Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989?"

Transcription

1 Conférence de la Chaire Géopolitique du 10 avril 2012 Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989? Jérôme Heurtaux La conférence de la Chaire Géopolitique du mardi 10 avril 2012 était assurée par Jérôme Heurtaux, maître de conférences en Sciences Politiques à Dauphine. Pour cette deuxième conférence de l année consacrée au «printemps arabe», Jérôme Heurtaux a choisi d évoquer la possibilité d une comparaison des événements de 2011 dans les pays arabes aux changements de régime amorcés en 1989 en Europe de l Est. Spécialiste de l Europe centrale, il mène actuellement des travaux de recherche dans les pays arabes, en particulier en Tunisie, dont il a exposé les premiers résultats. Ce questionnement autour d une comparaison entre 1989 et 2011 est né suite à deux «micro-événements» qui rapprochent symboliquement l effondrement des régimes communistes à l effondrement des régimes autoritaires dans le monde arabe : - La sortie en mai 2011 d un ouvrage intitulé Le 89 arabe, dialogue entre le journaliste Edwy Plenel et l historien Benjamin Stora, qui compare les révolutions arabes à la révolution française de 1789 et aux événements de 1989 dans les PECO (pays d Europe centrale et orientale). - La venue à Tunis en avril 2011 de Lech Walesa, ancien leader du syndicat Solidarnosc et symbole du changement de régime en Pologne, qui a affirmé son soutien à la révolution tunisienne et a offert son expérience au processus démocratique. Ce rapprochement alimente une logique d identité entre ces deux moments de l Histoire que sont 1989 et 2011, incitant ainsi à une comparaison. Les raisons qui justifient cette comparaison sont compréhensibles, car il existe de nombreux points communs entre les événements de 1989 et ceux de Leur caractère imprévisible d abord, ainsi que l ampleur des événements qui ont touchés plusieurs pays d une même «aire politicoculturelle». C est aussi la rapidité des effondrements de régime et leur issue (le passage possible à la démocratie) qui apparaissent comme points de comparaison possibles. D autres raisons plus subjectives peuvent justifier cette comparaison, qui répond à une demande forte d interprétation face à ce qui se déroule actuellement dans le monde arabe. Comme pour d autres crises politiques, il apparait nécessaire de donner un sens aux événements en les situant à la fois dans le temps (inscription dans un temps plus long) et dans l espace (rapprochement avec des phénomènes d autres zones géographiques) pour les universaliser et les dé-singulariser. Ainsi, il y aurait un fil rouge entre les révolutions de 1

2 1789, 1848 et Ces rapprochements répondent cependant d avantage à un impératif politique qu à un véritable enjeu scientifique. Jérôme Heurtaux souhaite donc s interroger sur la pertinence de comparer d une part l effondrement des régimes communistes en Europe de l Est, et d autre part l effondrement des régimes autoritaires dans les pays arabes. Comment comparer en toute rigueur ces deux phénomènes historiques différents? Pour répondre à cette question, Jérôme Heurtaux a choisi de développer trois points : les limites et les biais de toute comparaison, puis une proposition de méthode de comparaison entre les révolutions arabes et le cas est-européen, et enfin une illustration de cette méthode à partir de ses travaux sur les élites tunisiennes. Les limites d une approche comparative Deux types principaux de comparaison peuvent être identifiés : la comparaison implicite (ou non revendiquée), et la comparaison explicite (ou revendiquée). Dans les sciences sociales, il est désormais assez courant de rejeter la démarche comparative : examiner plusieurs cas pour en tirer des généralisations est une méthode qui est de plus en plus délaissée, au profit de l examen d un seul cas, mais de façon plus approfondie. Toutefois, il n est pas possible d échapper totalement à la comparaison et un mode de comparaison implicite est souvent adopté, même inconsciemment : nous gardons toujours notre propre modèle en tête lorsque nous étudions un pays étranger. De même, lorsque l on étudie les pays arabes, il subsiste toujours une comparaison implicite de ces pays aux démocraties occidentales. L usage de certaines notions traduit également l existence d une comparaison non contrôlée. Ainsi, l application du concept, non scientifique, de «révolution» au «printemps arabe» rapproche implicitement ces événements d autres événements du passé tels que la révolution française de Revenant sur la comparaison faite entre les changements de régime dans les pays arabes et d'autres phénomènes passés, Jérôme Heurtaux a souligné qu à l inverse, rares étaient les comparaisons avec d autres événements ayant touché la région, notamment la révolution iranienne de 1979, le changement de régime en Algérie entre 1988 et 1991 ou plus récemment les manifestations au Liban en Il a également mis en avant le fait que les révolutions arabes n étaient souvent comparées qu à d autres révolutions considérées comme «réussies», c est-à-dire dont l issue a été le passage à la démocratie. L hypothèse sous-jacente est alors faite que l aboutissement des mouvements arabes sera nécessairement similaire, si le modèle des révolutions passées est suivi. D un point de vue macro-sociologique, trois éléments font obstacle à la comparaison entre les deux séries d événements qui ont marqué l Europe de l Est en 1989 et le monde arabe en 2011 : 2

3 - En 1989, les PECO ont dû faire face à une «triple transition» que Claus OFFE qualifie de politique et institutionnelle (passage à un régime démocratique), nationale (recouvrement des souverainetés nationales), et enfin économique (passage d une économie administrée à une économie libérale). Ces deux derniers aspects ne sont pas aussi présents dans les mouvements des pays arabes puisque, si, notamment, des réformes économiques sont bien mises en place dans les pays concernés, il n y a pas de transformation radicale des systèmes économiques. - Une deuxième différence tient au fait qu en 1989, tous les pays d une même zone géographique se sont effondrés simultanément, à la fois de façon indépendante (chaque pays suivant des logiques nationales propres) et interdépendante (les changements au sein d un pays affectant les autres pays, comme ce fut le cas pour la RDA et la Tchécoslovaquie). Dans les pays arabes, la situation est autre : seules la Tunisie et l Egypte ont connu une transformation affirmée de régime, alors que d autres pays de la même zone n ont connu aucun frémissement (Emirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Qatar), des soulèvements irréguliers et/ou maîtrisés (Algérie, Maroc, Jordanie), voire réprimés (Bahrein, Syrie). - Enfin, il reste difficile de prévoir l issue des mouvements à l œuvre dans les pays arabes, notamment en Syrie ou en Libye. Face aux constats de démocratisation, il convient de conserver une certaine prudence. En Tunisie, la défiance de la population envers ses représentants reste très importante, comme en témoigne le faible taux d inscription sur les listes électorales pour les élections constituantes de la fin de l année De même, la multiplication de mouvements sociaux témoigne du manque de confiance face aux réformes socio-économiques engagées qui ne répondent pas aux attentes de la population. Enfin, la persistance de formes de violences policières à l encontre des manifestants rend difficile l établissement d un diagnostic définitif quant à la nature démocratique du nouveau régime tunisien. Plus largement, il est difficile de comparer deux situations à des moments différents de leur déroulement : un processus achevé en Europe de l Est, contre un processus en cours dans les pays arabes. Proposition d une méthode pour penser les révolutions arabes à partir du cas esteuropéen Dans une seconde partie de sa présentation, Jérôme Heurtaux a proposé les éléments d une méthode permettant de rapprocher les événements de 1989 et ceux de L approche choisie par Jérôme Heurtaux consiste à comparer les deux situations en procédant à l étude d un seul cas de façon approfondie, à savoir le cas tunisien, à partir de sa connaissance du cas est-européen. Deux aspects des événements de 2011 pourraient ainsi être étudiés au regard des transitions de 1989 : leur caractère imprévisible et leur qualification. 3

4 S agissant du premier aspect, Jérôme Heurtaux a d abord mis en avant le paradoxe selon lequel la plupart des commentateurs ont cherché à expliquer les événements a posteriori, alors même qu ils insistaient sur leur caractère imprévisible. Plusieurs facteurs ont ainsi été avancés pour expliquer après coup les révolutions arabes (facteurs démographiques, insatisfactions sociales, résistances aux formes de corruption ). Ces facteurs, connus avant que les mouvements n éclatent, n avaient cependant pas permis de prévoir de tels changements dans les pays arabes. S agissant des PECO, c est également le caractère imprévisible qui a dans un premier temps été mis en avant, avant que ne soient avancés des facteurs causaux capables d expliquer a posteriori les événements. Un autre aspect, qui échappe à l analyse causale, est celui de la dynamique de l événement lui-même et de son caractère contingent. En Pologne par exemple, le processus n avait pas été anticipé et beaucoup de choses se sont décidées au fur et à mesure. A partir du cas est-européen, on peut donc envisager les révolutions arabes en prenant en compte à la fois des facteurs explicatifs politiques et économiques, et les processus contingents. Les événements de 1989 peuvent également aider à réfléchir à la qualification à donner à ceux de Le terme de «révolution» s est assez vite imposé chez les hommes politiques et les commentateurs pour désigner les changements de régime dans les pays arabes, en raison notamment de la puissance évocatrice du mot. Cependant, la définition du terme «révolution» n est pas claire et le mot reste polysémique. Pour Charles Tilly par exemple, il faut distinguer les «situations révolutionnaires» de «l issue révolutionnaire», c est-à-dire la transformation profonde et irréversible, qui n intervient pas toujours à la suite de «situations révolutionnaires». L expérience est-européenne a apporté des éléments supplémentaires de définition de cette notion. Timothy Garton Ash a par exemple proposé la notion de «réfolution» pour qualifier les changements de régimes en Europe de l Est. Il est intéressant de constater que l utilisation du mot «révolution», appliqué à la situation est-européenne, a progressivement diminué, traduisant la perte de la force symbolique du qualificatif. Ainsi, en 2009, lors du 20 ème anniversaire de la chute des régimes communistes à l Est, le terme de révolution n a presque pas été repris. Cette utilisation différenciée de la notion de révolution pour les événements de 1989 conduit à conseiller un usage prudent pour qualifier les mouvements dans les pays arabes. Les élites tunisiennes : comparaison entre 2011 et 1789 Après ces éléments généraux de comparaison entre l Europe de l Est et le monde arabe, Jérôme Heurtaux a présenté les premiers résultats de ses travaux en cours sur un aspect plus spécifique des «révolutions arabes», à savoir la question des élites. Ces résultats ne sont pas définitifs mais constituent les premières bases d une réflexion. Trois questionnements principaux guident les recherches de Jérôme Heurtaux sur les élites tunisiennes, effectuées au regard des changements de régime de 1989 : la contribution des élites au changement, la gestion publique des élites et enfin leurs trajectoires. 4

5 En 1989, le rôle des élites s est matérialisé lors des tables rondes, modalité de transition qui s est imposée dans la plupart des pays d Europe de l Est. Selon les pays, ces tables rondes ont réuni à différents moments du processus (initiative du changement ou fermeture du processus) à la fois les élites modérées du pouvoir et les élites de l opposition, créant ainsi un «pacte entre élites». En Tunisie, la situation est en apparence différente : l accent a plutôt été mis sur le rôle des mouvements populaires («la rue»), sans participation revendiquée des élites. Mais en s appuyant sur l expérience est-européenne, la participation des élites peut être envisagée sous un autre angle. La passivité même des élites a été un élément actif du changement avec le délitement progressif des soutiens des cadres du régime. Une partie des élites de l ancien régime a participé aux nouveaux gouvernements, avec également un retour d élites bourguibiennes sur le devant de la scène. En ce qui concerne la gestion publique des élites, le cas des PECO avait montré une légitimation des anciennes élites. La reconversion idéologique des élites, très rapide, a été un élément marquant du processus de transition démocratique. Dans un second temps, avec l arrivée de gouvernements conservateurs, les anciennes élites ont été l'objet de remises en cause plus directes. A l inverse, le processus est plus éclaté en Tunisie : plusieurs initiatives coexistent de façon non coordonnée, mais semblent toutes converger vers une exclusion des anciennes élites plutôt que vers la réconciliation (procédures judiciaires, dissolution du parti anciennement au pouvoir et mise en place d une justice transitionnelle). Enfin, en ce qui concerne les trajectoires des anciennes élites suite au changement de régime, Jérôme Heurtaux a souligné que la reproduction des élites n'a été que relative dans les PECO, malgré les nombreuses analyses plaidant pour une identité entre les anciennes élites communistes et les nouvelles élites capitalistes. Au contraire, une grande partie de la nomenklatura a été déclassée. En Tunisie, la trajectoire la plus probable semble être celle de l exclusion (voire de l auto-exclusion) des élites de la vie politique. Une reconversion dans d autres activités (para-politiques ou associatives, conseil et expertise, vie universitaire ) peut être observée chez les anciennes élites, mais une partie d entre elles cherchent à réinvestir le champ politique. D anciens membres du gouvernement ont ainsi créé des partis politiques en vue des élections à l'assemblée constituante, tout en étant eux-mêmes inéligibles. En conclusion, Jérôme Heurtaux est revenu sur la singularité de toute expérience historique. L histoire ne se répétant jamais, il est difficile de justifier le fait qu une expérience donnée serve de modèle explicatif mais elle peut aider à leur compréhension. 5

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le

Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le INTRODUCTION Tenerife, Tchernobyl, Concorde, AZF Tout accident se révèle aujourd hui insupportable, quels qu en soient l échelle ou le nombre de victimes, à l image des accidents d anesthésie ou de transfusion.

Plus en détail

Méthodes employées Outils utilisés Type de données obtenues. -Photos -Journal de terrain intégrant les échanges chercheur/informateur

Méthodes employées Outils utilisés Type de données obtenues. -Photos -Journal de terrain intégrant les échanges chercheur/informateur Une approche psycho-anthropologique des savoirs à l école de la vie chez des adultes peu ou pas scolarisés au Brésil Thèse de Candy Laurendon-Marques (Université d Angers et Universidade Federal do Rio

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Les étudiants canadiens de première génération à l université : la persévérance aux études

Les étudiants canadiens de première génération à l université : la persévérance aux études Les étudiants canadiens de première génération à l université : la persévérance aux études Résumé de la note de recherche 9 Cette note de recherche s intéresse aux parcours scolaires des étudiants de première

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Historique des interventions de l ICÉA en lien avec la Politique gouvernementale d éducation des adultes et

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE Nathalie Gormezano Institut Supérieur d Interprétation et de Traduction (Paris) La traduction technique aujourd hui évolue

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger?

Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger? Annuaire IEMed. de la Méditerranée 213 27 Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger? Emmanuel Noutary Délégué général ANIMA Investment Network, Marseille Zoé Luçon Chef de projet,

Plus en détail

1 CULTURE D ENTREPRISE ET CULTURES NATIONALES

1 CULTURE D ENTREPRISE ET CULTURES NATIONALES 1 CULTURE D ENTREPRISE ET CULTURES NATIONALES Les premières analyses approfondies sur la culture d entreprise datent des années 1980. Ce chapitre présente les principaux résultats de ces recherches et

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé Estimation du travail forcé dans le monde Résumé DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 1er JUIN 2012 A 8:30 GMT RESULTATS S appuyant sur une nouvelle méthodologie statistique plus performante, le BIT estime à

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

Résumé de la recherche

Résumé de la recherche Résumé de la recherche Évaluation du développement et de l apprentissage des élèves des établissements proposant le Programme primaire du Baccalauréat International Ce résumé a été élaboré par le service

Plus en détail

Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation

Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation Janvier 2016 Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation P our plusieurs employeurs, le désir d offrir aux employés et aux futures embauches

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références.

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. Formatrices à l Ecole Normale sociale qui accueille des Assistantes Sociales diplômées à l étranger pour une formation

Plus en détail

Le regard des 18-35 ans sur les sites et applications de rencontre

Le regard des 18-35 ans sur les sites et applications de rencontre NOTE DETAILLÉE Le regard des 18-35 ans sur les sites et applications de rencontre Sondage Harris Interactive pour Glamour Enquête réalisée en ligne du 20 au 22 et du 27 au 29 octobre 2015. Échantillon

Plus en détail

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT Encadré 3 Chômeurs au sens du BIT et demandeurs d emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi Les différences conceptuelles entre chômage au sens du BIT et inscription à Pôle emploi Le chômage au sens

Plus en détail

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Québec, le 27 avril 2012 La première enquête de la Fondation CAA-Québec, vouée au développement de la connaissance

Plus en détail

A quoi sert la réception en matière de construction? Sa portée? Comment bien la mettre en œuvre?

A quoi sert la réception en matière de construction? Sa portée? Comment bien la mettre en œuvre? A quoi sert la réception en matière de construction? Sa portée? Comment bien la mettre en œuvre? En fin de chantier, il est d usage, surtout si la construction a été réalisée sous le contrôle d un maître

Plus en détail

Decembre 2013. Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ!

Decembre 2013. Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ! Decembre 2013 Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ! Le contexte socio-économique actuel peu stable, les aléas de nos vies personnelles, nos déceptions comme nos envies

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume

Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Juin 2015 REMERCIEMENTS ICVA remercie ses membres, son bureau et les partenaires de leurs cotisations, financements

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

I ACTIONS A CARACTERE ECONOMIQUE

I ACTIONS A CARACTERE ECONOMIQUE LES GRANDES LIGNES DU PROGRAMME D ACTIVITES 2014 1 I ACTIONS A CARACTERE ECONOMIQUE 1. Dialogue National sur l Economie Lancer un dialogue national sur l économie, au cours du mois de février prochain,

Plus en détail

De la théorie à la pratique

De la théorie à la pratique Avant-Propos De la théorie à la pratique et de la pratique à la théorie CLAUDE LÉVY-LEBOYER, CLAUDE LOUCHE, JEAN-PIERRE ROLLAND La mondialisation de l économie ainsi que la rapidité des progrès techniques

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

Ma proposition s'inscrirait dans l'axe Relation universités et monde professionnel. Accompagnement des étudiants, levier à l employabilité?

Ma proposition s'inscrirait dans l'axe Relation universités et monde professionnel. Accompagnement des étudiants, levier à l employabilité? Zineb Rachedi-Nasri Maître de conférences en sociologie (Grhapes EA 7287) INSHEA 56 avenue des Landes 92150 Suresnes Ma proposition s'inscrirait dans l'axe Relation universités et monde professionnel.

Plus en détail

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE 4 décembre 2015 Termes de Références : Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE I. RESUME : Avec le vieillissement des premières générations de MRE, le

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques

Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques Un point de contact national contribue à la résolution des questions soulevées par la mise en œuvre des principes directeurs dans des circonstances spécifiques

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013 21 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Description générale de l ORSA... 3 1.1 Les textes de référence sur l ORSA... 3 1.2 Résumé

Plus en détail

L'établissement public du palais de justice de Paris

L'établissement public du palais de justice de Paris L'ÉTABLISSEMENT PUBLIC DU PALAIS DE JUSTICE DE PARIS 113 L'établissement public du palais de justice de Paris La Cour des comptes a contrôlé à plusieurs reprises les projets immobiliers des services judiciaires

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts ANNEXE III Rapport de la commission au Parlement européen et au conseil sur le réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts (COM(2010)369/2) 1 FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients.

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients. Conclusion Cette thèse a interrogé le fonctionnement de l intermédiation microfinancière dans les institutions de microfinance en Afrique de l Ouest. La question centrale qui l a animée consiste à interroger

Plus en détail

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement :

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Une étude de cas du bassin minier en Tunisie sur la participation des titulaires

Plus en détail

Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de

Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de l égalité femmes-hommes est une priorité de l action

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Quand les caissières cessèrent d encaisser

Quand les caissières cessèrent d encaisser Quand les caissières cessèrent d encaisser Sophie BERNARD Si les conditions de travail des salariés de la grande distribution sont souvent mises en cause par les médias et les sociologues, c est en revanche

Plus en détail

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur «Les perspectives de coopération (nationale, européenne) et d interarmisation de l outil de défense : quels partages capacitaires possibles et quelles conséquences pour l armée de terre?» Jean-Pierre Maulny

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire.

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire. om Ce fichier D3C, corrigé du fichier D3, présente deux activités autour des apprentissages numériques en Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux. La première situation problème est une situation

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017 Septembre 2013 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE. Tunis 13 novembre 2012

SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE. Tunis 13 novembre 2012 SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE Tunis 13 novembre 2012 Introduction La jeunesse est un stade qui sépare l enfance de l âge adulte de l individu, vécu différemment d une personne à une autre où chacun organise

Plus en détail

Manuel d utilisation des vidéos Conclips. statut 08.04.2015, révision 01

Manuel d utilisation des vidéos Conclips. statut 08.04.2015, révision 01 Manuel d utilisation des vidéos Conclips statut 08.04.2015, révision 01 Table des matières : 1. Introduction 3 1.1. Concernant le nom 3 1.2. Le projet 3 1.3. Avantages 4 1.4. Éléments innovant 5 2. Pédagogie

Plus en détail

L APPEL D OFFRES ET SA PRÉPARATION

L APPEL D OFFRES ET SA PRÉPARATION I L APPEL D OFFRES ET SA PRÉPARATION 15 16 Pour mettre en évidence les acquis obtenus grâce au programme : «Les maîtrises d ouvrage et l élaboration de la commande. Logiques d action et mobilisation de

Plus en détail

L alternance. I. Définition. II. Les différents types d alternance. III. Les liens avec la formation

L alternance. I. Définition. II. Les différents types d alternance. III. Les liens avec la formation L alternance I. Définition Selon S. Raynal et A. Rieunier, elle est d abord définie comme un dispositif de planification de la formation basée sur un principe d interactions entre des situations de formation

Plus en détail

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide Cadre d analyse Définition juridique du crime de génocide L article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS

GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Document sélectionné par le groupe de travail départemental Maternelle DSDEN du Nord GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Les collaborations Enseignants ATSEM Une spécificité

Plus en détail

Contexte. Problèmes posés

Contexte. Problèmes posés CONCEPTION ET EVALUATION D UN COURS EN LIGNE DESTINE A AMELIORER LES COMPETENCES DE FUTURS ENSEIGNANTS EN EDUCATION PHYSIQUE A L ANALYSE DE TACHES. DES SAVOIRS TECHNIQUES AUX COMPETENCES PEDAGOGIQUES Catherine

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Paris, le 2 juillet 2008 Dossier de presse Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Le revenu de Solidarité active vise à encourager le travail, à faciliter

Plus en détail

Document d orientation sur l utilisation des statistiques bayésiennes en publicité

Document d orientation sur l utilisation des statistiques bayésiennes en publicité Document d orientation sur l utilisation des statistiques bayésiennes en publicité Janvier 2013 1 Liste de contrôles des statistiques bayésiennes N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Automatique et informatique industrielle de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION. Changements à venir dans le système de la marque communautaire. Paris, le 21 juin 2015

LETTRE D INFORMATION. Changements à venir dans le système de la marque communautaire. Paris, le 21 juin 2015 LETTRE D INFORMATION Paris, le 21 juin 2015 Changements à venir dans le système de la marque communautaire Les instances de l UE, à savoir le Parlement, le Conseil et la Commission, ont annoncé qu un accord

Plus en détail

Reconnaître et valoriser

Reconnaître et valoriser Reconnaître et valoriser le bénévolat et le volontariat Quelques rappels historiques La question de la reconnaissance et de la valorisation du bénévolat et du volontariat est somme toute récente. Du coup,

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

La rémunération des dirigeants

La rémunération des dirigeants La rémunération des dirigeants Enjeux La fixation de la rémunération des dirigeants est plus que jamais un sujet majeur pour le conseil, en raison de son fort impact sur l action des dirigeants mais aussi

Plus en détail

La gestion du risque

La gestion du risque La gestion du risque Enjeux Le risque est consubstantiel à l entreprise. Sans prise de risque, l entreprise ne peut assurer une rentabilité décente pour ses actionnaires. Mais, comme des exemples récents

Plus en détail

DIRECTIVES. concernant le Règlement de l examen d admission MarKom

DIRECTIVES. concernant le Règlement de l examen d admission MarKom DIRECTIVES concernant le Règlement de l examen d admission MarKom Examen d admission MarKom page 2 1 Dispositions générales Les directives précisent le Règlement d examen en ce qui concerne des aspects

Plus en détail

3a-2 Proportionnalité

3a-2 Proportionnalité Cours 3a-2 Proportionnalité Didactique Sommaire 1 La proportionnalité dans les programmes................................ 2 2 Les procédures de résolution à l école....................................

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Contribution de l Assemblée des Département de France. au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS:

Contribution de l Assemblée des Département de France. au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS: Contribution de l Assemblée des Département de France au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS: «Le FSE et l offre d insertion dans les territoires», CSE du 29 octobre 2010 L étude

Plus en détail

Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste?

Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? «Tout ce qui ne fut pas sera, et nul n en est à l abri.» LAO TSEU Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? Définition d une crise Avant toute chose, essayons de définir ce qu est une crise en entreprise,

Plus en détail

Méthodologie qualitative

Méthodologie qualitative Méthodologie qualitative Dans une enquête, le choix d une recherche et d une analyse de type qualitatif est avant tout dicté par la problématique. C est un choix pragmatique qui a pour but de répondre

Plus en détail

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin grâce à l évaluation des services écosystémiques Un guide destiné aux praticiens, basé sur l expérience acquise dans le cadre du projet

Plus en détail

LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES

LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION Trravaux coorrdonnés parr Olivierr Chabrrol l ((Syndex)) ett Marrtti iall Cozetttte ((CFIIE--consei il)) Syntthèse des ttrravaux Févrri

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

Présentation et Ordre du jour

Présentation et Ordre du jour TOGETHER France TOGETHER international Immeuble Gironde Praça da Republica Esplanade Charles de Gaulle 7630-139 Odemira 33074 Bordeaux cedex Portugal QUATRIEME SEMINAIRE-FORMATION DES DYNAMISEURS SPIRAL

Plus en détail

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADÉMIE : ROUEN. Établissement : Université de Rouen

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADÉMIE : ROUEN. Établissement : Université de Rouen Evaluation des diplômes Masters Vague B ACADÉMIE : ROUEN Établissement : Université de Rouen Demande n S3MA120000044 Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Économie appliquée Présentation de la mention

Plus en détail

L art et la manière d intervenir en entreprise

L art et la manière d intervenir en entreprise Michel Crunenberg L art et la manière d intervenir en entreprise Préface d Isabelle Orgogozo Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3055-2 Fiche 8 8NOTE POUR CONSULTANTS IMPLIQUÉS DANS UN PROCESSUS

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance

Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance TRANSPARENCY MAROC الجمعية المغربية لمحاربة الرشوة Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance Rapport de synthèse des travaux du Séminaire sur l accès à l information»

Plus en détail