Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier juin 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011"

Transcription

1 Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier juin 2011 Dr Rafenoharisoa Marie Brigitte Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique Stagiaire FETP - OI

2 Introduction Dans le monde : 2,2 millions décès/an liés à la sécurité sanitaire des aliments En Afrique : décès /an Définition de toxi-infection alimentaire collective (TIAC): au moins 2 cas similaires d'une symptomatologie en général gastro-intestinale, cause même origine alimentaire (Institut de veille sanitaire, France) A Madagascar : peu d études sur les TIAC 2

3 Objectifs Décrire le système de surveillance des TIAC Décrire les données de TIAC déclarées à l Agence de contrôle de la sécurité sanitaire et de la qualité des denrées alimentaires (ACSQDA) afin d améliorer la surveillance et de guider les interventions en santé publique 3

4 Matériels et méthodes (1) Description du système : définition de cas utilisée liste des variables collectées acteurs flux des informations Analyse des données : nombre d épisodes par mois, distribution géographique, taille des épisodes, létalité fréquence et nature des prélèvements, résultats biologiques, aliments suspectés 4

5 Matériels et méthodes (2) Source des informations sur le système de surveillance : entretiens avec responsable TIAC et examen du protocole adopté par l ACSQDA Source des données pour l analyse : base de données de surveillance Excel de l ACSQDA, janvier 2009 à juin 2011 Analyse des données : Excel, STATA 12 5

6 Résultats Définition d une TIAC (ACSQDA): «au moins deux cas groupés, avec des manifestations similaires dues à une consommation ou ingestion d aliments contaminés par un micro-organisme (bactéries en général) ou une toxine» Variables sur la fiche d alerte : date et lieu de survenue signes cliniques nombre de cas, hospitalisations, décès, taille population source aliment suspecté prélèvements effectués 6

7 Flux des informations du système de surveillance des TIAC. - Secrétariat Général - Direction Générale de la santé Epidémiologie Laboratoire Région District Hôpital et Centre de santé public/privé 7

8 Nombre d'épisodes Episodes de TIAC déclarés par mois, Madagascar, (n=62) Un épisode J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J Mois, années 8

9 Episodes de TIAC, par district, Madagascar,

10 TIAC, Madagascar, Fiche d alerte 75,8% des épisodes (47/62) Cas Total de cas déclarés : 2383 Décès 16 décès Létalité 7 pour 1000 (16/2383) 10

11 Taille des épisodes de TIAC Madagascar, Nb de cas Nb épisodes Pourcentage , , ,5 200 et plus 2 3,2 TOTAL

12 TIAC, Madagascar, Aliments suspectés Nombre de prélèvements : 23 Nombre de prélèvements alimentaires : 17 Nombre de prélèvements alimentaires avec germes ou toxines identifiés : 8 Nombre d épisodes confirmés par analyse microbiologique 14 Mayonnaise aliment suspecté dans 10 épisodes (71,4%) 12

13 Nature des prélèvements et germes ou toxines identifiés Germe /Toxine identifié Nature des prélèvements Alimentaires Humains Total Salmonella Staphylocoque Escherichia coli Alcaloïde Total TIAC à 150 cas et + : Salmonelles (3 TIAC), Staphylocoques (1 TIAC), Escherichia coli (1 TIAC) 13

14 Discussion Première étude descriptive des TIAC à Madagascar Limites de l étude Entretien au niveau central pas d entretien au niveau périphérique Rapports laboratoire et epidémio non comparés Limites du système de surveillance Pas d étude analytique Peu de prélèvements Pas de déclaration dans 85% des districts (sous déclaration ou absence d épisodes de TIAC?) 14

15 Conclusion / recommandations Compléter les analyses descriptives par enquêtes épidémiologiques type cas-témoins ou cohorte identifier le véhicule et la source des TIAC Effectuer des prélèvements (systématiquement?) identifier le germe ou la toxine Etude en cours évaluation du système de surveillance des TIAC utilité, acceptabilité, réactivité, identification des besoins : formation, logistique 15

16 Remerciements Equipe du Réseau SEGA Directeur de la DVSSE Directeur de l ACSQDA Chef de service de la veille sanitaire Responsable des TIAC de l ACSQDA Personnel de la DVSSE 16

17 Merci de votre aimable attention 17

Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques

Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques 1 Introduction Les réseaux transfrontaliers de veille sanitaire pourraient contribuer

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Cas groupés d hépatite A. en août et octobre 2012

Cas groupés d hépatite A. en août et octobre 2012 Cas groupés d hépatite A d origine alimentaire en Sarthe en août et octobre 2012 Dr Élisabeth Nuiaouët (Cvags - ARS des Pays de la Loire) Dr Ronan Ollivier (InVS - Cire des Pays de la Loire) Journée régionale

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Saison hivernale 2013-14 Journée régionale des Correspondants en Hygiène des Etablissements

Plus en détail

CONTRAT D ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRE

CONTRAT D ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRE CONTRAT D ALIMENTAIRE ref SSA / PC ENTRE RUE ANTANIFOTSY ZA RAVINE A MARQUET 97419 LA POSSESSION ET (ADRESSE) Page 2 sur 8 CADRE REGLEMENTAIRE L Article 4 («exigences générales et spécifiques d'hygiène»)

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES

TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES 17/09/09 Mlle Daumas Infectieux I. Définition II. Épidémiologie A. 26 maladies à déclaration obligatoire B. Lieu de survenue : III. Principaux agents des

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

REUNION ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS

REUNION ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS REUNION ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS Présentation du guide de bonnes pratiques d hygiène ( GBPH) de la restauration collective de plein air des accueils collectifs de mineurs. GBPH: Ce que c est? Un document

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé ISPED 31 mars 2015 Présentation de l ARS Aquitaine Le siège :

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE

CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE Section des Eaux RECOMMANDATIONS SUR LA METHODOLOGIE D'INVESTIGATION EN CAS DE CONTAMINATION OU DE SUSPICION DE CONTAMINATION MICROBIENNE DES EAUX DESTINEES

Plus en détail

Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés

Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés Retour d expériences sur des incidents de fuite de canalisation dans des services de médecine nucléaire (irathérapie) Céline GUERVILLE,

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo COMMENT REDIGER UN PROJET DE RECHERCHE POUR UNE THESE DE MEDECINE OU UN MEMOIRE EN SCIENCES DE LA SANTE? Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS,

Plus en détail

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire?

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire? 8 e rencontre régionale destinée aux représentants des usagers des établissements de santé et aux associations d usagers de Picardie Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient

Plus en détail

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations

Plus en détail

Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques

Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques Séminaire Technique de Préparation des Consultants pour les Programmes VIH, TB et Paludisme Dakar 6-9 Mars 2006 Aoua Diarra Objectifs et

Plus en détail

L informatique outil de la pluridisciplinarité. Notre expérience au Centre des Baumes

L informatique outil de la pluridisciplinarité. Notre expérience au Centre des Baumes L informatique outil de la pluridisciplinarité Notre expérience au Centre des Baumes Historique et démarche 1991 installation d ordinateurs et mise en réseaux, création d une base de données permettant

Plus en détail

Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville

Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville TITRE Centre Ressource en Antibiologie Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville Dr Sonia Thibaut Mercredi 19 Novembre 2014 1 2 Création TITRE d un réseau de LBM en ville MedQual, centre reconnu

Plus en détail

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law»

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» Traçabilité Responsabilités R/CE 852/2004 relatif à l'hygiène des denrées alimentaires

Plus en détail

Gestion des risques dans un SIG: Exemple Lausannois

Gestion des risques dans un SIG: Exemple Lausannois Gestion des risques dans un SIG: Exemple Lausannois Journée technique des distributeurs romands 26 janvier 2011 Linda Viguet Responsable des sources 1 Introduction de la L eau potable doit répondre à des

Plus en détail

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections alimentaires Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principaux risques liés à la consommation d'eau ou

Plus en détail

ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST

ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST C. Leprince, B. Lejeune, R. Baron, MF. Le Floch Service de Santé Publique, Hygiène Hospitalière et Évaluation

Plus en détail

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole Termes de Reference Recrutement d un bureau d étude ou une institution pour l Enquête de Couverture Vaccinale (ECV) post campagne Rougeole en Mauritanie 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Lors de l assemblée

Plus en détail

Médecin Référent - NGOURI - TCHAD

Médecin Référent - NGOURI - TCHAD Médecin Référent - NGOURI - TCHAD L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif de produire

Plus en détail

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine Travail en partenariat : illustration avec le Réseau de Cancérologie d Aquitaine Atelier CCECQA 23 septembre 2014 Dr V. Bousser Réseau de Cancérologie d Aquitaine (RCA) 70 membres (établissements de santé,

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

L hygiène alimentaire en EPHAD

L hygiène alimentaire en EPHAD L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 Introduction (1/2) Le repas est un moment «fort»de la journée des personnes

Plus en détail

Expérience d'utilisation du système pour la gestion des BMR Au Centre Hospitalier Avranches - Granville

Expérience d'utilisation du système pour la gestion des BMR Au Centre Hospitalier Avranches - Granville Expérience d'utilisation du système pour la gestion des BMR Au Centre Hospitalier Avranches - Granville 19/05/2011 1 Centre Hospitalier Avranches - Granville 746 lits, 222 000 JH en 2010 Activité de MCO,

Plus en détail

Laboratoire départemental d analyses du Cher

Laboratoire départemental d analyses du Cher Catalogue des formations 2016 Microbiologie alimentaire santé animale AUDIT, conseil et formation en sécurité alimentaire Laboratoire 216 rue Louis Mallet 18020 Bourges Cedex Tél. 02 48 21 15 31 fax 02

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

Réseaux périnatals et optimisation du parcours santé en périnatalité en Ile de France

Réseaux périnatals et optimisation du parcours santé en périnatalité en Ile de France Réseaux périnatals et optimisation du parcours santé en périnatalité en Ile de France Dr C. Crenn Hebert CHU L. Mourier, Hauts de Seine, AP-HP et PERINAT-ARS-IDF P. Laforgue stagiaire ENSAE, PERINAT-ARS-IDF

Plus en détail

Uniformisons communication

Uniformisons communication IMPACT DE LA CERTIFICATION V2014 SUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE: Expérience du CHI de Créteil Uniformisons notre (A. DASSY communication - Pharmacien praticien hospitalier) Journée hiver Synprefh 20 janvier

Plus en détail

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD c1 Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD Capacité de Gériatrie Dr Corinne HAGLON DUCHEMIN 17 Février 2014 Diapositive 1 c1 clientleger; 12/02/2014 Décrets et Fonction du médecin coordonnateur

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS. Mai 2015. Proximité, Réactivité, Expertise : Nos compétences pour répondre à vos besoins. www.savoie-labo.

CATALOGUE DES PRESTATIONS. Mai 2015. Proximité, Réactivité, Expertise : Nos compétences pour répondre à vos besoins. www.savoie-labo. CATALOGUE DES PRESTATIONS Mai 2015 SAVOIE LABO est une filiale du 23 allée du lac d Aiguebelette Savoie Technolac BP 251 73374 Le Bourget du Lac cedex LE LABORATOIRE Laboratoire de contrôle spécialisé

Plus en détail

Tableau de bord d indicateurs qualité dans une unité de stérilisation: outil de management Expérience de l hôpital Ambroise PARE Assistance publique-

Tableau de bord d indicateurs qualité dans une unité de stérilisation: outil de management Expérience de l hôpital Ambroise PARE Assistance publique- Tableau de bord d indicateurs qualité dans une unité de stérilisation: outil de management Expérience de l hôpital Ambroise PARE Assistance publique- Hôpitaux de Paris 1 Plan de présentation 1- Circuit

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Etude sur les fonctions logistiques des structures et programmes de santé dans cinq régions d Afrique de l Ouest et de Madagascar

Etude sur les fonctions logistiques des structures et programmes de santé dans cinq régions d Afrique de l Ouest et de Madagascar Etude sur les fonctions logistiques des structures et programmes de santé dans cinq régions d Afrique de l Ouest et de Madagascar Résumé L'article de ce mois présente le résumé des résultats issus de l'étude

Plus en détail

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID Etude rétrospective des complications infectieuses, thrombotiques et mécaniques associées aux cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC) en onco-hématologie Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Plus en détail

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection 2013 Céline Mercier: celine-eau.mercier@veolia.com JF Renard: jean-francois.renard@lyonnaise-des-eaux.fr PE Fratczak: pierre-elie.fratczak@veolia.com

Plus en détail

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste 38 ème journées régionales Hygiène hospitalière et prévention des IAS 24-25 mars 2016 Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste Un Ehpad en Ile-de-France

Plus en détail

Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun

Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun Dr ESSOME Henri Gynécologue-Obstétricien Hôpital Laquintinie - Douala Training Course in Reproductive Health Research WHO 2008 Société coopérative

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

Surveillance sentinelle des syndromes grippaux, basée sur une notification par «SMS», Madagascar :2008-2010

Surveillance sentinelle des syndromes grippaux, basée sur une notification par «SMS», Madagascar :2008-2010 Surveillance sentinelle des syndromes grippaux, basée sur une notification par «SMS», Madagascar :2008-2010 Soatiana Rajatonirina, BullOMS 2011 (soumission) L. Randrianasolo, A. Orelle, N.H. Razanajatovo,

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

Strasbourg. L application du Paquet Hygiène dans la Restauration Collective

Strasbourg. L application du Paquet Hygiène dans la Restauration Collective L application du Paquet Hygiène dans la Restauration Collective PLAN REGLEMENTATION : Le règlement 178/2002 : traçabilité et retrait Le règlement 852/2004 : la base Le règlement 853/2004 : spécifique aux

Plus en détail

L eau potable dans le Monde

L eau potable dans le Monde Forum Hygiène, CHUV, 13 avril 2005 Qualité des eaux de boisson et exigences légales Dr sc tech. E. Raetz, inspecteur des eaux Laboratoire cantonal VD 1. Introduction - Importance de l eau 2. Qualité des

Plus en détail

Prise en charge des épanchements pleuraux malins par les infirmières de milieux hospitalier et communautaire: une stratégie gagnante

Prise en charge des épanchements pleuraux malins par les infirmières de milieux hospitalier et communautaire: une stratégie gagnante Prise en charge des épanchements pleuraux malins par les infirmières de milieux hospitalier et communautaire: une stratégie gagnante Ginette Provost Isabelle Perreault Christiane Gravel 12 e colloque de

Plus en détail

Consultation et publication des méthodes d analyse. Séminaire de la Référence

Consultation et publication des méthodes d analyse. Séminaire de la Référence Consultation et publication des méthodes d analyse Séminaire de la Référence 9 novembre 2015 1/14 Contexte Démarche de consultation sur les projets de méthodes destinées à être officielles engagée depuis

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION LA GESTION ET LA DÉSINFECTION D UN BASSIN INTÉRIEUR, L AFFAIRE DE TOUT LE MONDE! Par Pierre-André Côté, D. Sc., chimiste 9èmes Journées annuelles de santé publique 15 novembre 2005 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Renforcement du réseau de surveillance sentinelle de la grippe au Sénégal. ---

Renforcement du réseau de surveillance sentinelle de la grippe au Sénégal. --- Renforcement du réseau de surveillance sentinelle de la grippe au Sénégal. --- Diamilatou Thiam, Mbayame Niang, Ndongo Dia, Fatoumata Diene Sarr, Déborah Goudiab, Marie Louise Senghor, Davy Kiori, Tening

Plus en détail

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et des Pêches Maritimes Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires Dr.

Plus en détail

Structure et recommandations

Structure et recommandations Structure et recommandations Yv Bonnier Viger Direction de santé publique de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine Journées annuelles de santé publique 2002 La prévention et le clinicien Québec, 19 novembre

Plus en détail

L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP. 2 avril 2012

L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP. 2 avril 2012 L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP 2 avril 2012 Les outils du Code de la Santé Publique Le CSP prévoit que le producteur d eau doit

Plus en détail

Re-remplissage des flacons de solution alcoolique pour la désinfection des mains...... la «solution» à adopter!

Re-remplissage des flacons de solution alcoolique pour la désinfection des mains...... la «solution» à adopter! Re-remplissage des flacons de solution alcoolique pour la désinfection des mains...... la «solution» à adopter! Réutilisation du flacon Qualité? Capacité à satisfaire à des besoins définis, selon des connaissances

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

NIGER - ZINDER - Logisticien Projet H/F

NIGER - ZINDER - Logisticien Projet H/F NIGER - ZINDER - Logisticien Projet H/F L association ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif de

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/01.834 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE L'EDUCATION Stratégie régionale d'adaptation des structures d'accueil et de travail Programme

Plus en détail

Contamination d un réseau d eau potable par de l éthylène glycol dans un immeuble, Rennes, janvier 2011 2 mars 2012

Contamination d un réseau d eau potable par de l éthylène glycol dans un immeuble, Rennes, janvier 2011 2 mars 2012 Contamination d un réseau d eau potable par de l éthylène glycol dans un immeuble, Rennes, janvier 2011 2 mars 2012 Maxime Esvan Yvonnick Guillois-Bécel Rémi Demillac Contexte 12 janvier 2011 vers 16h00

Plus en détail

EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS

EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA PRÉPARATION ET DE LA RECONSTITUTION DE MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS Maîtrise Universitaire en Pharmacie Travail Personnel de Recherche Présenté à

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

Problématiques réglementaires et régulatoires relatives au stockage de l énergie

Problématiques réglementaires et régulatoires relatives au stockage de l énergie Problématiques réglementaires et régulatoires relatives au stockage de l énergie Grégory JARRY Chargé de mission Smart grids Commission de régulation de l énergie Journée technologique "Stockage de l énergie

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

GUINEE CONAKRY Responsable Logistique Site H/F - Projet PREVAC

GUINEE CONAKRY Responsable Logistique Site H/F - Projet PREVAC GUINEE CONAKRY Responsable Logistique Site H/F - Projet PREVAC L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA

Plus en détail

Les épidémies en EHPAD

Les épidémies en EHPAD Les épidémies en EHPAD Pourquoi signaler? Quand? Comment? Journée de formation et d'information en hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 29 1 Quand parle-t-on d'épidémie? Une épidémie

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 Programme d actions 2013 - Poursuivre la démarche qualité : amélioration continue de la qualité et de la - sécurité des soins - Prévention, gestion des risques associés

Plus en détail

Quelle formation diplômante pour promouvoir et valoriser la pratique médicale de proximité en milieu rural? L expérience de Santé Sud

Quelle formation diplômante pour promouvoir et valoriser la pratique médicale de proximité en milieu rural? L expérience de Santé Sud Quelle formation diplômante pour promouvoir et valoriser la pratique médicale de proximité en milieu rural? L expérience de Santé Sud D.Desplats, D.Adedemy, I.Yacoubou, J.Agossou, A.Libert, F.Guiochon,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Dr Laure BELOTTI, Praticien contractuel, Laboratoire d'hygiène hospitalière, CHU de STRASBOURG Dr. Arnaud FLORENTIN, Assistant Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

Présentation de l action : PERFORMANCE LOGISTIQUE

Présentation de l action : PERFORMANCE LOGISTIQUE Présentation de l action : PERFORMANCE LOGISTIQUE Présentation L action «Veille & information Agroalimentaire» est portée par l ARIA. (Association Régionale de l Industrie Alimentaire) Objectifs : - Permettre

Plus en détail

Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney. Dijon 2 décembre 2014

Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney. Dijon 2 décembre 2014 Dijon 2 décembre 2014 Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney Anses, Maisons Alfort Laboratoire de Sécurité des Aliments Unité : Salmonella, Listeria et Escherichia coli Nécessité

Plus en détail

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien H.M.DJELLOULI - S. TALEB Laboratoire de Chimie Analytique Appliquée Faculté des Sciences-Université D. LIABES de Sidi Bel- Abbès

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Agrément sanitaire pour les installations de compostage ou méthanisation de biodéchets de gros producteurs. 19 juin 2013

Agrément sanitaire pour les installations de compostage ou méthanisation de biodéchets de gros producteurs. 19 juin 2013 Agrément sanitaire pour les installations de compostage ou méthanisation de biodéchets de gros producteurs 19 juin 2013 Espace logos Plan Rappel principes réglementation SPA Application aux biodéchets

Plus en détail

Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR

Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR Journée UMT Santé des Bovins Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR Contexte (1) 3% des troupeaux regroupés par an (Beguin et al, 2008)

Plus en détail

Suspicion de toxi-infection alimentaire collective (Tiac) lors d un rassemblement de collégiens à un salon à Vienne (Isère), le 22 mars 2003.

Suspicion de toxi-infection alimentaire collective (Tiac) lors d un rassemblement de collégiens à un salon à Vienne (Isère), le 22 mars 2003. Suspicion de toxi-infection alimentaire collective (Tiac) lors d un rassemblement de collégiens à un salon à Vienne (Isère), le 22 mars 2003. Rapport d investigation épidémiologique. Cellule interrégionale

Plus en détail

Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques

Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques Séminaire Technique de Préparation des Consultants pour les Programmes VIH, TB et Paludisme Dakar 6-9 Mars 2006 Aoua Diarra Objectifs et

Plus en détail

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP Quelques rappels de base Analyse des dangers : - Caractéristiques - Méthodologie Conclusion Un exemple : Procédé «Terrine de viande» 2 Quelques

Plus en détail

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Projet d éducation pour la santé auprès des jeunes enfants dans les établissements scolaires BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Contacts : Service Prévention/Education pour la santé CPAM de la

Plus en détail

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER L association ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail

Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand

Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand Doses Définies Journalières (DDJ) ou Defined Daily Doses (DDD) Établi par l OMS :http://www.whocc.no/atcddd/

Plus en détail

Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus

Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus Dr N. Murat-Charrouf EHPAD «Lucien Schroeder»-Rennes Service de gériatrie CHU Rennes Mission 5: «Veille àl

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2012 En 2012, 1 288 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience

Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience OUATTARA N. YOUAN Bi B. Communication sur la Résilience en Action 2 1-Introduction Plan de l exposé 2-Methodologie 3-Resultats

Plus en détail

TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena

TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail

Cotonou, les 18 et 19 décembre 2012. Réalisée et présentée par l Equipe du Projet pilote UN CC:Learn

Cotonou, les 18 et 19 décembre 2012. Réalisée et présentée par l Equipe du Projet pilote UN CC:Learn Présentation sommaire du projet UN CC:LEARN et des objectifs de l atelier de validation du document de stratégie nationale de renforcement des ressources humaines, de l apprentissage et du développement

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail