30% 20% 4% LATA Survivants (sans séquelle) 15% 1% Gueugniaud P-Y, NEJM Arrêt cardiaque pré-hospitalier à réanimer ROSC.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "30% 20% 4% LATA Survivants (sans séquelle) 15% 1% Gueugniaud P-Y, NEJM 2008. Arrêt cardiaque pré-hospitalier à réanimer ROSC."

Transcription

1 Hypothermie thérapeutique après un arrêt cardio-respiratoirerespiratoire Dr Pauline DERAS Réanimation polyvalente DAR Lapeyronie - CHU Montpellier

2 Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie Amélioration du pronostic Pour qui? Comment? Monitorage de la température Monitorage hémodynamique et cérébral Techniques de refroidissement Thérapeutiques adjuvantes Quand? Quel objectif de température?

3 Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie Amélioration du pronostic Pour qui? Comment? Monitorage de la température Monitorage hémodynamique et cérébral Techniques de refroidissement Thérapeutiques adjuvantes Quand? Quel objectif de température?

4 Introduction et problématique Arrêt cardiaque pré-hospitalier à réanimer ROSC 30% EXTRA-HOSPITALIER INTRA-HOSPITALIER Admission en réa 20% Survivants (séquelles) 4% LATA Survivants (sans séquelle) 15% 1% Gueugniaud P-Y, NEJM 2008

5 Introduction et problématique

6 Introduction et problématique HYPOTHERMIE HYPOTHERMIE

7 Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie Amélioration du pronostic Pour qui? Comment? Monitorage de la température Monitorage hémodynamique et cérébral Techniques de refroidissement Thérapeutiques adjuvantes Quand? Quel objectif de température?

8 Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie thérapeutique Rôle neuroprotecteur Diminution des métabolismes cérébral et cellulaire Diminution de la consommation d O2 Diminution des radicaux libres Action anti-inflammatoireinflammatoire Diminution du débit sanguin cérébral (6,7% par C) Diminution de l excitotoxicité (glutamate) Diminution de l apoptose neuronale Préservation de la barrière hémato-encéphalique

9 Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie thérapeutique Effets délétères potentiels Troubles de la conduction cardiaque Diminution de l inotropisme myocardique, vasoplégie Arythmies si <32 C voire FV <28 C Augmentation du risque hémorragique par réduction de l activité des facteurs de coagulation et thrombopathie Infections pulmonaires et septicémies Hypokaliémie, hyperglycémie par résistance à l insuline Hypothyroïdie

10 Pourquoi? Amélioration du pronostic Une vieille histoire «Nous remarquons que les blessés qui sont très froids mais que l on réchauffe près du feu meurent plus vite que ceux qui demeurent froids» Baron Dominique-Jean Larrey Mémoires de chirurgie militaire ( ) 1817)

11 Pourquoi? Amélioration du pronostic Une vieille histoire 1959 : première étude clinique montrant une meilleure tolérance de l ischémie au cours de l hypothermie 1962 : Chirurgie cardiaque (CIA) : hypothermie à 27 C, arrêt cardiaque de 10min puis reprise d une activité cardiaque sans séquelles Puis abandon devant la non-maîtrise de la technologie et des complications 1990s: nouvelles étudesexpérimentales

12 Pourquoi? Amélioration du pronostic Une histoire qui s emballe dans les années 2000

13 Pourquoi? Amélioration du pronostic

14 Pourquoi? Amélioration du pronostic Etude européenne, multicentrique(5 pays),275 patients sur4ans Randomisée: normothermie vshypothermie Inclusion des ACR sur FV/TV devant témoin etrcs <60min Hypothermie modérée entre C, pendant 24h (monitorage vésical), sédation et curarisation systématique Hypothermie induite par matelas à air pulsé et packs deglace Objectif principal: devenir neurologique à 6 mois Objectifs secondaires: mortalité à 6mois, complications1 ère semaine

15 Pourquoi? Amélioration du pronostic

16 Pourquoi? Amélioration du pronostic Délai 8h

17 Pourquoi? Amélioration du pronostic 7 patients traités pour éviter 1 décès

18 Pourquoi? Amélioration du pronostic Amélioration de la survie et du pronostic neurologique des survivants sans augmentation significative de complications

19 Pourquoi? Amélioration du pronostic Etude australienne, monocentrique, 77 patients sur4ans Randomisée: normothermie vshypothermie Inclusion des ACRsurFV FV, sédation et curarisation systématique Hypothermie modérée entre 33 C, pendant 12h (monitorage vésical ettympanique) débutée enpré-hospitalier Hypothermie induite par packs deglace Objectif principal: survie et pronostic neurologique

20 Pourquoi? Amélioration du pronostic

21 Pourquoi? Amélioration du pronostic 49% 26%

22 Pourquoi? Amélioration du pronostic Recommandations ATLS et ILCOR

23 Pourquoi? Amélioration du pronostic Recommandations ATLS et ILCOR

24 Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie Amélioration du pronostic Pour qui? Comment? Monitorage de la température Monitorage hémodynamique et cérébral Techniques de refroidissement Thérapeutiques adjuvantes Quand? Quel objectif de température?

25 Pour qui?

26 Pour qui? Qui refroidir? ACR extra-hospitalier sur rythmes choquables (FV / TV) chez un adulte comateux ACR intrahospitalier? Asystolie? Dissociation électromécanique? Qui ne pas refroidir? Hémorragie intra-cérébrale ACR traumatique Choc hémorragique Troubles de l hémostase sévère Instabilité hémodynamique profonde Choc cardiogénique sévère

27 Pour qui?

28 Pour qui?

29 Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie Amélioration du pronostic Pour qui? Comment? Monitorage de la température Monitorage hémodynamique et cérébral Techniques de refroidissement Thérapeutiques adjuvantes Quand? Quel objectif de température?

30 Comment? 2010

31 Comment? ,5 C/h max

32 Comment? Monitorage de la température Monitorage de la température

33 Comment? Monitorage de la température

34 Comment? Monitorage de la température T centrale (Swan, Picco, VVC) > T pharyngée ou oesophagienne > T vésicale

35 Comment? Monitorage hémodynamique et cérébral Monitorage hémodynamique et cérébral Cathéter jugulaire interne rétrograde (SvjO2) PA invasive et GDS

36 Comment? Techniques de refroidissement Techniques de refroidissement

37 Comment? Techniques de refroidissement Refroidissement externe T Perfusion de sérum salé à 4 C (30 ml/kg à4 C abaisse de 1,5 C la centrale) Packs de glace Vessie de glace Système de refroidissement externe

38 Comment? Techniques de refroidissement Refroidissement externe Tunnel glacé

39 Comment? Techniques de refroidissement Refroidissement externe Couverture réfrigérante Casque réfrigérante

40 Comment? Techniques de refroidissement Refroidissement endovasculaire Coolgard

41 Comment? Techniques de refroidissement Refroidissement endovasculaire Dialyse ECMO

42 Comment? Thérapeutiques adjuvantes Thérapeutiques adjuvantes

43 Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie Amélioration du pronostic Pour qui? Comment? Monitorage de la température Monitorage hémodynamique et cérébral Techniques de refroidissement Thérapeutiques adjuvantes Quand? Quel objectif de température?

44 Quand?

45 Quand?

46 Quand?

47 Quand? 2010

48 Quand? 1359 patients (583 with VF and 776 without VF)

49 Quand?

50 Quand?

51 Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie de l hypothermie Amélioration du pronostic Pour qui? Comment? Monitorage de la température Monitorage hémodynamique et cérébral Techniques de refroidissement Thérapeutiques adjuvantes Quand? Quel objectif de température?

52 Quel objectif de température? 2010

53 Quel objectif de température?

54 Quel objectif de température?

55 Quel objectif de température?

56 Quel objectif de température? Concept de «non-hyperthermie»

57 Quel objectif de température?

58 Quel objectif de température? pco2 corrigée lors d une hypothermie à 33 C plus basse que pco2 non corrigée

59 Quel objectif de température?

60

61 Conclusion : les recommandations 2015 Conclusion

62 Conclusion : pour qui, à quelle température?

63 Conclusion : quand, comment?

64 Conclusion : perspectives? Arrêt cardiaque pré-hospitalier à réanimer Survivants (sans séquelle) 1%

65 RESUSCITATIO N Merci de votre attention Des questions?

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations»

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations» L ARRÊT CARDIAQUE ACR et RCP «Rappels et nouvelles recommandations» Dr L.Nivet - Formation Continue Secouristes 2006 Synthèse des nouvelles recommandations : Dr T.Sécheresse - SAMU 73 Arrêt Cardio-Circulatoire

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO

Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO COLMU le 19 mai 2009 Pont-à-Mousson Manuel CONTINI Définitions AC réfractairer : absence de reprise d une d activité circulatoire spontanée e (RACS)

Plus en détail

Dr Chatoui FMC SOFOMEC 13/12/2012

Dr Chatoui FMC SOFOMEC 13/12/2012 Dr Chatoui FMC SOFOMEC 13/12/2012 Françaises 53e congrès national d anesthésie de réanimation et Médecine d urgence. Conférence d actualisation. Sfar 2011. Internationales Epidémiologie, étiologies Diagnostic

Plus en détail

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque U.F.R Médecine 51, rue Cognacq-Jay 51100 Reims Tel. 03 26 78 70 30, aleon@chu-reims.fr clepouse@chu-reims.fr, pgallet@chu-reims.fr www.lssc-med-reims.fr Chapitre 1

Plus en détail

HYPOTHERMIE. - a) la conduction: par contact direct, exp. : patient sur la table d'opération

HYPOTHERMIE. - a) la conduction: par contact direct, exp. : patient sur la table d'opération HYPOTHERMIE DEFINITION Un organisme homéotherme présente une hypothermie lorsque la température profonde est inférieure de plus d'une déviation standard à la température moyenne soit en pratique une température

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

ECMO et ECLS. Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013

ECMO et ECLS. Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013 ECMO et ECLS Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013 Historique 1953 : Fermeture de CIA sous machine de suppléance cardiopulmonaire J.H. Gibbon Fin années 50 : développement de machines

Plus en détail

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge À partir de l exemple du cancer bronchique Wirtz Gil CHU de Strasbourg Éléments déterminants dans la discussion

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer?

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Mémoire DES Pédiatrie Rhône-Alpes Lyon Promotion 2003 Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Fleur Cour-Andlauer 23 Octobre 2008 ANDLAUER Fleur 1 Méningites Bactériennes en

Plus en détail

Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012

Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012 Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012 Stats 1/3 des traumas majeurs sont coagulopathes dès leur arrivée à l urgence Trauma 1 e cause de décès chez moins de 40

Plus en détail

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID Etude rétrospective des complications infectieuses, thrombotiques et mécaniques associées aux cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC) en onco-hématologie Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle)

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Crée par - Pr Pierre HAUSFATER Relecture - Pr Jean CHASTRE - Pr Pierre HAUSFATER - Pr Olivier

Plus en détail

RCP / DEA Quoi de neuf en 2010?

RCP / DEA Quoi de neuf en 2010? RCP / DEA Quoi de neuf en 2010? Recommandations de l ERC - BRC http://www.erc.edu http://www.resuscitation.be Chaîne de survie Quoi de neuf? BLS Intrahospitalier Détection précoce Intervention rapide de

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

PiCCO Accademy CHR Citadelle

PiCCO Accademy CHR Citadelle PiCCO Accademy CHR Citadelle PiCCO : Pratiques infirmières Graulich B. S30 - Rentmeister S. S39 Sommaire! Matériel! Mise en place! Surveillances! Actions! Cas typiques et particularités! Questions! Pratique

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES

HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES Hypothermies accidentelles en montagne Février 2011 Dr Benoit Frattini / Dr Stéphane Travers Dr Olivier Gacia / Dr Olivier de Stabenrath BSPP Et à Paris PRINCIPES GENERAUX DE

Plus en détail

5220 Route des Chappes,74570 THORENS-GLIERES POINTS ESSENTIELS

5220 Route des Chappes,74570 THORENS-GLIERES POINTS ESSENTIELS 1 Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2016 Sfar. Tous droits réservés. L ARRET CARDIAQUE REFRACTAIRE Virginie DELANNOY: vdelannoy@ch-annecygenevois.fr Anna FAUCHER : afaucher@ch-annecygenevois.fr

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

LA CHAÎNE DU FROID 1. INTRODUCTION 2. TRANSPORT DES ÉCHANTILLONS CLINIQUES

LA CHAÎNE DU FROID 1. INTRODUCTION 2. TRANSPORT DES ÉCHANTILLONS CLINIQUES LA CHAÎNE DU FROID 1. INTRODUCTION 1.1. EXERCICE PRATIQUE 1.2. LA PROBLÈMATIQUE 2. TRANSPORT DES ÉCHANTILLONS CLINIQUES 2.1. INSTRUCTIONS POUR LES EMBALLAGES 2.2. ÉTIQUETAGE 2.3. ÉVALUATION DES EMBALLAGES

Plus en détail

Le sport est il (vraiment)bon pour la santé??? DR PATRICIA CABOLET IRIS SUD CHIREC

Le sport est il (vraiment)bon pour la santé??? DR PATRICIA CABOLET IRIS SUD CHIREC Le sport est il (vraiment)bon pour la santé??? DR PATRICIA CABOLET IRIS SUD CHIREC Le sport est il(vraiment)bon pour la santé??? DEFINITIONS ACTIVITE PHYSIQUE: Mouvement du corps induit par la contraction

Plus en détail

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Conséquences de la fièvre Données in vitro Sur les microorganismes: Inhibition de la croissance bactérienne, inhibition de

Plus en détail

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile 1 ARRÊT CARDIO-RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque peut être d origine cardiaque ou secondaire

Plus en détail

Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69

Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69 Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69 Greffe rénale Problématique Problématique Greffe hépatique Solutions Augmenter le

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RCP 2010 OPTIMISATION DU MCE Fréquence: 100/min Compression : 4 5cm Pas de balancement du tronc Main toujours en place Durée compression = relâchement 30 compressions / 2 insufflations

Plus en détail

Malika GUENDOUZ Angélique MASSART Mickaël WILLEMS Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Malika GUENDOUZ Angélique MASSART Mickaël WILLEMS Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Malika GUENDOUZ Angélique MASSART Mickaël WILLEMS Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille 1. Les recommandations 2005 de l AHA - ERC. Après un arrêt cardiaque extra-hospitalier,

Plus en détail

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE. Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE. Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon INTRODUCTION La mort subite concerne approximativement 50 000 personnes par an en France Le pronostic de l ACR reste sombre

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

Prise en charge préhospitalière DDAC

Prise en charge préhospitalière DDAC JMPG Nice 04. 2012 Prise en charge préhospitalière DDAC Alexis Burnod SMUR Beaujon, Clichy SMUR = premier maillon Contribuer à ce que des personnes décédées en dehors de l hôpital des suites d un arrêt

Plus en détail

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES Les Brûlures Dr. P. QUERUEL Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES En France 23 Centres de Traitement des Brûlés 18 Centres civils (6 centres adultes ; 5 enfants ; 7 adultes/enfants

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015

Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015 Collège de Médecine d Urgence de Bretagne 18 novembre 2015 Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015 RCP en 2015 Résumé des modifications / recommandations 2010 RCP / ERC 2015 Pas de changement marquant

Plus en détail

PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS

PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS Résumé PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS Critères de gravité des PAC : Âge Type de bactérie Résistance aux ATB Immunodépression Co-morbidités PAC sévères : 10% PAC Mortalité

Plus en détail

Arrêt Cardiaque: coronarographie systématique?

Arrêt Cardiaque: coronarographie systématique? 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 2008 2009 2010 (->sept) 2010 (estimé) François Schiele Université de Franche Comté BESANCON Avantages de la coronarographie immédiate Identification et traitement des causes

Plus en détail

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 1 Le pied diabétique Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 2 Objectifs Décrire la physiopathologie de l ulcère diabétique et les déformations

Plus en détail

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet La Capnographie Intérêt en médecine d urgence Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet Introduction Les recommandations des sociétés savantes ( pour la France SFMU,SFAR,SRLF) pour le monitorage du

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Arrêt Cardiaque? Les nouvelles?

Arrêt Cardiaque? Les nouvelles? Arrêt Cardiaque? Les nouvelles? Arrivée sur ACR: La première minute Premiers gestes Premières questions? Arrivée sur ACR: La première Premiers gestes Premières questions? minute Premier Tracé? Durée arrêt?

Plus en détail

Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique.

Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique. MEMOIRE DE DES Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique. Expérience d une unité de réanimation polyvalente. A propos de 3 cas. LANG Mathieu CHU de Clermont-Ferrand 9 Octobre 2009 Cas 1 : SDRA

Plus en détail

Monitoring de l Hypertension intra-crânienne: PIC, SvjO 2, DTC. VMorando 11 juin 2008 DESC réanimation médicale

Monitoring de l Hypertension intra-crânienne: PIC, SvjO 2, DTC. VMorando 11 juin 2008 DESC réanimation médicale Monitoring de l Hypertension intra-crânienne: PIC, SvjO 2, DTC VMorando 11 juin 2008 DESC réanimation médicale Objectifs du Monitoring: -Diagnostiquer l HTIC -Evaluer le risque ischémique cérébral -Surveiller

Plus en détail

Nouvelles problématiques liées à l hypothermie thérapeutique après arrêt cardiaque

Nouvelles problématiques liées à l hypothermie thérapeutique après arrêt cardiaque Réanimation (2009) 18, 223 238 MISE AU POINT Nouvelles problématiques liées à l hypothermie thérapeutique après arrêt cardiaque Rising questions related to therapeutic hypothermia after cardiac arrest

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement de la fibrillation/flutter ventriculaire et de la tachycardie ventriculaire sans pouls. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant

Plus en détail

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68 L arrêt cardiaque sur le terrain Guillaume BOIS SDIS 68 Epidémiologie de l AC extra-hospitalier 36-128/10 5 hbts/an. Europe : - 38/10 5 dont 17/10 5 FV. - Survie AC : 5,2 (Tartu, Estonie) à 20 % (Stavanger,

Plus en détail

PLACE DE L HÉLICOPTÈRE DANS LA PRISE EN CHARGE DES URGENCES. Eric TENTILLIER SAMU 33

PLACE DE L HÉLICOPTÈRE DANS LA PRISE EN CHARGE DES URGENCES. Eric TENTILLIER SAMU 33 PLACE DE L HÉLICOPTÈRE DANS LA PRISE EN CHARGE DES URGENCES Eric TENTILLIER SAMU 33 1 Composante importante des systèmes de soins d urgence Juxtaposition en France de 2 types de prise en charge (hélicoptères

Plus en détail

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER Le défibrillateur Dr Hamdi BOUBAKER Défibrillation ou Choc électrique externe le défibrillation: geste consistant à faire passer volontairement et brièvement un courant électrique dans le cœur en cas des

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Procédures des prélèvements. d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser

Procédures des prélèvements. d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser Chapitre 82 Procédures des prélèvements d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser L. LOMBARD, S. DUBAIN, G. BAGOU, P.-Y. GUEUGNIAUD

Plus en détail

Equilibre glycémique périopératoireratoire

Equilibre glycémique périopératoireratoire Session Anesthésie Diabèten Gilles LEBUFFE Pôle d Anesthésie-Réanimation Hôpital Huriez CHRU de Lille Anesthésie et Diabète en 2009 Equilibre glycémique périopératoire Diapositive 1 Equilibre glycémique

Plus en détail

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI CyberKnife System Conçu pour traiter des tumeurs dans le corps entier. Utilise un système de guidage

Plus en détail

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1 D. A. E Défibrillateur Automatisé Externe Med-Cdt Yann Coulon 1 DSA : Défibrillateur Semi Automatique DEA : Défibrillateur Entièrement Automatique Med-Cdt Yann Coulon 2 Décret 98-239 du 27 Mars 1998 :

Plus en détail

Cas clinique n 2. Mme Do., 2ème geste primipare, âgée de 25 ans, sans antécédent, présente une grossesse gémellaire monochoriale biamniotique

Cas clinique n 2. Mme Do., 2ème geste primipare, âgée de 25 ans, sans antécédent, présente une grossesse gémellaire monochoriale biamniotique Cas clinique n 2 Mme Do., 2ème geste primipare, âgée de 25 ans, sans antécédent, présente une grossesse gémellaire monochoriale biamniotique Vessies de taille comparable, pas de différence entre les quantités

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr

Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr Philippe MEYER Unité de Réanimation Neurochirurgicale Pédiatrique Necker Enfants Malades Epidémiologie HSDA du nourrisson: Terrain Mécanisme traumatique

Plus en détail

Mise à jour 2015 des lignes directrices en matière de RCR et de soins d urgence cardiovasculaire Tableau comparatif des principaux changements

Mise à jour 2015 des lignes directrices en matière de RCR et de soins d urgence cardiovasculaire Tableau comparatif des principaux changements Recommandation 2015 Recommandation 2010 Explication Système de soins et amélioration continue de la qualité Les éléments universels d un système de soins ont été déterminés afin de fournir aux intervenants

Plus en détail

Utilisation des catécholamines au cours du choc septique

Utilisation des catécholamines au cours du choc septique Utilisation des catécholamines au cours du choc septique (adultes - enfants) XV ème conférence de consensus de la SRLF - Résumé Jeudi 13 juin 1996 - Institut Gernez Rieux - CHU de Lille Cette conférence

Plus en détail

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL CHEOPS 4 Novembre 2010 METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL Dr Michel BUGEON CRRF André LALANDE 23300 NOTH ETATS D AGRESSION (traumatisme, infections, inflammation) anorexie Dépenses énergétiques

Plus en détail

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice ANATOMIE Organe musculaire creux Propulsion des aliments du pharynx vers estomac Maladie oesophagienne est fréquente Tube musculaire 2 sphincters :

Plus en détail

Dr Elise DURET Service MAGA CH St Malo Pour le réseau Géront Emeraude Le 10 décembre 2013

Dr Elise DURET Service MAGA CH St Malo Pour le réseau Géront Emeraude Le 10 décembre 2013 Dr Elise DURET Service MAGA CH St Malo Pour le réseau Géront Emeraude Le 10 décembre 2013 Démographie des sujets âgés Augmentation du nombre de sujets âgés Augmentation du nombre de sujet âgés en bonne

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France + PICC line Dr Khalil Jabbour Département d Anesthésie Réanimation Hôtel-Dieu de France + + Introduction PICC line : Peripherally Inserted Central Catheter Depuis le début des années 90, largement utilises

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE

COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE UE16 Medecine d urgence Pr Burnod Le 10/12/12 à 15h30 Ronéotypeur : MEDDAH Aliénor Ronéolecteur : FRIEDRICH Corien COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE NB : ce sujet tombe un an sur deux. En gras le contenu des

Plus en détail

Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive

Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive La mort subite non traumatique liée aux activités physiques et sportives Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive Professeur Pierre CARLI Docteur Michel NAHON SAMU

Plus en détail

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014 Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014 Kim CAO CORP 06.11.2014 AVAglio RTOG 0825 Contexte : quels enjeux? 1 ère tumeur cérébrale maligne chez l adulte, classification

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Prise en charge des patients après arrêt cardiorespiratoire

Prise en charge des patients après arrêt cardiorespiratoire Prise en charge des patients après arrêt cardiorespiratoire Docteur Gaetan Simoens Service des Soins Intensifs arrêt cardiorespiratoire est un problème de santé publique majeur dans nos sociétés. Parmi

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine

Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine Cours de réanimation pédiatrique Objectifs du cours À la fin de ce cours le participant sera en mesure de discuter : - Les évidences scientifiques supportant les recommandations pour le PBLS et le PALS

Plus en détail

Le tabagisme chez la femme enceinte

Le tabagisme chez la femme enceinte Le tabagisme chez la femme enceinte Approche qualitative de la perception des risques, des représentations sociales et de l interprétation des messages reçus Laurence Mustin Infirmière SIAMU Titulaire

Plus en détail

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Classification selon le type de l atteinte

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie

Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie Dr Rémi Gagnoud Service d Anesthésie-Réanimation CHU Limoges 4ème Rencontre Inter-régionale Neurostimulation externe et implantée, CH Esquirol, Limoges, juin

Plus en détail

Place de l activité physique

Place de l activité physique Place de l activité physique Pr. Grégory Ninot Directeur du Laboratoire Epsylon EA 4556 Dynamique des Capacités Humaines et des Conduites de Santé 4 Boulevard Henri IV et Saint-Charles, 34 000 Montpellier

Plus en détail

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge Les thèmes Les conséquences d un incendie L hyperthermie et sa prise en charge Les brûlures et leurs prise en charge Protocole check des P.A.R Explications: Pourquoi leur demander «comment il se sente»,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Réanimation 14 (2005) III VIII. Index des mots clés. Approche systémique des risques Politique nationale de gestion des risques en établissements

Réanimation 14 (2005) III VIII. Index des mots clés. Approche systémique des risques Politique nationale de gestion des risques en établissements Réanimation 14 (2005) III VIII Index des mots clés http://france.elsevier.com/direct/reaurg/ A Accident médical Comment informer le patient et sa famille? Le point de vue juridique, 454 Accidents La pathologie

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 Anesthésie et alcoolisme INTRODUCTION RETENTISSEMENT PHYSIOLOGIQUE

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

L hypertension artérielle

L hypertension artérielle Qu est-ce que cela veut dire : «je vais prendre votre tension?» Normalisez votre pression artérielle. Vous vivrez en meilleure santé et plus longtemps. Journée mondiale L hypertension artérielle Comité

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis H.Kamoun, D.Abbes, A.Hammou Centre National de Radioprotection, Tunis, Tunisie. INTRODUCTION

Plus en détail