Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012"

Transcription

1 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels

2 Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité des zones vulnérables de la région Nord-Pas de Calais. Ce texte fixe de nouvelles exigences relatives : - au calendrier d épandage, - aux modalités de stockage des effluents, - au calcul de la charge azotée, Ces nouvelles prescriptions viennent s ajouter et modifier celles définies par les 4 èmes programmes d actions départementaux en vigueur jusqu en Elles ne se substituent en aucun cas aux différentes réglementations en vigueur relatives aux Installations Classées pour la Protection de l vironnement (ICPE), à la conditionnalité des aides PAC, Ce document constitue un résumé des règles qui s appliquent à compter du 1 er septembre Une couverture obligatoire des sols en période de risque de lessivage Depuis l automne 2012, les programmes d actions imposent 100% de couverture des sols en période de risque de lessivage. Sont considérés comme couvertes en période de risque de lessivage, les parcelles : implantées en herbe avant le 15 septembre ainsi que les prairies permanentes ou pluriannuelles, cultures bisannuelles ou pérennes (culture porte graines, luzerne, jachère fixe, ), en cultures d hiver (blé, escourgeon, colza,..), non récoltées au 15 septembre (récoltes tardives de betteraves, pommes de terre, maïs, endives, ), avec des repousses (colza, autres crucifères, céréales, lin, pois), implantées avec une culture dérobée ou une CIPAN, en maïs grain avec un broyage fin des cannes de maïs suivi d un enfouissement superficiel, argileuses (plus de 25% d argile) ou hydromorphes (régulièrement engorgées d eau). Règles de gestion des CIPAN implantation réalisée au plus tard le 15 septembre, semis à une densité suffisante pour assurer une couverture homogène du sol, au moins 60 jours entre le semis et la destruction, destruction mécanique privilégiée. Précisions sur les repousses Pour que les couverts spontanés issus des repousses de céréales, lin, pois, colza puissent être considérés comme couverture en période de risque de lessivage, ils doivent : être suffisamment couvrants et homogènes sur au moins 75 % de la parcelle, la proportion de sols nus ne doit pas dépasser 10 %. La densité minimale mesurée sur plusieurs parcelles doit être supérieure à 50 pieds/ m² en céréales et 5 pieds/m² en colza. Les repousses doivent rester en place 60 jours après la récolte ou le déchaumage. Si les repousses sont insuffisantes, il est conseillé d implanter une CIPAN avant le 15 septembre. Après les cultures de colza suivies de céréales d hiver, les repousses doivent être maintenues 3 semaines après la récolte ou le déchaumage. Attention, les repousses ne font pas office de couverture de sol lorsque le calendrier d épandage impose une CIPAN suite à un épandage. Dans ce cas, même les sols argileux (> 25% d argile) ou hydromorphes doivent être couverts. Quelle différence entre culture dérobée et cipan? CIPAN Culture dérobée Intérêt Piégeage de l azote Culture à cycle court Récolte ou pâturage Fertilisation Programme prévisionnel de fertilisation Non Effluent de type I et II dans la limite de 70 kg d azote efficace Non Oui Effluent de type I et II dans la limite de 70 kg d azote efficace, Effluent de type III à l implantation de la culture en fonction de ses besoins Oui, si épandage d effluents de type III

3 Des zones tampons le long des cours d eau BCAE Tous les cours d eau BCAE doivent être bordés d une bande tampon enherbée ou boisée permanente d une largeur minimale de 5 mètres avec interdiction d y employer des fertilisants et des produits phytosanitaires. Les modalités d entretien des bandes tampons enherbées ou boisées sont fixées par l arrêté préfectoral local BCAE spécifique à chaque département. Cette réglementation liée aux zones vulnérables a été reprise dans la conditionnalité des aides PAC. Un retournement des prairies encadré Le retournement des prairies de plus de 5 ans est interdit, sauf conditions particulières requises dans la conditionnalité des aides PAC et avec l accord express de la DDTM. Cette réglementation s applique donc à tous les agriculteurs même s ils ne se situent pas en zones vulnérables. Des modalités d épandage reprécisées Les programmes d actions fixent les distances et conditions d épandage. Ces dernières s appliquent sans préjudice de la réglementation ICPE. Distance d épandage par rapport aux cours d eau Cours d eau BCAE avec bande végétalisée entre 5 m et 10 m Cours d eau BCAE avec bande végétalisée permanente de 10 m Type I Type II 35 m 35 m Type III engrais azotés minéraux Interdit sur la bande enherbée 10 m 10 m 10 m Autres cours d eau, points d eau, ruisseaux 5 m 10 m 2 m* * 50 cm si localisation et incorporation immédiate (maraîchage) Conditions d épandage Tout apport de fertilisant azoté, d origine organique ou minérale est interdit sur des sols : détrempés, inondés, enneigés ou pris en masse par le gel sur plus de 20 cm de profondeur. Type I : fumiers, composts, produits à C/N > 8 Type II : lisiers, boues, fumiers et fientes de volailles, produits à C/N 8 L épandage sur sols en pente est autorisé à condition d éviter tout ruissellement en dehors de la parcelle. Il est interdit d épandre des effluents de type II sur sols en pente supérieure à 7%, à proximité des eaux de surface (partie de la parcelle à pente > 7% contiguë au cours d eau). Un enregistrement précis des s de fertilisation La réglementation zones vulnérables prévoit la tenue de deux documents d enregistrement des s de fertilisation azotée organique (tous effluents confondus : industriels, urbains et agricoles) et minérale, qui sont à compléter et à tenir à disposition de l administration. Il s agit : du plan prévisionnel de fumure azotée à renseigner au plus tard pour le 30 avril. Ce document, basé sur la méthode des bilans est décliné sur la base d un référentiel régional, du cahier d épandage qui doit être tenu à jour régulièrement. Ces documents, conservés 5 années sur l exploitation, sont à remplir par îlot cultural (y compris les parcelles non fertilisées et les prairies) et pour chaque campagne. Reliquat azoté sortie hiver Une analyse est maintenant obligatoire pour toute exploitation ayant plus de 3 ha en zones vulnérables. Elle doit concerner un îlot cultural comportant au moins l une des 3 principales cultures exploitées en zones vulnérables.

4 Un calendrier d épandage plus contraignant Depuis le 1 er septembre 2012, les périodes d épandage sont raccourcies : Pour les effluents de type I et II, de nouvelles restrictions d épandage sont mises en place en période hivernale, Les périodes autorisées pour l épandage avant ou sur CIPAN dépendent désormais de leurs dates d implantation et de destruction. cas d apport organique sur CIPAN, cette dernière doit être implantée dans les 15 jours après l épandage. L épandage ne peut intervenir dans les 20 jours qui précèdent sa destruction. Si j implante ma CIPAN au 1 er septembre et que je la détruis au 1 er novembre, je pourrai épandre : du lisier entre le 15 août et le 11 octobre, du fumier compact pailleux dès que les terres sont disponibles et jusqu au 11 octobre. cultures implantées à l'automne 1 sans CIPAN cultures de 2 Type I printemps avec CIPAN ou culture 1 dérobée* 2 prairies implantées depuis + 6 mois cultures implantées à l'automne ou en fin d'été colza implanté à l'automne Type II cultures de sans CIPAN printemps avec CIPAN ou culture dérobée* prairies implantées depuis + 6 mois cultures implantées à l'automne ou en fin d'été colza implanté à l'automne Type III cultures de sans CIPAN printemps avec CIPAN ou culture dérobée ** prairies implantées depuis + 6 mois Types I, sols non cultivés II, III autres cultures (pérennes, maraîchères, porte-graines) juil aou sep oct nov fev mar avr mai juin 1 : fumiers compacts pailleux et composts d'effluents d'élevage, effluents à C/N 25 épandage autorisé 2 : autres effluents épandage interdit * : apports maximum de 70kg N efficace/ha ** : apports autorisés à l'implantation de la culture dérobée sur la base du calcul prévisionnel de fertilisation interdit à partir de 20 jours avant la destruction de la CIPAN ou de la culture dérobée et jusqu'au 15/01 interdit du 1/07 jusqu'à 15 jours avant l'implantation de la CIPAN et à partir de 20 jours avant la destruction de la CIPAN ou de la culture dérobée et jusqu'au 15/01 (type (yp I) ou 31/01 (type (yp II) épandage possible de 15 jours avant l'implantation de la CIPAN à 20 jours avant sa destruction A noter que ce calendrier prévoit quelques dérogations, notamment pour les effluents peu chargés ou pour la fertigation de cultures de printemps. dec jan Limitation des apports d azote organique à l automne sur CIPAN et culture dérobée Les apports d azote organique (type I et II) avant ou sur CIPAN et culture dérobée sont limités à 70 kg d azote efficace. Ceci correspond à l azote libéré par un fertilisant azoté pendant le temps de présence de la culture dérobée ou de la CIPAN. Il appartient au producteur de l effluent de fournir à l utilisateur les données concernant la composition de l effluent (teneur en azote, coefficient d efficacité). l absence de données spécifiques à l effluent, on se référera aux valeurs guides régionales. Si j épands 30 t/ha de fumier de bovin bien décomposé à 7.0 kg d azote/t dans lequel on estime que 15% de l azote est efficace, j apporte : 30*7.0*0.15 = 32 kg d azote efficace, Si j épands 5 t/ha de fientes de volailles à 27 kg d azote/t dans laquelle on estime que 50% de l azote est efficace, j apporte 5*27*0.5 = 68 kg d azote efficace. La fertilisation des légumineuses Elle est interdite sauf : sur luzerne et prairies d association graminées légumineuses dans la limite de l équilibre de la fertilisation, sur haricots, pois légumes, et soja sous forme minérale..

5 Des modalités de stockage précisées zones vulnérables, les règles de stockage relatives à la protection de la ressource en eau imposées pour les effluents d élevage s alignent maintenant sur celles des ICPE. Les stockages en bout de champ Les fumiers compacts pailleux (qui sont restés au moins 2 mois sous les animaux) peuvent toujours être stockés ou compostés en bord de champ. Les conditions suivantes doivent alors être respectées : le fumier tient en tas et ne produit pas de jus latéral, il n y a pas de mélange de produits aux caractéristiques différentes, le volume du dépôt reste adapté à la fertilisation des parcelles réceptrices. Les fientes de volailles séchées à plus de 65 % peuvent être stockées en bout de champ à condition qu elles soient recouvertes d une bâche imperméable à l eau mais perméable aux gaz. fin, les durées de stockage ne doivent pas dépasser 10 mois et le délai de retour sur un même emplacement est fixé à 3 ans. Les ouvrages de stockage Les éleveurs doivent disposer des capacités suffisantes pour respecter le nouveau calendrier d épandage. Toutefois, le délai pour se mettre en conformité est fixé au 1 er juillet Des assouplissements sont possibles sous certaines conditions. Il revient alors aux éleveurs de prendre contact avec l administration. Pour les exploitations qui se sont mises aux normes dans le cadre du PMPOA et pour lesquelles les variations d effectifs n ont pas dépassé 10%, il n est pas nécessaire de faire évoluer les capacités de stockage. Du nouveau dans la gestion de la fertilisation azotée Depuis les précédents programmes d actions zones vulnérables, une limite de 170 kg d azote organique/ha est imposée en moyenne sur l exploitation. Le calcul de ce ratio est réalisé sur la SAU (et non plus à la surface potentiellement réceptrice). Il concerne tous les fertilisants azotés d origine animale (effluents d élevage et produits transformés à base d effluent d élevage, y compris lorsqu ils sont homologués ou normalisés). La quantité d azote organique gérée sur chaque exploitation est évaluée en prenant en compte : la quantité d azote produite par le cheptel, déterminée en utilisant les quantités moyennes d azote produit par chaque espèce, les échanges d effluents avec un tiers (un bordereau d échange devra être établi). Les effluents urbains et industriels ne sont pas comptabilisés pour le calcul de ce ratio. Cette limite s applique sans préjudice de l obligation de l équilibre de la fertilisation à l îlot cultural. Des normes de rejets modifiées pour les vaches laitières Depuis le 1 er septembre 2012, les valeurs des rejets en azote des vaches laitières ont évolué et dépendent de la production laitière et de la durée de pâturage. Quantité d azote produit par les vaches laitières (kg/an) Temps passé à l extérieur Production laitière (kg lait/vache/an) ** < kg* à kg* > kg* < 4 mois à 7 mois > 7 mois * Calcul de la production laitière de référence = lait livré / 0.92, pour prendre en compte période de tarissement ** Du 1 er sept 2012 au 31 août 2013, la référence sera plafonnée à 95 kg d azote/an/vache pour les élevages ayant plus de 75% de surface en herbe dans la surface fourragère principale Pour les porcins Les normes ont été reprécisées. Elles prennent en compte : le mode d alimentation (standard ou biphase), le type de logement des animaux (caillebotis ou paille).

6 Siège Social 140 boulevard de la Liberté CS Lille Cedex Tél : Antenne Arras 56 av. Roger Salengro BP Saint Laurent Blangy Cedex Tél. : Antenne Lille 140 bd. de la Liberté BP Lille Cedex Tél. : Conception, réalisation et crédit photos : service communication de la Chambre d agriculture de région du Nord - Pas de Calais - octobre 2012

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

programme d Actions Nitrates

programme d Actions Nitrates Les mesures du programme d Actions Nitrates dans les zones vulnérables de la région Bourgogne la bonne dose au bon endroit au bon moment la bonne dose au bon endroit au bon moment 2 La préservation de

Plus en détail

Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées

Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées Le programme d actions «nitrates» La directive dite «nitrates» adoptée en 1991 vise à réduire

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Directive Nitrates. DDT de l Isl

Directive Nitrates. DDT de l Isl Directive Nitrates 5ème programme d actions d National et RégionalR DDT de l Isl Isère Rappel Directive nitrates et programme d actions d nitrates Afin de lutter contre la pollution des eaux par les nitrates,

Plus en détail

PRÉFECTURE DE L OISE LE PREFET DE L OISE OFFICIER DE LA LEGION D HONNEUR

PRÉFECTURE DE L OISE LE PREFET DE L OISE OFFICIER DE LA LEGION D HONNEUR PRÉFECTURE DE L OISE Délégation Inter-Services de l Eau et des Milieux Aquatiques du Département de l Oise ARRETE PREFECTORAL relatif au 4 eme programme d action à mettre en œuvre en vue de la protection

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle Manuel d'utilisation / quelques explications pour la prise de données Le questionnaire Il s'agit

Plus en détail

Théme 1: matière organique et biodiversité

Théme 1: matière organique et biodiversité Théme 1: matière organique et biodiversité Jan Valckx Provincie Limburg (B) Union européenne - Europese Unie Fonds Européen de Développement Régional Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Interreg

Plus en détail

Le verdissement de la Politique agricole commune

Le verdissement de la Politique agricole commune Jean Claude VAN SCHINGEN Direction des surfaces agricoles Département des Aides Le verdissement de la Politique agricole commune en Région wallonne Présentations Septembre octobre 2014 1. Limite de l exposé

Plus en détail

de la Directive nitrates

de la Directive nitrates Le 5 ème programme d'actions Rhône-Alpes de la Directive nitrates (03/07/2014) Ce programme s'applique depuis le 23 mai 2014 dans les zones vulnérables. Ces zones présentent des teneurs en nitrates dans

Plus en détail

Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN) GEOSUD - DDT79

Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN) GEOSUD - DDT79 Cartographie des Cultures Intermédiaires Pièges à Nitrates CIPAN (Directive Nitrates) Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN)

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies

Les références pour calculer la juste dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Référentiel Zones Vulnérables de Picardie pour 2013 Contexte

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses 1999-25 Contexte

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Groupe Mixte de Concertation (GMC)

Groupe Mixte de Concertation (GMC) Groupe Mixte de Concertation (GMC) Contrôles 2015 en exploitations agricoles 18 septembre 2015 Préfecture de la Charente-Maritime de la Charente-Maritime PARTIE I - les contrôles 2015 des aides de la PAC

Plus en détail

2 Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_N836_HE9»

2 Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_N836_HE9» Direction Départementale des Territoires de l Ariège NOTICE SPECIFIQUE DE LA MESURE MP_N836_HE9 MP_N836_HE9 : SOCLEH01 + HERBE_01 + HERBE_02 + HERBE_06 Gestion extensive de la prairie par la fauche (et

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment?

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Pré Dexel TUTORIEL Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Le Pré-Dexel est un outil gratuit mis à disposition

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une demande d aide à la construction, à la rénovation et à l aménagement des bâtiments d élevage) Etat des lieux

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

MAAPRAT Version 01/2012

MAAPRAT Version 01/2012 Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une future demande de subvention PMBE) Etat des lieux renseigné par l éleveur JA Zone vulnérable (dès lors que vous

Plus en détail

Gestion des effluents d'élevages. Quelques repères pour gérer la mise en Conformité

Gestion des effluents d'élevages. Quelques repères pour gérer la mise en Conformité Gestion des effluents d'élevages Quelques repères pour gérer la mise en Conformité Version 6 Septembre 2006 Remarques Ce document a pour objectif de donner des définitions et expliquer quelques démarches

Plus en détail

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Azote 30 ans de références Coordination du dossier Paul Jegat (Terra) avec Bertrand Decoopman (chambres d'agriculture de Bretagne).

Plus en détail

Ces données concernent tous les exploitants demandeurs d'aides soumises à la conditionnalité.

Ces données concernent tous les exploitants demandeurs d'aides soumises à la conditionnalité. FICHE RÈGLEMENTAIRE LES BANDES VÉGÉTALISÉES DANS L' EXPLOITATION AGRICOLE Ces données concernent tous les exploitants demandeurs d'aides soumises à la conditionnalité. La conditionnalité est un dispositif

Plus en détail

La réglementation environnementale en élevage d herbivores

La réglementation environnementale en élevage d herbivores Brochure_Regl.environ_Mise en page 1 04/10/2011 11:46 Page 1 collection l essentiel La réglementation environnementale en élevage d herbivores En matière d environnement, tous les élevages d herbivores

Plus en détail

TERRITOIRE «SITE NATURA 2000 COTEAUX, VALLEE DE L EPTE» MESURE TERRITORIALISEE «HN_CEPT_PL3» CAMPAGNE 2010

TERRITOIRE «SITE NATURA 2000 COTEAUX, VALLEE DE L EPTE» MESURE TERRITORIALISEE «HN_CEPT_PL3» CAMPAGNE 2010 Direction départementale des territoires de l Eure MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE TERRITOIRE «SITE NATURA 2000 COTEAUX, VALLEE DE L EPTE» MESURE TERRITORIALISEE «HN_CEPT_PL3» CAMPAGNE 2010 1.

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

PROTECTION DES EAUX CONTRE LA POLLUTION PAR LES NITRATES D'ORIGINE AGRICOLE

PROTECTION DES EAUX CONTRE LA POLLUTION PAR LES NITRATES D'ORIGINE AGRICOLE PROTECTION DES EAUX CONTRE LA POLLUTION PAR LES NITRATES D'ORIGINE AGRICOLE 5ème programme d'actions "nitrates" en Franche-Comté Vous exploitez des parcelles dans la zone vulnérable de franche-comte, vous

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf! Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf Statut% En%cours%de%validation% Version% 1.0% Date%de%création% 09/07/2013% Date%de%dernière%modification% 16/08/2013% Table&des&matières& 1. L exploitation...3 1.1.

Plus en détail

Notice Le présent dossier est à adresser en trois exemplaires à : DDT Police de l'eau 44, rue du petit Bois 08 000 Charleville-Mézières Cedex

Notice Le présent dossier est à adresser en trois exemplaires à : DDT Police de l'eau 44, rue du petit Bois 08 000 Charleville-Mézières Cedex Notice Le présent dossier est à adresser en trois exemplaires à : DDT Police de l'eau 44, rue du petit Bois 08 000 Charleville-Mézières Cedex AGREMENT VIDANGEURS Dossier d'agrément des personnes réalisant

Plus en détail

Parcelles agricoles le long des cours d eau: concilier protection de la nature et production

Parcelles agricoles le long des cours d eau: concilier protection de la nature et production Parcelles agricoles le long des cours d eau: concilier protection de la nature et production Philippe Nihoul, Attaché, Direction Développement et Vulgarisation Strée, 19 janvier 2011 1 Dois-je clôturer

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02»

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02» Direction départementale des territoires de l Isère Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats

Plus en détail

Prise en compte de l effet azote des produits organiques (PRO) appliqués à l automne, dans la méthode du bilan azoté

Prise en compte de l effet azote des produits organiques (PRO) appliqués à l automne, dans la méthode du bilan azoté ALIS 10/2009. Toute r Copyright ARVA Prise en compte de l effet azote des produits organiques (PRO) appliqués à l automne, dans la méthode du bilan azoté Alain BOUTHIER et Robert TROCHARD Le coefficient

Plus en détail

PAC 2011 : la réglementation Les aides, la conditionnalité

PAC 2011 : la réglementation Les aides, la conditionnalité PAC 2011 : la réglementation Les aides, la conditionnalité Avril 2011 Une publication du Service Développement économique et Territoires SOMMAIRE Les principales nouveautés 1 2011 Les aides PAC aux surfaces

Plus en détail

«Performance et production de protéines à la ferme»

«Performance et production de protéines à la ferme» Témoignage d une approche AEI en production laitière : «Performance et production de protéines à la ferme» Philippe Cadoret Gaec De Trémelin 8 UTH associé à Camors (56) Membre des réseaux Triskalia Agrosol

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

Sur proposition du Ministre de l Agriculture, de la Ruralité, de l Environnement et du Tourisme ; Après délibération, ARRÊTE :

Sur proposition du Ministre de l Agriculture, de la Ruralité, de l Environnement et du Tourisme ; Après délibération, ARRÊTE : Projet d arrêté modifiant le livre II du Code de l environnement constituant le Code de l eau en ce qui concerne la Gestion Durable de l Azote en Agriculture. Le Gouvernement wallon, Vu le Code de l eau,

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

Les amendements organiques : fumiers et composts

Les amendements organiques : fumiers et composts MODULE 7 CHAPITRE 12 Les amendements organiques : fumiers et composts SOMMAIRE 1. Les formes d azote, de phosphore et de potassium des fumiers et composts 2 1.1 Azote (N) et rapport C/N 2 1.2 Phosphore

Plus en détail

Recommandations pour finir la campagne 2012

Recommandations pour finir la campagne 2012 La Lettre n 17 10 Juillet 2012 Voici quelques informations pour vous aider à clôturer la campagne 2012 et à bien débuter la campagne 2013 : vérifications sur le cahier d épandage, saisie de la récolte,

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

La réglementation applicable à l atelier d élevage

La réglementation applicable à l atelier d élevage Chapitre1 La réglementation applicable à l atelier d élevage 1.1 Les ouvrages 1.2 Les textes 1.2.1 - Les sols 1.2.2 - Les ouvrages de stockage des effluents 1.2.3 - Les eaux de pluie et les eaux de nettoyage

Plus en détail

Description d un système de production

Description d un système de production Edition 2013 : campagne 2011 et conjoncture 2012 Description d un système de production Les systèmes de production décrits dans ce dossier sont présentés de manière identique sous forme de cas types. Chaque

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE Direction générale des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale de l Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine Décret du 11 mars 1999

Plus en détail

Jean DEFFINIS DDT Michel BUSCH FDSEA Sophie BARLEON - FDSEA Eric GRANVEAUX Chambre d Agriculture Yves JAUSS Chambre d Agriculture

Jean DEFFINIS DDT Michel BUSCH FDSEA Sophie BARLEON - FDSEA Eric GRANVEAUX Chambre d Agriculture Yves JAUSS Chambre d Agriculture Jean DEFFINIS DDT Michel BUSCH FDSEA Sophie BARLEON - FDSEA Eric GRANVEAUX Chambre d Agriculture Yves JAUSS Chambre d Agriculture SOMMAIRE Nouveaux demandeurs Nouveaux dispositifs des aides Admissibilité

Plus en détail

Arrêté du NOR : La ministre de l écologie, du développement durable et de l'énergie,

Arrêté du NOR : La ministre de l écologie, du développement durable et de l'énergie, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l'énergie Arrêté du modifiant l'arrêté du 7 février 2005 modifié fixant les règles techniques auxquelles doivent satisfaire

Plus en détail

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS :

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS : GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS : DIAPORAMAS DES INTERVENTIONS 35 36 B.Feschet, avec la collaboration de JP.Cohan, A.Bouthier, I.Félix, M.Mangin (Arvalis), L.Fourrié (Itab) MO non visible à l œil nu :

Plus en détail

les alternatives au "tout stockage" simples et économes des exemples de réalisations des témoignages

les alternatives au tout stockage simples et économes des exemples de réalisations des témoignages pourquoi comment réaliser une mise aux normes économe les alternatives au "tout stockage" simples et économes des exemples de réalisations des témoignages Edition Juillet 2005 Les alternatives au "tout

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles

La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles par le recyclage agricole Mémento à l usage des maîtres d ouvrage de station d épuration Une filière responsable 1 Toute collectivité ou

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

DOSSIER D'AGREMENT 2015

DOSSIER D'AGREMENT 2015 DOSSIER D'AGREMENT 2015 1) Présentation de la ferme et des exploitants Nom :... Prénom :... Adresse ou siège social :... Nom de la ferme :... Numéro SIREN :... Code postal : Téléphone : Commune :... Téléphone

Plus en détail

Le Préfet d'indre-et-loire, Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite ;

Le Préfet d'indre-et-loire, Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite ; PRÉFECTURE DIRECTION DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L'AMÉNAGEMENT Bureau de l'aménagement du Territoire et des Installations Classées Affaire suivie par : Pascale SASSANO : 02.47.33.12.43 Fax direction

Plus en détail

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer Article publié dans Porc Québec Octobre 2001 ENVIRONNEMENT SYLVAIN PIGEON M. Sc., ingénieur LE SUIVI DES PLANS DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES ISABELLE DEMERS Agronome BPR Groupe-conseil Collaboratrice:

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

CERTIFICATION ENVIRONNEMENTALE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

CERTIFICATION ENVIRONNEMENTALE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L' AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CERTIFICATION ENVIRONNEMENTALE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES GUIDE DE PROCEDURE NIVEAU 1 ---------------- Version n 2 du 5 novembre 2015 1

Plus en détail

Résumé de l exposé de Paul Van Dijk (ARAA) issu du stage de Christine Rosenfelder (M2, 2014) Cf. présentation en annexe. Le but principal de l étude

Résumé de l exposé de Paul Van Dijk (ARAA) issu du stage de Christine Rosenfelder (M2, 2014) Cf. présentation en annexe. Le but principal de l étude Pour son premier atelier de terrain en Alsace, l Association française d agronomie a organisé le 7 octobre 2014 une journée sur le thème de la gestion de la matière organique pour les terres agricoles.

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE Les zones agricoles, dédiées aux différentes cultures ou à l élevage, sont par nature inconstructibles.

Plus en détail

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau eau, nitrate & i- agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau Les agriculteurs utilisent et produisent du nitrate, sous forme d engrais organique (fumier,

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction

Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction Lionel LAUNOIS Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt Journée nationale APCA

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien des pelouses sèches par le pâturage»

Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien des pelouses sèches par le pâturage» Direction départementale territoires de la «Nièvre» Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien pelouses sèches par le pâturage» du territoire

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail