Les fosses de la Mer Rouge : approche géomorphologique d'un stade initial d'ouverture océanique réalisée à l'aide du Seabeam

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les fosses de la Mer Rouge : approche géomorphologique d'un stade initial d'ouverture océanique réalisée à l'aide du Seabeam"

Transcription

1 OCEANOLOGICAACTA VOL. 6- N'3 ~---- Les fosses de la Mer Rouge : approche géoorphologique d'un stade initial d'ouverture océanique réalisée à l'aide du Seabea Sondeur ultifaisceaux Fosses Ouverture océanique Hydrotheralise Seabea Deeps Oceanic rifting and drifting Hydrotheralis G. Pautot Centre Océanologique de Bretagne, BP 337, Brest cédex. Reçu le 17/12/82, révisé le 18/2/83, accepté le 28/2/83. RÉSUMÉ L'utilisation du sondeur ultifaisceaux Seabea au cours d'un transit du N.O. Jean Charcot en Mer Rouge a peris de cartographier les fosses qui se disposent dans la vallée axiale. Les fosses Oceanographer, Kebrit, Vea, Nereus et Atlantis Il ont été ainsi cartographiées, et une analyse orphologique est présentée. La région des fosses Atlantis II a été égaleent étudiée pour coprendre la logique structurale de cette partie édiane coplexe. Une discussion est aorcée sur la présence de la vallée axiale s'étendant dans la portion septentrionale de la Mer Rouge. L'influence de la couche évaporitique et des accidents transverses est évoquée. Les fosses à hydrotheralise actif seblent disposées préférentielleent dans la vallée axiale au contact de failles transforantes. Oceanol. Acta, 1983, 6, 3, ABSTRACT Red Sea deeps: a geoorphological study by Seabea The axial depression of the Red Sea was studied using the "Seabea" ulti-bea echo-sounder during a cruise of the R.V. Jean Charcot. Severa} deeps were apped: Oceanographer, Kebrit, Vea, Nereus and Atlantis II, and a orphological analysis is presented. The Atlantis II area is also studied in order to understand the coplex structural fraework of this region. The presence or absence of oceanic crust in the northern part of the Red Sea is discussed. The influence of the Miocene eva pori tic layer and transverse faults is taken into account in this northern part. Deeps with hydrotheral activity and/or deposits appear to be preferentially disposed at the intersection of rift structures and transfor faults. Oceanol. Acta, 1983, 6, 3, INTRODUCTION Au cours d'un transit du N.O. Jean Charcot du CNEXO entre Port-Saïd et Djibouti, l'utilisation du sondeur ultifaisceaux Seabea a peris d'acquérir de nouvelles données dans la vallée axiale de la Mer Rouge. Le schéa de la figure 1, d'après Bertin et al. (1979) rend copte des grandes unités orphologiques et structurales de la Mer Rouge. On y distingue la vallée axiale, eboîtée dans une dépression centrale, et les bordures constituant le plateau. La zone axiale correspond à la phase oderne d'expansion des fonds arins avec ise en place de basaltes de type océanique. Dans cette zone axiale, on a décrit 24 fosses (Guennoc, Thisse, 1982) qui contiennent des sauures chaudes ou froides et/ou des sédients hydrotheraux chargés de particules étalliques. La plupart de ces fosses ont été visitées au cours du transit et cinq d'entre elles ont été cartographiées (fig. 2). Le levé a été effectué à l'échelle du 1/25 " avec équidistance des isobathes de 1 rn par des profils parallèles avec recouvreent latéral des zones balayées par le sondeur. L'aide à la navigation était un récepteur satellites. Contribution n 81 du Centre Océanologique de Bretagne /1983/ 235/S 6./ ICI Gauthier-Villars 235

2 G.. PAUTOT MER ROUGE 25 o 3 K Oépresston centrale 21' '1 21' 25' Socle Conttnentol Socle Océon1que Socle Cont nentof Figure 1 Coupe géologique schéatique de la Mer Rouge (d'après Bertin et al., 1979). Scheatic geological cross section in the central Red Sea (fro Bertin et al., 1979). ATLANTIS n 23' 21' CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA ZONE AXIALE 19' La profondeur de la zone axiale va s'accentuant du Nord au Sud, pour atteindre une profondeur axiu de 2 8 à la latitude de l9 35'N au niveau de la fosse Suakin. Cette profondeur diinue ensuite vers le Sud à l'approche des îles Farisan, où la vallée axiale s'estope. La profondeur de la zone axiale ne varie pas de anière progressive ais par gradins. On peut, coe Colean (1974), définir dans l'orientation générale NW-SE de l'axe une succession de segents à orientations successives NW-SE et N-S. Cinq segents peuvent être ainsi individualisés (fig. 2). Du Nord au Sud et segent par segent, nous avons visité les zones les plus profondes de la vallée axiale, qui constituent des fosses où s'épanchent des sauures et où s'accuulent préférentielleent des sédients hydrotheraux. MORPHOLOGIE DES FOSSES Sur le segent I, le plus septentrional, une seule fosse est connue : celle de l'oceanographer. Elle a été découverte en 1957 par le Navire Oceanographer qui a détecté un écho correspondant au toit des sauures, et des sédients ont été prélevés en 1971 par le navire Nereus. Figure 2 Parcours du N.O. «Jean Charcot» durant la capagne Merou. La cartographie coplète des fosses est indiquée par un rond noir. Les cinq segents principaux sont représentés en pointillés (Colean, 1974). Routes of N.O. "Jean Charcot" during Merou cruise. Black circles indicate deeps which are.copletely apped. Dotted!ines represent the five ain segents (after Colean, 1974). En un seul passage orienté SW-NE (profil CD, fig. 2) nous avons déteriné la orphologie générale de cette fosse (fig. 3). La position du fond de la fosse est 26 17'N et 35 E. Le fond de la fosse est relativeent plan, avec une fore générale ovoïde dont le grand axe esure un peu plus d'l k. Deux vallées d'orientation SW-NE sont visibles, et se arquent sur les 5 rn de dénivelée des flancs de la fosse. La profondeur axiu est de 149 n.c. (non corrigés). L'épaisseur n.c. des sauures est de 9. Le Seabea pénètre bien les sauures et le réflecteur du toit des sauures est visible seuleent sur le faisceau vertical. 11' 15' OCEANOGRAPHER Lni por so11deur lfrforsceon Stll Beo NaYIQGtion, Satellite REPRESENTATION MERCATOR Equidistance del courbes, to.! Figure 3 Partie du profil CD passant sur la fosse Oceanographer. Section of CD profile crossing Oceanographer deep. 236

3 GËOMORPHOLOGIE DES FOSSES DE LA MER ROUGE Figure 4 Partie du profil FG passant sur la fosse Al Wajab. La direction rift est orientée NS et la direction transforante est N35 E. Section of FG profile crossing Al Wajab deep. The rift direction is oriented NS and the transfor fault direction is oriented N35 E. Levi par sondeur ulttfotsceoul Seo Beo NoYIQOfton: Sotelhtt Repr8sentot1on Mercator fqu d stonce des courbes: 1 2K A 25 25'N on arrive à la jonction du segent 1 et Il. Le profil FG (fig. 2) passe sur une dépression dépassant 218 de profondeur: c'est lafosse Al Wajab (36 8'E et 25 2'N). Cette fosse est peu connue, et aucune étude spécifique ne seble avoir été enée (Guennoc, Thisse, 1982). Notre profil (fig. 4) est intéressant, car il souligne deux directions structurales conjuguées : l'une forant des reliefs allongés est de type intrusion dans un rift et orientée NS, et l'autre constitue un flanc de la fosse. Cette dernière direction (N35 E) serait à rattacher à une direction transforante, et elle est soulignée par une anoalie agnétique puissante d'orientation absoluent concordante (Hall, 1979). Il est à noter que les directions rift et transforante ne sont pas orthogonales. Sur le segent Il, d'orientation NS, une fosse est connue : la fosse Kebrit (24 44'N et 36 17'E) avec une dépression adjacente : la dépression Gypsu. Une cartographie de la zone Kebrit-Gypsu a été réalisée à l'aide de 13 profils orientés E-W (fig. 5). Sur le faisceau vertical nous n'avons pas détecté d'écho correspondant au toit de sauures, alors que Biicker et Schoell (1972) signalent Il de sauures à basse tepérature (23 C) ais à chlorinité très élevée (153 /oo). Le fond de la fosse Kebrit est plan, ovoïde, de diension du kiloètre. Sa profondeur est de 1 51 rn, soit très coparable à la fosse Oceanographer. L'allongeent général de la fosse est NS prolongé par des vallées étroites. Cette direction doinante est concordante avec celle du segent Il. Des vallées plus larges se dessinent sur le flanc occidental avec une direction perpendiculaire soit EW. La partie plane dans laquelle est située cette fosse culine à 1 1 rn de profondeur. Les flancs de la fosse sont abrupts, principaleent dans leur partie inférieure. Hall (1979) signale sur cette fosse une anoalie agnétique positive vigoureuse de 5 nt qui est interprétée coe due à une injection volcanique. La dépression Gypsu n'a pas les caractéristiques d'une fosse ais celles d'une cuvette évasée avec une dénivelée générale. inférieure à 1. On n'y signale pas de sauures ais des sédients hydrotheraux riches en fer et un niveau de gros cristaux de gypse. A la jonction entre le segent II et le segent III se présente une fosse dénoée Vea. Colean (1974) place à ce niveau, coe à la jonction des segents 1 et Il, une zone de fracture ajeure. La cartographie de la fosse a été réalisée à l'aide de 7 profils orientés NW -SE (fig. 6). Position 23 54'N et 36 3'E. Figure 5 Carte de la fosse Kebrit et de son appendice, la dépression Gypsu. 13 profils Seabea orientés EW ont été réalisés. Les sondes sont en ètres non corrigés. Équidistance des isobathes : 1. Map of Kebrit deep and the nearby Gypsu depression. 13 Seabea profiles oriented EW were ade. Depth is in non-co"ected etres. Isobaths are at 1 intervals. u.... "'t... ~~~~~~. ~~~~~~~~~~......) KEBRIT Levi par sondeur 11ultifoiaceoux Seo 8eo11 t Nowltotlon: Sotolllt Rtprhentotion Mercator Equldlltonce del cour&,

4 G.PAUTOT VEMA Figure 6 Carte de la fosse Vea; 7 profils Seabea orientés NW-SE ont été réalisés. Map of V erna deep. 7 Seabea profiles oriented NW-SE were ade. Nous n'avons pas enregistré d'échos de sauures. Cette fosse est cartographiée par Bâcker et al. (1975) coe une dépression ellipsoïdale. En fait, elle est constituée d'une succession de bassins ovoïdes allongés séparés par des seuils, et donnant à l'enseble une structure générale linéaire allongée dans la direction du segent III soit NW -SE. Dans le cadran NW de la carte, une vallée transverse pourrait souligner une direction transforante. La profondeur (157 rn n.c.) est encore coparable aux fosses précédentes. Les flancs présentent une dénivelée accentuée à leur base avec un caractère particulier arrondi et lobé. Entre les latitudes 23 2'N et 23 3'N se anifeste un décalage latéral de la partie axiale de la Mer Rouge. L'apleur de ce décalage est d'une vingtaine de kiloètres, aveè un ouveent senestre. L'orientation de ce dernier tronçon est encore NW -SE, ais les caractères de la zone centrale se odifient fondaen. taleent : la profondeur atteint 2 3 rn, une vallée axiale s'individualise en s'élargissant et en présentant une orphologie très coparable aux rifts océaniques classiques (Needha, Francheteau, 1974). La preière fosse de ce type, et la plus caractéristique, est la fosse Nereus (Bignell et al., 1974). Position : 23 1'N et 37 12'E. Onze profils Seabea ont été réalisés sur cette fosse (fig. 7). On n'a pas is en évidence d'échos dus aux sauures, qui sont signalées coe étant de faible épaisseur (inférieure à 4 rn). Cette vallée présente une fore en U. Les flancs latéraux sont très escarpés, présentant 1 rn de dénivelée brutale. Ils sont linéaires et parallèles. Le fond de la vallée est large (de l'ordre de 1 k). Le plancher interne présente des reliefs centraux de 2 rn disposés en chapelet, et des dépressions bordières circulaires d'une soixantaine de ètres de profondeur. C'est dans ces bassins latéraux du plancher interne de la fosse que Bâcker et Schoell (1972) signalent des sauures et des dépôts étallifères associés. La profondeur de ces bassins atteint 2 38 rn n.c. La plate-fore dans laquelle NaYI9Gtion: Sat11Ute Représentation Mercator Equldlsfanc des C:()Utbll' to est située cette fosse est relativeent plane et de profondeur coparable à la plate-fore bordant les fosses précédentes : 11. La différence fondaentale de cette fosse avec les rifts atlantiques ne se signale pas dans le plancher interne ais sur les flancs, qui ne présentent pas les gradins typiques séparés par un faillage noral. Le schéa de la figure 1 explique cette orphologie par un cobleent des structures océaniques latérales par les évaporites. Le segent III de l'axe de la Mer Rouge portant la fosse Nereus se poursuit jusqu'à la latitude 21 5'N par les fosses Thelis, Hadarba et Hatiba. Ces fosses n'ont pas été cartographiées. Vers 22 N, la vallée axiale est affectée par un nouveau décalage qui déplace, vers l'ouest cette fois, le segent éridional. Il est à noter que cet accident transverse, coe le précédent, qui induit ce décalage, n'est pas visible dans la topographie sinon par un «cobleent )) de la vallée axiale. Dans le segent IV, d'orientation générale NS, sont disposées en échelon une succession de fosses orientées NW -SE ais décalées les unes par rapport aux autres pour forer une direction générale NS. C'est la portion la plus copliquée de la Mer Rouge au sens de la géoorphologie et où se trouve exacerbé le phénoène d'hydrotheralise. La fosse Atlantis 11 est la ieux connue des fosses de Mer Rouge, principaleent par les travaux des équipes alleandes. Elle atteint une profondeur de 22 rn (fig. 8). Nous avons étendu par 27 profils le levé de la fosse Atlantis II sur une superficie d'environ 15 k 2 pour appréhender le cadre structural général de cette fosse (fig. 9). La carte de la fosse Atlantis II nous peret d'avancer une interprétation différente de Bii.cker et Richter (1973). Ces auteurs considèrent que les deux bassins de la fosse Atlantis II (fig. 8) constituent le plancher interne du rift et le relief au centre serait le haut central. Ce relief est un volcan égueulé bien visible sur notre carte qui est iplanté sur une pente abrupte à re~ard ouest. Nous interprétons cette pente en faille norale de bordure du rift avec la présence de volcan liée à la distension. Ceci nous conduit à proposer que le rift actuel est réduit au bassin occidental de la fosse Atlantis II. Le êe type 238

5 r---~~~ ~~~ ~~ ~,~7 15' NEREUS levi par sondeur ullifaisceaux Seo Bearn Navigation Satellite Représentation Mercator Equidistance des courbes 2 Figure 7 Carte de la fosse Nereus. 11 profils Seabea orientés EW ont été réalisés. L'équidistance des isobathes est ici de 2. Map of Nereus deep. Il Seabea profiles oriented EW were ade. lsobaths are at 2 intervals. Cl IT1' s: ::JJ " I r Cl (f) 'Tl (f) (f) (f) };: s: ::JJ ::JJ c Cl

6 G. PAUTOT Figure 8 Carte de la fosse Atlanlis II. Map of Atlantis Il deep. d'analyse structurale sur toute la zone Atlantis II peret (fig. 1) de proposer une extension de tronçons de rift vers le sud, alors qu'au nord de la fosse Atlantis II les directions structurales sont goées, vraiseblableent par la couverture évaporitique. Pour cette interprétation, les volcans liés au faillage noral de flancs de rift et les bassins triangulaires de jonction rift-zone transforante ont été utilisés. Les directions transforantes sont discrètes dans leur expression orphologique au nord et au sud du bassin Atlantis II, ais indéniables. Les bassins à sauures sont, dans cette zone, préférentielleent situés à proxiité des jonctions rift-zone transforante. A partir de 2 N, le segent V présente une direction générale NW -SE sans décalages iportants apparents. La fosse à sauures la plus éridionale est la fosse Suakin, cartographiée par Bauann et al. (1973). C'est la fosse la plus profonde de la Mer Rouge (2 8 ) et elle est située vers 19 4'N. Son allure est très coparable à celle de la fosse Nereus: largeur du plancher interne 1 k, haut central, bassins bordiers à sauures, ais les flancs présentent plusieurs gradins coe les rifts atlantiques (fig. 11). Nous n'avons effectué qu'un profil sur cette fosse. Cette fosse Suakin est ferée au Sud, puis une vallée en U caractéristique prend le relai vers le Sud sans accidents transverses notables et avec des profondeurs oindres, de l'ordre de 1 5. Cette dernière zone a été observée directeent par subersible vers 18 N (Monin et al., 1981). Le plancher du rift a 4 k de largeur. Sa profondeur oyenne est de l'ordre de 1 6. Le haut central est constitué de collines volcaniques allongées parallèleent à l'axe du. rift, et hautes de 2 à 3. Ce sont des volcans sous-arins fissuraux de oins de 3 ans d'âge., Les flancs sont subverticaux sur plus de 5 de hauteur. La zone d'extrusion a oins d'1 k de largeur et, fait rearquable, se dispose obliqueent et en échelon sur le plancher du rift, décalée par plusieurs petits accidents transverses d'ordre hectoétrique ou décaétrique. Ces. accidents transverses ne sont pas visibles de la surface, ais se anifestent en plongée par des urs de failles et parfois des forations bréchiques. Les urs latéraux sont constitués de pillow-lavas, presque entièreent incrustés de carbonates concrétionnés. Il n'a pas été observé d'activité hydrotherale. Le taux d'accrétion calculé à ce niveau sur les derniers illions d'années est de 1,5 c/an. DISCUSSION Les observations directes par subersible (Monin et al., 1981) coe les forages du Gloar Challenger (parcours 23; Whitarsh et al., 1974) ontrent que la partie axiale profonde centrale et éridionale de la Mer Rouge, est de nature océanique. Elle est généraleent considérée coe due à l'écarteent des plaques Afrique-Arabie au cours des 3 à 5 derniers illions d'années. Cette phase d'ouverture actuelle est soulignée par des séises du Golfe d'aden jusqu'à 2l N (McKenzie et al., 197), soit jusque vers la fosse Atlantis II. La plupart des odèles proposent égaleent un taux décroissant d'ouverture du sud au nord de la Mer Rouge : de 1,5 à 1 c/an à la pointe du Sinaï (Le Pichon, Francheteau, 1978). Dans ce contexte, que représentent les fosses que nous avons étudiées? De faço~ schéatique, on peut dire que si la portion éridionale de la Mer Rouge présente une vallée axiale que l'on peut coparer au rift du doaine atlantique, il en va différeent dans les portions édiane et septentrionale. La portion édiane avec des fosses du type Atlantis II présente des fragents en fore générale de rift ais avec de nobreux décalages transverses. En direction du Nord, après la fosse Nereus qui, orphologiqueent, est de type rift, on passe à des fosses oins profondes en fore de sillon (Vea) puis enfin de fore ovoïde (Kebrit, Oceanographer). 24

7 GËOMORPHOLOGIE DES FOSSES DE LA MER ROUGE Du Sud au Nord on a donc soit oblitération croissante du plancher interne du rift, soit un processus d'ouverture plus avancé au Sud qu'au Nord. En d'autres teres, les deux hypothèses en présence sont un cobleent de la vallée axiale septentrionale océanique par les sédients (évaporites en particulier) ou une absence de plancher océanique dans la portion nord, qui n'en serait qu'au stade d'étireent de la croûte continentale. Pour lever le doute entre ces deux hypothèses, on est obligé d'utiliser les éthodes géophysiques, seules ATLANTIS II Levé par sondeur ullifaisceaux Sea Bearn Navigation =Satellite Représentai ion Mercator Equidistance des courbe~ 1 5K '-----'--'---'----'~ C-- - D.CO<f4o Wll8oVIIIII.CMII Figure 9 Carte de la zone Atlantis Il. 27 profils Seabea orientés NS ont été réalisés. Map of Atlantis II area. 21 Seabea profiles oriented NS were ade. 241

8 G.PAUTOT 21' li ATLANTIS il Levé par sondeur noultifaisceaux Seo Bearn Navigation =Satellite Représentation Mercator U' Equidistance des cour~es 1 ~--'------'--~-'-~5K!l'il 38' Figure 1 Interprétation rnorphostructurale de la zone Atlantis II. Légende: 1, les points noirs sont des édifices volcaniques; 2, en hachuré horizontal : les dépressions; 3, en lignes barbelées : les failles norales; 4, en double trait : les directions transforantes; 5, en traits croisés : le rift. Morphostructural interpretation of Atlantis II area. Legend: 1, black spots: volcanoes; 2, horizontal hatching: depressions; 3, barbed /ines: noral Jaults; 4, double tines: transfor Jaults; 5, crossed hat ching: rift. capables de détecter la croûte océanique sous les sédients. En faveur d'un recouvreent sédientaire d'une partie axiale océanique de la Mer Rouge 31'1 C--"'"ooo oc...._,.._, septentrionale, on peut citer les données suivantes : - la présence des évaporites dans la partie axiale est soulignée par la continuité du réflecteur S (toit des 242

9 GËOMORPHOLOGIE DES FOSSES DE LA MER ROUGE SW Po1nt Z Figure 11 Portion du profil YZ sur la fosse Suakin. Légende: exagération verticale : x 3; les croix représentent le socle basaltique; les traits représentent les sédients; le trait horizontal dans la partie la plus profonde est le toit des sauures. Section of YZ profile crossing Suakin deep. Legend: vertical exaggeration: x 3; cross area is basa/tic baseent; horizontal /ines on the baseent are sedients; the horizontal /ine in the deeper part represents the top of brines. NE Pot Y '" _, 195 ~ "' '" évaporites; Phillips, Ross, 197), par des profils réfraction (Drake, Girdler, 1964) et des forages pétroliers (Ahed, 1972). - Hall (1979) décrit des linéations agnétiques parallèles à la côte et se prolongeant jusque vers le littoral. L'analyse synthétique de ces anoalies donnerait une vitesse d'expansion de,6 c/an sur les 5 derniers illions d'années ou,85 c/an sur les 3,5 derniers illions d'années. Ces anoalies ont cependant une aplitude netteent plus faible que dans la portion sud et une période netteent plus longue (1 à 3 k de axiu à iniu); - les arguents cinéatiques qui font ouvrir l'enseble Mer Rouge-Golfe d'aden sur toute sa longueur (McKenzie et al., 197; Le Pichon, Francheteau, 1978)... D'autres arguents ilitent pour l'absence de sol océanique dans la partie septentrionale : - un profil de sisique réfraction dans l'axe du bassin à 25 N (Drake, Girdler, 1964) qui indique une épaisseur de 5 k de atériel à vitesse 3,92 k/s, reposant directeent sur une croûte à vitesse 7,34 k/s; - l'absence de séises dans cette portion nord excepté un essai à l'ebouchure du Golfe de Suez; - la présence d'anoalies agnétiques iportantes et continues, de type océanique, de l6 N jusqu'à 2 N. Dans la partie édiane les anoalies agnétiques sont. encore iportantes ais constituent des «boutonniè- res>> (Bertin et al., 1979). Dans la portion septentrionale (nord de 23 3'N), les anoalies ont une aplitude oindre, et les plus nettes sont des anoalies transverses (Hall, 1979). Il paraît adis que dans la portion éridionale (segent V, sud de 2 2'N), les évaporites sont présentes sur les flancs ais absentes dans la vallée axiale, bien que le fluage latéral de ce sel d'âge Miocène supérieur sur de la croûte océanique plus jeune ait été is en évidence dans le forage DSDP 228 (Girdler, Whitarsh, 1974). Dans la partie oyenne de la Mer Rouge, le sel existe sur les bordures ais traverse égaleent toute la dépression centrale dans des zones inter-fosses [le réflecteur S du toit des évaporites se suit d'un flanc à l'autre (Phillips, Ross, 197)]. Dans la portion septentrionale, la couche salifère seble continue, excepté peut-être dans quelques dépressions ovoïdes. Pourquoi le sol océanique, s'il existe dans la zone Nord, n'a-t-il pu sectionner sa couverture évaporitique? Une des raisons pourrait être la plus grande épaisseur d'évaporites. Mais les profils sisiques et les forages n'indiquent pas un approfondisseent évident du bassin Nord au Miocène supérieur, ni un changeent de propriétés écaniques des évaporites. Les données agnétiques et l'extension des séises sont les eilleurs arguents pour penser que le nord de la Mer Rouge en est encore au stade d'étireent de la croûte continentale. C'est le stade précurseur de création de croûte océanique, avec déchirures par points et injection' de atériel profond. Une autre grande différence de la vallée axiale du Sud au Nord concerne les failles transforantes et les zones de fracture. Dans la partie éridionale il n'y a pas de failles transforantes ajeures. Dans la partie édiane, ces accidents transverses se anifestent en zones interfosses coblées. Dans la partie septentrionale ces zones de fracture sont ises en évidence par des anoalies agnétiques transverses iportantes, alors qu'il n'y a pas d'anoalies axiales. Ces zones de fracture seraient dans ce cas des zones de fracture arginales qui n'affectent que des copartients continentaux. Au point de jonction de ces zones de fracture ;;trginales avec la zone d'extension axiale on a création de points de faiblesse avec injection ponctuelle puis linéaire de atériel agatique. Cette action d'injection profonde peut expliquer que la déclivité des parois évaporitiques des fosses ovoïdes et linéaires du Nord est plus accentuée à la base, ce qui devrait être l'inverse si le fluage latéral en était le oteur. Au nord de la fosse Nereus, qui représente le dernier segent de rift typique, on assiste à une disparition progressive des fosses qui ne jalonneront que des points de faiblesse particuliers où sont injectés des dykes (exeple de Kebrit). Lorsqu'il y a propagation de la distension entre plusieurs points de faiblesse, on assiste à la création d'une vallée axiale ebryonnaire :la fosse Vea en serait l'exeple le plus septentrional. Cette étude géoorphologique des fosses de la Mer Rouge ontre enfin que dans la portion éridionale où la vallée axiale présente les caractères de rift sans failles. transforantes ajeures, les fosses à hydrotheralise : 243

10 G.PAUTOT 36" " 24" actif et/ou dépôts hydrotheraux paraissent absentes. Les fosses à hydrotheralise exacerbé sont disposées préférentielleent dans la partie édiane de la Mt;r Rouge, où les directions transforantes sont nobreuses et iportantes. Les fosses à exhalaisons hydrotherales paraissent disposées préférentielleent à la jonction des segents de rift et de failles transforantes (fig. 12). 2o 18" 18 36" 37" 38" 39" 4" Figure 12 Position des fosses à sauures et/ou à sédients hydrotheraux sur la carte du chap agnétique intégré réduit au pôle (carte agnétique d'après El Tayeb et al., 1979). Contour tous les 1 y. Les accidents transforants sont en pointillés. Location of deeps with hot brines andfor hydrotheral deposits on the ap of integrated agnetic field reduced to the pole. Contour interval 1 y. Dotted!ines are transfor zones. RÉFÉRENCES 22" 2o CONCLUSION L'étude des fosses à sauure de Mer Rouge apporte des éléents nouveaux sur l'expression orphologique de la vallée axiale de la Mer Rouge vers le Nord. Elle ontre plusieurs failles de fosses qui sont liées à la propagation vers le Nord du phénoène d'ouverture océanique. L'influence des zones transforantes seble doinante dans l'hydrotheralise de Mer Rouge. Toutes les fosses contenant des sauures et/ou des sédients hydrotheraux sont en contact avec des structures transverses bien visibles sur les cartes agnétiques (fig. 12). Cet hydrotheralise de Mer Rouge, exceptionnel par l'influence des évaporites, serait de type atlantique et associé aux zones transforantes, et non de type axial coe observé dans les dorsales rapides de type Pacifique (Cyaex, 1979). Reercieents D. Carré a réalisé le ontage et la copilation des cartes«seabea».b. Sichler, M. El Tayeb et D. Carré ont participé à la capagne Merou. Cette capagne a été réalisée par le N.O. «Jean Charcot» coandé par G. Paquet. D. Carré et J.P. Mazé ont réalisé l'illustration et N. Guillo-Uchard a effectué la frappe du anuscrit. Ahed S.S., Geology and petroleu prospects in Eastern Red Sea, A. Assoc. Petrol. Geol. Bull., 56, 4, Biicker H., Schoell M., New deeps with brines and etalliferous sedients in the Red Sea, Nature Phys. Sei., 24, Biicker H., Richter H., Die rezente hydrotheral-sedientiire Lagerstiitte Atlantis II Tief i Roten Meer, Geol. Rundsch., 62, 3, Bicker H., Lange K., Richter H., Morphology of the Red Sea central graben between Subair Islands and Abul Kizaan, Geol. Jb., Hannover, D13, Bauann A., Richter H., Schoell M., Suakin Deep: brines and hydrotheral sedients in the deepest part of the Red Sea, Geol. Rundsch., 62, 3, Bertin J., Pedeux J.P., Magenha J.C., Contribution de la géophysique et de l'océanographie physique à la recherche et à l'exploration des boues étallifères de la Mer Rouge. Séinaire International : Ressources inérales sous-arines, Orléans, octobre 1978, Docuents BRGM n 7, Bignell R.D., Toos J.S., Cronan D.S., Horowitz A., An additionallocation ofetalliferous sedients in the Red Sea, Nature, 248, Colean R., Geologie background of the Red Sea, Initial Reports of the DSDP, vol23, edited by R.B. Whitarsh, O.E. Weser, D.A. Ross et al., US Goveent Printing Office, Washington D.C., Cyaex Scientific Tea, Massive deep-sea sulphide ore deposits discovered on the East Pacifie Rise, Nature, 277, Drake C.L., Girdler R.W., A geophysical study of the Red Sea, Geophys. J. R. Astron. Soc., 8, El Tayeb M., lzzeldin Y., Ho,R., Tixeront M., Les données géophysiques de la Mer Rouge centrale: entre 18 et 24~: leur traiteent par la technique SIGMA. Séinaire International : Ressources inérales sous-arines, Orléans, octobre 1978, Docuents BRGM n 7, Girdler R.W., Whitarsh R.B., Miocene evaporites in Red Sea cores, their relevanée to the proble of the width and age of oceanic crust beneath the Red Sea, Initial Reports of the DSDP, vol 23, edited by R.B. Whitarsh, O.E. Weser, D.A. Ross et al., US Governent Printing Office, Washington D.C., Guennoc P., Thisse Y., Histoire de l'ouverture de la Mer Rouge et inéralisations des fosses axiales. Synthèse bibliographique, Rapport du BRGM, 82 SGN 138 MAR, ars Hall S.A., A total intensity agnetic anoaly ap of the Red Sea and its interpretation, US Geological Survey, Saudi Arabian Project, Report 275, 259 p. Le Pichon X., Francheteau J., A plate-tectonic analysis of the Red Sea-Gulf of Aden area, Tectonophysics, 46, Mc Kenzie D.P., Davies D., Molnar P., 197. Plate tectonics of the Red Sea and East Africa, Nature, 226, Monin A.S., Plakhin E.A., Podrazhansky A.M., Sagalevich A.M., Sorokhtin O.G., Visual observations of the Red Sea hot brines, Nature, 291, 21, Needha H.D., Francheteau J., Sorne characteristics of the Rift Valley in the Atlantic Ocean near 36 48' North, Earth Planetary Sei. Lett., 22, Phillips J.D., Ross D.A., 197. Continuous seisic refiection profiles in the Red Sea, Philos. Trans. R. Soc. London, A, 267, Whitarsh R.B., Weset O.E., Ross D.A. et al., Initial Reports of the DSDP, vol. 23, US Goveent Printing Office, Washingt<>" D.C. 244

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

EXERCICE II : LE TELEPHONE "POT DE YAOURT" (5 points)

EXERCICE II : LE TELEPHONE POT DE YAOURT (5 points) USA 2005 EXERCICE II : LE TELEPHONE "POT DE YAOURT" (5 points) A l'ère du téléphone portable, il est encore possible de couniquer avec un systèe bien plus archaïque L'onde sonore produite par le preier

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

OBJECTIFS. I. A quoi sert un oscilloscope?

OBJECTIFS. I. A quoi sert un oscilloscope? OBJECTIFS Oscilloscope et générateur basse fréquence (G.B.F.) Siuler le fonctionneent et les réglages d'un oscilloscope Utiliser l oscilloscope pour esurer des tensions continues et alternatives Utiliser

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Problème I : Microscope à force atomique

Problème I : Microscope à force atomique Problèe I : Microscope à force atoique Ces dernières années, de nouvelles techniques dites de "icroscopies à chap proche" se sont développées pour étudier les surfaces. Pari ces techniques, le icroscope

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash Une personne de 60 kg est à gauche d un canoë de 5 de long et ayant une asse de 90 kg. Il se déplace ensuite pour aller à droite du canoë. Dans les deux cas, il est à 60 c de l extréité du canoë. De cobien

Plus en détail

Mesurer les altitudes avec une carte

Mesurer les altitudes avec une carte www.ign.fr > Espace éducatif > Les fiches thématiques > Lecture de la carte Mesurer les altitudes avec une carte Les cartes topographiques ne sont pas uniquement une représentation plane de la surface

Plus en détail

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013

TS Devoir surveillé N 3 mardi 08/01/2013 TS Devoir surveillé N 3 ardi 8//3 No et Préno : Note : / Toute réponse doit être justifiée. Eercice : Le saut de la grenouille (7,5 points) Etienne Jules Marey (Beaune 83 Paris 94) physiologiste français,

Plus en détail

PLAQUES DE PLÂTRE CLOISONS - DOUBLAGES

PLAQUES DE PLÂTRE CLOISONS - DOUBLAGES CONSEILS ILLUSTRÉS D'ISOLAVA PLAQUES DE PLÂTRE CLOISONS - DOUBLAGES GUIDE DE MISE EN OEUVRE VITE et BIEN FAIT SOMMAIRE 1. Cloison de séparation sur ossature p 3 étallique -Matériaux nécessaires par 2 de

Plus en détail

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction CH.9 ÉNERGIES exercices - correction SAVOIR SON COURS ❶ Choisir la bonne réponse : Enoncés Réponse A Réponse B Réponse C ❶ L énergie de position d un objet ❷ Lorsqu un objet tobe augente quand son altitude

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération 2 e B et C 1 Position. Vitesse. Accélération 1 Mécanique : Cinéatique du point La écanique est le doaine de tout ce qui produit ou transet un ouveent, une force, une déforation : achines, oteurs, véhicules,

Plus en détail

Etude géothermique du Sud de l Algérie

Etude géothermique du Sud de l Algérie Revue des Energies Renouvelables Vol. 9 N 4 (2006) 297-306 Etude géotherique du Sud de l Algérie S. Ouali 1, A. Khellaf 1 et K. Baddari 2 1 Centre de Développeent des Energies Renouvelables, B.P. 62, Route

Plus en détail

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Une prédiction de certains écoloistes : Les poissons devraient avoir disparu en 048! LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Les rèles suivantes s appliquent pour tous les calculs ipliquant des

Plus en détail

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs BUREAU NATIONAL DE MÉTROLOGIE COMMISSARIAT À L'ÉNERGIE ATOMIQUE LABORATOIRE NATIONAL HENRI BECQUEREL Note technique LNHB/04-13 Arrondissage des résultats de esure Nobre de chiffres significatifs M.M. Bé,

Plus en détail

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU C60 GRAFCET 1- Structure générale Etape initiale : généraleent associée à une attente ou à une ise en réérence de la partie opérative Réceptivité : cobinaison d inorations reçues par la partie coande et

Plus en détail

ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES

ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES Seaine de la PME BDC 2014 Résué --------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Échafaudage de façade UNI 70/100

Échafaudage de façade UNI 70/100 Stark gerüstet. Échafaudage de façade 70/100 Français valable à partir du 15.04.2013 Table des atières Montage du systèe / Avantages du systèe 2-3 Châssis 4-5 Planchers 6 Escaliers «intérieurs» 7 Escaliers

Plus en détail

2.1 Comment fonctionne un site?

2.1 Comment fonctionne un site? Coent fonctionne un site? Dans ce chapitre, nous allons étudier la liste des logiciels nécessaires à la création d un site ainsi que les principes de base indispensables à son bon fonctionneent. 2.1 Coent

Plus en détail

Etude salaires : le marketing s'en sort bien

Etude salaires : le marketing s'en sort bien Page 1/5 Etude salaires : le arketing s'en sort bien Public- le i:» 12 2013 pai ('ATI IF RI M; UFrRTFHISi Selon l'étude Maesina Marketing Search/Aon Hewitt, les arketers ont vu leur réunération progresser

Plus en détail

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter le service technique au 01 40 13 37 77. HORAIRES MONTAGE-DEMONTAGE

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter le service technique au 01 40 13 37 77. HORAIRES MONTAGE-DEMONTAGE Salon de l iobilier d entreprise règleent de décoration VALIDATION DES PROJETS Vos projets d aénageent de stand devront être validés dans le cadre du respect des règles d architecture du salon et du respect

Plus en détail

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir!

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! Août 2015 Jaie Golobek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de patrioine CIBC

Plus en détail

PALANS TREUILS PONTS ROULANTS

PALANS TREUILS PONTS ROULANTS PALANS TREUILS PONTS ROULANTS Certified Copany Prograe Palans et Treuils électriques et pneuatiques Palans standards, hauteur réduite et hauteur perdue réduite Chaînes de charge et de anœuvre zinguées

Plus en détail

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1 re B et C 5 Oscillations d'un pendule élastique horizontal 40 Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1. Définitions a) Oscillateur écanique * Un systèe écanique qui effectue un ouveent

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

La métrologie du ph au LNE : état de l art et perspectives. Metrology of ph at LNE: state of the art and perspectives

La métrologie du ph au LNE : état de l art et perspectives. Metrology of ph at LNE: state of the art and perspectives La étrologie du p au LNE : état de l art et perspectives Metrology of p at LNE: state of the art and perspectives Rachel CAMPION et Cédric RIVIER Laboratoire national de étrologie et d essais (LNE), rue

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger MCANIQU QUANTIQU Capitre : Solutions stationnaires de l équation de Scrödinger Pr. M. ABD-FDI Université Moaed V-V Agdal Faculté des Sciences Départeent de Pysique Année universitaire 7-8 8 Filières SM-SMI

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques Département de la Sarthe Cartes de bruit stratégiques Grandes infrastructures de transports Réseau autoroutier COFIROUTE Résumé non technique Article R 572-5 du code de l environnement Vu pour être annexé

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Documentation. Cartographie. Présentation générale

Documentation. Cartographie. Présentation générale Documentation Cartographie Présentation générale On accède aux cartes thématiques après avoir choisi un niveau géographique (ou découpage de la carte ou maillage), par exemple la France par commune. La

Plus en détail

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES Travaux pratiques de chiie physique I Fournier Coralie, Chappuis Eilie Groupe E 5..29 CONDUCTIMÉTRIE. CONDUCTIITÉ DE ÉLECTROLYTES. But Déduire par conductiétrie si une solution d électrolytes suit la loi

Plus en détail

Abstract. Key-words: The flowshop problem, Heuristics, Job scheduling, Total flowtime.

Abstract. Key-words: The flowshop problem, Heuristics, Job scheduling, Total flowtime. Abstract Since the flowshop scheduling proble has found to be an NP-coplete proble, the developent of heuristic algoriths that give better solutions becoe necessary. In this paper we discuss how to resolve

Plus en détail

Les bases de données. Historique

Les bases de données. Historique 1 Les bases de données Aujourd hui indispensables dans tous les systèes de gestion de l inforation, les bases de données sont une évolution logique de l augentation de la deande de stockage de données.

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008 Preière S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n De tous teps, les hoes se sont intéressés aux jeux de hasard. La théorie des probabilités est une branche des athéatiques née de l'étude des jeux de hasard

Plus en détail

COMMUNAUTE de COMMUNES de DOUVE & DIVETTE

COMMUNAUTE de COMMUNES de DOUVE & DIVETTE COMMUNAUTE de COMMUNES de DOUVE & DIVETTE PROJET D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Ce forulaire est à renvoyer, dûent repli, au Service Public d Assainisseent Non Collectif (SPANC). Il peret à ce service

Plus en détail

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES N d ordre 006-ISA-009 Année 006 Thèse ETUDE DE ATTENUATION DES ONDES UTRASONORES. AIATION AU ONTROE NON DESTRUTIF DES SOUDURES EN AIER INOXYDABE AUSTENITIQUE présentée devant Institut National des Sciences

Plus en détail

Cahier des charges type 1.401

Cahier des charges type 1.401 01.02.2002 Cahier des charges type 1.401 Assainisseent des açonneries huides et salpêtrées (coupure de capillarité ADEXIN HS 2 et ortier acro-poreux DEITERMANN SP) et étanchéité extérieure des urs enterrés

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002 La détérioration des teres de l échange des pays du Sud Bernard Conte el : conte@u-bordeau4.fr site web : http://conte.u-bordeau4.fr Les pays du Sud seraient inéluctableent frappés par la détérioration

Plus en détail

Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177

Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177 Centre Sismologique Euro Méditerranéen Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177 Edition Rédacteur Approbateur Emetteur Nom Gilles Mazet-Roux Stéphanie Godey Rémy Bossu Unité CSEM CSEM CSEM

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Africa GIS & SIGAFRIQUE network

Africa GIS & SIGAFRIQUE network Africa GIS & SIGAFRIQUE network Final meeting of the pilot phase (2003-2005): 2005): main results SIG Afrique & Réseau SIGAfrique Réunion finale de la phase pilote (2003-2005): 2005): principaux résultats

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation URSI-France Journées scientifiques 26/27 mars 2013 Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation All Dielectric Superstrate to Control the Half-Power-BeamWidth

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

5.3 Comment déplacer le repère?...27 5.4 Comment décaler le repère?...28 5.5 Comment centrer le repère?...28 5.6 Comment masquer ou afficher le

5.3 Comment déplacer le repère?...27 5.4 Comment décaler le repère?...28 5.5 Comment centrer le repère?...28 5.6 Comment masquer ou afficher le Table des matières 1 Présentation...6 1.1 À qui s'adresse le logiciel?...6 1.2 Quelle est la configuration requise?...6 2 Mes premiers pas...7 2.1 Comment se procurer la documentation et le logiciel?...7

Plus en détail

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET DOCUMENT 4.7. INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET Jean-Jacques PESANDO Ingénieur Chef des Projets Océanographiques Société SAFARE-CROUZET

Plus en détail

Fiche n 5 Paysage avec Sketchup Make. Table des matières

Fiche n 5 Paysage avec Sketchup Make. Table des matières Fiche n 5 Paysage avec Sketchup Make Table des matières Fiche n 5 Paysage avec Sketchup Make...1 1-Utiliser les outils Bac à sable...1 2-Exercices d'application...5 2.1-À partir de zéro...5 2.2-À partir

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Utiliser Internet Explorer

Utiliser Internet Explorer 5 Utiliser Internet Explorer 5 Utiliser Internet Explorer Internet Explorer est le plus utilisé et le plus répandu des navigateurs web. En effet, Internet Explorer, couraent appelé IE, est le navigateur

Plus en détail

CONSTRUCTION DES PROJECTIONS TYPES DE PROJECTION. Projection => distorsions. Orientations des projections

CONSTRUCTION DES PROJECTIONS TYPES DE PROJECTION. Projection => distorsions. Orientations des projections A.Charbonnel SYNTHÈSE SUR LES PROJECTIONS CARTOGRAPHIQUES SIMPLES 1/6 TYPES DE PROJECTION Pour passer de la représentation en 3D de la terre (globe terrestre) à une représentation en 2D (la carte), on

Plus en détail

Équations générales des milieux continus

Équations générales des milieux continus Équations générales des ilieux continus Jean Garrigues 1 ai 212 ii Avant-propos L objectif de ce cours est d établir les équations générales régissant tous les ilieux continus, qu ils soient solides ou

Plus en détail

PROPRIETES ELASTIQUES DU PLI UNIDIRECTIONNEL APPROCHE MICROMECANIQUE

PROPRIETES ELASTIQUES DU PLI UNIDIRECTIONNEL APPROCHE MICROMECANIQUE Cours Matériau Coposites Fiche 2 PROPRITS LASTIQUS DU PLI UNIDIRCTIONNL APPROCH MICROMCANIQU A. Chateauinois RSUM : Cette iche présente des approches sipliiées perettant d'éaluer le odule longitudinal

Plus en détail

3 Les périphériques: les disques

3 Les périphériques: les disques 3 Les périphériques: les disques Tu dois devenir capable de : Savoir 1. Comparer un disque d'ordinateur et une cassette audio ou vidéo en montrant les ressemblances et les différences ; 2. Expliquer ce

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

Compte-rendu technique complet et détaillé des cookies

Compte-rendu technique complet et détaillé des cookies Copte-rendu technique coplet et détaillé des cookies Site Web audité : Date de l audit : 01 Aug 2015 http://www.sd-france.co/ Ce docuent est fourni pour accopagner la gestion du consenteent de MSD France

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

L'énergie de la Terre

L'énergie de la Terre GEOTHERMIE : L'énergie de la Terre Groupe BRGM CFG SERVICES Groupe BRGM 1 La géothermie : 1- qu est-ce-que c est? 2- comment ça marche? 3- à quoi ça sert? 4- ses avantages et ses inconvénients 5- la géothermie

Plus en détail

ISTA H.H www.developpez.c.la Diagramme d activité SOMMAIRE

ISTA H.H www.developpez.c.la Diagramme d activité SOMMAIRE SOMMAIRE I. Définition... 2 II. Intérêts des diagrammes d activité... 5 III. Quand employer le diagramme d activité?... 5 IV. Avantage et Inconvénient... 6 V. Les étapes de constructions... 7 VI. Comment

Plus en détail

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Farida Bendriaa, Virginie Hoel, Henri Happy Institut d'electronique et de Microélectronique

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT

Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT La géothermie o Origine o Classification Potentiel géothermique dans la ZT o TBE o BE o ME/HE Avis de l IRSN Dialogue Technique HA et MAVL Séminaire

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO 4 - JANVIER 2015

DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO 4 - JANVIER 2015 DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO - JANVIER 2015 RAPPORT DE VERISIGN SUR LES NOMS DE DOMAINE LEADER MONDIAL DU SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE ET DE LA SÉCURITÉ D'INTERNET, VERISIGN

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER Utilisation d images dérivées d un jeu de données LIDAR pour la détection automatisée de vestiges archéologiques (programme de recherche méthodologique LiDARCHEO) Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET,

Plus en détail

NOUVELLES REGLEMENTATIONS

NOUVELLES REGLEMENTATIONS Vision et Conduite Permis B Permis Professionnels NOUVELLES REGLEMENTATIONS X. ZANLONGHI T. BIZEAU - C. GRIMAUD Centre Basse Vision de la Clinique Sourdille Laboratoire d Explorations Fonctionnelles de

Plus en détail

Normes techniques d'accessibilité

Normes techniques d'accessibilité Normes techniques d'accessibilité Informations tirées du site de la CRIPH (Cellule de Recrutement et d Insertion des Personnes Handicapées) La notion d accessibilité intègre plusieurs composantes : l accès

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien).

Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien). Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien). Clean Tuesday 12 octobre 2010 Natalia QUISEL Pascal CESSAT 12/10/2010) Veolia

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Assembly Instructions Stratton Premier Combo Plus Instructions Pour Assembler Collection Stratton Premier Combo Plus

Assembly Instructions Stratton Premier Combo Plus Instructions Pour Assembler Collection Stratton Premier Combo Plus W westwood design Assembly Instructions Stratton Premier Combo Plus Instructions Pour Assembler Collection Stratton Premier Combo Plus ! WARNING: FALL HAZARD TO PREVENT DEATH OR SERIOUS INJURY, ALWAYS

Plus en détail

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée SOMMAIRE 1 LA CARTE 1.1 Les types de carte 1.2 Les différentes échelles 1.3 - Les informations figurants sur les cartes au 1/25000 ème 1.3.1 - Le cadre 1.3.2 Les couleurs

Plus en détail

SNC du Chemin de Paris Création d un bâtiment d activité industrielle et de stockage ZAC du Chemin de Paris 60440 Nanteuil le Haudouin

SNC du Chemin de Paris Création d un bâtiment d activité industrielle et de stockage ZAC du Chemin de Paris 60440 Nanteuil le Haudouin DOSSIER DE DEMANDE D ENREGISTREMENT D UNE INSTALLATION CLASSEE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Code de l Environneent Livre V Titre I SNC du Chein de Paris Création d un bâtient d activité industrielle

Plus en détail

' Département de Chimie Analytique, Académie de Médecine, 38 rue Szewska,

' Département de Chimie Analytique, Académie de Médecine, 38 rue Szewska, J. Phys. IVFrance 11 (2001) O EDP Sciences, Les Ulis Limites des solutions solides dans le système binaire CdBr2-AgBr A. Wojakowska, A. Gorniak and W. ~awel' Laboratoire d'analyse Thermique, Département

Plus en détail

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie?

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Nom : Groupe : Date : Verdict Chapitre 11 1 La communication graphique Pages 336 et 337 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Les dessins de fabrication. Les schémas.

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

L indice des prix à la consommation

L indice des prix à la consommation L indice des prix à la consoation Base 2004 Direction générale Statistique et Inforation éconoique 2007 L indice des prix à la consoation Base 2004 = 100 La Direction générale Statistique et Inforation

Plus en détail

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton Influence d un film viscoélastique ultra-mince sur la réponse d une pointe oscillante : vers un aspect quantitatif du mode semi contact d un microscope à force atomique Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION 1. LES DIFFERENTS TYPES DE CARTES A. Cartes routières et touristiques - MICHELIN 1/150 000 à 1/200 000 - IGN Régionales : 1/250 000 TOP 100 1/100 000 Série Plein

Plus en détail

Création d'un diaporama

Création d'un diaporama S JOLLY décembre2010 - v3 Création d'un diaporama avec IMPRESS 3.0 Création d'un diaporama - Utilisation du logiciel IMPRESS / Open Office 3.0 - page 1 Sommaire 1 PRÉSENTATION...3 2 DÉMARRER IMPRESS...4

Plus en détail

Evaluation des fluctuations de vitesse, mesurées par micromoulinet

Evaluation des fluctuations de vitesse, mesurées par micromoulinet Evaluation des fluctuations de vitesse, mesurées par micromoulinet et enregistrées sur bande d oscilloscope O. Györke Budapest (Hongrie) Résumé. La communication présente le principe de construction et

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

innovation / construction / territoire Crèche modulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

innovation / construction / territoire Crèche modulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES innovation / construction / territoire Crèche odulaire-bois La Rose des Vents GAILLAC (81) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES Présentation de la crèche éco-responsable et odulaire de la Rose des vents à Gaillac La

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle 7ème Journée de restitution des résultats de l Observatoire du Patrimoine Naturel Marais poitevin jeudi

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail