Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?"

Transcription

1 Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047)

2 Questions sur les BMR Quelles BMR doit-on dépister? Comment ce dépistage doit-il être effectué? Quelles techniques utilisées? Quand et qui doit-on dépister? Pourquoi doit-on dépister? Quel impact peut avoir ce dépistage?

3 Les BMR «traditionnelles» à dépister Choix selon: La fréquence (endémie, épidémie, émergence) Le caractère commensal Les conséquences en termes de morbi-mortalité en cas d infection Le risque potentiel de diffusion de la résistance au sein de la communauté et en milieu hospitalier La nature plasmidique des déterminants génétiques de la résistance Le pouvoir de diffusion épidémique

4 Les BMR «traditionnelles» à dépister Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) Entérobactéries productrices de β-lactamases à spectre étendu (EBLSE) Pseudomonasaeruginosarésistant à la ceftazidime Acinetobacterbaumanniirésistant à imipénème (ABRI) Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC)

5 Quelques chiffres sur les BMR en 2012 SARM*: 33% en % en 2011 EBLSE*: E. coli 1% en % en 2011 (France: 7 ème au 11 ème rang européen) K. pneumoniae4% en % en 2011 (France: 5 ème au 14 ème rang européen) ATTENTION!!! Emergence de CASE PLASMIDIQUE: 7,9% des souches résistantes aux carbapénèmes en LR *Données EARSS 2012 (V. Jarlier)

6 Quelques chiffres sur les BMR en 2012 Pseudomonasaeruginosarésistant à la ceftazidime: 9% en % en 2011 (France: 10 ème au 19 ème rang européen) ABRI: Nombreuses épidémies hospitalières (OXA-23, OXA-58): 21% des souches R aux carbapénèmes et 71% des carbapénémases en LR ERG*: <1% ( ) EPC: OXA KPC-2, NDM-1: 29% des carbapénémases en LR *Données EARSS 2012 (V. Jarlier)

7 Questions sur les BMR Quelles BMR doit-on dépister? Comment ce dépistage doit-il être effectué? Quelles techniques utilisées? Quand et qui doit-on dépister? Pourquoi doit-on dépister? Quel impact peut avoir ce dépistage?

8 Comment prélever? Avant toute toilette ou antisepsie Avec un écouvillon stérile avec milieu de transport Préalablement humidifié avec du sérum physiologique stérile Bon de demande avec la recherche spécifique et le lieu de prélèvement

9 Quels sites prélever? SARM: Nez (±Plaies chroniques: Discutable!!!) EBLSE: Rectum (selles) Pseudomonasaeruginosarésistant à la ceftazidime: Gorge (Aspi endotrachéale) Pharynx + Rectum ABRI: Gorge (Aspi endotrachéale) Pharynx + Rectum Faible sensibilité d un seul site de dépistage (Marchaim et al., J Clin Microbiol, 2007) Association pharynx +rectum: meilleure sensibilité pour dépister les patients avant positivité des plvts cliniques (Ayats et al., J Hosp Infect, 1997 ) ERG: Rectum (selles) EPC: Rectum (selles)

10 Questions sur les BMR Quelles BMR doit-on dépister? Comment ce dépistage doit-il être effectué? Quelles techniques utilisées? Quand et qui doit-on dépister? Pourquoi doit-on dépister? Quel impact peut avoir ce dépistage?

11 Quelles techniques Milieux chromogènes: SARM HCASE/BL SE VRE EPC ABRI o Sensibilité (>80%) et spécificité (>85%) variables en fct des milieux o Long (jusqu à 48h) o Sites de prélèvement variables fct du fournisseur o Confirmation de l identification et/ou du mécanisme de résistance souvent nécessaire o FN lors de faible densité dans les selles o Milieux EPC en cours de développement Vrioni et al., J Clin Microbiol 2012; Malhotra-Kumar et al., J Clin Microbiol 2010; Ledeboer et al., J Clin Microbiol 2007; Réglier-Poupet et al., J Med Microbiol 2008; Moran et al., DiagnMicrobiol Infect Dis 2011

12 Quelles techniques Détection moléculaire avec recherche de gènes codant la/les Multirésistance(s): o o PCR «maison» +/- séquençage Tests commerciaux PCR rapide: SARM VRE Biopuces à ADN: BLSE EPC Directement à partir du prélèvement ou à partir de colonies Cibles: gènes de résistance +/- bactérie Sensibilité et spécificité excellentes (>98%) Très rapide Hombach et al., J Clin Microbiol 2010; Marner et al., DiagnMicrobiol Infect Dis 2011; Cuzon et al., J AntimicrobChemother 2012; Naas et al., J Clin Microbiol 2011

13 Quelles techniques Avantages / Inconvénients Milieux chromogènes: o Facile à réaliser o Délai de rendu 48 à 72h o Qualité du prélèvement+++ o Performance variable selon densité inoculum bactérien de l échantillon, prévalence de BMR recherchée Détection moléculaire: o Technique rapide o Coûts +++ o Intérêt en situation épidémique o Pas de possibilité d étude épidémiologie moléculaire

14 Questions sur les BMR Quelles BMR doit-on dépister? Comment ce dépistage doit-il être effectué? Quelles techniques utilisées? Quand et qui doit-on dépister? Pourquoi doit-on dépister? Quel impact peut avoir ce dépistage?

15 Quand et qui dépister? Situation d épidémie ou d endémo-épidémie o Dépistage systématique de tous les patients o Dépistage de la/des BMR épidémique(s) o Entrée, Hebdomadaire Hors situation d épidémie ou d endo-épidémie o SARM: Dépistage des patients à haut risque d infection (hémodialysés, porteur de KT central longue durée, greffés hépatiques, chirurgie cardiaque) Dépistage en réanimation reflet de la qualité des soins o Autres BMR: Ne pas dépister Surveiller et Prévenir les IAS, Hygiènes, Sept 2010; Recommandations nationales: Prévention de la transmission croisée, Avril 2009; Recommandations EBLSE, HCSP, Fév 2010; Conf. De Consensus «Gestion Pré-opératoire» Mars 2004

16 Quand et qui dépister? Cas particulier des EPC et ERG: Dépistage systématique chez: o Patients rapatriés (sanitaire) d un établissement de santé étranger o Patients hospitalisés dans l année à l étranger et filières de soins spécifiques à risque (greffes, chirurgie complexes) o Patients contacts d un patient porteur d EPC A l entrée pour les EPC Règle des 3 semaines pour les ERG Recommandations nationales: Maîtrise de la diffusion des BMR, Nov 2010; Circulaire EPC, 6 Déc 2010

17 Questions sur les BMR Quelles BMR doit-on dépister? Comment ce dépistage doit-il être effectué? Quelles techniques utilisées? Quand et qui doit-on dépister? Pourquoi doit-on dépister? Quel impact peut avoir ce dépistage?

18 Pourquoi doit-on dépister? SARM Entérob. C3G R P. aeruginosa CAZ R EBLSE + EHCASE + Marqueurs reflétant prioritairement la diffusion des BMR par transmission croisée Marqueurs reflétant plutôt l émergence de BMR par pression de sélection des ATB

19 Pourquoi doit-on dépister? Au niveau individuel: Les infections sont toujours précédées par une colonisation Au niveau collectif: Les patients porteurs de BMR constituent un réservoir au sein d un service Source de dissémination potentielle Coût et surcoût ( durée de séjour, soins, examens complémentaires, consommation d ATB) Plus le taux de BMR est élevé, plus le risque d acquisition d une BMR est important pour les nouveaux patients = Pression de colonisation

20 Pourquoi doit-on dépister? Identifier les réservoirs et mettre en place des précautions complémentaires de type contact Suivre le taux d acquisition de BMR = Indicateur de qualité des soins Importance de connaître les prévalences des BMR au sein d un hôpital et/ou d un service Collaboration avec le laboratoire de bactériologie+++ Le dépistage doit être associé à des mesures de signalisation +++ (aux personnels soignants accueillant la personne porteuse : domicile, autre service, autre hôpital, EHPAD ) de communication et d information

21 Questions sur les BMR Quelles BMR doit-on dépister? Comment ce dépistage doit-il être effectué? Quelles techniques utilisées? Quand et qui doit-on dépister? Pourquoi doit-on dépister? Quel impact peut avoir ce dépistage?

22 Quel impact? Quelques données récentes: o En 2009, CHU de Nîmes, étude du portage digestif de BMR chez des patients hospitalisées (303) pour diarrhées: Prévalence BMR: 31,7% essentiellement E. cloacae et E. coli Prévalence BLSE: 15.8% Prévalence CTX-M: 5.9% Prévalence Carbapénémases (OXA-23, IMP-1, VIM): 5,3% o En 2011, 7 CH (Toulouse, Nîmes, Perpignan, Cahors, Aubagne, Narbonne, Aix), étude du portage digestif de BMR chez des Nourrissons et Nvx Nés hospitalisés (1118) pour diarrhées: Prévalence BMR: 15.2% (66% origine communautaire) Prévalence BLSE: 5.2% Prévalence CTX-M: 4.3% Prévalence Carbapénémases (IMP-1): 0.1% Vidal et al., J AntimicrobChemother 2010; Boutet-Dubois et al., J Clin Microbiol 2012 (soumis)

23 Quel impact? Quelques données récentes: o En 2012, 7 CH (Toulouse, Montpellier, Nîmes, Aix, Alès, Perpignan, Aubagne), étude du portage digestif de BGN producteurs de carbapénémases chez des patients hospitalisés (1145): Prévalence BGN R aux carbapénèmes: 3% Prévalence d'entérobactéries productrices de Carbapénémases: 0,3% Pantel et al., RICAI 2012: Comm. Orale N 61

24 Quel impact? Tenter de retarder l émergence des carbapénémases sur le territoire national en établissant une véritable «ligne de défense aux frontières» Trois Problèmes majeurs: o Prise de conscience par les médecins: prélèvements rarement effectués (ex. EPC) o Coût (ou surcoût) Médical, Paramédical, Laboratoire (difficile à comprendre par les administrations des hôpitaux) o «Search and Destroy»: impossible pour le portage digestif; Privilégier la mise en place des PCC : «Search and isolate»

25 Conclusions Dépister pour dépister: aucun intérêt Politique de dépistage est fonction du contexte épidémiologique local, régional et national: Intérêt lors d épidémies bien définies Sites à privilégier: Nez, rectum, gorge Choix des techniques: Délai de rendu de plus en plus réduit Problème des coûts Besoin de système d information performant +++ (alerte patient porteur de BMR) Maîtrise des BMR: Prévention de la diffusion (Mesures d hygiène) Prévention de l émergence des résistances (Bon usage des ATB) (ex. intérêt des EOI)

26 Remerciements Pr Albert Sotto, CHU Nîmes Dr Alix Pantel, CHU Nîmes Dr Nicole Bouziges, CHU Nîmes Pr Philippe Berthelot, CHU St Etienne Et tous les praticiens de la région LR

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes. Un milieu en évolution. Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses

Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes. Un milieu en évolution. Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes Agent Pascal Astagneau Emergences Milieu Hôte Un milieu en évolution Relation homme-animal

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP Bactéries multi-résistantes émergentes et importation Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP BMR émergente : définition? Bactérie dont le mécanisme de résistance est nouveau et qui possède une

Plus en détail

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Des BMR aux BHR Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Les enjeux Pas de nouvelles molécules antibiotiques Des malades de plus en plus fragiles Des actes de plus en plus invasifs

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire?

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire? 8 e rencontre régionale destinée aux représentants des usagers des établissements de santé et aux associations d usagers de Picardie Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V

Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V Déclaration des liens d intérêts 2010 2013 Vice-président de la Spilf Intervenant au titre d orateur Janssen-Cylag,

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Module encadrement EOHH des établissements de santé 4ème

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D.

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. 1 constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. Limiter la diffusion des «BMR» Indiquer la conduite à tenir

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Historique CTIN, CCLIN - 1992 100 Recommandations pour la surveillance et la prévention des IN (1 ère édition)

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 Hygiène hospitalière QUIZZ Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 QUIZZ 1 Un patient revient 10 mois après une intervention pour une prothèse de genou dans le cadre d une infection

Plus en détail

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE Surveillance des bactériémies : un outil pour améliorer la qualité des prescriptions antibiotiques et pour la lutte contre les infections nosocomiales. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC.

Plus en détail

Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes

Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes Aïcha ZRAIB - IDE Hygiéniste Agenda Introduction Contexte Méthodologie

Plus en détail

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la

Plus en détail

BMR = Bactéries Multi-Résistantes aux antibiotiques BHRe = Bactéries Hautement Résistantes (émergentes) aux antibiotiques

BMR = Bactéries Multi-Résistantes aux antibiotiques BHRe = Bactéries Hautement Résistantes (émergentes) aux antibiotiques Définition BHRe Journée de formation du printemps de perfectionnement des Correspondants en Hygiène Hospitalière 13 avril 2017 Dr Agathe MATTEI V. JOUANADE BMR = Bactéries Multi-Résistantes aux antibiotiques

Plus en détail

Consommation ATB & résistance bactérienne Quelle[s] situation[s] en Franche-Comté?

Consommation ATB & résistance bactérienne Quelle[s] situation[s] en Franche-Comté? Consommation ATB & résistance bactérienne Quelle[s] situation[s] en Franche-Comté? Dr C. Bouvier-Slekovec Dr J. Leroy CLIN Introduction OSCAR : observatoire de la consommation antibiotique & de la résistance

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques. Région Pays de la Loire

MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques. Région Pays de la Loire MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques Région Pays de la Loire Pr Françoise BALLEREAU Ministère de la Santé 28 novembre 2011 Pourquoi la création de MedQual?

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

Service d Hygid Présentation

Service d Hygid Présentation Prévention des Infections Nosocomiales Service d Hygid Hygiène Hospitalière Présentation Rubrique : Prévention et surveillance des Infections Nosocomiales sous l Onglet l : Qualité/Risques Service d Hygiène

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes BHRe

Bactéries Hautement Résistantes BHRe Bactéries Hautement Résistantes BHRe Des recommandations adaptées à des BMR particulières Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès 2005 (avis CTINILS puis fiches techniques) Rapport HCSP 2010

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Gestion d une épidémie à bactérie hautement résistante (BHRe)

Gestion d une épidémie à bactérie hautement résistante (BHRe) Gestion d une épidémie à bactérie hautement résistante (BHRe) Enterococcus faecium résistant aux glycopeptides : expérience de terrain d une alerte épidémique au groupement hospitalier Edouard Herriot,

Plus en détail

4 ème Journée Régionale Arlin Corse 15 mai 2014 Claude Bernet

4 ème Journée Régionale Arlin Corse 15 mai 2014 Claude Bernet Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) et avenir des outils nationaux, internationaux (programme,

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Antibiorésistance : épidémiologie en 2017 et prévention

Antibiorésistance : épidémiologie en 2017 et prévention Diplôme d Université Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau-né : de la physiopathologie à la prise en charge Antibiothérapie et chimiothérapie anti-infectieuse DUACAI Antibiorésistance

Plus en détail

Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes

Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes Quelle problématique? épidémiologie nationale et régionale Emmanuelle MARTIN PH Hygiéniste CHI Elbeuf-Louviers XIIe journée régionale de

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Béta lactamines: Faut il condamner certaines molécules? Faut il en remettre d autres au goût du jour?

Béta lactamines: Faut il condamner certaines molécules? Faut il en remettre d autres au goût du jour? Béta lactamines: Faut il condamner certaines molécules? Faut il en remettre d autres au goût du jour? Bruno Fantin Médecine interne, hôpital Beaujon Université Paris Diderot Problématique Usage croissant

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD. SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014

STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD. SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014 STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014 PLAN DE L INTERVENTION PRÉSENTATION DU CONTEXTE ANALYSE DE L EXISTANT STRATÉGIE

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable

Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable Maladies chroniques et traumatismes Novembre 4 Maladies infectieuses Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable Bilan des

Plus en détail

Nouveaux outils (depuis 1 an) Actualités s en hygiène. Méthodo/Audit Précautions Complémentaires

Nouveaux outils (depuis 1 an) Actualités s en hygiène. Méthodo/Audit Précautions Complémentaires Système d'alerte Procédure PC contact Procédure PC gouttelettes Procédure PC Air Elimination des excreta Vérification des mesures BMR Port d'équipement de protection individuelle 20 situations cliniques

Plus en détail

Gants sous surveillance

Gants sous surveillance Gants sous surveillance Atelier «Rencontre avec l Expert» Monique Bourjault, Béatrice Croze, Christia Gheno XXIII e congrès national Société Française d Hygiène Hospitalière Lille 6 juin 2012 20/06/2012

Plus en détail

La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé

La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé Plan Le 06 novembre 2012 La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé Docteur François TRUEBA 1. Définitions 2. Critère 8g de la certification (Pratiques exigibles prioritaires) 3. L approche

Plus en détail

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS Contexte EHPAD Fiches techniques traitement anti-infectieux Résidents et collectivité Réglementaire renforcé Décret du 17 mai 2006 Art 2 : chaque antenne est chargée d assurer un relais de proximité du

Plus en détail

P. standard, P. complémentaires : quelles différences en réanimation?

P. standard, P. complémentaires : quelles différences en réanimation? P. standard, P. complémentaires : quelles différences en réanimation? Jean-Christophe Lucet Unité d hygiène et de lutte contre l infection nosocomiale Hôpital Bichat-Claude Bernard Faculté Paris VII Denis

Plus en détail

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale Solutions de consultance en radioprotection médicale 1021, Avenue de Toulouse - Espace ARC-EN-CIEL (Hall 3) 34070 MONTPELLIER - www.nova-radioprotection.com courriel : contact@nova-radioprotection.com

Plus en détail

Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe)

Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) Dr E. Poirier, K. Guerre PH responsable ARLIN Lorraine Nancy, le 4 octobre 2013 Point sur la situation en Lorraine Septembre

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES

CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES Journée régionale sur le bon usage des antibiotiques Rennes 19 nov 2014 CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES Contacts : Dr Sandrine BOUSSAT

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

N. Floret DUHH 9 février EPC et prévention de la transmission croisée : les mesures complémentaires d hygiène.

N. Floret DUHH 9 février EPC et prévention de la transmission croisée : les mesures complémentaires d hygiène. N. Floret DUHH 9 février 2012 EPC et prévention de la transmission croisée : les mesures complémentaires d hygiène. Un problème de santé publique... Souches importées de l étranger où la prévalence du

Plus en détail

03/11/2014. Hygiène des mains A. Systématiquement à la sortie de la chambre B. Uniquement si contact avec le patient

03/11/2014. Hygiène des mains A. Systématiquement à la sortie de la chambre B. Uniquement si contact avec le patient Pour faire le point... 7 situations avec précautions complémentaires Vous prenez en charge un patient présentant un ulcère variqueux colonisé par Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM).

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

La qualité du diagnostic des bactériémies

La qualité du diagnostic des bactériémies La qualité du diagnostic des bactériémies Aout 2014 Rappels préalables Le sang est un milieu normalement stérile Un état bactériémique se caractérise par le passage répété de micro organismes dans le sang

Plus en détail

Le portage nasal à Staphylococcus aureus :

Le portage nasal à Staphylococcus aureus : Le portage nasal à Staphylococcus aureus : déterminants bactériens et déterminants d hôte Anne Tristan Centre de Biologie et de Pathologie Est CNR des staphylocoques LYON A. Histoire naturelle de la contamination

Plus en détail

INFECTIONS EN ONCOHÉMATOLOGIE: mes priorités 2015-2020??? François Blot, Réanimation

INFECTIONS EN ONCOHÉMATOLOGIE: mes priorités 2015-2020??? François Blot, Réanimation INFECTIONS EN ONCOHÉMATOLOGIE: mes priorités 2015-2020??? François Blot, Réanimation (en réanimation ) Constats l Un nouveau millénaire, une écologie en mutation, émergente et mondialisée l Des progrès

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Philippe GLORION, responsable des Services Techniques Dr Stéphanie EDOUARD, Praticien Hygiéniste CoCLINNOR Mardi

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

Circulation des entérobactéries multi résistantes à La Réunion et à Mayotte Rencontre de santé publique dans l Océan Indien

Circulation des entérobactéries multi résistantes à La Réunion et à Mayotte Rencontre de santé publique dans l Océan Indien Circulation des entérobactéries multi résistantes à La Réunion et à Mayotte Rencontre de santé publique dans l Océan Indien - 2016 O BELMONTE Bactériologie CHU Réunion Evolution de la situation mondiale

Plus en détail

BMR un jour BMR toujours : Est-ce vrai aussi en SSR?

BMR un jour BMR toujours : Est-ce vrai aussi en SSR? BMR un jour BMR toujours : Est-ce vrai aussi en SSR? M. Lepainteur, A. Tackin, L. Jannet-Durand, M. Bellec, E. Geets, L. Léon, F. Pichard, L. Turpin, C. Rech, A. Schnitzler, JL. Herrmann, C. Lawrence CHU

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Lecture et Interprétation de l antibiogramme

Lecture et Interprétation de l antibiogramme Lecture et Interprétation de l antibiogramme Nantes 07.10.2005 Jocelyne Caillon Bactériologie Hôpital de Nantes Pourquoi tester la sensibilité aux antibiotiques? Indications de l antibiogramme (1) Aide

Plus en détail

Bilan des signalements pour entérobactéries productrices de carbapénèmases (EPC) en France

Bilan des signalements pour entérobactéries productrices de carbapénèmases (EPC) en France Epidémiologie des bactéries résistantes en France (EPC ERV-ABRI) 1ere journée de prévention du risque infectieux associé aux soins Sophie Vaux Bilan des signalements pour entérobactéries productrices de

Plus en détail

Evolution des BMR en France et en Europe. Place des EPC et ERV en France en 2014

Evolution des BMR en France et en Europe. Place des EPC et ERV en France en 2014 Evolution des BMR en France et en Europe. Place des EPC et ERV en France en 2014 14 e journée du RRH-ARLIN de Basse-Normandie 25 septembre 2014 Marguerite Fines Laboratoire de microbiologie CHU de 1 Réseaux

Plus en détail

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Mars 2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

ÉPIDÉMIE D EPC AU CHU DE LIMOGES

ÉPIDÉMIE D EPC AU CHU DE LIMOGES ÉPIDÉMIE D EPC AU CHU DE LIMOGES ELODIE COUVÉ-DEACON, PRATICIEN ATTACHÉ, UNITÉ D HYGIÈNE JOURNÉE DU CCLIN SO JEUDI 12 MAI 2016 RAPPELS : BMR / BHRE BMR Bactéries résistantes à un certain nombre d antibiotiques

Plus en détail

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste 38 ème journées régionales Hygiène hospitalière et prévention des IAS 24-25 mars 2016 Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste Un Ehpad en Ile-de-France

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Bactéries multirésistantes et voyages

Bactéries multirésistantes et voyages CEMI - Institut Pasteur- 4 avril 2014 Bactéries multirésistantes et voyages Pr Audrey Mérens Laboratoire de Biologie et Equipe d Hygiène Hospitalière Pr Christophe Rapp Service de maladies infectieuses

Plus en détail

Epidémie d entérobactéries productrices de carbapénémases au CHU d Angers

Epidémie d entérobactéries productrices de carbapénémases au CHU d Angers Epidémie d entérobactéries productrices de carbapénémases au CHU d Angers Journées inter réseaux Poitou-Charentes Dr Clément LEGEAY CHU d Angers Université d Angers Unité de Prévention et de Lutte contre

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

XXIIIe Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière LILLE - Juin 2012 Activités collectives entre porteurs de BMR

XXIIIe Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière LILLE - Juin 2012 Activités collectives entre porteurs de BMR XXIIIe Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière LILLE - Juin 2012 Activités collectives entre porteurs de BMR Dr M.C. ALSBERGHE - MEDECIN GENERALISTE RESPONSABLE HYGIENE CLINIQUE

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

Analyse des risques à posteriori selon la méthode ALARM au décours d une épidémie à entérobactéries productrices de carbapénémases

Analyse des risques à posteriori selon la méthode ALARM au décours d une épidémie à entérobactéries productrices de carbapénémases Analyse des risques à posteriori selon la méthode ALARM au décours d une épidémie à entérobactéries productrices de carbapénémases XXIII e Congrès de la SF2H - Lille 7 juin 2012 Tristan Delory 1, E Seringe

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée

Plus en détail

EPC, EBLSE, ERG, SAMR? Parlons français!

EPC, EBLSE, ERG, SAMR? Parlons français! EPC, EBLSE, ERG, SAMR? Parlons français! XVIII e journée régionale de lutte contre les infections associées aux soins en Franche-Comté 31 mai 2012 Didier Hocquet Service d hygiène hospitalière, CHRU Besançon

Plus en détail

PLAN GENERALITES VISA/HETEROVISA III. VRSA/ VRE RECOMMANDATIONS CDC

PLAN GENERALITES VISA/HETEROVISA III. VRSA/ VRE RECOMMANDATIONS CDC Le 02.03.2010 1 Dr. I Nahimana, HPCI PLAN I. II. GENERALITES VISA/HETEROVISA III. VRSA/ VRE IV. RECOMMANDATIONS CDC 2 I. GENERALITES 3 Quelques définitions VSSA: Vancomycin-susceptible S. aureus. - Vancomycin

Plus en détail