Nouvelles techniques en Radiothérapie. Dr Sonia Roux-Palobart Service de Cancérologie, Polyclinique de Limoges 09/04/2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvelles techniques en Radiothérapie. Dr Sonia Roux-Palobart Service de Cancérologie, Polyclinique de Limoges 09/04/2015"

Transcription

1 Nouvelles techniques en Radiothérapie Dr Sonia Roux-Palobart Service de Cancérologie, Polyclinique de Limoges 09/04/2015

2 PLAN Introduction sur la radiothérapie De la radiothérapie 2D à la Radiothérapie Conformationnelle 3D Evolutions actuelles et futures: - IMRT - IGRT - radiothérapie asservie à la respiration - radiothérapie stéréotaxique - tomothérapie/vmat - protonthérapie

3 Introduction (1) La radiothérapie est un traitement locorégional des cancers. Plus de 50% des patients atteints d un cancer sont traités par radiothérapie à une étape de leur parcours de soin. Elle consiste à utiliser des rayonnements (on dit aussi rayons ou radiations) pour détruire les cellules cancéreuses en bloquant leur capacité à se multiplier. L irradiation a pour but de détruire les cellules cancéreuses tout en préservant le mieux possible les tissus sains et les organes avoisinants. On distingue la radiothérapie externe (RTE) et la curiethérapie : - dans la radiothérapie externe, les rayons sont émis en faisceau par une machine située à proximité du patient ; ils traversent la peau pour atteindre la tumeur. - dans la curiethérapie, des sources radioactives sont implantées directement à l intérieur du corps de la personne malade.

4 Introduction (2) Quels sont les objectifs de la Radiothérapie? 1/ Stériliser la tumeur+++ Condition d une survie prolongée Meilleure couverture tumorale Nouvelles balistiques Escalade de dose 2/ Supprimer les complications: Protéger les tissus sains : moëlle épinière, cœur, cerveau, œsophage, poumon, intestin, vessie Utiliser les facteurs prédictifs de toxicité (HDV)

5 Introduction (3) Comment atteindre ces objectifs? Optimiser la précision et la reproductibilité de la radiothérapie Optimiser la visualisation des structures anatomiques Optimiser la définition des volumes cibles Optimiser la balistique et la dosimétrie Evaluer la qualité de la conformation Réduire la toxicité Augmenter la dose

6 Introduction (4) Aujourd hui, la RT classique utilise des faisceaux de photons et/ou électrons. Les accélérateurs de particules présents dans les appareils de RT classique génèrent un faisceau d électrons. Ces particules chargées sont soit directement utilisées pour traiter le patient, soit dirigées vers une cible qui va créer un faisceau de photons qui est ensuite dirigé vers le patient. Les électrons sont habituellement utilisés pour les irradiations superficielles, de quelques cm de profondeur. Les faisceaux de photons permettent de délivrer une dose plus homogène en profondeur. Toutefois, ce dépôt d énergie n est pas strictement localisé. Il y a une petite dispersion latérale le long du parcours (liée à la pénombre du faisceau), et une forte dispersion avant et après «le maximum du dépôt de dose». L utilisation de collimateurs, la multiplication des faisceaux et la modulation de l énergie du faisceau de photons permettent de réaliser des irradiations extrêmement précises dites «conformationnelles avec modulation d intensité».

7 Radiothérapie 2D Planification de la radiothérapie par rapport à la profondeur de la lésion dans 2 plans sagittal et coronal (traitement à mi-diamètre ou à une profondeur donnée) Installation géométrique à l aide d un Simulateur et imagerie orthogonale par rapport aux repères anatomiques (les os)

8 Radiothérapie 2D: les inconvénients (1) Manque de précision du ciblage Pas de connaissance possible de la dose délivrée aux OAR Ex: Variations morphologiques non prises en compte: incertitudes

9 Radiothérapie 2D: les inconvénients (2) Des protections focalisées peu précises par défaut de visualisation des OAR Nécessite une manipulation par les MER, une confection

10 La Radiothérapie Conformationnelle en 3 Dimensions (RC-3D) a remplacé la Radiothérapie conventionnelle en 2D = Gain en contrôle local et en survie/ réduction de la toxicité Simulateur 2D Accélérateur linéaire de particules de radiothérapie conformationnelle avec table de positionnement robotisée

11 La Radiothérapie Conformationnelle 3D (RC-3D) La technique de radiothérapie externe la plus utilisée, elle permet de faire correspondre le plus précisément possible (de conformer) le volume sur lequel vont être dirigés les rayons au volume de la tumeur. Elle utilise des images en 3D de la tumeur et des organes avoisinants obtenues par scanner (scanner dosimétrique), parfois associées à d autres examens d imagerie (IRM, TEPscan ). Des logiciels permettent de simuler virtuellement, toujours en 3D, la forme des faisceaux d irradiation et la distribution des doses. Cela permet de délivrer des doses efficaces de rayons en limitant l exposition des tissus sains. La radiothérapie conformationnelle est notamment utilisée pour le traitement à visée curative des tumeurs de la prostate, du thorax, de l abdomen, du pelvis, du cerveau, de la sphère ORL Tous les centres de radiothérapie sont équipés pour la pratiquer. C est le premier pas vers la radiothérapie de haute précision.

12 La RTE conformationnelle 3D (RC-3D) Le scanner dosimétrique Définition des volumes cibles pour la RTE moderne: - acquisition d images anatomiques à l aide d un scanner dans la zone d intérêt - en position de traitement dans le système de contention: fabrication du matériel de contention (masque ORL, appui bras). L objectif est de retrouver tous les jours la même position = reproductibilité de la position patient Mise en place de marques sur le patient ou sur le système de contention Coupes tous les 2-3 mm +/- injection selon les besoins Transfert des données sur les consoles dosimétriques

13 La RTE conformationnelle 3D (RC-3D) Fusion d images Aide à la délinéation des volumes cibles pour la RTE moderne Fusion d images du scanner dosimétrique avec IRM (RTE cérébrale, ORL, prostatique, pelvienne), TEP-18 FDG (RTE pulmonaire, œsophage)

14 La RTE conformationnelle 3D (RC-3D) La technique à 5 faisceaux

15 Les progrès en radiothérapie sont constants. Il est impossible de décrire dans le détail la totalité des techniques en développement. Aujourd hui, les nouvelles techniques de RTE de haute précision (stéréotaxie, modulation d intensité) ont toutes pour but de focaliser les rayons le plus précisément possible sur la tumeur (et d augmenter la dose délivrée) et d épargner au maximum les tissus sains. Elles sont pratiquées dans un nombre variable d établissements (de plusieurs dizaines à un ou deux), sont souvent encore en cours d évaluation et/ou présentent un intérêt uniquement pour des tumeurs spécifiques.

16 Radiothérapie Conformationnelle avec Modulation d Intensité (RCMI, IMRT) Cette technique consiste à faire varier la forme du faisceau au cours d une même séance pour s adapter précisément au volume à traiter, et ce même s il comporte des «creux» ou des concavités (une tumeur en forme de fer à cheval située autour de la moëlle épinière par exemple). Définition/principe: variation spatiale volontaire de la dose (dite fluence) à l'intérieur d'un faisceau, au cours d'une même séance.

17 RC3D versus IMRT Définition des faisceaux : énergie, angulation, adaptation des champs au volume cible Calcul de la distribution de doses et ajustement des paramètres d'irradiation (énergie, pondération) jusqu'à obtention d'une distribution de doses satisfaisante Utilisation de faisceaux d'intensité uniforme ou modifiés par la présence d'un filtre en coin = PLANIFICATION DIRECTE Définition des faisceaux : énergie, angulation Spécification, prescription de la dose souhaitée : définition de contraintes dose/ volume aux structures internes Calcul de l'intensité des faisceaux par algorithme mathématique : obtention de profils d'intensité modulée = PLANIFICATION INVERSE

18 IMRT Pour enchaîner les segments, les lames se positionnent et lorsqu'elles ont atteint leur positon, l'accélerateur déclenche l'irradiation : la position du bras de l'accélérateur reste fixe.

19 IMRT Du fait de moduler l'intensité, on obtient une véritable conformation de la distribution de dose à la forme du volume cible - les isodoses englobent le volume cible, indispensable pour des volumes cible de forme concave - adaptation des doses élevées à des volumes complexes Diminution des doses aux organes à risque (diminution de la toxicité aigue et à long terme)

20 IMRT versus RC3D RC3D IMRT

21 IMRT versus RC3D RC3D IMRT

22 Radiothérapie conformationnelle 3D

23 IMRT

24 La radiothérapie guidée par l image= IGRT (1) Objectif: prise en compte des variations anatomiques (déplacements et déformations) survenant entre les séances ou pendant les séances d irradiation Permet de visualiser la tumeur sous l accélérateur au moment de la séance d irradiation par visualisation directe (mode 3D tissus mous) ou indirecte (mode 2D et marqueurs radio-opaques) Si la position de la tumeur sous l accélérateur ne correspond pas à la position théorique définie lors de la planification: déplacement du patient Une nouvelle planification peut se discuter en cas de déformation majeure des structures anatomiques

25 La radiothérapie guidée par l image= IGRT (2) Intérêt: - précision = s assurer de la bonne position de la tumeur mais également de la protection des OAR (organes à risque) - efficacité et tolérance= éviter sous-dosage des volumes cibles/surdosage des OAR Indispensable pour RTE stéréotaxique et hypofractionnée: délivrance doses élevées par fraction Moyens: - gammagraphies/imageries portales kv/mv: recalage sur structures osseuses + marqueurs radio-opaques (ex: grains d or pour RTE prostate) - Cone Beam Computed Tomography= CBCT: système d imagerie scanographique embarquée, recalage sur scanographie dosimétrique et déplacement quantifié et proposé

26 La radiothérapie guidée par l image= IGRT (3) Exemple du Cyberknife Cyberknife = système robotisé qui possède une imagerie de base qui acquiert des images à l aide de deux détecteurs positionnés à 45 par rapport à la table de ttt: permet un recalage sur les structures osseuses ou à l aide de repères fiduciels intra tumoraux au cours de la séance, tracking de la cible (système optique de suivi de la cible en temps réel, information transmise au bras robotisé qui pilote l accélérateur miniaturisé) Indication: - tumeurs mobiles= tumeurs pulmonaires (mouvements respiratoires), rénales, hépatiques - tumeurs rachidiennes - réirradiation tumeurs ORL Doses plus élevées par séance (hypofractionnement), faible nombre de séances (1 à 5 séances)

27 La radiothérapie asservie à la respiration Il s agit de prendre en compte les mouvements de la respiration pendant l irradiation du thorax ou du haut de l abdomen par exemple. Il existe plusieurs solutions : - demander au patient, qui visualise sa respiration sur un écran, de la bloquer pendant quelques dizaines de secondes, à un moment précis de son inspiration ; - laisser le patient respirer normalement et n irradier la tumeur que quand elle se présente devant le faisceau d irradiation = gating - faire suivre les mouvements de la tumeur par le faisceau d irradiation lui-même = tracking (cyberknife )

28 La radiothérapie stéréotaxique (1) Définition: stéréo (en 3D) et taxique (explorer) Elle permet de diriger des faisceaux de radiations vers une région très spécifique (ex: cerveau) C est une technique de haute précision basée sur l utilisation de microfaisceaux convergents permettant d irradier à haute dose de très petits volumes. On distingue: - la radio chirurgie stéréotaxique: on délivre une dose élevée de radiation vers la tumeur (fraction unique) mais pas d incision chirurgicale - la radiothérapie stéréotaxique fractionnée: plus faibles doses de radiation en plusieurs séances (fractions multiples)

29 La radiothérapie stéréotaxique (2) Cette technique peut être réalisée soit à l aide d une machine dédiée (gamma-knife), soit avec un accélérateur linéaire muni de cônes cylindriques de diamètre modulable (ex: Novalis ) Indications: - lésions cérébrales: bénignes ou malignes mais non chirurgicales car trop profondes ou en zone fonctionnelle = gliomes, méningiomes, neurinomes, adénome hypophysaire mais aussi malformations vasculaires cérébrales - métastases cérébrales: localisation unique ou récidive après RC3D - radiothérapie stéréotaxique extra crânienne: lésions de la moëlle épinière, tumeurs pulmonaires, hépatiques Limites: - Nécessité de contentions spécifiques: cadre stéréotaxique fixe ou amovible - limite de taille tumorale de 3 cm en général

30 La tomothérapie C est une technique de radiothérapie guidée par l image, qui consiste à coupler un scanner et un accélérateur de particules miniaturisé qui tourne autour du patient en «spirale» (= radiothérapie hélicoïdale), pendant que la table de radiologie se déplace longitudinalement. Les faisceaux de RT varient en fonction du déplacement du patient (variation de l ouverture au cours de l irradiation permettant une radiothérapie avec modulation d intensité) Avantages: meilleur ciblage du tissu tumoral à irradier, meilleure épargne des tissus sains environnants En 2015: une dizaine de centres français et 3 CHU sont équipés d un appareil de tomothérapie

31 Le Cyberknife C est un nouveau système de radiochirurgie qui utilise la robotique pour traiter des tumeurs dans tout le corps. Elle consiste en un petit accélérateur linéaire, tenu par un robot capable de le déplacer dans toutes les directions possibles. Les faisceaux produits par cet appareil sont assez petits, mais ils peuvent être multipliés quasiment à l infini et varier tous les angles de tir. Cela permet de focaliser la dose d irradiation en minimisant l impact sur les tissus sains avoisinants. Cette technique permet de traiter des tumeurs de taille limitée. La tomothérapie et le Cyberknife sont destinés à traiter des tumeurs dont la localisation ne permet pas la réalisation d une radiothérapie conformationnelle «classique».

32 VMAT = irradiation avec Modulation d intensité Volumétrique par Arc Thérapie Synthèse des dernières évolutions techniques de la RT = association de la RT conformationnelle guidée par l image + modulation d intensité possibilité d irradier la tumeur avec plus de précision que la RT conventionnelle grâce à un contrôle (une modulation) des faisceaux d irradiation sur un arc complet de 360. Les organes sains sont préservés lors de l irradiation de tumeurs voisines. Comme la tomothérapie, méthode d irradiation conformationnelle avec modulation d intensité par action circulaire. Traitement plus rapide mais sur des zones plus réduites Le processus pour délivrer des doses par technique VMAT est très complexe. Il nécessite des experts en radio physique et en dosimétrie. Une assurance qualité est obligatoire à chaque étape du processus.

33 VMAT

34 VMAT versus IMRT

35 Hadronthérapie L hadronthérapie utilise des faisceaux de particules: les hadrons - protons = protonthérapie - ions carbone= carbonethérapie Les protons présentent des propriétés balistiques avantageuses (qui permettent de réduire la dose déposée dans les tissus traversés avant la tumeur, et de ne pas irradier les tissus situés derrière la tumeur). But: améliorer l irradiation des cellules tumorales tout en épargnant les tissus sains aux alentours Indications: pertinence pour ttt nécessitant une très grande précision: tumeurs de l œil et de la base du crâne (proches des voies optiques et de la moëlle épinière)

36 La protonthérapie En pratique: jusque la fin des années 1980, phase expérimentale. Depuis 1990, plusieurs CH dédiés ont été construits ou sont en projet, principalement au Japon et aux Etats Unis. Limites: - cela nécessite des technologies lourdes (accélérateur de particules à protons, enceinte de radioprotection) et sophistiquées (systèmes de planification du ttt, de conformation du faisceau, de positionnement du patient) - accessibilité réduite: 2 centres seulement en France (centre de protonthérapie Institut Curie à Orsay et le cyclotron Centre Antoine Lacassagne à Nice) - indications limitées: tumeurs radiorésistantes (nécessitant très fortes doses) avec épargne indispensable des OAR environnants, tumeurs intracrâniennes, de la base du crâne, médullaires, notamment tumeurs de l enfant (chondromes, chondrosarcomes, médulloblastomes, craniopharyngiomes) Ions carbone: pas de centre actuellement en France, projet ETOILE Lyon suspendu, projet ARCADE à Caen 2017?

37 Conclusion Progrès majeurs de la radiothérapie ces vingt dernières années! De la radiothérapie 2D à la radiothérapie 3D avec acquisition d images scanographiques (+ fusion d images) pour une meilleure définition des volumes tumoraux Modulation d intensité et multiplication des portes d entrée des faisceaux pour une meilleure couverture du volume cible Systèmes modernes d imageries embarqués pour un contrôle quotidien du positionnement du patient et de la tumeur traitée Objectifs respectés actuellement: meilleure couverture du volume tumoral et augmentation de la dose délivrée pour une plus grande efficacité du ttt, avec protection des tissus sains environnants pour réduire les effets secondaires aigus et tardifs Perspectives nombreuses, en particulier recherches sur les ttt radio sensibilisants

38 Merci de votre attention!

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie intra fraction

Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie intra fraction 4ème rencontre interrégionale sur la sécurité en radiothérapie Régions Languedoc-Roussillon, PACA et Corse 7 Novembre 2014 Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie

Plus en détail

RADIOTHERAPIE DES TUMEURS CEREBRALES MODALITES TECHNIQUES

RADIOTHERAPIE DES TUMEURS CEREBRALES MODALITES TECHNIQUES RADIOTHERAPIE DES TUMEURS CEREBRALES MODALITES TECHNIQUES Rennes, 06 février 2009 S. Vinceller, M. Ben Hassel MODALITES TECHNIQUES EN RADIOTHERAPIE Rôle de l image Radiothérapie externe conformationnelle

Plus en détail

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

Commission Radiothérapie Association Française du Personnel Paramédical d Electroradiologie

Commission Radiothérapie Association Française du Personnel Paramédical d Electroradiologie Commission Radiothérapie Association Française du Personnel Paramédical d Electroradiologie 24 e Congrès National de la Société Française de Radiothérapie Oncologique / Session AFPPE Vendredi 4 octobre

Plus en détail

De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR

De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR Conférence de presse du 30 mai 2012 Conférence de presse "Inauguration TomoHD & Truebeam" 30/05/2012 1 Importance de la technologie dans les processus

Plus en détail

Radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité

Radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité Radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité 1 Généralités sur la RCMI Définition, équipements, déroulement Quelques principes généraux Règles de prescription Avantages et inconvénients

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

L a radiothérapie forme avec la chirurgie et l oncologie médicale le trépied essentiel

L a radiothérapie forme avec la chirurgie et l oncologie médicale le trépied essentiel La radiothérapie adaptative dans les tumeurs cervico-faciales Pierre Castadot 1,4, John A. Lee 1, Xavier Geets 1,2, Benoît Macq 3, Vincent Grégoire 1,2 1 Laboratoire d Imagerie Moléculaire et de Radiothérapie

Plus en détail

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale S3 3.03 Expérience de terrain: travail en interprofessionalité Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale Présenté par Marjorie Boyer 2015 Sommaire I/ Introduction: II/ Objectifs : III/ Déroulement

Plus en détail

RTC 3D CANCER DU RECTUM

RTC 3D CANCER DU RECTUM RTC 3D CANCER DU RECTUM INDICATIONS de la RTE Adénocarcinome du rectum T3-4 ou N+ RT-CT concomitante pré-opératoire Adénocarcinome rectal avec facteur de risque de récidive locale (R1, T4, N+) Mais SANS

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Du diagnostic au traitement des cancers :

Du diagnostic au traitement des cancers : Quand le nucléaire soigne Du diagnostic au traitement des cancers : la radiothérapie Jean DATCHARY IUT Cherbourg-Manche Lundi 19 mars 2012 1 Deux grandes découvertes qui ne passent pas inaperçues 28/12/1895

Plus en détail

Dosimétrie clinique 2011 Laboratoire 7 CORRIGÉ Planification de deux champs parallèles et opposés Séquence simulation conventionnelle avec coupes TDM

Dosimétrie clinique 2011 Laboratoire 7 CORRIGÉ Planification de deux champs parallèles et opposés Séquence simulation conventionnelle avec coupes TDM Dosimétrie clinique 2011 Laboratoire 7 CORRIGÉ Planification de deux champs parallèles et opposés Séquence simulation conventionnelle avec coupes TDM But Effectuer la dosimétrie du VC1 en appliquant les

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

17 ACTES "SANS LOCALISATION"

17 ACTES SANS LOCALISATION 12413 17.01 ACTES DIAGNOSTIQUES 12414 12415 17.01.01 Radiographie 12416 Radiographie d'une fistule [Fistulographie] 63 24 ' 12417 Radiographie au lit du patient, selon 1 ou 2 incidences 29 11 ' 12418 Radiographie

Plus en détail

MultiSource. Excellence dans la curiethérapie à haut débit de dose. www.bebig.com

MultiSource. Excellence dans la curiethérapie à haut débit de dose. www.bebig.com MultiSource Excellence dans la curiethérapie à haut débit de dose www.bebig.com Le projecteur de source MultiSource haut débit de dose à chargement différé Plusieurs sources : le projecteur de source MultiSource

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

25/03/2010. IGRT RadioThérapie Guidée par l Image. Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques. C. Ginestet F. Lafay PLAN - INTRODUCTION

25/03/2010. IGRT RadioThérapie Guidée par l Image. Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques. C. Ginestet F. Lafay PLAN - INTRODUCTION IGRT RadioThérapie Guidée par l Image Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques i C. Ginestet F. Lafay 23 Mars 2010 Historique Equipements Définition CQ IGRT PLAN - INTRODUCTION Qualité images Précision

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne ClermontFerrand France Etudes de poste en radiothérapiecuriethérapie Expérience du Denise DONNARIEIX, Physicienne médicale, PCR 1 Plan Introduction

Plus en détail

Biograph mmr. Hôpital La Pitié Salpêtrière. www.siemens.fr/medical

Biograph mmr. Hôpital La Pitié Salpêtrière. www.siemens.fr/medical Biograph mmr Hôpital La Pitié Salpêtrière www.siemens.fr/medical Deux en un : le Biograph mmr En 2011, Siemens a introduit le premier système IRM et TEP totalement intégré. Il permet de réaliser des examens

Plus en détail

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008 Imagerie Médicale : Bases techniques Indications, Risques, Bénéfices 1. Imagerie Diagnostique SIM St-Eloi Montpellier J- M BRUEL, B. GALLIX UFR Médecine Montpellier-Nîmes PCEM 2 novembre 2007 1 L'IMAGERIE

Plus en détail

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- En radiologie conventionnelle 1. Tube radiogène produisant des rayons X 2. Faisceau incident homogène 3. Patient

Plus en détail

DOSIMETRIE. Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière.

DOSIMETRIE. Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière. DOSIMETRIE Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière. Le but de la dosimétrie est d évaluer quantitativement cette énergie

Plus en détail

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux La radiothérapie des tumeurs bénignes de la base du crâne : analyse d une série de 30 patients porteurs de paragangliomes cervico-céphaliques traités entre 1987 et 2010. Galland-Girodet S.*, Huchet A,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Un tout nouveau regard sur vos patients.

Un tout nouveau regard sur vos patients. Un tout nouveau regard sur vos patients. Système de radiographie numérique à faisceau conique 3D Réduire les coûts tout en améliorant les résultats. La toute dernière technologie 3D offre des images de

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

Irradiation Médicale et Grossesse

Irradiation Médicale et Grossesse Nucléaire et Santé février 2013 Irradiation Médicale et Grossesse Médecin chef des services Laroche Professeur au Val de grâce Service de Protection Radiologique des Armées INTRODUCTION Manque de connaissance

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-8/2010 Document consultable dans Médi@m Date : 06/04/2010 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables CPAM CRAM URCAM UGECAM CGSS

Plus en détail

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI CyberKnife System Conçu pour traiter des tumeurs dans le corps entier. Utilise un système de guidage

Plus en détail

LA SCINTIGRAPHIE EN MEDECINE VETERINAIRE

LA SCINTIGRAPHIE EN MEDECINE VETERINAIRE Dr. Paul Barthez Médecine Nucléaire - Année 2002-03 D1 1 Année 2002-03 Unité pédagogique de Radiologie Imagerie Médicale D1 Bases Physiques et Techniques en Imagerie Médicale LA SCINTIGRAPHIE EN MEDECINE

Plus en détail

LES ACTIVITÉS CONTRÔLÉES PAR L ASN LES UTILISATIONS MÉDICALES DES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES ACTIVITÉS CONTRÔLÉES PAR L ASN LES UTILISATIONS MÉDICALES DES RAYONNEMENTS IONISANTS LES ACTIVITÉS CONTRÔLÉES PAR L ASN 1 LES INSTALLATIONS DE RADIODIAGNOSTIC MÉDICAL ET DENTAIRE 259 1 I 1 Présentation des équipements et du parc 1 I 1 I 1 Le radiodiagnostic médical 1 I 1 I 2 La radiologie

Plus en détail

Corps en transparence

Corps en transparence 1/5 Corps en transparence Pour chaque question, coche uniquement la bonne réponse CORPS EXPLORÉ 1. La radiographie X permet d obtenir des images : 2. Le scanner X permet d obtenir des images : 3. L IRM

Plus en détail

PAN CEPH 3D. Panoramiques numériques 2D-3D

PAN CEPH 3D. Panoramiques numériques 2D-3D PAN CEPH 3D Panoramiques numériques 2D-3D PANORAMIQUE CÉPHALOMÉTRIQUE IMAGERIE 3D CONE BEAM I-MAX TOUCH L imagerie panoramique tactile et naturellement intuitive Privilégiez la simplicité de fonctionnement

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Radiothérapie Principe-Réalisation-Effets secondaires R. de Crevoisier Centre Eugène Marquis DCEM 3- Mars 2010

Radiothérapie Principe-Réalisation-Effets secondaires R. de Crevoisier Centre Eugène Marquis DCEM 3- Mars 2010 Radiothérapie Principe-Réalisation-Effets secondaires R. de Crevoisier Centre Eugène Marquis DCEM 3- Mars 2010 Plan 1. Généralités sur la radiothérapie 2. Bases radiophysiques et radiobiologiques de la

Plus en détail

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie

L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie Le service d orthopédie-oncologie de l Hôpital Maisonneuve-Rosemont prodigue des soins aux patients provenant des différentes régions du Québec

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire?

Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire? Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire? Dr Sanspoux Frédéric. Capvéto Bellac - 05 juillet 2014. En 2011 est apparue sur le marché de l imagerie vétérinaire

Plus en détail

Résumé du protocole d étude

Résumé du protocole d étude Résumé du protocole d étude Titre de la demande: No du protocole: Catégorisation: Demandeur: Autres collaborateur/trice(s): Version de la demande / date: Irradiation crânienne précoce et prophylactique

Plus en détail

VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR?

VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? Votre médecin vous a prescrit une IRM cérébrale. Cet examen, qui dure 15 à 30 minutes, se pratique dans un cabinet de radiologie ou dans un service

Plus en détail

Bases de la Radiothérapie

Bases de la Radiothérapie Bases de la radiothérapie externe dans le cancer bronchique Particularités du sujet âgé Pr Catherine Durdux HEGP Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux Dr Alban GERVAISE Facteurs comportementaux A ne pas négliger! Sûrement les facteurs les plus importants +++ 3 grands principes

Plus en détail

SOLUTION AUTOMATISEE DE DOUBLE CALCUL D UM EN 3D PAR UN ALGORITHME COLLAPSED-CONE

SOLUTION AUTOMATISEE DE DOUBLE CALCUL D UM EN 3D PAR UN ALGORITHME COLLAPSED-CONE SOLUTION AUTOMATISEE DE DOUBLE CALCUL D UM EN 3D PAR UN ALGORITHME COLLAPSED-CONE Plus Complet Les calculs 3D augmentent réellement la protection du patient et la qualité des traitements en vérifiant beaucoup

Plus en détail

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel DTS IMRT Examen Blanc 2009 Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel Correction interactive Mme. X, 66 ans, consulte pour une tumeur du sein gauche. Sur quel élément repose le diagnostic de cancer? L examen

Plus en détail

Innovations technologiques en

Innovations technologiques en Innovations technologiques en radiothérapie-oncologie S. Bolle (1), C. Louis (2), P.A. Coucke (3) RÉSUMÉ : La radiothérapie connaît actuellement un nouvel essor grâce au développement de techniques de

Plus en détail

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE 1/8 Dans le cadre de l optimisation de la radioprotection, on s attachera : à utiliser les valeurs des paramètres d exposition les plus adaptés : temps, voltage, ampérage, longueur explorée et surtout

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Comparaison de la radiothérapie conformationnelle sans modulation d intensité et de la radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité

Comparaison de la radiothérapie conformationnelle sans modulation d intensité et de la radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité Comparaison de la radiothérapie conformationnelle sans modulation d intensité et de la radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité Cardot-Martin Mikaël Gateau Theo LP-DORA Plan Répertoire

Plus en détail

EPIQA. Dosimétrie Portale

EPIQA. Dosimétrie Portale EPIQA Dosimétrie Portale Ateliers Septembre 2009 V. Bodez, R. Garcia, K. Khamphan, E. Jaegle, S. Warren, M.E. Alayrach Pôle de Radiothérapie 1 EPIQA L algorithme GLAaS fonctionne sur la séparation du rayonnement

Plus en détail

UTILISATIONS MÉDICALES DES RAYONNEMENTS IONISANTS

UTILISATIONS MÉDICALES DES RAYONNEMENTS IONISANTS UTILISATIONS MÉDICALES DES RAYONNEMENTS IONISANTS 1 LES INSTALLATIONS DE RADIODIAGNOSTIC MÉDICAL ET DENTAIRE 1 1 Présentation des équipements et du parc 1 1 1 Le radiodiagnostic médical 1 1 2 Le radiodiagnostic

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

IGRT dans le cancer de la prostate

IGRT dans le cancer de la prostate IGRT dans le cancer de la prostate David Ali CORP, 23 sept 2010 1 Q1) Quelle marges prenez-vous pour passer du CTV au PTV pour la radiothérapie exclusive du cancer de la prostate 1) 10mn partout 2) 10mn

Plus en détail

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Introduction Le cancer bronchique est la première cause de mortalité par cancer en Europe avec une survie à 5

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations

Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations Kenza IKOUOUBEL Encadrants: Dr. Raphaël Passas, Dr. Pierre Dumont En collaboration avec Dr. Manuel Mikczinski (OFFIS)

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Principes des traitements en radiothérapie Mise en place des traitements par radiothérapie externe Mise en place des traitements par curiethérapie

Principes des traitements en radiothérapie Mise en place des traitements par radiothérapie externe Mise en place des traitements par curiethérapie La radiothérapie Daniel VOÏCAN Radiothérapeute Centre Hospitalier de CARCASSONNE 02 décembre 2015 La radiothérapie : Chapitres du cours : Principes des traitements en radiothérapie Mise en place des traitements

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

Programme de formation théorique et pratique à l intention des RTT

Programme de formation théorique et pratique à l intention des RTT AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE Programme de formation théorique et pratique à l intention des RTT (radiothérapeutes/ techniciens en radiothérapie) VIENNE, 2007 COLLECTION COURS DE FORMATION

Plus en détail

FACE AU CANCER, L UNION D UN HOPITAL ET D UN CENTRE DE RECHERCHE

FACE AU CANCER, L UNION D UN HOPITAL ET D UN CENTRE DE RECHERCHE Dossier de presse - 16 juin 2004 Voir les images La protonthérapie Une radiothérapie de pointe, traitement de référence pour certaines tumeurs de l œil et du cerveau Sommaire Communiqué de synthèse p 2

Plus en détail

Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts

Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts 17 nov 2014 Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts B. Chauvet Coût de la radiothérapie en France Environ 800 M en 2012 > 400 M en secteur sous TAA pour 52% des traitements < 400 M

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

IMAGERIE MEDICALE RADIOTHERAPIE. Quel rôle pour l Aide soignant?

IMAGERIE MEDICALE RADIOTHERAPIE. Quel rôle pour l Aide soignant? IMAGERIE MEDICALE RADIOTHERAPIE Quel rôle pour l Aide soignant? IMAGERIE MEDICALE Actes réalisés en radiologie ou en médecine nucléaire : Radiographie standard Echographie Scanner IRM Scintigraphie TEP

Plus en détail

PHOTOGRAPHIE Fondamentaux

PHOTOGRAPHIE Fondamentaux PHOTOGRAPHIE Fondamentaux Août 2009 ETYMOLOGIE Le terme photographie vient du grec photo signifiant lumière, clarté et de graphie, peindre, dessiner, écrire. Ainsi, au sens littéral, la photographie est

Plus en détail

Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris

Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie C. GUEGAN, A.NADOUR,M.ALISON,G.SEBAG Hôpital Robert Debré, Paris Plan INTRODUCTION A - EXPRESSION

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

CPR Réanimation cardio-pulmonaire

CPR Réanimation cardio-pulmonaire Thème 04 CPR Réanimation cardio-pulmonaire N d article 1401 CSauv Thème 04 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Schéma ABCD Respiration artificielle Contexte initial / Position du patient Si au point A

Plus en détail

Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy.

Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy. Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy. André BRIDIER - Frédéric JOUSSARD - Guillaume FRANCOIS - Dimitri LEFKOPOULOS Service

Plus en détail

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM*

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM* Développement de références dosimétriques pour les petits champs dans des faisceaux de photons de haute énergie Présentation du projet et premiers résultats M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule MEDECINE NUCLEAIRE la scintigraphie est une technique d imagerie fonctionnelle. Elle apporte souvent des arguments complémentaires à l imagerie morphologique (radiodiagnostic) Scintigraphie Radioélément

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

La radiothérapie. Informations de la Ligue contre le cancer pour les personnes touchées et leurs proches. La radiothérapie

La radiothérapie. Informations de la Ligue contre le cancer pour les personnes touchées et leurs proches. La radiothérapie La radiothérapie Informations de la Ligue contre le cancer pour les personnes touchées et leurs proches La radiothérapie 1 Impressum Editeur Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40, case postale,

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 Dr Didier BOUSSARIE CHV Pommery 51100 Reims PRINCIPE DE LA TOMODENSITOMETRIE

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10507 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 26 juin 2009 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité d'investissement de 3 300 000 F pour financer

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

Jeudi 17 novembre 2007

Jeudi 17 novembre 2007 Jeudi 17 novembre 2007 Les irradiations pour soigner les cancers Dr. Carmen Llacer Moscardo CRLC Val D Aurelle Introduction 1 français sur 3 développera un cancer au cours de son existence 60% seront traités

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

Information destinée aux patients. Traitement par radiothérapie. Des réponses à vos questions

Information destinée aux patients. Traitement par radiothérapie. Des réponses à vos questions Information destinée aux patients Traitement par radiothérapie Des réponses à vos questions Bienvenue dans le service de radio-oncologie Une radiothérapie vous est prescrite. Celle-ci dure généralement

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail