Anévrysmes Aortiques JFC Paris Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015. Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France"

Transcription

1 Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015 Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France

2 Programme de la session 1) Revue générale sur les AAA et les EVAR 2 ) Démonstra:ons opératoires ( vidéo) 3) Cas cliniques interac:fs 4) Conclusions

3

4 1491 endoprothèses entre 2005 et publications majoritairement consacrées aux anévrysmes

5 Programme de la session 1) Revue générale sur les AAA et les EVAR 2 ) Démonstra:ons opératoires ( vidéo) 3) Cas cliniques interac:fs 4) Conclusions

6 Anérysme Aor:que

7 Prévalence : 1% and 12 % Mortalité : décès / an

8 UK / Adam Trials Intervention 5.5 cm chez l homme 4.5 cm chez la femme

9

10

11 European Vascular and Endovascular Monitor (EVEM) EVAR vs OPEN * Line Chart EVAR OPEN 100% 80% 60% 40% 20% 0% * *only until and inclusive of Q3 2012

12 USA cas / an 2000 : 5 % endoprothèse 2010 : 74 % endoprothèse

13 ENDOPROTHESES / AN EN FRANCE

14 Évolu:on personnelle de la pra:que AAA : Chirurgie vs. EVAR Total AAA chir EVAR

15 Cochran review

16 2011 : Cinq RCTs EVAR EVAR 2 Lancet 2004, 2005, NEJM # 3000 pa:ents Lancet 2004, NEJM 2010 DREAM NEJM 2004, 2006, 2010 FU : 2 to 10 ans OVER ACE JAMA 2010 JVS 2011

17 Leçons Résultats précoces Mortalité à moyen terme Mortalité due à l anévrysme Reinterven:ons Rupture

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27 Non respect des IFU 41% at 5 years Circulation, 2011;123:00-00

28 Rupture après endoprothèse nombre % Evar % Dream 3 1% Over 1 0.5% ACE 3 2.6%

29 Grad related complica:ons lead to rupture Wyss et al. Ann Surg 2010;252:

30 IFU Collet sous rénal Endurant ( Medtronic ) 15 mm 10 mm Excluder C3 (Gore) 15 mm Inner wall Lenght Diameter AngulaRon Others < 75 < 60 Longueur 15 mm Diamètre mm Angulation < 60 Pas de thrombus/calcification < 60 < 25% thrombus calcifica:on cone shaped>2 mm Zenith (Cook) 15 mm < 60 circular thrombus calcifica:on cone - shaped Anaconda (Vascutek) 15 mm * no limit AFX (Endologix) 15 mm < 60 Circular thrombus or calcifica:on

31 Endofuite de type 2 8 % to 25 %

32 700 EVAR suivis 15 ans

33 Clinical significance : Survival with and without type II endoleak At least one El 2, n=201 No El 2, n=499 p=0,49

34 Transient or Persistent Growth > 5 mm Persistent type II, n= 44 Transient type II, n=157 p<0,001

35 Clinical significance : Complica:ons Type II endoleak No type II endoleak p<0,001

36 Peut- on améliorer ces résultats? OUI

37 Améliora:ons Planning Imagerie per opératoire Endoprothèses

38 Planning Première évalua:on de faisabilité : Osirix Mesures proprement dites : Terrarecon

39

40

41 Salle hybride : 3 D Imaging

42 Salle hybride : 3 D Imaging Angiographie Rota:onnelle 3D Haute résolu:on Cone- beam CT- like Fusion d image Mobile avec le bras et la table

43 Fusion d images

44 Fusion avec et sans les structures osseuse

45 Allergie iode IRC Endoprothèse Zero CM

46 Nouvelles endoprothèses

47 Endurant Medtronic

48 Differences Meilleure conformabilité Aqache plus solide Connexion des modules plus solide Plus grande versa:lité des extension iliaque Aqen:on plus marquée sur zones d aqache proximale et distale

49 ENGAGE Global Registry Medtronic 1263 patients 30 pays 6 continents ENDURANT Clinical Program

50 Mortalité toutes causes 3 YR 80.6% ENDURANT Clinical Program

51 Freedom from AAA Related Mortality Freedom from Aneurysm related Mortality days 98.8% days 98.6% days 98.4% No new ARM between 2-3 years days 98.4% ENDURANT Clinical Program Days

52 Freedom from Secondary Interventions 1.0 Freedom from Secondary Endovascular Procedure days 98.4% days 94.4% Majority 2 nd proc1 st year days 92.5% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% days 90.7% 1 YR 2 YR 3 YR At risk 500 At risk 483 Days At risk 427 At risk 388 ENDURANT Clinical Program

53 Ova:on Trivascular

54

55 Ges:on des collets courts Endoprothèses fenestrées ou branchées Technique de la Chimney, du Périscope ou du Sandwich

56 Programme de la session 1) Revue générale sur les AAA et les EVAR 2 ) Démonstra:ons opératoires ( vidéo) 3) Cas cliniques interac:fs 4) Conclusions

57 Vidéo Endoprothèse Fenestrée

58 Nellix Powerlink

59 80 ans AAA de 55 mm

60

61

62 Video EVAS

63 Video Embolisa:on Du Sac

64 Programme de la session 1) Revue générale sur les AAA et les EVAR 2 ) Démonstra:ons opératoires ( vidéo) 3) Cas cliniques interac:fs 4) Conclusions

65 Cas Cliniques

66 Mr H A, 57 ans AAA sacciforme de 94 mm de Diamètre Compression des 2 uretères ATCD: Cardiomyopathie F.E. 33%

67

68

69 Que proposez vous? 1) Absten:on 2) Chirurgie 3) Endoprothèse

70 Pourquoi une endoprothèse standard est contre indiquée? 1) Iliaques grêles 2) Anévrysme sacciforme 3) Collet trop court

71 Quelle solu:on? 1) Endoprothèse fenestrée industrielle 2) Chirurgie hybride stent + pontage 3) Technique dite de la chimney 4) Endoprothèse fenêtrée faite à façon

72

73

74 Interven:on EP 4 fenestres + bifurquée COOK TC: AMS: ARG: ARD : V12; 8-38 V12; 8-38 V12; 7-22 V12; 7-22

75 Suite simples

76

77

78

79 Mr M G 86 ans Traité autre centre pour un AAA de 47 mm Adressé pour Endofuite de type 1A AAA de 62 mm de diamêtre ATCD: 2012: Endoprothèse aorto uni iliaque Collet sous rénal de 5mm Endofuite 1A immédiate à embolisa:on F.E. 45 % Arythmie

80 Mr M G 86 ans ATCD: 2012: Endoprothèse aorto uni iliaque Collet sous rénal de 5mm Endofuite 1A immédiate à embolisa:on F.E. 45 % Arythmie

81 Quelle longueur de collet est nécessaire pour une endoprothèse standard? 1) 0.5 cm 2) 1 cm 3) 1,5 cm 4) 2 cm 5) 2,5 cm

82

83

84

85 Que proposez vous? 1) Extension proximale 2) Chirurgie 3) Endoprothèse fenêtrée 4) Technique de la Chimney 5) Autre?

86 Interven:on IntervenRon combinée : FenestraRon à façon + Chimney Mésentérique Sup: 1 fenetre Rénale Droite : 1 chimney Renale Gauche : 1 chimney

87

88

89

90

91

92

93 Quelle technique offre les meilleurs résultats 1 ) Fenestra:on 2) Branche 3) Chimney

94 Life :me Surveillance 1) Echo Doppler seul 2) Scanner seul 3) Echo doppler et Scanner

95 Patient de 69 ans Transféré fin 2012 pour prise en charge d un anévrysme Douleur dorsale depuis plusieurs mois

96 Terrain Tabagique Insuffisance respiratoire Bilan cardiaque normal Fonction rénale normale

97

98

99 Que proposez vous? 1) Abstention 2) Chirurgie ouverte sous CEC 3) Chirurgie mixte endovasculaire et chirurgicale? 4) Chirurgie endovasculaire pure?

100 Délai pour obtenir une endoprothèse fenestrée ou branchée 1) 48 heures 2) 1 semaine 3) 1 mois 4) 2 mois

101 Autres solutions? 1) Faire ses fenêtres soi même 2) Chimney 3) Periscope 4) Sandwich

102 Ce que nous avons fait 1) Endoprothèse Thoracique depuis la sous clavière gauche 2) Home made F EVAR ( 4 fenêtres)

103

104 Home made 1) Deux stents couverts pour le tronc coeliaque et la mésentérique supérieure dans les fenetres 2) Deux stents couverts pour les artères rénales ( Periscope )

105 Simples Suite

106

107

108

109

110 Résultats endo/chirurgie 1) Inférieurs 2) Similaires 3) Supérieurs

111 Couts endo/chirurgie 1) Inférieurs 2) Similaires 3) Supérieurs

112 Programme de la session 1) Revue générale sur les AAA et les EVAR 2 ) Démonstra:ons opératoires ( vidéo) 3) Cas cliniques interac:fs 4) Conclusions

113 En Conclusion Les endoprothèses assurent un traitement efficace des AAA 80 % de faisabilité Réalisable en percutané Sous ALR ou hypnose Résultat à long terme équivalent à la chirurgie

Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale

Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale Marc SIROL, MD, PhD Service de Radiologie Vasculaire Interventionnelle Imagerie Cardiaque Hôpital Lariboisière Paris Aucuns Conflits d intérêts

Plus en détail

EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Dr C.SEINTURIER 06/09/2010

EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Dr C.SEINTURIER 06/09/2010 EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES Dr C.SEINTURIER 06/09/2010 CAS CLINIQUE Mr H.Gaston 78 ans AAA de 85 mm étendu en IP gche

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

Nouvelles modalités d imagerie interventionnelle (3D, fusion, guidage): application à la pathologie anévrismale

Nouvelles modalités d imagerie interventionnelle (3D, fusion, guidage): application à la pathologie anévrismale Nouvelles modalités d imagerie interventionnelle (3D, fusion, guidage): application à la pathologie anévrismale M. Chiaradia J. Mayer H. Kobeiter Service d Imagerie Médicale CHU Henri Mondor Créteil-Paris

Plus en détail

place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites

place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites Prothèses couvertes de l aorte l abdominale: place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites R. Loffroy (1), E. Steinmetz (2), B. Kretz (2), B. Guiu (1), R. Brenot (2), F. Ricolfi

Plus en détail

Les endoprothèses aortiques

Les endoprothèses aortiques Les endoprothèses aortiques 2009 Aorte abdominale sous rénale EVAR Dr Claude Benedetto Dr Bruno Macheda Dr Henri Léo Olivier Dr Alain Riou Dr Céline Pricaz Historique J. Parodi 1991 première endoprothèse

Plus en détail

Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal

Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal Pascal Chabrot, Patrizio Delli Fraine, Ahmed Fatimi, Sophie Lerouge, Gilles Soulez Laboratoire

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

cardiologie: nombreuses

cardiologie: nombreuses Un de Techniques percutannées en cardiologie; quels dispositifs, quels patients, quels résultats? Patrick Ohlmann Cardiologie Interventionnelle Pole d Activité Cardio-Vasculaire Médico-chirurgicalchirurgical

Plus en détail

* La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil

* La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil * ** * La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil Un design de confiance 4 5 1 3 2 Soutenue depuis des années par un grand nombre de données cliniques et commerciales

Plus en détail

«Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste»

«Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste» «Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste» Laura Rubbia-Brandt Service de Pathologie Clinique Cancer colorectal avancé Traiter les métastases hépatiques Augmenter la résecabilité

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 12 février 2010 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Anévrismes de l aorte abdominale

Anévrismes de l aorte abdominale Anévrismes de l aorte abdominale Epidémiologie Prévalence des AAA d une population de 65-80ans 4% 7% hommes 2% femmes Circonstances de découverte Découverte fortuite Échographie abdominale TDM abdominal

Plus en détail

Apport du scanner coronaire dual-source

Apport du scanner coronaire dual-source Apport du scanner coronaire dual-source O. Ghekiere (1), X. Hamoir (1), J-Y. Tricquet (2), L. Labaki (2), V. Hamoir (2) et J. Kirsch (1) (1) Département de Radiologie (2) Département de Cardiologie Clinique

Plus en détail

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 Tout DES or not tout Des Historique & Illustration Arguments (1), (2) et (3) Statistiques et illustrations Un peu d Histoire...

Plus en détail

Anévrysme des Artères Viscérales

Anévrysme des Artères Viscérales Anévrysmes des artères splanchniques Anévrysme des Artères Viscérales JP Becquemin, HPPE Groupe Ramsay GDS JP Becquemin, Champigny 94500 F Cochennec, France H Kobeiter Anévrysmes des artères splanchniques

Plus en détail

RADIOPROTECTION ET DOSIMÉTRIE EN CHIRURGIE VASCULAIRE

RADIOPROTECTION ET DOSIMÉTRIE EN CHIRURGIE VASCULAIRE RADIOPROTECTION ET DOSIMÉTRIE EN CHIRURGIE VASCULAIRE Nicolas CLAUSS, Dr. Yannick GEORG, Dr. Anne LEJAY, Pr. Fabien THAVEAU, Luc MERTZ, Pr. Nabil CHAKFE Congrès SFRP Reims, juin 2015 Introduction 2009

Plus en détail

Notre expérience dans le traitement des pathologies complexes de l aorte par les stents multicouches

Notre expérience dans le traitement des pathologies complexes de l aorte par les stents multicouches Notre expérience dans le traitement des pathologies complexes de l aorte par les stents multicouches M.N.Bouayed, L.A.Bouziane Paris.Janvier 2014 EHU 1 er novembre 1954 Usto Hai Essabah, Oran 31000 Algérie

Plus en détail

Equilibre glycémique périopératoireratoire

Equilibre glycémique périopératoireratoire Session Anesthésie Diabèten Gilles LEBUFFE Pôle d Anesthésie-Réanimation Hôpital Huriez CHRU de Lille Anesthésie et Diabète en 2009 Equilibre glycémique périopératoire Diapositive 1 Equilibre glycémique

Plus en détail

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens R Anxionnat, AL Derelle, S Bracard Service de Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique CHU de Nancy Anévrismes artériels intracrâniens Dilatation

Plus en détail

50 mm (France) ou 55 mm (anglo-saxons) :

50 mm (France) ou 55 mm (anglo-saxons) : 50 mm (France) ou 55 mm (anglo-saxons) : quel est le diamètre qui justifie la prise en charge? F. MANTZ, C. DELAY, N. CHAKFE STRASBOURG UK, USA, Europe du Nord France AAA = diamètre aorte abdominale >

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Rupture d un Anévrysme de l Aorte: Indica8ons Opératoires. MA BARTOLI Chirurgie Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille

Rupture d un Anévrysme de l Aorte: Indica8ons Opératoires. MA BARTOLI Chirurgie Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Rupture d un Anévrysme de l Aorte: Indica8ons Opératoires MA BARTOLI Chirurgie Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Introduc8on Mortalité des anévrysmes rompus : 100% Mortalité du traitement chirurgical

Plus en détail

Prothèses Hybrides de la Crosse

Prothèses Hybrides de la Crosse Prothèses Hybrides de la Crosse Emmanuel CHOUKROUN Service Chirurgie Cardiaque et Vasculaire Pr Xavier ROQUES Hôpital Cardiologique du Haut-Lévèque Symposium 8 Décembre 2011 Introduction Chirurgie de la

Plus en détail

Suivi écho des endoprothèses : Quand avoir recours au produit de contraste?

Suivi écho des endoprothèses : Quand avoir recours au produit de contraste? gabrielle.sarlon@ap-hm.fr Suivi écho des endoprothèses : Quand avoir recours au produit de contraste? Gabrielle SARLON, Michel BARTOLI, PE MAGNAN CHU Timone 16/11/2013 - ARMV Lyon 2009 EVAR vs OPEN - USA

Plus en détail

PROBLEMATIQUE IRRADIATION PATIENT/CHIRURGIEN/BLOC Littérature

PROBLEMATIQUE IRRADIATION PATIENT/CHIRURGIEN/BLOC Littérature PROBLEMATIQUE IRRADIATION PATIENT/CHIRURGIEN/BLOC Littérature COURS DE DES NEUROCHIRURGIE CAP HORNU 8 ET 9 OCTOBRE 2015 LAURA TERRIER SOMMAIRE I- RAPPORT ASN 2014 1) Introduction 2) Réglementation 3) Contrôle

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne 1 DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne Enseignant responsable : P Feugier Enseignants : Ph Amabile, JN Albertini,

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

Artères nourricières. Hémorroides internes. Ligne pectinée. Hémorroides externes

Artères nourricières. Hémorroides internes. Ligne pectinée. Hémorroides externes 1 Traitement chirurgical des Hémorroïdes Les hémorroïdes Définition: les hémorroïdes sont des réservoirs vasculaires (ou plexus), existant à létat l état normal. Ces coussinets sont utiles, car ils participent

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

La préven*on hormonale du cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis APHP

La préven*on hormonale du cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis APHP La préven*on hormonale du cancer du sein M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis APHP Deux situa*ons Préven*on hormonale en dehors du risque géné*que Préven*on hormonale en cas de muta*on

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005

Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005 Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005 Introduction Hors AAASR associés Rares si iliaques isolés Challenge chirurgical

Plus en détail

Les Anévrysmes Michel Bartoli Sce Prof Magnan, Hopital de Timone, Marseille

Les Anévrysmes Michel Bartoli Sce Prof Magnan, Hopital de Timone, Marseille Les Anévrysmes Michel Bartoli Sce Prof Magnan, Hopital de Timone, Marseille Vous recevez à votre consultation Mr D Homme âgé de 67 ans FRCV connu tabagisme, obésité Pas d antécédents particulier si ce

Plus en détail

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 1 Le pied diabétique Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 2 Objectifs Décrire la physiopathologie de l ulcère diabétique et les déformations

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

RAPPORT INTERMEDIAIRE. Publication : Avril 2009

RAPPORT INTERMEDIAIRE. Publication : Avril 2009 EVALUATION DES ENDOPROTHESES AORTIQUES ABDOMINALES UTILISEES POUR LE TRAITEMENT DES ANEVRISMES DE L AORTE ABDOMINALE SOUS-RENALE RAPPORT INTERMEDIAIRE Publication : Avril 2009 Afssaps 143/147 boulevard

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis.

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Étude clinique prospective randomisée et multicentrique. Prothèse discale lombaire totale. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Table des matières Introduction Indications, contre-indications

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP B. Napoléon, Lyon Conflit d intérêt Boston Scientifics Sténoses de la VBP Causes multiples, dominées par les tumeurs

Plus en détail

Anévrysme des Artères Viscérales

Anévrysme des Artères Viscérales Anévrysmes des artères splanchniques Anévrysme des Artères Viscérales JP Becquemin, F Cochennec, H Kobeiter JP Becquemin, Hopital H Mondor F Cochennec, Creteil H Kobeiter Anévrysmes des artères splanchniques

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Fractures du Rachis Dorso Lombaire

Fractures du Rachis Dorso Lombaire Fractures du Rachis Dorso Lombaire Ph.. Rosset, J Laulan DES Chirurgie TOURS 26 janvier 06 1 Notion Théorique Cicatrisation Ligamentaire = 6 semaines MAIS la cicatrisation d une rupture ligamentaire complète

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

«Coupez ce sexe que je ne saurais voir»

«Coupez ce sexe que je ne saurais voir» «Coupez ce sexe que je ne saurais voir» Résultats d une étude prospective pilote, à propos de 71 femmes consultant pour nymphoplastie de réduction (NDR) Sophie Berville Levy Sara Piazza Micheline Moyal

Plus en détail

À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE

À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE DOCTEUR PHILIPPE PELISSIER BORDEAUX FRANCE En présence d une perte de substance, digitale en particulier, tous les moyens de

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

La formation des IDE de réanimation. Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud

La formation des IDE de réanimation. Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud La formation des IDE de réanimation Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud Pas de conflit d intérêt pour cette présentation Pourquoi une formation spécifique?

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G.

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G. Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel G. Meurette Nantes Incontinence anale: les rumeurs Affection fréquente? Deux facteurs de

Plus en détail

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire?

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? R. Barbot 1, C. Le Marquand 1, J.-C. Pairon 2, C. Paris 3, B. Clin- Godart 4, A. Luc 5, P. Brochard 6, F. Laurent 7 1 Villenave d'ornon,

Plus en détail

Anévrismes de l aorte abdominale en consultation de cardiologie ambulatoire

Anévrismes de l aorte abdominale en consultation de cardiologie ambulatoire Anévrismes de l aorte abdominale en consultation de cardiologie ambulatoire Georges Le Corff Réunion Echosud 08 janvier 2013 1- Qu est-ce qui est anormal? 2- Le dépistage: pour qui et avec quelles limites?

Plus en détail

Surveillance postopératoire

Surveillance postopératoire Virginie Westeel CHU, Besançon France Surveillance postopératoire 1 Pourquoi? Why? Aim of follow-up : 6th edition of thetnm classification Goldstraw J Thorac Oncol 2007;2:706-14 2 Récidives et 2 èmes cancers

Plus en détail

COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION

COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 février 2012 Complétant l avis du 07 décembre 2010 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail

La conduite à tenir vis-à-vis d un

La conduite à tenir vis-à-vis d un sous-rénale : options thérapeutiques RÉSUMÉ : Les indications thérapeutiques des anévrysmes de l aorte sont actuellement bien codifiées grâce aux études randomisées organisées ces dix dernières années.

Plus en détail

Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales. Expérience Lilloise. Nîmes les 13 et 14 juin 2010

Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales. Expérience Lilloise. Nîmes les 13 et 14 juin 2010 Nîmes les 13 et 14 juin 2010 Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales Expérience Lilloise Équipe du service de Chirurgie Vasculaire Professeur HAULON Hôpital Cardiologique

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Traitement endovasculaire des anévrysmes de l aorte : construction sur mesure des endoprothèses

Traitement endovasculaire des anévrysmes de l aorte : construction sur mesure des endoprothèses Traitement endovasculaire des anévrysmes de l aorte : construction sur mesure des endoprothèses F. Koskas, P. Cluzel, A.C. Benhamou, G. Godet, M. Bertrand, M.H. Fléron, A. Liou, M.H. Fievet, E. Kieffer*

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Planification et prise de mesures. Zenith Alpha D19972-FR-FC

Planification et prise de mesures. Zenith Alpha D19972-FR-FC Planification et prise de mesures Zenith Alpha ENDOPROTHÈSE THORACIC ENDOVASCULAR VASCULAIRE THORACIQUE GRAFT D19972-FR-FC Recoandations en matière d imagerie Scanner spiralé Vous devez pratiquer une tomodensitométrie

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

Télérama. Les Français et la télévision. Média

Télérama. Les Français et la télévision. Média Télérama Les Français et la télévision Média 1. Contexte et objectifs Le magazine Télérama publie chaque année à l occasion de la rentrée télévision de septembre un sondage exclusif sur la perception par

Plus en détail

Chimiothérapie néo- adjuvante pour les carcinomes T3 pharyngolaryngés : État de l art

Chimiothérapie néo- adjuvante pour les carcinomes T3 pharyngolaryngés : État de l art Chimiothérapie néo- adjuvante pour les carcinomes T3 pharyngolaryngés : État de l art O Choussy Fédéra.on oncologique ORL- Maxillo- Odontologie CHU Rouen Ra.onnel de la CT néoadjuvante Meilleure délivrance

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Protocole d utilisation et de suivi de l endoprothèse aortique X pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale

Protocole d utilisation et de suivi de l endoprothèse aortique X pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale Protocole d utilisation et de suivi de l endoprothèse aortique X pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale 2 INTRODUCTION Le développement des techniques endovasculaires a conduit

Plus en détail

Endoprothèses Aortiques Abdominales: Hôpital privé Parly II Le Chesnay. 1 ère rencontre paramédicale.

Endoprothèses Aortiques Abdominales: Hôpital privé Parly II Le Chesnay. 1 ère rencontre paramédicale. Endoprothèses Aortiques Abdominales: Hôpital privé Parly II Le Chesnay 1 ère rencontre paramédicale. Samedi 6 avril 2013 Salle dédiée interventionnelle AXIOM ARTIS SIEMENS! Capteur plan (40x50)! Champ

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Patrick Moreau. Clinique Saint Privat Boujan sur Libron Séance commune SCV et CFPV Paris, 20 Mars 2015 Conflit d intérêts: néant

Patrick Moreau. Clinique Saint Privat Boujan sur Libron Séance commune SCV et CFPV Paris, 20 Mars 2015 Conflit d intérêts: néant Historique des référentiels de l HAS pour le traitement endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale et résultats tardifs des études randomisées Patrick Moreau Clinique Saint Privat 34760 Boujan

Plus en détail

B. Lueza, G Le Teuff, J.P Pignon, D. De Ruysscher, C. Le Pechoux

B. Lueza, G Le Teuff, J.P Pignon, D. De Ruysscher, C. Le Pechoux Hétérogénéité inter et intra-sous groupes d essais pour explorer l hétérogénéité globale Un exemple de méta-analyse sur données individuelles dans le traitement des cancers bronchiques B. Lueza, G Le Teuff,

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Cancer de la prostate 17 juin 2003 Luc Cormier Prostatectomie radicale Prostatectomie radicale Technique chirurgicale Vésiculo-prostatectomie Prostatectomie radicale Indications pt1c, T2a et T2b Gleason

Plus en détail

Imagerie du Ganglion Sentinelle : pour qui, pour quoi?

Imagerie du Ganglion Sentinelle : pour qui, pour quoi? Imagerie du Ganglion Sentinelle : pour qui, pour quoi? Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, eric.zerbib zerbib@cimen.fr Rappels sur le Ganglion Sentinelle

Plus en détail

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE.

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. L.Laborie (1), P.Sarliève (1), P.Manzoni (1), N.Méneveau (2), J-C Dalphin (3), B.Kastler

Plus en détail

BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013

BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013 BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013 BILAN PRÉ OPÉRATOIRE DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES TEVA Thérapeutique Endo Vasculaire

Plus en détail

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna Apport de la biopsie par voie postérieure transpédiculaire dans le diagnostic de la spondylodiscite tuberculeuse dorsale et lombaire avec enquête bactériologique négative ( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf.

Plus en détail

Benjamin BONNET 16 octobre 2014

Benjamin BONNET 16 octobre 2014 Impact pronostique précoce de la protrusion tissulaire observée après stenting chez les patients présentant un SCA sans sus décalage du ST : étude prospective de tomographie par cohérence optique Benjamin

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

Scanner 3D R BARTHELEMY (1), J BARTH (1), JC PANISSET (1), B SONNERY-COTTET (2), P CHAMBAT (2), N GRAVELEAU (3). (1) GRENOBLE (2) LYON (3) PARIS

Scanner 3D R BARTHELEMY (1), J BARTH (1), JC PANISSET (1), B SONNERY-COTTET (2), P CHAMBAT (2), N GRAVELEAU (3). (1) GRENOBLE (2) LYON (3) PARIS Scanner 3D pour l étude des tunnels osseux fémoraux dans la plastie du ligament croisé antérieur R BARTHELEMY (1), J BARTH (1), JC PANISSET (1), B SONNERY-COTTET (2), P CHAMBAT (2), N GRAVELEAU (3). (1)

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

Thrombectomie veineuse avec stent

Thrombectomie veineuse avec stent Prise en charge des TVP fémoro-iliaques Thrombectomie veineuse avec stent O HARTUNG Sce de Chirurgie Vasculaire, CHU Nord, Marseille Complications des TVP Aigue Extension Embolie pulmonaire Récidive Syndrome

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres

Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres inférieurs chez l enfant Robin Azoulay, Ahmed Kadri, Jacques Massoud, Loic Le Henaff, Amina Sekkal, Ana Presedo, Guy Sebag Service

Plus en détail

PLAN ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE

PLAN ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Hôpital Cardiologique Clinique de Chirurgie Cardio-Vasculaire PLAN Définition de l anévrysme H. SOULARY (IBODE) C. MEURISSE (IADE) V. PERCQ (IADE) Etiologies

Plus en détail

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR 6eme Réunion annuelle de pathologie digestive Hôpital Cochin Hôtel Dieu 05 février 2010 Romain Coriat Unité

Plus en détail

L aorte et ses branches Gabrielle SARLON-BARTOLI Médecine Vasculaire - CHU Timone 5/11/2016 ARMV

L aorte et ses branches Gabrielle SARLON-BARTOLI Médecine Vasculaire - CHU Timone 5/11/2016 ARMV gabrielle.sarlon@ap-hm.fr L aorte et ses branches Gabrielle SARLON-BARTOLI Médecine Vasculaire - CHU Timone 5/11/2016 ARMV 1. Suivi écho-doppler des endoprothèses aortiques abdominales EVAR vs OPEN - USA

Plus en détail

Le patient poly-artériel

Le patient poly-artériel Le patient poly-artériel Rôle du cardiologue interventionnel dans la prise en charge globale Dr Rémy Cohen Service de Cardiologie CH Marne la Vallée - Jossigny . Comment aborder le patient polyvasculaire?

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail