Le plan de gestion adapté au val de Loire : enjeux et méthode

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le plan de gestion adapté au val de Loire : enjeux et méthode"

Transcription

1 Le plan de gestion adapté au val de Loire : enjeux et méthode 1. Le plan de gestion, une obligation pour tout périmètre UNESCO L'attribution du label UNESCO ne confère aucun cadre juridique spécifique au territoire concerné La Convention du patrimoine mondial qui régit la philosophie du label précise (art 5) que "les États parties s'efforceront.. -d'intégrer la protection des sites du PM de leur territoire dans les programmes de planification générale -de prendre les mesures juridiques,,scientifiques, techniques, administratives et financières adéquates pour l'identification, la protection, la conservation, la mise en valeur... de ce patrimoine". Les Orientations devant guider la mise en œuvre de la convention du patrimoine mondial élaborées par l'unesco, sont quant à elles un peu plus explicites et posent le principe de la nécessité d'un plan de gestion adapté aux caractéristiques du site, tout en respectant certaines constantes. «Chaque bien proposé pour inscription devra avoir un plan de gestion adapté ou un autre système de gestion documenté qui devra spécifier la manière dont la VUE du bien devrait être préservée, de préférence par des moyens participatifs».(art 108). «Un système de gestion efficace doit être conçu selon le type, les caractéristiques et les besoins du bien et son contexte culturel et naturel. Les systèmes de gestion peuvent varier selon les différentes perspectives culturelles, les ressources disponibles et d'autres facteurs. Ils peuvent intégrer des pratiques traditionnelles, des instruments de planification urbaine ou régionale en vigueur et d'autres mécanismes de contrôle de planification formel et informel» (art 110). «Tout en reconnaissant la diversité évoquée ci dessus les éléments communs d'un système de gestion efficace peuvent inclure : a)une connaissance approfondie et partagée du bien par tous les acteurs concernés b) un cycle officiel et non officiel de planification, mise en œuvre, suivi, évaluation et réaction c)al participation des partenaires et acteurs concernés d) l'affectation des ressources nécessaires» (art 111). Le plan de gestion doit envisager l'évolution du bien tant à court qu'à long terme: «Le but d'un système de gestion est d'assurer la protection efficace du bien pour les générations actuelles et futures» (art109).«une gestion efficace doit comprendre un cycle planifié de mesures à long terme et quotidiennes pour protéger, conserver et mettre en valeur le bien». (art 112) Et s'il ne fait aucun doute que l'état partie est responsable devant l'unesco, la

2 gestion du bien et notamment le plan de gestion, doit se faire en collaboration avec les acteurs du territoire:«les États parties sont responsables de la mise en œuvre d'activités de gestion efficaces pour un bien du PM. Les États parties doivent le faire en étroite collaboration avec les gestionnaires du bien et les autres partenaires et acteurs concernés par la gestion du bien». (art 117) Donc, en résumé, l'état - partie est donc tenu à une obligation de moyens parmi lesquels figure explicitement le plan de gestion. 2. Un plan de gestion adapté aux caractéristiques du Val de Loire 2.1. Une candidature présentée sans le soutien actif d'une majorité des acteurs La candidature a été portée par une équipe de personnalités locales motivées et l'état. Pour des raisons qui s'expliquent, cette quête du label ne reposait pas sur un très large soutien dans la population locale, contrairement au principe des candidatures actuelles. De ce fait, lors de l'attribution du label, la population et les acteurs du territoire qui étaient étrangers à cette démarche ont perçu cette distinction comme la reconnaissance d'une excellence évidente à leurs yeux, la promesse d'un afflux touristique supplémentaire, mais n'ont pas imaginé l'engagement de protéger et valoriser la VUE, pris en contrepartie par l'état. Cette méconnaissance est un handicap et requiert maintenant un gros effort de sensibilisation et de mobilisation des acteurs et secondairement des habitants du périmètre. Par ailleurs, le Val de Loire a obtenu le label en 2000, alors que le plan de gestion ne faisait pas encore partie des pièces obligatoires pour la recevabilité du dossier d'inscription (art132). En conséquence, huit ans après l'attribution du label, le Val de Loire n'avait toujours pas de plan de gestion. La prise de conscience que de nombreux projets d'équipement étaient susceptibles de porter atteinte à la VUE, dont 14 projets de ponts sur la Loire, a alors déclenché l'élaboration du plan de gestion, début Il y a quelques jours, le plan de gestion a été présenté à la conférence territoriale qui réunit l'état, les régions et les plus grandes collectivités du périmètre, avant d'être soumis à la délibération de l'ensemble des collectivités du périmètre et que in fine, le préfet coordinateur l'approuve. Le plan de gestion comprend 4 parties: une description de la VUE, un bilan des menaces pesant sur la VUE, les mesures à prendre pour protéger la VUE, structurées en 9 orientations et enfin les actions que l'état va prendre à sa charge. Ce plan de gestion concerne spécifiquement le périmètre labellisé. La zone tampon (art 104 des Orientations de mise en œuvre de la CPM) relève d'une logique d'abords et de covisibilité au sens de la protection des MH Ce plan de gestion a été élaboré par les services de l'état avec le concours de la Mission Val de Loire. Il a été concerté avec les collectivités locales et les associations (présentations dans chaque département sous l'égide des préfets mise à disposition pendant 2 mois- réactions - prise en compte des propositions) 2.2.Des enjeux inhérents aux paysages évolutifs vivants Ces paysages qui résultent par définition des interactions, toujours à l'œuvre, d'une société avec son territoire, sont soumis à une pression évolutive, laquelle doit

3 préserver et valoriser la VUE. Le Val de Loire en est un exemple aux caractéristiques exacerbées : très étendu (85 000ha et de zone tampon), très peuplé (plus de 1 million d'habitants) et doté d'un tissu économique important et en fort développement. L'importance du nombre des acteurs multiplie d'autant la pression d'évolution du paysage et nécessite un effort considérable de sensibilisation et d'information des acteurs pour que ces évolutions nécessaires et légitimes se fassent en respectant la VUE La gouvernance, une responsabilité pour le moins partagée La particularité la plus notable est sans doute due à la décentralisation de notre pays qui a donné aux collectivités la responsabilité de la planification de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire. Les 165 communes, les communautés de communes, les 4 départements et les 2 régions ont chacun leurs responsabilités spécifiques et complémentaires et sont pleinement acteurs de l'évolution du territoire. L'État, garant de la préservation de la VUE devant l'unesco, n'a dans ce domaine que des prérogatives limitées : son rôle régalien en plus d'être gestionnaire du domaine public fluvial. Il était donc indispensable qu'une coordination entre tous les acteurs se mette en place pour garantir la préservation de la VUE. Le plan de gestion partagé, en pose les bases. 3.Un plan de gestion à l'aube de sa mise en œuvre 3.1. Le point de départ d'une mobilisation des acteurs et un guide Après avoir analysé la VUE et les menaces bien tangibles qui pèsent sur elle, le plan de gestion propose 6 orientations destinées à guider l'évolution du territoire et notamment de sa composante paysagère. Ces orientations présentent les objectifs poursuivis et les moyens pour les atteindre. Elles n'ont pas de caractère contraignant. Elles visent à mobiliser, pour la première fois, l'ensemble des acteurs et leur proposer un référentiel commun d'action, qui garantisse la préservation de la VUE du périmètre, ce patrimoine commun de l'humanité, également garant de la qualité du cadre de vie des habitants et de l'attractivité du territoire pour les entreprises et les touristes. Deux orientations très importantes sont consacrées à l'information et à la sensibilisation des acteurs du territoire (accompagnement) et des habitants (appropriation des valeurs du label). L'atteinte de ces deux objectifs est une condition sine qua non de la conservation du label dans le long terme. La Mise en œuvre du plan de gestion débutera dès son approbation par le préfet coordinateur (mars 2012). Les collectivités locales auront alors délibéré sur le plan de gestion. Elles connaitront donc les orientations qu'il promeut. Un accompagnement sera nécessaire dont la Mission Val de Loire sera l'acteur principal. Une action d'information et de sensibilisation sera également menée à l'intention des autres acteurs du territoire (chambres consulaires, entreprises et établissements publics, associations...). Cette mise en œuvre passera en outre par l'élaboration d'un pg d'actions prioritaires et la mise en place d'un suivi et d'une évaluation du plan. 3.2.Un plan non contraignant mais qui recense néanmoins certaines dispositions actives

4 Une fois le plan de gestion approuvé par le préfet coordinateur, l'état sera alors présent - sur le plan régalien :. Porter à connaissance pour les documents d'urbanisme sur la base d'une note d'enjeux VUE territorialisée - suivi procédure personnes publiques associées - passage des documents d'urbanisme arrêtés devant la CDNPS - avis sur plans arrêtés.. Porter à connaissance et avis sur les projets. Protection des 25 espaces les plus emblématiques de la région Centre (au moins pour leur partie la moins urbanisée) grâce à l'outil sites classés.meilleure prise en compte du paysage dans les politiques publiques.suivi et évaluation de la mise en œuvre du plan de gestion. Les États parties doivent inclure les indicateurs clés proposés pour mesurer et évaluer l'état de conservation du bien, les facteurs qui l'affectent, les mesures de conservation, la périodicité de leurs examens et l'identité des autorités responsables.(art 132-6) - en tant que gestionnaire du DPF, notamment en matière de gestion de la foret alluviale et de protection /restauration du patrimoine fluvial 3.3. Rendre la protection du Val de Loire UNESCO opposable? L' urgence d'une inflexion de l'évolution paysagère L'État garant de la préservation d'un périmètre UNESCO est astreint à une obligation de moyens, mais surtout à une obligation de résultat, lequel est évalué périodiquement (tous les 6 ans en moyenne). Le prochain rapport périodique sur l'état de conservation de la VUE sera d'ailleurs établi en Par ailleurs, le Comité du PM a établi un processus de suivi réactif (art 113) pour les cas de menace imminentes sur la conservation de la VUE. Dans les cas les plus extrêmes, après inscription du bien sur la liste du PM en péril, quand aucune solution ne peut être trouvée pour préserver la VUE, l'issue ultime peut être le retrait du label (ex de Dresde). Dans un site aussi grand et développé que le Val de Loire, la perpétuation de la pression actuelle d'évolution paysagère, au regard du niveau de menaces qu'elle entraine pour la VUE, conduira à terme à une crise avec l'unesco et un retrait vraisemblable du label. Seule une inflexion vertueuse du volet qualitatif de cette évolution permettra de se prémunir des effets nocifs des projets fortement impactants et plus encore d'une dégradation généralisée de la VUE sur l'ensemble du périmètre. Dans le contexte actuel, cette inflexion ne peut résulter que d'une prise de conscience des acteurs, suivie d'actions appropriées, renforcées par les quelques dispositions réglementaires vues plus haut. Le plan de gestion a vocation a en être le catalyseur Le paysage, une valeur secondaire La protection d'une VUE est un acte de protection et de gestion paysagère, or le paysage est un objet dont les composantes et la fonction sont assez mal appréhendées par les acteurs d'un territoire. La préservation du paysage est rarement la priorité des aménageurs, y compris lorsqu'il est le fait générateur majeur de l'attractivité touristique. L'état de conservation du paysage est alors souvent considéré comme fait acquis et seules les modalités de

5 mobilisation et d'accueil des touristes sont visées. Le bénéfice apporté par le paysage en matière de qualité de la vie, de cadre de travail et de potentiel touristique est largement sous évalué, économiquement parlant. Cet état de fait est à la fois engendré et reflété par une protection réglementaire spécifique des paysages, peu efficiente, à l'exception des paysages exceptionnels que sont les sites classés. Le paysage souffre de la dimension subjective qu'on lui attribue et qui contribue à le dévaluer. Le parallèle avec la biodiversité est assez saisissant. Deux concepts assez élitistes qui s'interpénètrent (réserves artistiques puis biologiques de la forêt de Fontainebleau) sans s'imposer jusqu'à la loi de protection de la nature de 1976 mais surtout des directives européennes Oiseaux (1979) et Habitats (1992) qui assoient juridiquement la protection de la biodiversité. Il est à ce titre très regrettable que la remarquable Convention européenne du paysage, élaborée par le Conseil de l'europe n'ait pas encore été adoptée comme directive ou support de directive par l 'Union Européenne. Le cadre règlementaire pourrait il s'étoffer? En 2008 la question du choix des outils réglementaires permettant de couvrir le périmètre UNESCO a été posée. La question d'un grand site inscrit a été discutée puis écartée, ce statut lourd à mettre en place n'apportant qu'un contrôle des permis de démolir. De même la Directive territoriale d'aménagement dont les mises en œuvre passées n'ont pas prouvé leur efficacité à protéger les paysages. Il a donc été décidé de s'appuyer dans un premier temps sur un plan de gestion (obligatoire) guidant les acteurs, couplé à une campagne d'accompagnement de ces derniers, complété d'une action forte de l'état en matière de porter à connaissance pour les documents d'urbanisme et in fine la mise en place de protections règlementaires pour les espaces les plus emblématiques (couple AVAP pour les parties urbanisées et sites classés pour les parties plus rurales). Il ne semble pas exister d'outil susceptible de donner un caractère contraignant au plan de gestion. Toutefois, un projet de loi relatif au patrimoine monumental de l'état, en cours d'examen, devrait s'il voté, assoir juridiquement la prise en compte de l'impératif de protection de la VUE des sites UNESCO et de leur plan de gestion dans les documents d'urbanisme. Enfin les "Études d'impact patrimoniales" destinées à mesurer l'impact des projets significatifs sur la VUE, demandées par l'unesco, devraient rapidement, par leur multiplication, le contact direct avec l'instance internationale et l'enjeu encouru, contribuer à ce que les maitres d'ouvrages situent beaucoup plus précisément le niveau d'attente en matière de protection de la VUE. Thierry MOIGNEU DREAL Centre 7décembre 2011 Colloque "Val de Loire Patrimoine mondial : identité, protection, valorisation"

éléments qui contribuent à l identité d une ville ou d un pays riche de son passé et fort de son dynamisme.

éléments qui contribuent à l identité d une ville ou d un pays riche de son passé et fort de son dynamisme. UN LABEL, UN RÉSEAU Le ministère de la Culture et de la Communication assure depuis 1985, dans le cadre d un partenariat avec les collectivités territoriales, la mise en œuvre d une politique de valorisation

Plus en détail

Appel à projets Aquitaine - Euskadi 2014

Appel à projets Aquitaine - Euskadi 2014 Appel à projets Aquitaine - Euskadi 2014 L Appel à projets Aquitaine-Euskadi a pour objet de promouvoir les actions de coopération des agents socio-économiques pour la réalisation de projets communs entre

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO?

II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO? Projet éducatif LPO Sommaire I. Qui sommes nous?... 2 I.1. La LPO... 2 I.2. Nos Valeurs... 2 I.3. Notre mission... 2 II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO?... 3 III. L éducation

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

LE PAYSAGE DANS LA POLITIQUE TERRITORIALE DU CONSEIL REGIONAL DU CENTRE

LE PAYSAGE DANS LA POLITIQUE TERRITORIALE DU CONSEIL REGIONAL DU CENTRE LE PAYSAGE DANS LA POLITIQUE TERRITORIALE DU CONSEIL REGIONAL DU CENTRE Une politique territorialisée aux côtés de politiques sectorielles votée en décembre 2007 UN CONTRAT EN 2 VOLETS 1er bloc de priorités

Plus en détail

Ratification de la Conception directrice «Delémont, Cap sur 2030» du Plan d'aménagement local

Ratification de la Conception directrice «Delémont, Cap sur 2030» du Plan d'aménagement local Ratification de la Conception directrice «Delémont, Cap sur 2030» du Plan d'aménagement local PREAMBULE Par le présent message, le Conseil communal invite le Conseil de Ville à ratifier la Conception directrice

Plus en détail

1 ère Rencontre des Associations européennes du Patrimoine mondial Strasbourg, 15-16 octobre 2015

1 ère Rencontre des Associations européennes du Patrimoine mondial Strasbourg, 15-16 octobre 2015 1 ère Rencontre des Associations européennes du Patrimoine mondial Strasbourg, 15-16 octobre 2015 Association des biens français du patrimoine mondial FRANCE Le patrimoine mondial en France Année de ratification

Plus en détail

Recommandation européenne pour la conservation et la restauration du patrimoine culturel

Recommandation européenne pour la conservation et la restauration du patrimoine culturel Recommandation européenne pour la conservation et la restauration du patrimoine culturel Ce projet de recommandation a été préparé par E.C.C.O., la Confédération européenne des organisations de conservation-restauration,

Plus en détail

VAL DE LOIRE PATRIMOINE MONDIAL

VAL DE LOIRE PATRIMOINE MONDIAL Conférence territoriale Val de Loire- Patrimoine Mondial 2 juillet 2008 VAL DE LOIRE PATRIMOINE MONDIAL PLAN DE GESTION LES ENJEUX DE L INSCRIPTION Un engagement de l État à gérer en préservant et valorisant

Plus en détail

APPEL A PROJETS TRANSITION ENERGÉTIQUE ET PLANIFICATION URBAINE 1 - CONTEXTE DE L APPEL A PROJETS

APPEL A PROJETS TRANSITION ENERGÉTIQUE ET PLANIFICATION URBAINE 1 - CONTEXTE DE L APPEL A PROJETS APPEL A PROJETS TRANSITION ENERGÉTIQUE ET PLANIFICATION URBAINE 1 - CONTEXTE DE L APPEL A PROJETS L ADEME Bretagne souhaite impulser une dynamique sur le territoire breton en accompagnant les collectivités

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)13 du Comité des Ministres aux Etats membres sur la gouvernance et la gestion du patrimoine universitaire et son Rapport explicatif (adoptée

Plus en détail

NUMERISATION DES DOCUMENTS D'URBANISME

NUMERISATION DES DOCUMENTS D'URBANISME PREFET DE LA DORDOGNE NUMERISATION DES DOCUMENTS D'URBANISME Direction Départementale des Territoires de la Dordogne P I G M A 15 janvier 2013 1 Documents d'urbanisme - contexte Règlements d'urbanisme

Plus en détail

LES CAUSSES ET LES CEVENNES PATRIMOINE MONDIAL CHARTE D'UTILISATION DE L'IMAGE CAUSSES & CEVENNES

LES CAUSSES ET LES CEVENNES PATRIMOINE MONDIAL CHARTE D'UTILISATION DE L'IMAGE CAUSSES & CEVENNES LES CAUSSES ET LES CEVENNES PATRIMOINE MONDIAL CHARTE D'UTILISATION DE L'IMAGE CAUSSES & CEVENNES 2 Édito : Depuis leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l'unesco le 28 juin 2011, les Causses

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 16.5.2006 C 115/1 II (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 62 ème SESSION PLÉNIÈRE DES 16 ET 17 NOVEMBRE 2005 Avis du Comité des régions sur la «Communication de la Commission Une politique de cohésion

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

Les enjeux du 10 e programme

Les enjeux du 10 e programme Les enjeux du 10 e programme Atteindre une gestion équilibrée des ressources en eau tout en assurant la satisfaction durable des usages. Répondre à de nouveaux défis comme la pollution par les pesticides,

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Schéma de Structure Communal

Schéma de Structure Communal Schéma de Structure Communal Définition et objectifs Le SSC est un document d orientation, de gestion et de programmation du développement de l ensemble du territoire communal. Territoire concerné Il concerne

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

Chapitre II. Trame verte et bleue. Article 45. I. Le livre III du code de l environnement est complété par un titre VII ainsi rédigé : «TITRE VII

Chapitre II. Trame verte et bleue. Article 45. I. Le livre III du code de l environnement est complété par un titre VII ainsi rédigé : «TITRE VII Chapitre II Trame verte et bleue Article 45 I. Le livre III du code de l environnement est complété par un titre VII ainsi rédigé : «TITRE VII «TRAME VERTE ET TRAME BLEUE «Art. L. 371-1. I. La trame verte

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes

Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes Les Les CDDRA, c'est quoi? Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes (CDDRA) constituent la nouvelle génération de Contrats de Développement. Ce dispositif s inscrit dans la continuité de la stratégie

Plus en détail

MEILLEURES PRATIQUES POUR LA

MEILLEURES PRATIQUES POUR LA PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Direction centrale de la des systèmes d information Sous-direction des opérations Bureau conseil MEILLEURES PRATIQUES POUR LA GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE»

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020 Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» 1- Contexte et objet de l appel à projets La France, en tant que Partie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Outil vidéo de communication sur les démarches LEADER en Aquitaine

CAHIER DES CHARGES Outil vidéo de communication sur les démarches LEADER en Aquitaine CAHIER DES CHARGES Outil vidéo de communication sur les démarches LEADER en Aquitaine 1 - Préambule Dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC), l'europe soutient le développement rural avec le

Plus en détail

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire»

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire» Appel à projets Réseau Rural Régional Midi Pyrénées «Territoire et gouvernance alimentaire» Cet appel à projets est co financé par la Région Midi Pyrénées, la DRAAF de Midi Pyrénées et l Union Européenne

Plus en détail

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine ("Fonds Bêkou")

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine (Fonds Bêkou) Ref. Ares(2015)2852973-07/07/2015 COMMISSION EUROPÉENNE Formulaire de description de poste Version descriptive du poste (Active) Poste no. Titulaire du poste Nom Profil du poste Position du poste AGENT

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES. Avis d appel à projets n CPH 2015

CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES. Avis d appel à projets n CPH 2015 Annexe 3 CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES Avis d appel à projets n CPH 2015 Pour la création de places en Centres provisoires d hébergement (CPH) DESCRIPTIF DU PROJET NATURE PUBLIC

Plus en détail

PIECE N 3 : PRESENTATION DE L ENQUETE

PIECE N 3 : PRESENTATION DE L ENQUETE ENQUETE PUBLIQUE PIECE N 3 : PRESENTATION DE L ENQUETE PUBLIQUE Le présent document a pour objectif de replacer la procédure d enquête publique dans le cadre administratif général dans lequel s inscrit

Plus en détail

FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 9 ème APPEL A PROJETS Les soutiens financiers de l État en faveur des projets de R&D

Plus en détail

Trophée IDEES Junior INITIATIVES DURABLES POUR L ENVIRONNEMENT, L ECONOMIQUE ET LE SOCIAL DANS LES HAUTS-DE-SEINE

Trophée IDEES Junior INITIATIVES DURABLES POUR L ENVIRONNEMENT, L ECONOMIQUE ET LE SOCIAL DANS LES HAUTS-DE-SEINE 1 Après le lancement en mai 2009 des éco collèges, il a semblé naturel d introduire dans l édition 2011 une nouvelle catégorie : les collèges. Le Trophée IDEES Junior vise à favoriser et à promouvoir les

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Entre L Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, Etablissement Public Industriel et Commercial, dont le siège est situé au 69bis, rue de Vaugirard, 75006, Paris, Représentée

Plus en détail

Doc.97/CWEDD 791 Liège, le 4 décembre 1997

Doc.97/CWEDD 791 Liège, le 4 décembre 1997 Doc.97/CWEDD 791 Liège, le 4 décembre 1997 Avis relatif à l'analyse coûts-bénéfices et à l'étude des conséquences prévisibles sur l'environnement, réalisées dans le cadre du Plan Wallon des Déchets Suite

Plus en détail

Les besoins des aidants

Les besoins des aidants Les besoins des aidants Être aidant Éléments de définition Il existe de nombreuses définitions de ce qu'est un aidant, qui ont en commun «le caractère non professionnel de l'aide, sa régularité et son

Plus en détail

Espaces privés : Enjeux et potentiels pour la nature en ville

Espaces privés : Enjeux et potentiels pour la nature en ville Espaces privés : Enjeux et potentiels pour la nature en ville Département de l'environnement, des Transports et de l'agriculture (DETA) Direction du Paysage, Service Arbres et Nature en ville 1 [ Déroulé

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements Mission des infirmières de l Éducation Nationale Cadre général «S inscrit dans la politique générale de l Education nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants, elle concourt

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

L accès au logement social et la réforme des attributions

L accès au logement social et la réforme des attributions 5 juin 2015 L accès au logement social et la réforme des attributions Rencontre régionale hébergementlogement USH 1 Gestion de la demande et des attributions : Les grands principes 2 Le contexte de la

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2008 09 38 0274 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais AVANT-PROPOS La présente réponse fait suite au rapport d observations définitives

Plus en détail

PRIX DU POLE-RELAIS LAGUNES MEDITERRANEENNES 2013

PRIX DU POLE-RELAIS LAGUNES MEDITERRANEENNES 2013 Structures porteuses du Pôle-relais : www.pole-lagunes.org APPEL A PROJETS PRIX DU POLE-RELAIS LAGUNES MEDITERRANEENNES 2013 «Culture et création artistique en territoire lagunaire» En Languedoc-Roussillon,

Plus en détail

Mandat du chef de mission sur les navires océanographiques de l Ifremer Attributions et responsabilités

Mandat du chef de mission sur les navires océanographiques de l Ifremer Attributions et responsabilités Mandat du chef de mission sur les navires océanographiques de l Ifremer Attributions et responsabilités Un navire de recherche océanographique qu'il soit côtier ou hauturier est une plate-forme instrumentée,

Plus en détail

Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité

Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité COMMUNAUTE URBAINE DE CHERBOURG Groupe de travail n 1 «Gouvernance de la qualité environnementale

Plus en détail

Mémoire. Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay

Mémoire. Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay Mémoire Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay Novembre 2015 Maison du développement durable 50, rue Sainte-Catherine Ouest, bureau 300 Montréal (Qc) H2X 3V4 Tél. : 514-842-2890

Plus en détail

COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL RÉGIONAL. Réunion du 24 avril 2015

COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL RÉGIONAL. Réunion du 24 avril 2015 CONSEIL RÉGIONAL POITOU-CHARENTES Réception à la Préfecture de la Vienne : 28 avril 2015 2015CP0127 IX.16 Affichage à la Maison de la Région : 28/04/15 ID Télétransmission : 086-238600019-20150424-14720-DE-1-1

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE

AVIS DE VACANCE DE POSTE AVIS DE VACANCE DE POSTE INTITULE DU POSTE Gestionnaire de Projet «IMPACT» PROGRAMME LIEU D AFFECTATION RESPONSIBLE HIERARCHIQUE NATURE DE CONTRAT RDC Goma Directeur de Programme CDD (1an renouvellable)

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Poste occupé par : Service d affectation : Direction de la Culture. Présentation du poste

FICHE DE POSTE. Poste occupé par : Service d affectation : Direction de la Culture. Présentation du poste FICHE DE POSTE Poste occupé par : Service d affectation : Direction de la Culture Présentation du poste Définition du poste : Directeur des Affaires Culturelles et Sportives, Bibliothèque, Tourisme Positionnement

Plus en détail

N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation

N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation L objectif de l'ordonnance du 25 mars 2016, prise en vertu de de la loi n

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Prise en compte des valeurs des parcs nationaux dans les études d impact des projets en zones tampons

Prise en compte des valeurs des parcs nationaux dans les études d impact des projets en zones tampons Prise en compte des valeurs des parcs nationaux dans les études d impact des projets en zones tampons Notice de lecture des cartes et premières recommandations techniques Version 1 - mai 2015 Document

Plus en détail

DRAC xxx. PLAN NATIONAL DES 50 ACTIONS d'amelioration. Produire et mutualiser les fiches conseil pour la réalisation des travaux en espaces protégés

DRAC xxx. PLAN NATIONAL DES 50 ACTIONS d'amelioration. Produire et mutualiser les fiches conseil pour la réalisation des travaux en espaces protégés xxx Date d'actualisation : «00/00/2013» 1 Produire et mutualiser les fiches conseil pour la réalisation des travaux en espaces protégés 2 Actualiser le site internet du MCC (régions) en intégrant notamment

Plus en détail

La ministre du logement, de l égalité des territoires et de la ruralité à

La ministre du logement, de l égalité des territoires et de la ruralité à RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement, de l égalité des territoires et de la ruralité Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour Ministère de l Equipement, de l Aménagement territorial et du Développement Durable Direction Générale de l Environnement et de la qualité de la Vie Termes de Références Recrutement d un Bureau d étude

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE CONVENTION EUROPEENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE

CONSEIL DE L'EUROPE CONVENTION EUROPEENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE CONSEIL DE L'EUROPE CONVENTION EUROPEENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE Ratifiée par la France le 26 octobre 1994. Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats

Plus en détail

«Mon École 21» dans les écoles de Chevilly-Larue

«Mon École 21» dans les écoles de Chevilly-Larue «Mon École 21» dans les écoles de Chevilly-Larue Préambule Les agenda 21 pour les établissements scolaires Ratifié en 1992 au Sommet de la Terre de Rio, l'agenda 21 est un programme d'actions pour le XXIe

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (DROIT INTERNATIONAL)

PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (DROIT INTERNATIONAL) THEMATIQUE n 3. ARCHEOLOGIE FICHE n 2. PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (DROIT INTERNATIONAL) CONVENTION EUROPEENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (révisée) signée à Malte le 16 janvier

Plus en détail

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1 EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES Pour l évaluation des dispositifs de préparation

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 25.3.2011 Journal officiel de l Union européenne C 93/17 V (Avis) PROCÉDURES ADMINISTRATIVES COMMISSION EUROPÉENNE APPEL À PROPOSITIONS EACEA/15/11 Dans le cadre du programme pour l éducation et la formation

Plus en détail

Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015

Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015 A Boulogne sur Mer, le 15 décembre 2015 Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015 Crédit photo : Vincent Maran Adoption

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

OBJET CHAMP D APPLICATION

OBJET CHAMP D APPLICATION UNION EUROPEENNE APPEL A PROJETS «INVESTIR POUR LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES BAS-NORMANDS» OBJET Au titre de la période de programmation des fonds structurels 2007-2013, la Région Basse- Normandie,

Plus en détail

«Parcours IEJ Picardie Maritime» Accompagnement renforcé de 4 mois des jeunes NEET

«Parcours IEJ Picardie Maritime» Accompagnement renforcé de 4 mois des jeunes NEET «Parcours IEJ Picardie Maritime» Accompagnement renforcé de 4 mois des jeunes NEET CAHIER DES CHARGES Prestation NTIC Traduction de l engagement de l UE à s engager en faveur de l emploi des jeunes, l

Plus en détail

Objectif Spécifique n 1.B.1 : ACCROITRE DE 50 % LE NOMBRE D ENTREPRISES INNOVANTES EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE

Objectif Spécifique n 1.B.1 : ACCROITRE DE 50 % LE NOMBRE D ENTREPRISES INNOVANTES EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE Objectif Spécifique n 1.B.1 : ACCROITRE DE 50 % LE NOMBRE D ENTREPRISES INNOVANTES EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE ACTION 3 ACTIONS VISANT A FOURNIR UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE AUX ENTREPRISES DANS LEURS

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Glossaire de la Convention. Rappels de quelques concepts clefs de la convention du patrimoine mondial.

Glossaire de la Convention. Rappels de quelques concepts clefs de la convention du patrimoine mondial. Glossaire de la Convention Rappels de quelques concepts clefs de la convention du patrimoine mondial. VUE Définition La Convention du patrimoine mondial a pour objet la reconnaissance des sites «de valeur

Plus en détail

2ème APPEL A PROJETS

2ème APPEL A PROJETS 1 / 5 2ème APPEL A PROJETS INNOVANTS / STRUCTURANTS POUR UNE A LA TRANSITION ECOLOGIQUE SUR LE TERRITOIRE DE MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2016 2 / 5 Contexte et objectifs Contexte L axe IX «Contribuer

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

Annexe N 3 : financer les projets forestiers

Annexe N 3 : financer les projets forestiers Annexe N 3 : financer les projets forestiers Financer les projets forestiers en 2007-2013 Programme de développement rural pour l'hexagone (PDRH) Une architecture en 4 axes Le PDRH, établi pour la France

Plus en détail

POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES»

POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES» Code : 2900-02-15-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES» Date d approbation : 17 mars 2015 Service dispensateur : Services

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FONDS DE COOPERATION REGIONALE MARTINIQUE

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FONDS DE COOPERATION REGIONALE MARTINIQUE DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FONDS DE COOPERATION REGIONALE MARTINIQUE Cadre réservé à l'administration DEMANDE DE SUBVENTION DEPOSÉE LE / / A la Préfecture de Région :..... Autre service de l Etat

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes. Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord

Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes. Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord Introduction Favoriser la mobilité des Nordistes par

Plus en détail

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION Parlement européen 2014-2019 Document de séance 8.7.2015 B8-0000/2015 PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION déposée à la suite d'une déclaration de la Commission conformément à l'article 123, paragraphe

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale

FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale DESCRIPTION DU PROJET Cette fiche projet concerne l engagement d un conseiller en environnement

Plus en détail

Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par la préservation

Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par la préservation Thèse de doctorat, spécialité «sciences du territoire» Auteur : Yann Kohler Date : 2011 Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par

Plus en détail

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d échanges Le Puy en Velay, 2 juillet 2013

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d échanges Le Puy en Velay, 2 juillet 2013 Serre de la Fare Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d échanges Le Puy en Velay, 2 juillet 2013 1 Partenaires invités Présidents des Commissions Prospective, Aménagement

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Le Schéma de COhérence Territoriale

Le Schéma de COhérence Territoriale Le Schéma de COhérence Territoriale Définition et contexte Définition SCOT = Schéma de COhérence Territoriale document d urbanisme = outil de planification intercommunale : Qui remplace depuis la Loi SRU

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Titre # Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans

Plus en détail

Appel à projets 2015

Appel à projets 2015 Appel à projets 2015 du Programme National pour l'alimentation (PNA) Lancement de l'appel à projets : 1 er septembre 2015 Clôture : 15 novembre 2015 page 1/6 Le 27 février 2015, Stéphane Le Foll a remis

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV

PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV 21 février 2007 DGIV/CULT/KI(2006)18 PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV Plan d Action 2007 avec budget Document préparé par la Direction de la Culture et du Patrimoine culturel et naturel DGIV/CULT/KI(2006)18

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

PRIX «NOS MOULINS ONT DE L AVENIR»

PRIX «NOS MOULINS ONT DE L AVENIR» PRIX «NOS MOULINS ONT DE L AVENIR» ÉDITION 2014 Concours ouvert aux collectivités territoriales, associations et propriétaires privés Dossier de candidature Date limite de dépôt des candidatures : 30 septembre

Plus en détail