Théorie keynésienne : le reste du monde

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Théorie keynésienne : le reste du monde"

Transcription

1 Théorie keynésienne : le reste du monde Le modèle keynésien en économie ouverte Le modèle keynésien est valide uniquement dans le cadre d'une économie fermée, c'est-à-dire sans échanges extérieurs. Dans une économie ouverte, il faut le modifier profondément. En effet, la demande intérieure provenant des ménages et des administrations génère une activité économique non seulement dans le pays mais aussi dans les autres pays. Inversement, les autres pays adressent à l'économie nationale une demande qui va se traduire par de l'activité intérieure. Dans une économie ouverte, il faut donc prendre également en compte les importations et les exportations. Le compte de biens et services s'écrit alors : P + M = CI + CF + I + X Où M désigne les importations et X les exportations. Cette équation peut aussi s'écrire : P CI = (CF + I) + (X M) C'est-à-dire : VA = (CF + I) + (X M) Dans cette formule, (CF + I) représente la demande finale intérieure et (X M) la demande extérieure nette. Grâce à la liberté des échanges, certains pays peuvent donc avoir une valeur ajoutée supérieure à la demande finale intérieure, d'autres au contraire devront se contenter d'une valeur ajoutée inférieure à leur demande finale intérieure. La relation entre l'épargne et l'investissement On peut également introduire le rôle de l'épargne. Dans une économie ouverte, la valeur ajoutée génère des revenus qui peuvent également être distribués à l'extérieur du pays et, inversement, une part du revenu national peut provenir de l'étranger. On a donc : R = VA + T Francis Malherbe 1

2 Où T désigne le solde des transferts de revenu provenant du reste du monde. L'épargne nationale E est égale à : E = R CF = VA + T CF C'est-à-dire : E = I + (X + T M) C'est-à-dire que l'épargne est égale à la somme de l'investissement et du solde des transactions courantes de la balance des paiements. L'équation fondamentale de la théorie keynésienne n'est donc plus vérifiée. C'est extrêmement important car une croissance de l'investissement dans un pays va se traduire par une augmentation de l'épargne mondiale mais non plus nécessairement par une augmentation de l'épargne nationale. En effet, l'augmentation de l'investissement dans un pays peut tout aussi bien se traduire par une dégradation de sa balance courante des paiements. Le multiplicateur keynésien Dans une économie fermée, la logique du multiplicateur keynésien est que l'investissement détermine l'épargne. Si l'on suppose que seuls les ménages épargnent, l'épargne nationale est aussi l'épargne des ménages. L'investissement détermine alors l'épargne des ménages ainsi que, par suite, leur revenu et leur consommation. Dans une économie ouverte, ce n'est plus tout à fait vrai. L'investissement du pays peut se traduire par une épargne dans d'autres pays, il y a donc, en quelque sorte, une fuite dans le système. Mais, à l'inverse, un pays peut profiter de l'épargne des autres. Nous supposerons ici que la consommation finale est déterminée par une fonction de consommation de la forme CF=a.R M où le coefficient a désigne la propension à consommer. Nous suppsoerons également que les entreprises distribuent tout leur revenu aux ménages. Les équations : VA = (CF + I) + (X M) et R M = VA + T deviennent donc : Francis Malherbe 2

3 VA = a.(va + T) + I + (X M) Soit : On retrouve la formule du multiplicateur keynésien où l'excédent de la balance commerciale (X M) joue le même rôle que l'investissement. La concurrence entre pays joue donc ici un rôle fondamental. La formule ci-dessus montre, en effet, que la valeur ajoutée est d'autant plus forte que les exportations sont fortes et que les importations sont faibles. Or, les exportations sont d'autant plus fortes que le pays est concurrentiel sur les marchés extérieurs, les importations sont d'autant plus faibles que le pays est concurrentiel sur son marché intérieur. Autrement dit, les pays compétitifs sur le marché mondial sont aussi ceux qui tirent le meilleur parti du multiplicateur keynésien. Le rôle du taux d'épargne Un pays peut réduire ses importations en gagnant une plus grande part du marché intérieur, il peut aussi y parvenir en augmentant son taux d'épargne pour réduire sa demande intérieure. Pour le montrer, nous supposerons que les importations représentent une part constante de la demande intérieure si bien que l'on a l'équation suivante : M = m (C + I) Où m est compris entre 0 et 1. Le compte de : P = C + I + X M devient donc : P = (1 m)(c + I) + X Puisque nous avons R M = P + T et C = a.r M, cette équation devient : Francis Malherbe 3

4 Dans cette équation, le revenu des ménages est une fonction croissante de la propension à consommer a, c'est-à-dire une fonction décroissante du taux d'épargne des ménages. Accroître le taux d'épargne a donc, en économie ouverte comme en économie fermée, un effet dépressif sur l'activité. Cependant, il faut tenir compte du fait qu'en réduisant l'activité, on réduit aussi les importations et l'on peut arriver à un excédent de la balance courante des paiements. Or, cet excédent de la balance courante des paiements a aussi, à terme, un impact sur les revenus provenant du reste du monde et donc sur les revenus des ménages ainsi que, par suite, sur leur consommation et l'activité économique. En effet, la balance des paiements tenue du point de vue du pays se présente ainsi : Emplois Importations = Achats de Ressources Exportations = Ventes de Achat d'actifs Revenus nets provenant du reste du monde Ventes d'actifs Ce schéma montre que le solde de la balance courante des paiements est aussi égal à l'opposé du solde de la balance des capitaux. Autrement dit, un solde positif de la balance courante des paiements signifie que le pays acquiert des actifs à l'étranger. Dans la mesure où ces actifs sont rémunérés, il accroît aussi ses revenus provenant du reste du monde, ce qui accroît le revenu des ménages et stimule l'activité. Ainsi, en orientant son système de production vers les marchés extérieurs et en maintenant une balance courante des paiements excédentaire grâce à un taux d'épargne élevé, un pays peut très bien voir son activité devenir indépendante de l'investissement net. La compétition entre pays Cette politique qui pourra paraître vertueuse à beaucoup a cependant pour principal inconvénient de se faire aux dépens des autres pays. Francis Malherbe 4

5 En effet, sur l'ensemble du monde, la somme des soldes des balances courantes des paiements est strictement égale à zéro. Ainsi, si un pays parvient à dégager des excédents de la balance courante des paiements, c'est que d'autres ont des déficits. Les pays qui ont des déficits sont également ceux qui vendent des actifs, c'est-à-dire qui financent leurs dépenses courantes par des prélèvements sur leur patrimoine, autrement dit, ce sont des pays qui s'appauvrissent. Les revenus nets qu'ils tirent du reste du monde diminuent avec leur patrimoine, ce qui provoque la baisse du revenu des ménages et, par suite, de leur consommation, ce qui déprime l'activité. Ainsi, le modèle keynésien en économie ouverte montre que les pays sont en compétition pour maintenir leur activité et que cette compétition se joue à deux niveaux : compétition sur les marchés des pour gagner des parts du marché mondial ; compétition pour l'accumulation afin d'acquérir une part du patrimoine mondial de plus en plus importante. Le rôle de l'état Lorsqu'un pays se trouve en difficulté du fait de sa faible compétitivité sur les marchés mondiaux, il peut être tenté de maintenir son activité économique par des politiques dites de relance keynésienne. Les politiques de relance keynésienne Les politiques dites keynésiennes consistent à relancer l'activité par des déficits publics. Pour montrer leur impact en économie ouverte, nous pouvons reprendre le modèle précédent en supposant que les exportations sont déterminées par le marché mondial et que la demande intérieure, c'est-à-dire la consommation et l'investissement, est satisfaite à la fois par les entreprises nationales et les importations selon un ratio déterminé par la compétitivité du pays. Pour simplifier, nous pouvons supposer que les seules dépenses de l'état sont les salaires des fonctionnaires et ses seules recettes les impôts. Dans ce cas, si nous désignons par D le déficit public, le revenu des ménages est égal à : R = P + T + D Or : Francis Malherbe 5

6 P = (1 - m)(c + I) + X D'où : Nous constatons que le coefficient (1 m) qui représente la part de marché des entreprises nationales sur le marché intérieur réduit le coefficient multiplicateur en atténuant le rôle de l'investissement et celui de la propension à consommer. Là encore, l'augmentation de la production va de pair avec une augmentation des importations, c'est-à-dire avec une dégradation de la balance commerciale. Si l'on partait d'une situation équilibrée, on arriverait donc à un solde négatif, c'est-à-dire à un déficit qui devrait être financé par des apports de capitaux étrangers. À court terme, la question de la pertinence des politiques keynésiennes est très étroitement liée à l'ouverture du pays sur l'extérieur, c'est-à-dire à la valeur du coefficient m. Plus le pays est ouvert sur l'extérieur, plus le coefficient m est grand et plus l'effet multiplicateur est faible. Elle est également étroitement liée à la question de la dette publique comme l'est toute politique de relance keynésienne par les déficits publics. À plus long terme, si elles se prolongent, les politiques keynésiennes ont des effets négatifs sur l'activité. En effet, puisqu'elles accroissent les importations, elles dégradent le solde de la balance courante des paiements et se traduisent par une baisse du patrimoine national, ce qui réduit les revenus nets tirés du reste du monde et, par suite, le revenu des ménages et leur consommation. Ainsi, en économie ouverte, une politique de relance keynésienne par des déficits publics se traduit, dans un premier temps, par une relance de l'activité d'autant plus faible que le pays est ouvert sur l'extérieur, elle se paie dans un second temps par un affaiblissement du pays consécutif à la baisse de son patrimoine, ce qui se traduit durablement par des revenus plus faibles et donc par une baisse de la consommation qui déprime l'activité. Francis Malherbe 6

7 Politique monétaire en économie ouverte Une réponse classique au manque de compétitivité d'un pays est une dévaluation ou une dépréciation de sa monnaie puisque celles-ci ont pour conséquence une baisse des prix nationaux par rapport à ceux des autres pays. Dans un pays où le cours de la monnaie est déterminé par les marchés, sa dépréciation peut être obtenue par une politique monétaire expansionniste. Lorsque les banques émettent de la monnaie en achetant des titres, elles ont tendance à faire monter leurs cours, ce qui fait baisser leur rendement. Lorsque les capitaux peuvent circuler librement d'un pays à l'autre, le marché devient mondial, si bien que le rendement des titres doit être le même dans tous les pays. Par conséquent, une politique monétaire expansionniste ne peut plus avoir d'effet favorable sur l'investissement puisqu'elle ne peut pas se traduire par une baisse des taux d'intérêt. Cela ne signifie pas pour autant qu'elle soit sans impact sur l'économie. En effet, en l'absence d'émissions de titres par les entreprises, la valeur des titres nationaux restera inchangée puisque leur cours est fixé par le marché international. Mais les agents économiques nationaux auront vu la monnaie qu'ils détiennent s'accroître et ils voudront rééquilibrer leur bilan par des achats de titres. Comme la valeur des titres nationaux est fixée, cela ne sera possible que par des achats de titres étrangers. Par exemple, si les agents économiques nationaux veulent détenir 40% de leur patrimoine sous forme de monnaie et 60% sous forme de titres, une augmentation de 100 de la masse monétaire se traduira par une demande de 60/40 100=150 en titres étrangers. Ces achats de titres étrangers se traduiront par des sorties de devises. Sorties de devises Importations = Achats de Entrées de devises Exportations = Ventes de Achats de titres Revenus nets provenant du reste du monde Ventes de titres Sode = sorties de devises Francis Malherbe 7

8 Ces sorties de devises auront tendance à déprécier la monnaie nationale, ce qui favorisera les exportations en faisant baisser leur prix sur le marché mondial et défavorisera les importations en faisant monter leur prix sur le marché intérieur. Mais les sorties nettes de devises ne peuvent être durables car leurs stocks sont limités. Le marché va donc fixer un taux de change qui équilibrera les entrées et les sorties de devises. Puisque la balance des paiements doit être équilibrée, les achats de titres à l'étranger vont alors être compensés par une hausse des exportations et une baisse des importations. Sorties de devises Entrées de devises Importations = Achats de Exportations = Ventes de Achats de titres Revenus nets provenant du reste du monde Ventes de titres Ainsi, une politique monétaire expansionniste en économie ouverte où les capitaux circulent librement ne favorise pas l'investissement mais uniquement la balance commerciale. Elle a donc un effet positif sur l'activité économique qui se fait au détriment des autres pays. Elle se traduit aussi par de l'inflation du fait de la hausse du prix des importations consécutive à la dépréciation de la monnaie. Si l'état contrôle la banque centrale, il peut parvenir à un excédent de la balance commerciale en lui demandant d'accumuler des devises. Dans ce cas, la banque centrale accroît la demande de devises, ce qui tend à faire monter leur cours, autrement dit à déprécier la monnaie nationale, et donc à faire monter le prix des importations sur le marché intérieur et baisser celui des exportations sur le marché mondial. Francis Malherbe 8

9 Sorties de devises Entrées de devises Importations = Achats de Exportations = Ventes de Achats privés de titres Achats de devises par la banque centrale Revenus nets provenant du reste du monde Ventes de titres Cette politique est encore plus efficace lorsque l'état contrôle un fonds d'investissement public (un fonds souverain). Dans ce cas, en effet, la banque centrale n'est pas condamnée à accumuler indéfiniment des devises qui ne lui rapportent rien, elle peut les utiliser pour acheter, par l'intermédiaire du fonds d'investissement public, des titres étrangers qui vont lui rapporter des revenus et permettre la prise de contrôle d'entreprises étrangères. Sorties de devises Entrées de devises Importations = Achats de Exportations = Achats privés de titres Achats publics de titres Achats de devises par la banque centrale Ventes de Revenus nets provenant du reste du monde Ventes de titres Cette politique est la plus efficace car elle permet tout à la fois d'assurer le plein emploi et d'acquérir une part de plus en plus importante du patrimoine mondial. C'est aussi la politique la plus agressive car elle se fait aux dépens des autres pays. Le contrôle des capitaux Lorsqu'il se trouve confronté à des politiques économiques agressives menées par des États étrangers, un pays peut décider d'entrer dans la compétition en utilisant les mêmes moyens que ses concurrents. Il peut aussi considérer que ces politiques n'ont pas Francis Malherbe 9

10 d'effet global positif et qu'il est donc préférable de se protéger sans agresser les autres. Il peut, pour cela, opter pour un contrôle des capitaux. Supposons que le contrôle des mouvements de capitaux permette d'équilibrer les entrées et les sorties de capitaux, c'est-à-dire les ventes et les achats de titres. Dans ces conditions, un excédent ou un déficit de la balance courante des paiements ne sont possibles que par des entrées ou des sorties de devises. Sorties de devises Importations = Achats de Achat de titres Entrées de devises Exportations = Ventes de Revenus nets provenant du reste du monde Ventes de titres Solde = sorties de devises En l'absence de contrôle des changes, c'est-à-dire en régime de change flottant, le marché détermine le taux de change de la monnaie nationale de telle manière qu'il équilibre les entrées et les sorties de devises. Lorsque les mouvements de capitaux sont équilibrés, l'équilibre du marché des devises assure en même temps l'équilibre de la balance courante des paiements : Sorties de devises Importations = Achats de Achat de titres Entrées de devises Exportations = Ventes de Revenus nets provenant du reste du monde Ventes de titres Francis Malherbe 10

11 Nous avons vu que, dans une économie ouverte, l'épargne est égale à la somme de l'investissement et du solde de la balance courante des paiements : E = I + (X + T M) Lorsque le solde de la balance courante des paiements est nul, alors on retrouve l'équation keynésienne fondamentale : Epargne = investissement Ainsi, en régime de changes flottants et lorsque les mouvements de capitaux s'annulent, la balance courante des paiements d'un pays est toujours équilibrée. La conséquence en est que, dans ces circonstances, le modèle keynésien retrouve toute sa validité. La théorie de l'avantage comparatif La théorie keynésienne ne permet cependant pas de comprendre à elle seule tous les problèmes d'une économie ouverte sur l'extérieur. La théorie de l'avantage comparatif présentée par l'économiste David Ricardo en 1817 est encore aujourd'hui largement dominante dans les milieux économiques. Elle vise à démontrer que le libre-échange permet une spécialisation des pays dans les activités où ils disposent d'un avantage comparatif et que cette spécialisation est bénéfique à tous les pays, y compris les moins compétitifs. La théorie de l'avantage comparatif a été développée pour démontrer les avantages du libre-échange. Aujourd'hui, avec la mondialisation et la grande diversité des produits, il est impossible pour un pays de vivre en autarcie, quelle que soit sa taille. De plus, des traités internationaux comme le GATT visent à favoriser le libreéchange. La question aujourd'hui n'est donc plus vraiment de savoir si le libre-échange est bénéfique ou non mais plutôt de chercher à comprendre quelles sont ses conséquences sur les pays. Une économie de libre-échange sans mouvements des capitaux ni de main-d'œuvre Cette situation correspond à celle étudiée par Ricardo. Dans ce cas, Ricardo montre qu'une économie va se spécialiser dans les activités où elle présente des avantages relatifs en termes de coût. Il est cependant utile de reformuler la théorie ricardienne en disant que si le libre-échange est généralisé, c'est le marché mondial qui impose la structure des prix relatifs de l'ensemble des produits, c'est-à-dire que le rapport entre les prix de deux produits donnés sera le même pour tous les pays. Francis Malherbe 11

12 En effet, si dans un pays un produit est relativement cher par rapport au niveau mondial, il sera avantageux de l'importer en contrepartie de l'exportation d'autres produits de telle sorte que la concurrence ramènera les prix relatifs au niveau mondial. Inversement, si un produit est relativement moins cher dans un pays, il sera profitable de l'exporter en contrepartie de l'importation d'autres produits. Puisque le marché mondial fixe la structure des prix relatifs aussi bien pour les produits finals que pour les produits intermédiaires, il fixe aussi la structure des valeurs ajoutées. Lorsqu'il existe différents niveaux de qualification de la main-d'œuvre, la structure des valeurs ajoutées impose aussi la structure des salaires relatifs des différentes catégories de salariés. En effet, il est possible, notamment grâce à la sous-traitance, de fragmenter les processus de production de manière à spécialiser les entreprises dans un type particulier de main-d'œuvre. Si, dans un pays, la main-d'œuvre peu qualifiée est relativement chère par rapport au marché mondial, alors les prix des produits réalisés par des entreprises utilisant principalement de la maind'œuvre peu qualifiée seront également relativement chers et il sera plus avantageux de les importer. Les salariés peu qualifiés seront alors condamnés au chômage. Ainsi, en l'absence de mouvements des capitaux et de la maind'œuvre, le marché mondial impose non seulement la structure des prix relatifs mais aussi celle des salaires relatifs. Une économie de libre-échange sans mouvements de capitaux mais avec libre circulation de la main-d'œuvre Lorsque les salariés peuvent circuler librement d'un pays à l'autre, ce ne sont plus seulement les salaires relatifs des différentes qualifications qui sont fixés par le marché mondial, mais les salaires absolus, c'est-à-dire les salaires exprimés en une unité monétaire mondiale. Il est important de souligner qu'il n'est pas nécessaire que toutes les catégories de salariés puissent circuler librement d'un pays à l'autre, il suffit que l'une d'entre elles ait cette possibilité pour que le marché mondial impose un niveau absolu de salaire à chaque catégorie. En effet, si une catégorie de salariés bénéficie de la liberté de circulation, son salaire sera fixé en niveau par le marché mondial, comme le marché mondial impose dans tous les cas la structure des salaires relatifs, alors ce sont les salaires de toutes les catégories de salariés qui seront déterminés en niveau absolu par le marché mondial. Francis Malherbe 12

13 Par exemple, supposons que les salariés très qualifiés puissent circuler librement et que le marché mondial fixe leur salaire exprimé en unité monétaire mondiale à 200. Supposons également que le marché mondial impose que les salariés peu qualifiés aient un salaire égal à la moitié de celui des salariés très qualifiés, alors le salaire des salariés peu qualifiés sera nécessairement égal en niveau absolu à 100. Ce résultat est extrêmement important car, dans la réalité, il existe toujours au moins une catégorie de salariés bénéficiant de la libre circulation. Les salariés très qualifiés sont généralement très mobiles, ils parlent la langue internationale et, avec la mondialisation, ils retrouvent dans tous les pays des modes de consommation et des cultures proches des leurs. Or, s'il est théoriquement possible de contrôler l'immigration, il est dans un pays démocratique impossible de s'opposer au départ des salariés les plus qualifiés. Comme, par ailleurs, ils sont partout les bienvenus du fait de leur rareté relative, les salariés très qualifiés constituent une main-d'œuvre mobile qui permet au marché mondial d'imposer à toutes les catégories de salariés le niveau de leur salaire réel. Une économie de libre-échange avec libre circulation de la main-d'œuvre et des capitaux Lorsque les capitaux peuvent circuler librement, leur rémunération tend aussi à s'aligner sur le niveau mondial. Ainsi, lorsque la maind'œuvre et les capitaux peuvent circuler librement d'un pays à l'autre, ce sont les rémunérations du travail et du capital qui sont fixées par le marché mondial. Un pays qui voudrait maintenir la rémunération du capital à un niveau inférieur à celui fixé par le marché mondial ne pourrait plus financer ses investissements, un pays qui voudrait maintenir la rémunération d'une certaine catégorie de salariés au-dessus du niveau mondial la condamnerait au chômage. Le secteur protégé Toutes les activités économiques ne sont cependant pas exposées à la concurrence internationale, c'est le cas notamment des services publics et de la plupart des services aux ménages. Ces activités sont dénommées "présentielles", car elles sont liées à la présence de population. Il est important d'étudier comment l'existence de ce secteur protégé modifie les règles imposées par le marché international. Pour cela, nous devons distinguer différents cas. Francis Malherbe 13

14 Une économie de libre-échange sans mouvements de capitaux ni de main-d'œuvre Dans cette situation, le marché mondial a tendance à fixer les salaires relatifs. Supposons qu'un pays veuille garantir aux salariés peu qualifiés un salaire relatif supérieur à celui que détermine le marché mondial. Dans ce cas, les salariés peu qualifiés ne pourront pas travailler dans des activités exposées à la concurrence mondiale et ils ne pourront trouver des emplois que dans le secteur protégé. Cette situation n'est pas sans conséquence sur les salariés très qualifiés du secteur exposé à la concurrence internationale. En effet, comme ils consomment aussi les produits du secteur protégé et que ces produits sont relativement chers par rapport au marché mondial, leur pouvoir d'achat en termes réels est inférieur à ce qu'il aurait été si tous les secteurs avaient été exposés à la concurrence internationale. Une économie de libre-échange sans mouvements de capitaux mais avec libre circulation de la main-d'œuvre Dans cette situation, c'est non plus le salaire relatif mais le pouvoir d'achat réel des salariés qui est fixé par le marché. En effet, les salariés dont le pouvoir d'achat est inférieur au niveau déterminé par le marché mondial seront tentés de quitter leur pays. Inversement, ceux dont le pouvoir d'achat réel est supérieur au niveau déterminé par le marché mondial se verront concurrencés par des salariés venant du monde entier. Le pouvoir d'achat réel des salariés est déterminé non seulement par leur salaires mais aussi par trois éléments : les impôts qu'ils payent ; les services publics gratuits dont ils bénéficient ; le coût des services protégés qu'ils consomment. L'efficacité des services publics joue ici un rôle important. Comme ils pèsent sur le pouvoir d'achat des salariés du fait des impôts qui servent à les financer, ils doivent être compétitifs en termes de rapport qualité/coût par rapport aux services publics des autres pays. Les autres services du secteur protégé doivent également être compétitifs car ils interviennent aussi dans la détermination du pouvoir d'achat réel des salariés du secteur exposé à la concurrence internationale. Dans une économie sans mouvements de capitaux où les salariés peuvent circuler librement, le seul moyen de maintenir le pouvoir Francis Malherbe 14

15 d'achat réel des salariés au-dessus du niveau mondial est d'imposer une répartition de la valeur ajoutée plus favorable aux salariés, c'està-dire de faire baisser le coût du capital en-dessous du niveau mondial. Une économie de libre-échange avec libre circulation de la main-d'œuvre et des capitaux Lorsque les capitaux circulent librement, leur rémunération s'impose à tous les pays et il n'est donc plus possible de compenser des salaires élevés par une moindre rémunération du capital. Les salaires sont alors déterminés par leur seule productivité. Auteur : Francis Malherbe Francis Malherbe 15

Théorie keynésienne : la spéculation financière

Théorie keynésienne : la spéculation financière Théorie keynésienne : la spéculation financière Les plus-values Les plus-values jouent un rôle fondamental dans la théorie keynésienne. En effet, c'est l'existence de plus ou moins values potentielles

Plus en détail

Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite)

Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite) Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la Décision 2ème année de DEUG MASS Macroéconomie, Cours de C. Hurlin Année 2001/2002 Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite) Sujet 1 - Exercice 1 : Les tableaux

Plus en détail

L'entreprise et la conjoncture économique générale

L'entreprise et la conjoncture économique générale L'entreprise et la conjoncture économique générale PF Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - La conjoncture économique 9 A. Définir la conjoncture économique...9 II - Les incidences de la politique

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 11 1 Macroéconomie : fin

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France La monnaie Offre et demande de monnaie Financement de l économie La monnaie 1. La masse monétaire: mesure 2. La création monétaire o le multiplicateur monétaire 3. Le rôle de la monnaie sur l économie

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit Rappels de macro-économie La monnaie et le crédit Les différents types de monnaie La monnaie fiduciaire : pièces et billets : M1 La monnaie scripturale : avoirs bancaires M2 La masse monétaire : M = M1

Plus en détail

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Dans la section précédente, nous avons généralisé notre discussion de l'influence de divers facteurs sur le comportement des taux

Plus en détail

Le modèle IS-LM en économie fermée

Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Modèle IS-LM : interaction entre le secteur réel et le secteur financier 2 courbes équilibre sur le marché des biens et services (IS)

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie : un potentiel d expansion?

Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie : un potentiel d expansion? RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 1 - N 74 Inna MUFTEEVA, +33 1 5 55 52 4, inna.mufteeva@natixis.com Ilya LAZAREV, +33 1 5 55 2 2, ilya.lazarev@natixis.com Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie

Plus en détail

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE sensibiliser Citer de situations où la ressource est rare, les contraintes possibles :! Un espace limité pour ranger ses vêtements, un temps restreint dans la journée pour faire

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES Numéro 2 2005 SYSTEMES DE FINANCEMEMENT DE LA SANTE: COMMENT REDUIRE LES DEPENSES CATASTROPHIQUES Chaque année, plus de 150 millions de personnes dans 44 millions de ménages doivent faire face à des dépenses

Plus en détail

Monnaie, taux d intérêt et taux de change

Monnaie, taux d intérêt et taux de change Monnaie, taux d intérêt et taux de change Le taux de change dépend de deux facteurs: - l intérêt des dépôts en devises - le taux de change futur anticipé Pour comprendre comment sont déterminés les taux

Plus en détail

1. Théorie classique de l échange international

1. Théorie classique de l échange international DEUXIEME PARTIE : 1. Théorie classique de l échange international LES FONDEMENTS THEORIQUES DE l INTEGRATION ECONOMIQUE La théorie (néo)-classique de l échange international trouve ses fondements dans

Plus en détail

Croissance, fluctuations et crises

Croissance, fluctuations et crises Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? FICHE 2 LA PRODUCTIVITE La productivité fait partie des mécanismes les plus importants de l économie. Produire

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

CHAPITRE I LE CADRE COMPTABLE D'UNE ECONOMIE OUVERTE

CHAPITRE I LE CADRE COMPTABLE D'UNE ECONOMIE OUVERTE CHAPITRE I LE CADRE COPTABLE D'UNE ECONOIE OUVERTE Le cadre comptable d'une économie ouverte comporte trois composantes : -la balance des paiements qui enregistre les opérations d'une économie avec le

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Épargne, investissement et système financier

Épargne, investissement et système financier Thème 3 Épargne, investissement et système financier Questions Vrai ou Faux 1. Dans une économie fermée, l épargne est ce qui subsiste une fois déduites (des revenus) les dépenses de consommation et les

Plus en détail

Les permis d'émission de carbone

Les permis d'émission de carbone Les permis d'émission de carbone Présentation Le protocole de Kyoto de 1997 a fixé aux pays développés des objectifs de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre, notamment de gaz carbonique.

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

MACROÉCONOMIE. Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie

MACROÉCONOMIE. Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie MACROÉCONOMIE Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie 1. (Juin 2001) Un individu à 30 ans de l âge de la retraite sait, avec certitude, qu il lui reste 50 ans à vivre.

Plus en détail

La stagnation japonaise

La stagnation japonaise La stagnation japonaise La chute des prix n en est que le symptôme 28 février 2011 Compte tenu des dernières augmentations des prix des matières premières, les investisseurs peuvent se poser des questions

Plus en détail

APRES NETFLIX. Sensibilité des obligations de production de la télévision à la pénétration de la SVOD. Arthur Kanengieser

APRES NETFLIX. Sensibilité des obligations de production de la télévision à la pénétration de la SVOD. Arthur Kanengieser APRES NETFLIX Sensibilité des obligations de production de la télévision à la pénétration de la SVOD Résumé de l étude Arthur Kanengieser Sous la direction d Olivier Bomsel 1 er septembre 2014 Chaire ParisTech

Plus en détail

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner abcdefg Conférence de presse Zurich, le 15 décembre 2005 Remarques introductives de Niklaus Blattner Il est incontestable que la concurrence est devenue nettement plus vive, dans la période récente, sur

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 Etude effectuée pour le compte de l'observatoire de l'epargne Européenne SEPTEMBRE 2000 André Babeau Mathilde Lainé Niamh Mc Cabe - 2 - LES

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE CHAPITRE 4 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE 4.1 Introduction : Le taux de change est le prix de la monnaie nationale contre une devise étrangère, ce prix peut être fixé par les autorités monétaire dans

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi I. Chômage et marché du travail 1/ le schéma standard Economie découverte. Plan thème 2. L emploi - Définitions et graphiques : offre et demande de travail ; prix ou coût du travail. - Déterminants de

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION 1 / 12 Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION Édition du 01/01/2016 SOMMAIRE I. DESCRIPTION... 2 II. GESTIONNAIRE DES FONDS DE PLACEMENT INTERNES... 2 III. CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Chapitre 3. Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes

Chapitre 3. Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes Transitoire pour les jeunes, le logement social constitue souvent la première étape d'un itinéraire

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Note de discussion Date 26 mai 2011 La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Serge Gaillard, Chef

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

Revenu disponible par unité de consommation de l ensemble des ménages en 1999 (hors revenu du patrimoine) en euros

Revenu disponible par unité de consommation de l ensemble des ménages en 1999 (hors revenu du patrimoine) en euros Nom Revenu disponible par unité de consommation de l ensemble des ménages en 1999 (hors revenu du patrimoine) en euros Décile «pointés» Valeur du décile Décile moyen Moyenne D1 7 194 1 er décile 5 625

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n 105 - avril 2015 Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Depuis trois décennies, les marchés financiers connaissent une montée en

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Les fondements des échanges internationaux

Les fondements des échanges internationaux Les fondements des échanges internationaux Fiche 1 Objectif Comprendre les fondements théoriques des échanges internationaux Prérequis Croissance économique, importations, exportations, facteurs de production

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Sommaire L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL, Frédéric GONAND et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL, Frédéric GONAND et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 19 avril 2011 portant décision sur la proposition de GRTgaz d expérimentation d un mécanisme de couplage de marchés sur son réseau

Plus en détail

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada.

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada. Éric Pineault Sociologue, département de sociologie, UQÀM, Directeur de recherche à la Chaire de recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie. (2011) Une baisse d impôt pour des milliards

Plus en détail

RÉPARTITION DES SIFIM

RÉPARTITION DES SIFIM Distr. GÉNÉRALE CES/AC.68/2000/9 8 février 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS ORGANISATION DE COOPÉRATION

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions CTE 001M C.P. P.L. 37 Gaz naturel dans le schiste Mémoire présenté à la Commission des

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED AC/W/3 12 septembre 19^3 Distribution limitée Comité d'action Original: 'français DECLARATION DE MONSIEUR MOHAMED EL MEMMI, REPRESENTANT

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

119 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 13-15.10.2008

119 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 13-15.10.2008 119 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 13-15.10.2008 Assemblée A/119/2-P.3 Point 2 11 octobre 2008 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT D'URGENCE

Plus en détail

Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org

Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org SALARIES DU PRIVE Aujourd hui Réforme Fillon Commentaires DUREE DE COTISATION 40 années de cotisations

Plus en détail

patrimonial 3. Qui dit patrimonial dit consommation possible dans le futur, c est-à-dire possibilité de transformation en emploi...

patrimonial 3. Qui dit patrimonial dit consommation possible dans le futur, c est-à-dire possibilité de transformation en emploi... ÉTAPE 11 LA DÉTERMINATION DU RÉSULTAT D EXPLOITATION AVANT IMPÔTS DANS L ENTREPRISE DE NÉGOCE 31 Fournitures 34 Marchandises 601 Achats de fournitures 604 Achats de marchandises 6091 Variation du stock

Plus en détail

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 Niveau : 1 ère ES. Proposé par Thomas Blanchet, Ecole des Pupilles de l Air, 38332 SAINT ISMIER. Juillet 2005 Blanchet.Thomas@wanadoo.fr INDICATIONS. Objectifs.

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante?

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Introduction : Les chômeurs se sont les personnes qui n ont pas d emploi et qui en recherchent un. Nous avons vu que

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

L ENREGISTREMENT DANS LA COMPTABILITÉ NATIONALE DES PERMIS D ÉMISSION DÉLIVRÉS AU TITRE DE DISPOSITIFS DE PLAFONNEMENT ET D ÉCHANGE

L ENREGISTREMENT DANS LA COMPTABILITÉ NATIONALE DES PERMIS D ÉMISSION DÉLIVRÉS AU TITRE DE DISPOSITIFS DE PLAFONNEMENT ET D ÉCHANGE Numéro 32/33 Mars 2012 L ENREGISTREMENT DANS LA COMPTABILITÉ NATIONALE DES PERMIS D ÉMISSION DÉLIVRÉS AU TITRE DE DISPOSITIFS DE PLAFONNEMENT ET D ÉCHANGE Mise à jour de, numéro 30/31 (février 2011) L

Plus en détail

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 19 avril 2010 N 1 LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE Le Centre Sud a publié un rapport qui analyse les faiblesses et les

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre.

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Nous sommes honorés de la tenue de cette rencontre présidée par M. le Premier Ministre et qui dénote l importance

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE février 1 N 1 Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois L a choisi : - depuis -9, de mettre en place une forte baisse du coût salarial unitaire,

Plus en détail

Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat

Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat Plan Champ couvert par le TOFE Les entités du TOFE Les opérations du TOFE Mode d'enregistrement des données Classification des opérations dans

Plus en détail

Chapitre 7: La croissance économique (I)

Chapitre 7: La croissance économique (I) Chapitre 7: La croissance économique (I) Nous ne considérons plus un modèle statique - les quantités de ressources croissent: les entreprises investissent et du capital productif s accumule. Qu est-ce

Plus en détail

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 U IO EUROPÉE E LE PARLEME T EUROPÉE LE CO SEIL Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME TS

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail