Rapport intermédiaire de Groupe de Recherche IUFM. Table des matières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport intermédiaire de Groupe de Recherche IUFM. Table des matières"

Transcription

1 Rapport intermédiaire de Groupe de Recherche IUFM (années ) Table des matières Table des matières... 1 (Une fois votre rapport terminé, merci de bien vouloir placer votre curseur dans la table des matières ci-dessus et d effectuer un clic droit puis cliquer sur mettre à jour les champs) Aspects Administratifs... 2 Titre du GRI :Les situations de communication orale médiées par les TIC : quelle plusvalue pour l enseignement- apprentissage d une langue étrangère et l intégration des TIC à l école élémentaire?... 2 Responsable : Brigitte gruson... 2 Composition du groupe :... 2 Mode(s) de financement :... 2 Moyens logistiques :... 3 Fonctionnement du groupe de recherche pendant l année écoulée :... 3 Eléments prévisionnels :... 3 Les réunions de travail... 3 Aspects Scientifiques... 4 Description de la recherche... 4 Cadre théorique :... 5 Eléments de valorisation : (Une fois votre rapport terminé, merci de bien vouloir placer votre curseur dans la table des matières cidessus et d effectuer un clic droit puis cliquer sur mettre à jour les champs). GRI Rapport Final 1 / 12

2 Aspects Administratifs Titre du GRI :Les situations de communication orale médiées par les TIC : quelle plus-value pour l enseignementapprentissage d une langue étrangère et l intégration des TIC à l école élémentaire? Responsable : Brigitte gruson Composition du groupe : Nom Prénom Statut Adresse GUILLOU Carole Formateur BARNES Françoise Formateur GARCON Sylvie PREC administrative IUFM, site de Quimper IUFM, site de Saint-Brieuc IUFM, site de Rennes Adresse mail fr m.fr r KEWARA Punwalai Doctorante CREAD Doctorante LE HENAFF Carole CREAD & PE LAHOGUE Arnaud PE MORISSE Dorika IA 35 CPD Quai Dujardin - Langues Rennes LEBIAN Philippe PE SHEER Léna PE École Sanquer à Brest 2 pl Sanquer BREST École Jean Moulin à Rennes

3 Mode(s) de financement : Nombre d heures financées par l INRP Nombre d heures financées par l IUFM 60 0 Moyens logistiques : - réunions en présentiel (ordi, videoprojecteur et enceintes) et en visioconférence - lieux des réunions : IUFM, site de Rennes - sollicitation de l espace recherche : espace Transana, accompagnement de l'utilisation de Transana - utilisation d un espace de mutualisation : documents partagés / intersites Fonctionnement du groupe de recherche pendant l année écoulée : Six réunions sur l'année organisées selon le calendrier ci-dessous : Mercredi 20 octobre Mercredi 17 novembre Mercredi 12 janvier Mercredi 16 mars Mercredi 18 mai Mercredi 8 juin Travail de conception de deux ingénieries didactique en deux sous-groupes : - Groupe "Cluedo" - Groupe "Fantastic Mr Fox" Eléments prévisionnels : Les réunions de travail Cinq réunions d'une journée et une journée d'étude R1 : mercredi 28 septembre 2011 (9h30-17h) R2 : mercredi 23 novembre 2011 (9h30-17h) R3 : mercredi 1er février 2012 (9h30-17h) Journée d'étude : mercredi 21 mars 2012 (9h30-17h) R4 : mercredi 9 mai 2012 (9h30-17h) R5 : mercredi 13 juin 2012 (9h30-17h)

4 Aspects Scientifiques Description de la recherche Objectifs : Observer et analyser des séquences de classe intégrant des situations d interactions entre francophones et non francophones médiées par un système de visioconférence. Comparer ces situations à des situations d interaction entre élèves francophones, Mieux comprendre la façon dont les élèves construisent leurs compétences orales, Examiner les effets de la visioconférence sur le développement des compétences interculturelles des élèves, Décrire les effets de ces nouvelles situations sur les formes et les contenus de l enseignement-apprentissage des langues, Approfondir le travail de spécification de certaines notions théoriques (notamment, les notions de contrat didactique et de milieu et celles de jeu épistémique et jeu d'apprentissage). Éléments de problématique : Le cadre européen commun de référence pour les langues (désormais CECRL) introduit dans l'enseignement des langues une perspective actionnelle, soit un modèle théorique de la communication et de l'apprentissage qui conduit à considérer l'apprentissage comme le développement de l'aptitude à mobiliser des ressources (savoirs linguistiques, pragmatiques, culturels, etc.) à des fins d'usage social. Dans cette perspective, les nouvelles formes de correspondance scolaire rendues possibles par les systèmes de visioconférences ou les logiciels de messagerie instantanée semblent créer, en dépassant le cadre spatial de la classe, les conditions de pratiques langagières mieux finalisées. En effet, en mettant les élèves en position d'échanger avec des élèves natifs dans un but bien défini (échanger des informations personnelles, participer à un jeu, etc.), la communication synchrone entre pairs représente une tâche communicative proche de celles que les élèves pourraient rencontrer en dehors de l'école. L hypothèse qui sous-tend le projet «1000 visioconférences pour l'école», qui a pour objectif de développer l'usage des TICE dans l'enseignement primaire et s'inscrit dans la perspective actionnelle, est que le fait de mettre les élèves en situation de communiquer à distance en temps réel avec des partenaires étrangers leur permettra d améliorer leurs compétences de communication orale 1. Toutefois, les expérimentations restant peu nombreuses, nous ne disposons pas actuellement de résultats fondés sur des analyses empiriques précises et un protocole de recherche rigoureux incluant des pré- et post-tests qui permettraient vraiment de mesurer le potentiel supposé de la visioconférence. 1 Sur le site Educnet du Ministère, on peut lire que «le plan «1000 visioconférences pour l'école», lancé par le ministère en 2007, avait pour objectif de favoriser l apprentissage des langues en permettant aux élèves de dialoguer en direct avec des interlocuteurs natifs (enseignants, élèves de classe jumelée).»

5 Cette recherche vise donc à examiner les effets de l'utilisation de la visioconférence sur l'action des professeurs et sur la façon dont les élèves pratiquent les connaissances visées et développent leurs compétences interculturelles. Pour ce faire, elle s'appuie sur une analyse comparative de situations d'apprentissage mises en oeuvre lors de séances d'anglais ordinaires et de séances d'échanges synchrones entre des élèves français et des élèves anglais. D'autre part, cette recherche nous donne l'occasion de questionner certains des outils conceptuels que nous utilisons pour analyser les situations d'enseignement-apprentissage de l'anglais avec des élèves quasi-débutants. Cadre théorique : Outils conceptuels et questions de recherche (extrait article pour Distances et Savoirs) Nous empruntons nos outils théoriques à deux domaines de recherches complémentaires : la didactique des langues et cultures (désormais DLC) et les approches comparatistes en didactique. Dans le cadre de cet article, nous nous centrons sur quelques notions essentielles, qui, selon nous, permettent de jeter un éclairage fructueux sur les échanges produits en classe de langue étrangère. Parmi les notions que nous utilisons, nous décrivons ci-après trois systèmes de notions, puis nous abordons le concept de distance en essayant de préciser de quelle manière il nous semble possible de l'utiliser dans les analyses que nous menons. Le premier système de notions que nous présentons est celui de jeu d'apprentissage et jeu épistémique qui nous permet de décrire de manière systémique et dynamique certaines notions utilisées jusqu'à maintenant de façon parfois juxtaposée. Parmi ces dernières, nous décrivons, dans un deuxième temps, notre travail de spécification des notions de contrat didactique et de milieu à la DLC. Enfin, nous abordons rapidement le triplet des genèses tel qu'il est utilisé dans les approches comparatistes et, plus précisément, dans la théorie de l'action conjointe en didactique (Sensevy & Mercier, 2007). Des situations modélisées sous forme de jeux Le fait de modéliser, à la suite de Sensevy (2007), les situations d'enseignementapprentissage que nous étudions sous forme de jeu nous permet de mettre en évidence certains aspects du monde social et de l activité humaine et de prendre en compte, dans un modèle intégratif, les dimensions affectives de l action (l investissement dans le jeu), ses dimensions effectives, pragmatiques (quand et comment on gagne) et institutionnelles (à quelles conditions le gain est reconnu). Ce modèle distingue différents types de jeux parmi lesquels les jeux d'apprentissage et jeux épistémiques sont essentiels (Loquet, 2009, Marlot, 2008, Santini, 2008). Les jeux d'apprentissage correspondent aux situations plus ou moins denses en savoir au sein desquelles les élèves évoluent et à travers lesquelles ils actualisent un jeu que nous appelons jeu épistémique en acte. Un jeu d'apprentissage (désormais JA) est censé créer les conditions d'accès aux savoirs qui sont une clé pour jouer et gagner à un jeu épistémique (désormais JE) particulier. Tout JE vise la construction d'un nouveau savoir et est en tension vers un jeu épistémique source. Pour nous, un JE source correspond à une pratique humaine, une œuvre culturelle. C'est à partir de la modélisation des co-actions successives des partenaires de l'action en JA que nous obtenons, par décantation de la pratique et extraction de ses éléments épistémiques, soit grâce à un processus de transposition ascendante, les JE cible et source visés. En classe de langue étrangère, l'action didactique est par nature même une action communicationnelle. Notre étude se centre donc sur l'analyse des processus de communication et des pratiques langagières en situation, sachant que ces dernières acquièrent sens et finalité en s enracinant dans une situation où s opèrent et se négocient des transactions. Le terme de transaction tel que nous l'utilisons renvoie aux travaux de pragmatistes tels que Dewey (Dewey & Bentley, 1949) et Vernant (1997).

6 «Par [le] terme [transactionnel], nous désignons les relations complexes qui lient l'acte de discours comme pratique langagière aux activités non langagières dans lesquelles il s'inscrit. L'interaction communicationnelle n'a généralement pas sa finalité en elle-même. Elle est hétéronome : la coopération langagière vise, in fine, une coopération non langagière : une transformation du monde par ou avec autrui.» (Vernant, ibid, p. 47) Les notions de contrat didactique et de milieu comme outils de description Ces deux notions, initialement élaborées dans le champ de la didactique des mathématiques, grâce notamment aux travaux de Guy Brousseau (1998) et d Yves Chevallard (1992), ont été partiellement redéfinies dans le cadre des recherches menées au sein des approches comparatistes en didactique (Sensevy & Mercier, 2007). Pour notre part, nous menons actuellement un travail de spécification de ces deux notions à la DLC et étudions plus particulièrement (Gruson, 2009) la façon dont les différents types d'équilibre contrat/milieu caractérisent le travail conjoint2 du professeur et des élèves. La notion de milieu La notion de milieu au sens de milieu résistant, soit producteur de rétroactions prégnantes et adéquates, a été initialement produite par Brousseau (1998). Spécifiée à notre discipline, cette notion permet d'étudier la façon dont les élèves mobilisent, en étant directement confrontés à un milieu, qui peut être matériel (un document iconographique, un dictionnaire, etc.) ou symbolique (une formulation telle que : «I've got a dog», un domaine lexical, etc.), les habiletés et les outils linguistiques que le professeur veut qu'ils acquièrent sans qu'il ait à intervenir directement sur les savoirs. Ainsi, nous adhérons aux propos de Sensevy (2008) lorsqu il écrit qu'«il y a intérêt scientifique à pouvoir désigner, ce qui, dans l environnement cognitif et matériel au sein duquel évolue l élève (dans le milieu), lui résiste adéquatement (c est-à-dire de manière à favoriser le projet d enseignement du professeur), en lui permettant par là même une forme d émancipation du contrat didactique et de ses habitudes conjointes» (p. 135). Cette première définition du milieu s est depuis peu enrichie grâce aux travaux de Sensevy (2007) qui l a complétée en désignant par milieu l environnement cognitif commun au professeur et aux élèves. Dans cette perspective, le milieu est envisagé comme «contexte cognitif de l'action» (Ibid) dans lequel se trouvent, dans des proportions variables, des objets descriptibles en positif - certains savoirs anciens et des objets descriptibles en négatif - les nouveaux savoirs qui permettront de résoudre le problème posé dans la situation. Ainsi, pour produire des actions langagières pertinentes, les élèves doivent être capables d'interpréter le système de signification en jeu dans la situation et donc de prendre la mesure du «contexte cognitif», dont font partie les normes pérennes du contrat didactique. Selon nous, il est possible de spécifier la notion de milieu, dans ces deux acceptions, au champ de la DLC. Ainsi, il nous semble que l'analyse de situations de "pairwork 3 ", dans lesquelles les élèves sont directement confrontés à un milieu, doit permettre de spécifier la nature des rétroactions que les élèves reçoivent du milieu. Par ailleurs, en classe de langue étrangère, notamment avec des élèves quasi-débutants, il nous paraît possible de caractériser le milieu de trois façons complémentaires. Tout d'abord, la classe de langue étrangère se distingue des autres par la présence de nombreux media différents et un recours à des systèmes sémiotiques qui accordent, notamment avec les élèves quasi-débutants, une place importante au non-verbal. Ceci nécessite de la part des élèves un travail de perception et de traitement de l'information très 2 Pour une présentation du programme de recherche sur la théorie de l action conjointe en didactique, voir l ouvrage dirigé par Sensevy & Mercier (2007). 3 Le terme "pairwork" renvoie ici à une situation orale d'échanges fondées sur un déficit d'informations, tel qu il est utilisé par de nombreux professeurs d anglais. Il se distingue du terme «binôme» qui, lui, s'applique à toute situation de travail à deux.

7 dense. Ainsi, pour évoluer efficacement au sein d'une situation, les élèves doivent utiliser des modalités sensorielles variées (lexicale, iconique, sonore) et effectuer un travail complexe de mise en relation de l'ensemble des éléments constitutifs de la situation. Par conséquent, la première caractéristique de ce milieu est, selon nous, qu'il est intrinsèquement multimodal. Deuxièmement, du fait de l'alternance codique, soit des passages de la langue cible à la langue de scolarisation, ce milieu est par définition hétérogène. Enfin, ce milieu est un milieu fortement exolingue (Porquier, 1984 ; Alber et Py, 1985), c'est-à-dire un milieu qui se caractérise par des divergences particulièrement significatives entre les répertoires linguistiques respectifs des participants aux interactions. Considérons, par exemple, les énoncés produits en langue étrangère par i) des élèves quasi-débutants, ii) le professeur ou iii) des natifs lors de l utilisation d enregistrements sonores ou vidéo ou de séances en visioconférence. Le milieu en classe de langue étrangère semble donc pouvoir être décrit, dans une première approximation, selon une triple définition. Il est à la fois multimodal, hétérogène et fortement exolingue. De ce fait, nous adhérons aux propos de Cicurel (2002) lorsqu'elle écrit : «Il semble que la compétence à être un apprenant «performant» ne provienne pas seulement du développement d'une compétence linguistique mais aussi d'une compétence à s'orienter dans une hétérogénéité textuelle voire contextuelle assez complexe. Cela exige qu'un habitus culturel de type scolaire existe ou préexiste, permettant aux participants de suivre le fils du discours dans sa discontinuité.» (p. 190). Enfin, à la suite de Moore (1993), il nous semble que les situations d'échanges médiées par des systèmes de visioconférence, qui accentuent l'hétérogénéité contextuelle et la plurimodalité, rendent le milieu auquel sont confrontés les élèves encore plus complexe. «what was before a bilateral relationship between a teacher and a distant learner is now a multilateral relationship that brings an enormous number of dialogues between and among participants.» (p. 34) La notion de contrat La notion de contrat didactique peut se décrire comme un système d attentes, à propos du savoir, entre le professeur et les élèves ou comme un système d habitus ou de règles du jeu immanent à telle ou telle situation, dont les implications réciproques sont constamment redéfinies dans l action. Cette notion, initialement produite par Brousseau en 1978 à l occasion de ses recherches sur l échec électif en mathématiques, a été reprise et reconfigurée dans le cadre de l élaboration de la théorie de l action conjointe en didactique. Cette notion est également utilisée en DLC. Dans ce champ, le contrat didactique est souvent conçu comme un des éléments définitoires de la classe de langue, qui se distingue d autres lieux d acquisition, notamment par la présence d une dimension contractuelle (De Pietro, Matthey & Py, 1989 ; Palotti, 2002). Dans d'autres travaux, il est aussi défini comme un contrat interactif qui fixe le déroulement et la nature des interactions qui se produisent au cours de la séance de langue étrangère (Moore et Simon, 2002). Cette rapide mise en rapport montre que les didacticiens des langues étrangères spécifient la notion de contrat didactique à leur propre projet, ce que nous tentons également de faire dans notre utilisation de cet outil conceptuel car cette notion nous paraît essentielle au processus de description des transactions didactiques et de compréhension du poids des habitudes d action dans leur formation. Pour notre part, dans la recherche dont sont extraites une partie des données présentées ici (Gruson, 2006), nous avons mis au jour trois types de contrats caractéristiques de l enseignement-apprentissage de l anglais avec des élèves quasidébutants : un contrat d utilisation de la langue étrangère, un contrat de répétition et un contrat de production d énoncés complets corrects. Dans cet article, nos analyses viseront à étudier dans quelle mesure ces trois contrats déterminent les actions langagières conjointes

8 des professeurs observés et de leurs élèves et si les formes de détermination sont différentes dans la séance ordinaire et dans celle en visioconférence. Le triplet des genèses : des outils complémentaires de description de l'action conjointe du professeur et de ses élèves Pour rendre compte des transactions didactiques, il est également possible de se centrer sur la façon dont le professeur gère le rapport effectif des élèves à la situation et à ses milieux (mésogenèse), organise l avancée du temps didactique (chronogenèse) et le partage des responsabilités entre lui et les élèves (topogenèse). Ce triplet des trois genèses est un triplet dynamique qui vise à décrire le fonctionnement du système didactique dans son évolution. La notion de mésogenèse (Chevallard, 1992 ; Sensevy & al., 2000) permet d étudier la façons dont le contenu des transactions se trouve co-élaboré par le professeur et les élèves. Ainsi, une description mésogénétique se centrera sur la manière dans le professeur introduit un nouvel objet dans le milieu, soit comment il modifie le milieu au fil de l'activité. Cette notion a des liens indissociables avec celle de chronogenèse puisque toute modification mésogénétique est nécessairement liée à l'avancée du temps didactique. La notion de chronogenèse doit, de plus, être envisagée comme «relative à la double temporalité du temps de l enseignement et du temps de l apprentissage chacun desquels donne lieu à des rapports aux objets de savoir non directement superposables.» (Schubauer- Leoni, 2001). Cette remarque de Schubauer-Leoni rejoint la question problématique de la relation entre le caractère local des activités mises en œuvre et le développement à long terme des compétences langagières. La notion de topogenèse complète les deux précédentes. Elle permet de décrire les «contours des territoires» (Moore & Simon, 2002) respectifs du professeur et des élèves, soit la manière dont les différentes actions mésogénétiques et chronogénétiques sont partagées entre le professeur et les élèves. «A chaque instant de la chronogénèse, le professeur et les élèves occupent un lieu précis, un topos, c est-à-dire accomplissent un ensemble de tâches, dont certaines sont spécifiquement liées à la position de professeur, et d autres à la position d élève. Par exemple, dans le contrat classique en mathématiques, la démonstration appartient au topos du professeur, la recherche d exercices appartient au topos de l élève, et une topogénèse est ainsi décrite. A chaque instant de la chronogénèse correspond un état de la topogénèse4.» (Sensevy, 2001, pp ) La prise en compte conjointe de ces trois notions pour décrire le processus d'enseignementapprentissage permet donc de disposer d'un système de description à fort potentiel heuristique qui s'articule autour des questions fondamentales suivantes : quel est le contenu épistémique précis des transactions didactiques? Quand, comment et pour quelles raisons ce contenu évolue-t-il au fil des séances? Comment s'organise le partage des responsabilités entre les élèves et les professeurs? L'étude comparée de séances ordinaires et de séances en visioconférence met-elle en évidence des fonctionnements méso-, chrono- et topogénétiques différents? Une combinaison de formes de distance particulière Au delà de la distance spatiale entre les classes lors des séances en visioconférence, les écarts linguistiques et culturels pèsent fortement sur les transactions entre les élèves. En effet, même si un des intérêts de la visioconférence est de permettre aux élèves d'avoir une pratique "authentique" de la langue orale et d'accéder à d'autres cultures, elle place les élèves dans un milieu très ouvert qui échappe non seulement à leur contrôle mais aussi partiellement à celui 4 A cette affirmation on peut désormais ajouter qu à chaque instant de la chronogénèse correspond également un état de la mésogénèse.

9 du professeur. Ceci nous conduit à penser que, lors d'échanges en visioconférence, les élèves doivent mobiliser des compétences spécifiques qu'il conviendrait de définir plus précisément 5. Parmi celles-ci, la nécessité de maintenir la continuité des transactions requiert que les élèves fassent des efforts pour comprendre et se faire comprendre et soient donc plus attentifs, par exemple, aux composants phonologiques de la langue. Par ailleurs, les séances en visioconférence telles que nous les étudions nous conduisent à interroger la notion de distance transactionnelle développée initialement par Moore (1993) pour décrire «l'univers des relations enseignant-élève qui existe lorsque les élèves et les enseignants sont séparés dans l'espace et/ou dans le temps.» (p. 22). Comme l'explique Macedo-Rouet (2009) à la suite de Moore, «la distance de transaction est un «espace psychologique et communicationnel. Elle est fonction de deux variables liées aux procédures d'enseignement (la structure et le dialogue) et d'une variable relative au comportement des apprenants (l'autonomie de l'apprenant)» (p. 66). Cette distance transactionnelle est soumise à différents facteurs contextuels 6 qui ont pour effet de l'augmenter ou de la réduire. Parmi ceux-ci, nous retenons ceux qui sont susceptibles d'avoir un impact sur la situation étudiée ici. Ainsi, Moore (1993, pp ) indique que le nombre d'élèves, la fréquence des échanges, la nature des contenus et le niveau des élèves ont des effets sur la distance transactionnelle. Macedo-Rouet (2009), quant à elle, précise que des facteurs externes tels que des problèmes techniques peuvent augmenter la distance transactionnelle mais qu'une pratique experte peut, au contraire, la réduire. «[Ce] décalage son-image est jugé gênant par les apprenants en visioconférence; mais la distance spatiale n'est pas ressentie grâce au professionnalisme des formateurs qui s'efforcent de regarder la caméra en face augmentant la proximité avec l'apprenant.» (p.80) Ce constat met en évidence la nécessité de réfléchir aux compétences spécifiques que les enseignants doivent maîtriser pour que les élèves tirent le meilleur profit des séances en visioconférence. Il montre aussi qu'une analyse des comportements proxémiques (Forest, 2006) devrait permettre de mettre au jour les effets des comportements non-verbaux sur les transactions. Quoi qu'il en soit, Moore affirme que la visioconférence représente un potentiel très prometteur à la fois pour les élèves et les enseignants, ce qui reste à mesurer à la lumière de données empiriques précises. Aspects méthodologiques : Enregistrements video de séances, voire de séquences Elaboration de synopsis Transcription des séances avec le logiciel Transana L'année a été notamment consacrée à l'élaboration de deux ingénieries coopératives (Jeu du Cluedo & Fantastic Mr Fox). Les séances de mise en oeuvre du Cluedo ont été intégralement filmées du côté français et du côté britannique. Les séances «Mr Fox» ont été mises en oeuvre et filmées dans une classe «ordinaire». La réalisation et le tournage des séances en visioconférence fera l'objet du travail du 1er trimestre de l'année universitaire Eléments de discussion : 5 Une partie de ces compétences est décrite par Tudini (2003) en lien avec l'évaluation des effets de la visioconférence sur les apprentissages des élèves : «The focus of assessment would ideally need to be on pragmatic aspects of learners' interactions [..] Learners' discourse management strategies and efforts in using the target language idiomatically (with minimal transfer from first language structures and expressions) also need to be taken into account. Given that chatting seems to promote negotiation, assessment criteria should promote and reward the ability to negotiate.» (p. 96) 6 Pour une présentation détaillée de ces facteurs, voir Moore (1993) et Macedo-Rouet (2009).

10 Une gestion de la chronogenèse et de la mésogenèse plus délicate Lors de séances ordinaires, le professeur est en quelque sorte maître du jeu : c'est généralement lui, notamment avec des élèves quasi-débutants, qui introduit les nouvelles connaissances et contrôle les ressources qu'il met à la disposition des élèves. Par contraste, lors de séances en visioconférence, le professeur et les élèves partenaires sont susceptibles, à tout moment, d'avoir recours à des éléments de langue inconnus. Ces importations chrono- et mésogénétiques inattendues modifient la place et le rôle du professeur. A chaque nouvelle introduction, ce dernier doit choisir entre la valider ou l'invalider, la reprendre à son compte ou laisser ses élèves en négocier le sens car, quel que soit son choix, il lui revient de contrôler le niveau d'incertitudes pour que ses élèves puissent continuer à évoluer dans le milieu de façon constructive. Des spécificités avérées Nous avons souligné, à plusieurs reprises, que le fait d'interagir avec une classe à distance nécessitait, tant de la part des élèves que des professeurs, la mobilisation d'un large éventail de connaissances et de compétences particulières. Toutefois, faute d'un matériau empirique plus conséquent et d'un protocole de recherche intégrant des pré- et post-tests, il nous est impossible de mesurer les effets de ces échanges sur les apprentissages des élèves. Du côté des professeurs, il semble que les conditions de réussite et d'efficience 7 de séances en visioconférence reposent sur un haut niveau d'expertise et un investissement important du fait de la charge de travail (ex : temps de planification et de conception avec le professeur partenaire) qui accompagne la mise en place de ces séances. Ceci plaide donc en faveur d'un accompagnement institutionnel et de l'organisation de temps de formation sans lesquels les projets d'échanges médiés par la visioconférence risquent fort de ne pas porter les fruits espérés. Par ailleurs, la comparaison entre une séance ordinaire et une séance en visioconférence nous a permis de mettre en évidence les effets de la séance de visioconférence sur le milieu et les formes de contrat en jeu, ce qui nous encourage à poursuivre le travail de spécification de ces outils à la DLC. La visioconférence : un levier pour réduire la distance au jeu épistémique source? En instaurant des expériences de communication plus proches de celles que les élèves vivront en dehors de la classe, les séances de visioconférence semblent représenter un moyen puissant de réduire la distance entre les jeux épistémiques en acte dans les séances et les jeux épistémiques sources. Toutefois, nous avons vu que cette distance peut varier de manière importante selon la nature des situations que les professeurs proposent et la place qu'ils occupent. Ces constats ajoutés aux précédents nous conduisent à réitérer la nécessité de mettre en place une formation professionnelle solide seule susceptible de constituer une véritable aide à une mise en place efficiente de ces séances. Perspectives : Il nous semble que les séances en visioconférence présentent un fort potentiel qui nécessité d'être exploré par de futures recherches fondées sur des analyses empiriques fines permettant de rendre réellement compte du système de contraintes et de ressources qu'elles constituent. A 7 Selon Lawson et al. (2004) cité par Macedo-Rouet (2009, p. 86), il est possible de subdiviser l'efficacité de la visioconférence en deux paramètres. «La réussite correspond aux conditions nécessaires pour qu'une séance en visioconférence se déroule sans problèmes, pour qu'elle «marche». L'efficience correspond à l'atteinte d'objectifs pédagogiques pour les séances de visioconférence.»

11 ce jour, les données empiriques dont nous disposons nous ont permis de produire quelques résultats que nous nous proposons de continuer à approfondir dans le cadre des analyses que nous avons commencé à produire en lien avec les deux ingénieries didactiques qui ont été conçues en dont l'une reste à mettre en oeuvre. Par ailleurs, ce travail devrait trouver un prolongement dans le cadre de la mise en place d'un LéA entre l'école Jean Moulin de Rennes et l'ifé. Eléments de valorisation : Organisation d'une journée d'étude le 30 mars 2011 «La visioconférence dans l enseignement apprentissage des langues apports et difficultés», IUFM, site de Rennes (Visioconférence avec le site de Quimper le matin) Prise en charge par les membres du GRI d'une conférence plénière et de 4 ateliers Publications : Gruson, B.(2010) Analyse comparative d une situation de communication orale en classe ordinaire et lors d une séance en visioconférence. Distances et Savoirs. 3, 8, Communications lors de colloque : Le Hénaff, C. (2009). Can young learners cultural competences be accounted for? Communication présentée au colloque international European Conference on Educational Research (ECER). Vienne, Autriche, septembre. Le Hénaff, C. (2009). L articulation des compétences linguistiques et culturelles à l école primaire : analyse didactique de séances de visioconférence et élaboration d une enquête quantitative. Actes du colloque international de l Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Etrangères (ACEDLE), Les langues tout au long de la vie. Lille, décembre Gruson, B. (2010). La visioconférence : Quels effets sur la nature des interactions produites lors de séances d anglais au cycle 3? Colloque International Spécificités Et Diversité Des Interactions Didactiques, Lyon, France. Le Hénaff, C. (2010). The implementation of cultural activities in primary school classes. Communication présentée au colloque international European Conference on Educational Research (ECER). Helsinki, Finlande, août. Gruson, B. & Le Hénaff, C. (2011). Conception coopérative d ingénieries à l école primaire - Etude de Fantastique Maître Renard (Roald Dahl). Journée d étude organisée par l équipe ALDIDAC (Approche Linguistique et Didactique de la Différence Culturelle) - IMAGER EA - Université Paris Est. Didactique des langues et théâtre. 6 mai Gruson, B. & Barnes, F. (2011). "What is the impact of the use of video conferencing on the teaching and learning of a foreign language in primary?". Colloque international de l EUROCALL (European Association for Computer-Assisted Language Learning). Nottingham, Royaume-Uni, 31 août au 3 septembre Le Hénaff, C. & Gruson, B. (2011). How can the use of videoconferencing help young learners develop their intercultural skills? Colloque international de l ECER (European Conference on Educational Research). Urban Education. Berlin, Allemagne. 13 au 16 septembre Présentation des travaux du GRI Séminaire de formateurs à Plestin en janvier 2011 Inscriptions en master ou doctorat :

12 Arnaud Lahogue : M2 EAD, mention très bien Françoise Barnes : M2 EAD soutenu en Septembre 2011, mention Très bien. "Les effets de la visioconférence sur l'acquisition de compétences en FLE chez des élèves anglophones" Un mémoire de CAFIPEMF Morisse, D. (2010) : A quelles conditions les interactions orales médiées par la visioconférence en CM1/CM2 contribuent-elles au renforcement des compétences des élèves en allemand et à l acquisition du niveau A1 du CECRL

Page 1 sur 9. RAPPORT GRI Année 2008-2009 - 1ère année

Page 1 sur 9. RAPPORT GRI Année 2008-2009 - 1ère année Page 1 sur 9 RAPPORT GRI Année 2008-2009 - 1ère année Les situations de communication orale médiées par les TIC : quelle plus-value pour l enseignement-apprentissage d une langue étrangère et l intégration

Plus en détail

Analyse comparative d'une situation de communication orale en classe ordinaire et lors d'une séance en visioconférence

Analyse comparative d'une situation de communication orale en classe ordinaire et lors d'une séance en visioconférence Analyse comparative d'une situation de communication orale en classe ordinaire et lors d'une séance en visioconférence Brigitte Gruson IUFM de Bretagne, Université de Bretagne Occidentale 153, rue Saint-Malo

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL DIDACTIQUE FLES

MASTER PROFESSIONNEL DIDACTIQUE FLES MASTER PROFESSIONNEL DIDACTIQUE FLES Mention : Sciences du langage Spécialité : Didactique du français langue étrangère et seconde Contacts Composante : UFR Langues et Civilisations Contact(s) administratif(s)

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM,

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM, 15 Les nouvelles technologies et les stagiaires IUFM : une appropriation mal contrôlée Philippe Le Borgne IUFM de Franche-Comté philippe.leborgne@fcomte.iufm.fr PRÉSENTATION Cet exposé s intègre dans les

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Url : http://www.banqoutils.education.gouv.fr/index.php Niveau : GS au Lycée Conditions d'utilisation : Pas d'inscription nécessaire. Format des ressources

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE. hors R3

FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE. hors R3 FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE hors R3 Dispositifs avec candidature individuelle 7 DISPOSITIF : 09D0640014 - SCOLARISER UN ELEVE EN SITUATION DE HANDICAP EN MILIEU ORDINAIRE - BEARN Module : 1031

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

Groupe Mathématiques Instrumentées au Lycée

Groupe Mathématiques Instrumentées au Lycée Groupe Mathématiques Instrumentées au Lycée BILAN DU GROUPE (2011-2012) Participants Nom, prénom, grade et établissement du responsable du groupe : PEAN Manuel Agrégé Lycée Camille Claudel, Blois Nom,

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Christian Ollivier est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Réunion et membre du laboratoire Langues, textes et Communication dans les espaces créolophones et francophones

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI)

LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI) LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI) 1. L'utilisation du CBI vous est apparue 1. complexe 2. -3 3. -2 4. -1 5. 1 6. 2 7. 3 8. simple 2. Une formation à l'utilisation du CBI est 1. inutile 2. -3 3. -2 7.

Plus en détail

ALLEGRO. Auftakt-Begleitausschuss / Première réunion du Comité d accompagnement

ALLEGRO. Auftakt-Begleitausschuss / Première réunion du Comité d accompagnement ALLEGRO Auftakt-Begleitausschuss / Première réunion du Comité d accompagnement Partenaires 2 Aperçu Motivation Objectifs Actions Communication 3 Motivation générale La maîtrise des langues étrangères est

Plus en détail

LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD

LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD Intitulé LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD Public Salariés des entreprises adhérentes à AGEFOS-PME Pré-requis Niveau A2 (élémentaire) 1 Objectifs 1. Développer les compétences de compréhension et expression

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique?

Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique? Formation et pratiques d enseignement en questions Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique? Abdel-Jalil AKKARI 1, (HEP-BEJUNE) et Sylvain RUDAZ (IFMES) Elément structurel des nouvelles

Plus en détail

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br I. Le contexte Plan de l intervention II. Le document authentique et le Projet 7 milliards

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Présentation du logiciel Transana et de son utilisation dans un programme de recherche

Présentation du logiciel Transana et de son utilisation dans un programme de recherche Présentation du logiciel Transana et de son utilisation dans un programme de recherche Jacques Kerneis, chercheur associé au CREAD, Université de Bretagneoccidentale et au PREFics, Université de Rennes

Plus en détail

LE CATALOGAGE, L'INDEXATION ET LES FICHIERS DANS LES CENTRES DE RESSOURCES EN LANGUES

LE CATALOGAGE, L'INDEXATION ET LES FICHIERS DANS LES CENTRES DE RESSOURCES EN LANGUES Mélanges CRAPEL no 22 LE CATALOGAGE, L'INDEXATION ET LES FICHIERS DANS LES CENTRES DE RESSOURCES EN LANGUES Sam Michel CEMBALO Abstract 95 Can language learning resource centres contribute to the users'

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Comme nous le témoignent les recherches sur le tableau blanc interactif (TBI), The interactive whiteboard revolution: Teaching with IWBs

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

Les discours du professeur. Vers une pragmatique didactique

Les discours du professeur. Vers une pragmatique didactique Les discours du professeur. Vers une pragmatique didactique Gérard Sensevy Serge Quilio Cet article entreprend de spécifier une approche de type pragmatique des interactions langagières didactiques. Cette

Plus en détail

Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD...

Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD... Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD... Journée d étude Mercredi 26 novembre 2014 Les Learning Centres, un modèle de bibliothèque à interroger : du terrain à la recherche

Plus en détail

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e Extrait du Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e déposé auprès de la Mission Numérique pour l'enseignement Supérieur par l Institut Catholique de Paris (ICP) - Mars 2011 Au cours du semestre,

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs www.enseignementsup-recherche.gouv.fr @sup_recherche / #1anFUN APPEL A PROJETS CREAMOOCS : DES RESULTATS QUI TEMOIGNENT D UNE FORTE IMPLICATION DES REGROUPEMENTS

Plus en détail

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 L'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) soutient le développement de formations délocalisées de niveau

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

Développer des compétences par le biais de tâches

Développer des compétences par le biais de tâches Stage de Michelle Soumier et Marylène Lebel des 02 et 03 mars 2006 Développer des compétences par le biais de tâches Le Plan de rénovation des Langues prévoit une mise en place du cadre Européen Commun

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION?

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? N 372 LAMEUL Geneviève 1 POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? Le développement croissant de l usage des technologies perturbe l école dans son organisation interne, dans son rapport à la société,

Plus en détail

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques POYET Françoise, (7095) Introduction Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques Depuis quelques années, on assiste à une stabilisation informatique des Technologies de l Information et de la

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

ATELIERS APPRENDRE 2015

ATELIERS APPRENDRE 2015 U N I V E R S I T É S A V O I E M O N T B L A N C S E F O R M E R E T É C H A N G E R A U T O U R DE L A P É D A G O G I E U N I V E R S I T A I R E N U M É R I Q U E ATELIERS APPRENDRE 2015 APPRENDRE

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION 1 MASTER 2 MEEF en ALTERNANCE PRESENTATION GENERALE 2 La professionnalisation en alternance que vous allez vivre cette année vous permettra d entrer dans le métier

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

Sciences du langage. master. Didactique des langues et des cultures. Français Langue Étrangère : Seconde

Sciences du langage. master. Didactique des langues et des cultures. Français Langue Étrangère : Seconde université sciences humaines et sociales - lille 3 année universitaire 2014-2015 master Sciences du langage Didactique des langues et des cultures Français Langue Étrangère : Seconde master 1 - master

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR ET E.A.O. ET LANGUES ÉTRANGÈRES À L'UNIVERSITÉ

ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR ET E.A.O. ET LANGUES ÉTRANGÈRES À L'UNIVERSITÉ 192 ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR ET LANGUES ÉTRANGÈRES À L'UNIVERSITÉ 1. APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES DE L'INFORMATIQUE ET ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR (EAOI. 1.1 Différents niveaux d'intervention

Plus en détail

MASTER 2 INGÉNIERIE DE FORMATION ET USAGE DU NUMÉRIQUE DANS LES ORGANISATIONS (IFUNO)

MASTER 2 INGÉNIERIE DE FORMATION ET USAGE DU NUMÉRIQUE DANS LES ORGANISATIONS (IFUNO) MASTER 2 INGÉNIERIE DE FORMATION ET USAGE DU NUMÉRIQUE DANS LES ORGANISATIONS (IFUNO) Résumé de la formation Type de diplôme : MASTER 2 Domaine ministériel : Sciences humaines et sociales Mention : Master

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES

LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES PASI NANCY-METZ LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES Académie de Nancy-Metz PASI- CARDIE http://www4.ac-nancy-metz.fr/pasi/ ACTION CANDIDATE AU PRIX ACADEMIQUE DE L INNOVATION 2014 FICHE

Plus en détail

Présentation de notre solution de formation en ligne

Présentation de notre solution de formation en ligne English for your future http://english.newhorizons.com English Language Program Synonyme de flexibilité, efficacité, choix et réussite. Présentation de notre solution de formation en ligne L approche individuelle

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires Tableau parcours Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires 20.. / 20.. Légende : Diplôme(s) préparé(s) : marquer ici le(s) diplôme(s)

Plus en détail

Référentiel de compétences

Référentiel de compétences Version du 13 Mars 2006 Page 1 Titre de Formateur-Responsable d'actions de formation (DUFRES) (Inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelle - niveau II) Référentiel de compétences

Plus en détail

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne.

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. www.sophte.com INGENIERIE DU MANAGEMENT - COMMUNICATION - MULTIMEDIA Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. 1 Situation actuelle De plus en plus, l'entreprise doit gérer

Plus en détail

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE N 93 FOUCTEAU Béatrice, L HEUDÉ Sylvie, ROGER Annie [IUFM Poitou-Charentes, Site de la Vienne] COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE GROUPE DE RECHERCHE-ACTION-FORMATION

Plus en détail

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage Par Emmanuelle Villiot-Leclercq (IUFM de Grenoble-UJF), Document placé sous licence Creative Commons BY-NC-ND Octobre 2011 Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie

Plus en détail

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG LE CONTEXTE Les élèves de terminale STG doivent réaliser pendant leur année de terminale sur une durée de 16 heures,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ACTION : ATELIER DE FORMATION SUR LES TICs DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

TERMES DE REFERENCES ACTION : ATELIER DE FORMATION SUR LES TICs DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique L Université de Gafsa Et L Université de la Manouba TERMES DE REFERENCES ACTION : ATELIER DE FORMATION SUR LES

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

TUTORAT. U Guelma. Guide du Tuteur FMISM

TUTORAT. U Guelma. Guide du Tuteur FMISM TUTORAT Guide du Tuteur Définition. Le tutorat est une mission de suivi et d'accompagnement permanents de l'étudiant afin de faciliter son intégration dans la vie universitaire et son accès aux informations

Plus en détail

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 LP Blaise Pascal COLMAR Retour d expériences Choisir 2 images qui témoignent de votre ressenti dans votre prise de fonction Restitution au groupe LE REFERENTIEL

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

Rapport de recherche intermédiaire

Rapport de recherche intermédiaire Rapport de recherche intermédiaire Alex Esbelin Equipe de Clermont-Ferrand, IUFM d Auvergne Le projet initial prévoyait successivement les points suivants : 1. étude des modalités de mise en œuvre de moyens

Plus en détail

TRANSIT ET COMMERCE INTERNATIONAL LES MODULES DE FORMATION Licence Pro TRANSIT ET COMMERCE INTERNATIONAL (L3 T C I)

TRANSIT ET COMMERCE INTERNATIONAL LES MODULES DE FORMATION Licence Pro TRANSIT ET COMMERCE INTERNATIONAL (L3 T C I) TRANSIT ET COMMERCE INTERNATIONAL LES MODULES DE FORMATION Licence Pro TRANSIT ET COMMERCE INTERNATIONAL (L3 T C I) Intitulé : Licence Professionnelle Mention : COMMERCE Parcours : Transit et Commerce

Plus en détail

Cadre de bonnes pratiques pour l e-learning

Cadre de bonnes pratiques pour l e-learning Cadre de bonnes pratiques pour l e-learning Grungtvig 2 - ESOFEL Stratégies pour un apprentissage ouvert et flexible Un projet de partenariat européen West Lothian College, Royaume-Uni Greta du Velay,

Plus en détail

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P)

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LITTERATURE, PHILOLOGIE, LINGUISTIQUE Spécialité : LANGUE ET INFORMATIQUE

Plus en détail

MASTER MEEF Mention Premier Degré. Livret de stage M2 étudiants. Année universitaire 2015/2016

MASTER MEEF Mention Premier Degré. Livret de stage M2 étudiants. Année universitaire 2015/2016 MASTER MEEF Mention Premier Degré Livret de stage M2 étudiants Année universitaire 2015/2016 Ce livret a pour objet de vous guider dans la réalisation et le suivi de votre stage en milieu professionnel

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING

LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING Définir et valider un projet de formation en e-learning ou mix-learning : Objectifs : Savoir évaluer l opportunité et la faisabilité de nouveaux dispositifs de formation

Plus en détail

Dispositif : da01 - Animations pédagogiques. Module da-01 : 01 - Apprentissages coopératifs en maternelle

Dispositif : da01 - Animations pédagogiques. Module da-01 : 01 - Apprentissages coopératifs en maternelle Dispositif : da01 - Animations pédagogiques Identifiant : 13D0906003 Inscription : Public désigné, ne pas s'inscrire Objectifs généraux : Maîtrise de la langue, Mathématiques et culture scientifique, culture

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi Sawsen Lakhal Ce que représente PeDTICE pour moi En tant que nouvelle professeure, PeDTICE représente pour moi des occasions de rencontres très enrichissantes. Ces rencontres permettent un codéveloppement

Plus en détail

MASTER RECHERCHE GEOGRAPHIE, SCIENCE DE L'ESPACE&DU TERRITOI

MASTER RECHERCHE GEOGRAPHIE, SCIENCE DE L'ESPACE&DU TERRITOI MASTER RECHERCHE GEOGRAPHIE, SCIENCE DE L'ESPACE&DU TERRITOI Mention : Géographie, science de l'espace et du territoire Spécialité : Géographie skin.:program_main_bloc_presentation_label Le choix d'interaction

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

EXTRANET STUDENT. Qu'est ce que Claroline?

EXTRANET STUDENT. Qu'est ce que Claroline? EXTRANET STUDENT http://extranet.arts2.be http://extranet.artsaucarre.be Les bases de l'utilisation de la plateforme Claroline, l'extranet d'arts² Qu'est ce que Claroline?... 1 Débuter... 2 Créer un compte...

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Crea Learning Manuel utilisateur

Crea Learning Manuel utilisateur Crea Learning Manuel utilisateur LOGIPRO : 2 rue Pierret Cité Négocia 43000 Le Puy Tél. : 04 71 09 15 53 Fax : 04 69 96 06 25 E-mail : logipro@logipro.com Site web :www.logipro.com TABLE DES AUTEURS/LECTEURS

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Master en Kinésithérapie

Master en Kinésithérapie Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Master en Kinésithérapie Catégorie Paramédicale HELHa Montignies-sur-Sambre 134 Rue Trieu Kaisin 6061 MONTIGNIES-SUR-SAMBRE Tél :

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail