Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein"

Transcription

1 Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR Nice

2 Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales / péricytes Hypoxie Oncogènes VEGF-A Tumeur Vaisseau mature Ang 2= Angiopoïétine 2 PEC Moelle osseuse PEC = Progéniteurs endothéliaux circulants VEGF = Vascular Endothelial Growth Factor

3 Néovascularisation des tumeurs (stade2) VEGF-A IL-8 Vaisseaux des tumeurs Tumeur vascularisée Métastases

4 Rationnel Le cancer du rein: un modèle de tumeurs très vascularisées Tumoral Normal cas par an (Europe + U.S.A) Majoritairement carcinomes rénaux à cellules claires (= RCC) Stade IV lors du diagnostic Survie à 5 ans (grade IV) : 10-20% 20-30% patients rechutent après néphrectomie 70-80% des RCC ont des mutations du gène von Hippel Lindau (VHL) induisant une surproduction de VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor)

5 Rationnel Traitements des RCC métastatiques Traitement de référence: Interféron α (INF-α) Survie globale à 5 ans < 20% Traitements ciblés : Bevacizumab (Anti VEGF) + INF-α Médiane de survie sans progression : - Placebo : 2,8 mois - INF-α : 5,4 mois - Bevacizumab : 8,5 mois - Beva + INF-α : 10,2 mois

6 QUESTIONS Pourquoi progression sous Beva + INFα? Pourquoi aucun essai pré-clinique sur des modèles de cancers du rein à cellules claires?

7 Effets des traitements anti-vegf sur la croissance tumorale de cellules de RCC chez la souris nude J1 : Injection de 3 millions cellules 786-O luciférase (modèle RCC) J7 : Apparition tumeurs Début des traitements Mesure de la taille des tumeurs + Intensité luminescence PBS Bevacizumab PBS = Contrôle -

8 Croissance tumorale Pourcentage de croissance a/ Contrôle PBS 500 PBS Jours après injection Début traitement Tumeurs à croissance lente (id chez l homme)

9 Croissance tumorale b/ Anti-VEGF Pourcentage de croissance 500 PBS Bevacizumab ** * * *P<0.05 **P<0.01 ** 200 ** Début traitement Jours après injection Taille des tumeurs supérieure au contrôle

10 Questions: Pourquoi progression sous Bevacizumab? HYPOTHESES 1. Normalisation de la vascularisation 2. Redondance angiogénique: Importance des cytokines CXCL 3. Diminution des facteurs anti-angiogéniques OBJECTIFS a. Etablissement d un «angiogramme» b. Blocage des cytokines les plus exprimées Inhibition plus efficace

11 EFFETS DES ANTI-VEGF Une normalisation des vaisseaux intratumoraux!!! PBS Bevacizumab COROLLAIRE: Ne pas utiliser les ANTI-VEGF seuls (ATTENTION: Prescription d INF-α en baisse à cause d effets secondaires)

12 POURQUOI LES CYTOKINES CXCL? Cytokines d environ 70 acides aminés comprenant ou non le tripeptide ELR ELR + ELR - Pro-angiogéniques 7 membres Anti-angiogéniques 5 membres membre canonique : CXCL8 Mestas et al. J immuno 2005 CXCL8: Interleukine 8 (IL8)

13 BEMOL SUR LE VEGF!!! Existence de formes pro- et anti-angiogéniques VEGFXXX et VEGFXXXb : 2 facteurs angiogéniques identiques à 97% 2 activités angiogéniques opposées

14 REALISATION D UN «ANGIOGRAMME» ECHANTILLONS PATIENTS PATIENTS (Néphrectomie au diagnostic) Vivants Décédés deux ans après diagnostic deux ans après diagnostic N T Analyse des tissus normaux (N) et tumoraux (T)

15 Conclusions 1) Niveaux tumoraux d Hémoglobine (marqueur angiogenèse) Patients vivants: Taux faibles Patients décédés: Taux élevés 2) «Angiogramme» des tumeurs rénales a. facteurs pro-angio (VEGF, CXCL8) et facteurs anti-angio (VEGFxxxb, CXCL9, CXCL10) entre tissus normaux et tumoraux b. facteurs pro-angio (CXCL1, 7, 8) dans les tumeurs des patients vivants / décédés CXCL1, 7, 8 = FACTEURS PRONOSTICS D AGRESSIVITE TUMORALE

16 Perspectives 1) Générer des anticorps bloquant les cytokines CXCL 1, 7, 8 (séquence peptidique conservée) 2) Générer des anticorps bloquant ne reconnaissant que les formes pro-angiogéniques de VEGF 3) Essai pré-clinique de combinaison Bevacizumab / Taxol

17 MERCI!!!! Gilles Pagès, Renaud Grépin, Marie Jacquin et toute l équipe

BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite)

BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) 14/04/2015 BOUILLOUX Elsa L2 (CR : Hamza Berguigua) BMCP Pr.OUAFIK 8 pages Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) Plan A. Angiogenèse tumorale I. Sources des facteurs angiogéniques II. Régulation des facteurs

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne?

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pr Georges NOEL Département universitaire de radiothérapie Centre Paul Strauss Pr Georges noel 8ème printemps de l AFCOR 28-30 mars 2014 Métastases cérébrales Adénocarcinome

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge La Dégénérescence Maculaire liée à l âge Laure Van Bol Florence Rasquin Service d ophtalmologie Hôpital Erasme Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence: Néant Participation

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014 Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014 Kim CAO CORP 06.11.2014 AVAglio RTOG 0825 Contexte : quels enjeux? 1 ère tumeur cérébrale maligne chez l adulte, classification

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA?

ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age (DMLA) est la principale

Plus en détail

Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970

Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970 Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970 Deux objectifs différents 1. Améliorer l imagerie des cancers

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Christine Varon, MCF INSERM U853 Laboratoire de Bactériologie du Pr. F. Mégraud Université Bordeaux Segalen christine.varon@u-bordeaux2.fr Le

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Prévalence... 3 2. Facteurs

Plus en détail

Guide d utilisation du sunitinib (Sutent MC ) dans le traitement du carcinome rénal métastatique

Guide d utilisation du sunitinib (Sutent MC ) dans le traitement du carcinome rénal métastatique Guide d utilisation du sunitinib (Sutent MC ) dans le traitement du carcinome rénal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Juillet 2010 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies GUEHO Sylvain / RICHARD Nathalie Chef de pôle produit Dolorh Direction Neurho 13 février 2014 Séminaire Conseil d Administration

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens

SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens SENAT - Samedi 14 février 2015 Cancers Pédiatriques & Règlements Européens En France, 1700 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chaque année dans la population des enfants de moins de 15 ans et 800

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net DOSSIER DE PRESSE Mardi 12 juin 2012 NOUVEAU TRAITEMENT POUR LE CANCER DU POUMON ET LE MELANOME : LA FONDATION ARC POUR LA RECHERCHE SUR LE CANCER SOUTIENT LES TRAVAUX D UNE ÉQUIPE DE CHERCHEURS À MONTPELLIER

Plus en détail

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale 100 90 80 Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale Différence : 4 % (p < 0.0001) MACH-NC Meta-Analysis of Chemotherapy in Head & Neck Cancer % Control CT 70 60 50 40 30 20 10 0 54 % 50 % 36 % 32

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Cancers du sein infracentimétriques Her2 + XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Généralités cancers HER2+ Sur-expression Her2 = facteur de mauvais pronostic (Press 1997, Tovey 2009,

Plus en détail

LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES. Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010

LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES. Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010 LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010 POURQUOI DE NOUVELLES CBNPC métastatique : doublet de chimiothérapie,

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS

PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS UN ACTEUR DE RÉFÉRENCE EN IMMUNOTHÉRAPIE D ACTIVATION ET DE RÉGULATION Février 2016 2 AVERTISSEMENT Informations importantes

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER. Yann Audic, CNRS UMR 6061

REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER. Yann Audic, CNRS UMR 6061 REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER 1 Yann Audic, CNRS UMR 6061 - Régulations Post-transcriptionnelles - Régulation stabilité et traduction d'oncogènes c-fos c-myc - Syndrome de Von-hippel-Lindau

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

Faculté des sciences de Tunis Laboratoire de génétique, immunologie et pathologie humaine Institut Salah Azaiez Le Cancer Du Sein Héréditaire En Tunisie Génétique & Éthique TROUDI Wafa C est Quoi Le Cancer?

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique?

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Mardi 7 octobre 2014 Centre des Congrès d Aix-Les-Bains Dr Emmanuel Maillard, Dr Fabien Stenard Cancer colorectal métastatique:

Plus en détail

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Isabelle Morard Service d hépato-gastroentérologie Service de transplantation Juin 2013 J hepatol 2012 Hepatology 2011 CHC: épidémiologie Cibler les populations

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Les thérapies ciblées antiangiogéniques en cancérologie Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Objectifs pédagogiques Donner une définition des thérapies ciblées

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire Le système visuel Le système visuel Les récepteurs L organe périphérique Anatomie de l oeil Les bâtonnets: vision en noir et blanc. Les cônes: vision précise, vision diurne et vision des couleurs. Le système

Plus en détail

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes?

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes? Cancer bronchique non à petites cellules Première ligne, et après? Combien de lignes? Christos Chouaid ( Créteil) Liens d intérets Au cours de ces 5 dernières années, j ai perçu des honoraires ou des financements

Plus en détail

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne?

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Lille, France Liens d intérêt Honoraires

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Intérêts et limites de la médecine de précision en Oncologie

Intérêts et limites de la médecine de précision en Oncologie 30èmes Journées Pédagogiques et Scientifiques de l AE2BM 11 & 12 sept 2014 - Lyon Intérêts et limites de la médecine de précision en Oncologie Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Intérêt des Marqueurs

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Anesthésie et récidive tumorale

Anesthésie et récidive tumorale 8 E SYMPOSIUM EN THÉRAPIE RESPIRATOIRE Anesthésie et récidive tumorale Stéphane Delisle, Philosophiæ doctor PhD, FCCM Chargé de projet en santé cardio-respiratoire, HSCM, Professeur associé de la faculté

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Marc-Karim BENDIANE 1,2 & Laura SPICA 1, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 Sciences Economiques & Sociales,

Plus en détail

RESULTATS ENCOURAGEANTS AVEC L AFLIBERCEPT (VEGF Trap) MIS A L HONNEUR LORS DU CONGRES ANNUEL 2007 DE L ASCO

RESULTATS ENCOURAGEANTS AVEC L AFLIBERCEPT (VEGF Trap) MIS A L HONNEUR LORS DU CONGRES ANNUEL 2007 DE L ASCO Sanofi-aventis Regeneron Pharmaceuticals, Inc. Salah Mahyaoui Lauren Tortorete + 33 6 73 68 78 88 +1.212.845.5609 ltortorete@biosector2.com Anne Bancillon + 33 6 86 31 03 89 RESULTATS ENCOURAGEANTS AVEC

Plus en détail

Le guide-santé du sportif

Le guide-santé du sportif que son rôle est lié à l apparition d un cancer, d une résistance ou d une potentialité métastasique, nous allons fabriquer des médicaments qui vont bloquer le rôle du gène. Ce n est plus le napalm qui

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Dr Jean Frédéric BLANC

Dr Jean Frédéric BLANC Dr Jean Frédéric BLANC Traitement palliatif du carcinome hépato-cellulaire Connaître les indications, les moyens thérapeutiques, leurs résultats et leurs complications Conflits d intérêts Le Dr Jean Frédéric

Plus en détail

Cancérogenèse : transformation cellulaire (2)

Cancérogenèse : transformation cellulaire (2) 31/03/15 BASTOS REINALDO Julia L2 BMCP Pr OUAFIK 6 pages CR : Borg Manon Cancérogenèse : transformation cellulaire (2) Plan: A. Gènes suppresseurs de tumeur I. Généralités / définition II. Découverte III.

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

ÉVALUATION SOMMAIRE Temsirolimus (Torisel md ) pour le traitement du carcinome rénal avancé

ÉVALUATION SOMMAIRE Temsirolimus (Torisel md ) pour le traitement du carcinome rénal avancé Ce document est à jour en date du 11 avril 2008. Les publications ultérieures à cette date ne sont pas incluses. RÉSUMÉ Devant la chimiorésistance intrinsèque des cellules tumorales du cancer du rein,

Plus en détail

Oncogenèse: introduction générale

Oncogenèse: introduction générale Oncogenèse: introduction générale Nathalie Boulle (2011-2012) MIB Oncogenèse cancérogenèse Histoire naturelle des cancers: item 138 de l examen national classant 1 PLAN 1- Evolution et Cancer 2- Quelles

Plus en détail

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Dominique de Raucourt 1 / xx 2 / xx Particularités des T3 oropharyngés! " Accessibles le plus souvent

Plus en détail

AVIS D EXPERT. Les patients ayant un cancer du. Le Point sur les Nouveaux Anti-Angiogeniques dans le Cancer du Rein Métastatique I.

AVIS D EXPERT. Les patients ayant un cancer du. Le Point sur les Nouveaux Anti-Angiogeniques dans le Cancer du Rein Métastatique I. AVIS D EXPERT dans le Cancer du Rein Métastatique Dr Stéphane Oudard Service de Cancérologie Médicale Hopital Européen Georges Pompidou, Paris I. INTRODUCTION Les patients ayant un cancer du rein métastatique

Plus en détail

L Angiogenèse. Angiogenèse : Formation de nouveaux vaisseaux à partir de vaisseaux pré-existants

L Angiogenèse. Angiogenèse : Formation de nouveaux vaisseaux à partir de vaisseaux pré-existants L Angiogenèse Angiogenèse : Formation de nouveaux vaisseaux à partir de vaisseaux pré-existants 3 dates marquent l histoire de l angiogenèse 1787 Le Dr John Hunter, chirurgien britannique utilise pour

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Le lipomodelage en reconstruc2on Implica2ons oncologiques. Christelle Faure Christophe Ho Quock Charlotte Furtos

Le lipomodelage en reconstruc2on Implica2ons oncologiques. Christelle Faure Christophe Ho Quock Charlotte Furtos Le lipomodelage en reconstruc2on Implica2ons oncologiques Christelle Faure Christophe Ho Quock Charlotte Furtos Lipomodelage et cancer du sein HISTORIQUE 2007: Société française de chirurgie plastique

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mai 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 15 décembre

Plus en détail

L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique. Frederick S. Kaplan & Eileen M.

L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique. Frederick S. Kaplan & Eileen M. L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique Frederick S. Kaplan & Eileen M. Shore On sait que les Récepteurs de l Acide Rétinoïque (RAR) peuvent

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

La monothérapie par pembrolizumab a permis d obtenir un taux de réponse globale de 25 pour cent chez les patients lourdement traités précédemment

La monothérapie par pembrolizumab a permis d obtenir un taux de réponse globale de 25 pour cent chez les patients lourdement traités précédemment Communiqué de presse Contacts avec les médias : Nilsy Desaint Policy and Communication Manager, MSD nilsy.desaint@merck.com GSM : 0473 33 4875 De nouveaux résultats montrent une activité anti-tumeur durable

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants Françoise Collin Les grands classiques Microbiopsie Biopsie chirurgicale Pièce opératoire Diagnostic AP classification OMS 2002 > 50 types

Plus en détail

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN CLASSIFICATION MOLECULAIRE DU CANCER DU SEIN: ETUDE RETROSPECTIVE DE 1514 CAS A L INSTITUT SALAH AZAIEZ DE TUNIS ET REVUE DE LA LITTERATURE. A. GAMOUDI. H. BOUSSEN INTRODUCTION Cancer du sein: 1 ère pathologie

Plus en détail

TUMEURS ENDOCRINES DU SEIN EXPERIENCE DU CPMC

TUMEURS ENDOCRINES DU SEIN EXPERIENCE DU CPMC TUMEURS ENDOCRINES DU SEIN EXPERIENCE DU CPMC N. BENACHENHOU, CHETIBI,O.GHEDOUARI, A.BENDIB Service d imagerie de l HCA : * Service de sénologie du CPMC : ** Ensemble de tumeurs dispersées dans l ensemble

Plus en détail

Le cancer de la prostate et la mise sous traitement. élaboré avec le Pr. François Desgrandchamps

Le cancer de la prostate et la mise sous traitement. élaboré avec le Pr. François Desgrandchamps Le cancer de la prostate et la mise sous traitement élaboré avec le Pr. François Desgrandchamps Qu est-ce que la prostate? Une glande de l appareil génital masculin (1) La prostate se situe à la sortie

Plus en détail

Mortalité par cancer chez la femme en France. Francim 2000. Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an

Mortalité par cancer chez la femme en France. Francim 2000. Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an Histoire naturelle du cancer du sein J Lansac CHU de TOURS 1 Mortalité par cancer chez la femme en France Francim 2000 Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an 2 Corrélation entre incidence et mortalité

Plus en détail

Des réseaux d'interactions à la modélisation : intérêt pour l'étude du mécanisme d'action de l'endostatine Prof. Sylvie Ricard Blum

Des réseaux d'interactions à la modélisation : intérêt pour l'étude du mécanisme d'action de l'endostatine Prof. Sylvie Ricard Blum Des réseaux d'interactions à la modélisation : intérêt pour l'étude du mécanisme d'action de l'endostatine Prof. Sylvie Ricard Blum Institut de Biologie et Chimie des Protéines UMR 5086 BMSSI CNRS Université

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour Comprendre... 3 2. Épidémiologie... 3 2.1. Quelques chiffres... 3 2.2. Les facteurs de risque...

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS.

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. Ò LE RISQUE DEVIENT APPRÉCIABLE VERS 45 ANS ET AUGMENTE AVEC LES DÉCENNIES.

Plus en détail