ESSAIS PILOTES POUR LE TRAITEMENT DES SURVERSES UNITAIRES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ESSAIS PILOTES POUR LE TRAITEMENT DES SURVERSES UNITAIRES"

Transcription

1 ESSAIS PILOTES POUR LE TRAITEMENT DES SURVERSES UNITAIRES PREAMBULE : CONTEXTE & OBJECTIF -Territoire CAD -Problématique générale/objectif PARTIE 1 : ETUDE PREALABLE -Méthodologie et mesurage -Résultats analytiques/caractérisation des surverses PARTIE 2 : ESSAIS PILOTES -Objectif du pilote VS-Belt -Fonctionnement du pilote -Prédimensionnement

2 PREAMBULE : LE TERRITOIRE COMMUNAUTAIRE UT Douai UT de Sin UT d Arleux Etude menée sur l UT de SIN, commune de Guesnain

3 PREAMBULE : PROBLEMATIQUE GENERALE ET OBJECTIF Objectif environnemental CAD : Collecte et traitement des eaux usées de temps de pluie mensuelle (9mm/6h). Invariants : pas de «course» au diamètre pour le transfert des eaux bassin stockage/restitution trop complexe et trop coûteux pas de traitement intensif «biologique» ou «chimique» Sur 3 déversoirs d orage à Guesnain, caractériser les rejets urbains de temps de pluie de ce BV, de façon à fournir les moyens de rechercher les techniques de traitement in-situ les plus appropriées.

4 PARTIE 1 : METHODOLOGIE ET APPAREILLAGE DES DO Mesure de débits et de volumes dans les évacuateurs : sondes doppler H/V Préleveurs séquentiels : remplissage d un flacon en 30 pour 12h ; encadrement de la pluie

5 PARTIE 1 : CARACTERISATION DES SURVERSES ANALYSES FAITES 8 événements pluvieux captés et caractérisés pour des hauteurs d eau précipités comprises entre 1,8 et 33,8 mm 189 échantillons pour pollution classique : MES, DCO, DCOad2 25 analyses granulométriques laser : mesure du rayon des particules 8 VICAS: mesure de la décantabilité des particules 17 Jar-Tests : mesure de coagulation/floculation

6 PARTIE 1 : CARACTERISATION DES SURVERSES RESULTATS Pluviométrie captée : 44 jours 290,6 mm avec 15 pluies à plus de 5 mm/j (5,2 à 39,2 mm) et un pic à 12,6 mm/h : bonnes représentativité des événements. Granulométrie : 70 à 85% des particules avec un Ø < 100 µm et Ø moy. des particules de 28 à 96 µm. Jar-test : bon abattement avec sulfate d aluminium et polymère anionique VICAS : 76% de la masse cumulée des particules ont une vitesse de chute inférieure à 1 mm/s vitesse faible

7 PARTIE 2 : ESSAIS SUR LE PILOTE VS-BELT Objectif général : Appréhender les performances de la technologie VSBelt pour le traitement des surverses des DO sur site Site pilote : DO2 Ferrer à Guesnain Déroulement prévu pour l étude pilote : Capter et traiter plus de 8 pluies significatives Tests à plusieurs débits : m 3 /h Simulation des pluies : sur une année et extrapolation des résultats pour les 4 déversoirs de la commune de GUESNAIN / prédimensionnement

8 PARTIE 2 : FONCTIONNEMENT DU VS-BELT

9 PARTIE 2 : VS-BELT EN VIDEO

10 PARTIE 2 : RESULTATS DES ESSAIS SUR VS-BELT 23 pluies traitées, 65 échantillons entrée/sortie soit 585 prélèvements entrée/sortie : - MES 400 mg/l en moy. (de 92,5 à 1105 mg/l) - DCO 491 mg/l en moy. (de 87 à 1530 mg/l) 20 pluies ont été jugées représentatives : - durées de 24 à 240 minutes - débits traités de 19 à 139 m 3 + de 80% de la pollution lors de la première heure de pluie (sauf lors d une pluie faible avec pic de pluvio) Débit total traité par le VS Belt = 910 m 3

11 PARTIE 2 : PREDIMENSIONNEMENT DU VS-BELT Retour d Expérience du pilote : Maille testée de 74 µm Plus les particules ont une taille importante, plus elles seront retenues par la maille de la toile filtrante, et plus le rendement d abattement des matières en suspension sera élevé En contrepartie le dimensionnement est plus pénalisant Filtration de bonne qualité requiert que 25% des particules soient de taille supérieure à la maille de filtration Diamètre médian de 52µm et 65% des particules ont un diamètre inférieur à 100µm

12 PARTIE 2 : PREDIMENSIONNEMENT DU VS-BELT Retour d Expérience du pilote : Plus la toile est colmatée, plus le rendement d abattement est élevé formation d un gâteau Il faut favoriser un démarrage de toile à niveau haut pour favoriser une meilleure formation du gâteau et maintenir un milieu colmatant Charge Surfacique : quantité de matière envoyée par unité de surface de toile filtrante et par unité de temps lorsque la charge devient trop importante, le niveau monte dans le VS-Belt jusqu au by-pass > 90 kg MES/m²/h

13 PARTIE 2 : PREDIMENSIONNEMENT DU VS-BELT Le dimensionnement du VS-Belt est basé sur une charge surfacique limite de 80kgMES/m²/h pour cet effluent, soit 40kgMES/h pour un VS Belt SF modes sont simulés : 1 MODE 1 seul VS-Belt SF2000 Pour les flux de pollution > 40 kgmes/h excédent non traité en by-pass comptabilisé dans le rejet, ce qui dégrade fortement le rendement global 2 MODE 2 VS-Belt SF2000 Pour les flux de pollution > 80 kgmes/h excédent non traité en by-pass comptabilisé dans le rejet, ce qui dégrade le rendement global 3 MODE 3 VS-Belt SF2000 Toutes pluies traitées Flux maximum de pollution admissible = 120kgMES/h

14 PARTIE 2 : SIMULATION ANNUELLE DE RENDEMENT Résultats DO2 Ferrer Nombre de VS Belt installé DO2 Ferrer Rendement global sur l ensemble des évènements 1 VS BELT SF % 2 VS BELT SF % 3 VS BELT SF % Résultats DO Bonnières Nombre de VS BElt installé DO2 Ferre Rendement global sur l ensemble des évènements 1 VS BELT SF % 2 VS BELT SF % Nombre de VS BElt installé DO2 Ferre Résultats DO3 Ferrer Rendement global sur l ensemble des évènements 1 VS BELT SF % 2 VS BELT SF % 3 VS BELT SF % Résultats DO Gagarine Nombre de VS BElt installé DO2 Ferre Rendement global sur l ensemble des évènements 1 VS BELT SF % 2 VS BELT SF % 3 VS BELT SF %

15 PARTIE 2 : SIMULATION ANNUELLE DE RENDEMENT 18,0 Bilan DO2 - Ferrer 16,0 15,4 15,4 15,4 14,0 12,0 10,0 10,0 9,2 T MES entrée 8,0 8,2 7,3 60% T MES abattue T MES rejetée 6,0 5,5 53% 6,2 38% 4,0 2,0 0,0 1 VS BELT 2 VS BELT 3 VS BELT Installation de 2 VS Belt 8,2 T/an de MES non rejetées, la DCO associée sera également abattue

16 PARTIE 2 : SIMULATION ANNUELLE DE RENDEMENT Installation de 2 VS Belt 7,6 T/an de MES non rejetées, la DCO associée sera également abattue

17 PARTIE 2 : SIMULATION ANNUELLE DE RENDEMENT Installation de 2 VS Belt 18 T/an de MES non rejetées, la DCO associée sera également abattue

18 PARTIE 2 : SIMULATION ANNUELLE DE RENDEMENT Installation de 2 VS Belt 3 T/an de MES non rejetées, la DCO associée sera également abattue

19 MERCI DE VOTRE ATTENTION

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

Atelier thématique «Eau dans la ville» 4 février 2014

Atelier thématique «Eau dans la ville» 4 février 2014 Atelier thématique «Eau dans la ville» 4 février 2014 Les agences de l eau le statut établissements publics de l État dotés d une autonomie financière, placés sous la tutelle du Ministère chargé de l environnement

Plus en détail

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn SEMAINE DE L EAU Matinée des techniciens 12 février 2008 Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn Marie-Anouk Bourchenin Clément Psaïla SEMAINE DE L'EAU

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Retours d expériences sur plusieurs usines d eau potable Cédric HELMER, CIRSEE Pôle Eau Potable 00/00/00 Presentation title 1 Situation actuelle Risque

Plus en détail

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3)

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) Agenda de présentation 1. La fosse septique et ses accessoires 2. Les éléments épurateurs (classique, modifié,

Plus en détail

Station SEPTODIFFUSEUR

Station SEPTODIFFUSEUR Station SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement sur filtre à sable drainé compact Une solution compacte en assainissement non collectif sur le principe des filières traditionnelles AGRÉMENT MINISTÉRIEL

Plus en détail

Débitmètres électromagnétiques sur réseau gravitaire

Débitmètres électromagnétiques sur réseau gravitaire Débitmètres électromagnétiques sur réseau gravitaire Retour d expérience de Cholet 1 Chronologie de mise en œuvre Journées techniques 1998-2000 : Étude spécifique du fonctionnement des réseaux d assainissement

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

Conception et gestion des bassins tampons Ville de Saint Malo

Conception et gestion des bassins tampons Ville de Saint Malo Conception et gestion des bassins tampons Ville de Saint Malo Sommaire : A. Présentation générale des enjeux liés à l assainissement B. Les outils pour la conception et la gestion des bassins tampons à

Plus en détail

2 types de pollution sur les eaux de ruissellement = 2 gammes de produits. Type d installation? Type de pollution? Nos solutions

2 types de pollution sur les eaux de ruissellement = 2 gammes de produits. Type d installation? Type de pollution? Nos solutions Introduction D é canteur particulaire & Nos compétences mises au service de l environnement 2 types de pollution sur les eaux de ruissellement = 2 gammes de produits Chronique Métaux lourds et hydrocarbures

Plus en détail

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914 BIORÉACTEUR A MEMBRANE ASSOCIANT UN LIT FIXÉ ANAÉROBIE ET UNE UNITÉ D ULTRAFILTRATION Études de laboratoire financées par Ademe et Région Basse-Normandie Étude sur pilote industriel financée par Oseo ANVAR

Plus en détail

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative VRM Membrane rotative d ultrafiltration Membranes plaques pour le traitement des eaux La solution du futur conçue pour répondre aux

Plus en détail

CAISSONS DOUBLE FLUX CONTRE-COURANT HAUT RENDEMENT Série HR MURAL

CAISSONS DOUBLE FLUX CONTRE-COURANT HAUT RENDEMENT Série HR MURAL Commande déportée (RC) La commande déportée (RC) permet: De saisir tous les paramètres de fonctionnement. De contrôler les vitesses des ventilateurs. De visualiser l ensemble des paramètres et les alarmes.

Plus en détail

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Membratec SA - Emmanuel Bonvin AFSR, Yverdon le 21 1 Présentation de la société Société suisse indépendante, fondée en 1997, siège

Plus en détail

TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide?

TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide? TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide? Amphone VONGVIXAY GCGMA-INSA UMR SAS INRA Pascal DUPONT- GCGMA-INSA Catherine GRIMALDI- UMR SAS INRA Anne-Sophie Susperregui GCGMA-INSA

Plus en détail

Commune de Châteaubernard (16) Aménagement du Pôle sportif et ludique des Vauzelles

Commune de Châteaubernard (16) Aménagement du Pôle sportif et ludique des Vauzelles Commune de Châteaubernard (16) Aménagement du Pôle sportif et ludique des Vauzelles NOTE COMPLEMENTAIRE AU DOSSIER D ETUDE D IMPACT A.14.23T THEMA ENVIRONNEMENT 1, Mail de la Papoterie 37170 CHAMBRAY-LES-TOURS

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT Frank SOUCIET Responsable Pôle GEMAPI 03 décembre 2015 Mission Inter-Services de l Eau en Vaucluse Préambule Principes généraux Champ d application

Plus en détail

SEGTEUP. Projet ANR SEGTEUP. Système Extensif de Gestion et de Traitement des Eaux Urbaines de temps de Pluie : Présentation du projet SEGTEUP

SEGTEUP. Projet ANR SEGTEUP. Système Extensif de Gestion et de Traitement des Eaux Urbaines de temps de Pluie : Présentation du projet SEGTEUP 8 FEVRIER 00 - LYON Projet ANR Système Extensif de Gestion et de Traitement des Eaux Urbaines de temps de Pluie : Présentation du projet Jeudi décembre 009 LYON BRON Programme de la journée Présentation

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos... 4. Les filtres... 8 Les filtres mécaniques... 8 Les filtres fixes à média actif... 12

SOMMAIRE. Avant-propos... 4. Les filtres... 8 Les filtres mécaniques... 8 Les filtres fixes à média actif... 12 SOMMAIRE Avant-propos..................................... 4 Les filtres........................................ 8 Les filtres mécaniques................................ 8 Les filtres fixes à média actif..........................

Plus en détail

SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT

SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT RAPPORT ANNUEL 2013 I - CARACTERISATION TECHNIQUE du SERVICE 1) Présentation du territoire desservi La Commune de Noirétable assure elle-même la gestion de ce service en régie

Plus en détail

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I.1 L Ultrafiltration sur membranes : une révolution pour le traitement de l eau L ultrafiltration a été développée dans les années 70 pour le traitement

Plus en détail

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME I SITUATION ADMINISTRATIVE La station d épuration et les réseaux d assainissement de la Ville de MEAUX appartiennent à la ville et sont exploités en régie communale

Plus en détail

Les chiffres clés du dragage en France.

Les chiffres clés du dragage en France. 08/06/2011 LILLE - Journées nationales sur la gestion terrestre des sédiments de dragage portuaires et fluviaux DRAGAGE, TRAITEMENT & VALORISATION DES SEDIMENTS ETAT DES LIEUX Nicolas PROULHAC / nicolas.proulhac@idra-environnement.com

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

AIDES SPÉCIFIQUES POUR LES INVESTISSEMENTS EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT

AIDES SPÉCIFIQUES POUR LES INVESTISSEMENTS EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT AIDES SPÉCIFIQUES POUR LES INVESTISSEMENTS EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT UWE CCE 18/02/2014 Annick VANKEERBERGEN 1 Introduction Environnement = Obligations à respecter Mais aussi : Incitants pour dépasser

Plus en détail

Agir ensemble. pour une meilleure qualité. de l eau des sols & de l habitat

Agir ensemble. pour une meilleure qualité. de l eau des sols & de l habitat Agir ensemble pour une meilleure qualité de l eau des sols & de l habitat Conseil & services pour des solutions économiques et durables Terre & Via est une société de conseil et de services dédiés à l

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4 LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4 PRÉAMBULE La gestion des eaux pluviales vise trois enjeux principaux : Réduire le risque d inondations ; le dimensionnement du

Plus en détail

ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS

ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS DE LABORATOIRE «ÉTAPE PAR ÉTAPE» FORMATION DU JEUDI 26 NOVEMBRE 2015 BRUXELLES ENVIRONNEMENT SOMMAIRE 1. Retour d expériences 2. Bonnes pratiques pour une gestion

Plus en détail

MAIRIE DE BRULLIOLES LE BOURG 69690 BRULLIOLES

MAIRIE DE BRULLIOLES LE BOURG 69690 BRULLIOLES Olivier MURZILLI Hydrogéologue agréé 111 avenue Barthélemy Buyer 69005 LYON Mob : 06 63 27 58 22 Email : o.murzilli@arch-groupe.com MAIRIE DE BRULLIOLES LE BOURG 69690 BRULLIOLES AVIS HYDROGEOLOGIQUE SUR

Plus en détail

2013-2018. Prime de résultat en assainissement collectif AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE

2013-2018. Prime de résultat en assainissement collectif AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE 2013-2018 10 e PROGRAMME AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE Prime de résultat en assainissement collectif La prime de résultat est une aide dont le principe est prévu par la loi. Elle vise à favoriser la bonne

Plus en détail

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Contexte et objectif Recycler le P comme engrais phosphaté

Plus en détail

Groupe de travail AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX. Retour d expérience. Le Traitement des données, de l acquisition à leur traitement.

Groupe de travail AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX. Retour d expérience. Le Traitement des données, de l acquisition à leur traitement. Groupe de travail AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX Retour d expérience Le Traitement des données, de l acquisition à leur traitement. PLAN 1. Introduction. 2. Instrumentation d un point de mesure. 3. Conversion

Plus en détail

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Degrémont NF-Azur. Niveau de développement :

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Degrémont NF-Azur. Niveau de développement : FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE Degrémont NF-Azur Niveau de développement : EN VALIDATION À L ÉCHELLE RÉELLE Janvier 2011 1- DONNÉES GÉNÉRALES Nom

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITÉ ET DÉMARCHES ADMINISTRATIVES

ETUDE DE FAISABILITÉ ET DÉMARCHES ADMINISTRATIVES ETUDE DE FAISABILITÉ ET DÉMARCHES ADMINISTRATIVES Réunion méthanisation CA d Alsace Marie PIERREVELCIN Avril 2014 be-terater.blogspot.com L étude de faisabilité : c est quoi? 2 Outil d aide à la décision

Plus en détail

3 e Conférence Départementale Loue & Rivières Comtoises. Chambres d Agriculture Doubs-Territoire de Belfort & Jura FDCL du Doubs & du Jura

3 e Conférence Départementale Loue & Rivières Comtoises. Chambres d Agriculture Doubs-Territoire de Belfort & Jura FDCL du Doubs & du Jura 3 e Conférence Départementale Loue & Rivières Comtoises Chambres d Agriculture Doubs-Territoire de Belfort & Jura FDCL du Doubs & du Jura Opérations pilotes Contribution des Chambres d Agriculture - Gestion

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010. Analyse de la qualité des eaux brutes et de l eau traitée à la Station d épuration et évaluation du rendement des installations

RAPPORT ANNUEL 2010. Analyse de la qualité des eaux brutes et de l eau traitée à la Station d épuration et évaluation du rendement des installations Station d épuration des eaux usées Jean-R-Marcotte Division ingénierie d'usine et de procédé RAPPORT ANNUEL 2010 Analyse de la qualité des eaux brutes et de l eau traitée à la Station d épuration et évaluation

Plus en détail

EAU ET AÉROPORT CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DES RÉSEAUX DE DRAINAGE DES AÉRODROMES FICHES D OUVRAGES SERVICE TECHNIQUE DES BASES AÉRIENNES

EAU ET AÉROPORT CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DES RÉSEAUX DE DRAINAGE DES AÉRODROMES FICHES D OUVRAGES SERVICE TECHNIQUE DES BASES AÉRIENNES EAU ET AÉROPORT CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DES RÉSEAUX DE DRAINAGE DES AÉRODROMES FICHES D OUVRAGES SERVICE TECHNIQUE DES BASES AÉRIENNES Sommaire Les fossées Fiche 1 Fossé enherbé Fiche 2 Réoxygénation

Plus en détail

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Marie-Florence Thomas Ecole des Métiers de l Environnement Situation à risques Situation à risque

Plus en détail

Filtre Eau de pluie AWD

Filtre Eau de pluie AWD Filtre Eau de pluie AWD Références F11049, F11 50 (incl. couvercle), F1105, F11054, F11055, F11056, F11057, F11058 & F11059. Types d applications: Système de récupération d eau de pluie avec évacuation.

Plus en détail

Les zones de dissipation végétalisées. Direction de l Eau et de l Environnement S.A.T.E.S.E.

Les zones de dissipation végétalisées. Direction de l Eau et de l Environnement S.A.T.E.S.E. Les zones de dissipation végétalisées Direction de l Eau et de l Environnement S.A.T.E.S.E. Philosophie et Objectifs Direction de l Eau et de l Environnement S.A.T.E.S.E. Les zones de dissipation végétalisées

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux)

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Ce document a été établi à l attention des exploitants faisant l objet de

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR SWEGON AIR ACADEMY AICVF Novembre 2007 LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR Y. LE BARS 1 L AIR C EST DE L ENERGIE l oxygène nécessaire à l humain l énergie consommée pour le rendre utilisable et le déplacer 2

Plus en détail

Ventilation «PAMAflex»

Ventilation «PAMAflex» 1. Description La ventilation dans une maison passive PAMAflex est réalisée par une ventilation mécanique. Ce système de ventilation assure, en permanence, une entrée d air frais dans les locaux de vie

Plus en détail

Valorisation des données d autosurveillance

Valorisation des données d autosurveillance Valorisation des données d autosurveillance Utilisation des données pour définir des priorités d action 1 Quelle valorisation des données? Des besoins multiples Environnementaux :» connaître les déversements

Plus en détail

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 Plan présentation Présentation publique le 25 juin 2013 du sommaire du rapport du groupe Hémisphère (été 2012) Critères de classification

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l eau

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l eau Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l eau Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du demandeur

Plus en détail

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES EN TEMPS RÉEL TEOM 1405-F

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES EN TEMPS RÉEL TEOM 1405-F Le de Thermo Scientific a été conçu pour la mesure en temps réel des poussières en suspension dans l air, y compris les poussières volatiles et semi volatiles. Il est le remplaçant direct de l analyseur

Plus en détail

Bioréacteur à membrane

Bioréacteur à membrane Bioréacteur à membrane Une qualité exceptionnelle de rejet L effluent produit par Ecoprocess TM MBR satisfait les exigences de qualité les plus strictes en matière de rejet, incluant la désinfection, la

Plus en détail

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Impacts et adaptations aux changements climatiques des infrastructures municipales

Plus en détail

ARRETE. Le préfet de Maine-et-Loire Chevalier de la Légion d honneur

ARRETE. Le préfet de Maine-et-Loire Chevalier de la Légion d honneur DIRECTION DE l INTERMINISTERIALITE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE Bureau de l utilité publique Arrêté DIDD/ 2010 n 270 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU LOIR Aménagement de l'extension de la Zone d'activités de Suzerolles

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL Caractéristiques techniques du service d'eau potable Le service

Plus en détail

Totaline découvrez le bien-être total

Totaline découvrez le bien-être total Totaline découvrez le bien-être total Gamme Eolya Vitesse fixe Split mural réversible 4 mono-splits : 9-12 - 18-24 Gamme Alysea DC Inverter Split mural réversible 2 mono-splits : 9-12 1 bi-split : 9 +

Plus en détail

Eau de pluie de toitures végétalisées: qualité, rétention et effet retard. Karel De Cuyper

Eau de pluie de toitures végétalisées: qualité, rétention et effet retard. Karel De Cuyper Colloque toitures végétalisées Paris 05/12/2007 Eau de pluie de toitures végétalisées: qualité, rétention et effet retard Karel De Cuyper Centre Scientifique et Technique de la Construction CSTC Belgique

Plus en détail

Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble

Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble de l ARS Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble Christophe DUMONT-GIRARD 22 octobre 2015 Pôle Travaux et services techniques Service énergies sécurité technique développement

Plus en détail

PHOENIX FL. Machine de découpe laser fibre LVDGROUP.COM DÉCOUPE LASER DYNAMIQUE ET POLYVALENTE

PHOENIX FL. Machine de découpe laser fibre LVDGROUP.COM DÉCOUPE LASER DYNAMIQUE ET POLYVALENTE Machine de découpe laser fibre PHOENIX FL DÉCOUPE LASER DYNAMIQUE ET POLYVALENTE LVDGROUP.COM PHOENIX FL DÉCOUPE LASER DYNAMIQUE ET POLYVALENTE Le laser fibre Phoenix allie rentabilité, découpe laser dynamique,

Plus en détail

CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS

CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS dans le cadre du 9 ème programme de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse Lutter contre la pollution Le 9 ème programme = 14 objectifs phares 2 objectifs

Plus en détail

Des solutions techniques pour une gestion durable des eaux pluviales par les techniques alternatives

Des solutions techniques pour une gestion durable des eaux pluviales par les techniques alternatives Des solutions techniques pour une gestion durable des eaux pluviales par les techniques alternatives Introduction : Historique de l hydrologie urbaine Les solutions techniques Sommaire Définition des «Techniques

Plus en détail

Quels outils techniques et financiers. Katy Pojer Agence de l eau Rhône Méditerranée Corse

Quels outils techniques et financiers. Katy Pojer Agence de l eau Rhône Méditerranée Corse Quels outils techniques et financiers Katy Pojer Agence de l eau Rhône Méditerranée Corse Mardi 13 mai 2014 Quelle technique mettre en œuvre? Des documents existent http://www.graie.org/graie/graiedoc/doc_telech/plaqta.pdf

Plus en détail

ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU PARC DES INDUSTRIES ARTOIS-FLANDRES

ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU PARC DES INDUSTRIES ARTOIS-FLANDRES ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU PARC DES INDUSTRIES ARTOIS-FLANDRES FEVRIER 2007 Elaboré par le SIZIAF SOMMAIRE INTRODUCTION...4 1. TOPOGRAPHIE ET CLIMATOLOGIE...5 1.1. Topographie...5 1.2. Climatologie...5

Plus en détail

CENTRALES DOUBLE FLUX POUR APPLICATIONS TERTIAIRES

CENTRALES DOUBLE FLUX POUR APPLICATIONS TERTIAIRES ENTRALES DOULE FLUX POUR APPLIATIONS TERTIAIRES DOSSIER DE PRESRIPTION RITAIR DUO AUTO 6 à 6 ENTRALES DOULE FLUX RITAIR DUO auto 6 à 6 débits jusqu à 6 m 3 /h Les P r o d u i t s Programmation et fonctionnement

Plus en détail

Le solaire thermique en région Poitou-Charentes «Réussir vos projets en solaire thermique dans les logements collectifs» La Rochelle 27/11/2015

Le solaire thermique en région Poitou-Charentes «Réussir vos projets en solaire thermique dans les logements collectifs» La Rochelle 27/11/2015 Le solaire thermique en région Poitou-Charentes «Réussir vos projets en solaire thermique dans les logements collectifs» La Rochelle 27/11/2015 Retours d expériences sur des opérations exemplaires en logements

Plus en détail

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF LES TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF Les prétraitements Les stations compactes type boues activées Les filtres plantés de roseaux Les filtres à sable Les disques biologiques Les filtres à tourbe

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

Atlas Copco Sécheurs d air par adsorption à régénération par chaleur. BD 100-3000 100-3 000 l/s / 360-10 800 m 3 /h

Atlas Copco Sécheurs d air par adsorption à régénération par chaleur. BD 100-3000 100-3 000 l/s / 360-10 800 m 3 /h Atlas Copco Sécheurs d air par adsorption à régénération par chaleur BD 100-3000 100-3 000 l/s / 360-10 800 m 3 /h La compétence globale en air comprimé Pour répondre à vos impératifs de production, Atlas

Plus en détail

Tension nominale 230V AC Volume d'air 24 m³/h Puissance nominale 13W Taille 1. 21 55 102 Débit d'air (flux libre)

Tension nominale 230V AC Volume d'air 24 m³/h Puissance nominale 13W Taille 1. 21 55 102 Débit d'air (flux libre) Série 7F - Ventilateurs à filtre (24 500) Caractéristiques 7F.50.8.230.1020 7F.50.8.230.2055 7F.50.8.230.3100 Ventilateurs à filtres pour armoires et tableaux électriques, version en 230 V AC Niveau sonore

Plus en détail

La performance au service de l eau et du chauffage

La performance au service de l eau et du chauffage La performance au service de l eau et du chauffage Vous cherchez une solution performante de chauffage et de production d eau chaude sanitaire? L ensemble des questions et la diversité des réponses qui

Plus en détail

DIVAtop micro Chaudière murale gaz basse température 10 à 32 kw Chauffage et ECS micro-accumulée

DIVAtop micro Chaudière murale gaz basse température 10 à 32 kw Chauffage et ECS micro-accumulée CHAUDIÈRE BASSE température >> DIVAtop micro Chaudière murale gaz basse température 10 à 32 kw Chauffage et ECS micro-accumulée > Performance > Confort > Tranquilité in DIVAtop micro Chaudière murale gaz

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

Bilan des Innovations Technologiques Fruits et Légumes transformés 2008-2010

Bilan des Innovations Technologiques Fruits et Légumes transformés 2008-2010 Bilan des Innovations Technologiques Fruits et Légumes transformés 2008-2010 Sébastien HEDIN Chef de projet technologie Centre Technique de la Conservation des Produits Agricoles AVIGNON 04 90 84 30 47

Plus en détail

Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives

Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives COLIN Antoine (IGN) & THIVOLLE-CAZAT Alain (FCBA) Journée Technique IGN-FCBA "Mieux connaître la ressource, mieux la mobiliser,

Plus en détail

Décanteur dynamique NEMEAU 450 et valorisation de matériaux fins

Décanteur dynamique NEMEAU 450 et valorisation de matériaux fins XII èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Cherbourg, 12-14 juin 2012 DOI:10.5150/jngcgc.2012.117-M Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Décanteur

Plus en détail

Packecco. Crédit. Pompe à chaleur pour l existant. d'impôt résidence principale. Éligible au. Pas de confort sans maîtrise. NEXA société du groupe

Packecco. Crédit. Pompe à chaleur pour l existant. d'impôt résidence principale. Éligible au. Pas de confort sans maîtrise. NEXA société du groupe NEXA société du groupe Éligible au Crédit d'impôt résidence principale existant Pompe à chaleur pour l existant Po m pe r à chaleu 30/35 C ; 40/45 C */55 C Pas de confort sans maîtrise Sommaire Pompe à

Plus en détail

Ecovillage de VILLE SUR YRON MISE AUX NORMES DE L ASSAINISSEMENT SUR L ECOVILLAGE DE. Etude préliminaire SEPTEMBRE 2009 09EMT004 VERSION N 2

Ecovillage de VILLE SUR YRON MISE AUX NORMES DE L ASSAINISSEMENT SUR L ECOVILLAGE DE. Etude préliminaire SEPTEMBRE 2009 09EMT004 VERSION N 2 Ecovillage de VILLE SUR YRON VERSION N 2 SEPTEMBRE 2009 MISE AUX NORMES DE L ASSAINISSEMENT SUR L ECOVILLAGE DE VILLE SUR YRON SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Direction

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Récupération d eau de pluie

Récupération d eau de pluie Récupération d eau de pluie Groupe RAINSYS Documentation Groupe mural pour la récupération d eau de pluie RAINSYS Avec by-pass automatique vers l eau de ville et surverse partielle Les normes actuelles

Plus en détail

CleanMist et FEF. Filtres centrifuges pour brouillards d huile et filtres électrostatiques

CleanMist et FEF. Filtres centrifuges pour brouillards d huile et filtres électrostatiques CleanMist et FEF Filtres centrifuges pour brouillards d huile et filtres électrostatiques H Filtration s.r.l., depuis 30 ans travaille dans le domaine de la purification de l air et de filtration dans

Plus en détail

Un projet intégré dans son environnement naturel et urbain

Un projet intégré dans son environnement naturel et urbain Un pr Un projet intégré dans son environnement naturel et urbain La nouvelle école Louis Jouvet et le restaurant scolaire ont été conçus de manière à tisser un lien entre le Village et le parc Louis Jouvet.

Plus en détail

Rapport. Février 2011 Révision 2

Rapport. Février 2011 Révision 2 Rapport Février 2011 Révision 2 S C H E M A D I R E C T E U R E T V A L O R I S A T I O N E N V I R O N N E M E N T A L E D E L A S T A T I O N D E P O R T - D O U V O T RAPPORT PHASE 1 LP 9005 Ville de

Plus en détail

L autosurveillance des agglomérations d assainissement ------------------------------------ Fiches thématiques

L autosurveillance des agglomérations d assainissement ------------------------------------ Fiches thématiques L autosurveillance des agglomérations d assainissement ------------------------------------ Fiches thématiques Version 1 - Novembre 2012 L autosurveillance des agglomérations d assainissement Liste des

Plus en détail

ECOSTERYL. Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes. Efficace, Sûr, Rentable. Table des matières

ECOSTERYL. Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes. Efficace, Sûr, Rentable. Table des matières ECOSTERYL Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes Efficace, Sûr, Rentable Table des matières 1 ECOSTERYL : UN PROCEDE SIMPLE ET EFFICACE POUR LA DESINFECTION... 1 2 DESCRIPTION DE L

Plus en détail

Préfet du Nord Préfet du Pas-de-Calais. Le plan de protection de l atmosphère (PPA) du Nord Pas-de-Calais

Préfet du Nord Préfet du Pas-de-Calais. Le plan de protection de l atmosphère (PPA) du Nord Pas-de-Calais DREAL Nord Pas-de-Calais Préfet du Nord Préfet du Pas-de-Calais Le plan de protection de l atmosphère (PPA) du Nord Pas-de-Calais Lille, le 16 avril 2014 Le Nord Pas-de-Calais février 2013 Une région visée

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

SVDU SYNDICAT NATIONAL DU TRAITEMENT ET DE LA VALORISATION DES DECHETS URBAINS ET ASSIMILES -:-:-:-:-:-:- PROTOCOLE TECHNIQUE POUR LA DETERMINATION

SVDU SYNDICAT NATIONAL DU TRAITEMENT ET DE LA VALORISATION DES DECHETS URBAINS ET ASSIMILES -:-:-:-:-:-:- PROTOCOLE TECHNIQUE POUR LA DETERMINATION Pièce-jointe n 1 SVDU SYNDICAT NATIONAL DU TRAITEMENT ET DE LA VALORISATION DES DECHETS URBAINS ET ASSIMILES -:-:-:-:-:-:- PROTOCOLE TECHNIQUE POUR LA DETERMINATION DU POTENTIEL POLLUANT DES MACHEFERS

Plus en détail

Diagnostic de la consommation d eau dans les bâtiments publics

Diagnostic de la consommation d eau dans les bâtiments publics Diagnostic de la consommation d eau dans les bâtiments publics Solenn BRIANT Conseil général du Morbihan solenn.briant@cg56.fr 1 Quel intérêt d une démarche dans le Morbihan? Protéger une ressource en

Plus en détail

ISOLHIS. NOUVEAUTé Une gamme complète de lanterneaux et DENFC avec ISOLATION RENFORCÉE PRODUIT PAR

ISOLHIS. NOUVEAUTé Une gamme complète de lanterneaux et DENFC avec ISOLATION RENFORCÉE PRODUIT PAR Solutions pour toiture avec étanchéité www.sih.fr NOUVEAUTé Une gamme complète de lanterneaux et DENFC avec ISOLATION RENFORCÉE Urc = 1,6 W/m 2.K * / Urc inst. = 1,2 W/m².K * Rw = 30 (-1,-4) db ** / Lia

Plus en détail

Expérimentation Satellite IP VSAT

Expérimentation Satellite IP VSAT Expérimentation Satellite IP VSAT Contexte & objectif Évaluer le potentiel des solutions satellitaires pour la transmission des données des réseaux hydrométriques Suite étude et expérimentation CETMEF

Plus en détail

Capacité épuratoire des. toitures végétalisées. Julie Schwager. Marie Christine Gromaire M. Seidl, K. Lamprea, C. Mirande, M. Saad

Capacité épuratoire des. toitures végétalisées. Julie Schwager. Marie Christine Gromaire M. Seidl, K. Lamprea, C. Mirande, M. Saad JOURNEE TECHNIQUE Quelle place pour les toitures végétalisées Paris, Capacité épuratoire des toitures végétalisées Julie Schwager Amandine Irles, Jérémy Thiriat CETE de l Est LRPC de Nancy Directeurs de

Plus en détail

Comment assurer la qualité des résultats issus des essais en salle propre? Rôle de l'accréditation ISO 17025

Comment assurer la qualité des résultats issus des essais en salle propre? Rôle de l'accréditation ISO 17025 Comment assurer la qualité des résultats issus des essais en salle propre? Rôle de l'accréditation ISO 17025 Tony WATTRELOT t.wattrelot@hygiene expertise.fr +33 (0) 6 60 70 85 01 www.hygiene expertise.fr

Plus en détail

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif Les Obligations réglementaires Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC 1 Un Outil fondamental Le ZONAGE d assainissement Eaux Usées

Plus en détail

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Ingénierie au service des industriels

db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Ingénierie au service des industriels db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Prestations de service, expertise, essais, maintenance et formation Ingénierie au service des

Plus en détail

Bien investir, l étude préalable avant travaux

Bien investir, l étude préalable avant travaux Mise en œuvre des meilleures techniques disponibles en traitements de surfaces 01 Bien investir, l étude préalable avant travaux Étape 1 : bilan de la situation initiale Informations générales sur l activité

Plus en détail

Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille

Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille Rédaction: F. Pons Présentation: P. Ledoux Programme LCPC 11M081 Programme ANR RIVES Programme CETMEF Données: Ville de Marseille Centre d'études

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire. Antoine GARCIA Ville de BESANCON

Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire. Antoine GARCIA Ville de BESANCON Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire Antoine GARCIA Ville de BESANCON Mardi 13 mai 2014 Associations d idées Hier / Aujourd hui / Demain Réseau unitaire / Réseau

Plus en détail