BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite)"

Transcription

1 14/04/2015 BOUILLOUX Elsa L2 (CR : Hamza Berguigua) BMCP Pr.OUAFIK 8 pages Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) Plan A. Angiogenèse tumorale I. Sources des facteurs angiogéniques II. Régulation des facteurs angiogéniques B. Application à la thérapeutique C. Résistance thérapeutique A. Angiogenèse tumorale I. Sources des facteurs angiogéniques 1. Les cellules tumorales 2. Les cellules endothéliales 3. La matrice extracellulaire (MEC) : Les cellules tumorales comme les cellules stromales vont exprimées leur facteurs sous forme de précurseurs biologiquement inactifs jusqu'à subir un processus de maturation. Les cellules stromales au contact des cellules tumorales vont sécréter des facteurs angiogéniques qui vont être attrapés par la MEC. Lors de la dégradation de la MEC il va y avoir une libération de ces facteurs ainsi que leur maturation et ils vont pouvoir retrouver leurs récepteurs au niveau des cellules tumorales pour induire la vascularisation au sein de la tumeur. La MEC sert de lieu de stockage pour les facteurs angiogéniques. 4. Les cellules de stroma tumoral : - Macrophages associés à la tumeur (TAM): Il y a un contact entre la composante vasculaire, tumorale et macrophagique via l'expression de différents facteurs. 1/8

2 - Fibroblastes : Ils sont capable d interagir avec la composante épithéliale normale et cancéreuse et la composante vasculaire. Lors de la cancérogenèse, les fibroblastes associés à la tumeur vont changer de phénotype pour devenir des myofibroblastes. - Cellules myéloïdes Lors de leur recrutement au niveau du site tumoral, ces cellules vont se mettre à exprimer et sécréter des facteurs angiogéniques leur permettant de rentrer en interaction avec la tumeur. II. Régulation des facteurs angiogéniques HIF-1α et l'hypoxie joue un rôle très important dans la régulation de ces facteurs angiogéniques. La transcription du facteur HIF-1α est active tout le temps que l'on soit en hypoxie ou en normoxie. On a tout le temps la même quantité d'arn Ce qui diffère c'est la stabilité de la protéine selon que l'on soit en normoxie ou en hypoxie. En normoxie (oxygénation normale) : L'ARNm est exprimé, et va rentrer dans le cytoplasme pour être traduit et donner la protéine HIF-1α. La prolyl-hydroxylase utilise l'o2 comme cofacteur et provoque une hydroxylation de la proline et asparagine au niveau de la protéine HIF-1α. La protéine VHL (gène suppresseur de tumeur) reconnaît HIF-1α hydroxylée et provoque son ubiquitinilation et par conséquent sa dégradation par le protéasome. En hypoxie (manque d'oxygène) : La prolyl-hydroxylase se retrouve sans oxygène, elle est donc inactive. Elle ne va donc pas pouvoir hydroxyler HIF-1α. Par conséquent il n'y aura pas de dégradation de la protéine HIF-1α puisque qu'elle ne va pas être reconnue par la protéine VHL. Il va y avoir translocation de HIF-1α dans le noyau pour aller rencontrer la protéine ARNt (ou HIF-1β) pour former un hétérodimère qui va reconnaître la séquence CACGTG. Par conséquent tous les gènes avec cette séquence vont être transcrit. Moins il y aura d'oxygène, plus il y aura une bonne stabilité de la protéine HIF-1α au niveau cytoplasmique. Il y a entre 120 et 140 facteurs angiogéniques qui possèdent la séquence CACGTG dans leur promoteur. Lorsque la cellule tumorale arrive en hypoxie elle arrête la transcription d'environ 70 % des facteurs qui ne sont pas nécessaires à sa survie. 2/8

3 B. Application à la thérapeutique Les cellules cibles : 1. Cellule endothéliale car elle est responsable de la néo-angiogénèse lors de la croissance tumorale 2. Péricyte 3. Fibroblaste 4. Macrophages 5. Membrane basale 6. Matrice extracellulaire Toutes ces cellules participent à la croissance tumorale c'est pourquoi différentes thérapeutiques ciblent ces cellules Si on a une thérapie qui est capable de reconnaître les différents types cellulaires alors on l'utilisera en monothérapie. Sinon on peut utiliser une bithérapie comme par exemple une thérapie qui cible la cellule tumorale et une autre qui cible la cellule endothéliale Exemple : le glioblastome (tumeur cérébrale) Sur cette coupe de 5μm on a fait un marquage à l'éosine et à l'hématoxyline : On observe la présence d'une région nécrotique (cellules qui ont souffert de l'hypoxie et qui en sont mortes) au centre entourée d'un mur constitué de cellules proliférantes (= cellules palissadiques) qui sous la pression de l'hypoxie vont stabiliser le facteur HIF-1α d'où la présence d'une région très riche en facteurs angiogéniques (signal d'alerte qui va activer les cellules endothéliale) Le glioblastome fait partie des tumeurs les plus vascularisées qui existent (la vascularisation peut se voir même sans marquage) Le VEGF joue un rôle fondamental dans l'activation de la cellule endothéliale et par conséquent peut être utilisé comme cible thérapeutique. 3/8

4 Bevacizumab (anticorps anti-vegf) : Oligo IIIb de 5ème ligne Avastin : nom commercial du médicament Avec l'utilisation de ce médicament en trois mois on observe sur l'irm une quasi disparition de la vascularisation tumorale. Seulement comme toute thérapeutique il y a toujours de la résistance. C. Résistance thérapeutique Model expérimetal : On prend une lignée de cellules de glioblastome que l'on va injecter à des souris. On va suivre la survie des souris en fonction du traitement avec l'ac anti-vegf (Avastin) ou pas Résultats : Entre le 18ème et le 20ème jour après l'injection de cellules tumorales mort de toutes les souris Groupe de souris traitées trois fois par semaine ou tous les jours avec un AC anti-vegf mort des souris entre le 45ème et le 50ème jour On compare les cerveaux des souris du groupe contrôle (sans tratement) et du groupe traité en utilisant un marqueur spécifique des cellules endothéliales : Hypervascularisation des tumeurs des souris contrôles Quasiment plus de vascularisation dans les tumeurs des souris traités L'angiogénèse a un rôle très important dans la prolifération et la survie tumorale. Coupe de tumeur de la souris contrôle : Marquage avec de l'hématoxyline et de l'éosine On observe une frontière nette entre le tissus normal et le tissus tumoral très dense. Dans le groupe traité avec un AC anti-vegf on observe parfois des foyers tumoraux qui commencent à se reconstituer sous le traitement. 4/8

5 Au début la tumeur est circonscrite et sous la pression de l'ac anti-vegf, cette tumeur va se retrouver sans vascularisation et une bonne partie des cellules tumorales vont mourir. Cependant il y a quelques cellules tumorales qui vont essayer de s'échapper pour aller trouver des nutriments ailleurs et vont donc être à l'origine de nouveaux foyers tumoraux. Ce phénomène s'observe chez 1 à 3 % des patients humains traité avec l'ac anti-vegf. Ces nouveaux foyers tumoraux fabriquent une nouvelle vascularisation VEGF indépendant apparition de l'expression de nouveau facteurs angiogéniques comme le PDGF Apparition d'une résistant au traitement anti-vegf Les modes de resistance à la thérapie : La majorité des tumeurs solides expriment le VEGF : plus de 70 % de l'angiogénèse observé dans un premier temps est due à l'expression du VEGF on décide de traiter le patient avec un AC anti-vegf qui est l'avastin mais on ne peut pas prédire la réponse à l'avastin. Recherche d'un marqueur sérique qui va prédire la réponse à l'avastin (pour l'instant inconnu) On traite le patient pendant 3 mois et on vérifie la réponse du patient à l'avastin par imagerie. Deux situations au moment de la radio contrôle : le patient répond au traitement le volume tumoral à diminuer, l'angiogénèse tumorale a disparu donc on garde le même traitement Il y a une résistance augmentation du volume tumoral et revascularisation de la tumeur donc soit un bascule vers une nouvelle thérapie ciblée soit vers la radiothérapie Mais au bout 6 ou 9 mois de traitement à l'avanstin chez le patient qui avait une réponse positive au traitement on observe une nouvelle résistance. Hypothèses de cette nouvelle résistance : 1. La tumeur s'est revascularisée grâce à un nouveau facteur angiogénique (PDGF, angiopoiétine, éphrin) qui s'est mis à s'exprimer soit par les cellules stromales soit par les cellules tumorales nouvelle vascularisation VEGF indépendant 2. Le traitement anti-vegf a fait diminuer la vascularisation, et a donc provoqué des régions de nécrose et des zones d'hypoxie qui vont être à l'origine de l'expression de différents facteurs par les cellules tumorales sous hypoxie (via hétérodimère HIF-1α et HIF-1β). Des cellules tumorales vont se déverser dans la vascularisation ce qui va activer le système hématopoïétique et grâce à la circulation globale sanguine ces cellules vont arriver au niveau de nouvelles niches tumorales et ce sont les cellules de la moelle osseuse qui vont être à l'initiative de la nouvelle vascularisation dont dépendra les cellules tumorales. 3. Couverture très important de la composante vasculaire avec une meilleure couverture des cellules tumorales grâce aux cellules musculaires lisses (les péricycles) et donc les AC anti-vegf auront du mal à attaquer la composante vasculaire : on a donc une couverture anormale au niveau de la vascularisation tumorale (même couverture que les artères : plusieurs couches péricytaires). La vascularisation de la tumeur, avec une forte densité cellulaire, est attaquée avec l'avastin (la vascularisation 5/8

6 normale est épargnée car elle est quiescente donc insensible au traitement) du fait de la disparition de cette vascularisation dans la zone tumorale, il y a donc quelques cellules tumorale (cluster de cellules tumorales) qui vont se détacher de cette masse tumorale et s'évader pour venir rechercher l'oxygène et les nutriments au niveau des vaisseaux des tissus normaux apparition de différents foyers tumoraux Autre exemple : rôle joué par le fibroblaste (cellule mésenchymateuse qui fait partie au stroma tumorale) On injecte des cellules tumorales du cancer du sein dans une souris immunodéprimée et à partir d'un certain volume tumoral on la traite avec l'ac anti-vegf. Toujours la même observation : Diminution du volume tumoral dans un premier temps. Mais après un certain temps de traitement on se retrouve avec un échappement thérapeutique (voir courbe anti-vegf) et ainsi le volume tumoral augmente de façon très significative alors que l'on traite avec l'ac anti-vegf. Petit rappel du prof : Une tumeur ne pourra jamais progresser au-delà de 3 à 4mm 3 si elle n'a pas de vascularisation. Conclusion : cette tumeur a pu s'échapper à l'avastin parce qu'elle a trouvé un autre moyen de faire exprimer des facteurs angiogéniques On prend la tumeur qui a progressé sous avastin extraction des ARNm + microaway pour rechercher les gènes exprimés sous avastin par la tumeur Observation : ARNm surexprimé par la tumeur sous avastin porte le nom de PDGF-c (facteur angiogénique) et serait donc à l'origine de cette croissance tumorale observée sous avastin. 6/8

7 Immunohistochimie avec la tumeur sous avastin : le PDGF-c est fortement exprimé par la composante stromale et plus particulièrement par les fibroblastes devenus des myofibroblastes (et non par la composante tumorale) dans le but de revasculariser la tumeur de façon indépendante du VEGF Solution : Développement d'une bithérapie : Avastin + AC monoclonal anti-pdgf-c Sur la courbe verte ci-dessus (anti-vegf + anti-pdgf-c) : on observe que au moment où il y avait un échappement thérapeutique sous Avastin seul, on garde le contrôle de la tumeur avec la combinaison des deux traitement Sur le marché on peut voir apparaître des AC bispécifiques : On prend la partie variable (ou neutralisante) de l'ac anti-vegf + la partie neutralisante de l'ac anti-pdgf-c et on séquence les gènes codant pour ces deux parties. Ensuite on fait un clonage en mettant les deux séquences ensembles tout en laissant de l'espace entre les deux séquences. Ce nouvel AC est donc capable de neutraliser deux facteurs à la fois (VEGF + PDGF-c). Cette nouvelle technique donne de très bon résultant en phase pré-clinique. 7/8

8 8/8

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Dr Florence BANNIE, Pharmacien Dr Laure Kaluzinski, Oncologue Centre Hospitalier Public du Cotentin ARKM 17éme Rencontre Médicale 29 novembre 2014,

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate UFR de Médecine de l Université de Bordeaux2 Hématologie - PCEM 2 Dr S LEPREUX 2013-2014 La moelle osseuse Introduction: L os en tant

Plus en détail

Cycle cellulaire Partie 2

Cycle cellulaire Partie 2 17/02/2015 THIERRY Guilhem L2 CR : BORG Manon BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 16 pages Cycle cellulaire Partie 2 Plan : A. Les protéines codées par des gènes dits "suppresseurs de tumeurs" I. La protéine p53

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes.

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes. III.1.6 Le Nucléole Ce sont des structures fibrillaires sphériques denses du noyau interphasique et prophasique des organismes supérieurs. Les nucléoles qui sont le site de formation des ribosomes fixent

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction CEC André-Chavanne BIO 3 OS La synthèse des protéines transcription code génétique traduction I. La «Transcription» : de l ADN à l ARNm. L'adresse suivante permet d accéder à une ANIMATION sur la TRANSCRIPTION.

Plus en détail

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne Chapitre 2 LES FORMES DE DMLA La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne présente pas de dégénérescence proprement dite de la macula. On parle alors de DMLA précoce ou

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire Biocell C. Alcaide 16/01/2012 Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire I - Cytometrie en flux Cytométrie en flux : Analyses quantitatives sur des cellules ou populations cellulaires C'est une technique

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang?

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment

Plus en détail

Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié?

Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié? Innesti di osso mascellare con cellule ossee autologhe Informazioni sul metodo d'intervento Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié? Cher(ère) patient(e), De nos jours, la perte

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

2012>2020. Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche. Mardi 20 mai 2014

2012>2020. Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche. Mardi 20 mai 2014 2012>2020 Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche Mardi 20 mai 2014 Projet : Effets des beta-glucanes sur la différenciation et caractérisation phénotypique des chondrocytes

Plus en détail

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code.

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. Une mutation, peut entraîner une modification de la séquence des

Plus en détail

L odontogénèse débute dès la fin du 1 er poursuit jusqu à l adolescence. mois de vie Intra Utérine et se

L odontogénèse débute dès la fin du 1 er poursuit jusqu à l adolescence. mois de vie Intra Utérine et se L odontogénèse débute dès la fin du 1 er poursuit jusqu à l adolescence. mois de vie Intra Utérine et se Elle comprend plusieurs phases: 1/ la phase d initiation : au cours de cette phase sont déterminées

Plus en détail

Cas 1 : Données cliniques. Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide

Cas 1 : Données cliniques. Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide Cas 1 : Données cliniques Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide Cas 1 : Diagnostic retenu PNET Synovialosarcome RMS Chondrosarcome mésenchymateux LNH Cas 1 : PNET - Argumentaire Clinique

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY Tumeur du sein Présentée par Eliane EL KHOURY Histoire Femme de 59 ans. Il y a 6 ans: apparition d une masse au niveau du QIE du sein droit, de 2x2 cm. Depuis quelques mois: augmentation rapide de la taille

Plus en détail

Cancer : les mécanismes biologiques

Cancer : les mécanismes biologiques 01/03/2012 - Par Grégory Ségala Cancer : les mécanismes biologiques Le cancer touche 350.000 personnes par an en France et il est la première cause de mortalité. Malgré les multiples visages de cette maladie,

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux.

Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux. Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux. Les cellules ES représentent un outil de choix pour le remplacement de cellules au sein de l organisme et notamment au niveau

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

La production de médicaments par les OGM

La production de médicaments par les OGM La production de médicaments par les OGM L.M. HOUDEBINE Unité de biologie du Développement et Biotechnologies INRA 78352 Jouy-en-Josas Cedex Depuis les temps les plus reculés, les communautés humaines

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

ASCO-GU 2012. Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1

ASCO-GU 2012. Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1 ASCO-GU 2012 Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1 Nouveaux agents et nouvelles cibles Signalisation androgénique Cellule tumorale Autres

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

Présentation des projets financés au titre de l édition 2010 du Programme Blanc Inter SVSE 4

Présentation des projets financés au titre de l édition 2010 du Programme Blanc Inter SVSE 4 Présentation des projets financés au titre de l édition 2010 du Programme Blanc Inter SVSE 4 ACRONYME et titre du projet Page HearDeafTreat Audition et surdité: Mécanismes moléculaires et approches thérapeutiques...

Plus en détail

Thérapies ciblées en oncologie

Thérapies ciblées en oncologie Thérapies ciblées en oncologie Quelle place dans l arsenal thérapeutique en 2015? Angers, 5 mars 2015, Journées FMC Médecine Générale De la biologie à la thérapie Comprendre pour traiter Hanahan, Cell,

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité en échangeant de l'information.

Plus en détail

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Les Incontournables 2013 en Cancérologie 8 octobre 2013 - Chambéry La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Présent & Futur Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Présent L INCa et les PF de

Plus en détail

Processus de réparation des tendons, ligaments et muscles: conséquences sur les délais de mise en contrainte

Processus de réparation des tendons, ligaments et muscles: conséquences sur les délais de mise en contrainte Processus de réparation des tendons, ligaments et muscles: conséquences sur les délais de mise en contrainte Dr Marie-Eve Isner-Horobeti Praticien Hospitalier Service de Médecine Physique et de Réadaptation

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE

ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE Extrait cours svt 4e ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE SEMAINES LEÇONS DEVOIRS À SOUMETTRE 1 Partie 1 : La transmission de la vie chez l homme Chapitre 1 : De l enfance à l âge adulte Activités 1 et 2

Plus en détail

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE INTRODUCTION d'après le cours du Dr NEHRBASS L enveloppe nucléaire renferme l ADN et défini le compartiment nucléaire. Elle est formé de 2 membranes concentriques

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique)

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique) La médecine nucléaire se définit par l utilisation de dont on étudie la biodistribution après administration, le plus souvent par voie vasculaire, à un moment donné ou de façon dynamique au cours du temps.

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

LYMPHOCYTE SANTÉ. www.chuv.ch/oncologie/onc_home.htm

LYMPHOCYTE SANTÉ. www.chuv.ch/oncologie/onc_home.htm Le Département d oncologie UNIL-CHUV www.chuv.ch/oncologie/onc_home.htm LYMPHOCYTE Pilier de notre système immunitaire, cette cellule (en bleu, entourée de globules rouges) peut être mobilisée pour lutter

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de HSP90, protège la niche intestinale et inhibe la maladie du greffon contre l hôte Evelyne KOHLI UMR INSERM U866 Equipe Carmen Garrido «HSP-Pathies» HSP90 L allogreffe

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

66 : Thymus (homme), HE

66 : Thymus (homme), HE 66 : Thymus (homme), HE SystÄme lymphatique La capsule de l organe est nettement reconnaissable, comme il s agit d une jeune personne, le stock adipeux (involution) est encore Ç peine présent. Lobe du

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail