Sommaire des investissements nets comptabilisés pour le seuil 3, uniquement pour certains projets;

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire des investissements nets comptabilisés pour le seuil 3, uniquement pour certains projets;"

Transcription

1 Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada-Québec Instructions relatives à la réclamation finale dans le cadre des volets Grandes villes et Grands projets Généralités En vertu du Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada-Québec (FCCQ), les bénéficiaires admissibles réalisent des travaux d infrastructures. Les modalités encadrant ce programme sont présentées dans le Guide sur le Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada-Québec, ci-après le «Guide 1», et dans le protocole d entente conclu entre le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) et le Bénéficiaire. Les présentes instructions visent les volets Grandes villes et Grands projets. Ces volets comprennent respectivement un sous-volet dédié aux «Infrastructures d eau potable ou d eaux usées» et un sous-volet dédié aux «Infrastructures de support au développement local ou régional». Les instructions s adressent aux auditeurs indépendants mandatés par les grandes villes pour réaliser l audit comme mentionné plus loin. Toutes les demandes retenues aux fins d aide financière ont fait l objet d un protocole d entente entre le MAMROT et le Bénéficiaire. Ce protocole établit, entre autres, les travaux pour lesquels l aide financière s applique de même que les modalités de versement. Pour toucher l aide financière octroyée, le Bénéficiaire doit présenter au MAMROT une réclamation finale auditée. Avant que l audit ne soit réalisé, le Bénéficiaire doit d abord transmettre sa réclamation finale, comprenant les documents suivants, à la Direction des infrastructures concernée du MAMROT (ci-après la «direction concernée») : Formulaire de réclamation dûment complété et accompagné des pièces justificatives exigées 2 ; Sommaire des investissements nets comptabilisés pour le seuil 3, uniquement pour certains projets; Formulaire d attestation du respect des obligations du protocole d entente; Formulaire d attestation du respect des dispositions législatives relatives à la gestion contractuelle signé par le représentant du Bénéficiaire 4. 1 Même si le titre de ce guide, tel que déposé sur le site Web du ministère, comporte la mention «volet Collectivités et Grandes ville», il s applique aussi au volet «Grands projets». 2 Le Bénéficiaire transmet des copies de pièces justificatives et conserve les originaux pour les besoins de l audit. 3 Bien que ce formulaire puisse, dans certains cas, faire partie des documents à soumettre dans le cadre de la réclamation finale, il ne fait pas l objet de l audit visé par les présentes instructions. L auditeur n a pas à attester le respect de cette obligation du protocole d entente dans le cadre de son mandat. 4 Le représentant désigné pour les municipalités est le directeur général, le trésorier ou le secrétaire-trésorier. Bien que ce formulaire fasse partie des documents à soumettre dans le cadre de la réclamation finale, il ne fait pas l objet de l audit visé par les présentes instructions. Le respect des dispositions législatives relatives à la gestion contractuelle pourra faire l objet d un audit distinct, avec 1

2 La direction concernée procède à l analyse de la réclamation finale de la même manière que pour une réclamation partielle. Elle valide l admissibilité des coûts réclamés en se basant sur les documents et les pièces justificatives reçus de la part du Bénéficiaire. Une fois cette étape réalisée, la direction concernée transmet toutes les réclamations liées au projet, partielles et finale, avec les analyses qu elle en a faite à l auditeur indépendant mandaté par la Ville et aussi, dans le cas d un mandat d audit conjoint (voir la section «Responsabilité de l audit»), au Service de la vérification du MAMROT, afin que l on procède à l audit. La direction concernée conserve les copies de pièces justificatives reçues du Bénéficiaire. Pour ses procédés de corroboration et ses analyses, l auditeur devra se référer aux pièces justificatives originales conservées par le Bénéficiaire. L audit doit couvrir l ensemble des coûts du projet, autant ceux déclarés dans les réclamations partielles que ceux dans la réclamation finale. L auditeur doit tenir compte des anomalies décelées par le MAMROT, s il y a lieu, dans le cadre des analyses que celui-ci a effectuées. L audit doit être réalisé en suivant les instructions du présent document. Une fois l audit complété, toutes les réclamations, partielles et finale, et les analyses du MAMROT sont retournées à la direction concernée, accompagnées cette fois-ci du rapport d audit. Audit Portée de l audit L audit doit porter sur : L admissibilité des dépenses réclamées; Le respect des obligations du protocole d entente. Responsabilité de l audit Le mandat d audit de la réclamation finale et par le fait même des réclamations partielles dans le cadre des volets Grandes villes et Grands projets du Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada-Québec peut être réalisé : uniquement par un auditeur indépendant mandaté par la Ville; ou conjointement par le Service de la vérification du MAMROT et par un auditeur indépendant mandaté par la Ville. Cet audit conjoint donne lieu à un seul rapport d audit signé conjointement. Le MAMROT décide pour quels projets un audit conjoint doit être réalisé. Le MAMROT avisera les bénéficiaires du type de mandat d audit à réaliser. rapport distinct, à être réalisé par le Service de la vérification du MAMROT. Dans le cas des OBNL, le représentant est celui mandaté par l organisme. 2

3 Avant d entreprendre le processus d octroi du mandat, le Bénéficiaire doit s assurer d avoir été avisé par le MAMROT du type de mandat d audit auquel il est assujetti. Lorsque le Bénéficiaire est avisé qu un audit conjoint est exigé, il doit le spécifier dans la demande de soumission. Lorsque le contrat visant le mandat d audit est conclu, le Bénéficiaire doit informer le Service de la vérification 5 du MAMROT du nom et des coordonnées de l auditeur retenu. Dans le cadre d un mandat d audit conjoint, il appartient au Service de la vérification du MAMROT et à l auditeur indépendant de planifier le mandat conjointement en convenant ensemble du calendrier et de la répartition des tâches ainsi que des modalités de supervision et de révision réciproques. La planification des travaux doit prévoir leur réalisation sur place en même temps. L audit de l admissibilité des coûts liés aux dépenses réclamées et de l observance des règles de constatation et d évaluation applicables sera confié à l auditeur indépendant. Le Service de la vérification du MAMROT procédera, le cas échéant, à l audit du respect des obligations du protocole comme celle interdisant de réclamer des coûts subventionnés en vertu d autres programmes. Dans cette optique, la majeure partie du travail d audit pourrait être réalisée par l auditeur indépendant. Objectifs et modalités de l audit L audit doit être effectué conformément aux normes d audit généralement reconnues du Canada. 1) Admissibilité des dépenses réclamées L objectif de cet audit consiste à exprimer une opinion : sur l admissibilité des dépenses réclamées par le Bénéficiaire, telles que déclarées dans les réclamations partielles et finale, conformément à la définition des travaux admissibles énoncée à l annexe B du protocole et en tenant compte des analyses des réclamations réalisées par la direction concernée. De plus : o dans le cadre des projets du volet Grandes villes, les coûts liés à ces dépenses doivent être conformes à la définition des coûts admissibles et des coûts non admissibles énoncée à la section 6 du Guide; o dans le cadre des projets du volet Grands projets, les coûts liés à ces dépenses doivent être conformes à l annexe C du protocole d entente conclu entre le MAMROT et le Bénéficiaire. Comme il y est mentionné, pour être admissibles, les coûts doivent avoir été engagés et payés. Les retenues contractuelles appliquées sur des travaux réalisés doivent cependant être considérées comme payées aux fins de la réclamation, tel qu il est indiqué à la section 12 du Guide. Dans le cadre de cet audit, l auditeur doit notamment s assurer que : 5 Aviser M. Nicolas Roy au numéro de téléphone

4 les montants réclamés pour chaque contrat de construction correspondent au montant du contrat adjugé, tenant compte, s il y a lieu, des ordres de changement approuvés par un ingénieur responsable des travaux et au montant décaissé par le Bénéficiaire; les coûts admissibles n ont pas fait l objet d un remboursement ou d une subvention dans le cadre d autres programmes d aide financière conformément à l article 7.3 du Guide; les travaux admissibles ont été complétés à la date indiquée à l annexe B du protocole. Advenant la constatation d anomalies, l auditeur doit joindre à son rapport d audit une annexe présentant ces anomalies, y compris celles non significatives et sans effet sur son opinion, sans tenir compte toutefois des anomalies manifestement négligeables. Cette annexe doit inclure les commentaires des représentants municipaux concernés. 2) Respect des obligations du protocole d entente L objectif de cet audit consiste à exprimer une opinion sur le respect des obligations du protocole d entente. Certaines des obligations énoncées au protocole sont expliquées plus spécifiquement à la section 9 du Guide. Le représentant désigné par le Bénéficiaire doit attester du respect des obligations du protocole qui sont énumérées au formulaire d Attestation du respect des obligations du protocole d entente. L auditeur doit attester de ce formulaire, sauf pour les obligations suivantes : «Se conformer aux lois, règlements et normes applicables, particulièrement en matière de travail, d environnement, d équité en emploi et des droits de la personne.» Cependant, comme mentionné ci-après, dans le cas de la clause liée à l environnement, l auditeur doit s assurer que l organisme a obtenu un certificat d autorisation du MDDEFP 6 lorsque nécessaire; «La Ville s est conformée aux dispositions législatives et règlementaires encadrant l adjudication de contrats municipaux, la clause sur la règle d adjudication des contrats pour les organismes à but non lucratif (OBNL) ou toute autre clause portant sur le processus de gestion contractuelle prévue au protocole d entente». Le respect de cette obligation pourra faire l objet d un mandat d audit séparé, avec rapport d audit distinct, réalisé uniquement par le Service de la vérification du MAMROT. Le MAMROT avisera les bénéficiaires s ils sont assujettis à un tel audit; «Un ou des panneaux de chantier ont été installés pour la durée des travaux subventionnés par le FCCQ»; «Une ou des plaques ou panneaux permanents ont été installés sur les lieux des travaux subventionnés par le FCCQ»; «Aucun membre du Parlement du Canada ou de l Assemblée nationale du Québec n a participé à tout contrat, entente ou commission»; 6 Ministère du Développement durable, de l Environnement, de la Faune et des Parcs. 4

5 «Sommaire des investissements nets comptabilisés pour le seuil 7, uniquement pour certains projets». Voici les instructions spécifiques pour certaines obligations faisant l objet de l audit : «Si les travaux subventionnés consistent à assainir des eaux usées, le Bénéficiaire s est conformée aux engagements de mise en œuvre et aux exigences environnementales afférentes» : l auditeur doit s assurer, si applicable, que l organisme a obtenu un certificat d autorisation du MDDEFP conformément au Guide d interprétation du règlement sur l application de l article 32 de la Loi sur la qualité de l environnement; «Se conformer à la clause de contrôle de la qualité des travaux» : l auditeur doit s assurer que le dossier du Bénéficiaire contienne l attestation signée par un ingénieur responsable de la réalisation des travaux ou un architecte selon la nature des travaux incluant les travaux en régie. Le cas échéant, l auditeur doit indiquer le coût des travaux pour lesquels aucune attestation n a été fournie; «Se conformer à la clause de transport de matière en vrac» : l auditeur doit s assurer que cette clause a été précisée au devis des travaux. De plus, si présentes au protocole d entente, l auditeur doit également attester des clauses suivantes si applicables : «Se conformer à la Politique d intégration des arts à l architecture et à l environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics» si exigé : l auditeur doit s assurer, dans le cas des sous-volet dédiés aux «Infrastructures de support au développement local ou régional», d obtenir du Bénéficiaire la preuve qu elle a respecté cette obligation; Le Bénéficiaire devra démontrer, au plus tard au moment de la première réclamation, qu il détient les titres de propriété du terrain ou du bâtiment visé par les travaux admissibles décrits à l annexe B du présent protocole ou qu il est signataire d un bail emphytéotique, d une durée minimale de 10 ou 20 ans (selon le cas), lui permettant de réaliser ces travaux. Le Bénéficiaire devra démontrer, au plus au moment de la première réclamation, qu il a obtenu, des autorités gouvernementales ou régionales ou municipales compétentes ou, le cas échéant de plusieurs de ces autorités, les autorisations afin de réaliser les travaux admissibles prévus à l annexe B du présent protocole ou une partie de ceux-ci dans une zone inondable, une zone à risque ou dans les deux cas. L auditeur n a pas à attester de la clause, pouvant figurer à l annexe A du protocole d entente portant sur les obligations particulières du Bénéficiaire, voulant que, dans le cadre d une demande de soumission pour un contrat de construction de 8,5 M$ et plus, on doive considérer les soumissions présentées par des entrepreneurs ayant un établissement aux États-Unis. 7 Bien que ce formulaire puisse, dans certains cas, faire partie des documents à soumettre dans le cadre de la réclamation finale, il ne fait pas l objet de l audit visé par les présentes instructions. L auditeur n a pas à attester le respect de cette obligation du protocole d entente dans le cadre de son mandat. 5

6 Advenant la constatation d anomalies, l auditeur doit joindre à son rapport d audit une annexe présentant ces anomalies, y compris celles non significatives et sans effet sur son opinion, sans tenir compte toutefois des anomalies manifestement négligeables. Cette annexe doit inclure les commentaires des représentants des bénéficiaires concernés. Modalités relatives au rapport d audit et à la transmission de la réclamation finale Forme du rapport d audit L auditeur doit exprimer les opinions demandées dans un rapport d audit dont le libellé est basé sur le modèle de rapport d audit, applicable au présent programme, suggéré par le «Groupe de travail technique Administrations municipales» de l Ordre des comptables professionnels agréés du Québec (OCPAQ). Ce modèle est fourni à l annexe A. Transmission de la réclamation finale et délai Avant l étape de l audit, la réclamation finale du Bénéficiaire, accompagnée des autres documents exigés, doit être transmise sous format papier à l adresse suivante : Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire Direction des infrastructures concernée Programme FCCQ 10, rue Pierre-Olivier-Chauveau Québec (Québec) G1R 4J3 Une fois l audit réalisé, l auditeur doit retourner à la direction concernée toutes les réclamations, partielles et finale, et les analyses réalisées par le MAMROT, dans leur format papier, accompagnées du rapport d audit. Le Bénéficiaire doit s assurer, de concert avec l auditeur indépendant mandaté, que la réclamation finale et le rapport d audit soient transmis au MAMROT : FCCQ, Collectivités et Grandes villes dans un délai maximal de trois mois suivant la date de la fin des travaux ou au plus tard le 31 janvier Dans les cas d un audit réalisé par un auditeur indépendant, le Bénéficiaire devra avoir octroyé le mandat d audit au plus tard 6 mois avant la date de fin des travaux prévue au protocole d entente. Le Bénéficiaire devra transmettre au MAMROT une résolution à l effet que le mandat a été octroyé et qu il respectera les délais impartis. 6

7 FCCQ, Grands projets dans un délai maximal de trois mois suivant la date de la fin des travaux ou au plus tard le 31 octobre Dans les cas d un audit réalisé par un auditeur indépendant, le Bénéficiaire devra avoir octroyé le mandat d audit au plus tard 6 mois avant la date de fin des travaux prévue au protocole d entente. Le Bénéficiaire devra transmettre au MAMROT une résolution à l effet que le mandat a été octroyé et qu il respectera les délais impartis. Pour tous renseignements concernant la réclamation finale, veuillez vous adresser à : Pour les sous-volets dédiés aux «Infrastructures d eau potable ou d eau usées» Pour les régions administratives 01, 02, 03, 04, 08, 09, 10, 11, 12 et 17 : Direction des infrastructures Québec 10, rue Pierre-Olivier-Chauveau Québec (Québec) G1R 4J3 Téléphone : Pour les régions administratives 05, 06, 07, 13, 14, 15 et 16 : Direction des infrastructures Montréal 800, rue du Square-Victoria, bureau 2.40 C. P. 83, succursale Tour-de-la-Bourse Montréal (Québec) H4Z 1B7 Téléphone : Pour les sous-volets dédiés aux «Infrastructures de support au développement local ou régional» Service des infrastructures collectives 10, rue Pierre-Olivier-Chauveau Québec (Québec) G1R 4J3 Téléphone : Courriel : MAMROT/DGI/

8 Annexe A Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada-Québec Modèle de rapport de l auditeur indépendant dans le cadre de la réclamation finale pour les volets Grandes villes et Grands projets 1. Préambule à l intention des auditeurs Le présent modèle de rapport est suggéré par le «Groupe de travail technique Administrations municipales» de l Ordre des comptables professionnels agréés du Québec. Il doit être adapté selon les circonstances, notamment en cas d audit conjoint. Un seul rapport contenant deux sections Le mandat de l auditeur consiste à exprimer deux opinions : une opinion sur le fait que les dépenses réclamées par le Bénéficiaire et déclarées dans les réclamations partielles et finale sont conformes au référentiel d information financière applicable (voir la sous-section 1.1 ci-dessous); une opinion sur le respect des obligations du protocole d entente; Ces deux opinions sont rendues dans des sections distinctes d un même rapport, en se basant sur l esprit du paragraphe 38 de la NCA En effet, selon ce paragraphe, lorsque l auditeur satisfait à d autres obligations qui s ajoutent à sa responsabilité de délivrer un rapport sur les états financiers, ces obligations doivent faire l objet d une section distincte avec un sous-titre approprié dans le rapport d audit. Le rapport de l auditeur doit être adressé au MAMROT afin que le Bénéficiaire s acquitte de son obligation de joindre un rapport d audit à sa «Réclamation» Section visant l opinion sur les coûts liés aux dépenses réclamées Le référentiel d information financière, applicable à l établissement des coûts liés aux dépenses réclamées dans le cadre du volet Grandes villes, correspond à la définition des coûts admissibles et des coûts non admissibles énoncée à la section 6 et complétée par la section 12 du Guide sur le Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada- Québec (volets Collectivités et Grandes villes), ci-après le «Guide», ainsi qu à la définition des travaux admissibles énoncée à l annexe B du protocole d entente conclu entre le MAMROT et le Bénéficiaire. 8 NCA 700, «Opinion et rapport sur des états financiers». 8

9 Le référentiel d information financière, applicable à l établissement des coûts liés aux dépenses réclamées dans le cadre du volet Grands projets, correspond à la définition des coûts admissibles et des coûts non admissibles énoncée à l annexe C du protocole d entente conclu entre le MAMROT et le Bénéficiaire et complétée par la section 12 du Guide, ainsi qu à la définition des travaux admissibles énoncée à l annexe B dudit protocole d entente. Puisque chacun de ces référentiels répond à la définition d un référentiel à usage particulier, l auditeur se conforme aux exigences de la NCA Le référentiel est acceptable, car il est prescrit au protocole d entente entre le Bénéficiaire et le MAMROT ainsi que dans un Guide expliquant les normes et conditions du programme FCCQ. Il revêt les caractéristiques des référentiels d'information financière acceptables selon les indications de l'annexe 2 de la NCA On arrive aussi à cette conclusion sur la base des indications du paragraphe A8 de la NCA 800. Puisque le rapport d audit ne vise pas un jeu complet d états financiers, l auditeur se conforme aussi aux exigences de la NCA Section visant l opinion sur le respect des obligations du protocole d entente Les obligations sont énoncées au protocole d entente et certaines d entre elles sont expliquées plus spécifiquement à la section 9 du Guide. La mission d audit du respect de ces obligations est effectuée et l opinion est exprimée selon le chapitre , car l auditeur vise à conclure sur le respect de dispositions contractuelles et légales. Actions requises lorsque des anomalies sont relevées Advenant que l auditeur constate des anomalies dans le cadre de sa mission, il doit les noter dans une annexe à son rapport d audit, y compris celles non significatives et sans effet sur ses opinions, sans tenir compte toutefois des anomalies manifestement négligeables. Cette annexe doit inclure les commentaires des représentants du Bénéficiaire. 9 NCA 800, «Audits d'états financiers préparés conformément à des référentiels à usage particulier considérations particulières». 10 NCA 210, «Accord sur les termes et conditions d'une mission d'audit». 11 NCA 805, «Audit d'états financiers isolés et d'éléments, de comptes ou de postes spécifiques d'un d'état 12 financier considérations particulières». Chapitre 5815, «Rapports spéciaux rapports de vérification sur le respect de dispositions contractuelles, légales ou règlementaires». 9

10 2. Modèle de rapport d audit 2.1. Modèle de rapport d audit avec opinion non modifiée N.B. : Inscrire le nom de l entité à la place du terme «Bénéficiaire». Rapport de l auditeur indépendant dans le cadre du programme FCCQ (volet Grandes villes ou volet Grands projets) Au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT). Rapport sur les coûts liés aux dépenses réclamées [Pour le volet Grandes villes] Nous avons effectué l audit des coûts liés aux dépenses réclamées par [le/la Bénéficiaire] au montant total de [ ] $ dans le cadre du programme FCCQ (volet Grandes villes) dans le dossier [ ] pour la période du [ ] au [ ] (ci-après les «coûts liés aux dépenses réclamées»). Les coûts liés aux dépenses réclamées ont été établis par [le/la Bénéficiaire] conformément à la définition des coûts admissibles et des coûts non admissibles énoncée à la section 6 et complétée par la section 12 du Guide sur le Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada-Québec (ci-après le «Guide du programme FCCQ») ainsi qu à la définition des travaux admissibles énoncée à l annexe B du protocole d entente connexe au dossier (ci-après le «protocole d entente»). [Pour le volet Grands projets] Nous avons effectué l audit des coûts liés aux dépenses réclamées par [le/la Bénéficiaire] au montant total de [ ] $ dans le cadre du programme FCCQ (volet Grandes projets) dans le dossier [ ] pour la période du [ ] au [ ] (ci-après les «coûts liés aux dépenses réclamées»). Les coûts liés aux dépenses réclamées ont été établis par [le/la Bénéficiaire] conformément à la définition des coûts admissibles et des coûts non admissibles énoncée à l annexe C du protocole d entente connexe au dossier (ci-après le «protocole d entente») et complétée par la section 12 du Guide sur le Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada-Québec (ci-après le «Guide du programme FCCQ») ainsi qu à la définition des travaux admissibles énoncée à l annexe B dudit protocole d entente. Responsabilité de la direction [du Bénéficiaire] pour les coûts liés aux dépenses réclamées La direction est responsable de l établissement des coûts liés aux dépenses réclamées conformément au Guide du programme FCCQ et au protocole d entente, ainsi que du contrôle interne qu elle considère nécessaire pour permettre l établissement des coûts liés aux dépenses réclamées exempts d anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. 10

11 Responsabilité de l auditeur Notre responsabilité consiste à exprimer une opinion sur les coûts liés aux dépenses réclamées, sur la base de notre audit. Nous avons effectué notre audit selon les normes d audit généralement reconnues du Canada. Ces normes requièrent que nous nous conformions aux règles de déontologie et que nous planifiions et réalisions l audit de façon à obtenir l assurance raisonnable que les coûts liés aux dépenses réclamées ne comportent pas d anomalies significatives. Un audit implique la mise en œuvre de procédures en vue de recueillir des éléments probants concernant les coûts liés aux dépenses réclamées. Le choix des procédures relève du jugement de l auditeur, et notamment de son évaluation des risques que les coûts liés aux dépenses réclamées comportent des anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. Dans l évaluation de ces risques, l auditeur prend en considération le contrôle interne de l entité portant sur l établissement des coûts liés aux dépenses réclamées, afin de concevoir des procédures d audit appropriées aux circonstances, et non dans le but d exprimer une opinion sur l efficacité du contrôle interne de l entité. Un audit comporte également l appréciation du caractère approprié des méthodes comptables retenues et du caractère raisonnable des estimations comptables faites par la direction, de même que l appréciation de la présentation d ensemble des coûts liés aux dépenses réclamées. Nous estimons que les éléments probants recueillis sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion d audit. Opinion À notre avis, les coûts liés aux dépenses réclamées d un montant total de [ ] $ pour la période du [ ] au [ ] ont été établis, dans tous leurs aspects significatifs, conformément au Guide du programme FCCQ et au protocole d entente. Méthode de comptabilité Sans pour autant modifier notre opinion, nous attirons l attention sur le Guide du programme FCCQ et sur le protocole d entente, lesquels décrivent la méthode de comptabilité servant à déterminer l admissibilité des coûts liés aux dépenses réclamées. Ceux-ci ont été établis afin de permettre [au Bénéficiaire] de se conformer aux exigences du protocole d entente. En conséquence, il est possible qu ils ne puissent se prêter à un usage autre. Rapport sur le respect des obligations du protocole d entente Nous avons procédé à un audit visant à déterminer si au [ ], [le/la Bénéficiaire] respectait les obligations du protocole d entente auxquelles [il/elle] doit satisfaire pour ses réclamations portant sur la période du [ ] au [ ] dans le cadre du programme FCCQ (volet Grandes villes [ou volet Grands projets]). Ces obligations sont énoncées à l annexe A du protocole d entente et à la section 9 du Guide du programme FCCQ. 11

12 La responsabilité du respect des obligations du protocole d entente incombe [au Bénéficiaire]. Notre responsabilité consiste à exprimer une opinion sur le respect de ces obligations en nous fondant sur notre audit. Notre audit a été effectué conformément aux normes d audit généralement reconnues du Canada. Ces normes requièrent que nous planifiions et réalisions l audit de façon à obtenir l assurance raisonnable que [le/la Bénéficiaire] a respecté les obligations du protocole d entente. Ce type d audit comprend le contrôle par sondages des éléments probants à l appui du respect de ces obligations, ainsi que l évaluation, le cas échéant, des principes comptables suivis et des estimations importantes faites par la direction. Dans le cadre de notre audit, nous avons tenu compte des directives et indications fournies par le MAMROT à la sous-section 2 de la section «Objectifs et modalités de l audit» des Instructions aux auditeurs relatives à la réclamation finale dans le cadre des volets Grandes villes et Grands projets. À notre avis, au [ ], [le/la Bénéficiaire] respecte tous les aspects significatifs des obligations du protocole d entente auxquelles il doit satisfaire dans le cadre du programme FCCQ (volet Grandes villes [ou volet Grands projets]). Restriction à l utilisation et à la diffusion L ensemble de notre rapport de l auditeur indépendant est destiné uniquement [au Bénéficiaire] et au MAMROT et ne devrait pas être utilisé par d autres parties ni diffusé à d autres parties. Signature et adresse de l auditeur indépendant Date 12

13 Annexe A (suite) 2.2. Modèle de rapport d audit avec opinion modifiée Adaptations requises au rapport d audit advenant le besoin d exprimer une opinion modifiée, à savoir une opinion favorable avec réserve ou une opinion défavorable, dans une section donnée du rapport ) Opinion modifiée lorsque des anomalies significatives sont relevées dans les coûts liés aux dépenses réclamées i) Modification de la description de la responsabilité de l'auditeur pour indiquer qu il estime que les éléments probants obtenus sont suffisants et appropriés pour fonder son opinion avec réserve ou son opinion défavorable. Nous estimons que les éléments probants recueillis sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion d audit avec réserve (ou notre opinion d audit défavorable). ii) Ajout, avant le paragraphe d opinion, d un paragraphe sur le fondement de l opinion modifiée. À noter que le paragraphe 17 de la NCA exige que l auditeur inclut dans ce paragraphe une description et une quantification des incidences financières possibles de l anomalie, à moins que cela soit impossible en pratique. Dans l impossibilité de quantifier les incidences financières, il doit en faire mention dans ledit paragraphe. Considérant qu il est demandé à l auditeur de noter les anomalies dans une annexe à son rapport d audit, l auditeur doit faire référence à cette annexe. Fondement de l opinion avec réserve (de l opinion défavorable) EXEMPLE : Un montant de [ ] $ a été inclus comme coût des dépenses réclamées alors que ce montant doit être exclu selon le Guide du programme FCCQ et le protocole d entente. Cette anomalie est décrite dans l annexe jointe au rapport d audit. iii) Modification du paragraphe d opinion en conséquence. Opinion avec réserve À notre avis, à l exception des incidences du problème décrit dans le paragraphe «Fondement de l opinion avec réserve», les coûts liés aux dépenses réclamées d un montant total de [ ] $ pour la période du [ ] au [ ] ont été établis, dans tous leurs aspects significatifs, conformément au Guide du programme FCCQ et au protocole d entente. ou 13 NCA 705, «Expression d une opinion modifiée dans le rapport de l auditeur indépendant». 13

14 Opinion défavorable À notre avis, en raison de l importance du problème décrit dans le paragraphe «Fondement de l opinion défavorable», les coûts liés aux dépenses réclamées d un montant total de [ ] $ pour la période du [ ] au [ ] n ont pas été établis, dans tous leurs aspects significatifs, conformément au Guide du programme FCCQ et au protocole d entente ) Opinion modifiée lorsque des anomalies significatives sont relevées quant au respect des obligations du protocole d entente i) Selon le paragraphe 80 du chapitre 5025, il faut ajouter, avant le paragraphe d opinion, un paragraphe donnant une explication au sujet de l'anomalie ou des anomalies donnant lieu à l opinion modifiée et indiquant leur effet sur les éléments considérés, dans la mesure où cet effet peut être déterminé au prix d'un effort raisonnable. Considérant qu il est demandé à l auditeur de noter les anomalies dans une annexe à son rapport d audit, l auditeur doit faire référence à cette annexe. Au cours de notre mission, nous avons relevé les anomalies notées dans l annexe jointe au rapport d audit. ii) Modification du paragraphe d opinion en conséquence : Opinion avec réserve À notre avis, à l exception de l effet des anomalies dont il est fait mention au paragraphe précédent, le Bénéficiaire [ ] respecte tous les aspects significatifs des obligations du protocole d entente auxquelles il doit satisfaire dans le cadre du programme FCCQ (volet Grandes villes [ou volet Grands projets]). ou Opinion défavorable À notre avis, en raison de l importance de l effet des anomalies dont il est fait mention au paragraphe précédent, le Bénéficiaire [ ] ne respecte pas tous les aspects significatifs des obligations du protocole d entente auxquelles il doit satisfaire dans le cadre du programme FCCQ (volet Grandes villes [ou volet Grands projets]). 14

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 CENTRES DE LA PETITE ENFANCE GARDERIES SUBVENTIONNÉES BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL Tous les termes qui renvoient

Plus en détail

Modifications de la version IFRS du Formulaire 1. Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre

Modifications de la version IFRS du Formulaire 1. Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Audit interne Comptabilité réglementaire Crédit Financement

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs Le présent document a été

Plus en détail

Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale

Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS 31 mars 2015 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

Lignes directrices pour le Programme d infrastructures Québec-Municipalités Municipalité amie des aînés (MADA) Appel de projets 2015

Lignes directrices pour le Programme d infrastructures Québec-Municipalités Municipalité amie des aînés (MADA) Appel de projets 2015 Lignes directrices pour les projets d infrastructures des municipalités reconnues ou engagées dans la démarche Municipalité amie des aînés (MADA), 2012-2013 Lignes directrices pour le Programme d infrastructures

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Les CPA et les états financiers

Les CPA et les états financiers Page 1 sur 7 Les CPA et les états financiers Quelle est la différence entre une mission de compilation, une mission d examen et une mission d audit? Quel est le rôle du CPA? Voici les principaux repères

Plus en détail

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA États financiers Le 21 février 2014 Rapport de l auditeur indépendant Aux membres de l

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Version du 18.11.2013 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction Culture et créativité Unité Diversité et innovation culturelles MODÈLE DE CAHIER DES CHARGES POUR

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Ligne directrice n o 2015-05 Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale Commentaires

Plus en détail

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, Opérations bancaires, investissements et emprunts Publication : mai 2009 Révision : 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions de compilation. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions de compilation. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions de compilation préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 1 er février 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

PROJET PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU. R È G L E M E N T P R O J E T É N o 1 3 9 0

PROJET PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU. R È G L E M E N T P R O J E T É N o 1 3 9 0 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU R È G L E M E N T P R O J E T É N o 1 3 9 0 Règlement établissant un programme d aide financière pour la rénovation des bâtiments patrimoniaux du centre-ville

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations

États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État de l actif net disponible pour le service des prestations

Plus en détail

Les formulaires de demande sont disponibles à l adresse www.livrescanadabooks.com/mentorat

Les formulaires de demande sont disponibles à l adresse www.livrescanadabooks.com/mentorat Livres Canada Books Programme de Mentorat Aide financière Lignes directrices 2015-2016 Date limite pour la réception des demandes : le mercredi 1 er avril 2015 Les formulaires de demande sont disponibles

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE. Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives

FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE. Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives Ministère de l'éducation, du Loisir et du Sport 1035,

Plus en détail

CLIMATSOL. Programme de réhabilitation des terrains contaminés Demande d admissibilité à l aide financière

CLIMATSOL. Programme de réhabilitation des terrains contaminés Demande d admissibilité à l aide financière CLIMATSOL Programme de réhabilitation des terrains contaminés Demande d admissibilité à l aide financière Identification du projet soumis : Date d acquisition de l immeuble : Preuve de propriété à fournir

Plus en détail

DIRECTIVE CONCERNANT LA REDDITION DE COMPTES EN GESTION CONTRACTUELLE DES ORGANISMES PUBLICS

DIRECTIVE CONCERNANT LA REDDITION DE COMPTES EN GESTION CONTRACTUELLE DES ORGANISMES PUBLICS DIRECTIVE CONCERNANT LA REDDITION DE COMPTES EN GESTION CONTRACTUELLE DES ORGANISMES PUBLICS Loi sur les contrats des organismes publics (chapitre C-65.1, a. 26) OBJET 1. La présente directive a pour but

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS CHAPITRE I DÉFINITIONS

RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS CHAPITRE I DÉFINITIONS RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS 1. Aux fins d application de ce règlement, les

Plus en détail

Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant

Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant Prise de position définitive 2015 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant Élaborée par : Élaborée par : Traduite

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54 question les conclusions tirées des étapes antérieures de la révision n apparaît. Ceci peut se faire notamment par une analyse critique des données chiffrées et des modifications de l organisation administrative;

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 44-101 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS SIMPLIFIÉ

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 44-101 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS SIMPLIFIÉ RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 44-101 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Loi sur les valeurs mobilières (chapitre V.1-1, a. 331.1 par. 1, 3, 6, 8, 11 et 34 ) 1. L article 1.1

Plus en détail

CENTRE DE SOUTIEN ENTR AIDANTS RAPPORT FINANCIER 31 MARS 2015

CENTRE DE SOUTIEN ENTR AIDANTS RAPPORT FINANCIER 31 MARS 2015 Yvon Boisselle, CPA, CA Alain Girard, CPA, CA Jacques Renaud, CPA, CA Robert Brunelle, CPA, CA Robert Arbour, CPA, CA André Létourneau, CPA, CA Linda Leduc, CPA, CGA Serge Jacques, CPA, CA Félicienne Picard,

Plus en détail

Imagine Canada États financiers. 31 décembre 2011

Imagine Canada États financiers. 31 décembre 2011 États financiers 31 décembre 2011 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014 La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec États financiers combinés États financiers combinés Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant...

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 210 ACCORD SUR LES TERMES DES MISSIONS D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 210 ACCORD SUR LES TERMES DES MISSIONS D AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 210 ACCORD SUR LES TERMES DES MISSIONS D AUDIT Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-2 Remarques d'ordre général... 3-8 Rapports sur des états

Plus en détail

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Exposé-sondage Note éducative Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Commission sur la gestion des risques et le capital requis Novembre 2005 Document 205121 This document

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Août 2007 Sommaire 1. Introduction... 3 2. La subvention

Plus en détail

GUIDE RÉALISER UN PROJET D ENFOUISSEMENT DE LIGNES DE DISTRIBUTION EXISTANTES

GUIDE RÉALISER UN PROJET D ENFOUISSEMENT DE LIGNES DE DISTRIBUTION EXISTANTES GUIDE RÉALISER UN PROJET D ENFOUISSEMENT DE LIGNES DE DISTRIBUTION EXISTANTES Le présent guide traite de la réalisation d un projet d enfouissement de lignes de distribution existantes à la demande d une

Plus en détail

Guide pour le formulaire de déclaration du coût net de la collecte sélective de matières recyclables

Guide pour le formulaire de déclaration du coût net de la collecte sélective de matières recyclables Guide pour le formulaire de déclaration du coût net de la collecte sélective de matières recyclables Pour les organismes municipaux ayant compétence en la matière Avril 2014 INTRODUCTION Le Régime de compensation

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes GUIDE DE L ACTUAIRE Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Direction principale de la surveillance des assureurs et du contrôle du droit d exercice

Plus en détail

TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY

TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY MARCHE A BONS DE COMMANDE MARCHÉ N 1/ST/2013 REGLEMENT DE LA

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

TITRE DE FELLOW (FCPA)

TITRE DE FELLOW (FCPA) TITRE DE FELLOW (FCPA) COMPTABLES PROFESSIONNELS AGRÉÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK (CPA NOUVEAU-BRUNSWICK) Dossier de présentation d une candidature 2015-2016 Table des matières PRÉAMBULE... 3 CRITÈRES D ADMISSION...

Plus en détail

Politique de gestion financière

Politique de gestion financière Politique de gestion financière Politique adoptée par le comité exécutif, le 30 mars 2012 TABLE DES MATIÈRES AVANT PROPOS... 1 OBJET... 1 1. RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE 1.1 Approbation du budget... 3

Plus en détail

Fondation de la recherche sur le diabète juvénile Canada. États financiers consolidés 31 décembre 2014

Fondation de la recherche sur le diabète juvénile Canada. États financiers consolidés 31 décembre 2014 Fondation de la recherche sur le diabète juvénile Canada États financiers consolidés Le 7 mai 2015 Rapport de l auditeur indépendant Aux administrateurs de la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile

Plus en détail

APPEL DE PROJETS PRÉCEPT F

APPEL DE PROJETS PRÉCEPT F APPEL DE PROJETS Programme structurant de partage et de renforcement de l expertise des collèges et cégeps canadiens en enseignement professionnel et technique dispensé en français PRÉCEPT F Date d avis

Plus en détail

Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME

Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES ANNÉES CIVILES 2010 ET SUIVANTES Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME RÉSUMÉ Une société qui, au

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5. QUORUM, DESTITUTION ET POSTES

Plus en détail

2014-707 Examen du contrat de gestion de la construction du projet de rénovation du 180 Wellington

2014-707 Examen du contrat de gestion de la construction du projet de rénovation du 180 Wellington 2014-707 Examen du contrat de gestion de la construction du projet de rénovation du 180 Wellington Le 18 septembre 2014 Bureau de la vérification et de l évaluation Le 29 juillet 2014 À la Direction générale

Plus en détail

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE

États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE États financiers de L'ÉQUIPE ENTREPRISE Au 31 mars 2014 États financiers Au 31 mars 2014 PAGE Rapport de l'auditeur indépendant 1-2 Résultats 3 Évolution de l'actif net 4 Bilan 5 Flux de trésorerie 6 Notes

Plus en détail

Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires

Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires Gilles Roy* Introduction............................ 329 1. Le nouveau règlement....................

Plus en détail

SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-14-174 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour des services

Plus en détail

À la base de ce chapitre, on retrouve la question du type de rapport à émettre lorsque les pcgr ne sont pas respectés

À la base de ce chapitre, on retrouve la question du type de rapport à émettre lorsque les pcgr ne sont pas respectés RAPPORT DU VÉRIFICATEUR SUR DES ÉTATS FINANCIERS ÉTABLIS SELON DES RÈGLES COMPTABLES AUTRES QUE LES PRINCIPES COMPTABLES GÉNÉRALEMENT RECONNUS 1 État de la question par : D.-Claude Laroche Professeur agrégé

Plus en détail

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux collectes de fonds

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux collectes de fonds Ville de Montréal Service de la culture Division des quartiers culturels 2014 FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS Programme d aide aux collectes de fonds Conditions et exigences pour les projets de collecte

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS. Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment

CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS. Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment VILLE DE CARBON-BLANC SERVICE TECHNIQUE et URBANISME CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment CAHIER DES

Plus en détail

2014-707 Examen du contrat de gestion de la construction du projet de réhabilitation de l édifice 144 Wellington

2014-707 Examen du contrat de gestion de la construction du projet de réhabilitation de l édifice 144 Wellington 2014-707 Examen du contrat de gestion de la construction du projet de réhabilitation de l édifice 144 Wellington Le 18 septembre 2014 Bureau de la vérification et de l évaluation Le 28 juillet 2014 À la

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS Convention d investissement entre Nom : Nom à la naissance : Prénom : Date de naissance : Adresse permanente : Adresse de correspondance

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

APPEL D OFFRES SUR INVITATION

APPEL D OFFRES SUR INVITATION APPEL D OFFRES SUR INVITATION PROJET : INFO-8 ACQUISITION D ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES POUR LA COMMISSION SCOLAIRE AU COEUR-DES-VALLÉES CAHIER DES CHARGES DOCUMENT I APPEL D OFFRES APPEL D OFFRES «ACQUISITION

Plus en détail

Le Projet des architectes de l APEC

Le Projet des architectes de l APEC Le Projet des architectes de l APEC Entrevue d évaluation pour les architectes de l APEC de l Australie et de la Nouvelle- Zélande Protocoles relatifs au processus de candidature pour un architecte de

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 Modifiée à la réunion du Conseil du 17 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 1.1 Fondement de la Politique d investissement... 1 1.2 Fonds d aide de la

Plus en détail

Lignes directrices sur la vidéosurveillance

Lignes directrices sur la vidéosurveillance Lignes directrices sur la vidéosurveillance Introduction La surveillance des lieux publics a rapidement augmenté au cours des dernières années. Cette croissance est en grande partie attribuable aux progrès

Plus en détail

Outil d aide à la mise en œuvre à l intention des professionnels en exercice

Outil d aide à la mise en œuvre à l intention des professionnels en exercice Outil d aide à la mise en œuvre à l intention des professionnels en exercice Norme canadienne de services connexes (NCSC) Avril 2015 Norme abordée NCSC 4460, Rapports sur les autres éléments relevés dans

Plus en détail

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE Adoptées par le conseil des commissaires le 25 janvier 2016 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE PRÉAMBULE

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

Politique d intervention en matière de développement économique

Politique d intervention en matière de développement économique Politique d intervention en matière de développement économique Ville de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix Février 2013 1. Objectif du programme POLITIQUE D INTERVENTION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Le berceau du Lac-Saint-Jean MUNICIPALITÉ D HÉBERTVILLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

Le berceau du Lac-Saint-Jean MUNICIPALITÉ D HÉBERTVILLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Le berceau du Lac-Saint-Jean MUNICIPALITÉ D HÉBERTVILLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Décembre 2010 1 Rappel de l obligation législative en vertu des articles 938.1.2 du Code municipal du Québec Code

Plus en détail

Le cahier des charges doit être rempli par le bénéficiaire et approuvé par l auditeur

Le cahier des charges doit être rempli par le bénéficiaire et approuvé par l auditeur ANNEXE V FORMULAIRE A CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF AUX FICHES FINANCIÈRES TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR L ÉTABLISSEMENT D UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

RÈGLEMENT N VA-656 CRÉANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION DE BÂTIMENTS DU CENTRE- VILLE ET DE CERTAINS SECTEURS COMMERCIAUX DE LA VILLE D AMOS

RÈGLEMENT N VA-656 CRÉANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION DE BÂTIMENTS DU CENTRE- VILLE ET DE CERTAINS SECTEURS COMMERCIAUX DE LA VILLE D AMOS PROVINCE DE QUÉBEC VILLE D'AMOS RÈGLEMENT N VA-656 CRÉANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION DE BÂTIMENTS DU CENTRE- VILLE ET DE CERTAINS SECTEURS COMMERCIAUX DE LA VILLE D AMOS CONSIDÉRANT QUE l une des orientations

Plus en détail

SUR rapport du Comité exécutif, il est, PROPOSÉ PAR: Jocelyne Frédéric-Gauthier

SUR rapport du Comité exécutif, il est, PROPOSÉ PAR: Jocelyne Frédéric-Gauthier PROVINCE DE QUEBEC VILLE DE LAVAL MISE EN GARDE : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie n est offerte quant à l exactitude

Plus en détail

Vérification des contrôles des rapports financiers

Vérification des contrôles des rapports financiers Vérification des contrôles des rapports financiers DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Février 2012 Western Economic Diversification

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON

COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON États financiers de la COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON 30 juin 2010 Samson Bélair/Deloitte & Touche s.e.n.c.r.l. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Rapport des vérificateurs

Plus en détail

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des architectes du Québec 420, rue McGill Bureau 300 Montréal (Québec) H2Y 2G1 514 842 4979 1 800 842 4979 fdaq@fondsarchitectes.qc.ca

Plus en détail

Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers

Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers www.cic.gc.ca/etudier Le Canada est doté de l un des systèmes d éducation les meilleurs et les plus respectés au monde. Chaque

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction

Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction Règlement no 14 Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction 10.06.16.16 14.06.11.05 Article 1 Dispositions générales 1.1 Le Cégep a la responsabilité d acquérir

Plus en détail

ANNEXE QC-177. Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet

ANNEXE QC-177. Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet ANNEXE QC-177 Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet EXTENSION DE LA MINE AURIFÈRE CANADIAN MALARTIC ET DÉVIATION DE LA ROUTE 117 À L ENTRÉE EST DE LA VILLE DE MALARTIC PROCESSUS

Plus en détail

Programme des droits de cession immobilière

Programme des droits de cession immobilière Chapitre 4 Section 4.06 Ministère des Finances Programme des droits de cession immobilière Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.06 du Rapport annuel 2004 Contexte En vertu

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128

VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128 VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128 SERVICES PROFESSIONNELS EN ARCHITECTURE POUR LE RÉAMÉNAGEMENT DE L AGORA-PHASE II POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY 1. GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10

LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10 LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10 CHAPITRE I OBJET ET APPLICATION CHAPITRE II DÉFINITIONS 1) L objectif de la présente procédure est d établir les processus

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible...3 Société de personnes admissible...3

Plus en détail

Administration de votre régime d assurances 01 GF10811C GL 12-2012. 2012 Standard Life

Administration de votre régime d assurances 01 GF10811C GL 12-2012. 2012 Standard Life Table des matières 03 Introduction 04 Rôle et responsabilités de l administrateur du régime 05 Rôle et responsabilités de la Standard Life 06 Protection des renseignements personnels 07 Comment se procurer

Plus en détail

Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune

Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune 30 septembre 2012 (en milliers de dollars) Le présent document ne

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-02 POUR L'INSTAURATION D'UN PROGRAMME DE RÉNOVATION QUÉBEC VISANT LA BONIFICATION D'UN PROJET ACCÈSLOGIS QUÉBEC

RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-02 POUR L'INSTAURATION D'UN PROGRAMME DE RÉNOVATION QUÉBEC VISANT LA BONIFICATION D'UN PROJET ACCÈSLOGIS QUÉBEC PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MATANE MUNICIPALITÉ DE BAIE-DES-SABLES RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-02 POUR L'INSTAURATION D'UN PROGRAMME DE RÉNOVATION QUÉBEC VISANT LA BONIFICATION D'UN PROJET ACCÈSLOGIS QUÉBEC CONSIDÉRANT

Plus en détail

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant Projet de règlement Loi sur la distribution de produits et services financiers (chapitre D-9.2, a. 200 par. 1 à 5, 6, 7 et 9 et a. 203 par.1, 3 à 6 ) Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation Règlement de la consultation Objet : Durée N o de dossier Direction Échéances Location de petits engins de terrassement sans chauffeur (MED) 8 mois Date limite de retrait des DCE : 13 mars 2009 12h Date

Plus en détail

FONDS DE FIDUCIE POUR LA CONSERVATION DES RESSOURCES NATURELLES ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015

FONDS DE FIDUCIE POUR LA CONSERVATION DES RESSOURCES NATURELLES ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015 FONDS DE FIDUCIE POUR LA CONSERVATION DES RESSOURCES NATURELLES ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015 TABLE DES MATIÈRES 31 MARS 2015 Page RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 1-2 ÉTATS FINANCIERS État de la situation

Plus en détail

GESTION DU PORTEFEUILLE

GESTION DU PORTEFEUILLE FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) ET FONDS LOCAL DE SOLIDARITÉ (FLS) POLITIQUE DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) ET DU FONDS LOCAL DE SOLIDARITÉ (FLS) DE LA MRC DE COATICOOK GESTION DU PORTEFEUILLE

Plus en détail