6 Juin 2008 «Les contrôles microbiologiques sont destinés à identifier un risque potentiel de

Plus en détail

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Charles FOURNIER, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY, Nicolas PENEL, Yann MALLET XXII

Plus en détail

Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 2006-2009

Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 2006-2009 Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 6-9 Jean Christophe DELAROZIERE ARLIN PACA, Marseille jean-christophe.delaroziere@ap-hm.fr A partir de 4, un tableau de bord des

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

Incidence et facteurs de risques d infection sur dérivations ventriculaires externes

Incidence et facteurs de risques d infection sur dérivations ventriculaires externes Incidence et facteurs de risques d infection sur dérivations ventriculaires externes Marini H (1), Derrey S (2), Lebaron C (1), Proust F (2), Langlois O (2), Merle V (1), Fréger P (2), Czernichow P (1).

Plus en détail

Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie

Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie Plateforme de génétique moléculaire des cancers de l Arc Alpin CHU de Grenoble Les incontournables

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE Surveillance des bactériémies : un outil pour améliorer la qualité des prescriptions antibiotiques et pour la lutte contre les infections nosocomiales. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC.

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE 1/5 ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE Acte chirurgical Produit Dose initiale Ré-injection et durée Hystérectomie (voie basse ou haute) (si durée 4 heures, réinjecter 1g) Cœlioscopie

Plus en détail

Résultats de la surveillance des infections du site opératoire

Résultats de la surveillance des infections du site opératoire Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance des infections du site opératoire Année 2009 Coordonnateur pour l inter-région : Pascal Jarno Référent

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv THÈME 1 PROGRAMME 2015 Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv MERCREDI 09 Septembre 2015 À partir de 13h00 Bilan d imagerie pré opératoire

Plus en détail

Evaluation du C2i Niveau 2 Métiers de la Santé. NGUYEN Jean-Michel Université de Nantes Faculté de Médecine, 22 juin 2007

Evaluation du C2i Niveau 2 Métiers de la Santé. NGUYEN Jean-Michel Université de Nantes Faculté de Médecine, 22 juin 2007 Evaluation du C2i Niveau 2 Métiers de la Santé NGUYEN Jean-Michel Université de Nantes Faculté de Médecine, 22 juin 2007 Objectifs de l expérimentation -Faire évoluer le référentiel national en vue de

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID Etude rétrospective des complications infectieuses, thrombotiques et mécaniques associées aux cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC) en onco-hématologie Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Assemblée e Générale TOULOUSE Le 20 Octobre 2007 Compte rendu de l AG 2006 Rapport Moral Rapport d activités Rapport Financier Perspectives pour 2007 / 2008 Renouvellement des membres du Conseil d administration

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08 EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste 1 Sommaire 1. Planter le décor : CH Valenciennes 2. Flash back sur le contexte national et les recommandations des instances

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE REFERETIEL D AUT-EVALUATI DES PRATIQUES E CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE Audit clinique : Prise en charge chirurgicale de la tumeur primitive (cancer du colon et charnière recto sigmoïdienne) ovembre

Plus en détail

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Chirurgie Ambulatoire Quelle organisation? Quel enjeu pour

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

for Parce que le cancer est la 1ère cause de mortalité des enfants par maladie.

for Parce que le cancer est la 1ère cause de mortalité des enfants par maladie. Imagine for Children without CANCER Imaginons des enfants sans cancer Parce que le cancer est la 1ère cause de mortalité des enfants par maladie. Parce que 1 enfant sur 440 va développer un cancer avant

Plus en détail

Communication soignant-soigné

Communication soignant-soigné Communication soignant-soigné sur l hygiène des mains Principe et résultats préliminaires Rouen, 11 avril 2013 Démarche élaborée par le GRHYM Groupe de réflexion du réseau CClin-Arlin pour la promotion

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France P. Tuppin, S. Samson, P. Perrin, A. Weill, P. Ricordeau, H. Allemand Caisse nationale d assurance maladie des

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES RESUME DU PROTOCOLE Recherche biomédicale «Hors produit de santé» Etude SENOTHERMES VERSION 1.0 du 21/08/2013 Titre Acronyme de l étude N d enregistrement ANSM Promoteur Investigateur coordonnateur Comité

Plus en détail

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Pascal Bizot Département de chirurgie osseuse Université d Angers CRIOGO CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Infection des PTH et PTG Tableaux

Plus en détail

Réunion de lancement de la certification. pour les Espaces Numériques de Travail. Réunion de lancement de la certification

Réunion de lancement de la certification. pour les Espaces Numériques de Travail. Réunion de lancement de la certification pour les Espaces Numériques de Travail 1 Sommaire Présentation du contexte Objectifs, contraintes / opportunités et limites Processus général de certification Fichier de critères Organisation des groupes

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

Intérêts des techniques oncoplas4ques dans le traitement conservateur du cancer du sein

Intérêts des techniques oncoplas4ques dans le traitement conservateur du cancer du sein Intérêts des techniques oncoplas4ques dans le traitement conservateur du cancer du sein Opinel Pierre Centre hospitalier Aix en provence Op4misa4ons - 10 janvier 2015 Oncoplas4e? U4liser des techniques

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections sur sondes urinaires Année 2001

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections sur sondes urinaires Année 2001 Infections urinaires sur sondes 2001, C.CLIN-Ouest C.CLIN-Ouest Basse-Normandie Centre Bretagne Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire

Plus en détail

Faut-il encore surveiller les ISO, comment?

Faut-il encore surveiller les ISO, comment? XXIII ème congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière (SF2H) Lille 2012 Faut-il encore surveiller les ISO, comment? Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs Résultats de surveillance 2012-2013. Surveillance provinciale des infections nosocomiales

Bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs Résultats de surveillance 2012-2013. Surveillance provinciale des infections nosocomiales Bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs Résultats de surveillance 2012-2013 Surveillance provinciale des infections nosocomiales Volume 1 N O 5 Décembre 2013 Entre le 1 er avril 2012 et

Plus en détail

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE Séminaire Européen SIDIIEF : LES MALADIES CHRONIQUES HENALLUX Namur -19 novembre 2015 LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

MODULES D INITIATION À L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Module M1 : Module de préparation au concours ACCES Du 15 au 19 février 2010

MODULES D INITIATION À L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Module M1 : Module de préparation au concours ACCES Du 15 au 19 février 2010 MODULES D INITIATION À L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Module M1 : Module de préparation au concours ACCES Du 15 au 19 février 2010 Le devenir des Etudiants la 1ère année après le Bac en %. Ensemble étudiants

Plus en détail

Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés

Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés Retour d expériences sur des incidents de fuite de canalisation dans des services de médecine nucléaire (irathérapie) Céline GUERVILLE,

Plus en détail

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Nantes - Jeudi 15 novembre 2012 Léa Bruneau - Dr JC. Rigal

Plus en détail

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Yann MALLET, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY 1ère journée de l Association de Lutte

Plus en détail

MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques. Région Pays de la Loire

MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques. Région Pays de la Loire MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques Région Pays de la Loire Pr Françoise BALLEREAU Ministère de la Santé 28 novembre 2011 Pourquoi la création de MedQual?

Plus en détail

Informatisation de la surveillance des ISO. Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2

Informatisation de la surveillance des ISO. Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2 Informatisation de la surveillance des ISO Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2 Journée ISO CCLIN sud est 5 avril 2012 Dr Dusseau 1,2, Mme Gérosa 2, Mme Cassaz

Plus en détail

29 mai 2015. Projet ECNi. Calendrier des rendez-vous CNG et SOLUCOM avec les universités et facultés de médecine & Démarche de labellisation

29 mai 2015. Projet ECNi. Calendrier des rendez-vous CNG et SOLUCOM avec les universités et facultés de médecine & Démarche de labellisation 29 mai Projet ECNi Calendrier des rendez-vous CNG et SOLUCOM avec les universités et facultés de médecine & Démarche de labellisation Agenda définitif des visites CNG dans les universités / facultés Dates

Plus en détail

Mme BOULET Statisticienne DIM Dr LEHIANI praticien hygiéniste UHLIN

Mme BOULET Statisticienne DIM Dr LEHIANI praticien hygiéniste UHLIN Système d Information d Hospitalier et lutte contre les infections nosocomiales Mme BOULET Statisticienne DIM Dr LEHIANI praticien hygiéniste UHLIN 1. Présentation du CH Jacques- Cœur 2. Le dispositif

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.)

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.) LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( ISO) Les infections du site opératoire (ISO) représentent la troisième cause des infections nosocomiales ( 14% des I N en 2006 ) Dans les réseaux de surveillance

Plus en détail

Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique

Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique Emmanuel de Thomasson, Henri Bonfait, Christian Delaunay et Orthorisq Matériel et méthode 1971 formulaires envoyés entre

Plus en détail

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée

Plus en détail

Syndrome du bébé secoué (SBS)

Syndrome du bébé secoué (SBS) Conduite à tenir face aux pleurs du nourrisson : prévention du «syndrome du bébé secoué» par une information aux parents en période néonatale Hina Simonnet 1, Anne Laurent-Vannier 1,Wen Lun Yuan 2, Marie

Plus en détail

Diplômes d'université (LMD), diplômes universitaires (DU) et diplômes inter universitaires (DIU) examinés et reconnus par le conseil national.

Diplômes d'université (LMD), diplômes universitaires (DU) et diplômes inter universitaires (DIU) examinés et reconnus par le conseil national. Diplômes d'université (LMD), diplômes universitaires (DU) et diplômes inter universitaires (DIU) examinés et reconnus par le conseil national. Villes Intitulé du diplôme Université de Angers Université

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

plus loin ensemble au coeur de votre activité

plus loin ensemble au coeur de votre activité plus loin ensemble au coeur de votre activité une démarche professionnelle Ne rien concéder au risque... Roger et Jérôme DESAUTEL Depuis 1932, nous accompagnons votre développement en assurant la protection

Plus en détail

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 La prévention des infections associées aux soins est un sujet complexe

Plus en détail

La qualité du diagnostic des bactériémies

La qualité du diagnostic des bactériémies La qualité du diagnostic des bactériémies Aout 2014 Rappels préalables Le sang est un milieu normalement stérile Un état bactériémique se caractérise par le passage répété de micro organismes dans le sang

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Traitement chirurgical du cancer du sein Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Principes de traitement des cancers Quand possible chirurgie d exérèse première Radicale Conservatrice Thérapeutique

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

IRM mammaire : Ange ou Démon?

IRM mammaire : Ange ou Démon? Détection et prise en charge des lésions frontières IRM mammaire : Ange ou Démon? Dr Isabelle Doutriaux-Dumoulin ICO Nantes IRM mammaire : Ange?? SE > 90% VPN = 100% IRM mammaire : Démon? Indications IRM

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL

Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL Philippe Vanhems, PU-PH Service d Hygiène Hospitalière, Epidémiologie et Prévention,

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Conférence de presse du 9 septembre 2010 Pourquoi évaluer l état de santé? Collecte

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux

Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux Monica Attinger- Claire-Lyse Dumas - Corinne Vandenbulcke Forum HH - 8 avril 2008 I - Généralités Dispositifs à disposition Pré requis : matériel

Plus en détail

«Dépistage du cancer du col de l utérus et vulnérabilité sociale»

«Dépistage du cancer du col de l utérus et vulnérabilité sociale» «Dépistage du cancer du col de l utérus et vulnérabilité sociale» Convention 2009-218 Virginie Maincion Médecin généraliste Toulouse INTRODUCTION Des inégalités sociales de santé en général Le score Epices

Plus en détail

CegidExpert. www.cegid.fr/experts

CegidExpert. www.cegid.fr/experts CegidExpert www.cegid.fr/experts Cegid Expert Conçue pour les professionnels de l Expertise Comptable la gamme Cegid Expert constitue une solution métier en réponse à tous les besoins du Cabinet. Gage

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Service d Urologie CHI Haute Saône Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Palascak P., Gomez Orozco W., Nader N., Sauvain J.L., Sachova J., Palmero X. SOMMAIRE Epidémiologie Dépistage

Plus en détail

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Dr Laure BELOTTI, Praticien contractuel, Laboratoire d'hygiène hospitalière, CHU de STRASBOURG Dr. Arnaud FLORENTIN, Assistant Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

Accompagnement psychologique

Accompagnement psychologique GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-PYrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Accompagnement psychologique Janvier 2016 Sommaire Sommaire...

Plus en détail

Cas clinique. Chimiothérapie du cancer du sein de la femme âgée. Epidémiologie - 1. Introduction. Caractéristiques Tumorales.

Cas clinique. Chimiothérapie du cancer du sein de la femme âgée. Epidémiologie - 1. Introduction. Caractéristiques Tumorales. Cas clinique Chimiothérapie du cancer du sein de la femme âgée J Gligorov (APHP Tenon) E Brain (St Cloud) JP Lotz (APHP Tenon) Madame CAQ. Fr. 79 ans 09/2000 : Mastectomie + CA pour CCI, T2, N+ (4/5, 1

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Autonomie dans les pratiques infirmières hospitalières Contribution à une théorie agentique du développement professionnel

Autonomie dans les pratiques infirmières hospitalières Contribution à une théorie agentique du développement professionnel Autonomie dans les pratiques infirmières hospitalières Contribution à une théorie agentique du développement professionnel Catherine Piguet 9 juin 2008 Soutenance de thèse en co-tutelle Université Paris

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

PROGRAMME DES FORMATIONS 2013

PROGRAMME DES FORMATIONS 2013 L évaluation des pratiques professionnelles : un plus pour la santé au travail PROGRAMME DES FORMATIONS 2013 EP PLUS organisme agréé 2009 n 100 491 Déclaration d activité 11 94 07857 9494 La loi HPST a

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Code RNCP : 24545 Intitulé Licence : Licence Licence Sciences et techniques des activités physiques

Plus en détail

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE Ganglion sentinelle et cancer du sein Dr Michy- HCE historique 1985: Ganglion sentinelle + mélanome 1994: giulano: application au cancer du sein 2002: validation du GAS par l ANAES Morton, arch Surg, 1992

Plus en détail

Les fractures du sujet âgé

Les fractures du sujet âgé Les fractures du sujet âgé Les Fractures du sujet âgé constituent un problème majeur de santé publique - La première considération est l état mental - état physique et degré d autonomie antérieur - score

Plus en détail

Le sein sensuel résiste-t-il au traitement du cancer mammaire?

Le sein sensuel résiste-t-il au traitement du cancer mammaire? Le sein sensuel résiste-t-il au traitement du cancer mammaire? Dr Isabelle GABELLE-FLANDIN CHU Grenoble Présentation Dr Philippe GABELLE GHM Grenoble Assises de sexologie. Perpignan 2013 Objectifs de l

Plus en détail

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Sommaire Présentation de PIC FORMATION p 3 Le contexte de votre bilan de compétences p 4 Les objectifs p 5 Le déroulement p 6 Comment en

Plus en détail