LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI"

Transcription

1 LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI

2

3 CyberKnife System Conçu pour traiter des tumeurs dans le corps entier. Utilise un système de guidage par imagerie embarquée et un robot informatisé. Ne nécessite aucun système d immobilisation invasif Délivre de hautes doses d irradiation avec une précision infra millimétrique.

4 Définition de la radiothérapie stéréotaxique Permet de délivrer une dose importante par séance Implique un rapport dose/efficacité optimal accroissement très significatif de la dose biologique équivalente DBE de l ordre de 100 à 150 Gy (doses maximales délivrées par la RTE conventionnelle sont de 70 à 80 GY en 7 à 8 semaines ) Nombre de séances réduit: 1 à 5, temps de traitement réduit Déplacement patient réduit

5 Apport du Cyberknife dans le traitement des métastases cérébrales

6 La radiothérapie dans les métastases cérébrales Elles affectent un tiers des patients atteints de cancer. Radiothérapie pan cérébrale : longtemps le traitement de référence avec une médiane de survie de 6 mois. Les nombreux progrès des 20 dernières années ont permis une approche beaucoup plus nuancée de la question : La radio-chirurgie stéréotaxique (RCS) : Cible la ou les métastases en y délivrant une dose importante en une seule séance Effet biologique plus marqué Effets secondaires diminués Délais pour débuter le traitement systémique plus court. L IMRT (associée ou non à une pan-cérébrale): Prise en charge ciblée de volumineuses et multiples métastases Mode fractionné, Meilleure épargne cérébrale, donc meilleure tolérance Permet la protection des hippocampes dont le rôle neurocognitif a été démontré.

7 La Radiothérapie Pan-cérébrale (RTPC) Est elle encore d actualité? Trois méta analyses n incluant que les essais randomisés, phase III, entre 1998 et 2011 ont apporté des éléments de réponse. Méta analyse canadienne 2012 (Sahgal et al.) : 5 études retenues, 747 patients, 1999 à 2010 Méta analyse chinoise 2014 (Soon Yi et al.) : 5 études retenues, 663 patients, 1998 à 2011 (RTPC post chirurgie ou RCS) Méta analyse avec mise à jour des équipes de Toronto, Japon, US (Sahgal et al.), Mars 2015 : 3 études retenues : Chang et al. (Lancet 2009), Kocher et al. (EORTC 1010), Ayoma et al. (JAMA 2006), Total : 374 patients, 178 radiochirurgie stéréotaxique plus pan cérébrale, 185 patients radio chirurgie seule

8 Résultats RCS Vs RCS + RTPC Avantage pour l association : Récidive locale : 27% vs 12% Récidive intra crânienne : 53% vs 34%. Survie médiane : pas de différence, 10 mois vs 8,2 mois. Toxicité cognitive nettement inférieure dans le groupe RCS seule : 24% vs 52%. Qualité de vie : meilleure pour la RCS, malgré les récidives locales. Facteurs pronostics : Nombre de métastases : meilleure survie chez les patients avec 1 métastase vs 2 à 4 métastases. Àge : facteur pronostic important. < 50 ans, survie médiane meilleure dans le groupe RCS seule, 13,6 mois vs 8,2 mois, et taux de récidive intra crânienne : différence non significative. > 50 ans, survie médiane 10,1 mois vs 8,1 mois (non significatif).

9 Remise en question de la RTPC chez les patients présentant 1 à 4 métastases cérébrales RTPC apporte une amélioration du contrôle local RTPC apporte une amélioration du contrôle intra crânien uniquement chez les patients > 50 ans RTPC n apporte pas d amélioration de survie Chez les patients < 50 ans, elle est délétère (diminution de survie et augmentation de toxicité, sans amélioration du contrôle intra crânien).

10 La radio chirurgie stéréotaxique Combien de métastases? Les recommandations : 1 à 4 et inférieures à 3 cm. Mais ça évolue Etude rétrospective japonaise 2013 (Yamamoto et al), 2553 patients, RCS de 1 à 4 métas vs plus de 5 (pas de RTPC) : Légère différence de survie médiane (7,9 vs 7 mois, p=0.01). Pas de différence en terme de Récidive locale, récidive intra crânienne, toxicité neurologique, répétition des RCS. Yamamoto et al. 2014, 92% des patients avec 1 à 10 métastases décèdent de maladie systémique. Etude rétrospective US, Rava et al. (Boston 2013), RCS >10 métastases : Faisable et semble intéressant dans cancer du sein (augmentation de la survie). Il est donc possible de traiter par RCS plus de 4 métastases cérébrales, mais il faut savoir mettre en perspective le statut de la maladie primitive.

11 La RCS du lit opératoire après métastasectomie Timothy et al. (Chicago 2014), 150 patients (1 à 5 métas), chirurgie suivie de RCS du lit opératoire et des métastases restantes : Survie à un an 52% Contrôle local à un an 77% Survie globale 13,2 mois Pas de différence de survie entre patient avec 1 ou plusieurs métas (après correction âge, sexe et histologie). Pronostic selon le primitif : Cancer du sein survie médiane supérieure : 22,9 mois Cancer colo-rectal ont une survie médiane la plus courte 5,3 mois. La cause de décès la plus fréquente est la progression de la maladie systémique 79%. Cupolo et al. (Cleveland 2015), 212 patients, deux groupes après chirurgie : RCS ou RTPC. Pas de différence sur le contrôle du lit opératoire et des métastases restantes. Médiane de survie 16,5 mois Ling et al. (Pittsburgh 2015), 99 patients, RCS post opératoire pour des métastases volumineuses supérieures à 3 cm en 1 à 5 fractions : amélioration du contrôle local, toxicité faible, maintien du potentiel neurocognitif < 4 métas et maladie systémique contrôlée = meilleur contrôle intra-cranien

12 RCS chez les personnes âgées Etude rétrospective japonaise, Watanabe et al. (Nov 2014), 330 patients, 165 > 80 ans et 165 de 65 à 79 ans) Survie médiane : 5,3 ms (> 80 ans ) vs 6,9 ms (65-79 ans) : NS Toxicité neurocognitive : 8,5% vs 13,9% (NS) Récidive locale cumulée, répétition de RCS et complications spécifiques de la RCS : pas de différence. Dans le groupe patients > 80 ans, les survies médianes selon le statut RPA : 11,6 ms Classe I + IIa, 7,9 ms Classe IIb 2,8 ms Classe IIc-III Donc, RCS tout à fait possible chez les personnes âgées présentant un EG conservé et une maladie primitive contrôlée.

13 Conclusion La RCS peut remplacer la RTPC dans de nombreuses situations : 1 à 4 métastases mais pas seulement : indiquée aussi lorsque > 4 si état général conservé et maladie systémique contrôlée. Patients jeunes, chez qui elle améliore la survie médiane En post opératoire sur le lit tumoral et les métastases restantes La RCS fractionnée, avec Cyberknife (pas de contention invasive) est indiquée pour les métastases plus volumineuses > 3 cm opérées ou en place Même chez les patients âgés en bon état général Dans toutes ces situations, elle réduit la toxicité neurologique

14 La RCP Toutes les indications sont posées en Réunions de Concertation Pluridisciplinaire où l on prend en compte tous les facteurs spécifiques au patient, les aspects d imagerie, d histologie et le statut de la maladie systémique. La RCS ne retarde pas la mise en œuvre du traitement systémique.

15

16

17

18

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux La radiothérapie des tumeurs bénignes de la base du crâne : analyse d une série de 30 patients porteurs de paragangliomes cervico-céphaliques traités entre 1987 et 2010. Galland-Girodet S.*, Huchet A,

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Isabelle Morard Service d hépato-gastroentérologie Service de transplantation Juin 2013 J hepatol 2012 Hepatology 2011 CHC: épidémiologie Cibler les populations

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD I - CANCER COLIQUE Le colon : en amont de la jonction recto-sigmoïdienne,, plus de 15 cm de la marge anale en rectoscopie. Adénocarcinome

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

RADIOCHIRURGIE STEREOTAXIQUE DES METASTASES CEREBRALES

RADIOCHIRURGIE STEREOTAXIQUE DES METASTASES CEREBRALES Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille RADIOCHIRURGIE STEREOTAXIQUE DES METASTASES CEREBRALES Professeur Serge BLOND Clinique de Neurochirurgie Centre Gamma-Knife Hôpital Roger Salengro C.H.R.&U.

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014 Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014 Kim CAO CORP 06.11.2014 AVAglio RTOG 0825 Contexte : quels enjeux? 1 ère tumeur cérébrale maligne chez l adulte, classification

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel DTS IMRT Examen Blanc 2009 Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel Correction interactive Mme. X, 66 ans, consulte pour une tumeur du sein gauche. Sur quel élément repose le diagnostic de cancer? L examen

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique?

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Mardi 7 octobre 2014 Centre des Congrès d Aix-Les-Bains Dr Emmanuel Maillard, Dr Fabien Stenard Cancer colorectal métastatique:

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU SEIN

RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU SEIN RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU SEIN Dr Elisabeth LE PRISE Radiothérapeute - CEM La radiothérapie est un traitement loco-régional dont l objectif principal est de réduire le risque de récidive mammaire,

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Traitement chirurgical du cancer du sein Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Principes de traitement des cancers Quand possible chirurgie d exérèse première Radicale Conservatrice Thérapeutique

Plus en détail

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Dominique de Raucourt 1 / xx 2 / xx Particularités des T3 oropharyngés! " Accessibles le plus souvent

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT ET COMMERCIALISATION DE BIOMARQUEURS INNOVANTS: LA PERSPECTIVE DE L ENTREPRISE

DÉVELOPPEMENT ET COMMERCIALISATION DE BIOMARQUEURS INNOVANTS: LA PERSPECTIVE DE L ENTREPRISE DÉVELOPPEMENT ET COMMERCIALISATION DE BIOMARQUEURS INNOVANTS: LA PERSPECTIVE DE L ENTREPRISE Patrick Tremblay, PhD Vice-président principal, Développement corporatif et diagnostics, Caprion Vice-président,

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Chimiothérapie des tumeurs solides Adjuvantes ou néoadjuvantes: Avant ou après un

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007

incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007 Cancer du poumon aspects thérapeutiques incidence et mortalité incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007 incidence femme 2007 mortalité femme 2007 1 08/05/2008 type de cancer stades CPNPC Cancer du poumon

Plus en détail

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv THÈME 1 PROGRAMME 2015 Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv MERCREDI 09 Septembre 2015 À partir de 13h00 Bilan d imagerie pré opératoire

Plus en détail

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, Après quelques mois de silence qui ne signifient pas pour autant quelques mois d inactivité, bien au contraire, nous avons le plaisir

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Irradiation Médicale et Grossesse

Irradiation Médicale et Grossesse Nucléaire et Santé février 2013 Irradiation Médicale et Grossesse Médecin chef des services Laroche Professeur au Val de grâce Service de Protection Radiologique des Armées INTRODUCTION Manque de connaissance

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667)

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Tableau 1 : Description de la population Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Effectifs Moyenne±écart-type Valeurs [Mini-Maxi] Patient Age en années 5664 64,3±11.5 [27-96] Age en 4 classes 50 ans 783 13,8 51-60

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Dr Jean Frédéric BLANC

Dr Jean Frédéric BLANC Dr Jean Frédéric BLANC Traitement palliatif du carcinome hépato-cellulaire Connaître les indications, les moyens thérapeutiques, leurs résultats et leurs complications Conflits d intérêts Le Dr Jean Frédéric

Plus en détail

«Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste»

«Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste» «Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste» Laura Rubbia-Brandt Service de Pathologie Clinique Cancer colorectal avancé Traiter les métastases hépatiques Augmenter la résecabilité

Plus en détail

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante Etat de la situation en Suisse Formation en pneumologie du 30 avril 2015 Dr Régis Otasevic Importations d amiante (tonnes) Mésothéliomes

Plus en détail

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans MISE AU POINT Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans La définition du stade T3 est ambiguë. Quelle est la signification, le pronostic, d une tumeur qui s étend au-delà de l

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne?

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pr Georges NOEL Département universitaire de radiothérapie Centre Paul Strauss Pr Georges noel 8ème printemps de l AFCOR 28-30 mars 2014 Métastases cérébrales Adénocarcinome

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

2 e Séminaire. InterCancéropôles - INCa. Impact du Cancer et des Traitements sur les Fonctions cognitives. 18 juin 2013 - Lille

2 e Séminaire. InterCancéropôles - INCa. Impact du Cancer et des Traitements sur les Fonctions cognitives. 18 juin 2013 - Lille 2 e Séminaire InterCancéropôles - INCa Impact du Cancer et des Traitements sur les Fonctions cognitives 18 juin 2013 - Lille Institut de Biologie de Lille Session Posters/Discussions : APPEL À COMMUNICATIONS

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie projet REPERES (Recherche Évaluative sur la Performance des REseaux de Santé) Comité de présentation des résultats 09 juin

Plus en détail

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale 100 90 80 Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale Différence : 4 % (p < 0.0001) MACH-NC Meta-Analysis of Chemotherapy in Head & Neck Cancer % Control CT 70 60 50 40 30 20 10 0 54 % 50 % 36 % 32

Plus en détail

SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014

SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014 SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014 Coordination SSR Rhône Alpes : Dr Adélaïde Marquer : amarquer@chu-grenoble.fr Dr Chloé

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014

Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014 Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014 Un peu de considération historique On a commencé, et c est dommage, à

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant Géraldine Gambart Geneviève Abada Jeanne Vassel-Hitier Pauline Notteghem HÔPITAL NATIONAL DE SAINT MAURICE DU Réhabilitation Neuropsychologique

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Cécile Chougnet. RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris

Cécile Chougnet. RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris Cécile Chougnet RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris Carcinome papillaire : Intra thyroïdien T1, T2, T3 sur la taille (y compris variant folliculaire) Pas d embole

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Taux pour 100 000 personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible 450 400 350 300 250 200

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail

Le cancer de l œsophage

Le cancer de l œsophage Chapitre 1 Le cancer de l œsophage Classifications Classification ptnm (UICC 2010) Tumeurs ptis : carcinome in situ pt1 : envahissement de la lamina propria et de la sous-muqueuse pt2 : atteinte de la

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge À partir de l exemple du cancer bronchique Wirtz Gil CHU de Strasbourg Éléments déterminants dans la discussion

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

NOUVELLE CLASSIFICATION TNM

NOUVELLE CLASSIFICATION TNM NOUVELLE CLASSIFICATION TNM 7 ème Classification TNM 2009 du cancer du poumon Paumier A, Maugin E, Picquet J, Enon B. Service de CCVT CHU ANGERS La Baule, Mars 2010 Historique 1945 : invention du TNM 1973

Plus en détail

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010 CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB 12 décembre 2010 INTRODUCTION - I La Radiotherapie pre opératoire représente le traitement standard des

Plus en détail

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans Jean-Jacques MAZERON Service de radiothérapie oncologique Groupe Hospitalier Pitie-Salpêtrière, Paris Les irradiations les plus fréquentes 1. Les irradiations

Plus en détail