Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020"

Transcription

1 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187) est de contribuer à renforcer l industrie automobile de l UE jusqu en Ce plan d action s appuie sur la vision de la compétitivité et de la durabilité de l industrie en 2020 et sur les recommandations quant à la manière de concrétiser cette vision contenues dans le rapport final du groupe «CARS 21» (MEMO/12/419). Sur cette base, la Commission propose des actions concrètes à prendre sur des questions relatives aux émissions, au financement de la recherche, à l électromobilité, à la sécurité routière, aux nouvelles compétences, à la réglementation intelligente, aux négociations commerciales et à l harmonisation internationale. Le plan d action, qui intervient à un moment où l industrie automobile est confrontée à une pression particulière en raison d une forte baisse du marché de l UE et de surcapacités structurelles, comprend des actions concrètes pour contribuer à remédier à ces difficultés. Il s agit également de la première réalisation de la nouvelle politique industrielle européenne décrite dans la communication de la Commission d octobre 2012 (voir IP/12/1085) Les quatre piliers du plan d action Le plan d action s articule autour de quatre piliers, comprenant chacun des actions concrètes proposées par la Commission, qui doivent être mises en œuvre par la Commission, les États membres et les autorités régionales au cours des prochaines années: I. Investir dans les technologies avancées et financer l innovation Pour renforcer la compétitivité de l industrie automobile européenne et préserver son avance technologique, il est essentiel d accroître les ressources affectées à la recherche et de promouvoir les règles et les normes qui permettront de stimuler l innovation. Dans le cadre de ce pilier, la Commission propose: d élaborer une proposition sur l initiative européenne relative aux véhicules verts permettant une identification et des informations claires sur le financement de la recherche et de l innovation à la disposition de l industrie des transports, en fixant comme priorité thématique claire l efficacité énergétique et les systèmes de propulsion de substitution; de poursuivre sa coopération avec la Banque européenne d investissement, afin de veiller à la disponibilité du financement en faveur des projets de recherche et d innovation dans le secteur automobile, et de soutenir la BEI dans ses efforts visant à faciliter l accès des PME et des entreprises à moyenne capitalisation au financement. La Commission et la BEI examineront également la possibilité de financer des projets liés à l électromobilité; MEMO/12/845

2 de mettre en œuvre les objectifs de 2020 en matière d émissions de CO 2 pour les voitures et les camionnettes; de lancer une vaste consultation sur la politique réglementaire en matière de CO 2 pour les voitures et les camionnettes au-delà de 2020; de soutenir activement le développement et la mise en œuvre d un nouveau cycle d essais de conduite et une nouvelle procédure d essai pour mesurer la consommation de carburant et les émissions des voitures et des camionnettes de manière à ce que les conditions de conduite réelles soient mieux représentées; de définir des mesures complémentaires de contrôle des émissions polluantes des véhicules en circulation, sur la base d une analyse approfondie, avec pour objectif d atteindre, à terme, une réduction réelle des émissions polluantes et donc de contribuer à améliorer la qualité de l air; de poursuivre les actions en matière de sécurité routière, notamment celles portant sur les véhicules, les infrastructures et le comportement des conducteurs. Parmi les priorités figurent les motocycles, les technologies de sécurité des nouveaux véhicules (électriques) et les technologies ayant une influence sur le comportement des conducteurs et le respect des règles de circulation (dispositifs intelligents de gestion de la vitesse, systèmes de rappel de port de la ceinture de sécurité, ITS, conduite écologique); de continuer à promouvoir le déploiement de systèmes de transport intelligents (STI), notamment les systèmes coopératifs, en particulier, le système embarqué d appel d urgence «ecall» à l échelle de l UE; de mettre en place une stratégie sur les carburants de substitution étayant la nécessité de disposer d une gamme de carburants de substitution, notamment l électricité, l hydrogène, les biocarburants durables, le gaz naturel et le GPL, et d arrêter une proposition législative sur les infrastructures d alimentation en carburants de substitution, concernant le déploiement d une infrastructure de ravitaillement/rechargement minimale et la définition de normes communes pour certains carburants, y compris pour les véhicules électriques; de promouvoir le dialogue avec les parties prenantes sur un système facultatif d étiquetage des carburants; de suivre la mise en œuvre des plans d action nationaux en matière d énergies renouvelables, en particulier les taux effectifs de mélange de biocarburants utilisés dans les différents États membres et la compatibilité des carburants avec les technologies destinées aux véhicules; de s assurer, par une mesure législative, que des solutions pratiques et satisfaisantes pour le volet infrastructures de l interface de recharge des véhicules électriques sont mises en œuvre dans l ensemble de l UE. 2

3 II. Un marché intérieur plus fort et une réglementation intelligente Pour attirer l investissement et maintenir une forte base automobile, l Union européenne a besoin d un cadre stable et prévisible capable de promouvoir l innovation sans imposer de charge inutile. Dans le cadre de ce pilier, la Commission propose: de mettre en place un dialogue entre les parties prenantes, en les encourageant à travailler à l élaboration de principes communs sur des accords verticaux relatifs à la distribution des véhicules neufs; d établir des lignes directrices pour les incitations financières en faveur des véhicules propres et économes en énergie établies par les États membres afin d optimiser leur efficacité environnementale et de limiter la fragmentation du marché; d effectuer une évaluation globale et approfondie («bilan de qualité») du cadre d homologation des véhicules et, sur cette base, adopter une proposition visant à le renforcer afin d y inclure des dispositions relatives à la surveillance du marché pour éviter la concurrence déloyale. d effectuer un examen de l incidence sur la compétitivité des grandes initiatives futures, y compris celles ayant un impact important sur le secteur de l automobile; d examiner la possibilité et la valeur ajoutée d une analyse économique proportionnée pour certains actes d exécution, sur la base de la législation existante en matière de véhicules, comme les propositions sur la révision des exigences relatives aux émissions par évaporation pour les véhicules Euro 6 et les mesures visant à contrer la manipulation des véhicules à moteur de catégorie L (véhicules à moteur de deux et trois roues et quadricycles à moteur). 3

4 III. Les marchés mondiaux et l harmonisation internationale des réglementations sur les véhicules D ici à 2020, les économies émergentes concentreront 70 % de la croissance nouvelle. Le secteur automobile connaîtra une tendance similaire. Alors que la demande sur les marchés matures restera stable, la demande sur le marché mondial enregistra une progression constante. Pour soutenir l exportation automobile européenne et saisir les opportunités offertes par les nouveaux marchés en expansion, il est important de promouvoir l internationalisation de l industrie automobile européenne, l accès effectif au marché et l harmonisation des normes et des règles techniques. Dans le cadre de ce pilier, la Commission propose: de tenir pleinement compte de l importance de maintenir une base manufacturière automobile forte et compétitive en Europe dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique commerciale, en utilisant à la fois les outils multilatéraux et les outils bilatéraux (accords de libre-échange); d évaluer, de manière approfondie et exhaustive, les incidences de chaque accord commercial ainsi que leur incidence cumulée sur la compétitivité de l industrie automobile; de compléter la coopération multilatérale en matière de réglementation dans le cadre de la CEE-ONU au moyen de la coopération bilatérale en matière de réglementation, notamment avec les principaux nouveaux acteurs, mais aussi, par exemple, avec les États-Unis (dans le cadre du Conseil économique transatlantique) et avec le Japon; de promouvoir et de soutenir activement une plus grande harmonisation internationale des réglementations concernant les véhicules en réformant l accord de 1958 de la CEE-ONU, en vue de rendre l adoption et l application de la réglementation internationale plus attrayantes pour les marchés tiers; de contribuer à l élaboration, dans le cadre de la CEE-ONU, d une première proposition d homologation internationale de véhicules complets (IWVTA) qui permettrait la reconnaissance réciproque de l ensemble du véhicule, et non plus l approbation de composants ou systèmes distincts, conformément aux divers règlements de la CEE-ONU, comme c est le cas actuellement. L IWVTA présenterait l avantage, pour les fabricants, de pouvoir recourir à une procédure d homologation à guichet unique pour leurs véhicules à moteur; d orienter les travaux des deux groupes de travail informels sur 1) la sécurité et 2) la performance environnementale des véhicules électriques en vue de l adoption d un règlement technique mondial (RTM) sur la sécurité des véhicules électriques en 2014 et d une approche commune en ce qui concerne la politique en matière de performance environnementale des véhicules électriques. 4

5 IV. Anticiper l adaptation et atténuer les incidences sociales des ajustements industriels Au titre de ce pilier, étant donné la situation économique précaire d un marché européen à la baisse, la surcapacité structurelle et les annonces de fermeture d usines, la Commission propose: de réunir les ministres de l industrie, les représentants de l industrie et des syndicats afin de se mettre d accord sur des actions coordonnées pour régler le problème des surcapacités, assurer les investissements nécessaires et veiller à ce que les mesures de soutien à la production et à la demande nationales soient conformes aux règles du marché intérieur et du commerce international; de soutenir la création d un conseil européen sur les compétences dans le secteur automobile, qui réunira les organisations nationales existantes menant des travaux de recherche sur les compétences et l emploi dans le secteur automobile. Ce conseil sur les compétences encouragera l apprentissage en équipe sur la base de l échange d informations et de bonnes pratiques et fournira une plateforme pour le dialogue; d encourager l utilisation du Fonds social européen (FSE) pour la reconversion des travailleurs et l actualisation de leurs compétences dans le cadre des nouvelles perspectives financières des Fonds structurels; de relancer la task-force interservices pour qu elle examine et suive les principaux cas de fermeture d usines automobiles ou les importantes réductions d effectifs. Cette task-force a été active (sur une base ad hoc) et très efficace dans des dossiers antérieurs concernant l industrie automobile; d identifier les bonnes pratiques et de promouvoir une approche anticipative dans la restructuration, en consultation avec les représentants des régions où le secteur automobile est très présent, les autorités responsables de l emploi et les parties prenantes du secteur; de relancer la task-force interservices pour qu elle examine et suive les principaux cas de fermeture d usines automobiles ou les importantes réductions d effectifs de manière à rationaliser l utilisation des fonds pertinents de l UE; dans les cas de fermeture d usines et de réductions importantes des effectifs, d inviter les États membres à envisager le recours au Fonds européen d ajustement à la mondialisation (FEM); d encourager les États membres à recourir à des mécanismes de flexibilité du travail et à leur cofinancement par le FSE pour venir en aide aux fournisseurs qui pourraient avoir besoin d un délai supplémentaire pour trouver de nouveaux clients à la suite d une fermeture ou d une réduction des activités d une usine automobile. 5

6 Prochaines étapes L adoption du plan d action, à la suite du rapport CARS 21, ne constitue pas la fin du processus. Afin de surveiller la mise en œuvre des politiques annoncées et de poursuivre le dialogue avec les parties prenantes, un processus spécifique sera mis en place, sous le nom de «CARS 2020». Informations générales sur le secteur L industrie automobile européenne est l un des plus importants secteurs industriels d Europe, avec un chiffre d affaires de plus de 700 milliards d euros et un effet multiplicateur sur l ensemble de l économie de par ses liens avec d autres secteurs (acier, produits chimiques et textiles). L UE compte quelque 180 usines automobiles. Cette industrie fournit plus de 12 millions d emplois directs et indirects, dont une proportion importante de main-d œuvre très qualifiée; Elle affiche une balance commerciale très positive (en excédent de plus de 90 milliards d euros en 2011). C est donc une importante source de croissance et de prospérité pour les citoyens européens. En raison de la situation macroéconomique actuelle, les ventes automobiles sur les marchés de l UE ont enregistré une diminution cette année (une baisse de 6,8 % au premier semestre de 2012 pour les véhicules particuliers et de 10,8 % pour les véhicules commerciaux), par rapport aux ventes déjà faibles de Les prévisions actuelles indiquent une diminution de pratiquement 8 % en glissement annuel sur le marché européen des véhicules particuliers, le nombre de ventes s élevant à 12,1 millions d unités, ce qui représente la cinquième année consécutive à la baisse. La reprise n est pas attendue avant 2014/2015 et le retour aux niveaux d avant la crise, pas avant quatre ou cinq ans et, sur certains marchés, pas avant la fin de la décennie. Le secteur est un moteur essentiel de la connaissance et de l innovation, car il est le plus grand secteur d investissement privé dans la recherche-développement (près de 30 milliards d euros en 2010) et un leader mondial dans le développement de technologies de pointe en matière de sécurité respectueuses de l environnement. Il investit actuellement à la fois dans l amélioration du rendement énergétique des moteurs conventionnels et dans le déploiement de véhicules électriques. Bien que les ventes de véhicules électriques n aient atteint, en 2011, que unités, l électromobilité est un processus bien engagé et on s attend, d ici à 2020, à une baisse des immatriculations de véhicules à moteur à combustion traditionnel et à une hausse de 7 % des immatriculations de véhicules électriques. De plus amples informations sur le site web du groupe «CARS 21». 6

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles Position de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) sur la proposition de règlement visant à réduire les émissions de CO2 des voitures neuves (COM(2007)856) Position adoptée par le Comité exécutif

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15.6.2010 COM(2010)280 final 2010/0168 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL portant application obligatoire du règlement n 100 de la Commission économique pour l

Plus en détail

83 session plénière 10 et 11 février 2010

83 session plénière 10 et 11 février 2010 e 83 session plénière 10 et 11 février 2010 ECOS-IV-036 Rue Belliard 101 1040 Bruxelles BELGIQUE Tél. +32 22822211 Fax +32 22822325 Internet: http://www.cor.europa.eu FR AVIS du Comité des régions sur

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN 2 Introduction Internet a connu un développement et une évolution spectaculaires grâce à l innovation et à la créativité incontestable

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance 1 Introduction À la mi-2014, l économie canadienne demeure robuste. Le gouvernement du Canada est solidement

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030

POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030 POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030 Présentée au ministère du Développement durable, de l Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques OCTOBRE

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE :

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : I (Sensibilisation) De charger un groupe indépendant d'experts, de l OCDE par exemple, d effectuer une étude

Plus en détail

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS COMMUNIQUE DE PRESSE Le 12 février 2009 DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS Le chiffre d affaires s établit à 37 791 millions d euros, en baisse de 7 %

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/30 EX/25 23/7/13 Question 17 : Protection de l environnement ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMITÉ EXÉCUTIF PLANS D ACTION DES ÉTATS CONCERNANT

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION. Résumé de l'analyse d'impact. accompagnant le document : LIVRE BLANC

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION. Résumé de l'analyse d'impact. accompagnant le document : LIVRE BLANC COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 16.2.2012 SWD(2012) 8 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l'analyse d'impact accompagnant le document : LIVRE BLANC Une stratégie pour

Plus en détail

Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe

Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe Note d information - 20 mai 2010 Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe Une étude du Centre de recherche sur l industrie automobile

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA Avis présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE. Deuxième session ordinaire du Conseil d administration. Rome, 9 13 novembre 2009

F Distribution: GÉNÉRALE. Deuxième session ordinaire du Conseil d administration. Rome, 9 13 novembre 2009 Deuxième session ordinaire du Conseil d administration Rome, 9 13 novembre 2009! "#$% F Distribution: GÉNÉRALE 9 octobre 2009 ORIGINAL: ANGLAIS Le tirage du présent document a été restreint. Les documents

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.12.2013 COM(2013) 882 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS Cadre

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN

LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN CECOP est la Confédération européenne représentant environ 50,000 coopératives et autres

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias

Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias 16 mai 2013 I. Le maintien de finances publiques saines

Plus en détail

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019 Plan stratégique de l OIV 2015-2019 1 Sommaire Introduction... 3 Axes Stratégiques... 4 1. Promouvoir une vitiviniculture durable... 4 a. Prendre en compte et réagir face au défi du changement climatique...

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR

PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 12/12/2014. PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR PRÉSENTATION

Plus en détail

Plan d investissement pour l Europe

Plan d investissement pour l Europe Le plan d investissement pour l Europe a pour but de dynamiser les investissements à l appui de projets stratégiques dans l ensemble de l UE. Il permettra de débloquer au moins 315 milliards d EUR d investissements

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Organisation Internationale du Tourisme Social. Un Tourisme pour Tous, Durable et Solidaire

Organisation Internationale du Tourisme Social. Un Tourisme pour Tous, Durable et Solidaire Organisation Internationale du Tourisme Social Un Tourisme pour Tous, Durable et Solidaire Plan d actions 2014-2016 2 Plan d actions 2014-2016 Organisation Internationale du Tourisme Social 1. Objectifs

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Fonds social européen Investir dans les ressources humaines

Fonds social européen Investir dans les ressources humaines Fonds social européen Investir dans les ressources humaines Commission européenne Cette publication est disponible dans toutes les langues officielles de l Union européenne (UE). Ni la Commission européenne

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable.

La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable. Communiqué de presse Bois-Colombes, le 11 février 2009 La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable. L année 2008 restera, pour les épargnants et les assurés, une

Plus en détail

FÉDÉRATION DE RUSSIE

FÉDÉRATION DE RUSSIE FÉDÉRATION DE RUSSIE AM053f-Y 1 Déclaration du gouverneur suppléant représentant la Fédération de Russie, M. Sergueï Stortchak Assemblée annuelle de la BERD Londres, 11-12 mai 2016 Depuis maintenant un

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte. Propositions d amendements de l AFG

Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte. Propositions d amendements de l AFG Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte Propositions d amendements de l AFG 1 Sommaire : Article concerné Enjeu N Am Page Article 1 Afficher l objectif de réduction,

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS La crise financière pose, aujourd hui, la question du 1 Paris, le 2 juillet 2009 rôle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

INTERVENTION DE SON EXCELLENCE LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS, DES TRANSPORTS ET DES COMMUNICATIONS. Mário Lino. à l occasion de la

INTERVENTION DE SON EXCELLENCE LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS, DES TRANSPORTS ET DES COMMUNICATIONS. Mário Lino. à l occasion de la INTERVENTION DE SON EXCELLENCE LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS, DES TRANSPORTS ET DES COMMUNICATIONS Mário Lino à l occasion de la 3 ème CONFÉRENCE INTERPARLEMENTAIRE DE LISBONNE UNE POLITIQUE EUROPÉENNE

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE Mars 2016 PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE 2015-2020 vant-propos Mot du président-directeur général Institution publique à vocation commerciale, la Société du Palais

Plus en détail

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS»

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» Malgré des prix plus élevés, les ventes de produits «verts» en France devraient augmenter de 105%, de 10,6 milliards d euros en 2009 à 21,7

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Édito E Chiffres clés bretons Objectifs de la Bretagne* n 2014, le Conseil régional de

Plus en détail

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT GRAND-DUCAL RELATIF À LA COMPOSITION ET AU FONCTIONNEMENT DE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION

CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION REPUBLIQUE DU BENIN Université d Abomey-Calavi Centre de Formation et de Recherche en matière de Population CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION GRADE : MASTER DOMAINE DE CONNAISSANCE: 5

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

EnviroCompétences. Politique de développement durable. Comité sectoriel de main-d œuvre de l environnement

EnviroCompétences. Politique de développement durable. Comité sectoriel de main-d œuvre de l environnement EnviroCompétences Comité sectoriel de main-d œuvre de l environnement Politique de développement durable Révision septembre 2014 Préparée par Bernard Duchesne Table des matières Avant-propos... 3 Définition

Plus en détail

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi Plateforme commune Etat- Régions : ensemble pour l emploi L Etat et les Régions s allient pour mener la bataille de l emploi et impulsent une nouvelle façon de travailler ensemble par la signature d une

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre PSCB No. 90/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 21 juin 2006 Original : anglais F Comité consultatif

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

ISO 9000 Choisir et appliquer

ISO 9000 Choisir et appliquer ISO 9000 Choisir et appliquer ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans une perspective de développement

Plus en détail

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED)

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED) Optimiser le cadre légal et réglementaire de l investissement dans les infrastructures en région méditerranéenne SENsibiliser aux instruments de mitigation des risques financiers Le Programme de soutien

Plus en détail

Réunion informelle des Ministres des Transports de l UE Luxembourg, le 7 octobre 2015

Réunion informelle des Ministres des Transports de l UE Luxembourg, le 7 octobre 2015 Réunion informelle des Ministres des Transports de l UE Luxembourg, le 7 octobre 2015 Déclaration sur le vélo comme moyen de transport respectueux du climat Préambule Innovation Le vélo est une réussite

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Graham S. Lowe Résumé Le rapport de synthèse est accessible à partir du site http://www.rcrpp.org On peut aussi obtenir des

Plus en détail

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Communiqué de presse 16 juin 2005 Fusion de Stock at Stake (membre du groupe Ethibel) et Vigeo : naissance du Groupe Vigeo, première agence européenne de mesure de

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Invitation de l industrie pharmaceutique à l adresse du nouveau gouvernement fédéral : pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Le secteur des entreprises pharmaceutiques

Plus en détail

Présidence française du Conseil de l Union européenne

Présidence française du Conseil de l Union européenne Présidence française du Conseil de l Union européenne Réunion informelle des ministres européens en charge de l enseignement et de la formation professionnels (EFP) et des ministres de l enseignement supérieur

Plus en détail

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 L Alliance canadienne pour les véhicules au gaz naturel 350 Sparks Street,

Plus en détail