Bordeaux, le 22 Mai Monsieur le Directeur,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bordeaux, le 22 Mai 2008. Monsieur le Directeur,"

Transcription

1 Bordeaux, le 22 Mai 2008 Le Président Références à rappeler : CM/ROD II/ Monsieur le Directeur, Par lettre du 13 février 2007, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder au jugement des comptes des exercices 2004 et 2005 et à l'examen de la gestion de 2004 jusqu à la période la plus récente de la Régie communautaire des parcs de stationnement (PARCUB). A l issue de cette vérification, l entretien préalable avec le conseiller rapporteur prévu par les articles L et R du code des juridictions financières a eu lieu le 7 septembre Je vous ai fait connaître par lettre du 13 novembre 2007 les observations retenues à titre provisoire par la chambre lors de sa séance du 20 septembre 2007, en vous priant d y répondre dans le délai de deux mois. Vous avez répondu par courriers des 15 et 23 janvier Après avoir examiné le contenu de ces réponses, la chambre a arrêté au cours de sa séance du 20 mars 2008 les observations définitives suivantes qui vous ont été notifiées le 7 avril Monsieur Jean-Philippe NOEL Directeur de PARCUB 9, Terrasse du Front du Médoc BP BORDEAUX CEDEX 3, place des Grands-Hommes CS Bordeaux cedex Tél : Fax :

2 2 Vous avez répondu le 23 avril Cette réponse qui n engage que votre responsabilité est jointe au présent rapport. En conséquence, je vous prie de bien vouloir trouver ci-après, le rapport d observations définitives de la chambre. La gestion de la plupart des parcs de stationnement de la communauté urbaine de Bordeaux était assurée jusqu en 2004 par la société d économie mixte Bordeaux Parc Auto (SEM BPA). La convention confiant la gestion des parcs à cette SEM arrivant à échéance, le conseil de communauté s est prononcé, par délibération du 22 novembre 2002, en faveur du recours à la délégation de service public. A l issue de la procédure, le conseil de communauté a retenu, par délibération du 21 novembre 2003, une nouvelle société délégataire sous réserve que les modalités de reprise du personnel de l exploitant précédent fassent l objet de garanties supplémentaires. Les modifications proposées en la matière par la société retenue ont été rejetées par le conseil de communauté les 19 décembre 2003 et 5 avril L absence d accord des parties sur la clause du contrat traitant de la reprise des personnels a mis fin à la procédure de délégation engagée fin L échec de cette procédure a conduit la communauté urbaine de Bordeaux à créer par délibération du 5 avril 2004 une régie dotée de l autonomie financière et de la personnalité morale, dénommée PARCUB, pour assurer l exploitation des parcs de stationnement communautaires. La régie communautaire des parcs de stationnement a statutairement pour objet de «participer à la mise en œuvre de la politique de stationnement définie par la communauté urbaine de Bordeaux, dans le respect des prescriptions du plan des déplacements urbains, et d assurer la mission d exploitant de l ensemble des parcs de stationnement publics communautaires, à l exception de ceux faisant l objet de délégations de service public». La régie doit assurer l entretien des installations, le renouvellement et le gros entretien des équipements ainsi que les travaux d équipement et les immobilisations nouvelles nécessaires à l exploitation des parcs. Elle est administrée par un conseil d administration présidé par un élu communautaire. Le directeur a été désigné par délibération du conseil de communauté du 5 avril Il assure, sous l autorité et le contrôle du président du conseil d administration, le fonctionnement de la régie dont il prescrit, en sa qualité d ordonnateur, l exécution des recettes et dépenses. L agent comptable de la communauté urbaine de Bordeaux est également celui de la régie PARCUB. I L ACTIVITE DE LA REGIE PARCUB a commencé son activité le 1 er mai Tous les parcs de surface ont été progressivement fermés entre 2004 et Fin 2006, la régie gérait 16 parcs de stationnement automobile en ouvrage d une capacité totale de places, répartis en trois catégories : - L hyper centre : parcs de stationnement de Gambetta, Pey-Berland, République, Mériadeck et rue Lhôte ; - Le centre ville : parcs du Front du Médoc, 8 mai 1945, Porte de Bordeaux, Cité mondiale, Victoire, Saint Jean, Bergonié, Croix de Seguey ; - La périphérie : parcs de la barrière du Médoc, de Pessac centre et Mérignac Charles de Gaulle. A partir de fin 2005, PARCUB a développé une nouvelle offre de stationnement à destination des deux roues. Le suivi d activité de la régie distingue les deux formes d utilisation des parcs : la fréquentation à l heure et les abonnements.

3 La fréquentation horaire des parcs est mesurée par l enregistrement sur l année du nombre de mouvements de sortie payants. Etablie à périmètre constant et hors parcs de surface fermés dans la période, la fréquentation horaire s est traduite, selon les chiffres publiés par la régie, par l enregistrement de mouvements en 2006 contre en 2004, année équivalente en terme de fréquentation à La fréquentation horaire, mesurée de la façon précitée, a globalement stagné sur les derniers exercices. La chambre note que le mode de mesure utilisé ne permettait pas de disposer d informations complètes et précises sur la durée effective de stationnement par la clientèle, le taux d occupation des parcs et les évolutions de ces paramètres de gestion. Des changements de matériel de contrôle d accès et de logiciels informatiques en cours de réalisation devraient permettre à PARCUB de disposer à terme de telles informations pour la plupart des parcs. L augmentation de 6,3 % des recettes horaires en 2006, à périmètre d exploitation et tarifs constants, est cependant révélatrice d une tendance à l augmentation de la durée moyenne de stationnement. Les abonnements vendus par la régie sont de deux types : des abonnements dits permanents offerts à l ensemble de la clientèle et des abonnements dits résidents réservés aux riverains des parcs. Le nombre d abonnements permanents, qui constituaient plus des ¾ des abonnements souscrits, a diminué de 5 % en Cette baisse a été compensée par un développement significatif des abonnements résidents. Ce double mouvement est conforme aux préconisations du plan des déplacements urbains. Les taux d occupation de plusieurs parcs de stationnement (Mériadeck, Pey- Berland, Gambetta, Saint Jean, République, 8 mai 1945, Front du Médoc et Porte de Bordeaux), gérés par PARCUB, ont été publiés par l observatoire du plan des déplacements urbains. Tous les parcs, à l exception du parc Saint jean et de Pey-Berland, ont un taux d occupation inférieur à 40 %. La régie a toutefois rappelé que les taux d occupation des parcs étaient dépendants de paramètres sur lesquels elle n avait pas prise et notamment de la politique générale suivie en matière de stationnement et de transports urbains. La répartition de l occupation entre abonnés et clients horaires fait en outre ressortir que la plupart de ces parcs sont majoritairement utilisés par des abonnés. Ce double constat fait principalement ressortir une insuffisante fréquentation par la clientèle horaire des parcs de stationnement exploités par PARCUB. La régie a précisé qu afin de mieux évaluer son activité, elle allait procéder à l avenir à des analyses fines de fréquentation des parcs par types de clientèle en distinguant notamment les périodes diurnes et nocturnes de stationnement. 3 II LA SITUATION FINANCIERE La régie ayant débuté son activité le 1 er mai 2004, l examen de la situation financière repose seulement sur deux exercices complets, 2005 et Dans ces conditions, la chambre a limité ses observations à la mise en évidence des éléments les plus significatifs de ces deux exercices. Le chiffre d affaires de la régie a diminué de près de 4 % en 2006, passant de 11 à 10,58 millions d euros. Cette baisse provient d un recul des recettes de stationnement et de la diminution des remboursements de charges liée à l arrivée à leur terme de contrats d amodiation. La chambre note qu en raison de la structure de ses charges, principalement fixes, PARCUB présente une forte sensibilité des résultats de gestion à toute variation du chiffre d affaires. Toute inflexion de ce dernier à la baisse est de nature à dégrader sensiblement la situation de la structure.

4 Le niveau de chiffres d affaires des exercices 2005 et 2006 a permis à la régie de couvrir les seules dépenses courantes d exploitation (achats, services extérieurs, personnel, impôts) hors dotations aux amortissements et provisions. L année 2006 a été marquée par une forte augmentation des charges d entretien et de réparation des parcs. Cette progression est conforme aux orientations prises en matière de réhabilitation des installations et ouvrages. L évolution des charges de personnel a été maîtrisée (+2,6 % entre 2005 et 2006). La chambre constate toutefois que ces charges, qui s élevaient à 6 millions d euros en 2006 et représentaient 57 % du chiffre d affaires réalisé, ont un poids particulièrement élevé, bien supérieur aux autres intervenants du secteur. Toutefois, la régie explique en partie l importance de la masse salariale par la réalisation en interne de prestations qui sont généralement externalisées par les autres acteurs du secteur. PARCUB ne dégage pas suffisamment de marge au niveau de l exploitation courante pour assurer la couverture des dotations annuelles aux amortissements et provisions (5,1 millions d euros en 2006). L obtention d un résultat net légèrement positif est assurée par le versement annuel d une subvention par la communauté urbaine de Bordeaux. D un montant de 3,66 millions d euros, cette subvention a représenté en 2006 près de 35 % du chiffre d affaires. La régie a précisé que les subventions communautaires sont demeurées inférieures aux dotations aux amortissements qui seraient restées à la charge de la CUB dans le cadre d un contrat de délégation de service public. Les montants importants des dotations aux amortissements et aux provisions, essentiellement couverts par la subvention communautaire, conjugués avec l extinction progressive de la dette, ont conduit la régie à dégager pendant la période des capacités d autofinancement brutes et nettes élevées, supérieures annuellement à 3 millions d euros. Les dépenses réelles d investissement ont été dans le même temps relativement limitées. Il est résulté de ce double mouvement l apparition d excédents financiers significatifs. L excédent global s élevait ainsi à 9,5 millions d euros à la clôture de l exercice Sur cette somme, 9,2 millions d euros provenaient des subventions versées par la CUB. Ces excédents de financement ont fait l objet de placements financiers. PARCUB disposait à la fin de l année 2006 d un portefeuille de 6,49 millions d euros de valeurs mobilières de placement. La chambre note que la gestion des seuls parcs de stationnement est fortement déficitaire. L équilibre de l exploitation, actuellement assuré par la CUB, ne peut provenir, en l absence de réduction des charges fixes notamment de personnel, que d une augmentation significative du chiffre d affaires et donc de la fréquentation des parcs. La chambre rappelle qu en application de l article L du code général des collectivités territoriales, l intervention financière de la communauté urbaine ne peut en aucun cas se traduire par la compensation pure et simple du déficit de fonctionnement du service. 4 III LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES Le conseil d administration de la régie a adopté le 11 octobre 2005 un plan stratégique pour les années 2005 à Trois objectifs ont été fixés pour cette période : la réhabilitation des parcs, la préservation de l emploi et l optimisation de la gestion. Un programme pluriannuel, chiffré et détaillé de réhabilitation des parcs a été élaboré par PARCUB.

5 Au niveau de la gestion des ressources humaines, la mise en œuvre du plan quinquennal a pour objet, au-delà de la préservation de l emploi, la recherche de gains de productivité par la meilleure utilisation des compétences internes. Dans cette perspective, la régie a décidé de renforcer son service technique afin d assurer directement la réalisation des travaux pour lesquels l intervention d entreprises extérieures ne s impose pas. Le développement de la fonction «achats» et de la fonction commerciale s inscrit également dans cette logique. Le plan à moyen terme prend en compte, aux niveaux tarifaire et commercial, les préconisations du plan des déplacements urbains. L augmentation de la fréquentation horaire et des abonnements souscrits par la clientèle résidant à proximité des parcs constituent ainsi de nouvelles priorités. Les conditions de viabilité des orientations stratégiques ont enfin fait l objet de simulations financières qui ont permis de dessiner une perspective de réduction progressive de la subvention communautaire durant la période. Le plan à moyen terme établi fin 2005 a fait l objet d une actualisation adoptée le 28 novembre 2006 par le conseil d administration. Cette actualisation était destinée à prendre en compte des ajustements dans les programmes de travaux et à étendre la simulation financière initiale jusqu à l exercice L actualisation a confirmé au plan financier la perspective d une baisse progressive de la subvention de la CUB. La chambre a relevé l intérêt du travail de programmation physique et de prospective financière réalisé par la régie. Elle a noté que les réflexions stratégiques les plus récentes ont porté sur une possible extension des compétences de PARCUB. La préoccupation, exprimée à cette occasion, d accroître le chiffre d affaires et de répartir les frais de structure sur une base d activités élargie rejoint les conclusions de l analyse financière précédemment exposées. 5 IV LA GESTION DES RECETTES La Communauté urbaine de Bordeaux a adopté le 26 mai 2000 le plan de déplacements urbains Plusieurs dispositions du PDU intéressent la politique tarifaire des exploitants de parcs de stationnement. Le PDU prescrit notamment d harmoniser les tarifs en parcs de stationnement et sur voirie de façon à rendre l offre dans les parcs systématiquement plus attractive, de supprimer tous les abonnements à tarifs réduits autres que ceux destinés aux résidents et de proposer à ces derniers des tarifs préférentiels favorisant le stationnement près de leur domicile. PARCUB a revu sa politique tarifaire en 2004 et Le stationnement horaire de courte durée fait l objet d une tarification différenciée selon la localisation du parc (hyper centre, centre ville ou périphérie). La dégressivité horaire qui favorisait le stationnement de longue durée a été supprimée. Le tarif horaire est désormais constant sur toute la durée du stationnement. Les tarifs sont restés inchangés de 2004 à 2006.

6 Les conditions tarifaires du stationnement de longue durée ont fait l objet de modifications importantes. Le conseil d administration a décidé dans un premier temps de faire bénéficier les résidents d un rabais de 50 % sur le tarif de l abonnement permanent. A compter de 2006 et sur une durée de trois années, ce rabais doit être progressivement ramené à 30 % dans l hyper centre, 25 % dans le centre ville et 35 % en périphérie. Dans le même temps, les quotas de places de stationnement offertes aux résidents ont quasiment été doublés. Enfin, ont été supprimés la plupart des avantages tarifaires qui auparavant favorisaient l usage de la voiture pour les trajets entre le domicile et le lieu de travail. La chambre constate que PARCUB s est efforcé de mettre en œuvre une politique tarifaire conforme aux principales préconisations du PDU. PARCUB a organisé sur le plan juridique les modalités de perception des recettes en créant notamment par arrêté du 20 avril 2004 une régie de recettes après avis conforme du receveur des finances. Des sous régies de recettes ont également été créées dans chaque parc de stationnement. Dix huit sous régisseurs ont été nommés ainsi qu une soixantaine d agents préposés, les actes pris habilitant ces personnes à intervenir dans l encaissement des recettes. La chambre recommande de veiller à la mise à jour de ces actes de nomination et d habilitation. Elle a relevé dans l acte constitutif de la régie deux insuffisances qui méritent correction. La première a trait à l absence de fixation d un montant de fonds de caisse, en contradiction avec l article R du CGCT. De la même manière, l arrêté de création ne précise pas la périodicité ainsi que les conditions de versement des recettes et des justificatifs correspondants au comptable public assignataire comme le prévoit l article R du même code. La régie a indiqué qu elle allait prendre un arrêté modificatif destiné à préciser les éléments manquants. 6 VI LA SITUATION DU PERSONNEL L effectif de la régie était en 2006 de 129 personnes. La plupart des agents étaient auparavant des salariés de la société d économie mixte Bordeaux Parc Auto, dont les contrats de travail ont été poursuivis par la régie en application de l article L du code du travail. L effectif permanent est composé de 8 % de cadres, 32 % d agents de maîtrise, 42 % d employés et 23 % d ouvriers. Le montant total des charges de personnel s élevait en 2006 à 6 millions d euros. La rémunération annuelle moyenne des cadres s élevait en 2006 à environ bruts, celle des agents de maîtrise à , des employés et ouvriers à La rémunération brute moyenne du poste le moins bien payé s établissait à près de En application des articles L et suivants du code du travail relatifs à la négociation salariale annuelle obligatoire, la régie a négocié chaque année des protocoles d accords salariaux fixant les évolutions salariales et les régimes de primes et indemnités. L accord salarial pour 2007 a restauré l attribution d une prime d ancienneté de 20 par mois à chaque agent à l occasion des 3 ème, 6 ème, 9 ème, 12 ème, 15 ème et 18 ème anniversaire de son contrat de travail. La chambre relève que la restauration de cette prime ne pourra que contribuer à limiter la mobilité professionnelle du personnel et par voie de conséquence, à renforcer la rigidité des charges de structure, déjà importante dans un organisme où les seules charges de personnel représentaient 57 % du chiffre d affaires en La régie a précisé que cette prime concernait actuellement 60 % du personnel.

7 Un accord d intéressement a été approuvé le 23 mai 2006 pour les exercices 2006 à L intéressement y est globalement plafonné à la somme de L accord précise que l intéressement est calculé en fonction du résultat d activité corrigé de la régie d une part, de l évolution d une année sur l autre du ratio des frais de personnel sur le chiffre d affaires d autre part. Cette seconde partie de l intéressement est calculée par application de la formule suivante : Prime B = [(( FP n / CA n x 100) ( FP n-1 / CA n-1 x 100 )) x CA n ] x 4 %, avec FP = Frais de personnel et CA = Chiffre d affaires. La chambre constate qu il résulte de la formule précitée que la fraction de la prime d intéressement ainsi calculée augmentera d autant plus que la part des frais de personnel dans le chiffre d affaires progressera. Elle considère que la décision d indexer l intéressement du personnel sur l augmentation du poids des charges salariales ne peut que compliquer la résolution des problèmes structurels de gestion de PARCUB. Le recours au personnel intérimaire a fortement augmenté entre 2005 et 2006 avec un taux de progression des dépenses correspondantes de l ordre de 20 %. Le coût brut du personnel intérimaire, hors remboursements perçus, représentait quasiment 10 % des charges de personnel en Au-delà de la recherche d une certaine souplesse destinée à optimiser la gestion, la régie justifie dans ses rapports d activité l appel au personnel intérimaire par la nécessité de faire face aux absences. Le taux global d absentéisme, toutes causes confondues, est passé de 5 % en 2004 à 10,5 % en Les absences pour maladie d une durée inférieure à six mois ont augmenté entre 2004 et 2006 de près de 75 %. La régie a précisé que les arrêts de travail d une durée de 1 à 6 mois avaient particulièrement progressé et qu ils ne pouvaient être imputés à un manque d assiduité des agents. La chambre, sans méconnaître cette situation, souligne toutefois que la forte progression de l absentéisme et des charges de remplacement qui en résultent ont des conséquences sensibles sur l équilibre financier d une structure où le poids des dépenses de personnel est déjà élevé. Elle note à ce propos le caractère peu incitatif de la politique salariale, y compris du régime indemnitaire, qui font peu de place à la reconnaissance de la motivation des agents, que ce soit au niveau des résultats obtenus, de l activité déployée ou plus simplement de l assiduité manifestée. La régie a indiqué qu elle avait récemment pris des dispositions pour mieux prendre en compte ces éléments dans sa politique de rémunération et de promotion. La chambre recommande de poursuivre dans cette voie. En application des dispositions de l article L du code des juridictions financières, le présent rapport d observations définitives de la chambre, accompagné des réponses reçues, doit faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée délibérante. Il doit être joint à la convocation de chacun de ses membres et doit faire l objet d un débat. La chambre vous serait obligée de lui faire connaître dans quelles conditions aura été réalisée cette communication. En outre, j appelle votre attention sur le fait que ce rapport accompagné des réponses reçues deviendra communicable à tout tiers demandeur dès qu aura eu lieu la réunion précitée. 7

8 8 Je vous informe qu une copie du présent rapport est transmise au préfet et au trésorier-payeur général du département de la Gironde, en application de l article R du code des juridictions financières. distinguée. Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération Bernard GIREL conseiller Maître à la Cour des comptes

Des extraits concernant sa gestion ont été adressés, le même jour, à M. CORTEZ, ancien ordonnateur en fonction durant la période contrôlée.

Des extraits concernant sa gestion ont été adressés, le même jour, à M. CORTEZ, ancien ordonnateur en fonction durant la période contrôlée. Bordeaux, le 14 novembre 2008 Le Président Références à rappeler : CM/RODII OPH Gironde Habitat Madame la Directrice générale, Par lettre du 26 mars 2007, vous avez été informée que la Chambre régionale

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 Références à rappeler : JNG/RN/RODI1 064 043 483 Monsieur le Maire, Par lettre du 25 avril 2005, vous avez été informé

Plus en détail

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée.

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. Le Président Nantes, le 11 mars 2013 Référence rappeler : KPL GD 130392 KJF Monsieur le Directeur, Je vous ai adressé par lettre du 30 janvier 2013 le rapport d observations définitives concernant la gestion

Plus en détail

B.G.I Bordeaux Gironde Investissement Agence de Développement Economique de Bordeaux et de la Gironde CONVENTION FINANCIERE 2012

B.G.I Bordeaux Gironde Investissement Agence de Développement Economique de Bordeaux et de la Gironde CONVENTION FINANCIERE 2012 POLE DEVELOPPEMENT DURABLE ET RAYONNEMENT METROPOLITAIN DIRECTION DES ENTREPRISES ET DE L ATTRACTIVITE Service des stratégies et partenariats économiques B.G.I Bordeaux Gironde Investissement Agence de

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU DIRECTION DE LA PROPRETE ET DE L EAU DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF De l exercice 2011 DPE 2010-38 DF 2010-24 BUDGET ANNEXE DE L EAU PROJET DE DELIBERATION SECTIONS D EXPLOITATION ET D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. C20 G/DP Le Président NOISIEL, le 29 DEC. 2006 N /G/80/06-1674 E N 06-0683 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Directeur, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Préfet du Gard c/ Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

TOULOUSE, le 02 août 2007. Le Président. Réf. : JO7 212 01. Monsieur le Directeur,

TOULOUSE, le 02 août 2007. Le Président. Réf. : JO7 212 01. Monsieur le Directeur, Le Président TOULOUSE, le 02 août 2007 Réf. : JO7 212 01 Monsieur le Directeur, J ai l honneur de vous notifier, conformément aux dispositions de l'article L. 241-11 du code des juridictions financières,

Plus en détail

CONVENTION CADRE LOCATION DE PLACES DANS LE PARKING «PORTE DE BORDEAUX»

CONVENTION CADRE LOCATION DE PLACES DANS LE PARKING «PORTE DE BORDEAUX» CONVENTION CADRE LOCATION DE PLACES DANS LE PARKING «PORTE DE BORDEAUX» Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux, sise Esplanade Charles de Gaulle à Bordeaux, représentée par son Président, Monsieur Vincent

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

PROTOCOLE ÉTUDES DU PLAN DE MOBILITÉ DE L ENTREPRISE X

PROTOCOLE ÉTUDES DU PLAN DE MOBILITÉ DE L ENTREPRISE X Logo de l Entreprise PROTOCOLE RELATIF AUX ÉTUDES DU PLAN DE MOBILITÉ DE L ENTREPRISE X Page 1/8 SOMMAIRE Article 1. Objet du protocole 4 Article 2. Durée 4 Article 3. Engagements généraux 4 3.1. De NANTES

Plus en détail

L exercice en bref 09

L exercice en bref 09 L exercice en bref 09 Introduction PKRück poursuit son succès PKRück peut se montrer plus que satisfaite de son évolution. Au terme de son cinquième exercice, l entreprise enregistre déjà 10 % de part

Plus en détail

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES ***

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** DEFINITION D UNE POLITIQUE DE RECOUVREMENT 1 Entre la Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 22 février 2007 Le Président Références à rappeler : FN/RODII/CMA 47 Monsieur le Président, En application des dispositions des articles L. 111-9,

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

Direction Comptable et Financière. OBJET : Mise en place d une plate-forme dématérialisée d expertise financière - mise en concurrence

Direction Comptable et Financière. OBJET : Mise en place d une plate-forme dématérialisée d expertise financière - mise en concurrence Page 1 sur 6 Direction Comptable et Financière Affaire suivie par : Perrine Serre, Pôle Finances 01.47.40.58.58 p.serre@ville-gentilly.fr Gentilly, le 1 er octobre 2010 OBJET : Mise en place d une plate-forme

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé MARCHE DES PROFESSIONNELS ANALYSE FINANCIERE APPLIQUEE Cas d application ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé Nom du client : André BESSEY Activité: Couverture Charpente Duréee de

Plus en détail

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise.

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.05.2001 SG (2001) D/ 288747 Objet: Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde. Convention financière 2013

Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde. Convention financière 2013 Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde Convention financière 2013 ENTRE : L ASSOCIATION UNION DEPARTEMENTALE CONSOMMATION LOGEMENT CADRE

Plus en détail

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Août 2008 (Rédigé le 29 août 2008) Bonjour à toutes et à tous. La loi 2002-2 a prévu que tous les établissements sociaux

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

ÉPREUVE 5. La Partie "Gestion hôtelière et droit" et la Partie "Mathématiques" seront traitées sur des copies séparées.

ÉPREUVE 5. La Partie Gestion hôtelière et droit et la Partie Mathématiques seront traitées sur des copies séparées. ÉPREUVE 5 GESTION HÔTELIÈRE ET MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures 30 Coefficient : 7 La Partie "Gestion hôtelière et droit" et la Partie "Mathématiques" seront traitées sur des copies séparées. Les deux copies

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Après la RPN du 18 octobre

Après la RPN du 18 octobre Spécial Classification n 2 Le 20 octobre 2013 Après la RPN du 18 octobre PROPOSITIONS DE L EMPLOYEUR POSITION DU SNPDOSS CFECGC LA CLASSIFICATION Six niveaux pour quatre fonctions Les quatre fonctions

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES. relatif à la gestion du. CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES. relatif à la gestion du. CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE Réf. : ROD2/YB /JPP/MDH/07-463 Bénouville, le 30 novembre 2007 RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES relatif à la gestion du CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE La chambre régionale des comptes de Basse-Normandie

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011...

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011... G Annexe RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011...514 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2010 EDF 513 G ANNEXE Ordre du jour À TITRE ORDINAIRE : Approbation des rapports et comptes annuels

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Articles L. 1612-4 et L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

Objet : Gestion par la CACP de l éclairage privé des voies ou espaces des copropriétés ou ASL ouverts à la circulation publique projet de convention

Objet : Gestion par la CACP de l éclairage privé des voies ou espaces des copropriétés ou ASL ouverts à la circulation publique projet de convention PROJET DE CONVENTION Date 21 mars 2013 Pôle : Juridique / R4E Objet : Gestion par la CACP de l éclairage privé des voies ou espaces des copropriétés ou ASL ouverts à la circulation publique projet de convention

Plus en détail

STATUTS DE L AGENCE LOCALE DE L ENERGIE, AGENCE TERRITORIALE DE L ENERGIE DU PLATEAU DE SACLAY

STATUTS DE L AGENCE LOCALE DE L ENERGIE, AGENCE TERRITORIALE DE L ENERGIE DU PLATEAU DE SACLAY STATUTS DE L AGENCE LOCALE DE L ENERGIE, AGENCE TERRITORIALE DE L ENERGIE DU PLATEAU DE SACLAY Article 1 constitution et dénomination Il est créé, entre les adhérents aux présents statuts, une association

Plus en détail

AVIS N 2011-0085 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

AVIS N 2011-0085 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Syndicat intercommunal à vocation unique d aide à domicile de la plaine de Nay (064 019 906) Trésorerie de Nay Département des Pyrénées-Atlantiques Absence d adoption du budget primitif de l exercice 2011

Plus en détail

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre à Monsieur Philippe VITU Directeur de la maison de retraite de Villeloin-Coulange " Les Baraquins " 36, rue des Loges 37450 VILLELOIN-COULANGE

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

«année de référence» : période s étalant du premier avril d une année au 31 mars de l année suivante;

«année de référence» : période s étalant du premier avril d une année au 31 mars de l année suivante; RÈGLEMENT SUR LES EFFECTIFS, LES NORMES ET BARÈMES DE RÉMUNÉRATION, LES AVANTAGES SOCIAUX ET LES AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution

Plus en détail

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire,

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire, Le Président TOULOUSE, le 10 juillet 2008 Réf. : GO8095011 Monsieur le Maire, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS A Centre hospitalier de la Risle (Département de l Eure) 027 047 999 Centre des finances publiques de Pont-Audemer Exercices 2005 à 2007 Jugement n 2012-0011 Audience publique du 22 juin 2012 Lecture publique

Plus en détail

SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG

SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG RAPPORT DU COMMISSAIRE À LA SCISSION ET AUX APPORTS DANS LE CADRE DE L APPORT PARTIEL D ACTIF DE LA SOCIETE ELECTRICITE DE

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers.

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers. REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DIRECTION DE L ARTISANAT PARIS, LE 13 JAN. 1989 Sous-Direction de la Réglementation 24, rue de l Université et de l Orientation des Structures

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement POUR LA PARTICIPATION DE LE MANS METROPOLE AU FINANCEMENT DES PRÊTS PARTICIPATIFS DE DÉVELOPPEMENT ENTRE : Le Département

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 22 mars 2010

Le Président, Bordeaux, le 22 mars 2010 Le Président, Bordeaux, le 22 mars 2010 Références à rappeler : CC/ROD II 033900001 Caisse du crédit municipal de Bordeaux Monsieur le Directeur général, Par lettre du 4 novembre 2008, vous avez été informé

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

Connaître et bien utiliser les spécificités du plan de comptes des associations et fondations

Connaître et bien utiliser les spécificités du plan de comptes des associations et fondations Connaître et bien utiliser les spécificités du plan de comptes des associations et fondations Conseil Supérieur de l Ordre des Experts Comptables Agnès BRICARD Présidente du Comité Secteur Public et Association

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT PROJET CONVENTION DE PARTENARIAT APPEL A PROJET POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE STRUCTURE MULTI SERVICES DEDIEE A LA MOBILITE DURABLE SUR L AGGLOMERATION BORDELAISE Entre : - La Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

Commune de Prangins Municipalité. Préavis No 62/14 Au Conseil Communal. Arrêté d'imposition pour l'année 2015. François Bryand, Syndic

Commune de Prangins Municipalité. Préavis No 62/14 Au Conseil Communal. Arrêté d'imposition pour l'année 2015. François Bryand, Syndic Commune de Prangins Municipalité Préavis No 62/14 Au Conseil Communal Arrêté d'imposition pour l'année 2015 François Bryand, Syndic Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L'arrêté

Plus en détail

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN Sommaire 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN 12 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES CONVENTIONS RÈGLEMENTÉES 13 COMPTE DE RÉSULTAT

Plus en détail

Contrat de travail pour un attaché commercial

Contrat de travail pour un attaché commercial S-146 03 V 2004 Contrat de travail pour un attaché commercial Entre les soussignés : - La Sarl Offset n SIRET Représentée par agissant en qualité de Gérant - et Monsieur Laurent n de sécurité sociale demeurant

Plus en détail

Commune de BAISIEUX DEPARTEMENT : NORD ARRONDISSEMENT : LILLE CANTON : LANNOY

Commune de BAISIEUX DEPARTEMENT : NORD ARRONDISSEMENT : LILLE CANTON : LANNOY N 2014-11-01 Patrimoine communal mise à disposition gratuite de la parcelle ZB n 32 à Lille Métropole Communauté Urbaine dans le cadre de sa compétence «valorisation du patrimoine naturel et paysager espace

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE LA MAISON DE RETRAITE DE SAINT-SAËNS

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE LA MAISON DE RETRAITE DE SAINT-SAËNS RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE LA MAISON DE RETRAITE DE SAINT-SAËNS Rapport d observations définitives de la Chambre régionale des comptes de Haute-Normandie sur la gestion de la

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

AVIS. CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales. Budget non voté en équilibre réel

AVIS. CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales. Budget non voté en équilibre réel AVIS CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Budget non voté en équilibre réel Séance du 11 janvier 2012 Avis n 2012-001 LA CHAMBRE REGIONALE DES

Plus en détail

Règlement intérieur. 1. Assemblée Générale. Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011

Règlement intérieur. 1. Assemblée Générale. Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011 Règlement intérieur Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011 Le présent règlement intérieur est établi conformément à l article 15 des statuts de Gitoyen. Il s impose à l ensemble des adhérents de

Plus en détail

C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières)

C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières) «Réfection des parkings et voies d accès sur le site du Mont Gros» C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières) Maître d ouvrage : Maître d œuvre : Observatoire de la Côte d Azur (Établissement

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE

Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-000709 Montrouge, le 14 janvier 2015 Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE OBJET : Contrôle

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales)

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales) CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 11 juin 2009 AVIS n 09-CB-08 SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA REGION DU BAZOIS (département de la Nièvre) BUDGET 2009 (articles

Plus en détail

MODELE DE RECOURS REQUETE ET MEMOIRE

MODELE DE RECOURS REQUETE ET MEMOIRE MODELE DE RECOURS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE [à compléter] REQUETE ET MEMOIRE Pour : NOM, prénom, adresse ; Contre : la décision [expresse ou implicite] (cf. Prod.n 3) en date du [à compléter] de l Inspecteur

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

1- Mise en œuvre des mesures relatives à la tarification des établissements accueillant des personnes âgées dépendantes

1- Mise en œuvre des mesures relatives à la tarification des établissements accueillant des personnes âgées dépendantes Réf : polebudgétaire@cnsa.fr Notice technique : mise en œuvre des nouvelles règles tarifaires prévues par la circulaire DGAS/DHOS/DSS/CNSA n 447 du 17 octobre 2006. Répartition des enveloppes de médicalisation.

Plus en détail

CONVENTION. Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière»

CONVENTION. Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière» CONVENTION Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière» Entre : LA VILLE DE NANTES, représentée par Madame Michèle FRANGEUL, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal

Plus en détail

LA LISTE DES PRESTATIONS ESPECES PAYEES A LEURS SALARIES»

LA LISTE DES PRESTATIONS ESPECES PAYEES A LEURS SALARIES» DELIBERATION N 2012-50 DU 2 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA CAISSE DE COMPENSATION DES SERVICES SOCIAUX (CCSS)

Plus en détail

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général,

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général, Le Président Bordeaux, le 4 mai 2009 Références à rappeler : CM//RODII Grands garages et parkings de Bordeaux Monsieur le Directeur général, Par lettre du 1 er avril 2008, vous avez été informé que la

Plus en détail

RAPPORTN 13.538 CP DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLEFINANCES. Direction : Prospective, Etudes et Financement

RAPPORTN 13.538 CP DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLEFINANCES. Direction : Prospective, Etudes et Financement RAPPORTN 13.538 CP DEMANDEDE GARANTIE DEPARTEMENTALEA HAUTEURDE 50% POUR LE REMBOURSEMENTD'UN EMPRUNT DE 2,8M DESTINEAU FINANCEMENTDESTRAVAUX D'INVESTISSEMENTDE L'EHPADDE NEUILLY-SUR-SEINE DIRECTIONGENERALEDESSERVICES

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

ANNEXE 3 CONVENTION 2012 Au titre du Programme Local de l Habitat Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux et L ADIL 33 de la Gironde ENTRE LES SOUSSIGNES : Monsieur le Président de la Communauté Urbaine

Plus en détail

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion Synthèse Décembre 2015 Johannes Fark Beatrice Meyer Daniel Zöbeli Résumé des résultats de l étude, synthèse Contexte et démarche

Plus en détail

C O N V E N T I O N. (a) ******************

C O N V E N T I O N. (a) ****************** C O N V E N T I O N (a) ****************** ENTRE LES SOUSSIGNES : - Monsieur le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, agissant au nom et pour le compte du Département, en vertu de la délibération

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2014 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI La loi fi xe à tout établissement privé ou public d au moins 20 salariés une obligation d emploi de personnes handicapées

Plus en détail

CONVENTION SALON DE L AGRICULTURE AQUITAINE 2014

CONVENTION SALON DE L AGRICULTURE AQUITAINE 2014 Pôle Développement Durable et Rayonnement Métropolitain Direction des Entreprises et de l'attractivité Service Economie Présentielle, Partenariats et Veille CONVENTION SALON DE L AGRICULTURE AQUITAINE

Plus en détail

CONVENTION FINANCIERE

CONVENTION FINANCIERE CONVENTION FINANCIERE Mairie d Artigues-près-Bordeaux Création de la maison éco citoyenne ENTRE : LA COMMUNE D ARTIGUES-PRES-BORDEAUX Représentée par son Maire, Monsieur Jean-Jacques BERGOUGNOUX, dûment

Plus en détail

TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE

TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE Page 1 sur 13 Table des matières TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE... 4 Chapitre 1. Structuration et vote du budget... 4 Chapitre 2. Segmentation budgétaire stratégique... 5 Chapitre 3. Gestion pluriannuelle...

Plus en détail

2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.)

2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.) RAPPORT D ACTIVITES 2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.) Communauté de Communes du Pays de LANDERNEAU DAOULAS 20/02/2014 Page 1 sur 14 SOMMAIRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU SERVICE

Plus en détail

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ;

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ; Délibération n 2010-53 du 1 er mars 2010 Refus d assurance âge recommandation Un assureur refuse de couvrir le risque chômage au-delà de 55 ans. Interrogé par la haute autorité, il explique que cette situation

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc Situation sanitaire en Nouvelle-Calédonie 2012 www.dass.gouv.nc Les comptes de la santé Source: service de la protection sociale III.1. Présentation La délibération modifiée n 490 du 11 août 1994 portant

Plus en détail

DEMANDE DE RECEVABILITE ET D EXPERTISE EN VUE D UNE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE V.A.E.

DEMANDE DE RECEVABILITE ET D EXPERTISE EN VUE D UNE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE V.A.E. DEMANDE DE RECEVABILITE ET D EXPERTISE EN VUE D UNE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE V.A.E. [En application de la loi 2002-73 du 17 janvier 2002 et du décret 2002-590 du 24 avril 2002] (ce dossier

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes d'ile-de-france,

La Chambre régionale des comptes d'ile-de-france, S2 2110390 / VA 1/7 6 ème section N /G/144/A-33 Séance du 11 août 2011 RECOMMANDE AVEC A.R. Société d économie mixte locale «Centre de formation et de professionnalisation des Lacs de l Essonne» Délibération

Plus en détail

24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34

24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34 24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34 gillettadesaintjoseph@notaires.fr http://gillettadesaintjoseph.notaires.fr ASSURANCE-VIE L assurance-vie sous tous les angles

Plus en détail

La Chambre s'est de nouveau réunie le 12 décembre 2000 pour examiner le rapport du magistrat sur les réponses obtenues.

La Chambre s'est de nouveau réunie le 12 décembre 2000 pour examiner le rapport du magistrat sur les réponses obtenues. LOD N 00/07 Nouméa, le 14 décembre 2000 Organisme : Office Territorial de Retraites des Agents Fonctionnaires (OTRAF) Examen de la gestion Exercices : 1996 et suivants OBSERVATIONS DEFINITIVES 0. - INTRODUCTION

Plus en détail

Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste

Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste Février 2013 Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste Synthèse de la consultation publique du 10 décembre 2012 au 14 janvier

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES 3 Manuel de la présentation de l information financière municipale ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES Ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire Gouvernement du Québec

Plus en détail

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais AVANT-PROPOS La présente réponse fait suite au rapport d observations définitives

Plus en détail