Grève massive des enseignants pour le retrait de la réforme TRIBUNE INFORMATIONS OUVRIÈRES N 6 DE PRÉPARATION OBJECTIF : EUROS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Grève massive des enseignants pour le retrait de la réforme TRIBUNE INFORMATIONS OUVRIÈRES N 6 DE PRÉPARATION OBJECTIF : 150 000 EUROS"

Transcription

1 INFORMATIONS OUVRIÈRES nouvelle série N 0352 (2746) semaine du 21 au 27 mai ,5 euro (soutien 2 euros) ISSN L émancipation des travailleurs sera l œuvre des travailleurs eux-mêmes INFORMATIONS OUVRIÈRES TRIBUNE LIBRE DE LA LUTTE DES CLASSES abonnés reçoivent ce numéro. Et vous? (page 16) H E B D O M A D A I R E D U PA R T I O U V R I E R I N D É P E N D A N T POI TRIBUNE N 6 DE PRÉPARATION À L ASSEMBLÉE-DÉBAT DU 6 JUIN 2015 PARIS - 10 h 30 À 16 h 30 PROPOSÉE PAR INFORMATIONS OUVRIÈRES Cette semaine, la parole à Rose-May Rousseau (secrétaire générale de l Union syndicale CGT de l Assistance publique- Hôpitaux de Paris (USAP-CGT) Edmond Andreu (syndicaliste CGT des commerciaux du Tarn) Philippe Bottet (militant CGT des Postes et Télécoms), Jean Grimal (militant CGT enseignant) Sylvie (syndicaliste CGT au CHU de Montpellier) Reportage de grève chez Maz Air (Ariège) François Jacob Jean-Charles Marquiset Abdel Khaled (délégué syndical CGT à l office Arc de Seine Habitat des Hauts-de-Seine) Jacques Aubrespy (cheminot retraité, Saint-Pargoire dans l Hérault) François Chaintron Serge Jurczak, maire PCF de Serémange-Erzange (Moselle), Jean Markun, secrétaire national du POI, et Albert Dal Pozzolo, correspondant d Informations ouvrières. Pages 4, 5, 6 et 7 EN JANVIER 2016, UNE NOUVELLE FORMULE POUR VOTRE JOURNAL Avec le début de la campagne d abonnement d été, nous vous appelons à verser pour la souscription financière pour la nouvelle formule d IO. 15 MAI-15 DÉCEMBRE 2015 OBJECTIF : EUROS Page 16 Le 19 mai, à l appel des syndicats enseignants, SNES-FSU, SNEP-FSU, SN-FO-LC, SNETAA-FO, SNALC-FGAF, CGT Educ action et SUD Education Grève massive pour le retrait de la réforme du collège Pages 2 et 3 Photo correspondant

2 2 INFORMATIONS OUVRIÈRES N À LA UNE Semaine du 21 au 27 mai 2015 Photo IO Boule de neige et boulet de canon Ce 19 mai, les enseignants, à l appel des syndicats SN-LC-FO, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNALC, CGT Educ action, SUD Education, sont en grève massive pour exiger le retrait de la réforme du collège. Le matin même de cette grève, Valls annonce qu il va publier, quoi qu il en soit, le décret d application de cette réforme. Laurence Parisot, l ancienne présidente du Medef, ce même jour, dans un article de La Croix, annonce qu elle soutient cette réforme. Elle précise : «Les professeurs du secondaire doivent accepter que leur mission dépasse largement leur seule discipline.» Laurence Parisot l indique elle-même : les disciplines doivent disparaître, l instruction doit disparaître. Tout ce qui est norme et réglementation doit disparaître, pour faire de la jeunesse une masse taillable et corvéable à merci, pour s attaquer à toute la classe ouvrière. Ce même 19 mai, les fonctionnaires territoriaux, à l appel de la CGT, de FO, de SUD, de la FSU et de la FAFPT, étaient en grève et en manifestation. Mais le quotidien patronal Les Echos (15 mai) s inquiète : «L expression faire boule de neige s applique parfaitement à la réforme du collège. Tout commence début mars. Najat Vallaud-Belkacem présente son texte dans une quasi-indifférence. Elle s inscrit depuis son arrivée à l Education dans la lignée des ministres qui endorment le mammouth plus qu ils ne l affolent. ( ) Sauf que deux mois plus tard, la réforme a échappé à tout le monde. Elle est devenue l un de ces objets de débat typiquement français.» L éditorialiste des Echos s inquiète. Elle sait qu il ne s agit pas que, mais que la mobilisation peut déboucher sur autre chose. C est pourquoi elle conclut son éditorial par la question suivante : «Comment les enseignants vont-ils se mobiliser mardi? C est la question cruciale : eux savent transformer une boule de neige en boulet de canon» (Les Echos, 15 mai). Lucien GAUTHIER Le 19 mai, à Paris, dans la manifestation contre la réforme du collège. Réforme du collège Bras de fer entre les enseignants avec leurs syndicats et le gouvernement Laurence Fayard avec nos correspondants Un bras de fer s est engagé ce mardi 19 mai entre les enseignants des collèges, en grève à plus de 50 % pour le retrait de la réforme du collège à l appel de leurs syndicats SN-FO-LC, SNETAA-FO, SNES-FSU, SNEP- FSU, SNALC-FGAF, CGT Educ action et SUD Education, et le gouvernement. Ils étaient 52 % de grévistes dans le Nord et près de à manifester à Lille, 45 % en Meurthe-et- Moselle, 50 % en Loire-Atlantique, 62 % en Seine-Saint-Denis, etc. D un côté, des grévistes nombreux et déterminés (jusqu à 70, 80 et même 92 %, comme au collège Jean-Jaurès, à Montreuil, ou 99 % au collège Dolto, dans le XX e arrondissement de Paris), de l autre, un gouvernement décidé à passer en force. Ainsi, la ministre Najat Vallaud- Belkacem a-t-elle déclaré ce mardi que «la réforme se fera car elle est indispensable». Depuis Berlin, François Hollande a défendu la réforme en osant prétendre qu elle devait «permettre d assurer la réussite pour tous» et «l excellence». Le Premier ministre, Manuel Valls, est allé encore plus loin en martelant : «Cette réforme va être mise en œuvre comme c était prévu, et le décret sera publié le plus rapidement possible»! La réforme se fera? Pas si simple En publiant «le plus rapidement possible» le décret, le gouvernement risque d attiser encore davantage la colère, d autant que l entrée en application de la réforme n est prévue qu à la rentrée Dans certains établissements, ceux-ci ont d ailleurs d ores et déjà programmé des assemblées avec leurs sections syndicales pour les 20 et 21 mai. Dans le cortège parisien, défilant derrière les banderoles de leurs syndicats nous informent que sept assemblées générales seront organisées mercredi et jeudi en Seine-Saint-Denis, d autres dans le Valde-Marne, les Hauts-de-Seine IL FAUT LE RETRAIT DE CETTE RÉFORME Les enseignants du collège Pissaro, à Saint- Maur (Val-de-Marne), indiquent : «Tout le monde est d accord pour dire qu il ne faut pas que cela se produise. Il faut le retrait de cette réforme. Les parents ont fait une pétition. Nous allons nous réunir avec eux.» Tout au long du cortège, les mots d ordre d abrogation et de retrait sont largement repris. Les enseignants refusent l autonomie et «la concurrence entre les établissements». Pour une enseignante, «l interdisciplinarité, c est le détricotage du cadre national, le flou pédagogique.» La réflexion va loin : «Quand on nous dit autonomie, on entend autodébrouille, décentralisation inégalitaire, mise en concurrence des établissements et des équipes disciplinaires», dénonce un manifestant. «La réforme du collège diminue les horaires disciplinaires en imposant les EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires NDLR), qui, menés avec de gros effectifs, vont aller à la catastrophe. Moi, je m en vais en retraite, mais les collègues qui restent ne sont pas dupes!», explique un professeur. A l issue de la manifestation parisienne, les représentants de la ministre ont confirmé aux organisations syndicales que celle-ci ne retirerait pas le projet de réforme et travaillait sur une circulaire d application. Un rapport de force s engage, dont le gouvernement porte l entière responsabilité. DANS LA MANIFESTATION DES PROFESSEURS À LYON La manifestation académique a rassemblé enseignants à Lyon, de la Bourse du travail au rectorat. La grève a été suivie massivement dans les collèges, comme à Saint- Bonnet-le-Château : 100 % de grévistes. Une banderole indique : 84 % du (collège du) Val d Ardières. Des professeurs de lycées de Saint-Etienne : «Nous nous sentons très concernés, car si le collège s effondre, les conséquences seront dramatiques au lycée. La réforme Chatel du lycée a d ailleurs beaucoup de points communs avec celle-ci.» Tout au long du cortège, les mots d ordre d abrogation et de retrait sont largement repris. «Nous pensons aux élèves, avec moins d heures de cours. L interdisciplinarité, c est le foutoir, comment faire une synthèse des connaissances si on n a pas de connaissances?» «La suppression du latin, des bilangues, favoriseront la fuite des bons élèves vers le privé.» Des enseignantes de lettres classiques : «En lettres classiques, les nouveaux horaires signifient que notre discipline dépend du conseil d administration et du chef d établissement. Nous pourrions éventuellement être associés avec d autres disciplines. Autrement dit, pour mendier une heure de grec ou de latin, il faut qu une autre discipline en perde une. C est provoquer délibérément des conflits entre professeurs.» Lu sur une banderole : «Nous ne sommes pas des EPI-phénomènes. Les EPI ne germeront pas. Non au latin et au grec EPI-sodiques.» Les unions départementales FO et CGT de l Essonne et de Moselle soutiennent la grève «Les unions départementales FO et CGT de l Essonne apportent tout leur soutien à la mobilisation des personnels territoriaux en grève et en manifestation le 19 mai prochain, ainsi qu aux enseignants qui seront en grève ce même jour pour le retrait de la réforme du collège.» «Dans la continuité de la journée de grève interprofessionnelle du 9 avril, de la manifestation unitaire du 1 er Mai à Metz, sur la base des mêmes revendications, les UD FO et CGT de Moselle appellent les salariés des autres secteurs professionnels à soutenir la grève du mardi 19 mai, pour le retrait de la réforme du collège.»

3 INFORMATIONS OUVRIÈRES N À LA UNE Semaine du 21 au 27 mai 2015 Réforme du collège Droite et gauche d accord sur le fond Six Français sur dix approuvent la grève Quelque 62 % des Français approuvent la grève et pensent que la réforme va «niveler le niveau global des élèves par le bas», selon un sondage Odoxa pour itélé. La grève de collèges, ce mardi 19 mai, à l appel des syndicats SN-FO-LC, SNETAA-FO, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNALC-FGAF, CGT Educ action et SUD Education, qui représentent 80 % de la profession, a fait l objet d un battage médiatique visant à sauver la «réforme» de la ministre Vallaud-Belkacem. Premier ministre, anciens ministres, députés, hauts fonctionnaires, chacun y est allé de son couplet. En réalité, tous sont d accord sur le fond. Christian Forestier, «haut fonctionnaire», familier des ministres de l Education nationale de droite comme de «gauche», dénonce la grève comme «l alliance devenue un grand classique du SNES, du SNALC et de la droite». Il fut le président du comité de pilotage de la conférence nationale sur les rythmes scolaires entre juin 2010 et juin 2011 (mis en place par Luc Chatel, ministre de Sarkozy), avant de faire partie, en 2012, du comité de pilotage de la concertation sur la loi d orientation et de programmation de la refondation de l école (sous Hollande-Peillon). La sénatrice Chantal Jouanno, chef de file de l UDI aux élections régionales en Ile-de-France, réclame plus d autonomie. «Il y a des aspects positifs dans cette réforme, comme la personnalisation, les accompagnements plus individualisés», souligne-t-elle. Alors que les grévistes combattent l autonomie des établissements, «nous pensons, nous, qu il faut plus d autonomie, notamment sur les méthodes pédagogiques», ajoute-t-elle (AFP, 19 mai). Cette réforme est préparée et demandée par l ensemble gauche et droite depuis de nombreuses années (Vincent Peillon) Christian Chevalier, secrétaire général du SE-UNSA (voir encadré) a fustigé la grève ainsi : «Nous avons affaire à un attelage baroque d opposants : le SNALC, FO, avec quelques accointances avec le collectif Racine. Et puis le SNES qui s est embringué dans cette galère. Et l UMP Se mobilisera-t-on le 19 mai pour soutenir son organisation syndicale ou bien pour soutenir l UMP?» Une grève pour soutenir l UMP? Comme si l UMP n était pas, sur le fond, favorable à la réforme! Interviewé par Libération Affichettes préparées par pour la grève du 19 mai PREMIÈRE AFFICHETTE Réforme du collège = Disparition de la distinction entre enseignement primaire et enseignement secondaire : Cycle 3 = CM1, CM2, 6 e Cycle 4 = 5 e, 4 e, 3 e DEUXIÈME AFFICHETTE Réforme du collège = Suppression : des classes européennes ou de langues orientales des classes bilangues (conditions de création irréalistes) de l enseignement du latin et du grec de nombreuses heures d enseignement disciplinaire au profit de l accompagnement personnalisé (AP) et des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) = L instruction de qualité sera à chercher dans l enseignement privé pour ceux qui peuvent payer. Egalité? Fraternité? TROISIÈME AFFICHETTE Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) : 2 à 3 heures par semaine = Suppression de la liberté pédagogique 1) Interdisciplinarité obligatoire 2) Pédagogie de projet impérative 3) Thèmes et équipes définis par établissement incidence sur le service réunions sans fin guerre entre les disciplines, rivalités personnelles et soumission aux lubies locales (l Education n est plus nationale) Photo IO QUATRIÈME AFFICHETTE Les programmes Ils ne sont pas annuels mais triennaux (un cycle). Chaque établissement les aménage à sa façon. Une conséquence : l équipe pédagogique est obligée de définir une progression commune qui s impose alors à tous les professeurs et à toutes les classes de la même façon. Langues vivantes : il suffit de valider deux activités langagières sur cinq. Français : discipline conçue non comme par elle-même formatrice, mais comme un simple moyen pour les autres apprentissages. Pas de perspective historique. Plus de programme spécifique en 6 e. Histoire-géographie : l éducation morale et civique (EMC) compte pour un tiers de l horaire. Globalisation de l enseignement scientifique, généralisation des enseignements intégrés de sciences et technologie? Exemple : un professeur de SVT assure, outre l enseignement de sa discipline, celui de la physique, de la chimie et de la technologie. Des passerelles sont prévues comme «diversité et unité du vivant et des matériaux» Quid du recrutement par le truchement de concours disciplinaires particulièrement exigeants? (15 mai), Bruno Le Maire, député UMP, veut «un collège diversifié» qui serait «fondé sur un socle de connaissances comprenant le français, les maths, l histoire et une langue étrangère» ; et il propose des options professionnalisantes dès la 6 e. Tous s alignent sur le «socle commun» issu des directives européennes, qui substitue les compétences aux connaissances et supprime des matières entières. Bruno Le Maire propose aussi de «constituer un seul corps de professeurs du CP à la fin du collège» et de créer «des possibilités de bivalence, ce qui permettrait de répondre au besoin de passerelles entre les disciplines». Aucun rapport avec le projet de réforme de Najat Vallaud-Belkacem? D ailleurs, Vincent Peillon, devenu député européen, admet le 18 mai sur RTL : «Cette réforme est préparée et demandée par l ensemble gauche et droite depuis de nombreuses années.» Et d ajouter : «Nous l avons préparée dans un très grand consensus, avec des gens d ailleurs qui venaient de tous les horizons politiques mais qui ne l assument plus aujourd hui.» Laurence FAYARD SGEN-CFDT et UNSA pour la réforme et contre la grève Le 10 avril dernier, le projet de décret sur la réforme du collège était soumis, pour vote consultatif, au Conseil supérieur de l éducation (CSE). Les organisations syndicales représentant plus de 80 % des personnels (FO, FSU, CGT, SNALC, SUD) ont voté contre la réforme. La CFDT, l UNSA, la FCPE, l UNEF et le Medef ont voté pour. Photo AFP Valls se vante d avoir déjà créé postes « postes ont déjà été créés», affirme Valls (Libération, 18 mai). Qu en est-il? : c est la diminution du nombre d enseignants dans le public de janvier 2006 à janvier 2014 ; : c est la diminution du nombre d enseignants dans le public de janvier 2012 à janvier 2014 ; : c est l augmentation du nombre d élèves de janvier 2012 à janvier (Chiffres vérifiables sur le site du ministère de l Education nationale.) «Nous avons donné la priorité au primaire en ouvrant près de postes ( ), en favorisant de nouvelles pratiques pédagogiques», prétend Valls. «La réalité, c est qu il y a enseignants en moins entre janvier 2012 et janvier 2014 dans le primaire public. L école primaire a été massacrée par les gouvernements de ces quinze dernières années et par l une des priorités de l actuel gouvernement : la réforme des rythmes!», rétorque un professeur. Le 19 mai, à Lyon, dans la manifestation contre la réforme du collège. é Ce 19 mai ÉDITORIAL Daniel Gluckstein secrétaire national du POI hôpitaux, poussée de fièvre sociale.» «Appel à la grève mardi dans Education, les collèges puis jeudi aux hôpitaux de Paris.» «Le gouvernement cherche à éviter tout risque de contagion.» Les titres des Echos, ce 18 mai, traduisent une indiscutable inquiétude. Une inquiétude que la spécialiste des questions sociales de ce quotidien tente de tempérer, assurant que toute tentative de «donner une suite à la mobilisation commune contre l austérité du 9 avril» est vouée à l échec. A l appui de cette affirmation, elle cite un «politologue» : «1995, 2003, 2010 : au cœur des grands mouvements sociaux de ces vingt dernières années était toujours posée la question du gouvernement d après. Aujourd hui, c est un frein, car quel peut être le gouvernement d après?» C est ce qui s appelle se rassurer à bon compte. De mémoire de militant, les grandes luttes de classe de 1995, 2003 et 2010 n ont pas été «boostées» par la perspective d un possible changement pour un «gouvernement d après» (présidé par Jospin, Ségolène Royal ou Hollande)! S il y a bien un résultat de «l alternance» qui a marqué les trente dernières années, c est qu elle a définitivement convaincu les travailleurs qu il n y a aucun changement de politique à attendre dans le cadre des institutions de la V e République et de l Union européenne auxquelles ont prêté allégeance tous les dirigeants de tous les partis institutionnels, de droite comme de gauche. D où l abstention grandissante d élection en élection. C est pourquoi, précisément, les luttes de classe qui mûrissent contre le gouvernement Hollande-Valls mettent à l ordre du jour la nécessité de balayer ces institutions (1). Qu il s agisse du retrait du pacte de responsabilité et de la loi Macron, ou du retrait de la réforme de Najat Vallaud-Belkacem et de la loi Touraine, toutes les revendications avancées dans les luttes de classe en cours posent dans leur contenu concret la nécessité de la rupture avec le cadre institutionnel imposé par le capital financier à travers l Union européenne. Le mouvement même de la lutte de classe ouvrira la voie à des solutions politiques rompant avec ces institutions. Il ouvrira la voie à un autre gouvernement, à d autres institutions, par lesquelles la majorité du peuple travailleur imposera une réponse conforme à ses aspirations et à la démocratie. Ce pourquoi, précisément, s est constitué le POI. Voilà pourquoi la sage observatrice des Echos devrait faire preuve de plus de prudence Ce 19 mai, la grève est massive dans les lycées et les collèges du pays. (1) A propos de l Union européenne, citons le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, répondant, dans Le Monde (13 mai), à la critique selon laquelle «les Européens vous reprochent de ne pas aller assez vite, assez loin dans les réformes». «C est faux», proteste Iatseniouk, qui argumente : «L Union européenne a reconnu officiellement (...) que l ampleur des réformes que nous menons était satisfaisante. Trouvez-moi un seul pays qui a fait autant dans des conditions aussi dures (...). Nous avons renvoyé l année dernière 10 % des fonctionnaires. Nous allons en renvoyer 20 % cette année. Nous avons gelé les salaires et les retraites. Nous avons multiplié par six les tarifs des services communaux.» Ainsi s exprime un bon élève de Bruxelles

4 TRIBUNE à l assemblée-débat nationale N 6 INFORMATIONS OUVRIÈRES N Semaine du 21 au 27 mai 2015 DE PréParation Du 6 juin 2015 ProPoSéE Par informations ouvrières À LA UNE Faites parvenir vos contributions à : Informations ouvrières, 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, Paris. L AP-HP sert de laboratoire d essai pour l ensemble de la fonction publique Interview de Rose-May Rousseau, secrétaire générale de l Union syndicale CGT de l Assistance publique (USAP-CGT) Avec l USAP-CGT, FO et SUD, six syndicats de l Assistance publique- Hôpitaux de Paris (AP-HP) en tout appellent à la grève le 21 mai pour le retrait de la réforme de réorganisation du travail. Pourquoi? Le directeur général, sous prétexte d amélioration des conditions de travail, s apprête à mettre en œuvre un recul social sans précédent, avec plusieurs objectifs : 1- Réaliser de nouvelles économies sur le dos des personnels pour récupérer 27 millions d euros et des emplois. Par exemple, en généralisant l ambulatoire, ce qui fera disparaître les équipes d après-midi et de nuit. Il récupère, au passage, les jours chômés comme la fête des mères, les jours de médaille, mais aussi des repos dus et des RTT, des congés bonifiés, les pauses repas qu on avait acquises de haute lutte au moment de la mise en place de la loi des 35 heures, le temps d habillage. 2- Il s attaque, en passant, à la loi sur les 35 heures et réalise pour M me Touraine les économies qu elle envisage de faire sur l hôpital public : suppressions d emplois et 800 millions d euros d économies. Tout cela s ajoute au pacte de responsabilité (10 milliards sur la Sécu dont 3 milliards pour les hôpitaux). 3- Dans sa démarche, il y a la recherche aussi de plus de flexibilité et de mobilité. Il envisage une «grande équipe». Pour ce faire : plus de repères horaires. Comme à l usine, avec des horaires à la carte, on mettra le personnel selon les pics d activité. Cela remet totalement en question la vie familiale et le rythme de vie des personnels. Le chantage de M. Hirsch est le suivant : «Nous devons supprimer emplois, mais moi, je ne vais pas supprimer d emplois, donc, en échange, on va réformer le temps de travail à l AP-HP.» Je dénonce là une grande hypocrisie, et j ai envie de dire : chiche! Car il faut rappeler que cette année, il y a un plan d économies de 150 millions d euros et, depuis cinq ans, chaque année, emplois sont supprimés. Donc où vont-ils trouver les emplois qu ils veulent supprimer? C est un marché de dupes. C est un enjeu national pour le gouvernement de M. Hollande qui vise à faire des économies là où il n y a pas à en faire En fait, M. Hirsch retire une épine du pied de M me Touraine, qui compte bien encore supprimer des emplois dans l hôpital public. Projet très impopulaire quand on connaît l attachement des usagers à l hôpital public et au service public en général. La ministre de la Fonction publique, M me Lebranchu, attend également 300 millions d euros d économies du fait de la suppression des RTT à l hôpital. Donc c est un enjeu national pour le gouvernement de M. Hollande qui vise à faire des économies là où il n y a pas à en faire. Je rappelle quand même que le CAC 40 explose et que les profits du patronat sont au plus haut. Et pourtant, on attaque le service public, seul à même de garantir l accès aux soins pour tous. Ce que M. Hirsch compte faire, alors que nous ne sommes pas dans des conditions de négociations, c est un calendrier programmé à marche forcée : le 18 juin, tout doit être bouclé. On ne peut pas laisser faire. L AP-HP sert de laboratoire d essai pour l ensemble de la fonction publique. M. Hirsch compte bien mener cette réforme, qui est une des missions pour le démantèlement de l AP-HP. Je rappelle au passage les fermetures d hôpitaux, la bataille pour maintenir l Hôtel-Dieu dans l intérêt des neuf arrondissements du centre de Paris, les hôpitaux qui vont sortir du statut de l AP-HP, comme Paul-Doumer, etc., le projet de l hôpital Grand-Nord. Avec, en même temps, un Monopoly entre la Ville de Paris et l AP-HP sur les biens mobiliers et le foncier de l AP-HP, qui sont cédés en ce moment à la Ville de Paris. Le gouvernement aujourd hui soigne le CAC 40 et le patronat qui veut plus de flexibilité. Et il n a que faire de la santé de nos concitoyens, de la santé des personnels qui sont au service de la population. Depuis la mise en œuvre de la loi HPST que s apprête à renforcer la loi Touraine, l hôpital est considéré comme une entreprise qui doit dégager des profits, et la santé, une marchandise comme une autre. Le statut de l hôpital public est considéré comme un caillou dans la chaussure des ARS (agences régionales de santé NDLR), dont le pouvoir est encore renforcé par la loi Touraine, avec le démantèlement des hôpitaux publics en communautés hospitalières de territoire. Il y a le transfert des parts rentables des activités hospitalières en faveur de la santé privée lucrative. Il y a une attaque massive contre la protection sociale et la Sécurité sociale. Ce gouvernement a aussi pour objectif de mettre à mal le modèle social républicain issu du CNR (Conseil national de la Résistance NDLR). Ils ne veulent plus en entendre parler. Sarkozy l avait rêvé, Hollande le met en œuvre. Ce qui est attaqué, c est l enseignement, les territoriaux, la santé, tout ce qui fait le socle républicain d un pays. A la CGT, au niveau national, nous contestons cette politique. Nous sommes entrés en résistance contre le projet de Martin Hirsch, parce que le repos doit être préservé pour les personnels, pour des soins de qualité pour les patients Il y a un appel interfédéral le 25 juin. Et à l AP-HP, nous sommes entrés en résistance contre le projet de Martin Hirsch, parce que pour nous, le repos doit être préservé pour les personnels, pour des soins de qualité pour les patients. Après le 9 avril, comment vois-tu la suite par rapport à la politique du gouvernement? Il y a ce qui est dans l appel interfédéral de toutes les confédérations contre le pacte de responsabilité, contre la loi Macron. Mais je pense vraiment qu il faut intensifier la résistance, parce que là, c est une vaste guerre qui est menée contre l hôpital public, mais plus largement contre les services publics. Le gel des salaires des fonctionnaires depuis 2010 se traduit à l hôpital public, notamment pour les catégories C. Les premiers échelons sont chaque mois de juillet, en dessous du Smic. Et le gel des salaires a été annoncé par la ministre de la Fonction publique jusqu en 2017! Alors que des efforts supplémentaires sont demandés aux personnels et que tous les acquis sociaux sont visés! Il faut un sursaut et même une révolte populaire contre cette politique qui amène au pouvoir des politiques extrêmes, on voit monter le Front national, parce que cette politique creuse les inégalités au sein de la population, et que ces mouvances politiques se nourrissent de la colère de la population, des salariés et des privés d emploi. Pour nous, il ne faut pas seulement des manifestations, parce qu aujourd hui, les grèves, on le voit, sont réprimées. Par exemple, le directeur a fait venir les huissiers pour empêcher une assemblée générale de 500 personnels à la Pitié-Salpêtrière. On voit qu il y a des manœuvres pour empêcher le 21. Il faut appeler les citoyens et la population à réagir, et donc le combat ne fait que débuter. Notre journal organise une assemblée-débat le 6 juin. Que penses-tu de cette initiative? Je pense que toutes les forces progressistes et les syndicalistes qui ne sont pas dans une démarche de syndicalisme de renoncement, comme certaines organisations syndicales, ont tout intérêt à avoir ces réflexions partout. Donc tous les débats qui pourront être menés pour organiser le combat ouvrier, le combat des salariés et des privés d emploi, également, sont les bienvenus. Créer un rapport de force pour stopper cette politique libérale Interview d Edmond Andreu, syndicaliste CGT des commerciaux du Tarn Informations ouvrières propose que se tienne une assemblée-débat de militants, le 6 juin prochain. Qu en penses-tu? Pour moi, c est une bonne initiative, et il en faudrait beaucoup comme celle-là. La crise que connaît la démocratie dans notre pays entre les citoyens et le politique n épargne pas la CGT. De plus, la mondialisation capitaliste joue sur l opposition des salariés entre eux. L histoire de la solidarité et de l internationalisme des travailleurs, c est la lutte contre le racisme et toutes les formes d exclusion, de stigmatisation et de rejet de l autre. Je suis sûr que ce genre de débats est très favorable à la compréhension de notre situation et à la bagarre à mener. Qu as-tu pensé de la journée de grève et de manifestation interprofessionnelle du 9 avril? Pas suffisamment suivie, mais nous n avions pas mobilisé depuis début 2012, ce qui a laissé la place belle au gouvernement pour mettre en place toutes ces réformes contre les travailleurs. Malgré cela, plusieurs centaines de milliers de manifestants dans la rue, des dizaines de manifestations en province, ce qui n est pas si mal, et que nous n avions plus vu depuis un moment. Nous devions continuer à nous opposer au projet de loi Macron. Nous devions manifester contre les politiques d austérité. Depuis, il y a eu le 1 er Mai, où la configuration n a pas été la même. Qu as-tu pensé notamment de l appel à manifester avec l UNSA? Je ne vois aucun inconvénient à ce que l UNSA manifeste avec nous ; au contraire, je pense qu il faut qu on soit le plus nombreux possible pour créer le rapport de force entre le monde ouvrier et le capitalisme. Cela veut dire aussi que des syndicats qui étaient toujours dans leur coin estiment aujourd hui qu il faut lutter pour avancer et que «la lutte de classe et de masse» n est pas un vain mot. Et maintenant? Le gouvernement poursuit son offensive dans tous les domaines. Comment vois-tu la suite? La CGT doit œuvrer et prendre en compte toutes les questions revendicatives propres au monde du travail, mais pas seulement, car les retraités sont aussi en souffrance. Il faut résister à la casse sociale généralisée que nous offre aujourd hui ce gouvernement. L ennemi n est pas le salarié étranger ou sans papiers, mais le monde de la finance et la financiarisation de l économie. Aujourd hui, parler de réduction du temps de travail, c est moderne. Le pouvoir d achat fait partie des premières préoccupations des salariés et des retraités. C est tout à fait légitime au regard de la pression du patronat pour ne pas augmenter les salaires, son seul but étant de distribuer toujours plus de dividendes aux actionnaires. Les entreprises du CAC 40 ont réalisé en 2013 plus de 80 milliards d euros de bénéfices et versé près de 40 milliards d euros aux actionnaires. Le coût total des niches fiscales et sociales des entreprises s élève à près de 200 milliards d euros en 2013, c est cinq fois plus que l impôt sur les sociétés. La lutte contre la fraude fiscale permettrait de récupérer, pour les caisses de l Etat, entre 36 et 50 milliards d euros, selon un rapport du Sénat. Cela devient urgent d augmenter les salaires et les retraites, car si la colère gronde chez nos camarades, elle n est pas encore assez forte pour être entendue par nos dirigeants. Mon âge me permet de dire que nous vivons une période dévastatrice pour les droits des travailleurs. Le gouvernement tente de faire croire à l ensemble de l opinion et même aux travailleurs que les revendications que nous portons sont obsolètes, dépassées ; il oppose même les travailleurs en faisant croire que certains seraient privilégiés, alors que toutes les catégories de travailleurs sont en souffrance, du simple ouvrier au cadre. Il nous faut encore convaincre pour inverser et créer un rapport de force. Il nous faut arriver à stopper cette politique libérale. Rien ne s acquiert sans combat, et nous devons encore et encore mobiliser.

5 INFORMATIONS OUVRIÈRES N TRIBUNE N 6 Semaine du 21 au 27 mai Il n y a pas de possibilité de raccrocher les wagons avec la CFDT Contribution de Philippe Bottet, Jean Grimal, respectivement militant CGT des Postes et Télécoms et militant CGT enseignant des Hauts-de-Seine Avec la situation ouverte le 9 avril, nous nous interrogeons tous : comment organiser la mobilisation pour arrêter ce gouvernement? Ce débat traverse toutes les instances. Dans notre commission exécutive départementale CGT, nous avons eu cette discussion. L idée du syndicalisme rassemblé avec la CFDT remonte à la surface. L exercice est difficile, tant il est compliqué de trouver des points communs avec le syndicat le plus intégré au système à l heure actuelle côté, nous avons tous constaté qu il y avait des pourcentages de grévistes importants et des cortèges D un massifs le 9 avril, que des grèves avaient lieu dans le département, chez les territoriaux, à Boulogne, dans les hôpitaux etc. Nous avons été informés des grèves nationales en préparation appelées dans l unité : le 19 mai dans la fonction publique contre la loi de territorialisation et les métropoles, dans l Education nationale contre la réforme du collège, le 21 mai contre la loi Touraine et la casse du temps de travail dans les hôpitaux de l AP-HP. De l autre, dans nos débats, la question de la convergence de ces appels à la grève a été posée, et donc la responsabilité des confédérations ayant pris l initiative d organiser la grève du 9 avril. Or nous avons été confrontés à un problème : les propositions de la commission exécutive confédérale (la direction au niveau national) de la CGT ne répondent pas à l aspiration des militants à un mouvement de grève permettant de bloquer le gouvernement. Dans la discussion, certains camarades ont exprimé le point de vue suivant. Manifestement, la direction confédérale de la CGT, pourtant élue dans le contexte d une volonté massive des militants d avoir une orientation bien plus ferme vis-à-vis de la politique du gouvernement au service du grand capital, estime que la démonstration du 9 avril est suffisante et que nous pouvons revenir à notre train-train habituel. L idée du syndicalisme rassemblé avec la CFDT remonte à la surface. L exercice est difficile, tant il est compliqué de trouver des points communs avec le syndicat le plus intégré au système à l heure actuelle, mais apparemment pas impossible. Plus grave que cela, la direction de la CGT continue de jouer sa partition, menée depuis une dizaine d années, de détournement du sens de la grève : faire du 9 avril un pic sans suite, c est encore laisser entendre que la grève nationale interprofessionnelle est un vaste mouvement de protestation, de respiration, pas un outil pour gagner sur des revendications. La première étape a été celle des grèves «saute-moutons» de 2009 théorisées par Bernard Thibault comme le fin du fin de l efficacité de la lutte ; aujourd hui, il n y a plus qu un mouton à sauter. Dans un moment d attaques sans précédent contre tous les acquis des travailleurs, face à un gouvernement qui mène l une des politiques les plus réactionnaires que l on ait connues depuis 1945, il n est pas possible que la direction confédérale de la CGT s en tienne là. Les nombreuses grèves locales, d entreprise, de branche, de secteur n appellent qu à une chose, leur coordination à l échelle du pays. Le rôle de la direction de la CGT aujourd hui, ce doit être simplement d envisager quand il sera le plus opportun d appeler tous les salariés à cesser le travail jusqu à la mise à la poubelle de la loi Macron, du pacte de responsabilité, des rêves de moins en moins secrets du patronat concernant les retraites (Agirc et Arrco). Ce n est pas le chemin choisi par Philippe Martinez et son équipe, et c est pour le moins inquiétant. Au terme de ces échanges, nous avons résumé nos réflexions par écrit dans une lettre que nous avons communiquée à la commission exécutive confédérale avant sa réunion du 19 mai. Voici un extrait de cette lettre : «Au moment où l affrontement avec le gouvernement dans la grève interprofessionnelle est à l ordre du jour, la demande d un volet spécifique sur les salaires lors d une conférence sociale ne nous semble pas pertinente. Cette forme de dialogue social en fait, tentative d association des syndicats par le gouvernement a été discréditée par l expérience.» Cette question est très sérieuse. Et pourquoi cette revendication uniquement sur les salaires (1)? Pourquoi le retrait de la loi Macron, du pacte de responsabilité, de la loi Touraine et des autres mesures du gouvernement n est-il plus mentionné? Pour pouvoir à nouveau se rapprocher de la CFDT, comme le préconise une intervention P de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT? A ce propos, l adresse de l union départementale CGT indique : «Un fossé s est creusé avec la CFDT qui accompagne l ensemble de la politique réactionnaire du gouvernement. Il n y a pas de possibilité de raccrocher les wagons avec elle, au niveau confédéral, tel que cela semble être suggéré lors de la commission exécutive confédérale du 28 avril.» Enfin, l adresse aborde la question des perspectives proposées par la direction de la CGT : «A la lecture des documents confédéraux, nous ne comprenons pas que le calendrier soit déjà bouclé. Un meeting en septembre, sous l égide de la CES (Confédération européenne des syndicats NDLR) ne constitue pas une réponse aux enjeux de la situation et aux perspectives ouvertes par la journée du 9 avril.» Nous versons ces éléments à la réflexion des militants, en particulier ceux qui se retrouveront à l assembléedébat du samedi 6 juin. (1) Etrange, cette revendication visant à ce que le gouvernement encadre les salaires. Qu il augmente les minima sociaux et le point d indice dans la fonction publique ; pour le reste : respect de la libre négociation. Pour l organisation du débat, nous vous proposons de vous inscrire, de nous faire connaître vos propositions, et de préciser si vous souhaitez prendre la parole Bulletin d inscription à l assemblée du 6 juin 2015 Nom, prénom :... Département :... Branche professionnelle :... Responsabilité (facultatif) :... Adresse (postale ou mail) :... Je m inscris à l assemblée du 6 juin Je souhaite y prendre la parole Je souhaite que la question suivante soit abordée dans l assemblée : Bulletin à renvoyer à Informations ouvrières, 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, Paris à Pourquoi aller à Guéret le 13 juin? Contribution de François Jacob Une ribambelle d organisations mêlant indistinctement la confédération CGT (avec plusieurs de ses fédérations et syndicats), la FSU, Solidaires et des coordinations et collectifs de tous genres (telle, par exemple, la «Convergence des hôpitaux en lutte contre l hôstérité»), appelle à une manifestation nationale le 13 juin à Guéret «pour la reconquête et le développement des services publics». Cet appel pose plusieurs questions. Pourquoi aller en manifestation nationale à Guéret? Le siège du pouvoir s y serait-il déplacé et ne serait-il plus à Paris? Et dans quel but, cette manifestation? L appel se conclut ainsi : «Aujourd hui, nous, citoyen-ne-s, élu-e-s, salarié-e-s, usagers-ères, organisations syndicales, associatives et politiques, collectifs et coordinations, appelons à organiser la reconquête des politiques publiques, des services publics et de la Sécurité sociale, à renforcer la résistance sociale dans les différents territoires et à la faire converger.» «Reconquérir»? Oui, mais il n y aurait plus rien à défendre? En tous cas, dans l appel, on ne trouve nulle trace des différentes mesures prises par le gouvernement Hollande-Valls : pas un mot sur le pacte de responsabilité, sur la loi Touraine, sur la fusion des régions et la réforme territoriale, sur les maisons de services au public que le gouvernement voudrait développer sur les décombres des bureaux de poste existants et des autres services publics ; pas un mot non plus sur l offensive de remise en cause du statut national et des statuts particuliers des fonctionnaires. Le mot d ordre commun aux fédérations syndicales CGT et FO de la santé de «retrait de la loi Touraine»? Absent! Le mot d ordre au centre du 9 avril de «retrait du pacte de responsabilité»? Absent! Alors, quel est l objectif? L appel propose «le lancement d assises nationales et d un nouveau manifeste des services publics du XXI e siècle». Du XXI e siècle? Il ne faudrait plus défendre les services publics du XX e siècle qui ont constitué autant d acquis fondamentaux et qui, même attaqués par les contreréformes successives, sont encore là? Décidément cet appel à manifester à Guéret pose beaucoup de problèmes La loi santé est une régression sociale Interview de Sylvie, syndicaliste CGT au CHU de Montpellier Ta fédération CGT santé s est prononcée, dans l appel issu de son congrès, pour le retrait du pacte de responsabilité, de la loi Macron et l abandon de la loi santé (laquelle vient de passer à l Assemblée nationale). Quel danger contient cette loi qui vient d être votée par une majorité de «gauche»? C est toute l offre de soins au niveau national qui va être revue, et aussi l accès au service public. C est une régression sociale portant atteinte aux intérêts des salariés et un recul aussi pour les usagers. Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) vont conduire à des fusions d établissements, des transferts d activité, des soins mais aussi de matériel (plateaux techniques imagerie, biologie ), et, pour le personnel, à la constitution d équipes de personnels médicaux et non médicaux communes et des pôles inter-établissements. Le gouvernement veut nous faire croire qu il agit pour les soins de proximité, mais la bureaucratie organisée au niveau des ARS (agences régionales de santé NDLR) et les pouvoirs plus importants qui lui sont octroyés ne sont là que pour réaliser encore plus d économies. De plus, dans cette loi, on est loin de trouver les réponses aux besoins de la population (prévention, médecine scolaire, médecine du travail, vieillissement ). Tu étais à Paris, dans la rue, le 9 avril. Quel est ton sentiment après cette grève interprofessionnelle? Comment pensestu que nous pourrions poursuivre dans cette voie? Cette journée a été une réussite : plus de manifestants. Mais elle n a pas fait la «une» des journaux! Cela démontre que les salariés ont confiance en leurs organisations syndicales et que celles-ci sont capables de mobiliser. C est aussi un avertissement lancé au gouvernement, même si celui-ci l ignore, tout comme il ne tient pas compte du résultat des élections. Il ne modifie en rien sa ligne de conduite et continue sa politique d austérité en faisant passer ses projets de loi, au mépris de la démocratie, en utilisant le 49-3 ou en prévoyant de légiférer par ordonnances. Il faut continuer à informer sur les conséquences de toutes ces lois par tous les moyens de communication dont nous disposons, et faire comprendre qu une autre politique est possible. Tu es militante syndicaliste. Informations ouvrières propose à tous les militants ouvriers, d origines diverses, qui se posent la question de comment dénouer la situation, d ouvrir une discussion dans une assemblée-débat nationale afin de discuter des perspectives pour aider à gagner contre le gouvernement. Pourrais-tu y apporter une contribution? Je trouve cette idée judicieuse. Je suis d accord avec cette initiative, même si, pour ma part, je ne peux m y rendre. Le fait est qu il n y a qu à travers la discussion, le débat et les échanges que l on peut avancer. Déroulement De l assemblée-débat : si vous souhaitez y prendre la parole, il est indispensable de l indiquer par avance en remplissant le formulaire ci-contre et en l envoyant la rédaction d Informations ouvrières.

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014 JOURNAL DES EMPLOYES ET CADRES Bulletin périodique d'information de la Fédération des Employés et Cadres : 28 rue des Petits Hôtels 75010 Paris - : www.fecfo.fr : 01.48.01.91.90 - : 01.48.01.91.92 secretariat@fecfo.fr

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

PEGC Académie de Rennes

PEGC Académie de Rennes Septembre 2014 SNUipp-FSU CONTACTS Sections départementales SNUipp Côtes d'armor snu22@snuipp.fr Tél : 02 96 61 88 24 Finistère snu29@snuipp.fr Tél : 02 98 53 76 77 Ille et Vilaine snu35@snuipp.fr Tél

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante.

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Cher-e-s camarades, cher-e-s ami-e-s, chers invités, Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Une CGT

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

FÊTE DE L HUMANITE 12-13 - 14 SEPTEMBRE

FÊTE DE L HUMANITE 12-13 - 14 SEPTEMBRE COORDINATION NATIONALE des COMITÉS de DÉFENSE Des HÔPITAUX et MATERNITÉS de proximité INFOS SPECIAL Semaine 36 4 Septembre 2014 FÊTE DE L HUMANITE et son programme des débats sur la Santé 23 SEPTEMBRE

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Je m adresse à vous comme socialiste, comme parlementaire et comme Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

Je m adresse à vous comme socialiste, comme parlementaire et comme Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Audition Commission sur la réforme territoriale Intervention de M. Claude Bartolone Jeudi 15 janvier 2009 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres de la Commission, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

Baromètre de confiance dans l exécutif. Vague 21 Février 2014

Baromètre de confiance dans l exécutif. Vague 21 Février 2014 Baromètre de confiance dans l exécutif Vague 21 Février 2014 Sommaire Méthodologie de l enquête P.3 1. La confiance envers le couple exécutif P.4 2. Les raisons de la confiance ou du manque de confiance

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Martin Hirsch retire son plan! Abonnements d été, J-10, lire page 16. TRIBUNE. de discussion

Martin Hirsch retire son plan! Abonnements d été, J-10, lire page 16. TRIBUNE. de discussion INFORMATIONS OUVRIÈRES nouvelle série N 0356 (2750) semaine du 18 au 24 juin 2015 1,5 euro (soutien 2 euros) ISSN 0813 9500 L émancipation des travailleurs sera l œuvre des travailleurs eux-mêmes INFORMATIONS

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Associations, Syndicats, Ordre Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Trois systèmes complémentaires aux fonctions et missions bien définies : Associatif regroupement de personnes

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

UNSA RETRAITÉS INFOS. Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA. Sommaire. N 21 - Juin 2012

UNSA RETRAITÉS INFOS. Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA. Sommaire. N 21 - Juin 2012 UNSA RETRAITÉS INFOS Retraités Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA N 21 - Juin 2012 Sommaire Pour une réforme urgente de la perte d autonomie Les membres du CNRPA ont rencontré la Ministre

Plus en détail

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 FO a été reçu à sa demande par le doyen de l inspection générale Vie scolaire, monsieur Bisson-Vaivre et monsieur Goyheneix, Inspecteur général, le 6 juillet

Plus en détail

Assemblée générale C.F.D.T. Unis, nombreux et combatifs!

Assemblée générale C.F.D.T. Unis, nombreux et combatifs! n spécial décembre 2011 Éditorial Un virage salutaire pour 2012? La CFDT Pôle emploi Midi-Pyrénées a tenu son Assemblée Annuelle des Adhérents (un triple A!) vendredi 16 décembre 2011. Une Assemblée fournie,

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous.

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous. 1 9 S E P T E M B R E 2 0 1 3 CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE En France 10 millions de personnes ne peuvent pas se soigner. www.unemutuel lepourtous.com Débattonsen! Affiche40x60.indd 1 10/09/13

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU NOTE n 7 - Fondation Jean- / 2014 année - 28 février 2014 - page 1 Benoît Kermoal* * Doctorant à l EHESS, enseignant en histoire au lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie Dans l Humanité du 7 mars 1914,

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

Débat sur la loi de Santé

Débat sur la loi de Santé Débat sur la loi de Santé TPG Le principe de ce TPG est que le patient n aura plus à avancer les frais pour la consultation. Actuellement, pour une consultation chez le généraliste de 23 : 15,10 e remboursés

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales L ÉCHO Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales édito SAVOIR DIRE NON AU RECUL SOCIAL! EDITO : Savoir dire non au recul social! P. 1 OFFICINES : Compte rendu de la paritaire mixte du 2 juillet

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Compte-rendu Réunion de constitution du collectif retraites de Rennes 6 mai 2010

Compte-rendu Réunion de constitution du collectif retraites de Rennes 6 mai 2010 Objectif de la réunion : constitution d un collectif retraites sur Présents : - Olivier Tétard, Isabelle Lambert, Marylou Perrin, Rozenn Perrot, Mathias Poirier, Florence Piechocki, Inès Rahal ATTAC ;

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL 2007 Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Vu le code du travail, et notamment son article L.211-1; Vu le code de l éducation, et notamment ses articles

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

fpi [Édito] [sommaire] [SOMMAIRE] Fonctions Publiques Informations Union des fédérations des fonctions publiques et assimilés P. 1

fpi [Édito] [sommaire] [SOMMAIRE] Fonctions Publiques Informations Union des fédérations des fonctions publiques et assimilés P. 1 Fonctions Publiques Informations Union des fédérations des fonctions publiques et assimilés N 3 du 19 février 2010 fpi [Édito] Au sommet social du 15 février dernier, François Chérèque a interpellé le

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h

REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h contact : versailles@sgen.cfdt.fr REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h Ordre du jour : 1. Préparation de rentrée ; 2. Emplois d

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT?

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT? Introduction : Le 17 décembre 2002, la Commission européenne a adopté un «rapport d'évaluation des stratégies nationales en matière de pensions adéquates et viables» (1). Ce rapport indique que «Le rythme

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Principales autorisations d absence Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Les autorisations d'absence de droit Travaux d'une assemblée

Plus en détail

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr C est la rentrée! n 4 Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr 1- Le Mag Santé-Social - 4ème trimestre 2014 L édito Lors du QUE VIVE LE DIALOGUE SOCIAL Dans son discours à l Assemblée

Plus en détail

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales http://www.unsa.org/_ Bagnolet, le 29 mai 2013 Aux secrétaires généraux des unions régionales Aux secrétaires généraux des unions départementales Aux secrétaires généraux des organisations syndicales adhérentes

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Une circulaire "Technique" sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers

Une circulaire Technique sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers Paris, le10/11/2009 46, avenue d Ivry 75647 PARIS cedex 13 01 40 63 27 31 Fax: 01 40 63 29 09 Secrétariat : Claudine CAUQUIS : 01 40 63 27 10 tresor.enretraite@snes.edu Aux secrétaires et Trésoriers de

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites Paris, le 18 mai 2009 Aux Secrétaires généraux : des Unions départementales des Fédérations Pour information : Aux administrateurs : Retraite et Prévoyance CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres : - du Comité

Plus en détail

Séance du mardi 17 juin 2014

Séance du mardi 17 juin 2014 Séance du mardi 17 juin 2014 Interventions de Jean-Claude Blanchard, conseiller communautaire à la CARENE Seul le prononcé fait foi. Délibération 15 Finances - Fonds national de péréquation des ressources

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Quand le travail prend la tête

Quand le travail prend la tête N 516 - Semaine du 24 novembre 2014 BILLET DE LA SEMAINE Quand le travail prend la tête Deux études rendues publiques la semaine dernière viennent renforcer nos exigences syndicales d'une véritable transformation

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Ouverture...15. Michel DREYFUS Présyndicalisme... 19

TABLE DES MATIÈRES. Ouverture...15. Michel DREYFUS Présyndicalisme... 19 TABLE DES MATIÈRES Ouverture...15 Première Partie Présyndicalisme Michel DREYFUS Présyndicalisme... 19 Arnaud-Dominique HOUTE «Tous pour un, un pour tous!» : les comités de retraités de gendarmerie à la

Plus en détail

LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B. Mode d emploi Questions/réponses

LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B. Mode d emploi Questions/réponses LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B Mode d emploi Questions/réponses 01 Dans quel cadre le nouvel espace statutaire de la réforme de la catégorie B a-t-il été créé? Cette réforme traduit l engagement

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Les autorisations d'absence

Les autorisations d'absence Les autorisations d'absence 1/18/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» Pôle "Valorisation de l'information juridique" 05 59 84 59 44 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr LES AUTORISATIONS

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

«Après le vote de la Loi de financement de

«Après le vote de la Loi de financement de À la veille du grand débat sur la protection sociale, annoncé par le premier ministre, beaucoup d interrogations demeurent. Dans une société de plus en plus individualiste, maintenir un système de protection

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

A la loupe. La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE

A la loupe. La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE A la loupe La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE Quand la réponse au désengagement croissant de la sécurité sociale de la prise en charge des frais de santé oriente

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Commission Nationale de la Négociation Collective. 18 décembre 2014. Intervention de la CGT

Commission Nationale de la Négociation Collective. 18 décembre 2014. Intervention de la CGT Commission Nationale de la Négociation Collective 18 décembre 2014 Intervention de la CGT Monsieur le Ministre Vous annoncez une hausse de 0,8 % du SMIC, soit l application stricte des règles automatiques

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Le livret du délégué 2011/2012 LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Mail : www.lycee-jeanmoulin.fr 1 Vous avez été élu(e) par vos

Plus en détail

loi macron spécial Calendrier de la loi «Macron» 21 juillet 2015 - N 34 Introduction

loi macron spécial Calendrier de la loi «Macron» 21 juillet 2015 - N 34 Introduction 21 juillet 2015 - N 34 spécial loi macron Introduction L Assemblée nationale a adopté définitivement le projet de loi Macron le 10 juillet, après un nouveau recours du gouvernement à l article 49-3. Le

Plus en détail

MOBILISATION DU NOTARIAT CONTRE LA REFORME DES PROFESSIONS REGLEMENTEES

MOBILISATION DU NOTARIAT CONTRE LA REFORME DES PROFESSIONS REGLEMENTEES 1 MOBILISATION DU NOTARIAT CONTRE LA REFORME DES PROFESSIONS REGLEMENTEES CONFERENCE DE PRESSE CHAMBRE DES NOTAIRES DE L'ISERE 15 Septembre 2014 Intervention de David AMBROSIANO, président de la Chambre

Plus en détail

Compte rendu. Délégation pour l Union européenne. Mercredi 25 juin 2008 16 h 15

Compte rendu. Délégation pour l Union européenne. Mercredi 25 juin 2008 16 h 15 Compte rendu Mercredi 25 juin 2008 16 h 15 Délégation pour l Union européenne Compte rendu n 54 Rencontre des Délégations pour l'union européenne de l'assemblée nationale et du Sénat avec la Conférence

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON?

MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON? & L ÉCONOMIE SOCiALE Hors série mars 2010 MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON? La protection sociale complémentaire (PSC) dans la fonction publique est très souvent synonyme de «mutuelle».

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs ------------------------------------------ Page 1 Source : Liaisons Sociales Quotidien 12 février 2015 Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours,

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail