THEME 2 LA GUERRE AU XXème SIECLE (6 heures) QUESTION 2 DE LA GUERRE FROIDE A DE NOUVELLES CONFLICTUALITES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THEME 2 LA GUERRE AU XXème SIECLE (6 heures) QUESTION 2 DE LA GUERRE FROIDE A DE NOUVELLES CONFLICTUALITES"

Transcription

1 THEME 2 LA GUERRE AU XXème SIECLE (6 heures) QUESTION 2 DE LA GUERRE FROIDE A DE NOUVELLES CONFLICTUALITES Chapitre 2 Vers de nouvelles conflictualités. INTRODUCTION Définition du sujet : Avec la disparition du monde bipolarisé, les relations internationales ont changé en profondeur et de nouvelles formes de conflits sont apparues. Apres 1989, les rapports de forces internationaux ont été modifiés. Un nouvel ordre mondial est né Comment définir le concept de conflictualité? Etat de tension résultant de menaces latentes et difficilement identifiables pouvant mener au conflit. La notion de conflictualité nous permet d appréhender les tensions nées des bouleversements de la fin du XXème siècle-début XXIème siècle : la fin de la Guerre Froide conjuguée à l accélération de la mondialisation a fait naître un nouvel ordre mondial. Dans ce nouvel ordre, l ennemi est plus difficile à identifier. Les relations internationales sont aussi devenues plus incertaines car les pays ne sont plus tenus d appliquer le même type de solidarité face à un ennemi commun. Les clivages idéologiques s étant atténués, de nouveaux clivages sont alors apparus (géoéconomiques par exemple). Concepts voisins : la crise est un trouble profond, d une durée limitée et portant sur un événement précis, le conflit est un affrontement direct, tandis que la conflictualité n a pas de durée limitée et ne porte pas sur un événement précis mais ne donne pas lieu non plus à un affrontement direct. 1

2 Dans son ouvrage, Qui a peur du XXIème siècle?, (Ed. La Découverte, 2006) Bertrand BADIE compare le système de relations internationales en vigueur pendant la Guerre Froide et le système postérieur à la Guerre Froide. Le tableau suivant synthétise son travail : SYSTEME PENDANT LA GUERRE FROIDE Monde polarisé autour de 2 puissances qui se font face. La relation d hostilité organisait les relations internationales. La violence internationale était politique et interétatique (un Etat créé de la violence pour démontrer sa puissance et renforcer sa propre sécurité) L équilibre entre les puissances était le principal facteur de paix. Les logiques d alliances et d alignement avec l un ou l autre camp sont alimentées par le besoin de protection et de sécurité nationale. RUPTURE DU SYSTEME Chute du mur de Berlin, fin de la puissance soviétique. Croyance en un monde plus apaisé. Développement de la mondialisation (mise en relation directe des individus entre eux). Crise lente de l Etat-Nation. 2 SYSTEME POST GUERRE FROIDE Disparition de la bipolarité. Les 2 figures structurantes qui permettaient de comprendre les relations internationales ont disparu, ainsi que leurs références idéologiques respectives. La puissance restante (EUA) n est plus perçue comme protectrice et suscite même des réactions de crainte ou contestation (antiaméricanisme) Progression des processus d intégration régionale. La violence a changé de nature (elle est sociale). Elle n est plus produite par des Etats, mais par des acteurs disséminés : émeutes, guerres civiles, attaques terroristes qui recherchent la nuisance plus que l affirmation de leur puissance. Impossibilité de réaliser un ordre unipolaire, facteur de désordre international : on s achemine vers un monde multipolaire. La sécurité globale (économique, sociale, culturelle, environnementale) se substitue à la notion de sécurité nationale.

3 Objets d étude : La notion de conflictualité ainsi que ses grands axes d étude seront abordés à travers l étude de ces trois cas. o Un conflit armé : Guerre du Golfe, o Un lieu : Sarajevo, o Un acte terroriste, le 11 septembre 2001 Guerre Froide : Conflit idéologique, conflit de Nouvelles conflictualités puissance Un lieu Berlin ( ) Sarajevo ( ) Un conflit armé Guerre du Vietnam ( ) Une crise Crise des missiles de Cuba (1962) Guerre du Golfe ( ) Un acte terroriste : le 11 septembre 2001 Le programme compare le siège de Sarajevo à la situation emblématique de Berlin durant la Guerre Froide et de la bipolarisation du monde. Sarajevo est le symbole des nouvelles guerres. La Guerre du Golfe est la 1ere guerre depuis celle du Vietnam pour les EUA, mais elle représente aussi le nouveau rôle des EUA, les changements dans les conflits interétatiques et l évolution du droit international. Le programme fait de la crie de Cuba et du 11 septembre 2 moments particuliers de la période à laquelle ils appartiennent. Cuba est le paroxysme de la Guerre Froide et le 11 sept est un moment charnière pour la place et le rôle des EUA dans le monde : nouvel interventionnisme et tentative d imposer un unilatéralisme. Problématique : Dans quelle mesure le siège de Sarajevo en , la guerre du Golfe en et l attentat du 11 septembre sont-ils révélateurs des nouvelles conflictualités et du bouleversement des relations internationales depuis la fin de la Guerre Froide? 3

4 Cette question nous conduit nous demander quels rôles nouveaux vont jouer les EUA et l ONU dans un contexte d instabilité et d incertitudes des relations internationales et pour répondre à de nouvelles formes de conflictualités. PLUSIEURS TYPES DE PLANS SONT POSSIBLES PLAN 1 : Approche par espaces 1. De nouveaux facteurs de conflit : la Guerre du Golfe 2. De nouveaux espaces de conflit : Sarajevo 3. De nouvelle formes et de nouveaux acteurs de conflit : le 11 septembre 2001 PLAN 2 : Approche thématique 1. Trois nouveaux enjeux de conflit : le pétrole, le nationalisme, l intégrisme religieux. 2. Trois nouveaux espaces de conflit : le désert, les Balkans, une métropole d un pays du Nord. 3. Trois formes de conflit particulières : intervention de l ONU, épuration ethnique, attentat contre des populations civiles. PLAN 3 : Approche «croisée» thématique et spatiale 1. Un ordre mondial incertain depuis la fin de la Guerre Froide 2. L entrée dans une nouvelle phase des relations internationales depuis l attentat du 11 septembre Plan : 1. Un ordre mondial incertain depuis la fin de la Guerre Froide. 2. L entrée dans une nouvelle phase des relations internationales depuis l attentat du 11 septembre

5 1. Un ordre mondial incertain depuis la fin de la Guerre Froide. A- La fin de la Guerre Froide favorise la naissance d un monde multipolaire. Avec la fin de la Guerre Froide, le rôle de l ONU change. En effet, pendant la Guerre Froide le Conseil de Sécurité de l ONU était paralysé par la rivalité entre les EUA et l URSS. Or, avec la disparition de l URSS on espère que le nouvel ordre pourra se fonder sur le respect du Droit international. On en attend également le développement de relations multilatérales, c'est-à-dire basées sur la concertation et la négociation entre Etats sous l égide de l ONU. Dans ce contexte, peut-on dire que la Guerre du Golfe ( ) inaugure cette nouvelle ère des relations internationales? ETUDE DE DOCUMENTS SUR LA GUERRE DU GOLFE -> En quoi cette guerre marque t-elle une rupture dans les relations internationales? Origines du conflit : En août 1990, l Irak, dirigé par Saddam Hussein, envahit le Koweït, petit Etat pétrolier voisin et l annexe. Il semble que Saddam Hussein comptait sur l immobilisme de l ONU puisqu il s attendait au veto de son allié russe au Conseil de Sécurité. Au contraire, M. Gorbatchev condamna l agression irakienne et apporta son soutien aux EUA. C est pourquoi, et contre l attente de Saddam Hussein, cette violation du droit international suscite une réponse de la communauté internationale qui parvient à réunir une large coalition formée de 34 pays venant de continents différents afin de riposter et de libérer le Koweït. Cette coalition mandatée par l ONU atteste donc d un nouveau contexte international. Si cette coalition mandatée par l ONU sert à légitimer l intervention militaire contre l Irak, elle permet aussi aux EUA de s imposer au Moyen-Orient et de sécuriser leurs approvisionnements en pétrole. 5

6 Déroulement du conflit : La coalition internationale réunit plus de hommes contre les soldats de l armée irakienne. Le 29 novembre 1990, les sanctions économiques et les tentatives de règlement diplomatique ayant échoué, l ONU autorise le recours à la force si l Irak n a pas évacué le Koweït le 15 janvier Saddam Hussein n ayant pas cédé, l opération «Tempête du désert» est lancée le lendemain avec un bombardement massif sur les sites irakiens suivi d une offensive terrestre qui, en quelques jours, conduit l armée irakienne à se retirer du Koweït. A la fin de la guerre, le 27 février 1991, l Irak compte victimes militaires et civiles, contre 240 soldats alliés. Bilan : une réaffirmation de l ONU à nuancer : La Guerre du Golfe marque l entrée dans une nouvelle époque des relations internationales car la libération du Koweït est légitimée par le respect du Droit international et par la participation d une large coalition internationale. Toutefois, si l ONU a su réagir dans ce conflit, d autres problèmes demeurent sans réponse : l instabilité au Moyen-Orient est toujours grande, la question palestinienne n est toujours pas réglée par exemple. En fait, cette intervention, bien qu internationale, apparaît bien comme une guerre étasunienne et la victoire est davantage la manifestation de l hyperpuissance des EUA. En fait, dès le lendemain de la fin du conflit, personne n est dupe : il devient évident que cette intervention militaire dominée par les EUA répondait avant tout au souci d affirmer le rôle de leader des EUA dans le monde de l après Guerre Froide et de sécuriser l approvisionnement en pétrole de la puissance EU, plus que de faire respecter les droits de l Homme. En effet, s il s était agi de faire respecter les droits de l Homme, la coalition n aurait pas laissé S. Hussein réprimer les populations (Kurdes et chiites, notamment) qui s étaient révoltées conte sa dictature. Cette intervention contre l Irak a considérablement détérioré l image des EUA et du monde occidental dans le monde arabe. 6

7 B- L instabilité des années 1990 a- Le siège de Sarajevo ( ) : le retour de la guerre en Europe. La Guerre Froide n avait pas fait disparaître les tensions en Europe, mais elle y maintenait une certaine stabilité. Cependant, avec l éclatement du bloc soviétique et l effondrement des régimes communistes en Europe centrale, des tensions anciennes (souvent de nature ethnique, religieuse, identitaire) réapparaissent au sein de certains de ces pays. Le plus touché par ces tensions est la Yougoslavie. La Yougoslavie est un Etat né au lendemain de la Première Guerre mondiale du démantèlement de l Empire austro-hongrois dominé par les Serbes, mais il est multiethnique car composé de populations slaves mais de religions différentes. Les Slovènes et Croates sont catholiques, les Serbes, Monténégrins et Macédoniens sont orthodoxes et les Bosniaques sont musulmans. La chute du régime communiste fait ressurgir les nationalismes qui déjà existaient avant la Première Guerre mondiale : chaque nationalité souhaite posséder son propre Etat alors que les diverses populations qui composent cet Etat sont largement mêlées dans le pays. Le conflit éclate lorsque que les populations non serbes de Yougoslavie manifestent leur désir d accéder à l indépendance (notamment la Croatie et la Bosnie-Herzégovine). Les Serbes de Bosnie, menés par Radovan Karadzic et soutenus par les Serbes de Serbie de Slobodan Milosevic, refusent toute accession à l indépendance car ils souhaitent maintenir la fédération pour en faire une «Grande Serbie». Sarajevo, capitale (qui se trouve en Bosnie- Herzégovine) et symbole d une région multiethnique, est l un des principaux enjeux de l affrontement. Les Serbes assiègent la ville de Sarajevo de 1992 à 1995 et harcellent ses habitants par des bombardements quotidiens et leur font subir d importantes privations. Les bombardements sont réalisés par des milices serbes. Les tirs de Snipers visent les militaires bosniaques, mais aussi les civils dans le but de les terroriser. Les milices serbes pratiquent le «nettoyage» ou 7

8 «épuration ethnique» qui peut prendre plusieurs formes : exécutions, comme à Srebrenica (7000 bosniaques musulmans massacrés en 1995), déportations dans des camps, actes de terreurs (pillages, viols collectifs) destinés à faire fuir certaines communautés afin de rendre une région ethniquement homogène. Des massacres sont également commis par des milices croates contre les musulmans qui réagissent à leur tour par des exactions. Bilan humain : morts à Sarajevo, blessés, des milliers de déplacés. Les Serbes acceptent de lever le siège de Sarajevo au bout de trois ans. Sous l impulsion des EUA, sont signés en novembre 1995 les Accords de Dayton qui rétablissent la paix en Bosnie-Herzégovine. b- Que nous enseigne le siège de Sarajevo sur les nouvelles formes de conflictualités et sur les relations internationales dans les années 1990? Le siège de Sarajevo témoigne des nouvelles formes de conflictualités des années 1990 : Ce n est pas une guerre conventionnelle puisqu elle n oppose pas des armées régulières. Il s agit d une guerre civile opposant des milices et l essentiel des victimes sont des civils. Outre, la guerre en ex- Yougoslavie, entre 1990 et 2004, les conflits interétatiques deviennent minoritaires (4 sur 57 seulement), les civils représentent 70% des victimes. Le renouveau des nationalismes à l origine de ce conflit est un autre fait marquant des conflits de la dernière décennie du XXème siècle. Ils se manifestent en outre de manière très violente : «nettoyage ethnique». La fin de la Guerre Froide ne signifie donc pas la paix, mais l apparition d un nouveau type de conflit : les conflits identitaires se multiplient (Rwanda, Tchétchénie) et la communauté internationale est incapable 8

9 de les régler. Dans certains pays musulmans, ce réveil identitaire se manifeste par l essor de l islamisme. Le manque de réaction de la communauté internationale témoigne de l échec du nouvel ordre international qui semblait se dessiner au lendemain de la Guerre du Golfe : L ONU et l UE se sont révélées impuissantes face cette crise, ce qui a favorisé l intervention des EUA. Au moment de la guerre civile yougoslave, l UE essayait de s affirmer comme puissance politique (Traité de Maastricht, 1992) en mettant en place une Politique Etrangère et de Sécurité Commune (PESC). Toutefois, au moment de mettre en œuvre cette politique commune en répondant d une seule voix au conflit yougoslave, ce fut un échec. En effet, le RU refuse l envoi d une force armée. Tandis que l Allemagne reconnaît les nouveaux Etats indépendants, la France manifeste son attachement au maintien de la Yougoslavie. Dans ce contexte, l ONU répond en mettant en place la FORPRONU (Force de Protection des Nations Unies), mais cette force reçoit très peu de moyens car la communauté internationale ne la soutient pas. Finalement, sa mission doit se limiter à l acheminement de l aide alimentaire sous le contrôle des Serbes. C est pourquoi, les seuls qui se révèlent capables de mettre un terme à ce conflit sont les EUA dans le cadre de l OTAN. Apres avoir bombardé les forces serbes en août 1995, ils obtiennent que les Serbes acceptent de négocier, ce qui aboutit à la signature des Accords de Dayton en novembre 1995 entre la Serbie (représentée par Slobodan Milosevic), la Croatie (Franjo Tudjman) et la Bosnie-Herzégovine (Alija Izetbegovic). Ces accords prévoient une partition de la Bosnie- Herzégovine entre la Fédération croato-bosniaque et la République serbe de Bosnie, ainsi que le déploiement d une force de paix multinationale, l IFOR dirigée par l OTAN. 9

10 A LIRE, CE COURT ARTICLE DU MONDE DIPLOMATIQUE SUR LES ACCORDS DE DAYTON : Ce règlement de la guerre yougoslave piloté par les EUA après l échec des opérations menées par l UE et l ONU, renforce le rôle de «gendarme du monde» joué par les EUA. Par ailleurs, la manifestation de cette hyper-puissance fait l objet de contestations croissantes qui s expriment notamment par des attentats terroristes. Un point positif cependant : création du TPIY (Tribunal Pénal International pour l ex-yougoslavie) en 1993 : justice internationale sous l égide de l ONU. 2. L entrée dans une nouvelle phase des relations internationales depuis l attentat du 11 septembre A- Le choc du 11 septembre. Les attentats du 11 septembre contre le World Trade Center à NY et contre le Pentagone sont qualifiés de terroristes, c est-à-dire : actes de violences commis par une organisation (ici Al Qaïda, réseau terroriste islamiste fondé par Oussama Ben Laden) pour créer dans une population un climat de terreur et d insécurité afin de faire pression sur un Etat. Les attentats du 11 septembre ont causé un véritable choc international par leur magnitude (3.000 morts) et la médiatisation dont ils ont fait l objet, mais aussi pour les cibles touchées qui symbolisent la puissance économique (World Trade Center) et militaire (Pentagone) des EUA. Ces attentats témoignent non seulement de la vulnérabilité des EUA, mais aussi de la montée en puissance de l islamisme et du niveau de contestation et d hostilité généré par l hyper puissance EU. 10

11 B- Les mutations des relations internationales. a- Montée de l islamisme L islamisme est une doctrine qui veut faire de l Islam et de la loi islamique (charia) le fondement de la vie politique et sociale dans le monde musulman. Elle s accompagne d un rejet de l influence occidentale accusée de dominer et d affaiblir le monde musulman. Certains islamistes radicaux préconisent le recours au terrorisme contre les «infidèles», c est-à-dire les non-musulmans. L apparition et l évolution de l islamisme dépend étroitement du contexte politique international : L islamisme apparaît sur la scène internationale en 1979 avec la révolution islamique iranienne conduite par l ayatollah Khomeiny, qui donne naissance à la République islamique d Iran. L islamisme se renforce ensuite avec l occupation de l Afghanistan par l URSS entre 1979 et C est pour lutter contre les Soviétiques que le riche Saoudien Ben Laden fonde Al Qaïda en Les Talibans (islamistes radicaux) qui prennent le pouvoir à Kaboul en 1996 sont des islamistes issus de la résistance à l URSS. Dans les années 1990, Ben Laden désigne les EUA comme les ennemis de l islam. Il leur reproche leur soutien à Israël, mais aussi de maintenir des bases militaires en Arabie Saoudite malgré la fin de la Guerre du Golfe. La catastrophe humanitaire causée en Irak par l embargo EU exacerbe la haine contre les EUA parmi les populations arabo-musulmanes, de même que la situation des Palestiniens. Se généralise alors l idée que les EUA sont les ennemis des musulmans. C est dans ce contexte de montée graduelle de l islamisme qu au cours des années 1990 Al Qaïda conduit une série d attentats dont ceux qui touchent les ambassades des EUA en Tanzanie et au Kenya en

12 b- Guerre contre le terrorisme Dans les années 1990, commence la lutte contre le terrorisme islamiste. Puis, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, le président G. W. Bush ( ) annonce la «guerre contre le terrorisme». L émotion créée par les attentats suscite d abord une quasi-unanimité au sein de la communauté internationale qui se joint à la décision EU d intervenir en Afghanistan sous l égide de l ONU. Ce consensus permet aux EUA de conduire une coalition qui met fin au régime des Talibans en Afghanistan dès l automne c- L isolement des EUA Toutefois, le consensus de la communauté internationale s est rompu lorsque les EUA ont pris la décision d intervenir en Irak. En 2003, l ONU a refusé de donner son aval à cette intervention militaire. L UE s est trouvée également divisée et n a pas pu répondre d une seule voix. Tandis que la GB, l Italie et la Pologne par exemple se joignent aux EUA ; la France et l Allemagne refusent de cautionner l intervention. La France remet en question les arguments américains selon lesquels Saddam Hussein développait des armes de destruction massive (plus tard, il fut démontré qu aucune preuve de ces armes n avait été trouvée). Finalement, les EUA sont intervenus avec quelques alliés, mais sans l accord de l ONU. L intervention s est soldée par la mort de Saddam Hussein en Sur le plan des relations internationales, cette intervention EU apparaît globalement plutôt comme un échec : La guerre a provoqué une guerre civile, entraînant le maintien coûteux de troupes EU jusqu en L image des EUA s est trouvée détériorée, d autant que les accusations qui avaient justifié la guerre n ont jamais été prouvées. 12

13 Non seulement, cette guerre n a pas permis de stopper le terrorisme islamiste, mais au contraire il l a ravivé. Finalement, la décision prise par les EUA au mépris de l ONU a mis un terme à tout espoir de multilatéralisme (relations internationales fondées sur la concertation entre Etats), les EUA imposant au contraire leur volonté d agir seuls sur la scène internationale (unilatéralisme). CONCLUSION Au lendemain de la Guerre du Golfe, un espoir était né de nouvelles relations internationales multilatérales fondées sur la concertation entre Etats. Toutefois, l incapacité de l Union Européenne de définir une politique internationale cohérente a ouvert la voie à l unilatéralisme EU au moment du siège de Sarajevo. Cette voie vers l hégémonisme EU s est finalement trouvée renforcée avec la guerre menée presque unilatéralement par les EUA en réponse aux attentats du 11 septembre

Histoire. Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990

Histoire. Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990 Histoire Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990 I) Mutations en Europe de l Est Problématique : Que deviennent les anciens régimes communistes de l Europe de l Est? En 1989-1991, le bloc

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur «Les perspectives de coopération (nationale, européenne) et d interarmisation de l outil de défense : quels partages capacitaires possibles et quelles conséquences pour l armée de terre?» Jean-Pierre Maulny

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE SUJET SESSION 2013 Métropole - Antilles - Guyane - Réunion - Mayotte Toutes options BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Aucun Les candidats

Plus en détail

Comprendre la géopolitique contemporaine à travers l exemple de l Irak

Comprendre la géopolitique contemporaine à travers l exemple de l Irak Comprendre la géopolitique contemporaine à travers l exemple de l Irak cadre : l accompagnement personnalisé http://www.education.gouv.fr/cid50471/mene1002847c.html http://eduscol.education.fr/cid60349/modules-pour-laccompagnement-personnalise.html

Plus en détail

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide Cadre d analyse Définition juridique du crime de génocide L article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Plus en détail

Israël et la nouvelle carte du monde

Israël et la nouvelle carte du monde Israël et la nouvelle carte du monde Emmanuel Navon CRIF Marseille, 29 janvier 2012 Au début du processus d Oslo, il y a de cela 18 ans, Shimon Pérès publia un livre intitulé «Le Nouveau Proche Orient.»

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

LES ATTENTATS DE PARIS VENDREDI 13 NOVEMBRE 2015

LES ATTENTATS DE PARIS VENDREDI 13 NOVEMBRE 2015 LES FAITS Les faits. Le vendredi 13 novembre au soir, Paris a été frappé par des actes terroristes : trois explosions ont d abord retenti près du Stade de France, où se jouait un match amical de football

Plus en détail

Géographie Thème 1 : Des cartes pour comprendre un monde complexe en basculement

Géographie Thème 1 : Des cartes pour comprendre un monde complexe en basculement Géographie Thème 1 : Des cartes pour comprendre un monde complexe en basculement Introduction : - un monde qui change En quoi ce dessin indique-t-il un bouleversement profond du monde au tournant des XXe

Plus en détail

ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT

ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT Bayram Balci* Issues de l ex URSS, les républiques d Asie centrale -Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Turkménistan- étaient, au moment de

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Un lieu de conflictualité: Sarajevo

Un lieu de conflictualité: Sarajevo Un lieu de conflictualité: Sarajevo Situation géopolitique de la Yougoslavie dans les années 1990 Situation géopolitique de la Yougoslavie dans les années 1990-1945: création de la Yougoslavie (Serbie,

Plus en détail

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Projet d'aménagements apportés au programme d'histoire-géographie éducation civique Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Octobre 2013 MEN/DGESCO Histoire Géographie_

Plus en détail

*L'Afghanistan, l'irak et le terrorisme

*L'Afghanistan, l'irak et le terrorisme *L'Afghanistan, l'irak et le terrorisme Taliban : mot arabe qui signifie «étudiant d une école religieuse». À partir de 1979, des milliers d enfants ont été formés dans des écoles religieuses 1978 à 1992

Plus en détail

Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions

Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions En l espace d une vingtaine d années, l héritage des surplus de stocks d armes héritées de la Guerre Froide, l arrivée

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)] Nations Unies A/RES/65/34 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2011 Soixante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Lettre datée du 28 janvier 2003, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 28 janvier 2003, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2003/103 Conseil de sécurité Distr. générale 28 janvier 2003 Original: français Lettre datée du 28 janvier 2003, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général J

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

b. La montée des tensions entre les deux guerres

b. La montée des tensions entre les deux guerres Un plan chronologique : I- De 1918 à 1948 : une région sous influence étrangère a. Au lendemain de la Première Guerre Mondiale Pendant la 1GM les Britanniques étaient alliés aux princes arabes contre l

Plus en détail

LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL. Hélène TOURARD (*)

LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL. Hélène TOURARD (*) LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL par Hélène TOURARD (*) L intervention armée au Kosovo a soulevé de nombreuses interrogations relatives aux moyens dont dispose

Plus en détail

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique «Ce qui importe, ce n est pas seulement le bien que le CICR apporte, mais le mal qu il permet d éviter.» Nelson Mandela Crédits

Plus en détail

La nouvelle politique de défense

La nouvelle politique de défense N 17 - Fondation Jean-Jaurès / Orion - Observatoire de la défense - 10 janvier 2012 - page 1 de défense des Y. Gouermel* * Expert en questions de défense Le 5 janvier 2012, le président Obama a participé

Plus en détail

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 Le Conseil européen s est réuni le 21 septembre 2001 en session extraordinaire afin d analyser la situation internationale

Plus en détail

Ainsi que nous l écrivions il y a quelques années dans l article «Qu est-ce

Ainsi que nous l écrivions il y a quelques années dans l article «Qu est-ce Le terrorisme est-il un acte de guerre? TRIBUNE n 699 Éric Pourcel Docteur en droit, aspirant commissaire (R) de la Marine. Ainsi que nous l écrivions il y a quelques années dans l article «Qu est-ce que

Plus en détail

Réchauffement diplomatique entre Cuba et les États- Unis : des clés pour comprendre la stratégie du président Obama

Réchauffement diplomatique entre Cuba et les États- Unis : des clés pour comprendre la stratégie du président Obama Centre d études interaméricaines Institut québécois des hautes études internationales 1030, avenue des Sciences-Humaines, Local 5455 Pavillon Charles-De Koninck, Université Laval Québec (Québec), CANADA,

Plus en détail

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. Restreinte EC/54/SC/CRP.4 25 février 2004 COMITE PERMANENT FRANÇAIS 29 e réunion Original : ANGLAIS PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION

Plus en détail

FICHE RESSOURCES = L' ESSENTIEL Cycle 4 troisième. La sécurité et la défense

FICHE RESSOURCES = L' ESSENTIEL Cycle 4 troisième. La sécurité et la défense FICHE RESSOURCES = L' ESSENTIEL Cycle 4 troisième La sécurité et la défense La sensibilité : soi et les autres Objectifs de formation : Identifier et exprimer en les régulant ses émotions et ses sentiments

Plus en détail

Le Conseil ministériel,

Le Conseil ministériel, DÉCISION No 3/11 ÉLÉMENTS DU CYCLE DU CONFLIT LIÉS AU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE L OSCE EN MATIÈRE D ALERTE PRÉCOCE, D ACTION RAPIDE, DE FACILITATION DU DIALOGUE ET DE SOUTIEN À LA MÉDIATION, AINSI

Plus en détail

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement.

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Réflexion-Débats Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Par Sophie Ferhadjian Présentation du génocide des Arméniens, 1915 L Arménie est un territoire situé entre l Euphrate

Plus en détail

l alliance transatlantique

l alliance transatlantique l alliance transatlantique au xxi e siècle par Helmut Schmidt Ancien Chancelier de la République fédérale d Allemagne, Helmut Schmidt a joué un rôle important dans l évolution de l Alliance pendant une

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE

OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE Questions de BÉLIGH NABLI directeur de recherche à l IRIS, à SÉLIM BEN ABDESSELEM, Député à

Plus en détail

CHAPITRE 2 : De la guerre froide aux nouvelles conflictualités

CHAPITRE 2 : De la guerre froide aux nouvelles conflictualités 1ere / HISTOIRE 2e PARTIE CHAPITRE 2 : De la guerre froide aux nouvelles conflictualités 1. La guerre froide : une organisation bipolaire du monde N.Mansbridge è Discussion vitale Paru dans le journal

Plus en détail

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION 1. Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de

Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de l égalité femmes-hommes est une priorité de l action

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II AUDITION PARLEMENTAIRE 2008 AUX NATIONS UNIES New York, 20 21 novembre Document de travail : séance II VIOLENCE SEXUELLE A L ENCONTRE DES FEMMES ET DES ENFANTS DANS LES CONFLITS ARMES 1 Il est désormais

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ Nous, responsables des forces du Centre, présidents du MoDem (Mouvement démocrate) et de l UDI (Union des Démocrates et Indépendants), proposons à nos formations de se rassembler. L URGENCE L état réel

Plus en détail

Les organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ont l obligation d assurer à leurs volontaires une formation civique et citoyenne.

Les organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ont l obligation d assurer à leurs volontaires une formation civique et citoyenne. Note relative au décret n 202-30 du 6 mars 202 relatif à l aide versée aux organismes d accueil de jeunes en service civique pour l organisation de la formation civique et citoyenne Rappel sur l organisation

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

Catastrophe soudaine ou crise latente

Catastrophe soudaine ou crise latente Défis et changements Dans l œil du cyclone diriger en situation de crise Par Brian Ferguson, CA Président, Conseil sur la gestion des risques et la gouvernance L Institut Canadien des Comptables Agréés

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Baccalauréat général Série S Histoire - géographie Ressources pour le lycée général et technologique MEN / DGESCO - IGEN février 2014 http://eduscol.education.fr Nouvelle épreuve à compter de la

Plus en détail

Groupe armé État islamique : des extrémistes prêts à tout

Groupe armé État islamique : des extrémistes prêts à tout Groupe armé État islamique : des extrémistes prêts à tout Pistes d activités pédagogiques à explorer et à approfondir Les actions récentes du groupe armé État islamique frappent l imaginaire collectif

Plus en détail

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE 352 (2011-2012) N o 1 352 (2011-2012) N o 1 PARLEMENT DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE Session 2011-2012 21 MARS 2012 PROPOSITION DE RÉSOLUTION VISANT À PROMOUVOIR LA COMMÉMORATION DU CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE

Plus en détail

Égypte. le pays des 4 rentes

Égypte. le pays des 4 rentes Égypte le pays des 4 rentes L Égypte est un pays clé au Moyen-Orient en général, et dans le monde arabe en particulier. Mais ce pays est fragile politiquement, et il reste dépendant économiquement de quatre

Plus en détail

Engagement actif, défense moderne Concept stratégique

Engagement actif, défense moderne Concept stratégique Engagement actif, défense moderne Concept stratégique pour la défense et la sécurité des membres de l Organisation du Traité de l Atlantique Nord adopté par les chefs d État et de gouvernement au sommet

Plus en détail

Gestion de Crise et Diplomatie

Gestion de Crise et Diplomatie Gestion de Crise et Diplomatie Introduction La gestion de crise est un terme récurrent dans les médias, et nous l avons tous constaté en lisant un journal ou en regardant un reportage. Dès lors qu il existe

Plus en détail

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Source : http://www.marocainsdumonde.gov.ma/index.php?option=com_content&task=view&id=52&ite

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

AMBASSADEUR- CHEF DE POSTE DIPLOMATIQUE

AMBASSADEUR- CHEF DE POSTE DIPLOMATIQUE 78 Diplomatie Le domaine fonctionnel Diplomatie regroupe les emplois concourant à la définition et à la mise en œuvre de l action extérieure de la France, ainsi que ceux relatifs aux affaires consulaires

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Les États-Unis et le monde depuis les "14 points" du Président Wilson (1918)

Les États-Unis et le monde depuis les 14 points du Président Wilson (1918) Term L, histoire-géographie LMA, 2012-2013 Thème 3 Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours Question 1 Les chemins de la puissance Cours 1 Les États-Unis

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux

présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux Vous êtes unprofessionnel intervenant dans les domaines de l action sociale, du droit, de la santé, de l éducation

Plus en détail

Des leçons apprises des conflits et comment résoudre les conflits en Syrie, en Irak, au Mali, en Egypte, en centrafricaine, au Yémen, et en Libye.

Des leçons apprises des conflits et comment résoudre les conflits en Syrie, en Irak, au Mali, en Egypte, en centrafricaine, au Yémen, et en Libye. Des leçons apprises des conflits et comment résoudre les conflits en Syrie, en Irak, au Mali, en Egypte, en centrafricaine, au Yémen, et en Libye. Rédigé par le Dr. Sami Khawaldah Des conflits se déclenchent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE COALITION 2016. 21 mars 15 avril

DOSSIER DE PRESSE COALITION 2016. 21 mars 15 avril DOSSIER DE PRESSE COALITION 2016 21 mars 15 avril COALITION 2016 L exercice «Coalition» valide, chaque année, la formation des stagiaires de l Ecole de guerre à la planification et à la conduite d une

Plus en détail

Premier rapport de la Commission B

Premier rapport de la Commission B ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-SIXIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A56/58 22 mai 2003 Premier rapport de la Commission B Sur proposition de la Commission des Désignations, 1 le Dr R. Constantinu

Plus en détail

Abderrahim Lamchichi GEOPOLITIQUE DE L'ISLAMISME

Abderrahim Lamchichi GEOPOLITIQUE DE L'ISLAMISME Abderrahim Lamchichi A 354180 GEOPOLITIQUE DE L'ISLAMISME L'Harmattan 7,raede l'école-polytechnique 75005 Paris FRANCE L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) CANADA H2Y1K9 L'Harmattan Hongrie

Plus en détail

Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien

Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien Nous faisons toujours du tort aux autres, nous ne faisons pas attention aux nombreux domaines où la critique portée sur eux est également valable pour

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

L HISTOIRE-GEOGRAPHIE AU PRYTANEE. Le programme d histoire-géographie de Seconde

L HISTOIRE-GEOGRAPHIE AU PRYTANEE. Le programme d histoire-géographie de Seconde L HISTOIRE-GEOGRAPHIE AU PRYTANEE Equipe professorale : 4 professeurs d histoire-géographie HISTOIRE Le programme d histoire-géographie de Seconde Horaire hebdomadaire : 3 heures La place des populations

Plus en détail

COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ

COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ Note d accompagnement de la Conférence d Avocats Sans Frontières COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ «Le développement doit être appréhendé comme un processus d expansion des libertés

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Les mécanismes du règlement pacifiques des différends

Les mécanismes du règlement pacifiques des différends UNIVERSITE HASSAN II Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales - Mohammedia - Les mécanismes du règlement pacifiques des différends Préparé par: KASBI Hasnaa SALMI Mariem FETH Mouad INTRODUCTION

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. La construction européenne jusqu au début des années 2000

Histoire. Chapitre n. La construction européenne jusqu au début des années 2000 Histoire Chapitre n. La construction européenne jusqu au début des années 2000 I) Les caractéristiques de la construction européenne Problématiques : Sur quelles valeurs se fonde la construction européenne?

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

La première guerre mondiale (1914-1918)

La première guerre mondiale (1914-1918) La première guerre mondiale (1914-1918) PBQ : En quoi peut-on dire que la première guerre mondiale est une guerre totale? Introduction : Les grandes phases de la guerre Carte p. 30 : 28 juin 1914 Assassinat

Plus en détail

Chap.3 GEOPOLITIQUE DU MONDE ACTUEL

Chap.3 GEOPOLITIQUE DU MONDE ACTUEL Chap.3 GEOPOLITIQUE DU MONDE ACTUEL Quelle était la situation du monde pendant la guerre froide? Quelles est la situation du monde après la guerre froide? Vous collez le vocabulaire sous le titre Hyperpuissante

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.

Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union. AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.org CONSEIL DE PAIX ET DE SÉCURITÉ

Plus en détail

Cela fait des années que deux peuples

Cela fait des années que deux peuples Cela fait des années que deux peuples caressent le même rêve. Tous deux veulent vivre en paix sur ce petit bout de terre qui malgré sa petite taille fait l objet de convoitises qui s expriment par la violence.

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN -

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Réunion-débat de la CONFEMEN, Dakar 17 au 19 mars 2014 «Éducation

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

Réponses : Culture générale. Sport et Culture. Citoyenneté. Histoire et géographie. 1/ B. D une princesse de légende grecque. 1/ A.

Réponses : Culture générale. Sport et Culture. Citoyenneté. Histoire et géographie. 1/ B. D une princesse de légende grecque. 1/ A. Réponses : Culture générale Sport et Culture 1/ A. la force 2/ B. 25 pays membres 3/ B. 12 4/ C. L Ode à la joie, de Beethoven 5/ A. en 1957 1/ B. D une princesse de légende grecque 2/ A. autrichien 3/

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)] Nations Unies A/RES/58/51 Assemblée générale Distr. générale 17 décembre 2003 Cinquante-huitième session Point 73, d, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination Issy-les-Moulineaux, le 20 juillet 2007 2 e édition de l enquête Cegos sur la diversité et la discrimination en entreprise Comment favoriser la diversité en entreprise? Réponses croisées des responsables

Plus en détail

LA SÉCURITÉ EXTÉRIEURE DE LA FRANCE FACE AUX NOUVEAUX RISQUES STRATÉGIQUES

LA SÉCURITÉ EXTÉRIEURE DE LA FRANCE FACE AUX NOUVEAUX RISQUES STRATÉGIQUES LA SÉCURITÉ EXTÉRIEURE DE LA FRANCE FACE AUX NOUVEAUX RISQUES STRATÉGIQUES MAI 2002 SOMMAIRE Préface...4 Introduction...9 I. UNE POLITIQUE DE SÉCURITE PRISONNIÈRE DE PRINCIPES DÉPASSÉS ET D OBJECTIFS CONTRADICTOIRES...11

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel»

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Introduction : Au début des années 90, la Guerre Froide se termine avec l éclatement de l URSS. Un monde unipolaire, dominé par les États-Unis, accouche d un

Plus en détail

Crise syrienne : état des lieux et options possibles. Alya de Postis* LES RESSORTS DE LA RÉSISTANCE DU RÉGIME DE BACHAR AL-ASSAD

Crise syrienne : état des lieux et options possibles. Alya de Postis* LES RESSORTS DE LA RÉSISTANCE DU RÉGIME DE BACHAR AL-ASSAD N 19 - Fondation Jean-Jaurès / Orion - Observatoire de la défense - 30 avril 2012 - page 1 Crise syrienne : et options Alya de Postis* * Consultante, spécialisée sur le Moyen-Orient LES RESSORTS DE LA

Plus en détail

Coopération au développement :

Coopération au développement : PDC SUISSE Coopération au développement : défense des intérêts ou aide désintéressée? Adopté par la présidence le 25 mars 2011 Introduction Comme les dépendances réciproques entre les pays augmentent rapidement,

Plus en détail

On aurait pu penser que le

On aurait pu penser que le Chrétiens d Orient Un pape inquiet, un Occident muet Le sort des chrétiens d Orient ne mobilise guère la communauté internationale, tout au moins jusque récemment. C est pourquoi François n a pas attendu

Plus en détail

LES SANCTIONS ÉCONOMIQUES PRISES PAR LES ÉTATS MEMBRES ET LA C.E.E. CONTRE L U.R.S.S. EN RAISON DE SON INTERVENTION EN AFGHANISTAN

LES SANCTIONS ÉCONOMIQUES PRISES PAR LES ÉTATS MEMBRES ET LA C.E.E. CONTRE L U.R.S.S. EN RAISON DE SON INTERVENTION EN AFGHANISTAN LES SANCTIONS ÉCONOMIQUES PRISES PAR LES ÉTATS MEMBRES ET LA C.E.E. CONTRE L U.R.S.S. EN RAISON DE SON INTERVENTION EN AFGHANISTAN Slavenka PELES-BODSON C h a r g é e d e r e c h e r c h e s À L U n i

Plus en détail

DES EMBLÈMES D HUMANITÉ

DES EMBLÈMES D HUMANITÉ DES EMBLÈMES D HUMANITÉ En 1859, Henry Dunant, un homme d affaires suisse qui voyageait en Italie, fut témoin des ravages terribles de la bataille de Solférino. De retour à Genève, il écrivit Un souvenir

Plus en détail

Les facteurs de la montée du radicalisme auprès des jeunes bruxellois

Les facteurs de la montée du radicalisme auprès des jeunes bruxellois Les facteurs de la montée du radicalisme auprès des jeunes bruxellois 1. Définitions 2. Sens de la vie 3. Racines de la radicalisation 3.1 Positionnement face aux valeurs 3.2 Histoire politico-religieuse

Plus en détail

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L HOMME Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme (Adopté par l Assemblée plénière du 2 mars 2000) Le 1 er février 2000, le

Plus en détail