La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières"

Transcription

1 La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières Stefan JURJANZ 19 juin

2 Filière -lait de vaches Actualité : prix fluctuants subventions, abandon des quotas, ouverture des marchés Marge comment rester rentable? Produit à forte valeur ajoutée Produit à coût (très) compétitif Revenu / performance Revenu = performance élevée Produit à forte valeur ajoutée à un coût très compétitif 2

3 fortes performances = besoins nutritionnels très élevés => régimes plus riches en E (grains) et moins en fibres Vaches laitières performances >35 (voire 40) kg/jour Taux au moins corrects (TB 40, TP 32) Bonne aptitude à la reproduction (cyclicité normale) Maïs ensilage + >30% concentré Maïs ens. + Pulpes + >40% conc. Paille + Maïs ens. + > 40% conc. Fourrage grossier + > 50% conc. obligation de gérer la fermentation ruminale 3

4 Risques d acidose Niveaux mesurés par le ph moyen ou durée de ph faible (5,5 6) Acidose clinique / aiguë : facilement détectable présence d'acide lactique, ph < 5,2 intoxication nerveuse aigüe Acidose chronique : très peu d'acide lactique, ph < 5,8 Moindre efficacité alimentaire Chute du TB Troubles de l appétit Manifestations pathologiques Sensibilité accrue à d autres troubles de santé difficilement détectable => danger 4

5 L acidose sub-clinique du rumen ph du rumen 5,5 (6) à 7 Tampons salivaires Tampons alimentaires Acidité dû à la fermentation des aliments 5

6 Sources de substances tampons disponibles pour le ruminant Tampons apportés par la salive Ajout de substances tampons par l Homme Capacité tampon totale de l animal Na + + K + + Cl - + S - = BACA (meq/l ou kg MS) Na + + K + + Cl - = BE (meq/l ou kg MS) Capacité tampon des aliments ingérés 6

7 Quelles sont les rations à risques? Fourrage BACA BE Herbe Ensilage d herbe Foin Ensilage de maïs Pulpes de betteraves Situation à risques! Estimation du BACA fourrage = 56,7 P + 2,0 Ce + 0,27 MAT + α R= 0,82 (Meschy & Peyraud 2004) Un exemple : pour maintenir le ph Rumen à 6,0 EM : 33 g NaHCO 3- / kg MS vs. Foin ou fourrage vert : (quasi) rien 7

8 Capacité tampon des aliments Aliments ph initial tamponph 4->6 (meq/kg MS) RG d Italie 6, RG anglais 6, Luzerne 6, Maïs plante entière 5,2 191 tampon ph4->9 (meq/kg MS) Ensilage de maïs 3, Foin de luzerne 6, Foin de fléole 5, Foin de dactyle 5, Tx de coton 6, Tx de soja 6, Maïs grain 5, Orge 5, Sorgho 6,4 246 ph correct & peu de tampon ph faible & peu de tampon ph élevé & bon tampon Effet des fourrages sur la rumination et donc la salivation! 8

9 Substances tampons disponibles pour suppléer les tampons salivaires Na +, K + + (bi)carbonate éventuellement MgO plus rarement : Na 3 H(CO 3 ) 2 2H 2 O, MgCO 3, Mg(OH) 2 et parfois des mélanges Absence de substances indésirables! Propriétés chimiques Palatabilité CHOIX Coûts Propriétés physiques 9

10 Palatabilité - sensibilité des animaux, surtout dans une ration relativement sèche - chutes d ingestion quand NaHCO 3 ou MgO sont distribués à > 400 g/j - éventuellement fractionner les apports - chutes très sensibles de l ingestion aussi pour >1,5 % de soude («trona ore») Chutes d ingestion plutôt quelques animaux refusant complètement le concentré qu une diminution systématique de tous les animaux du lot Absence de problèmes de palatabilité des substances tampons quand ils sont incorporés dans les ensilages ou une ration complète 10

11 Test in vitro : challenge à l acide lactique Na 2 HPO 4 < NaHCO 3, NOVAFEED, KHCO 3 < Na 2 CO 3 < MgO phosphate < bicarbonates < carbonates < oxyde de magnésium? et dans un jus de rumen qui fermente en anaérobie? 11

12 Test de fermentation dans le jus de rumen Cinétique in vitro du ph du jus de rumen en présence d une substance tampon NaHCO 3, Na 2 CO 3, NOVAFEED, témoins 50 ml de jus de rumen filtrer à 50 µm + 5g d amidon mg de tampon (sauf témoins) Incubation 6h en anaérobiose 12

13 Test in vitro de pouvoir tampon 8,5 8 7,5 7 ph initial très élevé Pouvoir tampon s épuise avec le temps en système clos ph 6,5 6 5,5 5 4,5 Temps d'incubation (h) TE négatif TE positif NaHCO3 NOVAFEED Na2CO3 13

14 Et les lois de réponses zootechniques? Avec le BACA augmente : MS ingérée Production laitière (Apper-Brossard & Peyraud, 2004 ; ph sanguin (?) Hu & Murphy, 2004) Modulation de la réponse en fonction de - énergie fermentescible? (Sauvant et al. 1998) - teneur en protéines? (Rico-Gomez & Faverdin 2001) Quelques synthèse d expérimentations. 14

15 Effet d une complémentation en substances tampons sur les paramètres sanguins (Erdman 1988) témoin NaHCO 3 ph sanguin 7,443 7,452 p CO 2 (mm Hg) 40,1 40,3 [HCO 3- ] 26,4 27,0 ph urinaire 8,11 8,14 témoin MgO 7,415 7,413 45,1 45,7 28,2 28,4 8,07 8,15 La régulation métabolique fait que - en général - le sang n est pas un compartiment très sensible du ruminant mais le rumen qui y est lié directement! 15

16 En principe ph Rumen Acétate / propionate TB C 2 / C 3 est un rapport molaire, TB un rapport massique! des phénomènes dynamiques (TB 12h ph momentané) des effets seuil : TB chute si C 2 / C 3 < 3 attention aux analyses trop simplistes! 16

17 Essai 1 : concentré (4% blé vs 22% blé+orge) ; BACA ( ) (Apper-Brossard et al. 2004) Concentré Bas Haut BACA Bas Moyen Haut Bas Moyen Haut Effets BACA Conc BACA x Conc MSi (kg/j) 22,2 22,1 22,2 22,8 23,7 24,0 NS P<0,01 P<0,01 TB (g/kg) 41,8 41,9 41,9 34,1 35,5 38,0 ph sanguin 7,49 7,50 7,50 7,49 7,49 7,53 HCO - 3 (meq/l) 29,9 30,8 31,4 29,1 31,2 32,1 P<0,001 P<0,01 P<0,01 NS P<0,001 NS P<0,001 NS P<0,10 - peu de concentré : pas d effets zootechniques, y compris du BACA - nx haut de concentré : MSi et TB augmentent avec le BACA - niveau sanguin : régulation très fine ; BACA augmente ph et [HCO 3- ] Sensibilité au bilan alimentaire cations-anions augmente avec le niveau de concentré dans la ration 17

18 Essai 2 : nx protéique (90 vs 115 g PDIE/UFL) ; BACA (0 vs 300 meq/l) (Apper-Brossard et al. 2004) protéines Bas Haut BACA Bas Haut Bas Haut MSi (kg/j) 20,7 21,6 22,3 21,6 TB (g/kg) 31,9 33,0 36,7 38,5 ph sanguin 7,41 7,44 7,44 7,47 HCO 3 - (meq/l) 27,8 29,5 28,3 30,5 ph urine 6,8 8,3 7,1 8,4 Effets Prot. BACA Prot x BACA NS NS P<0,05 P<0,10 NS NS P<0,10 P<0,05 NS P<0,01 NS P<0,001 Niveaux de protéines module l effet du BACA sur la MSi : - TB augmentent avec le BACA, tendance aussi pour le niveau de protéines - ph sanguin augmente avec le BACA et [protéines] - ph urinaire et HCO 3- sanguin augmentent avec le BACA, non significativement avec les protéines BACA stimule l ingestion ; mais effet inversé si bcp de protéines Excès de tampon (PDIE & BACA) peut entraîner un début d alcalose NS NS NS (Roche et al., 2003) 18

19 Quelques lois de réponses zootechniques : substances tampons et % de fourrage (méta-analyse d Erdman 1988) fourrage <30% >30% <30% >30% témoin NaHCO 3 témoin NaHCO 3 témoin MgO témoin MgO Ajout (g/j) ADF (%) 13,9 13,5 20,7 20,7 13,9 14,0 20,9 20,9 MS ing (kg/j) 13,2 12,1 18,1 18,3 15,8 14,0* 16,8 16,7 Lait (kg/j) 16,2 16,4 26,8 27,0 17,2 16,1* 29,6 29,7 TB (g/kg) 28,9 31,7 35,4 36,4* 27,4 30,9* 34,4 36,0* TP (g/kg) 32,0 32,6 32,1 31,7 31,3 30,7 31,5 31,3 Etudes ruminales ph rumen 6,31 6,53* 6,38 6,43 6,47 6,62 6,26 6,31 C2 / C3 2,03 2,55 2,45 2,65* 2,14 2,79 2,21 2,36 AGV (meq/l) Cependant, le type de fourrage détermine l effet (ou son absence) de la substance tampon 19

20 Effet d un ajout de NaHCO 3 en fonction du fourrage (>30% de la MS) sur les performances zootechniques (méta-analyse d Erdman 1988) Ensilage de maïs seul Ensilages (maïs + luzerne/herbe) Ensilage de luzerne et d herbe Foin de Luzerne témoin NaHCO 3 témoin NaHCO 3 témoin NaHCO 3 témoin NaHCO 3 Ajout (g/j) ADF (%) 16,8 16,9 20,0 20,1 20,7 21,1 22,2 22,3 MS ing (kg/j) 19,1 19,6* 17,4 17,6 17,1 17,3 20,2 20,1 Lait (kg/j) 29,6 30,2 29,4 29,7 29,6 29,6 29,0 28,9 TB (g/kg) 34,9 36,5* 34,1 35,1 38,5 38,2 36,7 37,0 TP (g/kg) 31,4 31,2 30,2 30,6 30,6 30,7 Etudes ruminales ph rumen 6,27 6,34 5,91 5,94 6,64 6,57 C2 / C3 2,16 2,46* 2,33 2,28 2,82 3,12 AGV (meq/l) * Effet bénéfique des tampons pour la rations à base d ensilages, et en particulier d ensilage de maïs 20

21 Conclusions : les bicarbonates dans l alimentation des ruminants peuvent participer à sécuriser les rations à risques : - pauvre en fourrage - à base d ensilage (de maïs) - des niveaux élevés d ingestion Application et perspectives : - une mise au marché comme matière première (règlement 242/2010 : bicarbonate «techniquement pur») - homogénéité du produit à surveiller - substances indésirables (HACCP) : 2002/32/CE & 2006/77/CE - lois de réponses zootechniques & dose toxicologique (alkalose!) 21

22 Danke für ihre Aufmerksamkeit Спасибо за внимание Djekuji Merci de votre attention Grazie per la vostra attenzione Хвала вам Thank you for your attention 22

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Valorisation de l Energie par les brebis Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Plan Rappel système INRA Le rumen et son fonctionnement Les sucres Les fibres Indices de fibrosité Régulation du transit et du PH

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr.

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Stratégie de groupage Valorisation des fourrages Choix des ingrédients Digestion de la ration Stratégie d additifs Stratégie de groupage

Plus en détail

de corriger les rations riches en énergie rapidement fermentescible, sources d acidité, afin d éviter ces problèmes.

de corriger les rations riches en énergie rapidement fermentescible, sources d acidité, afin d éviter ces problèmes. Inra Prod. Anim., 2009, 22 (2), 117-130 Effet du bilan électrolytique de la ration sur l équilibre acido-basique et les performances zootechniques des animaux domestiques à fort niveau de production E.

Plus en détail

Utilisation des légumineuses à graines

Utilisation des légumineuses à graines Colloque Utilisation des légumineuses dans les systèmes de production animale JL Peyraud, JY Dourmad, M Lessire, F Médale, C Peyronnet Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires durables

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES Alimentation Avec des animaux de plus en plus performants et des rations alimentaires de moins en moins diversifiées, il importe de vérifier

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre

Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre Chimie et Physiologie pour mieux comprendre 3 ème journée Nutrition NOVACARB 1 FE CRE JR/PG V3 L Equilibre de la Vie UNE PERPÉTUELLE OPPOSITION UN PRINCIPE

Plus en détail

Des protéines aussi dans l herbe

Des protéines aussi dans l herbe Des protéines aussi dans l herbe Comment bien les valoriser chez le ruminant? Yves Beckers Unité de Zootechnie FUSAGx Gembloux 24 mars 2009 Régions tempérées : herbe Disponible en quantité SAU sous prairies

Plus en détail

Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation?

Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation? Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation? Professeur Francis ENJALBERT École Nationale Vétérinaire de Toulouse

Plus en détail

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

Régulation du ph sanguin Perturbations de l'équilibre A-B

Régulation du ph sanguin Perturbations de l'équilibre A-B Plan I. Structure du système respiratoire Système aérien et respiratoire Mécanisme de la ventilation Vascularisation pulmonaire Physiologie de la respiration II. Echanges gazeux Hématose - Rapport V/Q

Plus en détail

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE AF : acide formique (doses données par tonne de vert) AGV : acides gras volatils CB : cellulose brute DMO : digestibilité de la matière organique MAT : matière azotée

Plus en détail

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE MERIAL ANGERS 2001 ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE Philippe BENOIT Clinique Equine 78610 LES BREVIAIRES DU POULAIN AU CHEVAL ATHLETE Caractèristiques du cheval athlète. Sujets à des efforts variés. Court

Plus en détail

Les sous-produits... peut-on en tirer profit?

Les sous-produits... peut-on en tirer profit? JOHANNE CAMERON, agr. M.Sc. Responsable en vulgarisation au CEPOQ Ovin Québec, Octobre 2007 Les sous-produits... peut-on en tirer profit? Bonjour. J ai toujours aimé contrôler mon coût de production en

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

ACIDOSE AIGUË DU RUMEN

ACIDOSE AIGUË DU RUMEN ACIDOSE AIGUË DU RUMEN Epidémiologie Symptômes Lésions Diagnostic Traitement Prévention - Bibliographie Epidémiologie - perturbation de la digestion se traduisant par une baisse du ph ruminal en-dessous

Plus en détail

NITROSHURE CONTEXTE. Or, la dégradation des matières premières azotées n est pas constante. 1 kg. 69% (232 g) 27% (63 g)

NITROSHURE CONTEXTE. Or, la dégradation des matières premières azotées n est pas constante. 1 kg. 69% (232 g) 27% (63 g) NITROSHURE CONTEXTE Il est établi qu un régime Vache laitière devrait contenir 17% de Protéine Brute dont : 11 à 12% de Protéine Dégradable, 5 à 6% de Protéine By-pass. La Protéine Dégradable est indispensable

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

ARMEZ-VOUS CONTRE L ACIDOSE. Nouvelle formule au magnésium pour assurer naturellement performance, productivité et bonne santé des ruminants.

ARMEZ-VOUS CONTRE L ACIDOSE. Nouvelle formule au magnésium pour assurer naturellement performance, productivité et bonne santé des ruminants. ARMEZ-VOUS CONTRE L ACIDOSE Nouvelle formule au magnésium pour assurer naturellement performance, productivité et bonne santé des ruminants. INNOVATION L ACIDOSE ENTRE PERFORMANCES ET ACIDOSE Menace au

Plus en détail

Analyse quantitative des réponses des vaches laitières à l apport de substances tampon

Analyse quantitative des réponses des vaches laitières à l apport de substances tampon INRA Prod. Anim., 24, 17 (1), 11-18 F. MESCHY 1, D. BRAVO 1, 2, D. SAUVANT 1 1 UMR INRA INA-PG Physiologie de la Nutrition et Alimentation, 16 rue Claude Bernard, F-75231 Paris cedex 5 2 Adresse actuelle

Plus en détail

Le rein dans l équilibre acido-basique de l organisme

Le rein dans l équilibre acido-basique de l organisme Le rein dans l équilibre acido-basique de l organisme L eau pure contient 10-7 moles/l de H+. ph = - log [H+] = 7 Un acide est une substance qui libère des H+. Si on ajoute un acide dans l eau, [H+] augmente

Plus en détail

Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires

Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires Mario Gauthier agr. Conseiller stratégique Valacta Plan de la conférence Les composantes La qualité du pâturage Le stress thermique La fibre efficace

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT Cet appui comporte 2 étapes : Un diagnostic qui démarre par une mise à plat de la problématique de l éleveur (Quelle est sa perception de la situation, est il ou non satisfait?quelles

Plus en détail

Démystifions les engrais naturels

Démystifions les engrais naturels Démystifions les engrais naturels Journée sur les méthodes BIO LOGIQUES en horticulture ornementale 22 janvier 2009 Martin Trépanier, Ph.D., agr. Centre de Recherche en Horticulture La fertilisation des

Plus en détail

Mini-conférence. Sommet de l Elevage Octobre Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins

Mini-conférence. Sommet de l Elevage Octobre Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins Mini-conférence Sommet de l Elevage Octobre 2012 Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins Analyser son maïs Lors du chantier de récolte, prendre un échantillon représentatif du contenu du silo

Plus en détail

CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43

CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43 Colin et coll. Acides gras oméga 3 : zootechnie et qualité de viande CUNICULTURE Magazine vol 39 (2012) page 33 CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43 L ENRICHISSEMENT DES ALIMENTS LAPIN

Plus en détail

LES MALADIES METABOLIQUES CHEZ LA CHEVRE. L Eleveur de Chèvres - numéro 3 décembre 1997

LES MALADIES METABOLIQUES CHEZ LA CHEVRE. L Eleveur de Chèvres - numéro 3 décembre 1997 LES MALADIES METABOLIQUES CHEZ LA CHEVRE L Eleveur de Chèvres - numéro 3 décembre 1997 Dossier réalisé par : A REVEAU - Chambre d'agriculture Charente M.P. ROFFAT - Chambre d'agriculture Vienne M. AUDOUX

Plus en détail

ph et équilibre acido-basique

ph et équilibre acido-basique Origine des ions H + ph et équilibre acido-basique Acides volatils Acides fixes CO 2d : seul acide volatil, peut s échapper de l organisme, partiellement dissocié. pk = 6.1, ~20 000 mmol/l Ne peut pas

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Solutions tampons de ph (2 ème partie)

Solutions tampons de ph (2 ème partie) Résumé (1 ère partie) Solution tampon de ph = Solution aqueuse constituée d un mélange d un acide faible + sa base conjuguée (ou l inverse) ܝܙ ܛ ܕܚܗ ܕܚܗ ܗܔ ۹ ܘ ۶ ܘ l ajout de petites quantités d acide

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

PORTES OUVERTES CONSEIL EN ELEVAGE SCEA DU PAPILLON. Arnaud GRESSET 25/02/2016

PORTES OUVERTES CONSEIL EN ELEVAGE SCEA DU PAPILLON. Arnaud GRESSET 25/02/2016 PORTES OUVERTES CONSEIL EN ELEVAGE SCEA DU PAPILLON Arnaud GRESSET 25/02/2016 Quelles sont les principales maladies métaboliques et leurs impacts? La ration et les frais vétérinaires sur la scea du papillon

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé?

Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé? Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé? Simone Schaumberger DVM Chef Produit, Gestion du Risque Mycotoxines Nicole Reisinger Dr. vet. med. Chef Projet, Endotoxines Les endotoxines chez la

Plus en détail

Régulation de l équilibre acido-basique

Régulation de l équilibre acido-basique Régulation de l équilibre acido-basique Introduction Les ions H + dans l organisme Concentration en ions H + remarquablement constante : - ph du plasma artériel = 7,40 +/- 0,03 - Le sang veineux plus riche

Plus en détail

MEDIAREPRO Granulé et la reproduction

MEDIAREPRO Granulé et la reproduction MEDIAREPRO Granulé et la reproduction POURQUOI Y - A T - IL AUTANT DE PROBLEMES DE REPRODUCTION? Les récentes études menées par l EDE du Finistère, l INRA et l URCEO ont démontré que la raison principale

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable?

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Didier RÉMOND, Unité de Nutrition Humaine, Clermont-Fd SIA 2015 26/03/2015.01 Gaz à effet de serre H2O Biodiversité Alloca)on

Plus en détail

Le bulletin de l ARPEB

Le bulletin de l ARPEB Le bulletin de l ARPEB numéro 69 - mai 2012 Pour compléter la fibrosité des rations à base de maïs fourrage, les foins de graminée conviennent autant que les foins de luzerne SOMMAIRE > Entre le foin de

Plus en détail

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE Elevage Infos SOMMAIRE Bilan campagne d analyse d herbe p 1 AgriNIR p 2 Cap ECO p 3 Ovins p 5 Bovins Lait p 6 GEHODES p 8 Contact EDE Chambre d Agriculture Elevage - Tél 02.54.61.61.54 www.indre.chambagri.fr

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES SESSION 2013 Métropole BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES Option : Productions animales Durée : 4 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s)

Plus en détail

3,5% DE GRAS C EST BIEN MAIS 4,0% C EST MIEUX! Par Caroline Brunelle, agr. Conseillère provinciale en production laitière

3,5% DE GRAS C EST BIEN MAIS 4,0% C EST MIEUX! Par Caroline Brunelle, agr. Conseillère provinciale en production laitière 3,5% DE GRAS C EST BIEN MAIS 4,0% C EST MIEUX! Par Caroline Brunelle, agr. Conseillère provinciale en production laitière caprine, R&D, Valacta PLAN DE PRÉSENTATION Introduction Importance des composantes

Plus en détail

ANC. Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles PETFOOD

ANC. Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles PETFOOD ANC PETFOOD Extrait Concentré de Luzerne Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles Une source de protéines équilibrée de haute qualité Un apport d acides gras oméga 3 Des pigments,

Plus en détail

Chapitre 16, TP 2 : «Etude d une transformation chimique»

Chapitre 16, TP 2 : «Etude d une transformation chimique» Chapitre 16, TP 2 : «Etude d une transformation chimique» Objectifs : Décrire un système chimique et son évolution. Identifier un réactif limitant. Ecrire l équation-bilan de réaction. Document 1 : Présentation

Plus en détail

EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph

EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph Pr Dominique Prié Université itéparis Descartes, Faculté ltéde Médecine PCEM1 Cours 2011 Email: dominique.prie@inserm.fr DÉFINITION DU ph ph= log 10 (H + ) Le ph d une solution

Plus en détail

BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX. Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec

BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX. Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec NRC Cheval 2007 BESOINS NUTRITIFS BESOINS D ENTRETIEN

Plus en détail

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE METABOLISME RENAL Le rein est un organe complexe chargé de maintenir l homéostasie de l organisme en assurant l élimination de déchets produits par le métabolisme (urée, ammoniaque, acide urique ), le

Plus en détail

CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE

CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE Héloïse Bastiaanse et François Van Hove, Mycothèque de l UCL (BCCM TM /MUCL) Projet de recherche financé

Plus en détail

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux.

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. L a s a n t é p a r l e s o l L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. Alimenter les cultures végétales avec GENOSOL, permet aux plantes d être plus riche en oligo-éléments.

Plus en détail

Mastication et rumination: essentiel pour la vache laitière

Mastication et rumination: essentiel pour la vache laitière Mastication et rumination: essentiel pour la vache laitière Lorsque j entre dans une étable pour observer l état général d un troupeau, mon premier regard se porte évidemment sur les vaches en lactation.

Plus en détail

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Un contexte à la recherche d outils pour aider à piloter les systèmes agricoles

Plus en détail

Les coproduits. de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants

Les coproduits. de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants Les coproduits de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants Février 2001 SOMMAIRE Avant-propos..............................................................

Plus en détail

La protéine protégée naturellement

La protéine protégée naturellement La protéine protégée naturellement Une innovation pour tanner naturellement! Un process de tannage naturel (cuisson à haute température, associée à des sucres spécifiques) pour : Limiter la dégradabilité

Plus en détail

Le modèle de Stewart. Benjamin Honton DESC Réanimation R. médicalem Décembre 2007. Agen

Le modèle de Stewart. Benjamin Honton DESC Réanimation R. médicalem Décembre 2007. Agen Le modèle de Stewart Benjamin Honton DESC Réanimation R médicalem Décembre 2007. Agen Données élementaires Anions = Acides: Donneur de H+ Cations = Basiques: Accepteur de H+ Acide faible: Composé à libération

Plus en détail

Apports et limites des techniques alternatives à la chirurgie expérimentale du tractus digestif des herbivores

Apports et limites des techniques alternatives à la chirurgie expérimentale du tractus digestif des herbivores Apports et limites des techniques alternatives à la chirurgie expérimentale du tractus digestif des herbivores Michel DOREAU INRA de Clermont-Ferrand - Theix Les apports de la chirurgie expérimentale Connaissance

Plus en détail

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques.

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques. Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques projet 07 BIO 03 Organisme requérant :Valacta Organisme responsable du projet :

Plus en détail

PERFORMANCE. Grande Race

PERFORMANCE. Grande Race Chiens actifs CROCKY s STAR Performance Grande Race est un aliment de très haute qualité pour les chiens adulte de grandes races (agés de + de 16 mois) à activité forte ou sportif. PERFORMANCE Grande Race

Plus en détail

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia DOSSIER DE PRESSE Mars 2011 Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia SOMMAIRE Communiqué de presse..................................................................................................................

Plus en détail

Recommandations pratiques pour les apports en minéraux et vitamines chez la vache laitière en tarissement et en début de lactation

Recommandations pratiques pour les apports en minéraux et vitamines chez la vache laitière en tarissement et en début de lactation Recommandations pratiques pour les apports en minéraux et vitamines chez la vache laitière en tarissement et en début de lactation Prof. F. Rollin Université de Liège, Faculté de Médecine Vétérinaire Département

Plus en détail

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Juin 2010 P. GOSSELIN Normes des gaz du sang SIGNE VARIATIONS NORMALES INTERPRÉTATION phsanguin 7,35 7,45 < 7,35 (acidose) > 7, 45 (alcalose) phurinaire

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Les qualités nutritives des tourteaux de colza

Les qualités nutritives des tourteaux de colza 1 Les qualités nutritives des tourteaux de colza Composition chimique du tourteau de colza Version du 26 octobre 2005 Remarque :!!! Données dans les tableaux pour tourteau non gras!!! Bien équilibré en

Plus en détail

ruminal et les performances animales

ruminal et les performances animales D. SAUVANT, J. VAN MILGEN INRA-INAPG Laboratoire de Nutrition, et Alimentation 16 rue Claude Bernard II 75231 Paris Cedex 05 1 INRA Station de Recherches Porcines 35590 Saint Gilles Les conséquences de

Plus en détail

Nos métiers. EVIALIS et le Porc. Un des premiers Centres de Recherche d Europe. Un laboratoire d analyses pour des réponses ciblées

Nos métiers. EVIALIS et le Porc. Un des premiers Centres de Recherche d Europe. Un laboratoire d analyses pour des réponses ciblées Merilis Porcilis Nos métiers Un des premiers Centres de Recherche d Europe Le centre de recherche EVIALIS, avec ses réseaux d élevages témoins et ses partenaires extérieurs, étudie les besoins nutritionnels

Plus en détail

Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants

Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants Yves Beckers Gembloux Agro-Bio Tech Unité Zootechnie Département des Sciences agronomiques Université de Liège Yves.Beckers@ulg.ac.be

Plus en détail

Le métabolisme azoté des ruminants Quels leviers pour améliorer l efficience azotée?

Le métabolisme azoté des ruminants Quels leviers pour améliorer l efficience azotée? Le métabolisme azoté des ruminants Quels leviers pour améliorer l efficience azotée? E. Froidmont P. Rondia Plan de l exposé Principes de l alimentation protéique des ruminants Le cycle de l azote chez

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

Exercice 7 : Choix d'un tourteau comme complément azoté de la ration

Exercice 7 : Choix d'un tourteau comme complément azoté de la ration Exercice 7 : Choix d'un tourteau comme complément azoté de la ration Problématique : Face à la prédominance du tourteau de soja dans la complémentation azotée des rations, des alternatives existent. Le

Plus en détail

Le lait, source de bioactifs pour les aliments santé -exemple des jus fonctionnels-

Le lait, source de bioactifs pour les aliments santé -exemple des jus fonctionnels- Le lait, source de bioactifs pour les aliments santé -exemple des jus fonctionnels- Élise Méric, Charles Lavigne, Simone Lemieux, Sylvie Turgeon et Laurent Bazinet Institut sur la nutrition et les aliments

Plus en détail

Cét détect. Un nouvel outil pour détecter l acétonémie des vaches laitières = indicateur sur l énergie en début de lactation.

Cét détect. Un nouvel outil pour détecter l acétonémie des vaches laitières = indicateur sur l énergie en début de lactation. Cét détect Un nouvel outil pour détecter l acétonémie des vaches laitières = indicateur sur l énergie en début de lactation 1 Quand tout est normal Glucose alimentaire Graisses de réserve Amidon bactérien

Plus en détail

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos Le tourteau de colza, source de protéines pour vos de qualité bovins fleurs de colza Grâce à ses qualités nutritionnelles, le tourteau de colza remplace facilement le tourteau de soja dans l alimentation

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié le 26 / 10/ 2007 Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge Développement des fonctions digestives Besoins du

Plus en détail

PREPARATION AU GAVAGE ET GAVAGE

PREPARATION AU GAVAGE ET GAVAGE PREPARATION AU GAVAGE ET GAVAGE Principaux facteurs clés de réussite Bazas, le 23 mars 2012 1 LE CONSTAT TRANSITION ELEVAGE GAVAGE Le canard change d environnement L alimentation libre se transforme en

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

La valorisation du lupin en alimentation animale

La valorisation du lupin en alimentation animale La valorisation du lupin en alimentation animale E. Froidmont Plan de l exposé Valeur nutritionnelle du lupin Valorisation en alimentation bovine Essai avec la graine Essai en ensilage Forme de présentation

Plus en détail

Alimentation des génisses de 0 mois à 6 mois

Alimentation des génisses de 0 mois à 6 mois Alimentation des génisses de 0 mois à 6 mois Journée Génisses Rudelle, le 18 février 2013 Les différentes phases d'élevage des veaux Naissance 8 jours 2 mois sevrage 4 mois 6 mois Veau nouveau-né Veau

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

Notion de pouvoir tampon, cas de l eau de mer. Spé TS automne

Notion de pouvoir tampon, cas de l eau de mer. Spé TS automne Mots clés : Constante d acidité, pka, domaine de prédominance, addition d une solution dans une autre, variation du ph. Objectif : découvrir le pouvoir tampon par des additions, avancer vers le dosage

Plus en détail

L évaluation du risque. Principes et méthodes

L évaluation du risque. Principes et méthodes Principes et méthodes Claude Alzieu Ifremer Sète Définitions Danger? Effet indésirable, propriété intrinsèque, d une substance (toxicité), d un organisme vivant (pathogénicité), d une situation... Cibles:

Plus en détail

Equilibre acidobasique. Principes

Equilibre acidobasique. Principes Equilibre acidobasique Principes Objectif : maintenir le ph du milieu extracellulaire à 7,40 valeurs physiologiques : 7,36 à 7,42 variations maximales compatibles avec la vie : 6,90 à 7,70 Or : afflux

Plus en détail

LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES

LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES Yaboumba 2008 Dr Véronique V Mentré La pathologie nutritionnelle une part majeure de nos consultations (directement ou non) une vraie attente

Plus en détail

Ici et ailleurs. La production laitière. Sujets abordés. Différence entre les fermes laitières d ici et ailleurs dans le monde

Ici et ailleurs. La production laitière. Sujets abordés. Différence entre les fermes laitières d ici et ailleurs dans le monde Sylvain Boyer, T.P. Directeur principal, service des ruminants La Coop fédérée La production laitière Ici et ailleurs Sujets abordés Différence entre les fermes laitières d ici et ailleurs dans le monde

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs L alimentation est très importante pour la réussite de l élevage de porcs. Quelques données sur l alimentation des porcs Le porc n est pas très exigeant quant

Plus en détail

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010 Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Pré-requis Notions de ph, acides, bases, ampholytes Mesure du ph, Physiologie des échanges gazeux respiratoire,

Plus en détail

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE Jean Marie TRAWALE INSERM Unité U773 CRB3 Directeur de Recherche Docteur Richard MOREAU Hôpital BEAUJON CLICHY FRANCE 1 Le rein est composé d environ 1 000 000 d unités fonctionnant d une façon intégrée

Plus en détail

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Benoît RÉMOND CA 40 TYPOLOGIE des exploitations suivies CARACTERISTIQUES générales : - main d œuvre - surfaces PRODUITS : - reproduction

Plus en détail

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le bon gras, c est quoi?

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le bon gras, c est quoi? VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W Le bon gras, c est quoi? Depuis maintenant plusieurs décennies, c est toujours la même rengaine: il faut manger moins de graisses animales et privilégier

Plus en détail

www.effinov-sport.fr Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé.

www.effinov-sport.fr Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé. Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé. Boissons énergétiques et de récupération garanties sans dopage. www.effinov-sport.fr Optimisez

Plus en détail

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch e ssentials DESIGNED DOG www.delimill.ch for your Le siège social de la société est basé à Luzern en Suisse. Les actionnaires fondateurs de la société ont de nombreuses années d éxpérience dans le domaine

Plus en détail

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés Introduction I. Les besoins alimentaires de la plante Pour se nourrir les plantes supérieures ont, comme tout être vivant, besoin d'énergie et de matières. La plante supérieure a la propriété fondamentale

Plus en détail