Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion. Florian THEBAULT. Dunkerque 18/11/2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion. Florian THEBAULT. Dunkerque 18/11/2010"

Transcription

1 Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion Florian TEBAULT Colloque SF2M Colloque SF2M Dunkerque 18/11/2010

2 Plan Vallourec & VRA (Vallourec Research Aulnoye) Puits de pétrole et de gaz Architecture du puits Milieux agressifs / Sélection matériaux Aciers pour usage «Sour Service» Problématiques de corrosion liées au sulfure d hydrogène ( 2 S) Aspects normatifs Essais de résistance à la corrosion en milieu 2 S

3 VALLOUREC Vallourec: aciériste & tubiste Positionnement: offre de produits Premium Présence internationale

4 VRA Vallourec Research Aulnoye Métallurgie Essais & Mesures Simulation Numérique Corrosion & Traitements de surface Procédés thermiques CND & Statistiques Métallurgie physique et métallographie Expertise métallurgique Propriétés mécaniques Traitements thermiques (essais et simulations) Statique / Fatigue Conception et réalisation d équipements d essais spécifiques Usinage Calibrations et mesures thermiques Modélisation des procédés - Elaboration de l acier, laminage, formage, forgeage Modélisation des produits finis - Etanchéité des connections filetées, résistance à la fatigue... Analyse chimique (acier, eaux ) Corrosion (caractérisation, mécanismes, développement de nouveaux grades) Revêtements & Traitements de surface Optimisation des fours de traitements thermiques Développement de nouvelles méthodes d essais Installation et application aux usines Simulation Assistance technique Expertise e essais, contrôl e et sim ulation Exper rtise mat tériaux et procéd dés

5 Puits de pétrole et de gaz ydrocarbures (gaz, huile) CO 2 2 S p Cl - Pdts organiques Particules solides Température Tubing (tube de production) contact direct avec les effluents doit résister à la corrosion pour des conditions sévères Casing (cuvelage) Rôle barrière consolide le puits doit résister à la fragilisation à des températures modérées Charge mécanique + environnement corrosif sélection matériaux

6 Sélection matériaux Vue simplifiée Tubes pour Cuvelage P 2 S < bar (influence du p) P 2 S > bar Non Sour Sour Aciers carbones (API / grades propriétaires) Aciers carbones destinés au Sour Service (API / VM SS grades) Autre paramètre : - Design du puits -p Autres paramètres : -P 2 S - p PCO 2 < 0.14 bar Tube de production Autres paramètres : Aciers inoxydables -P martensitiques 2 S PCO 2 < 100 bar (VM 13 Cr, VM 13 CrSS) -T Corrosif (+ limité [ Duplex / superduplex - 2 S]) - Cl Aciers inoxydables -PCO 2 PCO 2 > 100 bar OU NaCl > 250 g.l -1 OU T > 200 C OU P 2 S élevée (VM 22, VM 25, VM 25S) Alliages -Duplex / superduplex Très - Aciers inoxydables corrosif superausténitiques (VM 28) - Alliages base Ni (VM 825, VM G3, VM 50, C 276) Autres paramètres : -P 2 S -T -S -Cl -

7 Utilisation Sollicitation mécanique Aciers Sour Service σ FeS 2 + Rupture 2 Matériaux SSC Environment 2S + Metallurgie Chargement ydrogène 2S 2S Fissuration SSC Dureté / limite élastique Composition chimique p P 2 S p acide Corrosion de l acier Présence de 2 S Chargement accru en Traitement thermique Acier Sour Service : acier résistant à la fragilisation hydrogène en milieu 2 S (Sulfide Stress Cracking ou SSC)

8 NACE MR0175 / ISO Sour Service Aspects normatifs Guide de sélection de matériaux pour utilisation en environnement 2 S Définition de domaine d iso-sévérité p-p 2S p NACE TM0177 Solution A : 50 g/l NaCl - 5 g/l C 3 COO p = 2,7 - P 2S = 1 bar NACE TM0177 EFC 16 Définition d essais de corrosion pour le contrôle de la résistance du matériau en milieu 2 S

9 Essai de traction uniaxiale Essais de résistance à la SSC NACE TM0177 Méthode A Eprouvette de traction prélevée dans le tube Eprouvette de traction Sollicitation mécanique: traction uniaxiale au moyen d un anneau de contrainte Durée de l essai : 720 h (30 j) Critère de résistance : pas de rupture OK Non OK

10 Essais de résistance à la SSC NACE Méthode A : notion de contrainte seuil Contrainte seuil pour la SSC (σ th ) : valeur de contrainte maximale admissible par le matériau Ordre de grandeur : σ th > 85 % de la limite élastique Contrainte seuil σ th

11 Essais de résistance à la SSC EFC 16 Méthode B / NACE TM0177 Méthode C Essai de flexion 4 points EFC 16 Méthode B Essai C-ring NACE Méthode C Zone sous contrainte de traction σ Zone sous contrainte de traction Durée de l essai : 720 h (30 j) - Critère de résistance : pas de fissuration

12 Essais de résistance à la SSC NACE TM0177 Méthode D Essai de corrosion inspiré de la mécanique de la rupture Détermination du facteur d intensité de contrainte critique pour la propagation d une fissure SSC K ISSC Durée de l essai : 14 j σ

13 Essais de résistance à la SSC NACE Méthode D Calcul de K ISSC Longueur de fissure a P K ISSC K ISSC > K ISSC Points expérimentaux δ a δ > δ δ = bras de déplacement P

14 Conclusion Eléments tubulaires pour puits de pétrole et de gaz Sévérité environnementale (conditions de puits) Sollicitation mécanique (statique) Choix matériaux sur la base de différents paramètres (p, P 2S, P CO2, salinité, T ) Aciers Sour Service aciers carbones utilisés pour des milieux avec P 2S > bar Plusieurs essais de corrosion normés existent pour déterminer la résistance au Sulfide Stress Cracking (SSC) Orientation R&D: développement d aciers avec des limites élastiques de plus en plus élevées et résistants à la fissuration SSC

15 Merci de votre attention

C Si Mn Ni Cr Mo N P S 0.03 0.75 1 2 5 6 22 23 2,5 3,5 0,12 0,20 0.035 0,010

C Si Mn Ni Cr Mo N P S 0.03 0.75 1 2 5 6 22 23 2,5 3,5 0,12 0,20 0.035 0,010 Température ( C) Présentation Générale Acier inoxydable austéno ferritique (DUPLEX) à forte résistance à la corrosion et hautes performances mécaniques L présente une excellente résistance à la corrosion

Plus en détail

Chapitre II : Méthodologies expérimentales CHAPITRE II METHODOLOGIES EXPERIMENTALES

Chapitre II : Méthodologies expérimentales CHAPITRE II METHODOLOGIES EXPERIMENTALES CHAPITRE II METHODOLOGIES EXPERIMENTALES 61 1 INTRODUCTION... 63 2 METHODES EXPERIMENTALES... 63 2.1 CAHIER DES CHARGES... 63 2.2 MONTAGES EXPERIMENTAUX... 64 2.2.1 Essais HIC sans EA... 64 2.2.2 Essais

Plus en détail

OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION

OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION SKILLS LA CORROSION OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION Connaître le mécanisme de corrosion et ses facteurs Connaître les dispositifs de protection existants Comment adapter les protections et concevoir des

Plus en détail

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010 ACIER Dr. Adamah MESSAN École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) Les aciers 1. Propriétés 2. Traitement des aciers 3. Produits et utilisations LES ACIERS 1. Propriétés 1.1 Propriétés physique *Massevolumique:

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 2 LES MATERIAUX EN PRESENCE Section 2.2 Le béton 2.2.1 Les constituants du béton 2.2.2 Les types de béton 2.2.3 La résistance à la compression 2.2.4 La résistance

Plus en détail

σ D = Rm (a + b Rm) (avec Rm en MPa)

σ D = Rm (a + b Rm) (avec Rm en MPa) Aide-mémoire pour le calcul de la tenue en fatigue de fixations par vis ou goujon 1. Estimation simplifiée de la limite de fatigue des aciers La limite de fatigue (qui intervient dans le domaine de l endurance

Plus en détail

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF Tubes en polyéthylène pour réseaux de distribution de gaz combustibles, réseaux de distribution d'eau potable, irrigation, industrie, eau non potable et assainissement

Plus en détail

Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler. Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort

Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler. Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort Sommaire Contexte t - Introduction ti Etat des lieux Exemple

Plus en détail

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux Assemblage des métaux La fonction principale d un assemblage est de transmettre correctement des efforts qui peuvent être très importants et qui sont le plus généralement statiques ou quasi-statiques (actions

Plus en détail

Etude du Comportement de COlonies de FIssures Courtes en corrosion sous contrainte

Etude du Comportement de COlonies de FIssures Courtes en corrosion sous contrainte Etude du Comportement de COlonies de FIssures Courtes en corrosion sous contrainte J. Bolivar, L. Corré, P. Pineau, M. Frégonèse, J. Réthoré, C. Duret-Thual, Olivier Calonne, P. Combrade, F. Bumbieler,

Plus en détail

Physique Chimie. Constantes physico-chimiques. Ingénierie innovante et durable. Management industriel. Conception et Production

Physique Chimie. Constantes physico-chimiques. Ingénierie innovante et durable. Management industriel. Conception et Production Physique Chimie Recherche et innovation en physique-chimie Optique physique Structure de la matière États de la matière Mécanique physique Modélisation mécanique Fondamentaux en chimie Chimie organique

Plus en détail

Michel CORET. Essais pour la détermination de lois de comportement à chaud d alliages métalliques. Séminaire SF2M, Lyon 19 Juin 2014

Michel CORET. Essais pour la détermination de lois de comportement à chaud d alliages métalliques. Séminaire SF2M, Lyon 19 Juin 2014 Michel CORET Essais pour la détermination de lois de comportement à chaud d alliages métalliques Séminaire SF2M, Lyon 19 Juin 2014 Sommaire Contexte Essais Standards \2 Essais à ruptures Essais rapides

Plus en détail

LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) :

LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) : 1 - Définition: COURS ENSITM LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) : La corrosion sous contrainte résulte de l action conjuguée d une contrainte mécanique de tension et d un milieu corrosif généralement aqueux,

Plus en détail

Matériaux II travaux pratiques

Matériaux II travaux pratiques Matériaux II travaux pratiques Détermination des contraintes résiduelles dans un assemblage soudé GC4 printemps 2015 C. Dénéréaz, 02.2015 1 Partie théorique Définition Un état de contrainte existant dans

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques I - Traitements volumiques 1 Trempe C est un traitement thermique de durcissement consistant à chauffer la pièce à une température supérieure à la ligne de transformation fer α fer γ (austénisation), puis

Plus en détail

Innover en mécan mécan qu q e

Innover en mécan mécan qu q e Innover en mécanique 13/03/2014 Séminaire GT7 Commission Fatigue - SF2M Effet des contraintes résiduelles et des contraintes moyennes sur la tenue en fatigue d analyses Techniques des mesures des contraintes

Plus en détail

Univers du traitement thermique. Trempe. Conseil. Contracting.

Univers du traitement thermique. Trempe. Conseil. Contracting. Univers du traitement thermique. 1 Univers du traitement thermique. Nos savoir-faire pour vos solutions personnalisées. L entreprise Gerster est active dans le domaine de la trempe et du traitement thermique

Plus en détail

Helioclim. Solution de Climatisation Solaire RéversibleR

Helioclim. Solution de Climatisation Solaire RéversibleR Helioclim Solution de Climatisation Solaire RéversibleR Les ateliers innovations, dans le cadre des rencontres thématiques Industrie et Recherche Jeudi 7 juin 2012, Matériaux et Energie Solaire Thermique

Plus en détail

Code de Construction des Générateurs de vapeur, d eau surchauffée et à fluide thermique

Code de Construction des Générateurs de vapeur, d eau surchauffée et à fluide thermique COVAP 2003 Code de Construction des Générateurs de vapeur, d eau surchauffée et à fluide thermique Révision Mars 2004 Révision Mai 2004 SYNDICAT NATIONAL DE LA CHAUDRONNERIE, TOLERIE ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

Conseils en Ingénierie mécanique

Conseils en Ingénierie mécanique Conseils en Ingénierie mécanique contact@solsi-cad.fr +33 (0)3 87 60 34 49 CONCEVOIR OPTIMISER Metz INNOVER VALIDER Historique 1985 1992 1996 2003 2013 2014 Solsi : Calculs des Structures - FEA Création

Plus en détail

Critères de sélection des matériaux

Critères de sélection des matériaux Critères de sélection des matériaux Quels outils pour faire le meilleur coix? Jean Colombani 04 7 44 85 70 jean.colombani@univ-lyon1.fr Laurent Joly 04 7 43 6 11 laurent.joly@univ-lyon1.fr Vittoria Piscedda

Plus en détail

DESCRIPTION DE L'USINE DE BOUTEILLES

DESCRIPTION DE L'USINE DE BOUTEILLES DESCRIPTION DE L'USINE DE BOUTEILLES Une installation hautement automatisée avec les meilleurs rapports de performances de l industrie dans l Union Euroéenne. Surface Les installations de production de

Plus en détail

Systèmes d identification et repérage

Systèmes d identification et repérage Sommaire Systèmes d identification et repérage Systèmes d identification et repérage Système de repérage.2 Description des matériaux.4 Procédures d essais et de vérification.5.1 Système d'impression pour

Plus en détail

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques SéminaireBIOENERGIESUD Capteurs gaz pour la mesure et le contrôle des procédés Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques Ghislaine VOLLE CIRAD Unité

Plus en détail

Projet NOREV. Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013

Projet NOREV. Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013 Projet NOREV Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013 NOUVEAUX RÉFRACTAIRES VERRIERS ANR -06-MAPR-0014-01 Michel Gaubil Les partenaires du projet MistrasGroup NOREV : les objectifs scientifiques

Plus en détail

Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue.

Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue. Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue. 1 Rappel sur l anodisation sulfurique (OAS) Gamme opératoire

Plus en détail

Valorisation de résidus à base de plastique

Valorisation de résidus à base de plastique Valorisation de résidus à base de plastique Donnez une deuxième vie à des produits d utilité courante pour en créer de nouveaux présentant des propriétés comparables à celles de produits fabriqués à partir

Plus en détail

P r e for o ma m n a c n e c s e s r hé h o é l o o l g o i g q i u q e u s e s d e d s e

P r e for o ma m n a c n e c s e s r hé h o é l o o l g o i g q i u q e u s e s d e d s e Performances rhéologiques des enrobés et des enrobés spéciaux Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Construction DJL inc. 24 novembre 2010 Contenu de la présentation 1. Comportement rhéologique des enrobés

Plus en détail

Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique

Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique Laurent VAN BELLE Jean-Claude BOYER Guillaume VANSTEENKISTE Laurent VAN BELLE - Jean-Claude BOYER - Guillaume

Plus en détail

MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES

MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES INSTITUT HEMES GRAMME Ir. Jacques Dehard Professeur MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES LES ACIERS DE STRUCTURE INSTITUT HEMES GRAMME Ir. Jacques Dehard Professeur Les

Plus en détail

infosteel Journée d études EN1090 Wavre 9/10 décembre 2010

infosteel Journée d études EN1090 Wavre 9/10 décembre 2010 Journée d études EN1090 Wavre 9/10 décembre 2010 Protection contre la corrosion. Ir. MASSART Pascal Service Public de Wallonie Direction des Structures Métalliques. Protection contre la corrosion Prescriptions

Plus en détail

SUPRA 50 - SP 510. ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi

SUPRA 50 - SP 510. ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi SUPRA 50 - SP 510 ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi I. INTRODUCTION La gamme des alliages magnétiques vers 50% de Nickel d Imphy Alloys se compose des nuances suivantes : - SUPRA 50 / SUPRA 50 SP - SUPRA

Plus en détail

Le CTIF et la recherche collective

Le CTIF et la recherche collective Le CTIF et la recherche collective Dans le cadre du contrat de performance qui le lie à la Profession de la fonderie, le CTIF (Centre Technique des Industries de la Fonderie) déploie chaque année des actions

Plus en détail

Ossature bois et justification de la thermique d été. Sylvain Boulet - FCBA

Ossature bois et justification de la thermique d été. Sylvain Boulet - FCBA Ossature bois et justification de la thermique d été Sylvain Boulet - FCBA Sommaire Contexte - Introduction Etat des lieux Exemple de solutions pour l amélioration du confort d été dans les maisons à ossature

Plus en détail

ALARA à la conception de l EPR

ALARA à la conception de l EPR ALARA à la conception de l EPR Patrick Jolivet Ingénieur d études chimie des fluides et radioprotection Expert AREVA 5èmes Journées SFRP, Saint-Malo, 29 septembre 2010 Qu est-ce que l EPR? Réacteur nucléaire

Plus en détail

Machine de caractérisation des matériaux

Machine de caractérisation des matériaux Machine de caractérisation des matériaux Aperçu des développements pédagogiques La liste des développements pédagogique qui suit aussi bien en enseignement transversal qu en enseignement de spécialité

Plus en détail

DEVOIR DE CONCEPTION COMPRESSEUR SANDEN

DEVOIR DE CONCEPTION COMPRESSEUR SANDEN Mercredi 10 mai 2006 DEVOIR DE CONCEPTION COMPRESSEUR SANDEN Les documents de cours et de TD sont autorisés. Certaines données sont à rechercher dans le cours. Pour toutes les questions vous préciserez

Plus en détail

Christel MARHUENDA Email: colles@polytec-pi.fr

Christel MARHUENDA Email: colles@polytec-pi.fr Christel MARHUENDA Email: colles@polytec-pi.fr Famille d adhésifs Caractérisation de l adhérence Traitements de surface Applications industrielles Adhésifs Classification selon leur nature chimique 1-

Plus en détail

Les différents types de fontes

Les différents types de fontes Nom : 1 / 9 Les matériaux ferreux Classification des métaux Métaux ferreux (magnétiques) - Base = fer + carbone + éléments d addition (nickel, chrome, ) : - Aciers: pourcentage de carbone inférieur à 1.7%

Plus en détail

L Axe 3, les procédés de conditionnement et d entreposage de longue durée

L Axe 3, les procédés de conditionnement et d entreposage de longue durée L Axe 3, les procédés de conditionnement et d entreposage de longue durée Guy BRUNEL Séminaire CLI du Gard Axe 3 Nïmes, 30 juin 2006 Les procédés de conditionnement Conditionner = transformer un déchet

Plus en détail

Intervenants : C. Tessier, L. Gaillet / Division MACOA. Date : 06 mai 2004

Intervenants : C. Tessier, L. Gaillet / Division MACOA. Date : 06 mai 2004 Détection de la corrosion et du frottement de fils rompus par Émission Acoustique (EA) Intervenants : C. Tessier, L. Gaillet / Division MACOA Date : 06 mai 2004 Contexte Câbles = éléments structuraux fondamentaux

Plus en détail

Avantages du soudage Laser

Avantages du soudage Laser Avantages du soudage Laser Par rapport au rivetage - gain en masse 8 à 1% - gain en maintenance (fatigue, corrosion ) - coût réduit de 15% Avantages du Laser YAG - transport d énergie par fibre optique

Plus en détail

SOUDURE TUYAUTERIE CHAUDRONNERIE CONSTRUCTION METALIQUE ETUDE ET CONCEPTION ASSISTANCE FORMATION ECHAFAUDAGE

SOUDURE TUYAUTERIE CHAUDRONNERIE CONSTRUCTION METALIQUE ETUDE ET CONCEPTION ASSISTANCE FORMATION ECHAFAUDAGE «Lorsqu'il vous faut la meilleure expertise» SOUDURE TUYAUTERIE CHAUDRONNERIE CONSTRUCTION METALIQUE ETUDE ET CONCEPTION ASSISTANCE FORMATION ECHAFAUDAGE 1 SOMMAIRE 1. Profil...3 2. Activités.....5 Soudure...6

Plus en détail

INNOVATION LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF

INNOVATION LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF INNOVATION LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF FR www.ceratizit.com 2 LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF NUANCES RÉSISTANTES À LA CORROSION Nuances résistantes à la corrosion LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF NUANCES

Plus en détail

TUBES ACIER INOXYDABLE DE PRÉCISION ACIERS INOXYDABLES AUSTÉNITIQUES : NICKEL ET ALLIAGES DE NICKEL : 304L 316L 316Ti 321 310 904L Duplex Super Duplex

TUBES ACIER INOXYDABLE DE PRÉCISION ACIERS INOXYDABLES AUSTÉNITIQUES : NICKEL ET ALLIAGES DE NICKEL : 304L 316L 316Ti 321 310 904L Duplex Super Duplex TUBES ACIER INOXYDABLE DE PRÉCISION ACIERS INOXYDABLES AUSTÉNITIQUES : 304L 316L 316Ti 321 310 904L Duplex Super Duplex NICKEL ET ALLIAGES DE NICKEL : Nickel 200-201 Monel 400 Alloy 600-601-625 - Alloy

Plus en détail

GRANE Acier pour outils et moules

GRANE Acier pour outils et moules D ONNEES TECHNIQUES GRANE Acier pour outils et moules Partout où l on fabrique des outils Partout où l on se sert d outils Cette information est basée sur l état actuel de nos connaissances et est destinée

Plus en détail

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ)

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) : Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) Ph. Tamagny, Laboratoire central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes L. Wendling, Laboratoire régional des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

Pièces forgées et moulées pour les marchés de l énergie et de l industrie

Pièces forgées et moulées pour les marchés de l énergie et de l industrie Pièces forgées et moulées pour les marchés de l énergie et de l industrie 1 2 3 4 5 1) pièces de robinetterie et de pompe 2) pièces pour les fours de sidérurgie 3) pièces pour le marché de la défense 4)

Plus en détail

Supports rétractables

Supports rétractables INGOLD Leading Process Analytics Supports rétractables Supports d électrodes rétractables InTrac pour applications difficiles Large gamme d options Système intelligent de verrouillage d électrodes Nettoyage

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

SYLLABUS INSTALLATIONS GAZ NATUREL

SYLLABUS INSTALLATIONS GAZ NATUREL SYLLABUS INSTALLATIONS GAZ NATUREL ASSOCIATION ROYALE DES GAZIERS BELGES VERSION DU 1 er JUILLET 2009 PRÉAMBULE Le présent syllabus comporte UNIQUEMENT les matières qui doivent être connues pour l'évaluation

Plus en détail

Présentation plans et devis

Présentation plans et devis Présentation plans et devis Production de biogaz pour l autosuffisance énergétique d une ferme porcine Préparé par Sylvain de Ladurantaye Jalil Hassaoui Khalid Ouazir Jeudi, 1 er mai 2008 1 Plan de la

Plus en détail

44èmes Journées du CEM Mai 2005 Fatigue et état de surface

44èmes Journées du CEM Mai 2005 Fatigue et état de surface 44èmes Journées du CEM Mai 2005 Fatigue et état de surface RESUME : 10 et 11 mai 2005 : 44èmes Journées du CEM à Senlis Les 44èmes Journées du Cercle d Etudes des Métaux ont coïncidé en 2005 avec les 24èmes

Plus en détail

La solution à la corrosion.

La solution à la corrosion. La solution à la corrosion. Barre d armature composite pour structures en béton Sécurité accrue. Coût de vie utile réduit. ISO 9001-2000 FM 516533 Plus d avantages, moins d inconvénients et même logique

Plus en détail

version 01 du 21 juillet 2009 - 1 -

version 01 du 21 juillet 2009 - 1 - DUPLEX ACIERS INOXYDABLES AUSTENOFERRITIQUES - 1 - Table des matières Table des matières ------------------------------------------------------------- 2 Préambule -----------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Le REX Matériaux de Phénix et Superphenix Assemblages combustibles Expertises

Le REX Matériaux de Phénix et Superphenix Assemblages combustibles Expertises Atelier Les matériaux pour les RNR refroidis au sodium Le REX Matériaux de et Superphenix Assemblages combustibles Expertises Rapsodie Ph. Dubuisson, A. Bougault Superphenix Ph. Dubuisson - 1 Un réel Retour

Plus en détail

PRESENTATION DES ACTIVITES COMPOSITES DU PEP

PRESENTATION DES ACTIVITES COMPOSITES DU PEP PRESENTATION DES ACTIVITES COMPOSITES DU PEP CLES Vous accompagner dans vos développements composites au travers d un panel complet d activités Activités Composites CLES Formation BU FORMATION Formation

Plus en détail

Béton fibré des parois moulées

Béton fibré des parois moulées Béton fibré des parois moulées AZZI Amin BOTTE FONDATIONS VINCI CONSTRUCTION FRANCE Déviation de la RN19 - BOISSY SAINT LEGER 1 SOMMAIRE 1. Exigences des normes et du marché 2. Recherche bibliographique

Plus en détail

LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC. Fiabilité des canalisations haute pression. Rémi Batisse

LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC. Fiabilité des canalisations haute pression. Rémi Batisse Médiathèque GDF SUEZ /CHARLES STUDIO LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC Fiabilité des canalisations haute pression Rémi Batisse remi.batisse@gdfsuez.com 18 novembre 2010 Plan de l exposé Une très

Plus en détail

Dispositions valides au jour de l'impression

Dispositions valides au jour de l'impression GUIDE TECHNIQUE D ACCREDITATION EN ESSAIS DES MATERIAUX METALLIQUES Document LAB GTA 16 Révision 00 Juin 2007 Section LABORATOIRES SOMMAIRE AVANT PROPOS...4 AVANT PROPOS...4 1. OBJET DU DOCUMENT...5 2.

Plus en détail

ISOVOLTINE. Huile isolante pour transformateurs

ISOVOLTINE. Huile isolante pour transformateurs ISOVOLTINE Huile isolante pour transformateurs HUILE ISOVOLTINE pour TRANSFORMATEURs Sécurité et longévité Un transformateur sous tension est soumis à des températures très élevées. Le lubrifiant empêche

Plus en détail

Hightech by Gerster.

Hightech by Gerster. Hightech by Gerster. Hightech by Gerster: Le spécialiste. Les produits fabriqués en acier, fonte, aluminium ou métaux non ferreux, se comptent par milliers. Les exigences en matière de sécurité, de fiabilité,

Plus en détail

Vous savez faire Nous savons comment

Vous savez faire Nous savons comment Pompes à entraînement magnétique durablement sans fuite Vous savez faire Nous savons comment Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n'y a plus rien à ajouter mais plus rien à retrancher.

Plus en détail

La sécurité par le verre

La sécurité par le verre Pierre Stettler La sécurité par le verre Copyr ight 2004 VI M Isolation thermique Isolation acoustique Contrôle solaire Verre chauffant Sécurité Esthétique et décoration Propriétés du verre Solide amorphe

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE E8 SCIENCES DE LA MATIÈRE SUJET

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE E8 SCIENCES DE LA MATIÈRE SUJET REMPLACEMENT 2015 Métropole - Antilles - Guyane - Réunion Série : STAV BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE E8 SCIENCES DE LA MATIÈRE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice Le sujet

Plus en détail

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Patrick JACQUOT Laboratoire Central BODYCOTE Usine de Pusignan (69) 3ème Séminaire Bodycote Air Liquide, Lyon, 18-19

Plus en détail

Sommaire de la Division 1 de l édition 2007 du CODRES

Sommaire de la Division 1 de l édition 2007 du CODRES Sommaire de la Division 1 de l édition 2007 du CODRES PARTIE G GÉNÉRALITÉS 1 SECTION G1 OBJET DE LA DIVISION 1 DU CODRES 2007 1 SECTION G2 DOMAINE D APPLICATION 1 G2.1 Pressions d étude (Voir GA1.3) 2

Plus en détail

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 12 00 44

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 12 00 44 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Département Feu et Environnement Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 64 33 Télécopie 33 (0)2 32 53 64 68 PROCES

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Ingénierie au service des industriels

db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Ingénierie au service des industriels db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Prestations de service, expertise, essais, maintenance et formation Ingénierie au service des

Plus en détail

Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques

Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques Prise en compte des phénomènes aggravants dans la conception en fatigue Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques J. Limido, M. Suraratchai, C. Mabru C. Espinosa, M. Salaün, R. Chieragatti,

Plus en détail

LES MATERIAUX ET REVETEMENTS

LES MATERIAUX ET REVETEMENTS www.acimhydro.fr LES MATERIAUX ET REVETEMENTS 1- GENERALITES La norme ISO 8044 définit la corrosion comme suit : La corrosion est une interaction physico-chimique entre un métal et son environnement entraînant

Plus en détail

TESTS RDE* SUR DES VEHICULES GPL

TESTS RDE* SUR DES VEHICULES GPL TESTS RDE* SUR DES VEHICULES GPL Etude des émissions de gaz et particules Novembre 2015 réalisée pour le Comité Français du Butane et du Propane *RDE: Real Driving Emissions Emissions en conditions réelles

Plus en détail

Intégration des contraintes d'exploitation à la conception des unités et équipements pétrochimiques Journée Technique AFIAP du 27 Mai 2008

Intégration des contraintes d'exploitation à la conception des unités et équipements pétrochimiques Journée Technique AFIAP du 27 Mai 2008 Intégration des contraintes d'exploitation à la conception des unités et équipements pétrochimiques Journée Technique AFIAP du 27 Mai 2008 Introduction - Objectif Impératif SECURITE, puis Fiabilité et

Plus en détail

BECQUEREL. partageons nos expertises. le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité

BECQUEREL. partageons nos expertises. le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité BECQUEREL le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité partageons nos expertises mesures de radioactivité dosimétrie radioprotection modélisations & simulations études & expertises associées Savoir-faire

Plus en détail

Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation.

Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation. DRIA/SARA Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation. Journée François LACAS Le 22 novembre 2007 LANDRY Ludovic Directeur & Co-Directeur de thèse

Plus en détail

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton C. Lanos, C. Baux, Y. Mélinge LGCGM EA 3913 Equipe MT-Rhéo Rennes, France. Christophe.lanos@univ-rennes1.fr

Plus en détail

QUALITE ET ANALYSE DU BIOGAZ

QUALITE ET ANALYSE DU BIOGAZ QUALITE ET ANALYSE DU BIOGAZ Bonnes pratiques et conséquences technico-économiques sur la valorisation Chambéry 04-11-2014 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 2 LA MATRICE BIOGAZ 3 POINTS SUR L ANALYSE DU BIOGAZ &

Plus en détail

> Entreprise responsable

> Entreprise responsable > BATIMENT DURABLE Atelier 4C - Pour une ville attractive Luc JACQUET luc.jacquet@boostheat.com I + 33 6 79 13 46 31 Proje t Générateur de chaleur haute efficacité auto-fiancé pour la maison individuelle

Plus en détail

Distribution Solutions WireSolutions. Fibres d acier. Applications béton projeté

Distribution Solutions WireSolutions. Fibres d acier. Applications béton projeté Distribution Solutions WireSolutions Fibres d acier Applications béton projeté WireSolutions Solutions en fibres d acier WireSolutions fait partie du groupe ArcelorMittal, leader mondial de l acier. Les

Plus en détail

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für:

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für: Annexe au certificat d'accréditation Bijlage bij accreditatie-certificaat Annex to the accreditation certificate Beilage zur Akkreditatierungszertifikat 009-TEST Version/Versie/Version/Fassung 7 Date d'émission

Plus en détail

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT Remplissage des eaux de chauffage et traitement d'eau QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT SA Route du Madelain 6 1753 Matran Association des techniciens en chauffage, climatisation

Plus en détail

SEMINAIRE TECHNIQUE METALLURGIE. Gand 27 mars 2015

SEMINAIRE TECHNIQUE METALLURGIE. Gand 27 mars 2015 SEMINAIRE TECHNIQUE METALLURGIE Gand 27 mars 2015 PROJECTION THERMIQUE : REVETEMENTS DE PROTECTION HAUTE TECHNOLOGIE Claude Thomas / Sammy Lasseel PIKOASUR Création en 2000 par : Metrasur, France, projection

Plus en détail

Couples fils/flux pour l arc submergé

Couples fils/flux pour l arc submergé Couples fils/flux pour l arc submergé Le procédé de soudage Arc Submergé est un procédé de soudage automatique qui permet d atteindre une très haute productivité : vitesse de soudage élevée, absence de

Plus en détail

CFG MIC Sensor : le monitoring de la biocorrosion des aciers au carbone

CFG MIC Sensor : le monitoring de la biocorrosion des aciers au carbone CFG MIC Sensor : le monitoring de la biocorrosion des aciers au carbone Slide de présentation de la présentation Catherine COTICHE Responsable service hydrochimie corrosion Orléans, 27/09/2011 Les traitements

Plus en détail

Solutions Laboratoires

Solutions Laboratoires Solutions Laboratoires Créons le Bien-Être Solutions Laboratoires Des espaces de travail sûrs et fonctionnels pour les professionnels des laboratoires. 2 Les solutions Halton Vita offrent une gestion intelligente

Plus en détail

Module amplificateur analogique

Module amplificateur analogique Module amplificateur analogique RF 30221/06.08 remplace: 12.05 1/8 type VT-MRPA1-... série 1X H7076 Table des matières titre page Caractéristiques spécifiques 1 Codification 2 Fonctionnement 2 Schéma fonctionnel

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE ES CHEMINS E FE BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE C - 7 ALUMINIUM ET ALLIAGES 'ALUMINIUM EITION : 01/1985 Index 1. CLASSIFICATION...3 1.1. Objet...3 1.2. Composition, caractéristiques mécaniques

Plus en détail

BC-GAZ MAI 2012. Polypipe PE Pression. Gaz. Réseaux de distribution de gaz combustibles

BC-GAZ MAI 2012. Polypipe PE Pression. Gaz. Réseaux de distribution de gaz combustibles BC-GAZ MAI 2012 Polypipe PE Pression Gaz Réseaux de distribution de gaz combustibles Polygaz La sécurité avant tout! Le Polyéthylène utilisé jusqu au début des années 80 dans l Irrigation a connu des évolutions

Plus en détail

Outil de classement des tours aéro-réfrigérantes

Outil de classement des tours aéro-réfrigérantes Outil de classement des tours aéro-réfrigérantes Charles Toulemonde* Patrick Sémété* Jean-Luc Fléjou** Nhu-Cuong Tran* *EDF R&D/MMC, **EDF R&D/AMA Journée des utilisateurs de Code_Aster 2012 15 Mars, 2012

Plus en détail

Bois lamellé-collés. Elément structurel obtenu par collage de lamelles de bois dont le fil est généralement parallèle.

Bois lamellé-collés. Elément structurel obtenu par collage de lamelles de bois dont le fil est généralement parallèle. Bois de structure Bois lamellé-collés Definition Caractéristiques Fabrication Références normatives Spécifications Marquage C.E Certification Acquis environnementaux Définition Elément structurel obtenu

Plus en détail

Un outil pluridisciplinaire au service de l industrie

Un outil pluridisciplinaire au service de l industrie Un outil pluridisciplinaire au service de l industrie BUREAU D études électricité automatisme INSTRUMENTATION SASI propose son expertise de l ingénierie électrique aux acteurs de l industrie Analyses fonctionnelles

Plus en détail

Degré de protection ...

Degré de protection ... Degré de protection IP L indice IP traduit le degré de protection des enveloppes de matériel électrique (dispositifs électriques, éclairage ou installations) et nous renseigne sur leur aptitude à fonctionner

Plus en détail

Coque d ordinateur portable

Coque d ordinateur portable IUT Lyon 1 - Génie Mécanique et Productique Science des matériaux F315 Sélection des matériaux Examen 2012-2013 sujet 1 NOM et prénom : Groupe : Durée de l épreuve : 55 min. Aucun document autorisé, calculatrices

Plus en détail

Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble

Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble de l ARS Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble Christophe DUMONT-GIRARD 22 octobre 2015 Pôle Travaux et services techniques Service énergies sécurité technique développement

Plus en détail

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique laboratoire de Chimie Industrielle - Génie des Procédés O. CHEDEVILLE, M. DEBACQ, C. PORTE Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique Présentation

Plus en détail

INTERVENTIONS SUR CHANTIER

INTERVENTIONS SUR CHANTIER LISTE DES PRESTATIONS INTERVENTIONS SUR CHANTIER Intervention sur chantier avec déplacement (< 80 km) et mise à disposition du matériel pour la réalisation d un carottage en diamètre 60 mm. Réalisation

Plus en détail

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Directive R&TTE Intégration des modules radio Norme EN50364 : 2010 DAS Directive R&TTE Directive R&TTE

Plus en détail

Votre partenaire privilégié pour. achats de produits métallurgiques

Votre partenaire privilégié pour. achats de produits métallurgiques Votre partenaire privilégié pour optimiser vos solutions en achats de produits métallurgiques Vous êtes fabricant dans les secteurs de : - Découpe, emboutissage, usinage - Transport (carrosserie, remorques

Plus en détail

Jean-Michel VIGO. L exécution des structures Le soudage. Consultant ConstruirAcier

Jean-Michel VIGO. L exécution des structures Le soudage. Consultant ConstruirAcier L exécution des structures Le soudage Jean-Michel VIGO Consultant ConstruirAcier Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire WWW.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail